UNIVERSITÉ CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR
.-
,
"

FACULTE DE MEDECINE, DE PHARMACIE ET D'ODONTO-STOMATOLOGIE
ANNEE 1998
LE POINT SUR LES ALVEOLITES
ET LEUR PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE :
Etude prospective à propos de 68 cas cliniques
THE8E
POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR EN CHIRURGIE DENTAIRE
(DIPLOME D'ETAT)
PRÉSENTÉE ET SOUTENUE PUBLIQUEMENT
LE 31 JUILLET 1998
par
Cheikh Amala CISSOKHO
né le 08 Décembre 1967 à MBOUR (Sénégal)
MEMBRES DU JURY:
Président
M. José Marie
AFOUTOU
Professeur
Membres
Mme Charlotte FATY
NDIAYE
Maître de Conférences Agrégé
M. Boubacar
DIALLO
Maître de Conférences Agrégé
M. Papa Demba
DIALLO
Maître de Conférences Agrégé
Directeur de Thèse
M. Boubacat
DIALLO
Maître de Conférences Agrégé

UNIVERSITE CHEIKH ANTA Drop DE DAKAR
FACULTE DE MEDECINE DE PHARMACI E
ET D'ODONTO-STOMATOLOGIE
PERSONNEL DE LA FACULTE
DOYEN
M.RENE
NDOYE
PIU;:MIER ASSESSEUR
M. DOlJDOlJ
flA
DEl.fIEME ASS ~SSElJR
M. PAPA DEMflA
NDL\\YE
Cl·II~F DES SERVICES ADMrNISTRATI FS
M. ASSANE
CISSE

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DA .- A
FACULTE DE MEDECINE DE PHARMACI ~
ET D'ODONTO-STOMATOLOCfE
1 - MEDECINE
LISTE DU PE S
EL
NSE
POUR L'ANNEE UNIVERSITAIRE 1997 - 1998

PROFESSEURS TITULAIRES
il. 1 José Marie
AFOUTOU
Histologie - Embryologie
j
ivlal11élc!ou
131\\
Pédiatrie
\\ 1 Serigne Abdou
BA
Cardiologie
I\\!
""dlou
CISSE
Physiologie
1 l'lldcl
DI!\\DIIIOU
Gynécologie - Ol';ll'triqul'
1\\1, Baye Assane
DIAGNE
Urologie
1'1 r Lamine
DIAKHATE
Hématologie
Î\\ 1 Samba
DIALLO
Parasitologie
i \\1
El Hadj Malick
DIOP
O.R. L.
Mme Thérèse Moreira
DIOP
Médecine Interne 1
/VI Sémou
DIOUF
Cardiologie
IVI Moha l11adoll
rALL
Pédialrie
M i\\Ilal11aclou
GUEY~
Ncuro-Chiru Igic
IVI MOIll,lr
GUEYE
Psychiatrie
1\\ 1 Nicolas
KU!\\KUNI
Pédiatrie
M 8assirou
NDIAYE
Derl11atologie
M Ibrahima Pierre
NDIAYE
Neurologie
*M Madoune Robel1
NDIAYE
Opthalmologie
M. Mouhamadou
NDIAYE
Chirurgie Thoracique ct Cardio-
vasculaire
M. Mouhamadou Mansour
NDIAYE
Neurologie
M Papa Demba
NDIAYE
Anatomie PathologiCJue
*M. Mamadou
NDOYE
Chirurgie Infantile
M. René
NDOYE
Biophysique
M. Abibou
SAMB
Bactériologie- Virologie
oM. Abdou
SANOKHO
Pédiatre
M. Mamadou
SARR
Pédiatrie
Mme Awa Marie COLL
SECK
Maladies Infectieuses
M. Seydina Issa Laye
SEYE
Orthopédie-Traumatologie
M. Dédéou
SIMAGA
Chirurgie Générale
M. Abdourahmane
SOW
Médecine Préventive
M. Housseyn Dembel
SOW
Pédiatrie
M. Mamadou Lamine
SOW
Anatomie Chirurgie
*M. Cheikh Tidiane
TOURE
Chirurgie Générale
M. Pape
TOURE
Cancérologie
M Alassane
WADE
Ophtalmologie
~1AITRES DE CONFERENCES AGREGES
M. Mamadou
BA
Urologie
M. Moussa
BADIANE
Radiologie
M. Seydou Boubakar
BADIANE
Neurolooie
'='
M. Mohamed Diawo
BAH
Gynécologie-Ob')! \\~'trjqlle
üM. Mamadou Diakhaté
BALL
DClînatolooic
b
M Moussa Fafa
CISSE
Bilctériolo(rie- Vi rolooie
b
b
l'vI Abdal'ahmane
DIA
Ana tOI11 ic Chi rLilgi' réll !'f, 1.

