t.: "'-.. - --"\\-1-' ,.
-
~........
~ ~ -
1
.~.
.,-
UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE ])~KAR
*****
FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIÈ
Année 1999

CONTRmUTION DE L'ASPIRATION MANUELLE INTRA·UTERINE
'1
DANS LA PRISE EN CHARGE DES AVORTEMENTS ARISQUE
ALA CLINIQUE DE GYNECO·OBSTETRIQUE
DU C.H.U. ARISTIDE LE DANTEC DE DAKAR
il
[THE8E]
POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR EN MEDE CINE
~
(Diplôme d'Etat)
~
~
Présentée et soutenue publiquement le 27 Décembre 1999
~
par
Cheikh Tidiane DIO\\w
~
Né le 12 Mars 1972 à Dakar
M~:BRES
il
DU JURY:
~ i ~16
Elève de l'Ecole MilitaIre de
Président:
MrFadel
DIADHIOU
Professeur
1
-------- ._--~ Mamadou Lamine SOW
iMëmbres:
Professeur
j
_---::-:-:-:-:~--II ~ Cheikh Tidiane
TOURE
Professeur
Maître de ConférenceS Agrégé
\\\\\\\\I\\\\\\\\\\\\I\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\~~I\\~I~~\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\Il' ',MrIssakha
DIALLO
3 2218 00255639 7
L
_
Directeur de Thèse:
Mr Fadel
DIADHIOU
Professeur
LCo..Directrice-de-tIlèse:-Mme Mariame
BA - GUEYE
Chef de Clinique assistant

l... "
., "'..
UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP
- - - - - - - -
----------------
FACULTE DE MEDECINE, DE PHARMACIE
ET D'ODONTO-STOMATOLOGIE
- - - - - - - - -
----------------
PERSONNEL DE LA FACULTE
1. DOYEN...........................................
M. René NDOYE
-
1. PREMIER ASSESSEUR
M. Mamadou BADIANE
DEUXIEME ASSESSEUR
Mme Thérèse MORElRAlDIOP
CHEF DES SERVICES ADMINISTRATIFS .... M. Assane
CISSE
,"

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR
FACULTE DE MEDECINE, DE PHARMACIE
ET D'ODONTO-STOMATOLOGIE
I-MEDECINE
LISTE DU PERSONNEL ENSEIGNANT PAR GRADE
POUR L'ANNEE UNIVERSITAIRE
1998-1999
PROFESSEURS TITULAIRES
M.
José Marie
AFOUTOU
Histologie Embryologie
M.
Mamadou
BA
Pédiatrie
M.
Serigne Abdou
BA
Cardiologie
M.
Salif
BADIANE
Maladies Infectieuses
M.
Fallou
CISSE
Physiologie
M.
Moussa
Fafa
CISSE
Bactériologie-Virologie
M.
Fadel
DIADHIOU
Gynécologie-Obstétrique
M.
Baye
Assane
DIAGNE
Urologie
M.
Lamine
DIAKHATE
Hématologie
M.
Samba
DIALLO
Parasitologie
.:. M.
El Hadji Malick
DIOP
O.R.L.
Mme
Thérèse
MO REIRA
DIOP Médecine Interne l
M.
Sémou
DIOUF
Cardiologie
M.
Souvasin
DIOUF
Orthopédie-Traumatologie
M.
Mohamadou
FALL
Pédiatrie
M.
Mamadou
GUEYE
Neuro-Chirurgie

M.
Momar
GUEYE
Psychiatrie
M
Nicolas
KUAKUVI
Pédiatrie
M.
Bassirou
NDIAYE
Dermatologie
M.
Ibrahima Pierre
NDIAYE
Neurologie
.:. M.
Madoune Robert
NDIAYE
Ophtalmologie
M.
Mouhamadou
NDIAYE
Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire
M.
Mouhamadou Mansour NDIA YE
Neurologie
M.
Papa
Demba
NDIAYE
Anatomie Pathologie
.:. M.
Mamadou
NDOYE
Chirurgie Infantile
M.
René
NDOYE
Biophysique
M.
Abibou
SAMB
Bactériologie-Virologie
M.
Mamadou
SARR
Pédiatrie
§ Mme
Awa
Coll
SECK
Maladies Infectieuses
M.
Seydina Issa Laye
SEYE
Orthopédie-Traumatologie
M.
Dédéou
SIMAGA
Chirurgie Générale
M.
Abdourahmane
SOW
Médecine Préventive
M.
Housseyn Dembel
SOW
Pédiatrie
M.
Mamadou Lamine
SOW
Médecine Légale
M.
Moussa Lamine
SOW
Anatomie
.:. M.
Cheikh Tidiane
TOURE
Chirurgie Générale
M.
Pape
TOU RE
Cancérologie
M.
Alassane
WADE
Ophtalmologie
MAITRES DE CONFERENCES AGREGES
M.
Mamadou
BA
Urologie
M.
Moussa
BADIANE
Radiologie
M.
Seydou Boubacar
BADIANE
Neuro-Chirurgie
§ Personnel en détachement

M.
Mohamed Diawo
BAH
Gynéco1ogie-Obstétrique
§
M.
Mamadou Diakhité
BALL
Dermatologie
M.
Jean-Marie
DANGOU
Anatomie Pathologie
M.
Abdarahmane
DIA
Anatomie
.:. M.
Massar
DIAGNE
Neurologie
M.
Issakha
DIALLO
Médecine Préventive
M.
Amadou Gallo
DIOP
Neurologie
M.
Bernard Marcel
DIOP
Maladies Infectieuses
M.
El Hadji Ibrahima
DIOP
Orthopédie-Traumatologie
M.
Saïd
Norou
DIOP
Médecine interne II
M.
Alassane
DIOUF
Gynécologie-Obstétrique
M.
Raymond
DIOUF
O.R.L.
M.
Babacar
FALL
Chirugie-Infantile
M
Ibrahima
FALL
Chirugie-Pédiatrique
Mme
Marne Awa
FAYE
Maladies-Infectieuses
M.
Oumar
FAYE
Parasitologie
Mme
Sylvie
SECK GASSAMA
Biophysique
M.
Oumar
GAYE
Parasitologie
M.
Lamine
GUEYE
Physiologie
.:. M.
Serigne Maguèye
GUEYE
Urologie
M.
Abdoul Almamy
HANE
Pneumophtisiologie
Mme
Bineta
SALLKA
Anesthésiologie- Réanimation
M.
Abdoul
KANE
Cardiologie
&
M.
Salvy Léandre
MARTIN
Pédiatrie
M.
Victorino
MENDES
Anatomi e-Pathologie
M.
Jean
Charles
MOREAU
Gynécologie
M.
Claude
MOREIRA
Pédiatrie
M.
El Hadj
NIANG
Radiologie
Mme
Mbayang ND lA YE
NIANG
Physiologie
&
M.
Mohamed Fade!
NDIAYE
Médecine Interne (Clinique Médicale 1)
§
Personnel en détachement
& Disponibilité

M.
Papa
Amadou
ND lAYE
Ophtalmologie
.:. M.
Youssoupha
SAKHO
Neuro-Chirurgie
M.
Niama Diop
SALL
Biochimie Médicale
M.
Mohamadou
Guélaye SALL
Pédiatrie
M.
Moustapha
SARR
Cardiologie
M.
Birama
SECK
Pédopsychiatrie
M.
El Hassane
SIDIBE
Médecine Interne 1
.:. M.
Pape
Salif
SOW
Maladies Infectieuses
Mme
Haby
SIGNATE
SY
Pédiatrie
M.
Cheikhna
SYLLA
Urologie
M.
Omar
SYLLA
Psychiatrie
M.
Doudou
THIAM
Hématologie
M.
Meissa
TOURE
Biochimie Médicale
MAITRES -ASSISTANTS
M.
El Hadj Amadou
BA
Ophtalmologie
M.
Boubacar
CAMARA
Pédiatrie
M.
El Hadj Souleymane CAMARA
Orthopédie-Traumatologie
.:. M.
Michel
DEVELOUX
Dermatologie
.:. M.
Ibrahima
DIAGNE
Pédiatrie
M.
Djibril
DIALLO
Gynécologie-Obstétrique
M.
Ibrahima Bara
DIOP
Cardiologie
M.
Boucar
DIOUF
Médecine Interne 1 Néphrologie
M.
Mamadou Lamine
DIOUF
Médecine Interne 1 Gastro-Entérologie
M.
Saliou
DIOUF
Pédiatrie
Mme.
Gisèle WOTO
GAYE
Anatomie Pathologie
M.
Assane
KANE
Dermatologie
M.
Abdoulaye
NDIAYE
Anatomie-Chirurgie Orthopédique
& M.
Adama Bandiougou NDIAYE
Immunologie (Hématologie)
Mme
Coura SEYE
NDIAYE
Ophtalmologie
+
M. Issa
NDIAYE
O.R.L.
&
Disponibilité
+ En stage à l'extérieur

M.
Abdoulaye
SAMB
Physiologie
M.
Doudou
SARR
Psychiatrie
M.
Amadou Mactar
SECK
Psychiatrie
M.
Gara
SECK
Physiologie
M.
Ahmed Iyane
SOW
Bactériologie-Virologie
Mme.
Hassanatou TOURE SOW
Biophysique
M.
Mouhamadou Habib SY
Orthopédie-Traumatologie
M.
Alé
THIAM
Neurologie
ASSISTANTS DE FACULTE-ASSISTANTS
DES SERVICES UNIVERSITAIRES DES HOPITAUX
M.
Boubacar Samba
DANKOKO
Médecine Préventive
Mme.
Anta
TALL
DIA
Médecine Préventive
M.
Abdoulaye Séga
DIALLO
Histologie-Embryologie
M.
Alassane
DIATTA
Biochimie-Médicale
M.
Yémou
DIENG
Parasitologie
M.
Dialo
DIOP
Bactériologie- Virologie
M.
Mamadou
DIOP
Anatomie- Cancérologie
M.
Moctar
DIOP
Histologie-Embryologie
M.
Saliou
DIOP
Hématologie
Mme.
Marne Coumba GAYE FALL
Médecine Légale
Mme.
Khadissatou
SECKFALL
Hématologie
M.
Oumar
FAYE
Histologie- Embryologie
Mme.
Arame MBENGUE
GAYE
Physiologie
M.
El Hadj Alioune
LO
Anatomie-Organogenèse
M.
Isma'ila
MBAYE
Médecine Légale
M.
Mamadou
MBOD]
Biophysique
M.
Oumar
NDOYE
Biophysique
M.
Ndéné Gaston
SARR
Biochimie Médicale
Mlle.
Awa
Oumar
TOURE
Hématologie
M.
Kamadore
TOURE
Médecine Préventive
M.
Issa
WONE
Médecine Préventive

CHEFS DE CLINIQUE-ASSISTANTS
DES SERVICES UNIVERSITAIRES DES HOPITAUX
Mme.
Aïssata
LY
BA
Radiologie
+
M.
Momar Codé
BA
Neuro-Chirurgie
M.
Maguette
BA
Chirurgie Générale
M.
Moussa
BA
Psychiatrie
M.
Cheikh Ahmed Tidiane CISSE
Gynécologie-Obstétrique
M.
Mamadou
COUME
Médecine Interne 1
M.
André Vaubert
DANSOKHO
Orthopédie-Traumatologie
Mme.
Elisabeth FELLER
DANSOKHO
Maladies-Infectieuses
M.
Ahmadou
DEM
Cancérologie
M.
Charles Bertin
DIEME
Orthopédie-Traumatologie
.:. M.
Marne Thierno
DIENG
Dermatologie
M.
Rudolph
DIOP
Stomatologie
Mme.
Sokhna
BA
DIOP
Radiologie
Mme.
Anne Aurore SANKALE
DIOUF
Chirurgie Générale
Mme
Elisabeth
DIOUF
Anesthésie-Réanimation
Mme.
Fatou
SENE DIOUF
Neurologie
M.
Papa
Ahmed
FALL
Urologie
Mme.
Marième
BA
GUEYE
Gynécologie-Obstétrique
M.
El Hadji Fari
KA
Médecine Interne 1
.:. M.
Mamadou Mourtala
KA
Médecine Interne 1
Mme.
Mariama Safiétou CISSE KA
Médecine Interne II
M.
Oumar
KANE
Anesthésie-Réanimation
M.
Abdoul Aziz
KASSE
Cancérologie
Mme.
Aminata DIACK
MBAYE
Pédiatrie
.:. M.
Mouhamadou
MBENGUE
Médecine Interne l
M.
Philippe Marc
MOREIRA
Gynécologie-Obstétrique
M.
Amadou Coura
NDAO
Neurologie
M.
Ousmane
NDIAYE
Pédiatrie
+ En stage à l'extérieur

M.
Cheikh Tidiane
NDOUR
Maladies Infectieuses
Mme.
Ndeye Maïmouna
NDOUR
Médecine Interne 1
M.
Alain Khassine
NDOYE
Urologie
M.
Ndaraw
NDOYE
Neuro-chirurgie
.:. M.
Abdou
NIANG
Médecine Interne 1
M.
Abdoulaye
POUYE
Médecine Interne 1
Mme.
Paule Aïda
NDOYEROTH
Opthalmologie
Mme.
Anna
SARR
Médecine Interne II
M.
Moussa
SEYDI
Maladies Infectieuses
.:. M.
Masserigne
SOUMARE
Maladies Infectieuses
M.
Charles Mouhamed
SOW
Orthopédie-Traumatologie
M.
Abdourahmane
TALL
O.R.L.
M.
Mamadou Habib
THIAM
Psychiatrie
M.
Silly
TOURE
Stomatologie
ATTACHES CHEFS DE CLINIQUE
M.
Oumar
BA
Pneumophtisiologie
Mme.
Binta DIOP
BADIANE
Anesthésie-Réanimati on
M.
Sa.ïba
CISSOKHO
Pneumophti sio10gi e
M.
Mor
NDIAYE
Pneumophtisiologie
ATTACHES-ASSISTANTS
Mlle.
Fatou
DIALLO
Biochimie Médicale
M .
Néloum
DJIMADOUN
Histologie-Embryologie
•:. Associé

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR
FACllLTE DE MEDECINE, DE PHARMACIE
ET D'ODONTO-STOMATOLOGIE
II - PHARMACIE
PROFESSElJRS TITULAIRES
M.
Doudou
BA
Chimie Analytique et Toxicologie
M.
Emmanuel
BASSENE
Pharmacognosie
.:. M.
Babacar
FAYE
Pharmacologie-Pharmacodynamie
M.
Issa
LO
Pharmacie Galénique
.:. M.
Souleymane
MBOUP
Bactériologie-Virologie
.:. M.
Oumar
NDIR
Parasitologie
MAITRES DE CONFERENCES AGREGES
M.
Mamadou
BADIANE
Chimie Thérapeutique
M.
Cheikh Saad
Bouh BOYE
Bactériologie-Virologie
M.
Mounirou
CISS
Toxicologie
M.
Balla
Moussa
DAFFE
Pharmacognosie
Mme.
Aïssatou
GAYEDIALLO
Bactériologie-Virologie
Mme.
Aminata
SALL DIALLO
Physiologie Pharmaceutique
M.
Alioune
DIEYE
Immunologie
M.
Pape
Amadou
DIOP
Biochimie Pharmaceutique
MAITRES-ASSISTANTS
.:. M.
Aynina
CISSE
Biochimie
.:. M.
Amadou
DIOUF
Toxicologie
Mme
Rita BEREHOUNDOUGOU
NONGONIERMA
Pharmacognosie
M.
Matar
SECK
Pharmacie Chimique et Chimie Organique

ASSISTANTS
Mlle.
Issa
Bella
BAH
Parasitologie
M.
Mounibé
DIARRA
Physique Pharmaceutique
Mlle.
Thérèse
DIENG
Parasitologie
.:.
M.
Amadou Moctar
DIEYE
Pharmacologie et Pharmacodynamie
M.
y érim Mbagnick
DIOP
Chimie Analytique
M.
Ahmédou Bamba K. FALL
Pharmatie Galénique
M.
Djibril
FALL
Pharmacie Chimique et Chimie Organique
M.
Modou
LO
Botanique
.:.
M.
Augustin
NDIAYE
Physique Pharmaceutique
M.
Bara
ND lAYE
Chimie Analytique
.:.
M.
Mamadou
NDIAYE
Pharmacologie
Mme
Maguette Deme SYLLA NIAN G
Immunologie- Biochimie
Mme.
Philomène
LOPEZ SALL
Biochimie Pharmaceutique
.:. M.
Elimane Amadou
SY
Chimie Générale et Minérale
M.
Oumar
THIOlJNE
Pharmacie Galénique
M.
Alassane
WELE
Chimie physiq ue
ATTACHES
M.
William
DIATTA
Botanique
Mme.
Amy
THIAM
FALL
Chimie Analytique
M.
Mamadou
FALL
Toxicologie
Mlle.
Edwige
GOMIS
Pharmacognosie
M.
Mor
GUEYE
Pharmacologie et Pharmacodynamie
M.
Mamadou
SARR
Physiologie Pharmaceutique

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR
FACULTE DE MEDECINE, DE PHARMACIE
ET D'ODONTO-STOMATOLOGIE
111- CHIRURGIE DENTAIRE
PROFESSEURS TITULAIRES
M.
Ibrahima
BA
Pédodontie-Prévention
Mme.
Ndioro
NDIAYE
Odontologie Préventive et Sociale
MAITRES DE CONFERENCES AGREGES
.:. M.
Boubacar
DIALLO
Chirurgie Buccale
M.
Papa
Demba
DIALLO
Parodontologie
Mme.
Charlotte Faty
NDIAYE
Chirurgie Buccale
M.
Malick
SEMBENE
Parodontologie
MAITRES-ASSISTANTS
.:. M.
Falou
DIAGNE
Orthopédie Dento-Faciale
Mlle
Fatou
GAYE
Odontologie Conservatrice Endodontie
M.
Abdou Wahab
KANE
Odontologie Conservatrice Endodontie
.:. M.
Mohamed Talla
SECK
Prothèse Dentaire
M.
Abdoul Aziz
YAM
Pédodontie-Prévention

ASSISTANTS DE FACULTE
§
Mme.
Christiane JOHNSON AGBOTON
Prothèse Dentaire
Mme.
Khady
DIOP
BA
Orthopédie Dento-Faciale
M.
Daouda
CISSE
Odontologie Préventive et Sociale
Mme.
Adam Marie A. SECK DIALLO
Parodontologie
.:. M.
Lambane
DIENG
Prothèse Dentaire
s
Mme.
Affissatou NDOYE
s
DIOP
Odontologie Conservatrice Endodontie
Mme.
Fatou
DIOP
Pédodontie-Prévention
S
M.
Libasse
DIOP
S
Prothèse Dentaire
§
M.
Mamadou Moustapha GUEYE
Odontologie Préventive et Sociale
••• M .
Malick
MBAYE

Odontologie Conservatrice Endodontie
Mme.
Paulette AGBOTON MIGAN
Matières Fondamentales
M.
Edmond
NABHANE
Prothèse Dentaire
M.
Cheikh
NDIAYE
Prothèse Dentaire
+
Mme.
Maye
Ndave NDOYENGOM
Parodontologie
M.
Paul
Dédé
Amadou NIAN G
Chirurgie Buccale
+
Mme.
Aïssatou
BA
TAMBA
Pédodontie-Prévention
Mme.
Soukèye
DIA
TINE
Pathologie et Thérapeutique Spéciales
M.
Saïd
Nour
TOURE
Prothèse Dentaire
ATTACHES
M.
Abdou
BA
Chirurgie Buccale
+
M.
Henri Michel
BENOIST
Parodontologie
M.
Babacar
FAYE
Odontologie Conservatrice Endodontie
M.
Daouda
FAYE
Odontologie Préventive et Sociale
+
M.
Malick
FAYE
Pédodontie-Prévention
M.
Cheikh Mouhamadou LO
Odontologie Préventive et Sociale
+
M.
Mohamed
SARR
Odontologie Conservatrice Endodontie
Mme.
Fatoumata
DIOP
THIAW
Odontologie Conservatrice Endodontie
M.
Babacar
TOURE
Odontologie Conservatrice Endodontie
& Disponibilité Assistant Associé

Je
Dédie
Ce
Travail...

A ALLAH,
Seigneur de l'Univers.
A Son Prophète,
Mouhamad (Paix et Salut sur lui)
A mes grands parents,
Puissiez-vous être fiers de toute votre descendance, du Paradis d'où
vous guidez chacun de nos pas !
A mon père,
Je ne te remercierai jamais assez de m'en avoir demandé toujours
un peu plus de moi-même
A ma mère,
Dieu seul pourra te récompenser pour tout ce que tu auras enduré
afin que le meilleur soit à notre portée
A la mémoire de :
* mes tantes Rokhayatou et Ndiaye Diouf
* mon oncle Ngor Sène
Que la terre vous soit légère et que le paradis soit votre demeure
dans l'éternité, Amine.
A mes frères,
Faites bien mieux que moi. Vous avez tout mon soutien.
A ma sœur,
Garde toujours ta volonté et ton sérieux, et tu réussiras quelles que
soient les difficultés à venir, inchallah.
Aux tontons Malick Bodian, Cheikh Tidiane Touré, Meïssa Touré, José M.
Afoutou, Moustapha Sarr, Fafa Cissé, et à tous mes tontons du Service de
Pa rasitologie
Votre soutien et vos conseils m'ont été d'un apport considérable.
Aux tantis Issa B. Bâ, Hassanatou Touré, Sylvie Gassama, Khady Dia.
A mes oncles et tantes
A mes cousines et cousins

A mes neveux et nièces
A la famille Diémé à Tambacounda
Au Dr E. H. M. Guèye et Madame à Fatick
Au Dr M. B. Diop et son équipe à Fatick
Au Capitaine Abou Mbow
A Djockel Ndiaye de l'HPD et à toute la famille
A tous mes amis et à mes promotionnaires de l'DCAD
A Abdoulaye Ndiaye, mon voisin
A tous les enseignants et au personnel administratif de la Faculté de
Médecine
A la lignée des «8»
A tous les élèves officiers de l'EMS
A tous mes aînés de l'EMS
A la promotion 1991 du Prytanée Militaire de Saint-Louis
A la grande famille des enfants de troupe
Au Commandement de l'EMS
Au personnel civil et militaire de l'EMS
A tous ceux qui, de près ou de loin, ont participé à ma formation et à mon
éducation de l'école primaire à mon troisième cycle d'études de Médecine
A tous ceux que je n'ai pas cités.

merciements

02\\ l'équipe du CEFOREP sous la direction de Monsieur DIENG et de
Monsieur SANE,
02\\ l'équipe de la Cellule d'Appui et de Suivi du POIS,
02\\ Monsieur Ibnou DIAW du service informatique,
02\\ l'adjudant Djibril NOlAYE de la division imprimerie de la DIRPA, et à son
équipe
02\\ Madame FAYE, secrétaire de direction
02\\ Monsieur Lamine CISSE, interne des hôpitaux à la CGO Le Dantec.

]\\
nos Maîtres
et Juges

c2' notre Maître, Directeur de Thèse et Président de Jury,
Monsieur le Professeur Fadel DIADHIOU
Le grand honneur que vous nous faites en acceptant la présidence de ce
Jury, est pour nous l'occasion de vous assurer de notre profonde admiration et
de notre respect.
Tout au long de notre cursus universitaire, nous n'avons pu bénéficier de
votre enseignement magistral et clinique que pendant notre cinquième année. Du
début à la fin de celle-ci, nous n'avons jamais cessé d'être impressionnés par
l'immensité de vos connaissances et par la clarté de votre enseignement. A cela,
s'ajoutent vos qualités humaines, votre disponibilité, votre minutie et votre
grand dynamisme au travail.
Nous somme honorés que vous acceptiez de juger ce travail.
c2' notre Maître et Juge,
Monsieur le Professeur Mamadou Lamine SOW
Vous nous honorez en acceptant spontanément de siéger dans ce Jury de
thèse.
Votre simplicité et votre souci du travail bien fait, ainsi que la clarté de
votre enseignement nous ont toujours impressionné.
Vous nous faites honneur en acceptant de juger ce travail
Veuillez trouver ici, cher Maître, l'expression de notre profonde gratitude.

cA notre Maître et Juge,
Monsieur le Professeur Cheikh Tidiane TOURE
La spontanéité avec laquelle vous avez accepté de siéger dans ce Jury de
Thèse nous honore.
Nous
avons
hautement apprécié
la clarté
et
la valeur de
votre
enseignement durant notre cursus universitaire.
Je vous suis, en particulier, très reconnaissant pour les conseils éclairés et
les encouragements que vous m'avez prodigués tout au long de ma formation
pour le doctorat en médecine.
Vous nous faites l'honneur de juger ce travail.
Trouvez ici l'assurance de notre gratitude et de notre profond respect,
mon Colonel.
cA notre Maître et Juge,
Monsieur Issakha DIALLO
Maître de Conférence Agrégé
Vous nous avez fait honneur en acceptant de siéger dans ce Jury de Thèse.
Votre simplicité, votre gentillesse et votre grande disponibilité nous ont
fortement impressionné. Je n'ai pas eu l'honneur de pouvoir assister à votre
enseignement magistral. Mais, je présume déjà de la chance qu'auront mes
jeunes de bénéficier de vos connaissances.
Veuillez, cher Maître, agréer l'expression de notre profonde gratitude,
Mes respects, mon Colonel.

c2\\ notre Maître et co-Directrice de Thèse,
Madame Mariame BA GUEYE
Chef de Clinique Assistante

Vous nous avez fait un grand honneur en acceptant spontanément de co-
diriger cette thèse et d'en suivre pas à pas sa réalisation malgré vos nombreuses
occupations.
Nous
avons
été
touché
par
votre
disponibilité
constante
durant
l'élaboration de ce travail. L'aboutissement de ce dernier à la période prévue
tient amplement à votre sens aigu du respect du calendrier établi.
Permettez-nous de vous témoignez nos sentiments de profonde gratitude
et de respect.