PROFESSEURS TITULAIRES
M José Marie
AFOUTOU
Histologie - Embryologie
M Mamadou
BA
Pédiatrie
M Serigne Abdou
BA
Cardiologie
M. Fallou
CISSE
Physiologie
M. Fadel
DIADHIOU
Gynécologie - Obstétrique
M. Baye Assane
DIAGNE
Urologie
M Lamine
DIAKHATE
Hématologie
M. Samba
DIALLO
Parasitologie
*M. El Hadj Malick
DIOP
O.R.L.
Mme Thérèse Moreira
DIOP
Médecine Interne 1
M. Sémou
DIOUF
Cardiologie
M. Mohamadou
FALL
Pédiatrie
M. Mamadou
GUEYE
Neuro-Chirurgie
M. Momar
GUEYE
Psychiatrie
M. Nicolas
KUAKUNI
Pédiatrie
M. Bassirou
NDIAYE
Dermatologie
M. lbrahima Pierre
NDIAYE
Neurologie
*M. Madoune Robert
NDIAYE
Opthalmologie
M. Mouhamadou
NDIAYE
Chirurgie Thoracique et Cardio-
vasculaire
M. Mouhamadou Mansour
NDIAYE
Neurologie
M. Papa Demba
NDIAYE
Anatomie Pathologique
*M. Mamadou
NDOYE
Chirurgie Infantile
M. René
NDOYE
Biophysique
M. Abibou
SAMB
Bactériologie-Virologie
oMo Abdou
SANOKHO
Pédiatre
M. Mamadou
SARR
Pédiatrie
Mme Awa Marie COLL
SECK
Maladies Infectieuses
M. Seydina Issa Laye
SEYE
Orthopédie-Traumatologie
M.Dédéou
SIMAGA
Chirurgie Générale
M. Abdourahmane
SOW
Médecine Préventive
M. Housseyn Dembel
SOW
Pédiatrie
M. Mamadou Lamine
SOW
Anatomie Chirurgie
*M. Cheikh Tidiane
TOURE
Chirurgie Générale
M. Pape
TOURE
Cancérologie
M. Alassane
WADE
Ophtalmologie
I\\IAITRES DE CONFERENCES AGREGES
M Mamadou
BA
Urologie
M. Moussa
BADIANE
Radiologie
'1 Seydou Boubakar
BADIANE
Neurologie
.\\ 1 Mohamed Diawo
BAH
Gynécologie-Obstétrique
l~1 ~. Mamadou Diakhaté
BALL
Dermatologie
1\\'1, Moussa Fafa
CISSE
Bactériologie- Virologie
IVI Abclarahmane
DIA
Anatomie Chirurgie Généréllc

M. Amadou Gallo
DIOP
Neurologie
M. Babacar
DIOP
Psychiatrie
M. El Hadji Ibrahima H.
DIOP
Orthopédie-Traumatologie
M.Saïd Nourou
DIOP
Médecine Interne Il
M. Raymond
DIOUF
O.R.L.
M. Souvasin
DIOUF
Orthopédie-Traumatologie
M.Babacar
FALL
Chirurgie Chirurgie Infantile
M.Ibrahima
FALL
Chirurgie Pédiatrigue
Mme Marne Awa
FAYE
Maladies Infectieuses
Mme Sylvie
Seck
GASSAMA
Biophysique
M.Oumar
GAYE
Parasitologie
*M. Serigne Maguène
GUEYE
Urologie
M. Abdoul Almamy
HANE
Pneumophtisiologie
&M. Salvy Léandre
MARTIN
Pédiatrie
1'.!. Vi ctori no
MENDES
Anatomie Pathologique
Î\\ 1 Jean Charles
MOREAU
Gynécologie-Obstétrique
1 1Ille Mbayang Niang
NDIAYE
Physisologie-Neurologie
&M. Mohamed Fadel
NDIAYE
Gastro-Entérologie
1 Papa Amadou
NDIAYE
Ophtalmologie
*M. Youssoupha
SAIŒO
Neuro-Chirurgie
1\\1. Niama Diop
SALL
Biochimie Médicale
l'vI me Bineta KA
SALL
Anesthésie-Réani mation
fVI. Mohamadou Guélaye
SALL
Pédiatrie
; M. Moustapha
SAR.R
Cardilogie
l'vI.Birama
SECK
Pédopsychiatric
M Papa Salif
SOW
Maladies Infecl iellscs
Mme Haby Signaté
SY
Pédiatrie
M. Omar
SYLLA
Psychiatrie
M.Doudou
THIAM
Hématologie
M. Meissa
TOURE
Biochimie Médicale
CHARGE D'ENSEIGNEMENT
M. Claude
MOERIRA
Pédiatrie
MAITRES-ASSISTANTS
M. El Hadj Amadou
BA
Ophtalmologie
M. Boubacar
CAMARA
Pédiatrie
M. El Hadj Souleymane
CAMARA
Orthopédie-Traumatologie
M. Jean Marie
DANGOU
Anatomie Pathologique
*M. Michel
DEVELOUX
Dermatologie
*M. Ibrahima
DI AGNE
Pédiatrie
*M. Massar
DI AGNE
Neurologie.
]\\/1
Ibrahima
DIOP
Cardiologie
M. Bernard Marcel
DIOP
Maladies Infectieuses
+M. Alassane
DIOUF
Gynécologie-Obstétrique
M. Boucar
DIOUF
Médecine Interne 1
M. Saliou
DIOUF
Pédiatrie

M.Oumar
FAYE
Parasittologie
Mme.Gisèle WOTO
GAYE
Anatomie Pathologique
M. Abdoul
KANE
Cardiologie
M. Abdoulaye
NDIAYE
Anatomie Chirurgie Orthopédique
&M. Adama Bandiougou
NDIAYE
Immunologie (Hématologie)
Mme Coura SEYE
NDlAYE
Ophtalmologie
+M. Issa
NDIAYE
O.R.L.
M. El Hadj
NIANG
Radiologie
M. Doudou
SARR
Psychiatrie
M. Amadou
Makhtar
SECK
Psychiatrie
M. Gora
SECK
Physiologie
M. Ahmed Iyane
SOW
Bactériologie- Virologie
Mme Hassanatou TOURE
SOW
Biophysique
M.Cheickna
SYLLA
Urologie
M. Alé
THIAM
Neurologie
ASSISTANTS DE FACULTE
ASSISTANTS DES SERVICES UNIVERSITAIRES DES HOPITAUX
,1 Boubacar Samba
DANKOKO
Médecine Préventive
1\\1 Abdoulaye Sèga
DIALLO
Histologie-Embryologie
)\\'1 Yémoll
DIENG
Parasitologie
1\\11 Dialo
DIOP
Bactériologie Virologie
+M. Mamadou
DIOP
Anatomie Organogénèse
M Moctar
DIOP
Histologie Embryologie
IV! Saliou
DIOP
Hématologie
Mme Mame Coumba GAYE FALL
Médecine Légale
Mme Khadissatou SECK
FALL
Hématologie
M Oumar
FAYE
Histologie Embryologie
Mme Arame MBENGUE
GAYE
Physiologie
M Lamine
GUEYE
Physiologie
M. El Hadj Alioune
LO
Anatomie Organogénèse
r\\il Ismaïla
MBAYE
Médecine Légale
M. Mamadou
MBODJ
Biophysique
M. Oumar
NDOYE
Biophysique
M. Abdoulaye
SAMB
Physiologie
M. Ndéné Gaston
SARR
Biochimie Médicale
Mme Anta
TAL DIA
Médecine Préventive
Mlle Awa Oumar
TOURE
Hématologie
M. Kamadore
TOURE
Médecine Préventive
M. Issa
WONE
Médecine Préventive
CHEFS DE CLINIQUES-ASSISTANTS
DES SERVICES UNIVERSITAIRES HOPITAUX

Mme Marième GUEYE
BA
Gynécologie-Obstétrique
*M. Mornar Codé
BA
Neure-Chirurgie
M. Moussa
BA
Psychiatrie
M.Cheikh Ahrned Tidiane
CISSE
Gynécologie-Obstétrique