{ (
~ ar délibération, la Faculté a arrêté que les
opinions émises dans les dissertations qui lui
sont présentées doivent être considérées comme propres à
leurs auteurs et qu'elle n'entend leur donner aucune
approbation ni improbation. »

ABREVIATIONS
AMIU:
Aspiration manuelle intra-utérine
APC:
Avortement provoqué clandestin
CGO:
Clinique de Gynéco-Obstétrique
CHU:
Centre Hospitalier Universitaire
D et C:
Dilation du col suivi de curetage utérin
DHN:
Désinfection à haut niveau
IPAS:
International Project Assistance Services
OMS:
Organisation Mondiale de la Santé
PI:
Prévention des infections
SA:
Semaines d'aménorrhée
SAP:
Services après avortement
SMIG
Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti
USA:
United States of America
VIH:
Virus de l'Immunodéfiscience Humaine

§ommaire
Pages
INTRODUCTION
1
CHAPITRE 1 : L'APPROCHE DE LA QUESTION
1.1 - L'ampleur du problème
3
1.1.1 - Dans le monde et en Afrique
3
1.1.2 - Au Sénégal
3
1.1.3 - L'analyse de l'ampleur
5
1.2 - L'étude de deux techniques de prise en charge
9
1.2.1 - La dilatation-curetage
9
1.2.2 - La méthode AMIU
15
1.2.3 - Le traitement du matériel
20
1.2.4 - Les soins post-opératoires
25
1.2.5 - La Planification familiale post-abortum
26
1.2.6 - Le traitement des avortements incomplets
du second trimestre
27
CHAPITRE II : NOTRE EXPERIENCE
II.1 - Le cadre, le matériel et les méthodes
29
II.2 - La méthodologie
29
II.3 - Le déroulement des activités
30
II.3.1 - La phase pré-intervention ou phase pré-test
30
II.3.2 - La phase d'intervention
30
II.3.3 - La phase post-intervention ou phase post-test
31
llA - Le traitement des données
32
11.5 - La qualité des données et les difficultés rencontrées
32
11.6 - Les résultats
33

II.6.1 - Les caractéristiques socio-démographiques
des patientes
33
II.6.2 - Les données médicales
38
II.6.3 - La prise en charge
41
CHAPITRE III : LES COMMENTAIRES ET DISCUSSIONS
III.1 - Les caractéristiques socio-démographiques des patientes
50
IILl.l - L'âge des patientes
50
IIL1.2 - Le statut matrimonial
51
IILl.3 - Les enfants vivants
51
III.1.4 - Le niveau d'études atteint par la patiente
52
IIL1.5 - L'activité professionnelle
52
III .1.6 - Le désir de grossesse
52
III.2 - Les données médicales
53
III.2.1 - Le type d'avortement
53
III.2.2 - L'âge gestationnel
55
IIl.2.3 - Les complications à l'admission
56
IIL3 - La Prise en charge
58
III.3.1 - La technique d'évacuation
58
III.3.2 - La méthode d'anesthésie
59
III.3.3 - La perception de la douleur
60
IIl.3.4 - Le temps d'attente nécessaire à la prise en charge
61
III.3.5 - La durée d'hospitalisation
63
III.3.6 - L'utilisation d'une méthode contraceptive avant
la sortie
64
IlL3.? - Le coût de la prise en charge
65
CONCLUSIONS GENERALES
68
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXES

Introduction

L'avortement est défini comme étant l'interruption spontanée ou
provoquée de la grossesse, avec expulsion complète ou partielle du produit de
conception avant la fin du 6ème mois d'aménorrhée, soit moins de 28 semaines
ou 180 jours d'aménorrhée [22]. Par ailleurs, en l'absence de date des dernières
règles, on peut aussi parler d'avortement si le produit de conception pèse 1000
grammes ou moins selon le critère pondéral.
La notion de risque peut être conçue comme "un danger ou
un
inconvénient plus ou moins probable auquel on est exposé" [54]. Parmi les
avortements à risque nous distinguons:
les avortements provoqués ou clandestins (possibles, probables ou certains),
les avortements spontanés compliqués,
les avortements molaires.
L'avortement est un phénomène qui a toujours existé, et selon Anne Marie
Dourlen-Rollier : "La référence la plus ancienne remonte à 3000 ans avant
Jésus-Christ et a été découverte dans les archives royales de Chine" [24].
Depuis lors, l'avortement est resté un thème d'actualité. Ceci d'autant plus
que les principaux facteurs favorisant les avortements à risque sont récurrents.
Cela ne nous fera pas occulter l'impact du développement industriel. La
découverte des propriétés de certaines parties de l'œuf humain a donné l'idée de
provoquer des avortements à un certain moment de leur développement à des
fins de synthèse de produits cosmétiques ou pharmaceutiques. En effet,
participent à la forte prévalence des avortements à risque :
les grossesses non désirées souvent fréquentes chez les adolescentes et les
adultes jeunes;
les maladies sexuellement transmissibles;
les aberrations chromosomiques;
la loi et la religion qui interdisent l'avortement volontaire dans certains pays;
le rejet de la contraception par certains couples;
la consanguinité dans nos régions qui est directement liée à nos réalités
culturelles ;
l'utilisation industrielle des annexes de l' œuf (placenta) ; etc ....
Il apparaît ainsi nécessaire au vu de la multiplicité et de la gravité de ces
facteurs favorisants que des solutions adéquates de prise en charge soient
conçues. Elles pourront alors permettre une réduction significative, à défaut
d'être totale, des risques liés aux avortements.

Dans la recherche de solutions, diverses méthodes (dilatation aux
laminaires, prostaglandines, contragestifs) ont été développées parmi lesquelles
nous pouvons citer l'Aspiration Manuelle Intra-Utérine (AMIU) qui a été
utilisée comme méthode alternative à la dilatation du col suivie de curetage
utérin (D et C). Cette dernière a été longtemps utilisée pour la prise en charge
des avortements à risque au Sénégal. La méthode AMIU a permis le
rapprochement de deux temps essentiels de la prise en charge que sont la
prévention et la cure proprement dite des avortements à risque. C'est ainsi que,
dans le cadre de la planification familiale post-abortum, il a été introduit le
concept de contraception d'attente. Ceci, accepté dans d'autres contrées, va
rencontrer chez nous des obstacles sérieux dus à nos réalités socio-culturelles.
L'objectif de notre étude est d'appréhender l'apport de l'AMIU dans la
qualité de prise en charge des avortements à risque à la Clinique de Gynéco-
Obstétrique (CGO) du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Aristide Le
Dantec de Dakar.
Nous aborderons ce travail selon le plan suivant:
-
Chapitre 1
: L'approche de la question
Chapitre II
: Notre
expérience
concernant
la
prise
en
charge
des
avortements à risque au CHU Aristide Le Dantec de Dakar
Chapitre III : Les commentaires et discussions
-
Et enfin, la conclusion et quelques recommandations.
1

<Chapitre 1 .
L'APPROCHE DE
LA QUESTION

1.1 - L'AMPLEUR DU PROBLEME
1.1.1 - Dans le monde et en Afrique
Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 500 mille décès
maternels sont enregistrés chaque année dans le monde, et parmi eux 99% dans
les pays en voie de développement. Par ailleurs, 140/0 de ces décès sont dus aux
complications des avortements [77].
Il faut signaler que 40 à 60 millions de femmes dans le monde cherchent à
interrompre une grossesse non désirée chaque année [6].
Dans les pays en voie en développement, la mortalité maternelle liée à
l'avortement est estimée entre 115.000 et 204.000 décès par an d'après
Senanayake [6].
Des estimations récentes tirées des statistiques de l'OMS notent que 20 à
21 millions d'avortements à risque sont effectués chaque année à travers le
monde [54]. En Afrique, 3,3 millions d'avortements à risque sont faits par an et
moins de la moitié des conceptions seulement aboutissent à des naissances
vivantes, pour le reste on note : 290.000 déperditions au stade de zygote,
130.000 «fausses-couches» (avortements spontanés) et 90.000 avortements
provoqués [92].
Concernant la morbidité maternelle, il faut souligner la fréquence et la
gravité des complications qui peuvent découler de ces avortements à risque. En
guise d'exemple, une étude nigérianne menée entre janvier 1985 et décembre
1988, a noté que sur 3903 consultations gynécologiques, 1568 (40%) se
rapportaient à l'avortement soit 392 cas d'avortement par an. Parmi ces 1568 cas
d'avortement, 147 étaient provoqués et 1421 spontanés. Cette même étude nous
apprend aussi que la plupart des patientes présentaient un tableau infectieux
sévère (72,1 0,/0) ou hémorragique (41,20/0) [5].
Parallèlement, une étude malienne révélait 130/0 d'avortements provoqués
et 87% de spontanés entre août 1981 et juillet 1982 [38].
1.1.2 - Au Sénégal
Le taux de mortalité materndle au Sénégal est estimé à 510 décès pour
100.000 naissances vivantes en 1992/93. Les avortements à risque contribuent
.,
.)

pour une part importante dans ce taux élevé de mortalité maternelle [61]. Une
étude faite de 1988 à 1989 par la CGO [48] avait estimé la mortalité maternelle
par avortement à 7,95%. Les avortements provoqués clandestins (APC)
représentaient 1,3% de la mortalité maternelle liée aux avortements.
La morbidité tient là aussi, comme dans les autres pays en voie de
développement, une place prépondérante au sein des problèmes déterminés par
les avortements à risque.
Concernant ce dernier aspect, une thèse [97] sur la situation des urgences
obstétricales et gynécologiques au CHU Le Dantec en 1989, a donné les
estimations ci-après:
4
sur 125 avortements provoqués, 97 ont eu des suites compliquées, soit
77,6%. Ces complications sont réparties comme suit:
-
90,7% de complications hémorragiques
8,2% de complications infectieuses
1% de perforation utérine traumatique
4
sur 70 avortements molaires, il y a eu 2 cas de dégénérescence chorio-
carcinomateuse (2,8%)
4
sur 1118 avortements spontanés, 60 femmes (5,4%) ont eu des complications
du type:
-
hémorragie chez 58 femmes soit 96,6% des cas
-
endométrite chez 2 femmes soit 3,30/0 des cas.
En somme, sur 1316 avortements, il y a eu 159 suites compliquées, soit
12,1 %.
D'autres travaux ont été menés pour étudier certains aspects des
avortements à risque au Sénégal :
-
des enquêtes parcellaires réalisées dans le département de Pikine a révélé
que 10% des femmes avaient recours à l'avortement en 1978. En 1986, ce
taux est passé à 30% [23]. Cela correspond à un accroissement de plus de
2% par an;
-
une étude réalisée à la Maternité du CHU Aristide Le Dantec de Dakar, a
permis de noter que sur une période allant Je 1973 à 1983, il a été recensé
12254 cas d'avortement et d'expulsion de fœtus morts-nés frais ou macérés.
4

Parmi ces cas, il y avait 132 avortements provoqués. A cela s'ajoutent quatre
cas d'expertise médico-légale pour avortement clandestin qui ont été
retrouvés au niveau du service d'Anatomie Pathologique du même CHU. Ce
qui porte le total à 136 cas d'avortements provoqués pendant la même
période [70].
-
De février 1988 à Décembre 1989, des investigations faites au CHU Aristide
Le Dantec de Dakar ont permis de noter 133 cas d'avortements provoqués
clandestins représentant 1% des accouchements, 6,6% des avortements et
1,3% des décès maternels [48].
L'ampleur
des
avortements
à
risque
reste
encore
insuffisamment
appréhendée. Il y a en effet des difficultés d'accès aux informations. Un autre
obstacle concerne la disponibilité des informations qu'au niveau des stru,ctures
sanitaires que sont les grands centres hospitaliers pour la plupart concentrés
dans la capitale Dakar. Même au niveau de ces centres, l'information fournie
reste souvent incomplète.
1.1.3 - L'analyse de l'ampleur
L'ampleur des avortements à risque aurait-elle diminué, augmenté ou
serait-elle restée dans des proportions identiques avec la seule différence que
l'on ait décidé d'en parler de nos jours?
D'après la revue de la Littérature sur l'ampleur des avortements à risque
dans le monde et en Afrique, le taux pour le moins inquiétant de 23,23% à
41,21 % décrit la mortalité liée à l'avortement dans les pays en voie de
développement [6].
Quant aux complications des avortements à risque, la place prépondérante
est tenue par les infections (72,1%) et les hémorragies (41,2%), selon l'étude
nigérianne [5].
Au Sénégal, les chiffres de morbidité liée aux avortements à risque, bien
que ne reflétant pas entièrement la réalité, nous permettent cependant
d'appréhender leur impact négatif sur la santé de la reproduction.
L'enquête du département de Pikine [23] montre une élevation de 200/0 du
taux d'avortement enregistré entre 1978 et 1986. Cependant, la seule réserve
5

émise concerne le fait que l'enquête ne distingue pas les avortements spontanés
des avortements provoqués.
Par contre cette distinction est bien apparue dans l'étude faite de 1973 à
1983 à
la CGO du CHU Aristide Le Dantec de Dakar [70]. Toutefois, les
caractéristiques socio-démographiques des femmes recourant à l'avortement
n'ont pas été précisées.
De même, le nombre d'avortements provoqués clandestins est bien précisé
dans les investigations de la période de février 1988 à décembre 1989.
Cependant, on note deux biais de sélection:
-
la fréquentation de la structure en majorité par les indigents,
le lieu de l'étude qui est la principale structure de référence de pnse en
charge des APC et autres avortements à risque.
L'ampleur des avortements à risque est difficile à estimer [21 ]étant donné
que leur prévalence reste difficile à chiffrer pour plusieurs raisons, parmi
lesquelles on peut citer:
le non recensement de nombreux avortements à risque dans les services de
santé public ou privé.
la focalisation des thèmes abordés sur les APC qui eux-mêmes sont malgré
tout sous estimés du fait de leur caractère illégal.
-
les patientes ayant les moyens subissent leur avortement dans les cliniques
privées.
Ces résultats, obtenus à partir du milieu hospitalier, confirment la relative
fréquence des avortements, y compris les APC, au Sénégal.
Une étude multicentrique (à la CGO du CHU Aristide Le Dantec, au
Centre Hospitalier Municipal Abass Ndao, au Centre de Santé Dominiq'ue de
Pikine et à l'Hôpital Principal de Dakar) a permis de noter que pendant la
période allant de Mars 1993 à Février 1994 «les APC représentaient au moins
19% des avortements hospitalisés et peut être 23,80/0 des avortements» en
général [21].
La limite importante de cette étude est le fait qu'elle ne concerne que des
structures de santé implantées dans la région de Dakar, et par conséquent ne
pennet pas d'estimer la prévalence des avortements à risque pour tout le
Sénégal. Cependant, elle nous donne la proportion des APC panni tous les
6

avortements recensés au niveau des 4 sites de référence dakarois précités; cela
représente prés du quart des avortements en général et du cinquième des
avortements hospitalisés.
Ce rapport inquiétant montre bien que les APC demeurent un important
fléau social et un problème majeur de santé publique au Sénégal.
Une étude sénégalaise faite, en 1992 [21], estime la prévalence des
avortements à 21.760 cas dont 13.056 cas d'avortements spontanés et 8.704 de
provoqués. Ces chiffres même s'ils ne montrent " que la partie visible de
l'iceberg" traduisent une fréquence non négligeable des avortements à risque!au
Sénégal.
En
effet,
à
combien
pourrait-on
estimer
les
nombreux
cas
d'interruption de grossesse survenant en milieu non hospitalier?
Un document du Ministère de la Santé donne aussi quelques indications
sur l'ampleur des avortements à risque au Sénégal.
En 1994 [64], sont recensés 5.403 cas d'avortement, dont 4.606 dans les
districts sanitaires et 797 dans les hôpitaux. Les limites de ces données résident
sur le fait que des cas d'avortement n'ont pas été déclarés ni pris en compte pour
les hôpitaux des régions de Dakar et de Kaolack. Cette remarque est valable
pour les districts sanitaires et l'hôpital de la région de Ziguinchor. A cela il faut
ajouter qu'aucune distinction n'est faite entre les avortements spontanés et
provoqués.
En 1995 [89], le rapport du Ministère de la Santé estime que 7.935 cas
d'avortement sont recensés au Sénégal, parmi lesquels 5.357 dans les districts
sanitaires et 2.578 dans les hôpitaux. Les cas d'avortement survenus au niveau
des hôpitaux régionaux de Diourbel et de Ziguinchor n'ont pas été pris en
compte. Il est aussi à déplorer que certaines informations n'arrivent pas toujours
au niveau des structures sanitaires et qu'il n'y a pas non plus de distinction entre
avortements spontanés et provoqués.
Les études, menées en milieu spécialisé notamment à la CGO du CHU
Aristide Le Dantec, font la distinction selon les types d'avortements. Un total de
17,7% des gestantes se sont présentées pour avortement au CHU Aristide Le
Dantec. L'avortement était le plus souvent spontané ( 1.118 cas ), parfois
provoqué (125 cas). Seuls deux cas d'avortement thérapeutique ont été recensés
en 1989 et 70 cas d'avortement molaire.
7

En somme, selon les données du CHU et du Ministère de la Santé,
l'ampleur des avortements a augmenté au fil des années. Cependant, nous
déplorons le fait que le type d'avortement ne soit pas toujours précisé pour
dégager la notion de risque.
Les avortements ne sont pas dénués de complications. Ces dernières sont
d'autant plus fréquentes et plus nuisibles qu'il s'agit d'avortement provoqué.
On peut citer:
les complications immédiates :
réflexe vagal
embolies gazeuses ou cruoriques
perforations
hémorragies
les complications à court terme
infections locales, loco-régionales et générales
anémie
les complications à moyen et long terme
avortements spontanées à répétition
grossesses extra-utérines
chorio-carcinome
les séquelles
stérilité
- douleurs pelviennes chroniques
troubles psychiques.
Dans le but de venir à bout des problèmes posés par les avortements à
risque, il s'impose:
l'amélioration de leur prise en charge; aussi bien sur les plans de la durée de
l'évacuation utérine, du coût, de l'innocuité et de l'efficacité de la technique
de prise en charge,
l'utilisation de méthodes contraceptives pour la prévention des grossesses
non désirées,
l'amélioration du suivi de la grossesse,
le counseling en cas de mariage consanguin.
Le premier point va alors nous amener à passer en revue deux techniques
de prise en charge des avortements: la D et Cet l'AMIU.
8

1.2 - L'ETUDE DE DEUX TECHNIQUES DE PRISE EN
CHARGE
1.2.1 - La dilatation - curetage [7]
[] Matériel
Il faut disposer:
-
d'un spéculum de Collin ou d'un jeu de valves vaginales suffisamment
longues. La valve autostatique peut rendre service en l'absence d'aide.
-
d'une pince de Museux ou de Pozzi
-
d'une pince à pansement
-
de deux ou trois curettes à bord mousse, de calibres différents. Le, choix de la
curette doit porter sur le plus gros modèle compatible avec l'ouverture du col
utérin
-
d'une pince à faux germes
d'une boite de bougies de Hégar qUi peuvent se révéler utiles en cours
d'intervention
-
d'un hystéromètre
d'une source de lumière,
-
de cotons ou compresses de gaze,
-
d'une solution antiseptique iodophore de préférence,
-
de gants chirurgicaux stériles ou désinfectés à haut niveau (DHN), ou neufs,
-
de gants de ménage, un savon,
-
d'une passoire (sert à l'examen des tissus) et un récipient ou un bac stérile,
-
de champs stériles.
-
de l'oxygène avec sac ambu et conduit aérien,
-
des analgésiques,
-
des antibiotiques polyvalents,
-
des produits sanguins,
-
de l'anatoxine tétanique,
des ocytociques,
-
des solutés intraveineux:
-
de l'eau physiologique,
-
de lactate Ringer,
de sérums glucosés et salés isotoniques,
-
de chlorures de potassium et de sodium.
9

[J Technique d'intervention
rJr Examen préalable
Avant l'intervention, le toucher vaginal va permettre de déterminer:
- la situation du col et du corps utérin
- le volume du corps utérin.
rJr Exposition du col
L'application des règles usuelles d'asepsie est nécessaire pour
pratiquer la dilatation-curetage du col. Un spéculum ou des valves découvrent le
col qui est saisi par une pince de Museux ou de Pozzi par une de ses lèvres,
généralement l'antérieure.
En cas de rétroversion utérine, il est préférable d'amarrer la lèvre
postérieure : la traction sur la pince, en bas et en arrière, va réduire la
malposition. On s'aide au besoin de deux doigts de la main gauche, introduits
dans le vagin et qui vont refouler le fond utérin vers le haut et en avant.
rJr Dilatation du col
Cette étape peut ne pas être nécessaire car la dilatation spontanée du
col est souvent suffisante pour faire d'emblée le curetage.
Dans le cas contraire, on pourra faire soit : une dilatation extemporanée
aux bougies ou une dilatation préalable lente aux laminaires .
• La dilatation extemporanée aux bougies
Elle est une dilatation forcée, toujours hasardeuse. La première
bougie, adaptée au calibre du col, est doucement introduite dans l'axe précisé
par le toucher vaginal préalable.
Au franchissement de l'orifice interne du col utérin, on peut percevoir un
léger ressaut. Cette première bougie indique le trajet et la profondeur de la
cavité utérine.
10

Successivement, des bougies de calibres supérieurs (les calibres vont de 1
à lO) sont utilisées, sans jamais sauter un numéro. A partir d'une certaine taille,
la bougie ne pénètre plus qu'à frottement dur. Il est bon alors de la laisser en
place quelques instants avant de passer au numéro supérieur. La dilatation est
suffisante quand l'orifice livre passage à une curette mousse de moyen calibre .
• La dilatation lente aux laminaires
Cette méthode est préférable en l'absence d'urgence. Il faut noter
que cette dilatation lente aux
laminaires respecte mieux la musculature
isthmique que la précédente méthode.
Dans le col, amarré par une pince et après vérification habituelle de la
position du corps, on introduit une laminaire, après l'avoir lubrifiée à la vaseline
stérilisée. Il est préférable de laisser dépasser un peu l'extrémité de la tige. Une
mèche la maintient en place. Il faudra changer la laminaire au bout de 6 heures
et remettre une autre de plus gros calibre en cas de besoin.
Deux à trois poses de laminaires permettent en général d'obtenir une
dilatation suffisante pour livrer passage à la curette.
(jj'" Curetage proprement dit
Cette phase débute par une hystérométrie [7] : on utilise un
hystéromètre rigide plus commode pour préciser l'axe de l'utérus. Après son
introduction dans l'utérus, on modifie la courbure de la tige suivant la position
du corps utérin par rapport au col. Puis on lit sur la tige graduée, la longueur en
centimètres de la cavité utérine.
On peut utiliser un hystéromètre souple en cas de fibrome sous muqueux.
La curette utilisée doit toujours être mousse et du plus gros calibre
possible. Seront formellemenCrejetées les curettes tranchantes, en particulier les
curettes fenêtrées ainsi que les trop petites curettes, agents possibles de
perforations et qui conviennent à d'autres usages que celui du curetage post-
abortum.
L'instrument saisi entre deux doigts par son manche est doucement
introduit dans l'utérus. Puis, il est poussé jusqu'au fond; il ne travaille qu'en
revenant vers le col.
Il