Mme Mariama Safiétou KA CISSE
Médecine Interne rI
M. André Vauvert
DANSOKHO
Orthopédie-Trau Illatologie
Mme Elisabeth FELLER
DANSOKHO
Maladies Infectieuses
M. Djibril
DIALLO
Gynécologie-Obstétrique
M Saïdou
DIALLO
Médecine Interne 1
M. Ahmadou
DEM
Cancérologie
*M. Mame Thierno
DIENG
Dermatologie
M. Mame Thierno
DIENG
Dermatologie
M. Rudolph
DIOP
Stomatologie
Mme Sokhna BA
DIOP
Radiologie
M. Mamadou Lamine
DIOUF
Médecine Interne
tme Elisabeth
DIOUF
Anesthésie- Réani Illation
'f [douard MarcelL
GUEYE
Neuro-Chirurgic
~\\1 El Hadj Fary
KA
Médecine Interne 1
*1\\1 Mamadou Moultalla
KA
Médecine Interne 1
M. Assane
KANE
Dermatologie
*M. Abdoul Aziz
KASSE
Cancérologie
l'vI me Aminata DIACK
MBAYE
Pédiatrie
M Mouhamadou
MBENGUE
Médecine Interne 1
l'vI Amadou Koura
NDAO
Neurologie
M Ousmane
NDIAYE
Pédiatrie
*M. Cheikh Tidiane
NDOUR
Maladies Infectieuses
M. Alain Khassim
NDOYE
Urologie
M Ndaraw
NDOYE
Neuro-Chirurgie
Melle Paule Alda
NDOYE
Ophtalmologie
*M. Abdou
NIANG
Médecine Interne 1
M. Abdoulaye
POUYE
Médecine Interne 1
M. Mamadou
SANGARE
Gynécologie-Obstétrique
Mlle Anne Aurore
SANKALE
Chirurgie Plastique et Reconstructive
Mme Anna
SARR
Médecine Interne II
Mme Fatou
SE1'lli
Neurologie
M. El Hassane
SIDIBE
Médecine Interne II
*M. Masserigne
SOUMARE
Maladies Infectieuses
M. Charles Mouhamed
SOW
Orthopédie-Traumatologie
M. Daouda
SOW
Psychiatrie
M. Mouhamadou Habib
SY
Orthopédie-Traumatologie
M. Abdourahmane
TALL
O.R.L.
M. Silly
TOURE
Stomatologie
ATTACHES CHEFS DE CLINIQUE
M.Oumar
BA
Pneumophtisiologie
Mme Bineta DIOP
BADIANE
Anesthésie-Réanimation
M. Saïba
CISSOIŒO
Pneumophtisiologie
Mme Pauline
DIOUSSE
Dermatologie
M. Mor
NDIAYE
Pneumophtisiologie
ATTACHES - ASSISTANTS
M. Néloum
DJIMADOUM
Histologie-Embryologie

Melle Oumou
Sy
Biochimie Médicale

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR
FACULTE DE MEDECINE DE PHARMACIE
ET D'ODONTO-STOMATOLOGIE
Il - PHARMACIE
LI TE DU PERSONNEL ENSEIGNANT
POUR L'ANNEE UNIVERSITAIRE 1997 - 1998

SECTION PHARMACIE
PROFESSEURS TITULAIRES
M.Doudou
BA
Chimie Analytique et Toxicologie
M. Emmanuel
BASSENE
Pharmacognosie et Botanique
*M 8abacar
FAYE
Pharmacologie et Pharmacodynamie
M Issa
LO
Pharmacie Galénique
*M. Souleymane
MBOUP
Bactériologie-Virologie
*M.Oumar
NDIR
Parasitologie
MAITRES DE CONFERENCES AGREGES
M. Mamadou
BADIANE
Chimie Thérapeutique
M. C!lei kh Saad Bouh
BOYE
Bactériologie-Virologie
M. Mounirou
CISS
Toxicologie
M. Balla Moussa
DAFFE
Pharmacognosie
Mme Aïssatou GA YE
DIALLO
Bactériologie-Virologie
Mme Al1linata SI\\LL
DIALLO
Physiologie Pharmaceutique
M. Alioune
DIEYE
Immunologie
M. Pape Amadou
DIOP
Biochimie Pharmaceutique
MAITRES-ASSISTANTS
M. Amadou
DIOUF
Toxicologie
Mme Rita B.
NONGONIERMA
Phamacognosi e
M. Matar
SECK
Pharmacie Chimique et Chimie Org
ASSISTANTS
MUe Issa Bella
BAH
Parasitologie
*M. Aynina
CISSE
Physique Pharmaceutique
M. Mounibé
DIARA
Physique Pharmaceutique
M1Ie Thérèse
DIENG
Parasitologie
*M. Amadou Moctar
DIEYE
Pharmacologie et Pharmacodynamie
M. Vérim Mbagnick
DIOP
Chimie Analytique
M. Ahmédou Bamba K.
FALL
Pharmacie Galénique
M. Djibril
FALL
Pharmacie Chimique et Chimie Org
M. Modo~
LO
Botamique
M. Tharcisse Nkulikiye
MFURA
Chimie Analytique
M. Aly coto
NDIAYE
Physiologie Pharmaceutique
*M. Augustin
NDIAYE
Physique Pharmaceutique
*M. Mamadou
NDIAYE
Pharmacologie
Mme Maguette Dème SYLLA NIANG
Biochimie Pharmaceutique
Mme Philomène LOPEZ
SALL
Biochimie Pharmaceutique
Mme Aïssatou GUEYE
SANKHARE
Toxicologie
*M. Elimane Amadou
SV
Chi mie Générale et Minérale
M.Oul1lar
THIOUNE
Pharmacie Galénique
M. I\\!assanc
WELE
Chimie Physique

ATTACHES
M. William
DIATTA
Botanique
M me Amy THIAM
FALL
Chimie Analytique
M. Mamadou
FALL
Toxicolosie
M Mamadou
SARR
Physiologie Pharmaceutique
Mlle Edwige
GOMIS
Pharmacognosie

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR
FACULTE DE MEDECINE DE PHARMACIE
ET D'ODONTO-STOMATOLOGIE
III - CHIRURGIE DENTAIRE
LISTE DU PERSONNEL ENSEIGNANT
!POUR L'ANNEE UNIVERSITAIRE 1997 -1998

,'ECT ON CHIRURGIE DENTAIRE
PROFESSEURS TITULAIRES
M. Ibrahima
BA
Pédodontie-Prévention
Mme Ndioro
NDIAYE
Odontologie Préventive et Sociale
NIAITRES DE CONFERENCES AGREGES
*M. Boubacar
DIALLO
Chirurgie Buccale
M. Papa Demba
DIALLO
Parodontologie
M me Charlotte FATY
NDIAYE
Chirurgie Buccale
M Malick
SEMBENE
Parodontologie
MA ITRES-ASSISTANTS
Mlle Fatou
GAYE
Dentisterie Opératoire
M. Abdou Wahab
KANE
Dentisterie Opératoire
M. Abdoul Aziz
YAM
Pédodontie
ASSISTANTS DE FACULTE
&Mme Christiane JOHNSON AGBOTON
Prothèse Dentaire
Mme Aïssatou TAMBA
BA
Pédodontie-Prévention
Mme Khady
DIOP
BA
Orthopédie Dento-Faciale
M. Daouda
CISSE
Odontologie Présentive et Sociale
M. Fa110u
DI AGNE
Orthopédie Dento-Faciale
Mme Adam Awa Marie SECK DIALLO
Parodontologie
M. Lambane
DIENG
Prothèse Dentaire
Mme Affissatou NDOYE
DIOP
Dentisterie Opératoire
Mme Fatou
DIOP
Pédodontie-Prévention
&M. Libasse
DIOP
Prothèse Dentaire
&M. Mamadou Moustapha
GUEYE
Odontologie Préventive et Sociale
*M. Malick
MBAYE
Dentisterie Opératoire
Mme Paulette M. AGBOTON MIGAN
Prothèse Dentaire
M. Edmond
NABHANE
Prothèse Dentaire
Mme Maye Ndave NDOYE NGOM
Parodontologie
M. Paul Débé Amadou
NIANG
Chirurgie Buccale
*M. Mohamed Talla
SECK
Prothèse Dentaire
Mme Soukéye Dl A
TINE
Chirurgie Buccale
M S,lYd Nom
TOURE
Prothèse Dentaire
ATTACHES
M. Abdou
BA
Chirurgie Buccale
Henri Michel
BENOIST
Parodontologie
M. Babacar
FAYE
Odontologie Conservatrice Endo<inlltie
M Daouda
FAYE
Odontologie Préventive et Social,

[,vi MaJick
FAYE
Pédodontie-Orthopédie
M Cheikh Mouhamadou M. LO
Odontologie Préventive et Sociak
M. El Hadji Babacar
MBODJ
Prothèse Dentaire
M. Mohamed
SARR
Odontologie Conservatrice Endodontie
Mme Fatoumata DIOP
THIAW
Odontologie Conservatrice Endodontie
M. Babacar
TOURE
Odontologie Conservatrice Endodontie
* Associé
& Disponibilité
8 Détachement
+ En stage à l'extérieur

e dédie c
travail
.