Tout d'abord, sont évacués tous les débris qui encombrent la cavité. Puis la
curette explore méthodiquement le fond, les deux faces et les deux bords de
l'utérus, l'un après l'autre. Les fragments adhérents donnent une sensation de
masses bosselées, molles alors que les parois libres de l'utérus apparaissent
régulières, lisses et veloutées.
Il faut tenter de détacher les fragments placentaires adhérents en essayant
de les décoller par attaque latérale et en usant de petits mouvements tournants.
Tout raclage, tout grattage de la paroi utérine à ce niveau, et plus encore dans
les zones lisses sont interdits. La muqueuse utérine (parse fixa) doit être
respectée et le classique cri utérin ne doit être ni recherché, ni obtenu. C'est le
moyen d'éviter les synéchies. Les fragments ainsi décollés sont évacués.
L'utérus vide ne laisse sourdre qu'une faible quantité de sang, souvent
mousseux.
Tout écouvillonnage, iodage, drainage, toute injection endo-utérine sont
plus dangereux qu'utiles et doivent être proscrits.
La pince à faux germes ne doit être utilisée que pour saisir d'importants
débris ovulaires faisant saillie par le col largement dilaté. Son emploi n'est
autorisé que sous le contrôle de la vue et doit être complété par celui de la
curette.
Une seconde hystérométrie sera réalisée à la fin de cette manoeuvre afin de
déterminer la longueur de la cavité utérine.
Des spécimens de tissus seront envoyés au Laboratoire d'Anatomie
Pathologique pour analyse cytologique.
Ces fragments de tissus sont des villosités, des membranes foetales, des
tissus endométriaux (caduque). Aussi après neuf semaines d'aménorrhée, des
parties du foetus peuvent être vues. A la loupe, on arrive à identifier les
villosités placentaires).
12

[] Complications de la dilatation - curetage
Cff' Hémorragies per-curetage ou post-curetage
Deux explications sont possibles, soit l'existence d'une rétention
placentaire du fait d'une intervention incomplète, soit une inertie utérine quand
la cavité utérine est de grandes proportions et que ses parois sont d'une extrême
mollesse, ne permettant qu'un contact incertain et souvent trop prudent. L'atonie
de cette paroi rend compte du défaut d'hémostase.
Il est donc impératif de véri fier la cavité utérine à la fin de l'intervention.
Cff' Perforations utérines
Elles peuvent être le fait de l'opérateur. Elles siègent:
soit en sous péritonéal, par éclatement de l'isthme lors de la dilatation aux
bougies,
soit en intra-péritonéal, surtout quand l'utérus est rétroversé ou quand son
extrême mollesse ne permet pas de bien apprécier le contact de la paroi ou
qu'on utilise une trop petite curette.
Mais la perforation peut préexister au curetage, conséquence d'une
manœuvre abortive. Dans ce cas, elle est généralement plus grave que celle due
à l'intervention de prise en charge de l'avortement incomplet.
Le signe le plus habituel d'effraction utérine est la pénétration démesurée
de l'hystéromètre après le curetage qui s'enfoncerait jusqu'au manche si l'on
insistait. Exceptionnellement, c'est l'issue d'une frange épiploïque, voire d'une
anse intestinale qui atteste de l'existence d'une grande brèche.
En général, l'abstention opératoire doit être la règle avec repos, vessie de
glace, antibiotiques, contrôle des constantes végétatives (pouls,
tension
artérielle, température, etc ... ).
Exceptionnellement,
l'indication
opératoire
est
portée
en
cas
d'impossibilité d'évacuation d'importants
fragments
ovulaires ou
en cas
d'hémorragie qui en résulte ou d'infection déclarée, ou d'issue d'épiploon ou
d'intestin.
1J

Parfois, on peut avoir une indication secondaire, quand après abstention
immédiate, apparaissent des signes d'irritation péritonéale. Cela permet de
comprendre que l'intervention par voie haute aboutit souvent à une exérèse. La
conservation n'est possible qu'en absence d'infection déclarée et sur des tissus
aptes à la suture.
Les lésions viscérales associées, particulièrement intestinales seront
immédiatement réparées.
r;jj= Ruptures musculaires interstitielles
Elles siègent surtout au niveau de l'orifice interne du col. Leur
conséquence est une béance cervicale qui se manifestera lors d'une grossesse
ultérieure par un avortement tardif ou un accouchement prématuré.
r;jj= Inertie utérine
C'est le fait d'une dilatation rapide et purement mécanique par la
bougie. Cela expose à des hémorragies importantes. La dilatation aux bougies
ne doit donc être utilisée que devant une situation d'urgence avec hémorragie
profuse.
r;jj= Infections
Elles se voient souvent en cas de curetage incomplet. L'application
des règles usuelles d'aseptie est nécessaire dans la pratique de la dilatation -
curetage de même, l'antibiothérapie pré et per-opératoire est souhaitable en
toutes circonstances.
L'antitoxine tétanique sera faite en cas d'APC.
r;jj= Autres complications
-+ séquelles des destructions de l'endomètre suite à un curetage trop appuyé, en
particulier à l'aide d'une curette tranchante. Parmi ces séquelles, on cite:
les
synéchies
utérines
à
l'origine
de
troubles
menstruels
à
type
d'oligoménorrhée ou d'aménorrhée,
la stérilité,
14

-
le placenta praevia en cas de grossesse ultérieure,
-
les présentations vicieuses,
les ruptures utérines par déhiscence d'une cicatrice de perforation,
les hémorragies de la délivrance par adhérence anormale du placenta,
les grossesses extra-utérines par curetage trop poussé des cornes utérines à la
petite curette.
-+ complications
thrombo-emboliques,
immunologiques
ou
à
type
d'afibrinogénémie (plus rare).
1.2.2 - La méthode AMIU [31]
CI Instruments et fournitures
-+ Les instruments et fournitures de base pour l'AMIU sont:
un spéculum à double valve (taille variable),
un tenaculum (pince de Pozzi),
une pince à éponge ou à anneau,
une
seringue
de
10-20 ml
et une
aiguille
n022
(pour
l'anesthésie
paracervicale),
une instrumentation faite de :
* seringues à vide AMIU à une ou deux valves,
* canules flexibles (taille variable),
* adaptateurs (pour seringues à 2 valves),
* source de lumière,
* cotons ou compresses de gaze,
* solution antiseptique iodophore de préférence,
* gants chirurgicaux stériles ou désinfectés à haut nIveau (DHN), ou
neufs,
* gants de ménage, un savon,
* passoire (sert à l'examen des tissus) et un récipient ou un bac stérile,
* champs stériles.
-+ les instruments qui doivent être à portée de main, mais qui ne sont pas
nécessaires pour toutes les procédures d'AMIU, sont constitués:
-
d'anesthésiques locaux,
-
de curettes tranchantes,
15

-
de dilatateurs mécaniques effilés (Pratt en métal, Denniston en plastique),
-
d'une loupe simple (grossissement x4 ou x6).
~ les produits suivants peuvent être nécessaires aux soins post-abortum :
de l'oxygène avec sac ambu et conduit aérien,
des analgésiques,
des antibiotiques polyvalents,
des produits sanguins,
de l'anatoxine tétanique,
des ocytociques,
des solutés intraveineux:
* eau physiologique,
* lactate Ringer,
* sérums glucosés et salés isotoniques,
* chlorures de potassium et de sodium.
o Technique
r:Ir Précautions préalables à l'exécution de l'AMIU
Lors du bilan initial, des conditions peuvent être trouvées qui
montrent la nécessité de démarrer d'autres traitements avant de commencer
l'AMIU, ou celle d'utiliser une technique différente pour vider la cavité utérine.
Nous noterons tout particulièrement qu'il faut prendre des précautions spéciales
lorsque:
la taille
de
l'utérus
déterminée
par
l'examen
gynécologique
diffère
grandement de celle déterminée par la date des dernières règles (taille plus
grande qu'indiquée par les dates)
la taille de l'utérus est au-delà de celle du premier trimestre car la technique
d'AMIU ne se fait pas après la l5 èmc semaine d'aménorrhée.
r:Ir Préparation pour la procédure
• Minimiser le risque d'infection
Lors de chaque procédure d'AMIU, il faut soigneusement suivre
les directives fondamentales de prévention des infections. Cela va permettre de
16

minimiser les risques de transmission de maladies aux patients et au personnel
soignant, y compris le personnel d'entretien et de nettoyage. Les pratiques
recommandées sont les suivantes:
se laver soigneusement les mains à l'eau et au savon avant et après chaque
procédure d'AMIU
utiliser des instruments et des gants stériles ou désinfectés à haut niveau
(DHN)
nettoyer le col et le vagin avec un antiseptique efficace avant d'insérer tout
instrument dans le col et dans la cavité utérine
mettre des champs stériles et ne toucher d'organe que par l'intermédiaire des
instruments.
Le fait de surseoir à l'une de ces pratiques peut avoir des conséquences
désastreuses pour la sécurité des patientes et du personnel de santé .
• Préparer les instruments d'AMIU
Il importe que les instruments et fournitures nécessaires pour l'AMIU
soient prêts et à portée de main. En outre, il faudra:
vérifier que la seringue d'AMIU tient le vide
vérifier que le matériel de secours en cas d'urgence est disponible
charger la seringue d'AMIU :
* en verrouillant la valve dans la position fermée
* en tirant le piston jusqu'à ce que ses bras soient en place.
• Prendre en charge la douleur
La nécessité de donner des médicaments contre la douleur (par VOle
entérale, intra-musculaire, para-cervicale, ... ) dépendra:
de l'état émotionnel de la patiente
du degré d'ouverture du col
de la durée escomptée de la procédure
de la compétence du prestataire et de l'assistance du personnel.
Il est capital, pour donner des analgésiques ou des sédatifs, de le faire à
un moment approprié avant la procédure (15 à 30 minutes par voie intra-
17

musculaire et 30 à 60 minutes pour les médicaments par voie buccale) de sorte à
avoir un maximum de soulagement de la patiente pendant la procédure.
• Préparer la patiente
V érifier avant l'examen gynécologique que la patiente:
-
a vidé sa vessie,
-
a lavé (ou le personnel a lavé) le bas ventre et les parties génitales externes
au savon et à l'eau.
Le fait de raser les poils du pubis de la patiente n'est pas nécessaire et ne
fait qu'augmenter le risque d'infection locale (cellulite). Pour des poils qui
gênent du fait de leur longueur, il faut les raccourcir aux ciseaux.
• Faire un examen gynécologique
Se laver soigneusement les mains et enfiler des gants stériles ou
DHN aux deux mains.
Il est important que le prestataire de servIces qUI exécute la procédure
d'AMIU ait déterminé de façon certaine:
la dimension et la position de l'utérus par un examen bimanuel,
l'état des annexes,
le degré d'ouverture du col,
la présence de produits de conception
l'état du vagin et du col (déchirures, perforations ou pus), dispositif intra-
utérin.
(ifr' Conduite de la procédure d'AMIU proprement dite
Après avoir fait un examen abdomino-pelvien méthodique, après
s'être lavé et séché les mains, puis après avoir porté des gants stériles ou DHN,
passer aux étapes suivantes:

prendre 3 cotons ou compresses imbibés d'antiseptiques (en n'oubliant pas de
rechercher une notion d'allergie au produit antiseptique à utiliser)

expliquer à la patiente ce que l'on va faire
18

• nettoyer, à trois reprises, la vulve et le vagin. Si on a utilisé un antiseptique
iodophore, attendre 2 minutes avant de poursuivre la procédure
• mettre en place des champs stériles
• procéder à l'examen gynécologique
• poser un spéculum ou une valve
• pincer le col avec une pince de Pozzi

faire, si nécessaire, une anesthésie locale à 5 heures, 7 heures et 9 heures en
suivant le sens des aiguilles d'une montre, à l'aide de 10 cc de xylocaïne à
1%

contrôler la seringue, faire le vide puis relâcher
• réaliser à nouveau le vide dans la seringue
• dilater le col au besoin, par une méthode mécanique lente ou avec des
canules de dimensions croissantes

introduire la canule correspondante :
* des numéros 4, 5 et 6 jusqu'à la 8ème semaine d'aménorrhée
* ou des numéros 8,10,12 et 14 après la 8ème semaine d'aménorrhée

faire la manoeuvre de contrôle de la mobilité de la canule dans l'utérus par
des mouvements doux de va et vient
• adapter la seringue à la canule
• puis pousser doucement la canule au fond de l'utérus (on ne poussera pas au-
delà de 10 cm de profondeur)

libérer la valve à poussoir sur la seringue pour transférer le vide par la
canule. Des bulles et des tissus sanglants devraient alors commencer à passer
par la canule dans la seringue
• évacuer le contenu utérin en effectuant doucement des mouvements de va et
vient et de rotation (amplitude entre 10 heures et midi). La durée moyenne
de l'évacuation utérine proprement dite est de 5 à 10 minutes en moyenne·
selon le cas (avortement avec ou sans complications)

faire attention à ne pas tenir la seringue par le bras du piston, au risque de
renvoyer les débris dans l'utérus
• vérifier la vacuité de l'utérus. L'évacuation est achevée quand:
* on ne voit plus de mousse rouge ou rosâtre, ni de tissus dans la canule
* on éprouve une sensation granuleuse au passage de la canule sur la
surface de l'utérus vidé
* l'utérus se rétracte autour de la canule.
19

On peut parfois avoir à utiliser une canule de plus petit calibre lors de cette
phase de l'AMIU.
• ensuite, retirer la canule et la seringue et noter la quantité de produits dans la
seringue (de 80 ou de 60 cc)

décontaminer la canule et la seringue après avoir vidé la seringue en aspirant
• retirer la pince à col
• faire une nouvelle toilette vaginale
• vérifier l'arrêt du saignement au vagin et au col
• retirer le spéculum ou la valve
• retirer les champs
• décontaminer les gants avant de les enlever

faire le vide avec la canule en la retirant quand la seringue est pleine

faire un counseling avant, pendant et après toutes les étapes de l'AMIU
• examiner les débris évacués comme dans le cas de la dilatation-curetage

se laver les mains pendant 5 mn à l'eau et au savon, pour terminer.
Il est possible qu'on ne trouve pas de produits de conception. Dans ce cas:
ils ont pu être entièrement évacués avant l'AMIU (avortement complet)
ils persistent dans l'utérus par manque d'expérience de l'opérateur
le saignement vaginal pourrait avoir une cause autre qu'un avortement
incomplet (par exemple lors d'un traitement aux oestrogènes ou à la
progestérone en milieu de cycle à visée contraceptive, autre exemple avec les
fibromes utérins)
l'utérus est de structure anormale (la canule peut alors n'avoir été que dans
la partie non gravide d'un utérus double).
L'absence de produit de conception chez une patiente avec des symptômes
de grossesse indique toutefois la forte probabilité d'une grossesse extra-utérine
qui devrait être recherchée jusqu'à preuve du contraire.
Si une grossesse extra-utérine est diagnostiquée, faire un bilan immédiat et
un aiguillage si la chirurgie n'est pas disponible.
1.2.3 - Le traitement du matériel
Cette étape est valable quelle que soit la procédure utilisée pour la
prise en charge des avortements à risque, avec quelques particularités pour
chaque technique d'évacuation.
20

Ceci permettra, dans nos pays, de réduire la transmISSIOn de germes
nosocomiaux par l'intermédiaire des objets réutilisables.
Quatre étapes seront nécessaires au traitement des objets réutilisables:
1ère étape : la décontamination
2éme '
1
etape: e nettoyage
3ème étape: la stérilisation ou la DHN
4ème étape: J'entreposage et le réassemblage.
Cl Décontamine.ttion [53J
Elle doit débuter immédiatement après la fin de l'évacuation et le
personnel qui en est chargé doit porter des gants (en caoutchouc ou en vinyle).
On trempera tous les instruments utilisés (canules, seringues d'AMIU,
gants de chirurgie, dilatateurs cervicaux métalliques ou plastiques, etc ... ) dans
une solution chlorée à 0,5% pendant 10 minutes avant nettoyage.
La solution, préparée à partir d'une solution concentrée ou de poudre de
chlore ou encore de chlore liquide, est contenue dans un bac en plastique. Cette
préparation devra être changée chaque jour.
Seront aussi décontaminées les tables d'examen ou d'intervention qui ont
pu être en contact avec les liquides organiques à l'aide de la solution chlorée à
0,5%, et cela après chaque usage.
CI Nettoyage [53]
L'utilisation d'un détergent ou de savon liquide en plus de l'eau est
indiquée.
On prendra soin de porter des gants ménagers, non déchirés, ni abîmés.
Ces gants réutilisables seront nettoyés et séchés. à la fin de la journée.
Des lunettes protectrices éviteront l'atteinte oculaire par des éclaboussures
accidentelles. Il faut aussi nettoyer le matériel sous la surface de l'eau.
21

On n'utilisera ni brosse ni autres petits objets pour retirer les impuretés de
la canule d'AMIU, car le risque est la création de crevasses où peuvent se
nicher les micro-organismes.
Désassembler la seringue de l'AMIU en retirant le cran d'arrêt et en
retirant doucement le piston du corps de la pompe. Retirer le joint noir (anneau
« 0 ») du piston. Retirer l'assemblage de la valve et ouvrir la valve (pour la
seringue à double valve, retirer le joint, l'anneau «0» de l'intérieur d~ la
valve). Laver toutes les parties de la seringue dans l'eau savonneuse tiède en
faisant attention de retirer toutes les traces de sang ou de tissus. Frotter la
seringue avec un linge ou parfois avec une brosse souple.
Pour le matériel utilisé pour la dilatation-curetage, son traitement tient
compte des mêmes précautions que pour le matériel en métal de l' AMIU.
Il faut faire attention aux mors, joints ou écrous où peuvent s'accumuler
des matières organiques.
Rincer tout le matériel en retirant bien tout reste de détergent car il pourrait
interférer avec la désinfection chimique.
Ensuite sécher le matériel avant de le placer dans des désinfectants
chimiques, sauf les instruments, les dilatateurs en plastique (Denniston) et les
canules qui seront bouillis.
Pour la seringue, cependant, il ne faut pas utiliser l'autoclave, il ne faut pas
la stériliser à la chaleur, la sécher ou la désinfecter à haut niveau en la faisant
bouillir car l'assemblage de la valve se fendrait.
[J Stérilisation ou désinfection à haut niveau (DHN)
La stérilisation est la méthode la plus sûre et la plus efficace pour
traiter les instruments qui entrent en contact avec les vaisseaux sanguins, les
tissus en dessous de la peau ou les tissus qui sont normalement stériles [79].
La DHN pourra remplacer la stérilisation.
La stérilisation tue tous les micro-organismes, y compris les endospores
bactériennes telles celles responsables du tétanos et de la gangrène gazeuse
(clostridia).
22

La DHN tue les micro-organismes, y compris le virus de l'hépatite B et le
virus de l'bnmLmo-déficience acquise humaine, mais pas de manière fiable les
endospores bactériennes [53].
La méthode exacte à utiliser dépendra des capacités de stérilisation ou de
désinfectioq à haut niveau (DHN) de l'établissement sanitaire et du type
d'instnimeht utll isé.
Les objets stériles ne seront touchés qu'avec des pinces ou un élevateur
stériles ou pendant qu'on arbore encore des gants stériles.
Les objets non stérilisés à la vapeur ou à la chaleur sèche seront utilisés
immédiatement après avoir refroidi ou placés dans un récipient couvert et
stérile.
Les instruments stérilisés dans des solutions chimiques seront bien rincés
avec une eau s,térile, séchés avec une serviette stérile et mis dans un récipient
couvert et stérile.
Une chaleur humide à 80°C tue en 20 minutes pratiquement tous les virus,
bactéries, parasites et champignons, quand on se situe à moins de 5500 mètres
d'altitude [96].
Il y a quatre principes importants pour l'ébullition:
toujbur~ faire bouillir pendant 20 minutes en utilisant un récipient avec
couvercle
commencer à chronométrer lorsque l'eau commence à bouillir
imrl1ergèr entièrement les objets pendant l'ébullition
ne rien ajouter dans le récipient une fois que l'eau commence à bouillir.
Une expérience a montré que lorsqu'on place 5 à 15 paires de gants
chirurgicaux dans chacun des trois récipients de la marmite à vapeur, la
tempér~turè arrivait à 96-98°C en moins de 4 minutes dans les récipients du
fond et du milieu, et dans les 6 minutes dans le récipient du dessus. La
tempér~turerestait constante pendant les 20 minutes suivantes [60].
Le séchage se fait en 4 heures de temps pour les gants traités à la vapeur.
Certains antiseptiques sont à éviter, parmi eux:

les composés de mercure [88]en raIson de leur toxicité élevée et de leur
rémanence faible,
le chlorure de benzalkonium car il est inactivé par le coton, et n'est pas
compatible avec le savon [Il]. En outre il fait 10 minutes pour tuer le VIH
(contre 1 minute au maximum pour le chlore). Enfin, il est fréquemment
contaminé par le pseudornonas.
[] Entreposage et réassemblage
rJT> Instruments stériles
La date de péremption des paquets ou récipients stériles dO,it être
bien précisée. Chaque semaine, même si ces instruments ne sont pas utiUsés, il
faut les nettoyer et les stériliser à nouveau.
rJT> Instruments DHN
Pour retirer une canule ou un instrument d'un bac où ils sont
stockés, utiliser des pinces stériles ou désinfectées à haut niveau pour éviter les
risques de contamination. Il faudra saisir le bout de la canule qui n'a pas
d'ouverture.
rJT> Seringue de l' AMIU
Remettre le joint (anneau «0») sur le piston. Lubrifier le joint en
plaçant une goutte de silicone (ou de glycérol, ou savon liquide) sur l'anneau,
puis étaler le silicone autour de l'anneau avec le bout du doigt.
Ne pas utiliser de produits à base de pétrole.
Réassembler la seringue en tenant ensemble les bras du piston et en
insérant le piston dans le corps de la pompe.
Rattacher le cran d'arrêt. Faire rentrer et sortir plusieurs fois le piston pour
distribuer le lubrifiant dans le corps de la pompe.
Vérifier la seringue pour le vide, pour cela fermer la valve à poussoir et
tirer le piston jusqu'à ce que les bras de fermeture s'enclenchent. Laisser
comme cela pendant 2 à 3 minutes puis relâcher la valve à poussoir; on devrait
24

1
entendre une entrée d'air dans la seringue. Sinon, revérifier le joint, s'il est
nonnal alors recommencer la manœuvre. Si l'on échoue une deuxième fois, la
seringue devrait être jetée.
Les bonnes seringues sont entreposées dans des bacs avec couvercle ou des
sacs en plastique.
1.2.4 - Les soins post-opératoires
Quelle que soit la technique utilisée pour l'évacuation utérine, il
faut prendre et noter les signes vitaux pendant que la patiente se trouve encore
sur la table de traitement.
Deux étapes seront ainsi fondamentales pour l'amélioration de la prise en
charge des avortements à risque.
IJ Suivre la récupération de la patiente
Prescrire un repos confortable avec observation rapprochée de la
patiente.
Si la patiente est rhésus négatif, administrer de la globuline immunitaire
Rh (Sérum anti D).
Si des complications ont été traitées, faire un suivi adapté à l'état de la
patiente.
S'il n'y a pas de complications, contrôler les saignements avant que la
patiente ne rentre chez elle, contrôler à nouveau les signes vitaux, voir si les
crampes abdominales ont diminué. La patiente peut rentrer si elle est stable, si
elle peut marcher sans aide et si elle a reçu toutes les informations nécessaires
au SUIVI.
IJ Informations post-opératoires
Rechercher des signes d'une récupération normale:
des crampes utérines dans les jours qui suivent, pouvant être calmées par de
légers analgésiques
15

un saignotement ou un saignement qui ne dépasse pas ceux d'une
menstruation normale
une menstruation normale qui devrait se présenter dans les 4 à 8 semaines.
De plus, la patiente devra recevoir des instructions pour la prise de
médicaments prescrits et elle devra savoir que:
elle ne doit pas avoir des relations sexuelles et ne doit rien mettre dans le
vagin (pas de douche, pas de tampon) jusqu'à ce que les saignements
s'arrêtent (5 à 7 jours), et
sa fécondité peut revenir en moins de 2 semaines après la procédure. Elle a
donc besoin d'un counseling à but contraceptif et doit commencer à utiliser
une méthode immédiatement si une autre grossesse n'est pas souhaitée.
Aussi devrait-elle savoir que faire, et où se rendre pour des soins d'urgence
en cas de complications. Tels sont les symptômes d'alerte exigeant une attention
particulière:
crampes prolongées (plus de 2 jours)
saignements prolongés (plus de 2 semaines)
saignements plus abondants qu'une menstruation normale
douleur aiguë ou accrue
fièvre, frissons ou malaise
évanouissements (syncope).
1.2.5 - La planification familiale post-abortunl
La fécondité d'une femme revient presque immédiatement après
un avortement, dans les Il jours qui suivent l'expulsion même si la grossesse
était de moins de 12 semaines. Par conséquent, la femme doit choisir si elle ne
désire pas retomber enceinte; en dehors de problèmes médicaux, il n'y a pas de
raison de la décourager de faire une grossesse.
Si la femme, comme c'est souvent le cas, désire se reposer un certain
temps, pratiquement toutes les méthodes contraceptives peuvent être utilisées.
La planification familiale naturelle ne sera pas recommandée tant qu'un mode
menstruel régulier n'est pas revenu.
De ce fait, à la eGO du cHU Aristide Le Dantec, le concept de
contraception d'attente a été instauré grâce à un counseling effectué avant la
26

sortie de la cliente qui a subi une AMIU. Lorsque la patiente consent à utiliser
la planification familiale, une injection de dépoprovera lui est administrée. Cela
permet une couverture contraceptive de trois mois. Un rendez-vous, à l'unité de
consultation externe est fixé à la cliente avant l'expiration de son injection de
contraceptifs. Un autre counseling est fait et la cliente peut, si elle le souhaite,
poursuivre la contraception injectable au dépoprovera ou changer de méthode
contraceptive. Le problème posé par la contraception d'attente réside dans le
fait de nos réalités socio-culturelles. En effet, la planification familiale ne
rencontre pas toujours une adhésion sans faille de nos populations. D'abord il
faut dire que les procédures pour mettre une femme sous contraceptifs sont
lourdes de par les étapes obligatoires à suivre:
d'abord, donner à la patiente, grâce à un counseling, des raisons valables
d'adhérer à la planification familiale;
-
puis, arriver à convaincre soit l'époux, s'il s'agit d'une femme mariée, soit
les tuteurs, s'il s'agit d'une adolescente.
Cependant, le counseling fait pendant que la patiente est sous le choc peut-
il garantir l'adhésion pérenne de la cliente? Il apparaît que de nombreux
abandons de la planification familiale seraient dus à un changement d'avis de la
femme un certain temps après que le choc de l'avortement ait été digéré. C'est
donc à ce niveau qu'il faut agir et trouver des méthodes permettant de lutter
plus efficacement contre les méfaits d'une récidive d'avortement provoqué
surtout. Faut-il alors faire une injection systématique de contraceptifs dès après
la prise en charge des avortements à risque? Cela pose encore des problèmes
éthiques et juridiques au Sénégal. Il est donc nécessaire d'organiser des ateliers
de réflexion afin de voir comment contourner ce fait.
1.2.6 - Le traitement des avortements incomplets du second
trimestre
Pour le traitement de l'avortement incomplet du milieu et de la
fin du second trimestre, les risques sont plus élevés pour ce qui est de la
survenue d'hémorragies ou de perforations utérines et l' AMIU n'est pas la
technique la plus adaptée de prise en charge. Il est donc nécessaire que
l'opérateur soit suffisamment expérimenté.
La dilatation-évacuation quand elle est combinée à l'utilisation d'une pince
à éponge ou à anneau pour le r~trait des produits de conception, est une
méthode qui peut être faite.
27

L'aspiration électrique pourra être utilisée pour l'évacuation de l'utérus. Le
curage en cas de col entre ouvert est également une méthode adaptée de prise en
charge des avortements du 2ème trimestre. Dans tous les cas, l'usage d'ocytocine
en intraveineuse sera faite pour avoir une bonne rétraction utérine.
28

!
1
<Chapitre II
NOTRE
EXPERIENCE

II.1 - LE CADRE, LE MATERIEL ET LES METHODES
L'étude s'est déroulée au niveau de la CGO du CHU Aristide Le
Dantec de Dakar qui est une structure hospitalo-universitaire située au sommet
de la pyramide sanitaire. C'est la structure de référence nationale en matière de
santé de la reproduction. Elle a également une triple vocation de Recherche,
Enseignement et Soins.
La eGO a enregistré 4416 accouchements et 741 cas d'avortement pris en
charge durant l'année 1997. Les cibles de l'étude sont les patientes qui ont
fréquenté le service pour des motifs liés à des complications d'avortement. Les
avortements considérés sont ceux effectués à un âge gestationnel inférieur ou
égal à quinze (15) semaines d'aménorrhée. En effet, au delà de cet âge, la
méthode d'intervention par AMIU n'est plus adéquate. Le recrutement des
patientes a été effectué par des enquêtrices sur la base d'un
consentement
éclairé. Les clientes choisies étaient au nombre de 275 et étaient en âge de
procréer.
Les interviews ont été réalisées sur la base d'un questionnaire individuel
qui a permis de recueillir des informations sur: les caractéristiques socio-
démographiques des clientes, les soins reçus, la connaissance et l'utilisation de
la planification familiale, les coûts supportés, la durée d'hospitalisation ,ainsi
que les complications liées aux avortements à risque. Toutes ces interviews se
sont déroulées dans des conditions garantissant la confidentialité.
II.2 - LA METHODOLOGIE
Elle consiste en un procédé de recherche opérationnelle avec une phase
pré-test et une phase post-test. Entre les deux phases, on a introduit une
intervention. Les échantillons des deux phases étaient indépendants:
la phase pré-test a pour objet d'évaluer au prés des patientes et du personnel
de santé les procédures actuelles de prise en charge des soins post- abortum .
l'intervention a consisté en la mise en place du modèle.
-
La phase d'après intervention a pour but d'évaluer au prés des patientes et
du personnel de santé l'impact de l'intervention sur la qualité des soins post-
abortum.
r
29

II.3 - DEROULEMENT DES ACTIVITES
L'étude a été menée de mi-Septembre 1997 à Octobre 1998 et a
comporté trois phases :
-
une de pré-intervention ou pré-test
-
une d'intervention
-
et une de post-intervention ou post-test.
II.3.1 - La phase pré-intervention ou phase pré-test
Elle s'est déroulée de Septembre 1997 à Janvier 1998.
Les activités suivantes ont été réalisées:
-
La revue de la littérature: par l'exploitation et l'analyse exhaustive de la
documentation disponible sur les avortements à risque au Sénégal.
-
L'exploitation des statistiques de services: un recensement de tous les cas
d'avortement sur une période de référence de deux ans (1996-1997) a été
réalisé à partir des registre de la CGO du CHU Aristide Le Dantec.
L'enquête auprès des patientes: toutes les patientes se présentant pour des
complications liées à un avortement dont l'âge gestationnel est inférieur ou
égal à quinze (15) semaines ont été interviewées; elles étaient au nombre de
116.
La collecte des données sur les coûts: sur la base du guide IPAS, les coûts
relatifs aux soins après avortement ont été collectés. Des patientes au
nombre de dix ont été suivies durant toutes les étapes de leur prise en charge.
Les informations collectées ont porté sur: le temps utilisé par le personnel et
par la patiente durant la procédure de traitement, les salaires du personnel
intervenant, les intrants (médicaments et matériel) utilisés.
II.3.2 - La phase d'intervention
Elle s'est déroulée de Février 1998 à Juin 1998.
Durant cette phase, plusieurs activités ont été réalisées:
30

Un recensement des besoins: permettant de connaître les aspects clés à
améliorer pour renforcer la qualité des soins après avortement.
Un atelier de prévention des infections (PI) : les participants (médecins,
infirmiers, sages-femmes ... ) ont reçu une formation sur les pratiques
recommandées en PI, sur le concept de soins après avortement et de ses
exigences en matière de PI.
Un atelier de mise à jour en technologie contraceptive et en gestion des
services après avortement: les participants ont bénéficiés d'un recyclage
en planification familiale post-partum et post-abortum, en gestion des soins
après avortement et sur le concept de contraception d'urgence.
Une visite d'assistance effectuée à la CGO du CHU Aristide Le Dantec
en vue de développer un plan de mise en œuvre de services après
avortement(SAP): cela a permis de définir un nouveau circuit des
patientes, de revoir les pratiques de PI et l'organisation des services.
Une réunion d'orientation
: elle a concerné personnels médical et
administratif de la CGO du CHU Aristide Le Dantec. Cela a permis de
favoriser l'intégration des SAP dans les activités de routine des structures et
de sensibiliser les prestataires sur le concept de soins après avortement.
Un atelier de counseling en soins après avortement: cela afin d'accroître
les compétences du personnel impliqué dans les SAP.
Une formation en technique d'AMIU : les gynécologues-obstétriciens ont
reçu une formation en compétence clinique d'AMIU à l'étranger. En outre
des formations internes ont été organisées à l'intention des autres médecins
et des sages-femmes de la CGO.
Des visites de suivi: pour l'évaluation de la qualité des prestations de
services offerts et pour résoudre les problèmes rencontrés.
II.3.3 - La phase post-intervention ou phase post-test
Elle s'est étendue de Juillet 1998 à Octobre 1998.
Elle a porté sur les activités suivantes:
31

-
L'interview des patientes: 159 femmes ont été interrogées, et la collecte
des données a pennis de recueillir les renseignements utiles à l'enquête.
-
La collecte des données sur les coûts: 1°patientes ont été suivies.
lIA - LE TRAITEMENT DES DONNEES
La saisie des données a été effectuée à la CGO du CHU Aristide
Le Dantec. Le logiciel SPSS version 7,5 a été utilisé pour le traitement et
l'analyse des données.
Le seuil nécessaire pour que les résultats soient considérés comme
significatifs est p < 0,05.
II.5 - LA QUALITE DES DONNEES ET LES DIFFICULTES
RENCONTREES
En procédant à une comparaison des échantillons avec
une
population de référence obtenue à partir des registres des services durant une
période de 12 mois, on a montré que l'échantillon de l'étude est représentatif de
la population des patientes ciblées se présentant à la CGO du CHU Aristide Le
Dantec.
Par ailleurs, d'autres tests statistiques ont prouvé l'absence de différences
structurelles significatives entre les deux échantillons. De ce fait, on peut
considérer que les changements notés dans la qualité des soins et dans les coûts
de prise en charge des patientes entre les deux phases sont essentiellement dus
à l'introduction du modèle de prise en charge.
Cependant, un certain nombre de difficultés s'est posé du fait:
-
Du mauvais fonctionnement du système d'infonnation et du manque de
standardisation des supports de collecte qui ont posé des problèmes au
niveau de la collecte des données statistiques de services et des données sur
les coûts. Notamment, la non disponibilité des données désagrégées relatives
aux dépenses de fonctionnement (eau, électricité ... ) au niveau de la structure
ciblée n'a pas pennis d'estimer les charges spécifiques supportées par la
structure d'accueil
; données nécessaires à. l'utilisation de l'approche
développée par IPAS.

-
De la faiblesse des effectifs des échantillons qui a altéré la finesse de
l'analyse au plan statistique.
-
Du temps très court entre le début de l'enquête et son évaluation qui a été
une limite objective pour une bonne appréciation de l'impact du modèle
expérimenté.
II.6 - LES RESULTATS
II.6.1 - Les caractéristiques socio-démographiques
des patientes
[J Age des patientes
Tableau 1 : Répartition des patientes par tranches d'âge
1
1
Age (ansL-
Pré-test
Post-test
Nombre
Pourcentage 1
1< 20
17
21
38
13,9
1
20-24
22
30
52
19
1
25-29
32
35
67
24,5
i
1
30-34
18
33
51
18,6
1
1
r-------"
35-39
19
25
44
16,1
J
40 et+
8
14
22
8
1
1
Total
116
158
274
100
i
Les patientes de 25-29 ans représentent la tranche d'âge la plus importante
(soit le quart de 1' échantillon). Les adolescentes représentent 13,90/0 de l' effecti f
global.
Les patientes recrutées pendant la phase de pré-test représentent 42,340/0 et
celle recrutées pendant la phase de post-test 57,66% de l'effectif global.
La moyenne d'âge pendant la phase de pré-test est de 27,87 ± 7,19 ans et
pendant la phase de post-test, la moyenne d'âge est de 28,58 ± 7,34 ans.

CI Statut matrimonial
Tableau 2 : Répartition des patientes selon le statut matrimonial
Statut
Pré-test
Post-test
Total
0/0 1
Mariée
85
131
216
(78,5)
Non mariée (veuve
31
28
59
(21,6)
ou célibataire
Total
116
159
275
(100)
Pré-test
Post-test
fl1JMariée
1'11 Mariée
liNon mariée
IiIINon mariée
Figure 1 : Répartition des patientes selon le statut matrimonial
Les femmes mariées représentent les ~ de l'effectif global 78,5% et les
non mariées 21,5%.
[] Enfants vivants
Tableau 3 : Parité des patientes
Enfants
Pré-test
Post-test
Nombre
Pourcentage
Nullipare
34
53
87
31,6
,1 enfant
18
18
36
13,1
2 à 3 enfants
31
41
72
26,2
4 à 5 enfants
15
23
38
13,8
6 enfants et +
18
24
42
15,3
1
L
Total
116
159
275
100
34

100
50
33
l@iI Pré-test
• Post-test
il
UOfJ;..::---',
0
"V~
,
CI)
8~<\\
-c
-
CI)
C
:::J
~
co-
C
Jr~ \\'\\i
.'.
[il
1
QJ
ca.
.
i~ ~~~
! ..~ i
Q J -
QJ
~
Jl~
:.~.~
-
:::J
~~...,
/ ,.'~
CD
Z
:"'/1 (J //.•.$;-
'- -, "--.--- ~~" .
, . . .
. ,
"'~i'Vi::i3 co
Igure 2 : RepartItIon des patIentes selon leur pante
Les nullipares représentent 31,6%, la part la plus importante de l'effectif
global et le nombre de nullipares pendant la phase de post-test est beaucoup
plus important que le nombre de nullipares pendant le pré-test. Les nullipares
représentent 33,30/0 de l'échantillon du post-test tandis qu'elles représentent
29,3% de l'échantillon de pré-test. Les femmes ayant 2 à 3 enfants vivants
représentent 26% et les grandes nullipares (6 enfants et plus) 15,3% de l'effectif
global.
[J Niveau d'études atteint par la patiente
Tableau 4 : Répartition des patientes selon le niveau d'études atteint
Etudes
Pré-test
Post-test
Nombre
Pourcentage
Sans
48
74
122
44,4
Primaire
44
44
88
32
Secondaire et plus
24
36
60
21,8
-
Autre (coranique)
0
5
5
1,8
1
i
Total
116
159
275
100
--
La plupart des patientes, 44,4%, n'ont jamais été scolarisées. Pendant la
phase de post-test 5 patientes, soit 1,80/0 de l'effectif global, ont suivi un
enseignement coranique.
35

CI Activité professionnelle
Tableau 5 : Répartition des patientes en fonction de leur activité
professionnelle
Activité
Pré-test
Post-test
Nombre
Pourcentage
Sans profession
53
88
141
51,6
Emploi rémunéré
55
49
104
38,1
Emploi non
7
21
28
10,3
rémunéré
Total
115
158
273
100
- -
La majorité des femmes 51,6% sont sans profession. Durant chaque phase
de l'étude, il y a eu un cas dont l'activité professionnelle n'a pas été
mentionnée.
CI Désir de grossesse
Tableau 6 : Répartition des patientes selon leur désir de grossesse
Pré-test
Post-test
Nombre
Pourcenta2e
Souhait
Oui
63
93
156
56,7
d'avoir cette Non
53
63
116
42,2
i
grossesse
Ne sait pas
°
3
3
1,1
1
Total
116
159
275
100,0
1
P=0,225
36

Pré-test
1iii Oui III Non 0 Ne sait pas 1
54%
Post-test
[ii"O"Ui III Non 0 Ne sait pas 1
2%
40%
58%
Figure 3 : Répartition des patientes selon leur désir de grossesse
Le tableau 6 semble montrer que les patientes qui avaient désiré leur
grossesses, les deux phases réunies, sont plus nombreuses que celles qui ne
souhaitaient pas leur grossesse avec respectivement 56,7% et 42,2%. Cependant
le test n'est pas significatif avec un p-value à 0,225. Au total, pour ce qui est
des caractéristiques socio-démographiques, on note que le quart des clientes
appartiennent à la tranche d'âge de 25 à 29 ans. Les adolescentes représentent
environ 14% des patientes. On note qu'un cinquième des patientes sont
célibataires et que près d'un tiers d'entre elles sont nullipares. Presque la moitié
des patientes ne sont pas scolarisées et un taux équivalent d'entre elles
n'exercent aucune activité professionnelle. Enfin, plus de la moitié des clientes
affirment désirer leur grossesse.
37

II.6.2 - Les données médicales
[J Type d'avortement
Tableau 7 : Répartition des patientes selon le type d'avortement subi
Type
Pré-test
Post-test
Nombre
Pourcenta2e
Spontané
74
105
179
65,1
Provoqué
27
21
48
17,5
Autre (molaire)
15
33
48
17,5
Total
116
159
275
100
1
P = 0,043
1111 Pré-test Il Post-test 1
Autre (molaire)
Spontané
66
3.8
Provoqué
o
50
100
Figure 4 : Répartition des patientes selon le type d'avortement subi
Au cours des deux phases pré-test et post-test, nous avons enregistré
beaucoup plus d'avortements spontanés. Ils représentent 65,10/0 de l'ensemble
des cas d'avortements reçu pendant les 2 phases. Les avortements provoqués
représentaient 17,50/0 de même que les avortements molaires reçus dans le
servIce.
38

[J Age gestationnel
Tableau 8 : Répartition des patientes selon l'âge gestationnel atteint
,------
-
A2e
Pré-test
Post-test
Nombre
Pourcentage
< 12 SA
68
93
161
58,5
2: 12 SA
48
66
114
41,5
Total
1]6
159
275
100
Les avortements survenant à moins de 12 SA représentent 58,5% tandis
que les avortements à plus de 12 SA s'estiment à 41,5%.
L'âge gestationnel moyen au cours du pré-test est de 9,99 SA ± 2,53 et au
cours du post-test, l'âge gestationnel moyen est de 9,93 SA ± 2,54. Cependant,
le test n'est pas significatif car le p-value est de 0,983.
[J Complications à l'admission
Tableau 9 : Répartition des complications notées à l'admission chez
les patientes
Type de complications
Nombre de complications Pourcentage
Hémorragies génitales
237
37,6
1
i
-
Fièvre
109
17,3
Douleurs pelviennes
196
31,1
1
Ecoulement vaginal
14
2,2
Vertige / maux de tête
48
7,6
Troubles digestifs
15
2,4
Autres complications
11
1,7
Total
630
100,0
1
1
39

lm saignement vaginal
III douleurs pelviennes
100
o fièvre/refroidissement
o vertige/maux de tête
50
• troubles digestifs
il écoulement vaginal
o
l1li autres complications
Figure 5 : Répartition des complications à l'admission chez les patientes
Au premier plan, les hémorragies génitales se distinguent avec 37,6%.
Ensuite, les douleurs pelviennes se retrouvent dans 31,1 % des complications à
l'admission. Ces deux éléments constituent, avec les infections, 860/0 de ces
complications. Les 14% restantes se répartissent aux vertiges et céphalées,
troubles digestifs, écoulement vaginal et autres complications.
En.somme, les données médicales permettent de noter que les avortements
spontanés représentent plus de 65% des avortements en général. L'âge
gestationnel moyen est de 10 semaines d'aménorrhée. Les complications les
plus couramment rencontrées sont les hémorragies génitales (37,6%), les
douleurs pelviennes (31,1 %) et les infections (17,30/0).
40

II.6.3 - La prise en charge
[] Technique d'évacuation
Tableau 10: Répartition des techniques d'évacuation uti lisées
Technique
Pré-test
Post-test
Nombre
pourcenta~~
Curaf!e
94
38
132
48
~
Dilatation / curetaf!e
17
2
19
6,9
1
Aspiration manuelle
0
119
119
43,3
Aspiration électrique
5
0
5
1,8
1
Total
116
159
275
100
1
---J
P = 0,000
Pré-test
Post-test
24%
1%
81%
lilJ Curage • 0 et C • Aspiration électrique
]mcurage 110 et C DAMIU 1
Figure 6 : Répartition des techniques d'évacuation utilisées
Pendant la phase de pré-test, le curage représentait la principale technique
d'évacuation utérine (81 %) suivie de la dilatation/curetage 14,7% et de
l'aspiration électrique 4,3%.
Cependant, au cours du post-test, avec l'introduction de l' AMIU, le curage
a été moins utilisé de même que la dilatation/curetage.
L'AMIU a été la technique d'évacuation utérine la plus utilisée avec 74,8%
de l'ensemble des cas d'avortement traités pendant la phase de post-test.
41

·
.
La différence est très significative avec un p-value < 0,000
",
':
C Méthode d'anesthésie
Tableau Il : Répartition des méthodes d'anesthésie utilisées
>~ ,",
Atlestbésie
Pré-test
Post-test
Nombre
Pourcentage
tlicale
0
105
105
38,46
G~né~~le .
17
13
30
10,99
Alitre~ (soutien
98
40
138
50,55
psychologique ou anti-
1
inflammatoire) .
1
Ttital
115
158
273
100
1
Post-test
15%
25%
8%
II3Général~ IlIIAutres 1
IŒJLOCale .Générale DAutres 1
Figure 7 : Répartition des méthodes d'anesthésie utilisées
Âu cours du pré-test, aucune patiente n'avait été traitée par anesthésie
lotale. Au total 17 patientes étaient soumises à l'anesthésie générale. Le reste
(98 patientes) n'avait pas bénéficié d'une anesthésie mais plutôt d'un soutièn
psychologique ou d'anti-inflammatoires pour supporter la douleur.
Cependant, au cours du post-test, 105 patientes soit 66,5% de l'effectif
global, étaient soumises à l'anesthésie locale pour supporter la douleur. Cela
relègue au second plan les autres formes de prise en charge de la douleur.
Le test est significatif avec p = 0,000
42

0'
[J Perception de la douleur
Tableau 12 : Répartition des patientes selon le degré de perception
douloureuse
Pré-test
Post-test
Nombre
POUlTcentage
Douleur
Pas de douleur
87
23
110
4:5 ,45
ressentie
Douleur modérée
3
42
45
18,6
durant
Douleur maximale
24
63
87
35,95
l'évacuation
Total
114
128
242
100
...J
P=O,OOO
Malgré l'anesthésie locale pratiquée dans l'AMIU, le degré de perc~ption
de la douleur est apparu plus élevé durant la phase post-test avec non seulement
une diminution de 87 à 23 des cas d'absence de douleur, mais aussi une
élevation du nombre de cas où la douleur est cotée maximale allant de 24 à. 63.
En considérant les phases de l'étude séparément, la perception douloureuse
maximale était retrouvée plus fréquemment durant la phase post-test chez
49,22% des patientes contre 21,050/0 dans le pré-test.
Ce test est significatif avec un P-value de 0,000.
[J Temps d'attente
Nous le répartissons en deux avec :
-
un temps d'attente-avant l'admission ou TI
-
et une durée entre l'admission et l'évacuation ou T2
43

Tableau 13 : Répartition des patientes selon la rapidité de leur
admission
Temps d'attente avant l'admission (TI)
Pré-test
Post-test
Nombre
Pourcentage
1
Immédiatement
38
78
116
43,4
Tt
30mn à l heure
37
41
78
29,2
l à 2 heures
24
18
42
157
,
2 heures et plus
13
18
31
11,6
Total
112
155
267
100,0
1lm Pré-test • Post-test 1
100
Figure 8 : Distribution des patientes selon la rapidité de leur admission
L'amélioration du temps d'attente avant l'admission des patientes du post-
test s'est nettement faite avec dans la majeure partie des cas non seulement une
admission immédiate, soit 43,4% (soit 116 patientes); mais aussi entre les deux
phases de l'étude
un taux
qui passe de 33,9%
à 50,30/0 de patientes
immédiatement admises.
Le taux des patientes qui ont passé 2 heures de temps et plus est resté
stable à Il,60/0 durant les phases de l'étude.
Le test est significatif avec un P-value de 0,030.
La moyenne de la durée de l'AMIU est estimée entre 5 et 1°mn chez des
patientes d'une autre série de la eGo.
44