A
ALLAH "LE TOUT PUISSANT" Qui m'a
accordé la santé, la volonté et le
courage nécessaires à l'aboutissement
de ce travail.
En Toi nous croirons jusqu'à notre
dernière Energie.
Au Prophète Mouhamed (P.S.L.), Notre
guide et éclaireur.
Nous prions Allah pour qu'il nous
canalise sur le droit chemin que vous
avez tracé.
C'est à dire la voie de
la "Siratal Moustahime"

A MON PERE
Les mots sont faibles pour te
témoigner mon amour.
Tu as su nous éduquer sous le toit de
ton immense sagesse et de ton
abnégation ; ce qui nous a valu
aujourd'hui d'être ce que tu
attendais de nous.
Ce travail n'est que le fruit de ce
.-
que tu as seme.
Tu es plus qu'adorable, et à nos yeux
tu demeureras un exemple.
Que Dieu te bénisse.

A MA MERE
Le chemin a été certes long et
laborieux ; mais en tout instant t
nous as témoigné ton indéfectib e
soutien.
Tes prières ne sauraient être valnes.
Je prie Allah pour qu'il t'accorde
une longue vie et une santé de fer
afin que tu puisses récolter les
fruits de ce que tu as semé.
Je t'adore.

nos
A
altres et
uges
.

A Notre Maître et Président de Jury,
Monsieur le Professeur agrégé José Marie AFOUTOU
La spontanéité avec laquelle vous avez accepté
de présider notre jury de thèse nous honore
beaucoup.
Durant toutes ces années d'études nous n'avons
cessé d'admirer votre sens de l'humanité.
L'humour et le sérieux dont vous faites preu p-
dans vos enseignements sont témoins de votre
sens pédagogique.
Nous nous
réjouissons de vous compter
aujourd'hui parmi nos juges.

A notre Maître et Juge,
Madame le Maître de conférences agrégé Charlotte
Faty NDIAYE
C'est un grand honneur pour nous que de vous
vOlr
accepter de juger ce travail.
Votre simplicité, votre souci du travail bien
fait ainsi que la clarté de votre enseignement
nous ont toujours impressionnés.
De même la disponibilité que vous avez
manifestée
pour Juger ce travail nous honore.
Veuillez trouver ici l'expression de notre
profonde gratitude.

A notre Maître et Juge,
Monsieur
le
Maî tre
de
conférences
agrégé
Papa
Deroba D IALLO
Le
grand
honneur
que
vous
nous
faites
en
acceptant
de
juger
cette
thèse
est
pour
nous
l'occasion
de
vous
assurer
de
notre
profonde
admiration et de notre respect.
Tout
au
long
de
ces
années
nous
avons
pu
bénéficier
de
votre
enseignement
magistral
et
clinique,
et
votre
rl.gueur
scientifique
a
toujours été pour nous un exemple à suivre.
Soyez assuré de notre profonde reconnal.ssance et
de nos sincères remerciements.

A notre Maître et Directeur de thèse,
Monsieur
le
Maître
de
conférences
agrégé
Boubacar DIALLO
Le
moment
nous
est
enfin
donné
pour
vous
remercier d'avoir accepté de diriger ce travail.
Vous nous avez guidé pas à pas sans lassitude.
L'intérêt que vous portez à
la formation de vos
étudiants
fait
de
vous
un
maître
apprécié
et
respecté par tous.
Permettez
nous
de
vous
renouveler
l C l
toute
notre admiration et notre reconnaissance.