Tableau 14 : Répartition des patientes selon la durée de leur attente
ou leur admission et l'évacuation de leur utérus
Durée entre l'admission et l'évacuation utérine (T2)
Pré-test
Post-test
Nombre
Pourcentage
1
Immédiatement
15
12
27
10,0
1
1
Moins d'une heure
17
18
37
12,9
i
T2
Une à deux heures
33
51
84
31,0
J
Trois à 24 heures
28
61
89
32,8 ~
24 heures et plus
20
16
36
13,3
1
Total
113
158
271
100,0
1
~
1
Pré-test Il Post-test 1
100
Figure 9 : Distribution des patientes selon le temps d'attente entre·
l'admission et l'évacuation utérine
La majorité des patientes n'ont bénéficié d'une méthode d'évacuation
qu'après une à 24 heures attente avec un total de 63,8% toutes phases
confondues. Au delà de ces 24 heures, on peut noter une nette amélioration du
temps d'attente avant l'évacuation utérine pour 17,7% des patientes pendant le
pré-test contre 10,1 % dans le post-test.
Ce test étant significatif avec un P-value de 0,046.
45

[J Durée d'hospitalisation
Tableau 15 : Répartition des patientes selon la durée de leur
hospitalisation
Pré-test
Post-test
Nombre
Pourcentage l
jDurée
Moins d'un iour
29
98
127
47,04
1 d'hos pitalisation
1 à 2 jours
36
20
56
20,74
3 jours et plus
50
37
87
32,22
Total
115
155
270
100,0
t=P=O,OOO
3 jours et plus
1 à 2 jours
Moins d'un jour
• • • 63
o
50
100
Figure 10 : Distribution des patientes selon la durée d'hospitalisation
Une nette amélioration est à noter dans la réduction de la durée du séjour
hospitalier à moins d'un jour au cours de la phase post-test avec 77,16% de
l'effectif ayant passé ce temps (soit 98 cas) contre 22,84% (soit 29 cas) durant
le pré-test.
En valeur relative la brièveté du séjour pendant le post-test reste valable
par rapport au pré-test même les durées d'hospitalisation d'un jour complet et
plus.
On
signalera
qu'indépendamment
de
la
phase
d'étude,
le
temps
d'hospitalisation reste dans 47,04% des cas, inférieur à un jour.
Ce test est significatif avec un P-value de 0,000.
46

Statistiques par groupes
Tableau 16 : Moyenne de la durée d'hospitalisation
-
Phase de l'étude
Nombre de patientes
Moyenne de la durée d'hospi-
1
talisation par patiente (en heures)
i
1
1
Pré-test
116
72,9
1
1
1
Post-test
159
39
i!
r
P=0,002
L'observation du tableau des statIstiques par groupes permet de noter
l'importante réduction de la durée d'hospitalisation après introduction de
l'AMIU. En effet, on passe de 79,9 heures pendant le pré-test, à 39 heures
durant le post-test, et ceci malgré l'augmentation du nombre de patientes (de
116 à 159 consultantes).
[J Utilisation d'une méthode contraceptive avant la sortie
Tableau 17 : Répartition des patientes selon leur choix d'utiliser
ou pas une méthode contraceptive
Pré-test
Post-test
Total
(%)
1
Acceptation/décision
Oui
32
44
76
(67,9)
1 Utilisation méthode
Non
23
13
36
(32,1)
Total
55
57
112
(100,0)
!
1
P=O,031
42%
58%
47

Post-test
IEliilOUi !liNon 1
23%
Figure Il : Distribution des patientes selon leur adhésion ou pas à une
méthode contraceptive
On note en valeur relative, une évolution ~n hausse de l'adhésion aux
méthodes contraceptives avec 72,2% dans le post-test contre 58,20/0 au cours du
pré-test.
D'une manière générale 67,9%(soit 76 cas) des propositions d'utilisation
d'une méthode contraceptive ont été accueillies favorablement.
De même, si on considère chaque phase séparément, on note l'élévation du
taux d'acceptation d'utilisation d'une méthode contraceptive qui passe de
58,2% dans le pré-test, à 77,20/0 dans le post-test.
Le P-value est significatif
[] Coût de la prise en charge
Tableau 18 : Moyenne du coût de la prise en charge par patiente
1 Phase de l'étude
Nombre de patientes
Moyenne du coût de la prise'
en charge par patiente
,
1
Pré-test
91
41927,6264
~
1
Post-test
79
27949,3165
1
P=O,OOO
48

Le coût de la prise en charge a diminué de façon appréciable, passant
d'environ 42.000 pendant le pré-test à près de 28.000 Francs CFA, par patiente,
dans le post-test.
Le P-value est significatif: 0,000.
Au total, en ce qui concerne la prise en charge, on relève que les trois quart
des clientes sont traitées avec l' AMIU. L'anesthésie locale est utilisée dans les
deux tiers des cas avec cependant une augmentation du degré de perception
douloureuse qui passe du simple au double (21,05% à 49,22%).
Le T J pour les patientes immédiatement admises s'est fortement amélioré
pour plus de 50% des patientes contre 33,9% dans le pré-test. Pour l'instant, les
deux tiers des patientes attendent encore une à 24 heures après leur admission
avant de voir leur utérus évacué.
Le nombre de patientes qui passent moins d'un jour en hospitalisation a
triplé après introduction de l' AMIU (77,16% contre 230/0). La durée moyenne
d'hospitalisation a été réduite de moitié (39 heures contre 73 heures).
Les trois quarts des patientes ont adhéré à une méthode contraceptive avant
leur sortie dans le post-test contre 58,2% dans le pré-test.
Le coût de la prise en charge a pu être réduit du tiers après introduction de
l'AMIU
49

<Chapitre III
LES
~
- ,.
COMMENTAIRES
ET DISCUSSIONS

A partir de notre expérience, nous avons pu nous rendre compte
de l'évolution de la prise en charge des avortements à risque et des effets
bénéfiques de la technique d'AMIU. Un certain nombre de paramètres vont
retenir notre attention:
les caractéristiques socio-démographiques ;
les données médicales, ainsi
que la prise en charge des patientes ayant eu un avortement à risque, feront
l'objet de nos commentaires et discussions.
Pour chacun de ces paramètres, nous étudierons les réalités hors du
Sénégal, afin de pouvoir mieux cerner la question et, certainement, d'apporter
des solutions à l'amélioration des soins post-abortum.
III.1 - LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES
DES PATIENTES
111.1.1 - L'âge des patientes
Nos données révèlent que les clientes âgées de 25 à 34 ans
représentent 43,1 % de l'échantillon global. De même, un taux de 13,9% a été
retrouvé comme pourcentage de patientes âgées de moins de 20 ans en
considérant les deux phases de l'étude réunies. Cela représente une minorité au
vue des études des autres pays qui trouvent des taux plus importants dans le
groupe des adolescentes.
En effet, Adétero [3] nous révèle qu'au Nigéria, dans une première étude,
61 % des patientes sont des adolescentes. Ce taux sera secondairement revu à la
hausse avec 75% d'adolescentes parmi les patientes d'une autre enquête
d'Adétero [2].
Un article sud-africain [6] note également la prédominance d'adolescentes
chez les femmes se présentant pour avortement. La majorité des patientes sont
jeunes (16 à 21 ans).
Une revue africaine [87] traitant des avortements révèle que les patientes
étaient «globalement âgées de moins de 25 ans».
50

Ailleurs, en dehors du continent africain (Europe, Russie et USA), la
fréquence la plus importante des avortements est observée autour de l'âge de 20
ans par Kulczycki [50].
111.1.2 - Le statut matrimonial
Dans l'échantillon de notre étude, 78,5% des femmes sont
manees soit plus des 3 quarts. Cela ne laisse qu'un quart de femmes
célibataires.
Par contre,
Archibong
[5]
trouvait
81%
de
célibataires dans
son
échantillon, cependant ce taux baissait à 58% dans une enquête menée par son
compatriote Okonofua, au Nigéria. Ces taux restent très supérieurs à celui de
notre étude qui représente moins du quart des patientes de notre étude.
Chatterjee retrouve, en Zambie, que son échantillon comportait 45% de
cél ibatàires [1 7].
OI) signale la remarque faite par Baker et Khasiani [6], du Kenya, selon
laquelle
les
femmes
célibataires
sans
emploi
étaient
les
plus
grandes
pourvoyeuses d'avortements. Cependant cette corrélation n'a pas été recherchée
durant hotre enquête.
Enfin, la revue africaine [87] et l'enquête de Ku1czycki [50] précitées dans
le chapitre «âge des patientes» s'accordent sur le fait que les femmes ayant subi
un avortement étaient célibataires pour la plupart (61 % des cas).
111.1.3 - Les enfants vivants
Nos clientes qui ont moins de quatre enfants constituent 70,90/0
de l'échantillon. Parmi nos patientes on note aussi 31,6% des nullipares.
Okon?fua [76], du Nigéria, note, parmi les femmes de son échantillon,
62% de nullipares, soit deux fois plus que notre taux.
i
Nichols [69] retrouve dans son échantillon provenant de 23 centres
africains, qu'un tiers des patientes ont eu une grossesse dans le passé.
51

Dans la revue africaine précitée dans le chapitre «âge des patientes» [87],
la majeure partie des clientes (plus de 70% des cas) avaient moins de trois
enfants.
11I.1.4 - Le niveau d'études atteint par la patiente
Durant notre enquête, nous avons retrouvé des taux de 32% et
de 44,4% respectivement chez les patientes qui avaient arrêté leurs études à
l'école primaire et chez celles qui étaient analphabètes.
La revue africaine citée dans le chapitre «âge des patientes» [87], sur cet
aspect, note que les patientes sont généralement étudiantes de 1ère OU 2ème année
du cycle secondaire à la différence de nos résultats.
111.1.5 - L'activité professionnelle
Les résultats que nous avons obtenus reflètent en partie le bas
niveau d'études de nos patientes qui, pour 51,6% d'entre elles, sont sans
profession.
L'article sud-africain précité à la partie «âge des patientes» [6] signale que
la majorité des patientes sont sans profession et hébergées par leurs parents.
11I.1.6 - Le désir de grossesse
Il n'est pas encore possible à partir de nos résultats, d'estimer les
parts de grossesses désirées ou non chez nos clientes, encore moins de voir
parmi ces conceptions celles qui sont survenues malgré l'adoption d'une
méthode contraceptive. Cependant d'autres pays se sont intéressés à cet aspect
de la question des avortements à risque.
Une étude réalisée à Addis-Abéba [1] relève que plus d'un quart des
patientes de l'échantillon (soit 26%) ne désiraient pas leur grossesse.
En Tanzanie, Justesen [42] retrouve que 520/0 des patientes de son
échantillon avaient eu une grossesse non désirée. Cela constitue certainement
un motif pour qu'au Nigéria [85], dans une étude menée par Oshodin, 60% des
clientes utilisent une méthode contraceptive dans le but d'éviter ce type de
mésaventure.
52

Fawcus [28], du Zimbabwé, rapporte que 47% des patientes de son étude
souffraient d'une grossesse non désirée.
Une étude menée par Lamptey [51]dans dix pays africains souligne que
l'avortement est le plus souvent utilisé pour différer une grossesse en particulier
chez les jeunes filles poursuivant encore leurs études.
Ainsi, on note un facteur important qui favorise les avortements; le
manque de désir de la grossesse en question. Ceci est lié à divers facteurs socio-
démographiques qui tiennent la femme en otage et l'obligent à requérir à
l'interruption
volontaire
de
grossesse.
Les
caractéristiques
socio-
démographiques sont variables d'un groupe à l'autre au vu des résultats fournis
par les différentes enquêtes menées chez nous et ailleurs de par le monte.
Chaque étude s'est intéressée à un aspect particulier de l'identité de la cliente
qui a été victime d'un avortement à risque. Aussi toutes ces enquêtes
gagneraient à être coordonnées pour pouvoir disposer d'une batterie de données
plus aisément comparables.
11I.2 - LES DONNEES MEDICALES
Elles regroupent le type d'avortement, l'âge gestationnel et les
complications notées à l'admission.
111.2.1 - Le type d'avortement
La classification que nous avons adoptée pour les avortements à
risque, nous permet de distinguer: les avortements spontanés compliqués, les
avortements provoqués ou clandestins et les avortements molaires.
Dans la plupart des cas, il a été trouvé une majorité d'avortement
spontanés (650/0 de l'échantillon durant les deux phases du test). Les
avortements provoqués représentent 17,5% de l'effectif global du pré-test et du
post-test, soit environ un cinquième des clientes.
Le malien Binkin [9] obtient comme résultats:
Il % d'avortements
provoqués contre 75% spontanés pour un effectif global de 1031 patientes. Pour
les 14% restant, le caractère provoqué ou spontané n'a pas été déterminé.
De même, au Nigéria, selon les données de Megafu [62], le rapport
d'avortement est de 20 pour 1000 accouchements; et dans son étude sur 483
53

cas d'avortement, 17,4% des cas sont provoqués clandestins. En somme, un
avortement sur cinq était provoqué clandestin. Odujinrin [71] trouve que 23,5%
des 276 femmes sexuellement actives de son étude ont eu au moins un
avortement. Par Oronsaye [84], nous apprenons que 30,20/0 des patientes de son
échantillon avaient avoué que leur avortement était provoqué. Comme dans
notre étude, la part des avortements provoqués reste globalement faible au
Nigéria, au vu des résultats venant des trois autres pays (Ghana, Kenya,
Ethiopie) pris en comparaison qui ont des taux au moins doubles des nôtres.
Bleck [10], du Ghana, note que dans son échantillon, il y avait 10 patientes
sur 19 qui ont eu un avortement (soit plus de la moitié). Il ajoute que
l'avortement provoqué constitue un fait banal chez les femmes en âge d'étude
ou chez celles qui se sont trouvées un partenaire pouvant financièrement les
prendre en charge.
Au Kenya [25], parmi les avortements, il y avait une distinction faite
entre: les avortements spontanés, à hauteur de 32,4% ; les avortements suspects
de provocation au taux de 54,1% ; et les avortements provoqués certains avec
13 ,50/0. Après correction, c'est à dire en tenant compte
du nombre
d'avortements provoqués inavoués, les résultats cités pourraient bien se
rapprocher de ceux obtenus au Sénégal et que nous avons exposés en amont,
dans le chapitre «Notre Expérience». Selon Wanjala [99], 80% des patientes de
son
échantillon présentaient
un
avortement
provoqué
ou
probablement
provoqué. Rejoignant le taux de Wanjala [99], Kamau [44] décrit 83,6% de ses
patientes comme ayant eu un avortement à risque au Kenya.
y oseph
[101]
retrouve
200
avortements
provoqués
pour
mille
accouchements parmi les patientes de son échantillon, en Ethiopie. Par ailleurs,
un autre travail [95] réalisé là retrouve 65% d'avortements spontanés (molaires
ou non) et 350/0 d'avortement illégaux. Cela représente un taux très élevé par
rapport au Sénégal et au Kenya.
Une étude [30] menée à travers quatre pays a permis de noter que pour les
avortements provoqués et spontanés, il y avait, comme consigné dans le tableau
ci-dessous:
54

Proportions entre avortements provoqué et spontané dans quatre pays
Provoqué
Spontané
12,4%
87,6%
40,70/0
59,3%
1
1
1
1
1
51,5%
48,5%
1
1
40,7%
59,3%
~
210/0
79%
-~
On note ainsi une grande variabilité des résultats d'une étude à l'autre et
d'un pays à un autre. L'explication de ce fait pounait être liée à un problème de
définition ou de statistique.
111.2.2 - L'âge gestationnel
L'âge gestationnel moyen obtenu (10 SA) peut permettre de dire
que quelle que soit la phase de l'étude, il n'y avait pas de variation notable.
Cet aspect est retrouvé au Nigéria par Ogunniyi [73] qui rapporte que sur
1372 patientes étudiées, 17% avaient 12 semaines de grossesse et 63% en
avaient moins. Son compatriote Omu [82] a trouvé que si l'âge gestationnel
dépasse 12 semaines, il y a une augmentation significative du nombre de
complications liées aux avortements. Selon Ekwempu [27], l' AMIU est une
méthode facile pour le traitement des avortements incomplets dont l'âge
gestationnel atteint au maximum 12 semaines.
La majorité des patientes, 50 à 75% des effectifs d'une étude menée à
travers différents pays africains [87], avaient des grossesses de moins de 12
semames.
Par contre, cet âge reste en moyenne plus élevé au Kenya; en effet
Maranga [58] révèle que la majorité des patientes (44,0%) avaient entre Il et 15
semaines de gestation. Puis il y avait les femmes dont l'âge gestationnel variait
de 16 à 20 semaines (30,0% des cas de l'échantillon). Pour les patientes dont
l'avortement avait été provoqué, l'âge gestationnel était entre Il et 15 semaines
d'aménonhée. Une enquête de Ngotho [68] retrouve que parmi les patientes de
l'échantillon: 12,1% ne dépassent pas 7 semaines de gestation; 59,2% avaient
55

entre 8 et, 15 sèrrùiirj~s et cela représente la majorité de l'effectif. D'après
Omuga [83], jb,6o/~ .,dè: s8néchantillon avaient entre 9 et 12 semaines de
gestation. Si te.t~~u~tai:é~t~orrélé à celui de Ekwempu selon lequel le risque est
moindre avaht 9, séIti~l:n.es;~e g~s_tation, le quart des patientes de Omuga peuvent
subir l'AMIU sans'tropdé problème (en effet, elles ont moins de 9 semaines de
gestation).SelonNyahIut1i], il y avait au moins les deux tiers des patientes qui
avaient béné~èie de' i'·ÀMiD.à '7 semaines ou moins de grossesse.
III.2.3 - Les éôQipÜchtions à l'admission
• .
. '
l '
. ' .
D&rt~. hotté,'éiûdg, prédominent les hémorragies génitales et les
doule~rs j)elvi~hn~~; ~.~e~;.re~Reetivement 37,60/0 et 31,10/0 de l'ensemble des
complicationsâ radmi~~ion. Gldbalement, chaque patiente pourraient présenter
au moins de~x cohipÜ,?'aHb~ns du post-abortum, si on considère le rapport brut
du n~mbre dè ·comp1îçâtlons révélées (630 complications) sur celui des
patientes vietHrt.~s dbc~~:e~rt1pl1cations(257 patientes) et dont les réponses ont
,
"
.
: .. : t

,
: '
....'~..
: '
étévalidéès.· C~l:;î trqd~it le risque élevé auquel s'exposent les femmes qui
cherchehtà s~ faire a~otiêt. Cela est d'autant plus grave que chacune de ces
complications ré,ut eiigag~r les ptonostics fonctionnel et parfois vital.
,
~. ~.
-
.... .:. ;.~ :,:
' . .
Aû sujet de .là' riibft~HtéiTiaternelie par avortement depuis février 1998,
. '
' . .
....'
~
,
datè d'introdtict~bri:d~>FAMIU, les chiffres dont nous disposons ne nous
per~ettentp~s.enëQrê:(PéY~ltierl'impactde l'ANIIU en plus ou en moins dans
le taux des décès niateriiéis. En effet, la mortalité maternelle en 1987 était
estimée à. 897, pOur .~ bd.doo naissances vivantes contre environ 1105 pour
100:000 en i 998. t 'irit~rBrétation de ces taux sans plus de précision sur le
nombre des avoctettiehts p~ovoqués clandestins pris en charge par la méthode
AMIU èxposéhlit· à d~s 8iais. Makokha [56], du Kenya, note que chez les
primipares de:. sbn
échantillon (27,60/0 des
patients),
500/0
ont
eu des
complications fatales .
.Co~cerriahi la rhotbiciité; Binkin [9], par contre, note un faible taux de
complications â l' admlssiort (0,50/0 des 1031 patientes) au Mali.
t
.
\\ : .
.
. . ' ~
1

Selon Hyhazi [37], de là Guinée, dans son échantillon (2649 patientes),
50% d~s ferriitiésavàî~Ht dès complications hémorragiques et 370/0 des
compIicàtioris infedietisd.
A;ggrarwai [4], du Kenya, observe que 24,40/0 des avortements ont eu des
cOinplications irifectieûses; uri travail kenyan [25] a permis des retrouver, chez
56

les patientes présentant un avortement provoqué, un taux de 44,70/0 rien que
pour les complications infectieuses, l'anémie suivait et concernait 7,9% des
patientes de l'échantillon. Mais cette discordance avec nos résultats (moins de
2% pour l'anémie) se justifierait par un test non significatif pour l'étude de
l'anémie en tant que complication du post-abortum.
En Zambie, Mhanga [63] retrouve que les complications des avortements
étaient d'autant plus graves qu'il s'agissait d'hémorragies et d'infections
sévères survenant chez des multipares ayant plus de quatre enfants.
Femariâa et ses collaborateurs mozambicains [29] ont publié que sur 103
patientes, 12% ont souffert d'anémie sévère avec un taux d'hémoglobine
inférieur à 6 grammes par décilitre. Cette complication constitue comme dans
no!re étude un élément important. Mais dans ce même travail, l'ensemble des
infections (péritonites et septicémie) sont en première place des complications
puisqu'on les retrouve dans 14% des cas.
A Medunso (16], en République Sud-Africaine, il a été noté que parmi 131
cas d'avortements provoqués, 37 (soit 28,20/0) se sont compliqués d'infection.
Cela constiiuè un taux inquiétant qui pourrait être en rapport avec le niveau
sodo-économique de ces patientes parmi lesquelles on note 86% de sous
eniploi.
Au tota.l, le type d'avortement a été le plus souvent spontané dans notre
série et dans celles du Nigéria [62]. Par contre, ce fait est presque inversé au
Vénézuela, en Malésie et surtout en Turquie (59,30/0 d'avortements provoqués)
[30] et au Kenya (80% d'avortements provoqués certains ou probables) [99].
Les patientes de notre série avaient globalement moins de 12 semaines
d'aménorrhée; Cela ne varie pas dans les études des autres pays.
Les complications à l'admission étaient surtout constituées d'hémorragies
géhitales et de douleurs pelviennes. Dans les autres contrées, on notait plutôt les
hémorragies génitales et les infections comme complications plus fréquemment
. observés.
La mortalité n'a pas été une donnée qui a retenu notre attention durant
notre étude du fait que l'AMIU s'adresse aux patientes encore vivantes.
57

Ill.3 - LA PRISE EN CHARGE
111.3.1 - La Technique d'évacuation
Avant l'AMIU, le curage était de loin la méthode utilisée comme
nous le montre les résultats de notre étude, 81 % de patientes l'ayant subi au pré-
test. Cela traduit certainement sa moindre nocivité qui a favorisé son expansion
pendant le pré-test. Ceci est d'autant plus vrai que la technique de dilatation a
eu un minimum d'indication quelle que soit la phase de notre étude comme
l'indique la figure Il. Dans tous les cas l'introduction de l'AMIU a permis la
prise en charge de 74,8% des patientes du post-test (159 femmes) dépassant
ainsi toutes les techniques. On signale le très faible taux d'utilisation de la
dilatation et du curetage avec seulement 1,7% dans le post-test.
100
90
80
70

Il
/
GO
/
-+--0 et C
50
/
--B--AMIU
40
/
30
/
20
+-L
10
o
..1
------.
-
i
Pré-test
Post-test
Figure Il : Technique d'évacuation utilisée selon la phase de l'étude
Nous ne disposons malheureusement pas de la fréquence des complications
secondaires à PAMIU ou à la D et C car cela ne faisait pas partie des variables
étudiées.
Au Nigéria, d'après l'enquête menée par Hord [34], l'AMIU avait aussi
des avantages sur le temps d'attente
moins
long,
ainsi
que
la durée
d'hospitalisation et le nombre plus faible de complications iatrogènes. A
l'occasion d'un colloque, dans ce même pays [33], il a été trouvé une forte
utilisation de la méthode AMIU (61 %) aux dépens de la technique de D et C qui
passe de 56 à 100/0 après introduction de celle-ci. Ojo et ses collaborateurs [73]
retrouvent que pendant que le taux d'utilisation de PAMIU passait de 19 à 74%,
celui de la D et C décroissait de 72 à 120/0. L'augmentation de la pratique
58

d'AMIU et la diminution de celle de la dilatation curetage au profit de l' AMIU
ont été retrouvées dans nos séries.
Dans la même lancée, les kenyans Kizza et Rogo [47] ont rapporté que
l'accroissement de l'utilisation de l'AMIU par rapport à la D et C s'~xplique par
le fait qu'elle améliore significativement la prise en charge des avortements.
Khasiani [45] révèle qu'un consensus a été trouvé pour traiter d~sormais les
avortements à risque de 12 semaines de grossesse ou moins par l' AMIU. P()ur
Bradley [13], l' AMIU est une méthode d'évacuation de choix a\\lssi bien du
point de vue de l'utilisation de l'anesthésie locale que de la plus ~ourte durée
d'hospitalisation (10 heures contre neuf fois plus avant l'introduction de
l'AIvnU).
Brokenshire
[15]
retrouve
que
l' AMIU
était
une
méthode
recommandée à cause de l'amélioration notable de la durée d'hospitalisation (de
91 à moins de 24 heures) et du nombre plus petit d'hospitalisation. Kamau [44]
rappOlie que dans son enquête, il a été noté que les praticiens re~qmmandaient
l'AMIU comme méthode d'évacuation utérine, qui présentait en paxticulier l-me
meilleure maniabilité.
En Égypte [35], l'évolution de l'utilisation de l'AMIU est superposable à
celle de notre échantillon avec une réduction importante pour la méthode de
dilatation et curetage de presque 100% dans le pré-test à moins de 9,47% dans
le post-test. Il a suffi d'une période d'environ deux mois et demi pOllr réaliser ce
changement. Puis il y a eu stabilisation à environ 40% de taux d'utilisation de la
dilatation et curetage. Le choix de l' AMIU se stabilisait aussi à 57% et
l'association des deux méthodes était notée dans 3% des cas. Le nombre total de
patientes reçues était de 519 avec deux perdues dans le post-test.
Par contre Mahomed [56] retrouve, au Zimbabwé, que les inf~ctions sont
notées à un plus fort taux avec la D et C en comparaison avec l' AMIU,
respectivement 17% et Il % des patientes de son échantillon.
111.3.2 - La méthode d'anesthésie
Malgré la lourdeur de l'anesthésie générale, l'utilisatiop de la D et
C l'imposait parfois (14,8% du type d'anesthésie dans le pré.:te~t). On avait
durant le pré-test,
dans 85,20% des cas, un soutien psychologique, des anti-
inflammatoires, et l'absence de traitement. Dans le post-test q~ , notre étude,
l'anesthésie générale a été utilisée dans Il,02% des cas. Pour6Q,5% des cas,
une anesthésie locale suffisait à régler le problème de la douleur, ce qui, en soit,
constitue une avancée notable en sécurité et en commodité d'action. En effet par
59

rapport au soutien psychologique et aux anti-inflammatoires on pourrait
s'attendre à plus d'adhésion et de calme dans l'AMIU grâce à l'anesthésie
locale. Mais cela n'a pas été le cas. Les patientes auraient-elles une
appréhension pour le matériel qui les entoure pendant l'intervention?
C'est au NIgeria [73], que nous avons retrouvé un des plus bas taux
d'utilisation d'analgésiques (quel qu'en soit le type) pour seulement 18% des
femmes de leur échantillon de 575 femmes au total durant l'introduction de
l'AMIU.
En Egypte [36], le taux d'utilisation de l'anesthésie locale est passé de 1 à
31 % après la formation du personnel en prise en charge par l' AMIU. Cette
modification a permis de rendre la prise en charge des avortements à risque plus
commode.
Dans le cadre de l'amélioration de la prise en charge des avortements à
risque à Oxaca, ciu Mexique [52], les résultats révélaient un taux de 91,2%
d'utilisation de l'anesthésie générale avant l'introduction de l'ANHU. Ce taux
s'est réduit à 30% dans le post-test, ce qui constitue un point important à
l'encontre des complications de l'anesthésie générale.
Ailleurs, au Pérou [8], il a été signalé que les anesthésies lourdes n'étaient
retrouvées que chéz les femmes du post-test ayant subi la D et C. Parmi elles,
10% au moins ont bénéficié de sédatifs légers, et le même taux, d'une
anesthésie péridurale.
111.3.3 - La perception de la douleur
Au cours de notre enquête, la douleur est apparue beaucoup plus
fréquente dans le post-test pour 82,03% de nos patientes contre 23,68 durant le
pré-test. Mais l'intérêt de l' ANIIU se situe dans le fait que dans 66,5%
des cas
une anesthésie locale, qui ne présente pas de grand danger pour la patiente,
suffit.
Cependant, à Hararé, au Zimbabwe [98], la perception douloureuse intense
a été retrouvée a un taux moins élevé après l'introduction de l'AMIU: 9
patientes <:)11t ressènti une douleur intense contre 22 avec la D et C, soit deux
fois et demi de clientes en plus.
60

Aussi, Benson [8] du Pérou, publie une moyenne de 5,6/10 pour la D et C
contre 3,611 0 pour l' A~,'lIU lors de l'établissement du score pour la perception
de la douleur durant le post-test.
A Oxaca, au Mexique [52], une évolution semblable du nombre de
patientes ressentant une douleur pendant et après l' AMIU a été notée avec une
plus grande proportion que pendant la D et C (890/0 contre 880/0). Et l'enquête
note là aussi une réduction significative de l'utilisation de l'anesthésie générale
(de 91,2 à 300/0) dans le post-test.
Quelque soit le résultat obtenu et au vu des autres effets bénéfiques de
l'AMIU, la douleur ne saurait être un obstacle à l'utilisation de l' AMIU puisque
l'anesthésie locale est souvent largement suffisante pour réaliser l'intervention
dans de bonnes conditions et présente moins de risque que l'anesthésie
générale.
111.3.4 - Le temps d'attente nécessaire à la prise en charge
Nous avons retenu dans notre étude deux parties: le temps avant
l'admission (TI) et le temps entre l'admission et l'intervention (T2).
Pour
la
première
partie
du
temps
avant
l'admission,
une
amélioration très significative a été notée en particulier dans l'admission
immédiate avec 50,3% des patientes dans le post-test contre 33,9% dans le pré-
test. En effet, cet aspect qui permet d'éviter l'hospitalisation constitue un intérêt
certain pour les patientes leur permettant d'être soulagées le plus rapidement
possible. Dans tous les cas, en une heure au
ll,JlU
6,80/0 soit plus des 3
quarts des patientes du post-test sont admises
<i~
• ~'!
n
0{('
\\
Au Burkina Faso [30], les enquêtes ,', 'onFimê~e Âm: ressées au temps
nécessaire pour atteindre les structures de\\;:~iSy',_.eri~:'ic~~ . On trouvait que
certaines localités étaient situées à 300 Kilom:èt:F~-t9jJJte!l.: e l'intervention. Cet
aspect lié à la distance n'a pas été détaillé dans notre étude.
Cet aspect ci-dessus a aussi été testé en Egypte [33] avec 56% de
l'échantillon ciblé qui affirmaient devoir parcourir plus de 5 kilomètres pour se
rendre aux structures de prise en charge. Bien sûr cela est minime par rapport
aux 300 kilomètres à faire au Burkina Faso, mais demande à être amélioré. Au
delà de cet aspect sur la distance à parcourir, les égyptiens se sont intéressés au
moyen de transport vers les structures de soins. En général, pour 69% des
61

patientes le l110yen de transport est entièrement dépendant de ce que la femme
peut se trouver. Parfois cela s'explique aussi par le fait que la patiente veut
rester dans l'anonymat ou qu'elle se rend directement à la structure de référence
sans passer par les structures secondaires.
Par: ailleurs, nous nous sommes intéressés au temps d'attente entre
l'accueil et. l'évacuation utérine. Un bon nombre de patientes (48,7%) devaient
rester encore au moins 3 heures avant de voir leur utérus évacué. Cela est long,
certainement, m~lÎs parfois l'ouverture de l'orifice cervical ne permet pas
d'entamer ia procédure dans l'immédiat. Il faut aussi tenir compte du temps
minimum qu'il faut entre deux évacuations différentes aussi bien pour remettre
1
des instruments mais aussi la salle d'intervention en ordre de fonctionnement.
Toujours ~st-il que la vraie solution, c'est de disposer de plusieurs salles et de
plusieurs jeux d'instruments au bénéfice des malades. Ceci ne doit pas être un
facteur favorisant de la pratique incontrôlée de l' AMIU à des fins non motivées
par une indication médicale.
Selon Kizza [47], la durée moyenne de la procédure d' AMIU est de 4 à 5
minutes, ce qui est remarquable quand l'opération est réalisée par un praticien
chevronné. Il n'y a pas eu dans notre étude, de mesure directe concernant la
1
durée de l'évacuation utérine qui nous aurait permis d'évaluer l'efficience de
nos résultats.
Par contre un travail de l'égyptien Nawar [67] s'est bien étendu sur divers
aspects de ëe temps de prise en charge:
Uri temps d'attente entre l'admission et l'intervention qui ne se modifie
pas beaucoup: 19 minutes dans le pré-test contre 2] minutes dans le
post-test.
La durée de l'intervention qUI passe de 18 a 13 minutes après
introduction de l' AMIU.
Ces 4eux résultats de l'étude égyptienne nous permettent de voir l'impact
réel de l'AMIU dans l'amélioration du temps d'attente des patientes. Cela est,
bien sûr, positif pour l'amélioration de la prise en charge des avortements à
risque. C'est lui élément sur lequel il faut beaucoup insister afin d'encourager
les femmes concernées à solliciter les soins post-abortum.
62

Le modèle égyptien ci-dessus a aussi été en partie appliqué en Amérique
latine [46] avec une réduction de 32,9% du temps d'attente avant intervention,
durant le post-test.
Pattinson [86], le sud africain, relève que pendant la phase d'introduction
de l' AMIU, le temps entre l'admission et l'évacuation était de 9 heures et 52
minutes au lieu de 16 heures et 28 minutes dans le pré-test.
D'une manière générale, nous avons pu noter l'impact positif de l'AMIU
par rapport à la D et C dans le temps nécessaire à la prise en charge. Il y a
certainement un moyen pour nous, en accentuant nos efforts, d'atteindre les
performances des égyptiens.
111.3.5 - La durée d'hospitalisation
Cette durée a été réduite pour le maximum de nos patientes soit
63,1 % des femmes de notre étude. Cela s'est fait de façon significative passant
de 72,9 heures en pré-test à 39 heures dans le post-test, soit environ 50% de
réduction de ce temps. Cela influence directement les frais journaliers
d 'hospitalisation qui à eux seuls coûtent chers. L' AMIU présente là encore un
autre avantage par rapport à la D et C.
Au Burkina Faso [31], ce temps d'hospitalisation a été réduit d'au moins
50% grâce à l'introduction de l'AMIU, résultat qui rejoint le nôtre.
A Nairobi, au Kenya [65], la durée moyenne d'hospitalisation était de Il,6
jours; dans 48,4%
des cas, ce temps dépassait une semaine. Les patientes qui
passaient en unité de soins intensifs pouvaient, pour 31,6% d'entre elles, rester
environ 15,4 jours. Ces résultats mettent bien en cause les complications des
avortements, indiquant ainsi que leur prévention pourrait agir directement en
réduisant de façon très significative la durée d'hospitalisation.
En Egypte, Nawar [67] retrouve que la durée de l'hospitalisation a été
réduite de trois quarts. Ce qui en fait encore un pays en avance sur nous.
En
Afrique
du
Sud
[16],
une
étude
s'est
intéressée
au
temps
d'hospitalisation selon que l'avortement est provoqué ou spontané. Pour ce
dernier type d'avortement, la durée d'hospitalisation était 500/0 plus faible qu'en
cas d'avortement provoqué. Ce résultat rejoint parfaitement celui du Kenya en
signifiant l'impact négatif des complications sur le séjour hospitalier.
63

Au Pérou [8], le séjour moyen est passé de 33,3 heures à 6,4 heures grâce à
l'introduction de l'AMIU (soit plus de 800/0 de réduction de cette durée).
Aussi, au Mexique [52], le temps d'hospitalisation a été réduit de 45%
durant le post-test.
L'ensemble de ces résultats s'accordent sur la prévention nécessaire des
complications, mais aussi sur l'opportunité de promouvoir l'utilisation de
l'AMIU comme méthode alternative à la D et C dans la prise en charge des
avortements à risque.
111.3.6 - L'utilisation d'une méthode contraceptive avant
la sortie
Il Y a eu plus de réponses favorables quelle que soit la phase de
l'étude. Cela reste vrai dans le post-test avec 77,2% d'adhésion contre 58,2%
avant l'introduction de la méthode AMIU. Nos résultats restent à améliorer. Le
counseling en améliorant l'information qu'ont les patientes sur la planification
familiale éclairée a contribué à avoir cette hausse du taux d'acceptation. Le plus
difficile au sujet de l'adoption d'une méthode contraceptive par les patientes est
d'assurer qu'elles lui resteront fidèles.
Dans notre série,
des enquêtes
préliminaires permettent de
savoir qu'environ
80%
des patientes
sous
contraception à la sortie, sont revenues régulièrement se faire suivre au service.
Après consentement éclairé de la patiente, une injection de dépoprovéra pourra
lui être faite dans l'immédiat pour lui donner le temps de réfléchir et de choisir
la méthode contraceptive qui lui convient le mieux. Le personnel médical
profitera de ce délai pour affirmer ses explications qui doivent permettre à la
cliente de bien cerner avantages et inconvénients pour chaque choix qu'elle
fera.
Quand on fournit des conseils de planification familiale avant la sortie de
l'hôpital, les taux d'acceptation d'une méthode contraceptive sont bien plus
élevés. En effet, au Soudan [90] ces taux ont pu être amenés de 10 à 47% chez
les femmes hospitalisées.
Les conseils avant la sortie d'hospitalisation ont également permis de
réduire les risques d'avoir d'autres grossesses non planifiées avec des taux qui
étaient de Il,7% pour les femmes conseillées contre 21,5% pour les femmes
non conseillées. Ces données sont révélées du Kenya [59] et soulignent l'impact
64

du counseling dans la réduction des complications de l'avortement et du taux de
mortalité maternelle liée à la gestation, et dans la pratique contraceptive. Dans
une autre étude kenyane [66], après counseling, les taux d'acceptation d'une
méthode contraceptive ont augmenté de 42,10/0 à 70% des patientes. Il faut
cependant noter que pour les patientes âgées d'au moins 40 ans, ce taux a connu
une baisse de 30 à 10% d'entre elles. Cette baisse serait-elle due à l'approche de
la ménopause avec le désir de faire le ou les derniers enfants?
Une étude zimbabwéenne [40], révèle que, pour 92% de J'échantillon, il
fallait donner des informations sur la contraception et pour 860/0 des patientes, il
fallait leur indiquer une méthode contraceptive à utiliser. Il s'agit là d'une
adhésion importante à la contraception.
II!.3.7 - Le coût de la prise en charge
Les éléments considérés dans le calcul du coût ont été spécifiés dans
la partie méthodologie et sont consignés dans la partie «annexe» de ce travail.
Il est évident que cette donnée influence directement le nombre de
patientes demandeurs de consultation, et par là, la nombre d'avortements
compliqués et la mortalité. Une réduction de plus de 10.000 Francs CFA
environ a été noté après l'introduction de l'AMIU. En partant du faible SMIG
de la majeure partie de la population sénégalaise, cette diminution du prix de
revient de l'intervention ne peut qu'être très favorablement accueillie.
Au Nigeria [49], le coût de la prise en charge des infections estimé à
223,11 Dollars US (soit 133.866 Francs CFA) a été comparé au revenu
minimum mensuel de 9.000 Francs CFA, et au salaire mensuel moyen de
27.000 Francs CFA. Il ya là un important effort à faire pour réduire le prix de
cette prise en charge.
Au Kenya [41], l'utilisation de l'AMIU a permis de diminuer de 23 et de
66% les coûts de la prise en charge dans deux structures différentes.
Une étude mexicaine [41) a par ailleurs révélé une réduction de plus de la
moitié (550/0) du prix du traitement durant le post-test.
Un travail mexicain [14] estimait le coût de la prise en charge à 158.400
Francs CFA, dont 64% conespond au tarif de l'hospitalisation. Ceci indique
que ce coût peut être revu à la baisse, tout en tenant compte, cependant, du
65

risque de perte d'empîoi pour le personnel si l'hôpital n'arrivait plus à entrer
suffisamment de recettes.
Une enquête comparaJive [46] menée en Afrique (Kenya) et en Amérique
Latine (Mexico, BrésÎl et Equateur) a retrouvé une réduction globale du coût de
prise en charge des avortements à risque de 88%.
Pourcentage de réduction du coût de
la prise en charge des avortements à risque
1
PAYS
KENYA
MEXIQUE
BRESIL et
eGO Le Dantec
1
EQUATEUR
(Sénéeal)
Taux de
23%
33%
, '
reduction du coût
66%
55%
de la prise en
88%
88%
l
88%
1
charge
1
i
1
Nota Bene: Une colQnne avec plusieurs chiffres correspond à un pays avec des résultats de
diverses enquêtes qui y ont été Illenées.
Au total, l' Al\\;lIU aété testée comme méthode alternative à la D et C dans
notre service et dans d~s c~ntres se trouvant dans un certain nombre de pays à
travers le monde. Les résultats peuvent être considérés comme satisfaisants chez
les patientes dont l~' âge gestationnel n'excède pas 15 semaines d'aménorrhée.
L'étude nous aura permis de schématiser les caractéristiques socio-
démographiques d~ nos clièntes. De même, nous avons pu déterminer un certain
nombre de donnéés médicàles qui peuvent permettre de reconsidérer au moins
en partie la méthode de prIse en charge. A ce titre, le degré d'ouverture du col
utérin constitue uri obstacle. D'ailleurs, les seuls motifs de reprise de l'AMIU,
qui ont pu être appeléS à toh «( échec de l' AMIU », sont, dans notre service, une
impossibilité de faÎre traverser à la canule la filière cervicale utérine. Et lorsque
la patiente à sa sècoride consultation présentait une bonne couverture du col,
l'AMIU pouvait se faÎre normalement.
Un troisième, aspect de nos résultats est marqué par le problème de la
perception doulouréuse qui reste à améliorer. Il est vrai que ce paramètre est,
.
0
.
par essence, subj~ctif. Cependant, l'association d'un soutien psychologique
avant, pendant et ~près l'AMIU serait peut être d'un apport non négligeable au
contrôle de la perception douloureuse.
66

Enfin, nous terminons cette synthèse en attirant l'attention sur le fait qu'il
faille trouver une parade contre l'utilisation abusive, par le personnel de santé,
de l' AMIU à des fins pécuniaires.
67

<Conclusions et
J\\.ecommandations

Dans cette étude nous nous sommes intéressés à l'apport de l' AMIU
dans la prise en charge des avortements à risque.
Les avortements à risque sont un véritable fléau social, en effet 40 à 60
millions de femmes à travers le monde sont pourvoyeuses d'avortement [6].
Certains pays sont, bien entendu, plus touchés que d'autres du fait de facteurs
socio-démographiques propres à chacun d'entre eux. En fait, dans le même pays
les différentes classes sociales enregistrent chacune en ce qui la caractérise un
taux de prévalence donné des avortements à risque. Le Sénégal n'échappe pas à
cette réalité bien que la prévalence des avortements à risque soit, ici comme
ailleurs, difficile à préciser. Au CHU Aristide Le Dantec, 17,7% des gestantes
se sont présentées pour avortement.
Au vu de la morbi-mortalité liée aux avortements à risque (environ
] 50.000 décès maternels par an [6] ; 72,1% de complications infectieuses dans
une étude nigérianne [5] et 12,1% de suites compliquées parmi les patientes de
la série du Docteur Traoré [97]), il s'impose une amélioration de leur prise en
charge. C'est à ce titre que l'At\\.·nU a été introduite comme méthode alternative
à la D et C.
Nous avons conduit une étude prospective à la CGO du CHU Aristide Le
Dantec de Dakar, pendant la période de Septembre 1997 à Octobre 1998, qui
portait sur 275 femmes en âge de procréer.
Au terme de cette étude, il apparaît que :
Au plan socio-démographique
En considérant les tranches d'âge, les avortements à risque se retrouvent
entre 25 et 34 ans pour 43,1% des patientes de notre échantillon. Les patientes
sont le plus souvent mariées, dans 78,50/0 des cas. Elles ont, dans 70,90/0 des cas,
moins de quatre enfants avec une majorité de nullipares (soit 31,6%).
Ces femmes sont en général analphabètes ou du niveau de scolarité
primaire et représentent respectivement 44,4% et 320/0 de l'échantillon. Cela est
corrélé au fait que la majorité de ces femmes (5] ,6%) n'aient pas beaucoup de
possibilité d'acquérir des compétences professionnelles.
Le nombre de grossesses désirées et des conceptions survenues malgré
l'adoption d'une méthode contraceptive n'a pu être retrouvé de façon fiable par
l'enquête.
68

Au sujet des données médicales
L'avortement est le plus souvent spontané (soit 650/0 des cas). Les
avortements provoqués représentent comme les avortements molaires 17,5% de
l' effectif global de l'étude.
L'âge gestationnel reste, dans 58,50/0 des cas, inférieur à 12 semaIlles
d'aménorrhée. L'âge gestationnel moyen reste inférieur à
13
semaines
d'aménorrhée, chiffre qui reste à être confirmé par des enquêtes plus fiables.
A l'admission des patientes, les signes de complications prédominants sont
les hémorragies génitales et les douleurs pelviennes avec respectivement 37,6%
et 31,1 % de l'ensemble de ces signes. Globalement chaque patiente préserherait
au moins deux signes de complications.
Au plan de la prise en charge des patientes
Le maximum d'utilisation de la D et C a été noté durant la phase de pré-
intervention chez 14,7% des patientes. Ce taux baisse rapidement à 1,7% dans
la période d'intervention durant laquelle l' AMIU trouve son indication chez
74,8% des patientes (soit près des trois quarts).
Au moment de notre étude, il n'a été noté aucune complication secondaire
à l'AMIU.
L'utilisation de l'anesthésie générale s'imposait avec la D et C chez II,8%
des femmes de l'étude. Avec l'introduction de l'AMIU, 66,50/0 des patientes ont
subi leur intervention sous anesthésie locale. Malgré le fait que 60% des
femmes de l'échantillon se soient plaintes de douleur avec un degré pius
in.tense, l'intérêt de l'anesthésie locale ne peut être contesté vu le moindre
risque auquel la patiente s'expose.
La proportion des patientes immédiatement admises pour être préparées à
l'AMIU est passée à 50,3% contre 33,90/0 durant la phase de pré-intervention.
Les 76,8% de l'effectif de la phase de post-intervention étaient admises durant
l'heure qui suit leur arrivée à la structure de soins contre 66,90/0 des patientes
avant l'introduction de l' AMIU. Cependant, le temps entre l' admissio'n des
patientes et l'évacuation utérine reste relativement long avec au moins 24
heures chez 48,7% des patientes qui ont subi la méthode AMIU.
69

.La durée moyenne de l'évacuation utérine par AMIU n'a pas été
déterminée pour les 159 'patientes testées.
L'amélioration de la durée d 'hospitalisation a été importante après
l'introduction de l'AMIU avec 39 heures contre 72,9 heures avant, soit presque
une réduction de moitié~ Cela a concerné 63,1 % des patientes.
. Dans l'optique d'tine prévention contre d'autres avortements à risque, un
èounseling pour l'utilisation d'une méthode contraceptive avant la sortie a été
inst.itué. Il y a eu une· augmentation notable de la part des femmes qui ont
accepté de,ptatiquer la contraception à 77,2% contre 58,2% avant l'AMIU. A ce
sujet, le GOr1~ept de contraception d'attente mérite d'être documenté afin de
détermine~ sdn possible apport et son éventuelle systématisation dans la prise en
charge des.· avortements à risque. Le consentement éclairé des patientes est
encore requIs dans la pratique contraceptive.
Les coûts de la prise en charge pour chaque patiente ont connu une baisse
d'environ 14.000 francs CFA (soit 33,33% du coût du pré-test).
Il apparaît que l'AMIU peut, en tous points, constituer une méthode
valable de prise en charge des avortements à risque, renforcée qu'elle est d'un
cOllnseling pour une plus large adoption des méthodes contraceptives.
Enfin, . nous terminons ces conclusions par un certain nombre de
recommaridations :
• Premièrement, organiser des ateliers de réflexion sur le thème de la
contraception d'attente en présence des agents de la santé, de juristes et de
représentants de la société civile.
• peuxièmement, standardiser des moyens d'évaluation de la technique
d'AMlU afin d'obtenir des résultats généralisés à tout le pays. Cela
permettra de trouver des défaillances qui pourront éventuellement être
corrigées.
• Troisi~mement, entreprendre une plus large politique de vulgarisation de la
technique d'AMIU, en montrant l'intérêt qu'elle a dans la prise en charge
des avortements à ~isque. Il faudra prévoir des moyens pour s'assurer que
l'utiiisation de l' AMIU se fait uniquement en milieu hospitalier autorisé.
70