"Par délibération, la faculté a arrêté que
les opinions émises dans les dissertations qui lui seront présentées,
doivent être considérées comme propres à leurs auteurs
et qu'elle n'entend leur donner aucune approbation ni improbation"

INTRODUCTION
.
PREMIERE PARTIE

RAPPELS
l
- L'OS ALVEOLAIRE
1.1
-
Anatomie
1.2 - Histologie
1.3 - Vascularisation
1.4 -
Innervation
II - LA CICATRISATION POST-EXTRACTIONNELLE
2.1
- Processus physiologique de la cicatrisation
III - ANATOMOPATHOLOGIE DES ALVEOLITES

.
DEUXIEME PARTIE
. ETIOLOGIES ET ETUDE
CLINIQUE
l
-
ETIOLOGIES
1.1 -
fréquence des alvéolites
1.2 -
facteurs généraux
1.2.1 - Age
1.2.2 -
Sexe
1.2.3 - Variations saisonnières
1.2.4 -
Pesanteur
1.2.5 - Etat général
1.3 -
facteurs locaux
1.3.1 -
Facteurs anatomiques
1.3.1.1 -
Structure des maxillaires
1.3.1.2 - Structure de l'alvéole
1.3.1.3 -
Influence de la dent causale
1.3.1.4 -
Epaisseur du ligament alvéolo-
dentaire
1.3.2 - Etat de la cavité buccale

1.3.3 -
Facteurs opératoires
1.3.3.1 - l'anesthésie
1.3.3.2 - le traumatisme opératoire
1.3.4 -
Facteurs post-opératoires
1.3.4.1 - septicité buccale
1.3.4.2 - abus de bains de bouche
1.3.4.3 - succion de la plaie
II -
ETUDE CLINIQUE
2.1 -
Type de description
l'alvéolite sèche
2.2 -
Formes cliniques
2.2.1
l'alvéolite suppurée
2.2.2 -
l'alvéolite maginale superficielle

TROISIEME PARTIE
: TRAITEMENT
l
-
LES BASES DU TRAITEMENT
II - MOYENS
2-1 Moyens médicaux
2-2 Moyens chirurgicaux
2-3 moyens physiques
III -
INDICATIONS
3-1 Traitement prophylactique
3-1-1 En pré-opératoire
3-1-2 En per-opératoire
3-1-3 En post-opératoire
3-2 Traitement curatif
3-2-1 Les procédés chirurgicaux
3-2-2 Les procédés médicamenteux locaux
3-2-3 Les procédés physiothérapeutiques
3-2-4 Le traitement général

QUATRIEME PARTIE
NOTRE ENQUE TE
l
- MATERIEL ET METHODE
II - RESULTATS
III - DISCUSSION
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE

troduction

Les extractions dentaires (simples ou chirurgicales) effectuées sous anesthésie
locale ou loco-régionale doivent pouvoir se dérouler sans suites opératoires
pénibles. Néanmoins,
elles peuvent se compliquer par l'apparition d'une
alvéolite, c'est-à-dire, une inflammation et une infection de l'os alvéolaire.
Il s'agit d'un accident post-extractionnelle imprévisible, caractérisé par une
altération du processus physiologique de formation du caillot sanguin.
C'est lIne affection bénigne pouvant survenir aussi bien chez des sujets sains que
chez des sujets tarés.
Il Cil existe trois cntités cliniques qui sont:

l'alvéolite sèche ou "dry-socket"

l'alvéolite suppurée ou "purulente"

]'alvéolite marginale superficielle.
D;l!lS ln littérature médicale, l'accent Cl été souvent mis sur les alvéolites s;ms
tOlltefois avoir pu cn déterminer les étiologics et Illcttrc cn place un tr,ùtcllll'Il(
'llléqWll. L'abondance de la littérature à propos de ce sujet, de même qlie
l'important arsenal thérapeutique mis à la disposition du praticien, SOllt les
prcuvcs de la difficulté rencontrée par les chercheurs pour faire Lille aV;lncée
significative dans ce domaine de la pathologie buccale.