~ibliographie

1. Addis Ababa University (référence anonyme) :
"Illegal abortion at five hospitals in the GÏty of Addis Ababa."
Addis Ababa, Ethiopia, 1993.
' "
2. Adetoro 0.0. and al :
"Socio-cultural factors in adolescent septic iq~cit abQrtion ip Ilorin, Nig~r~a"
African Journal of Medecine and Medical Sci~nces ; 1991, 20(2) : 1§;O
.: :
~.;
.
.
,
(
.
3. Adetoro 0.0. and al :
"Septic induced abortion at Ilorin, Nigeria: an increasing gynaeçplogical
problem in the developing countries."
"
" , '
,', ,
:' '
Asia - Océania Journal of Obstetrics and Gyn~eco1ogy ; 1986, 2Q(2) l: 202-
203
'
"
, . : '
4. Aggrarwal V.P. and al.
"Epidemiology of induced abortion in Nairop~, Kenya"
Journal of Obstetrics and Gynaecology for ea$t and central Afriql ; 198~ ,
1(54) : 55-56
, , '
, , - , -
5. Archibong E. :
"Illegal Induced abortion - A continuing propl~m in Nig~ria."
International Journal of Gynaecology andObstetrics; 1991 ; 340): 261-2()5
. .
" . "
, ,
'
" ,
6. Baker and Khasiani :
"Monograph of complications of unsafe aboi1:ion in Afriç;a"
Kenya, 1992,page-17
7. Béclère C. :
"Précis de Gynécologie, "
Mason et Cie, Editeurs; 1956, 2( 1) : 115
8. Benson J. and al. :
"Provider practices and patient perspectives in an integr'lted postabortion
care model in Pero. "
'
Population Council, New York; 1998, page-12
9. Binkin N.J. and al. :
"Women hospitalised for abortion complicatipns ip Mali"
International Fami1y Planning Perspectives; }984, 10 (0 ; 9
1O.Bleck W. :
"Lying informants : a fieldwork experience fmm Ghana"
Population an Development Review ; 19S7, 13 (2) : 317
,
'

Il.B1ock S.S. :
"Disinfection, sterilisation and preservation."
Philadelphia, Lea and Feibiger, 1991, 4° edition
12.Block S.S. :
"Disinfection, Sterilisation and preservation."
Philadelphia, Lea and Feibiger, 1983,3° edition
13.Bradley J. :
"An evaluation ofMVA in Kenya: service delivery issues"
IPAS Regional representative, 1992 ; page-13
14.Brambila C. and al. :
"Estimating costs ofpostabortion services at Aurelio Valdivieso General
Hospital". Oaxaca, Mexico
Population Council, New York; 1998, page-4
15.Brokenshire C. :
"Family planning policy's impact on abortion practices in Kenya."
IPAS; 1989; pages 4 et 5
16.Central African Journal of Medecine. :
"Biosocial profile ofwomen with incomplete abortions in Ga-R~nkuwa
Hospital, Medunsa, RSA".
1996, 42 (7) : 200-201
17.Chatterjee T. K. :
"Monograph on complications ofunsafe obortion in Africa"
Zambia, 1985, page 17
18.Coeytaux F.M :
"L'état de la recherche.", pages 3 à 7
19.Dascher R. :
"The hospital and pollution: role of the hospital epidemiologist in protecting
1
. '
the environment in prevention and control of nosocomial infections." :
.
Wenzel R.P. (ed.) Williams and wilkins, Baltimore, Maryland, 1993
20.Diadhiou F., Faye E.O. :
"A propos des avortements à risque au Sénégal et au Cameroun."
1989, page 14 et 36

21.Diadhiou F., Faye E.O. et al :
"Mortalité et morbidité liées aux APC dans quatre sites de référence Dakarois
au Sénégal."
1989, page 5 à 9
22.Dictionnaire des tennes techniques de médecine, 19° édition revue et
augmentée, Garnier et Delamare.
Librairie Maloine SA. Éditeur, Paris, 1972
23.DioufP.D., Directeur de la StatistiquelDivision des enquêtes et de la
Démographie, Fondation Ford, ISTllUSAID :
"Enquête sur l'avortement à Pikine"
Dakar; 1989, page-6
24.Dourlen-Rollier A.M :
"Avortement et contraception."
Colloque des Il et 12 Mars 1971.
Editions de l'Institut de Sociologie, Université Libre de Bruxelles,
1972, page-19
25.East African Medical Journal:
"Socio-économic client characteristics and consequences of abortion in
Nairobi".
1995, 72(5) : 325 et 331
26.Ekwempu C.C. and al. :
"Clinical treatment needs and family planing use among women treated for
incomplete abortion in Teaching Hospital in Nigeria"
Lagos, Nigeria, 1991, page~7
27.Favero M. and al :
"Sterilisation, desinfection and antisepsis in the hospital in manual of clinical
microbiology. "
Lennette E. H and al (ed), 4° édition;
Washington D.C., American Society for clinical microbiology, 1985
28.Fawcus S. R. and al. :
"contribution of septic abortion and unwanted pregnancy to maternaI
mortality in rural and urban Zimbabwe."
South Africa ; 1994

29.Fernanda M. and al :
"Reproductive characteristics an post-abortion health consequence in women
under going illegal and legal abortion in Maputo."
Elsevier Science Ltd, Grande Bretagne
Soc. Sei. Med. ; 1997,45 (11) : 1610
30.Figà - Talamanca 1. and al. :
"Illegal abortion : an attempt to assess 1t to the health services and its
incidence the community."
International Journal of health services;
1986,16(3):384
3 1. Greensdale F.C. and al :
"Manual Vacuum Aspiration: a summary of clinical and programmatic
experience worlwide."
Carrboro, North Carolina, IPAS,1993
32.Gosh A. and al. :
"Introducing improved postabortion care into maternity services in Burkina
Faso"
Population Council, New York; Edition Xeros (Egypt),
1998, Pages 2 et Il
33.Hord C. :
"Evaluation of manual vaccum aspiration training programs in Nigeria"
IPAS, Carrboro, North Caroline, USA; 1992, pages 5, 6 et 13
34.Hord C. :
"Access to out patient treatment for complications of abortion in Zaria and
Enugu, Nigeria."
IPAS ; Chicago, Illinois; 1989, page 3
35.Huntington D. :
"Adescriptive study of the postabortion case load in egyptian hospitals"
Population Council, New York; Edition Xeros (Egypt),
1998, Page Il
36.Huntington D., Nawar L. :
"Introducing improved postabortion care in Egypt : moving from a pilot
study to large scale expansion"
Population Council, New York; edition Xeros (Egypt).
1998, Pages 4, 14 et 15

37.Hyhazi V.Y. ; Diallo M. S. :
';'Illegal or· unsafe abortion in Guinea"
Conakry, Guinée, 1994
38.Iriternatibnal Family Planning Perspectives: "Woman hospitalised for
abortion complication in Mali."
1894, 10(1) : 8-12
39)PAS Sc~ehtific Report Summary : "Boiling IPAS cannulae to achieve high-
level disinfection."
CaiTboro, North carrolina IPAS, 1993
40.John~on B.R. and al. :
i'Abortion et postabortion family planning in 2mbabwe : community, patient
a4cl provider perspectives".
IPAS, San Francisco, Califomia, USA, 1993,9 pages
41.JohnsonB..R. and al. :
"Costs ahrl resource utilisation for the treatment of incomplete abortion in
Kenya and Mexico"
S~cial Sciènce an Medecine
1993; 36 (i 1) : 1448-1449
42.Jùstesen A. and al. :
':Abortions in a hospital setting : hidden realities in Dar es Salaan, Tanzania."
Studies in Family Planning.
i 992, 23 (5) : 325
43.Kaman R. K. :
"Management of incomplete abortion : the role of manual vacuum
aspiration. "
IPAS ; Mombasa, Kenya; 1990, pages 5 et 9
44.Keimau R.. K. and al. :
~tJse ofmanual vacuum aspiration at Kenyatta National Hospital: analysis of
è~se notes."
Nairobi, Kenya
IPAS; 1990, page-3

45.Khasiani S. A. :
"Kenyatta National Hospital in - depth individual interviews of MVA use in
management of Incomp1ete abortions."
IPAS ; Nairobi, Kenya; 1990, page 8
46.King T. and al. :
"Comparing the cost of postabortion care in Africa and Latin America:
the data PAC project"
Population Council, New York
1998, pages 8 à 9
47.Kizza A.P.M. and al. :
Assessment of the manual vaccum aspiration (MVA) equipment in the
management of incomplete abortion"
East African medical journal
1990,67 (11) : 818-819
48.Koly F. :
"L'Avortement provoqué clandestin: aspects actuels et perspectives à la
Clinique Gynécologique et Obstétricale du CHU de Dakar."
Thèse de doctorat en médecine, UCAD, 1991, pages 27 à 32, N°27
49.Konje J.C. and al. :
"Health and economic consequence of septic induced abortionIl
Ibadan, Nigeria;
International Journal of Gynaecology an Obstetrics, 1992, 37(2) : 195
50.Kulczycki A. and al. :
"Abortion and fertility regularion". The Lancet.
1996, 347 : 1663-1664.
51.Lamptey and al. :
"Abortion experience among obstetric patients at km'le-bu hospital, Accra,
Ghana."
Journal ofBiosocial Science; 1985, 17(2) : 195-203
52.Langer A. and al :
"Improving post abortion care in a public hospital in Oaxaca, Mexico"
Population Council, New York, Edition Xeros (Egypt)
1998, pages 15 et 16

53.Léonard A.H. et Yordy L. :
"Protocol for reusing IPAS Manual Vacuum Aspiration Instruments.
Advances in Abortion care 2.", 1994
54.Le Petit Larousse 1998, dictionnaire de français.
55. "Les avortements à risque et la planification familiale post-abortum en
Afrique: rapport du bureau régional pour l'Afrique, 1994." (p-20)
56.Mahomed K. and al. :
"A comparison ofmanual vacuum aspiration (MVA) and sharp curettage in
the management of incomplete abortion."
International Journal of Gynaecology and Obstetrics ;
1994,46 (1) : 3
57.Makokha A.E. :
"Medico-socio and socio-demographic factors associated with maternaI
Hospital"
Mortality at Kenyatta National Hospital, Nairobi, Kenya"
Journal of Obstetrics and Gynaecology of eastem and central Africa ; 1991,
9(3) : 3
58.Maranga J.M. :
"Incidence Of induced abortion in Kenyatta National Hospital, Nairobi,
Kenya: Nairobi Faculty of Nursing"
College of Health Professions; 1987
59.Mati J.K.G. :
"Research finding on postabortion counseling and family planing : lessons
leamt form the south-to-south multicentre study"
Nairoby, Kenya
Bellagio, Italy ; 1993, 20 pages
60.Mt Intoch N. et al :
"Pratical methods for high level disinfection of surgical gloves."
American Public Health Association, annual meeting.
Extrait N°2285 ; Washington, D.C., 1994
6 1.NIEFP/Di rection de la Prévision et de la Statistique/Division des Statistiques
démographiques:
"Enquêtes démographiques et de Santé (EDS II), 1992-93."
Dakar, 1994,284 pages

62.Megafu U. and al. :
"Morbidity an mortality from induced illegal abortion at university of Nigeria
Teaching Hospital, Enugu: a five year review"
International Journal of Gynaecology an Obstetrics ;
1990,34: 164
63.Nlhango C. and al. :
"Reprocuctive mortality in Lusaka, Zambia, 1982 to 1983"
Studies in family planning
1986,17 (5) : 245
64.Ministère de la Santé et de l'action SocialelDirection de l'hygiène et de la
Santé PubliquelDivision des statistiques:
"Statistiques sanitaires et démographiques: années 1994-95."
Dakar, 1996, 100 pages
65.Murugu N.M. :
"A 10 year review ofmortality due to abortion at Kenyatta National Hospital,
1974-1983"
Master of medecine thesis in obstetrico and gyneacology, University of
Nairobi, Kenya, 1985
66.Mutungi A. :
"Contraceptive acceptance and continuation in women managed for
incomplete abortion in Kenyatta National Hospital"
Nairobi, Kenya, 1990
67.Nawar L. and al. :
"Cost effectiveness ofpostabortion services in Egypt"
Populatio Council, New York, Edition Xeros (Egypt)
1998, page-9
68.Ngotho D.K. :
"Abortion in Provincial General Hospital, Nakuru"
Nairobi, Kenya; 1990
69.Nichols D. and al. :
"Reproductive health in Africa : issues and options."
Family Health International
North Carolina, 1984, page 46

70.Nimbona P.C :
L'avortement criminel: étude statistique dans un hôpital dakarois de 1973 à
1983."
Thèse de doctorat en médecine, 1998, pages 36 à 37, N°I03
71.Nyamu J. (population and health services) :
"MVA as an office procédure in Marie Stopes Clinic."
Nairobi, Kenyatta, 1993
72. Odujinrin O.M.T. :
"Sexual activit, contraceptive practive and abortion amoung adolescents in
Lagos, NigeriaIl -
International Journal of Gynaecology an Obstetrics.
1991,34(4) : 364
73. Ogedengbe O.K. :
"Improving obortion care in Nigeria - A case study", Page 4
Department Of Obstetrics an Gynaecology, Col1ege of medicine, University
of Lagos, Nigeria
74.0guniyi S.O. and al. :
"Abortion related death in Ile-Ife, Nigeria: a 12 year review"
African Journal ofmedicine and medical sciences.
1990, 19 (4) : 272
75.0jo O. A. and al.
"An evaluation ofprovider acceptability an use of Manual Vaccum
Aspiration in Nigeria."
Tropical Journal of obstetrics and gynaecology, 1994
76.0konofua F.E and al :
"Illegal induced abortion ; a study of 74 cases in Ile-Ife, Nigeria" Tropical
Doctor; 1992 ; 22(2) : 76
77.0MS:
"Clinical management of abortion complications: a practical guide."
Genève, 1994
78.0MS:
"Programme de Santé Maternelle et Maternité sans risque : rapport de
situation, 1991-1992."
Genève, 1994

79.0MS:
"Eléments essentiels des soins obstétricaux au premier niveau de recours."
Genéve, 1991
80.0MS:
"Série 2 SIDA: guide des méthodes de stérilisation et de désinfection
efficaces contre le virus de l'immunodéfiscience humaine."
Genéve, 1988
81.0MS:
"Prise en charge clinique des complications de l'avortement: guide pratique."
Genéve, 1987, 81 pages
82.0mu A.E. and al. :
"Adolescent induced abortion in Benin city, Nigeria"
Internation Journal of Gynaecology and Obstetrics,
1981, 19 (6) : 496
83.0muga B.O.O. :
"Presentation of abortion an the preventive problems at the kenyatta National
Hospital"
Master of medicine thesis on obstetrics an gynaecology
University of Nairobi, Kenya; 1989
84.0ronsaye A.U. and al. :
"Attitudes toward abortion and contraception among Nigerian secondary
school girls."
International Journal of Gynaecology and Obstetrics,
1983, 21(S) : 424
8S.0shodin O. G. : "Attitude towards abortion among teenagers in Bendel State
of Nigeria. "
Journal of the Royal Society ofHealth.
1985, lOS (1) : 23
86.Pattinson R.C. and al. :
Is ward evacuation for uncomplicated incomplete abortion under systematic
analgesia safe and effective ?" A randomized controlled study.
South Africa, 1994
87.Population Reports;
"Interruption des grossesses"
1981, Série F, N°7, Page F-43

88.Program for International Training in Health :
"Sterilisation, disinfection, decontamination and cleaning ofPF/MCH clinic
equipment. "
INTRHA training infonnation packet, 1989
89.Robert H.G. et Levy J. :
"Nouveau traité de techniques chirurgicales, Tome XIV, Gynécologie." 3°
édition
Masson, 1977
90.Rushwan H.E. and al. :
"Hospital counseling in Khartoum; a study of factors affecting contraceptive
acceptance after abortion"
Chapel hill, North Carolina, USA,
1975, 9 pages
91.Salle A.J. :
"Fundamental principals ofbacteriology." 7° édition,
New York, Mc Graw-HillBook Company, 1873
92.Senanayake P., Secrétaire Générale Adjointe, division Services Techniques
de l'IPPF : "Ce que peuvent faire les agents de planification familiale pour
enrayer les avortements à risque"
Ile Maurice, 1994
93.Spaulding E.H. :
" Studies on chemical sterilisation of surgical instruments." Surg Gyne
Obstet. 69 :
Page-738 àpage-744; 1939
94.Stubblefield P.G. :
"Disinfection, sterilisation and preservation." 4° édition,
Philadelphia, Lea and Feibiger, 1991
95.Tesfaye M., Tinbit G.lTsadic,
Ethiop Med.
1993, J 31, Page 166
96.Tietjen L., Cronin W., McIntosh N. :
"Prevention des infections: guide pratique à l'intention des programmes de
planification familiale."
Baltimore, Maryland, J H PIEGO, 1992

97.Traoré A.N. :
"Bilan Statistique et épidémiologique des urgences obstétricales et
gynécologiques au CHU Le DANTEC (1989), Dakar."
Thèse de doctorat en médecine, UCAD, 1992, N°6
98.Verkuyl D.A.A., and al. :
"Succion V ; conventional curettage in incomplete abortion : a randomised
controlled trial"
South African medical journal; 1993, 83 (1) : 13-15
99.Wanjala S. and al. :
"Ciba foundation symposium 115, abortion : medical progress and social
implications, 27-29 November 1984."
London, Pitman Publishing, Ltd ;
1985, page 41
100. Yordy L., Leonard A.H. and Winkler J. :
"Manual Vacuum Aspiration: guide for clinicians."
Carrboro, North Carolina, IPAS~ 1993
101. Yoseph S. and al. :
"A survey of illegal abortion in Addis Ababa, Ethiopia."
1993, page 15

1l:nnexes

Section 1: Caractéristiques socio-démographiques de la patiente
NUMERO
QUESTIONS
REPONSES
PASSERA
-
101
Quel âge avez-vous actuellement?
ANS révolus
1_1_1
NSP
98
102
Quel est votre statut matrimonial ?
Célibataire
1~
104
Mariée Monogame
2
Mariée Polygame
3
Divorcée/Séparée
4
Veuve
5
Demander si elle n'a
pas dé,ià été manœ :
Concubinage
6~
sinon allez à 104
103
Quel âge aviez-vous lors de votre
ANS révolus
1_1_1
premier mariage ?
NSP
98
104
Quelle est votre ethnie?
Wolof
1
Pulaar
2
Sérère
3
Mandingue
4
Diola
5
Autre
6
105
Quelle est votre religion?
Musulmane
1
Catholique
2
Protestante
3
Animisme
4
Autre
5
106
Quel est le niveau d'études le plus élevé
Jamais fréquenté
1
que vous avez atteint?
Primaire
2
Secondaire
3 ~
108
Supérieure
4 -~
108
Arabe/Coranique
5
Autre
6
107
Pouvez-vous lire et comprendre une
Ne sait pas lire
1
lettre ou un journal dans une quelconque
Lit en Français
2
langue?
Langues Nationales
3
Arabe
4
Autre
5
108
Quelle est votre activité professionnelle?
Ménagère
1
Domestique
2
Commerçante
3
Artisane
4
Salariée
5
Elève/étudiante
6
Autre
7
109
Quel est votre lieu de résidence
Dakar
1
habituelle?
Banlieues de Dakar
2
Autres villes
3
Milieu rural
4
110
Quel est l'âge de votre mari/partenaire?
Age
1_1_1
NSP
98

NUMERO
QUESTIONS ET FILTRES
REPONSES
PASSERA
111
Quel est le niveau d'instruction de votre
Jamais fréquenté récole
1
mari/partenaire ?
Primaire
2
Secondaire
3
Supérieure
4
Arabe/Coranique
5
Autre
6
NSP
8
112
Quelle est la profession de votre
Agriculteur, Éleveur
1
mari/partenaire?
Artisan!ouvrier
2
Salarié
3
CommerçantlEntrepreneur
4
Élève/étudiant
5
Sans emploi
6
Émigré
7
Autre
8
NSP
9
113
Habitez-vous avec votre
Oui
1
mari/partenaire?
Non
2
114
Avez-vous l'habitude d'écouter au moins Oui
1
une fois par semaine des émissions
Non
2
éducatives portant sur la santé à la radio
ou à la télévision?
Section II : Reproduction/Sexualité
.. ..... .' ...........Mâ~lJten'fJ.t,le·V~liflr{li~.r/4efl~!tPaT'li()flsde'Tl~tf~.~iede..
. '.' '.'
.Iiùl1me(!tide vgî[e, cornprêh~l1~iQrlde.la· ~il/.$~Xu(?l(~·et ,.êl?t.fJdu.c.li~~d'ufiefemme
.
NUMERO
QUESTIONS ET FILTRES
REPONSES
PASSERA
201
Combien de grossesses (y compris celle-
Nombre
1
1
1
ci) avez-vous eu au cours de votre vie?
202
Quel âge aviez-vous à votre premier
Années révolues
1
1
1
rapport sexuel?
203
A quel âge avez-vous eu votre première
Années révolues
1
1
1
grossesse?
.....
".
....
'
..........
. ....
. -.-,.,'
V~r:ifier~()l:si'~Ol.·éi~là.Ol'passerâ 216
204
Combien d'enfants nés vivants avez-vous
1
1
1
déià eu?
205
Combien d'enfants mort-nés avez-vous
1
1
1
déjà eu ?
206
Combien d'avortements avez-vous eu ?
Nombre
1
]
1
....
' . :
' . '
...",
··VéHfièr·.204:.si:20;4égaIA··zero,.. passez à 209 '.
207
Combien d'enfants encore en VIe avez-
1
1
1
vous?
.... ,.'
••
.... ,.....
....
·'Vérifi~z~07. :Si207'egal à zero, Dassei.à 209
208
Parmi ceux qui sont encore en vie,
1
1
1
combien habitent actuellement avec
vous?

NUMERO
QUESTIONS ET FILTRES
REPONSES
PASSERA
209
Parmi les grossesses que vous avez eu ,y
Oui
1
a-t-il eu certaines dont vous n'attendiez
Non
2~ 213
pas la venue ou dont vous auriez souhaité
NSP
8~ 213
retarder la venue (en dehors de celle-ci) ?
210
Combien de grossesses de ce type avez
1
1
1
vous eu au total ?
211
Parmi celles-ci , combien sont arrivées à
terme?
1
1
1
212
Comment se sont terminées les autres
Avortement spontané
l-J
grossesses qui ne sont pas arrivées à
Avortement provoqué
l-J
terme?
.'''':'' .~.' "
l ' "
,:S}';:
',"
.
;;..~::.,;~:__
"~:'.:: ..., '.
,.,,,....'
,<'::."'.,.·~tr.ij'i~t:~i,~~'~â"·z~QiPlli~;;~i$$~;'à',2l6,""
>"
213
A quel âge avez-vous eu votre premier
Age
1
1
1
enfant?
NSP
98
214
A quelle date remonte votre dernière
Date
1
1
1
1
1
1
mOIs
annee
grossesse (avant celle qui a avorté) ?
NSP
98
98
215
Quel est l'âge de votre dernier
1
1
1
enfant vivant ?
NSP
98
216
Aviez - vous souhaité avoir en cette
Oui
1~ 218
période cette grossesse?
Non
2
(C'est la grossesse qui vient d'avorter)
NSP
8~ 218
217
Sinon, pourquoi?
Non mariée
1
Études/Travail
2
Espacementinsuffisanu1lepos
3
Ne veut pas/plus d'enfant
4
Pbm de santé/Gross difficile
5
Censure sociale
6
Raison économique
7
Autre
8
Ne sait pas
9
218
Aimeriez-vous avoir des (ou d'autres)
Oui
1
enfants?
Non
2~ 221
Dépend de Dieu
3~ 221
Dépend du mari
4~ 221
NSP
8~ 221
219
Combien d'enfants souhaiteriez vous avoir
1
1
1
encore ?
Dépend du mari
96
Dépend de Dieu
97
NSP
98
220
Quand souhaiteriez vous avoir votre
Moins d'un an
1
prochain enfant ?
1-2 ans
2
2 ans ou plus
3
Après mariage
4
Dépend de Dieu
5
Après guérison
6
NSP
8
221
Selon vous, quel serait le meilleur
Nombre de mois
1
1
1
intervalle entre deux naissances d'enfants? NSP
98

NUMERO
QUESTIONS ET FILTRES
REPONSES
PASSERA
222
Entre le premier jour des règles d'une
Pendant les règles
1
femme et le premier jour de ces règles
Juste après les règles
2
suivantes, quelle est la période où elle a le
Au milieu du cycle
3
plus de chance de tomber enceinte?
Juste avant le début des règles
4
Dépend de Dieu
5
NSP
8
223
Combien de temps après un accouchement
Moins de 40 jours
1
une femme devrait rester avant de
40 j - 3 mois
2
reprendre sa vie sexuelle?
3 - 6 mois
3
6 mois ou plus
4
Marche de l'enfant
5
Après sevrage
6
Dépend de Dieu
7
Dépend du mari
8
NSP
9
224
Combien de temps après une naissance
Immédiatement
1
d'un enfant vivant une femme pourrait
Après 40 jours
2
avoir une grossesse en cas de rapport
Dès le retour des règles
3
sexuel non protégé?
3 - 6 mois
4
6 mois et plus
5
A l'arrêt de l'allaitement
6
Dépend de Dieu
7
NSP
8
225
Combien de temps après un avortement ou Immédiatement
1
une fausse couche une femme devrait
Après 40 jours
2
pouvoir reprendre sa vie sexuelle?
3 - 6 mois
3
6 mois ou plus
4
Dès le retour des règles
5
Dépend de Dieu
6
Après guérison
7
NSP
8
226
Combien de temps, selon vous, après un
Immédiatement
1
avortement ou une fausse couche une
Dès le retour des règles
2
femme pourrait avoir une grossesse?
1 à 3 mois
3
3 - 6 mois
4
(Mettre I.MMEDIATEMENT si la réponse
Dépend de Dieu
5
est de moins d'llll moij).
NSP
8
227
Après un rapport sexuel douteux à l'issue
Attendre les prochaines règles
1
duquel vous avez peur de contracter une
Consulter un agent de santé
2
grossesse, quelle serait votre attitude?
Consulter une amie/proche
3
Consulter le mari/partenaire
4
Consulter un tradipraticien
5
Boire un médicament préventif 6
Laisser évoluer
7
NSP
8
Test grossesse pharmacie
9

NUMERO
QUESTIONS ET FILTRES
REPONSES
PASSERA
228
Quelles sont les complications que peut
Infections
1
aVOIr une femme après un avortement ou
Saignement
2
une fausse couche?
Stérilité
3
Douleurs pelviennes
4
Anémie
5
Mort
6
Avortements répétitifs
7
Maladies diverses
8
Autres complications
9
NSP
10
229
Au cours de cette grossesse, êtes-vous
Oui
1
allée dans une structure sanitaire pour un
Non
2
SUIVI ?
NSP
8
-
230
Consultez-vous souvent un agent ou une
Oui
1
structure sanitaire pour des conseils/
Non
2
informations sur la sexualité ou sur la santé NSP
8
reproductive ?
231
Connaissez-vous dans votre entourage des
Oui
1
structures où vous pouvez recevoir
Non
2
facilement des informations ou services
sur la sexualité et la santé reproductive?
."" ..
"
'
.'..,..•...
.
;;
..........;.•.••;:~~~~~"f;p~~:~~~lf~~~;i;1a;Jr:rig~Zt~};~~ ~7~~(:;;:/; ..
232
Étiez-vous au courant de cette
Oui
1
grossesse?
Non
2
Pas sûre
3
233
Votre mari/partenaire était - il au courant
Oui
1
de cette grossesse?
Non
2 ~ 236
NSP
8 ~ 236
234
Avez - vous discuté de l'issue de cette
Oui
1
grossesse?
Non
2
-
235
Quelle a été son attitude par rapport à
Rejet
1
cette grossesse?
Indifférence
2
Content/Laisser évoluer
3
Arrêter la grossesse
4
Inquiétude
5
NSP
6
236
Quelles sont les principales raisons qui ont
Cause divine/Superstition
1
conduit à l'interruption de cette grossesse
Espacement trop long
2
?
PaludismeIFièvre
3
Fatigue/Choc
4
Pas mariée
5
Veut travaiUerlÉtudier
6
Ne veut plus d'enfants
7
Ne peut plus supporter
8
Pression sociale
9
Avis du médecin
10
Effets de la contraception
Il
Autre
12
NSP
98

Section ID : Prestations de Services: motif - accueil - soins et connaissance des risques
")4" présent} 'aimel'flis'"que "vous me Pfltliéz ÔJ!s serviCf!s qlie vous avez
" reçu dâiiS è~t'hôpÙaJ:etausiide votre avis'sur la qut:llité des soins
NUMERO
QUESTIONS
REPONSES
PASSERA
301
Quels sont les problèmes de santé qui
Saignement vaginal
1
vous ont fait venir dans cet hôpital ?
Fièvre/refroidissement
2
Douleurs pelviennes
3
Écoulement vaginal nauséabond
4
VertigeslPerte de connaissance
5
Troubles digestifs
6
Autre
7
NSP
8
302
Depuis les premières manifestations de
1_1_1_1
votre maladie, combien de temps êtes-
Ne sait pas
999
vous restée avant d'aller dans une
structure de santé pour vous faire
1
consulter?
303
Avant votre arrivée dans cet hôpital,
Oui
1
avez-vous déjà été consultée dans une
Non
2~ 305
autre structure sanitaire ou par quelqu'un
d'autre?
304
Où avez-vous déjà été consulté?
Lieu Durée (jj)
Hôpital public
Lil
1
Numérotez par ordre l'itinéraire suivi
Centre de santé
Lil
1
par la patiente et le temps qui s'est
Dispensaire public
Lil
1
écoulé entre les étapes successives, y
Structure sanitaire privée Li ,
1
compris la durée entre les premiers
Domicile agent de santé Lil
1
signes et la première visite (en jours),
Tradipraticien
Lli
1
de même que la durée entre l'avant
Structure parapublique
Lli
1
dernière structure et le traitement.
NSP
8
305
Depuis votre entrée dans l'hôpital,
Inconsciente
1~ 308
combien de temps êtes-vous restée avant
Immédiatement
2~ 308
que vous ne soyez admise?
30 mn à 1 heure
3
1- 2 heures
4
2 à 4 heures
5
4 heures et plus
6
NSP
8~ 308
306
Ce temps d'attente vous a t - il paru
Raisonnable
]
raisonnable ou trop long?
Long
2
Trop long
3
Inconsciente
4
NSP
8
307
Avez-vous eu l'impression que le
Oui
1
personnel était trop occupé par des
Non
2
urgences plus importantes que votre cas? NSP
3
308
Avez-vous eu à faire des examens
Oui
1
préliminaires avant le traitement
Non
2~ 310
d'évacuation utérine?
NSP
8~ 310

NUMERO
QUESTIONS
REPONSES
PASSERA
309
Quel type d'examen avez-vous fait?
Echographie
1
Prélèvement sanguin
2
Prélèvement vaginal
3
Prélèvement d'urines
4
310
Avez-vous reçu des soins préliminaires
Oui
1
avant le traitement d'évacuation utérine? Non
2
NSP
8
311
Combien de temps (heures) après l'accueil Immédiatement
1~ 313
aviez-vous attendu pour recevoir le
Moins d'une heure
2
traitement d'évacuation utérine?
1 - 2 heures
3
3 heures à 24 heures
4
24 heures et plus
5
NSP
8~ 313
312
Ce temps vous a t - il paru raisonnable ou
Raisonnable
1
trop long?
Trop Long
2
NSP
8
313
Un agent de santé vous a-t-il informé
Oui
1
avant les soins sur le type de traitement
Non
2
que vous alliez recevoir?
Inconsciente
3
314
Avant de recevoir le traitement
Oui
1
d'évacuation utérine, vous a t - on rassuré Non
2
afin de vous aider (préparer) à surmonter
Inconsciente
3
la peur de la douleur ?
315
Au moment de la procédure d'évacuation
éveillée
1
étiez-vous éveillée ou endormie?
endormie
2~ 319
316
Au cours de la procédure, aviez-vous
Pas de douleur
1~ 319
senti une douleur et à quel degré?
Douleur minime
2
Douleur modérée
3
Douleur maximale
4
NSP
8
317
Vous a t - on prescrit un médicament
Oui
1
pour apaiser cette douleur?
Non
2~ 319
NSP
8~ 319
318
A quel moment ce médicament vous a-t-il
Avant
1
été prescrit
Pendant
2
Après
3
Avant et pendant
4
NSP
8
319
Après la procédure, vous a t - on informé
Oui
1
sur les problèmes futurs que vous
Non
2~ 321
pourriez rencontrer?
-
320
De quel type de complications vous a-t-on Saignement plus de 2 semaines
1
parlé?
Sang plus abondant
que celui des règles
2
Fièvre/refroidissement
3
Crampes de plus de 3 jours
4
Douleurs pelviennes aiguës
5
Vertiges
6
Vie en danger
7
Stérilité
8
Autre
9

NUMERO
QUESTIONS
REPONSES
PASSERA
321
Vous a t - on informé sur ce que vous
Oui
1
devriez faire en cas de problème après
Non
2
votre sortie?
322
Depuis votre entrée à l'hôpital, vous a t - Oui
1
on donné des conseils ou informations
Non
2~ 401
pour éviter de tomber enceinte aussitôt?
323
Quand avez-vous reçu ces conseils ou
Avant traitement
1
informations ?
Après traitement
2
Avant et après traitement
3
Pendant le traitement
4
Section IV : Planification Familiale
..
I-N_U-'--M_E_R_o-+
~Q'_1J._E_S_T_IO_N_S
_+_----RE-P-O-N-S_E_S
+-P_A_S_SE_R_A----j
40 l
Il existe des moyens ou des méthodes
Oui
1
qu'une personne ou qu'un couple peut
Non
2~
408
utiliser pour retarder ou prévenir une
NSP
8~
408
grossesse. Avez-vous déjà entendu parler
de ces méthodes?
402
Quelles sont ces méthodes?
Continence périodique
LJ
Retrait..
LJ
{Dans la case correspondante, mettre:
Abstinence prolongée
LJ

1 si la réponse est spontanée ;
Pilule
,
LJ
• 2 si la réponse est obtenue après
DiU
LJ
description;
1 ·
.
.
LJ
njectlOn
.
• 3 si l'enquêtée ne connaît pas.}
Condom
LJ
Spermicide
LJ
NORPLANT
LJ
MAMNallaitement. .. . .. .. . . .. .. .. LJ
Ligature des trompes
LJ
Vasectomie..................
.
LJ
Méthode traditionnelle
1_1
403
Où avez-vous eu des informations sur cette Parents/amis
l
(ces) méthode(s) ?
Conjoint/partenaire
2
Radio/télévision
3
Structure de santé publique
4
ONG/Associations
5
ÉcolelLieu de travail
6
Autre
7
NSP
8
404
Avez-vous déjà eu à utiliser llne de ces
Oui
l~
406
méthodes dans
...J..-

.L..-
....J
.
le
_
passé?
~ .
Non
2

NUMERO
QUESTIONS
REPONSES
PASSERA
405
Pour quelle raison n'avez vous pas encore
Désir un enfant
1
décidé d'utiliser une méthode de
Religion/coutumes
2
contraception
Manque d'informations
3
effets secondaires
4
Difficulté d'accès
5
Opposition du partenaire
6
408
Espacement suffisant
7
Non mariée
8
Indécise
9
Rumeur
10
Ne veut pas
Il
Mari souvent absent
12
406
Quelles sont les méthodes que vous avez
Continence périodique
1
déjà utilisées?
Retrait
2
Abstinence prolongée
3
Pilule
4
DIU··································I_I
Injection............................. 1_1
Condom·····························I_1
Spermicide .......................... 1_1
NORPLANT ....................... 1_1
MAMNallaitement ........ ' ...... I_i
Ligature des trompes .............. 1_1
Méthode traditionnelle ............ 1_1
407
Où avez-vous obtenu cette (ces)
Parents/amis
1
méthode(s) ?
Structure de santé publique
2
Clinique privée
3
ONG/Associations
4
Relais communautaires
5
Pharmacie
6
Mari/partenaire
7
Autre
8
408
Approuvez-vous les couples ou individus
Oui
1~
410
qui utilisent des moyens contraceptifs pour Non
2
éviter ou retarder une grossesse?
Oui pour les couples mariés
3
NSP
8~
410
409
Pourquoi ne pratiquez-vous pas la
Désir un enfant
1
contraception ?
Peur des effets secondaires
2
Religion/coutumes
3
Pas marié
4
Ne veut pas
5
NSP
8
410
Avez-vous déjà eu à discuter de la
Oui
1
planification familiale avec votre
Non
2~
412
maril'p'artenaire ?
411
Qui de vous deux a pris l'initiative de
Moi même
1
discuter de la planification familiale?
MariIPartenaire
2
Nous deux
3
412
Votre mari/partenaire approuve t-il la PF ?
Oui
1
Non
2
NSP
8

NUMERO
QUESTIONS
REPONSES
PASSERA
413
Souhaiteriez-vous recevoir des conseils sur Oui
1
la planification familiale?
Non
2 ~ 415
NSP
8 ~ 415
414
Voudriez-vous que ces conseils soient
Oui
1
données en présence de votre
Non
2
mari/partenaire ?
NSP
8
415
Au moment où vous avez eu cette
Oui
1
grossesse, utilisiez-vous une méthode de
Non
2 ~ 418
contraception?
416
Quelle méthode utilisiez vous en ce
Continence périodique
1
moment?
Retrait
2
Abstinence prolongée
3
Pilule
4
DIU
5
Injection
6
Condom
7
Spermicide
8
NORPLANT
9
MAMNallaitement
10
Méthode traditionnelle
Il
417
QueUe a été la raison principale de l'échec
Oubli
1
de cette méthode?
Méthode pas commode
2
Insuffisance d'informations
sur la méthode
3
419
Attitude du mari/partenaire
4
Utilisation incorrecte
5
Désir un enfant
6
NSP
8
418
Pour quelle raison n'utilisez-vous pas en
Désir un enfant
1
ce moment une méthode de
N'approuve pas
2
contraception ?
Opposition du mari/part.
3
Religion/coutumes
4
Manque d'informations
5
Effets secondaires
6
Coûts élevés
7
Inaccessibilité géographique
8
Espacement suffisant
9
Non mariée
10
Indécise
Il
Négligence
12
Oubli
13
Ne pensait pas avoir de rapport 14
419
Durant votre séjour à l'hôpital, vous a t -
Oui
1
on donné des informations ou conseils sur
Non
2~ 443
la planification familiale?
420
Qui a pris l'initiative de la discussion?
Moi même
1
Agent de santé
2
421
A quel moment vous a t - on donné ces
Accueil
1
informations ou conseils ?
Pendant le traitement
2
Après le traitement
3

,.
1 ~-
."
NUMEltti
:,
.
.. , '
, ..
QUESTIONS
REPONSES
PASSERA
422
Ce rhomërit étàit-il opportun pour recevoir Oui
1~
424
c~s iriformàtions ?
Non
2
423
A quel moment souhaiteriez-vous avoir
Accueil
1
ces cbnseils ?
Juste avant le traitement
2
Après le traitement
3
NSP
8
424
A queteridtoit au niveau de l'hôpital vous
Salle d'accueil
1
~ t - on donné ces infonnations ?
Salle de soins
2
Salle d'hospitalisation
3
Clinique PF
4
Autre
5
NSP
8
425
Cet endfoit était-il adéquat?
Oui
1~
428
Non
2
426
Si rioq, poJrquoi ?
Manque d'intimité
1
Endroit peu adapté
2
427
A quei endfoit souhaiteriez vous que l'on
Salle d'accueil
1
vous donne ces informations?
Salle de soins
2
Salle d'hospitalisation
3
Clinique PF
4
Hors de 1'hôpital
5
Ne sait pas
8
428
l--a dùrëe- de la consultation! causerie sur la Courte
1
PF, .'
;
Trop longue
2
a-t':èn~été trop longue, trop courte ou
Acceptable
3
a~ceptabi~ ?
.
NSP
8
429
Pendant i~ caûserie,. comment avez-vous
Correcte
1
apprédel'âttitude de l'agent?
Comportement de rejet
2
Communication difficile
3
Communication facile
4
..
...
NSP
8
".
430
C:dintriërlt avez-vous apprécié la qualité de Communication facile
1
1~ cdtriiri.~riicàtiori· ?
Communication difficile
2
431
Dtihl.11tcêtte causerie, vous a t - on permis
Oui
1
de pbs~f tbütes les questions qui vous
Non
2~
433
prébcciip~1Ïerit ?
432
Ayez-'vdus eu des réponses satisfaisantes à Oui
1
to~t~~, ces questions?
Non
2
433
Au, cours de la causerie, vous a-t-on
Oui
1
proposé ~àrticulièrement d'utiliser une
Non
2~
443
riiéthodè de contraception?
434
Àvez vOus accepté ou décidé d'utiliser une Oui
1
riiéthod~ riprès cette causerie?
Non
2~
442

NUMERO
QUESTIONS
REPONSES
PASSERA
435
Quelle méthode avez-vous utilisée?
Continence périodique
1
Retrait
2
Abstinence
3
Pilule
4
DIU
5
Injection
6
Condom
7
1
Spermicide
8
Ligature de trompes
9
Méthode traditionnelle
la
NORPLANT<t!·
Il
436
Avez-vous été informé suffisamment sur
Oui
1
l'utilisation de la méthode?
Non
2
437
Avez-vous reçu des informations
Oui
1
détaillées sur les effets secondaires de la
Non
2
méthode?
438
La méthode que vous avez reçue, était-
Oui
1~
440
elle celle que vous désiriez utiliser?
Non
2
Pas d'avis
3~
440
439
Quelle méthode auriez-vous choisi?
Continence périodique
1
Abstinence
2
Retrait
3
Pilule
4
DIU
5
Injection
6
Condom
7
Spermicide
8
Stérilisation F.
9
NORPLANT
10
MAMAlallaitement
Il
Méthode traditionnelle
12
440
Y a-t-il un endroit où vous pourrez vous
Oui
1
procurer facilement ces méthodes?
Non
2~
501
441
Où irez-vous pour recevoir ces
Dans cet hôpital
1
méthodes?
Poste de santé du quartier/Phar. 2
501
Autre
3
442
Pourquoi n'avez-vous pas décidé
Désapprouve la PF
1
d'utiliser une méthode de contraception
Opposition du mari/part-
2
après cette causerie?
Peur d'effets secondaires
3
Veut d'autres enfants
4
Insuffisance d'information
5
Religion/coutumes
6
Autre
7
NSP
8
443
Avez-vous l'intention d'utiliser une
Oui
1
méthode de contraception à l'avenir?
Non
2~
501
NSP
8~
501

NUMERO
QUESTIONS
REPONSES
PASSERA
444
Quelle méthode souhaiteriez-vous utiliser? Continence périodique
1
Abstinence
2
Retrait
3
Pilule
4
DIU
5
Injection
6
Condom
7
Spennicide
8
Stérilisation F.
9
NORPLANT
10
MAMAJallaitement
11
Méthode traditionnelle
12
La plus adaptée
13
Manque d'information
14
Tout ce que l'on me donnera 15
Section V : Coût des Prestations de services
NUMERO
QUESTIONS
REPONSES
PASSERA
501
Par quel moyen êtes-vous venue à
Ambulance
1
l'hôpital ?
Voiture personnelle
2
Transport collectif
3
Taxi
4
Taxi "clando"
5
A pied
6
Voiture ami/parent
7
NSP
8
502
Qui vous a accompagné jusqu'à l'hôpital?
Personne
1
Mari/partenaire
2
Voisin
3
Parents/amis
4
Agent de santé
5
Mari/PartlParent/Ami
6
VoisinIParent/Ami
7
NSP
8
503
Combien de temps il vous a fallu pour
Moins de 30 mn
1
arriver à l'hôpital ?
30 mn-60 mn
2
lh -2h
3
2h- 3h
4
4h et +
5
NSP
8
504
Combien vous a coûté le transport jusqu'à
Montant
1_1_1_1_1 osi gratuit ou
l'hôpital?
NSP
98 D
pas/ait
505
Avez-vous payé des frais à l'accueil pour
Oui
1
être consultée?
Non
2~
507 (506 = 0)
NSP
8~
507
506
Quel est le montant de ces frais?
Montant
osi gratuit
1
1
1
1
1
1
507
Votre traitement a t - il nécessité une
Oui
1
hospitalisation ?
Non
2~
510
508
Combien de temps êtes-vous resté à
Nombre de jours
1_1_1
l'hôpital?

NUMERO
QUESTIONS
REPONSES
PASSER À
509
Quel est le montant de ces frais
Montant
!_I_I_I_I osi gratuit
d'hospitalisation?
NSP
98
510
Les soins que vous avez reçus ont ils
Oui
1
occasionné d'autres frais supplémentaires?
Non
2~ 512 (511 "= 0)
NSP
8~ 512
511
Quel est le montant de ces frais additionnels Médicaments
1_1_1_1_1_1
?
Matériels
1_1_1_1_1_1 osi gratuit VII
Autre
1_1_1_1_1_1 pas/ait
NSP
980
512
Avez-vous eu à faire des examens
Oui
1
complémentaires (radio, échographie,
Non
2~ 514 (5/3 = 0)
prélèvement vaginal, prélèvement sanguin)
au cours de votre traitement ?
51,3
Quel est le montant de ces frais ?
Echographie
1_1_1_1_1_1
Prélèv. Vagin
1_1_1_1_1_1 osi gratuit ou
Prélèv. Sang
1_1_1_1_1_1 pas/ait
Autre
1
1
1
1
1
1
514
A votre sortie, vous a t - on remis des
Oui
1
ordonnances supplémentaires à acheter à
Non
2 -~ 516 (515 = 0)
domicile?
5115
Quel est le montant de ces ordonnances ?
Montant
1_1_1_1_1_1 osi gratuit
NSP
980
51,6
Aviez - eu à faire face à d'autres frais avant
Oui
1
;
votre entrée à l'hôpital
Non
2~ 518 (517= 0)
517
Quel en est le montant ?
Montant
1_1_1_1_1_1 osi gratuit
NSP
980
518
Vous a t - on donné un autre rendez-vous
Oui
1
pour une visite de contrôle ?
Non
2~ 521 (520 = 0)
5m
A quelle date?
jj-mm-aa
1. J J
1
1
1 1
1
1
520
Combien vous coûtera cette visite?
Montant
1_1_1_1_1_1 osi gratuit
NSP
980
521
Qui prend en charge tous ces frais?
Mari/partenaire
1
Parent
2
Elle-même
3
,
1
Aide sociale
4
Mari/Partenaire/Parent
5
Voisin et amis
6
NSP
8
522
Comment appréciez-vous le coût total des
Abordable
1
frais nécessaires pour avoir un traitement?
Cher
2
Trop élevé
3
NSP
8

<\\vez-vous quelque chose d'autre à ajouter sur les sujets abordés?
Oui U
Non
[]
~i oui, faites en un résumé
.
fe vous remercie d'avoir bien voulu répondre à mes questions. Permettez moi de vous rappeler que toutes ces
nformations permettront aux autorités de cet hôpital d'améliorer la qualité des services au profit des pélti~nte~.
EVALUATION DE L'ENTRETIEN
1 . Perturbation de l'entretien
2 . Attitude de l'enquêtée
• Aucune
0

Très coopérante
0
• Visite personnel de santé
0
• Coopérante
0
• Bruits
0
• Pas coopérante
0
• Visite membre de la famille 0
• Handicap linguistique
0
• Autre (préciser)
..
• Autre (préciser)
.
3 . Commentaires spécifiques sur certaines questions
.
4 . Commentaires du superviseur
.
5 . Conclusions
• Fiche à retenir
0
• Fiche à rejeter
0
• Fiche à suivre avec enquêtrice 0

i:,
\\11
III
Il)
t!
~
--
.....
-:...:: \\
"":.
-
--
- \\ \\
"""'=- "
~_.._~

. Instruments pour l'AMIU
Manche du piston
Cran d'arrêt
- r-
I
.-'
-_o.
1
1
-"'COr,H de pompe' -' .'
-
.. -
0--1
-
- - -
1
--1
L
Manchon intérieur _
-tfL---- Vah'c -
.. -' 'r'J
o
Seringue
Seringue
à deux vah'cs
3 une \\":J1ve
cfJ------------~
Adaptateur
Ouverture
Canules