2
BIen que les formes sévères soient devenues rares grâce à l'avènement des
antibiotiques, il demeure que certains auteurs minimisent l'alvéolite au point de
la considérer comme un accident banal.
Or cette affection est très gênante aussi bien pour le praticien que pour les
malades pour lesquels cette complication est particulièrement mal tolérée du fait
de douleurs intenses et quelquefois de l'œdème.
Le patient a d'ailleurs tendance à tort ou à raIson à rendre le praticien
responsable de cet état de fait.
C'est ainsi que croyant à une faute opératoire, il attend du praticien un acte qui
supprimerait au moins le caractère principal de l'alvéolite, c'est-à-dire la douleur.
l
L'action prophylactique (matériel adéquat, aseptie rIgoureuse, technique non
traumatisante, médicaments ... ) permet de réduire le risque d'alvéolite mais non
de le supprimer totalement.
JUSqU'8 présent, les chercheurs n'ont pu mettre en place un traitement adéquat,
ch<lque praticien ayant sa propre "recette".
Les objectifs de cette thèse sont:

de mettre en exergue l'importance des alvéolites
~
ct de planifier leur traitement.
Pour ce faire nous ferons dans un premIer temps des rappels ana(ullIo-
physiologiques et anatomo-pathologiques concernant le mécanisme d,' 1:1
ciclltrisation post-extractionnel1 e.

3
La seconde partie de notre travail sera consacrée à l'étude des étiologies des
alvéolites avant d'en d'écrire les différents aspects cliniques.
f:nslIile nous parlerons des traitements prophylactiques et curatifs des alvéol Îtes.
Quant à la dernière partie de ce travail, elle aura trait à une enquête réalisée dans
différentes structures odontologiques pour nous permettre de mieux appréhender
la réalité clinique de cette affection.

PREMIERE PARTIE


RAPPELS7

1 - L'OS ALVEOLAIRE
L'os alvéolaire est le suppOii osseux des dents.
Il est en relation avec le cément radiculaire et en continuité avec le corps
mandibulaire ou maxillaire.
Cet os est en remaniement permanent d'une part jusqu'à la fin de l'édification
radicul,lire et d'autre part en fonction des forces s'exerçant sur les dents.
C'est un os plat qui présc/ltc :

deux tables appelées cOliicales externe et interne

entre les cOliicales il existe un tissu spongieux ou trabéculaire. Au sein de ces
travées d'os existent des alvéoles dans lesquelles sont illlplantées les racines
dentaires.
La paroi alvéol(lire est constituée par Ull os fassiculé, impliqué dans lc systèmc
d'ancrage de la dent.
1.1 - Anatomie

LES
CORTICALES
elles
sont
cn
continuité
avcc
Ics
cmtic,llcs
mandibulaires et maxillaires sans qu',llIcunc limitc éln<1tollliqllc nc puissc êtrc
décelée.
Leur épaisseur varie en fonction de la position de la dent sur l'(lrcade.

5
D'une manière générale, les cOl1icales maxillaires sont plus fines que les
corticales mandibulaires.
Toutes les cOl1icales sont percées d'une multitude de trous laissant passer les
capillaires et les nerfs.

LES PAROIS ALVEOLAIRES : c'est l'os alvéolaire proprement dit. On
l'appelle lame cribriforme en raison de nombreux vaisseaux
sanguins et
lymphatiques et des éléments nerveux qUI le perforent, ou encore lamina-
dura en raison de sa densité radiographique.
Cette paroi alvéolaire va assurer l'ancrage du ligament desmodontal par
l'intermédiaire de fibres de Sharpey. Cette lamina-dura est plus épaisse du
côté distal à cause de la dérive mésiale.
LES TRAVEES OSSEUSES: constituent la charpente des septa interdentaires
ou interadiculaires. Ce sont les éléments du tissu osseux spongieux. Elles ont
une orientation parallèle à la surface des maxillaires et perpenducalaire à la
racine: c'est la forme en barreau d'échelle.
1.2 - Histologie
LE TISSU OSSEUX est formé par les ostéocytes emprisonnés dans une
substance intercellulaire minéralisée qui est composée de fibres collagènes et de
substance fondamentale.

Cl
Les ostéocytes proviennent des ostéoblastes. Leur activité est nécessélire élU
maintien de la vitalité du tissu osseux. Leur disparition se traduit par la
persistance de Icurs logettcs c'est-<l-dire les ostéoplastes, et par 1<1 résorption du
tissu osseux.
Les fibres collagènes du tissu osseux sont morphologiquement identiques a
celles du tissu conjonctifbanal.
,
L'os alvéolaire présente une grande plasticité biologique et fonctionnelle. Ce
remaniement perpétuel se traduit par des phénomènes opposés à savoir
j'apposition et la résorption osseuses.
Une fois formé, le tissu osseux est remanié sans cesse.
L'histologie montre que l'os alvéolaire a les mêmes caractéristiques que les
autres os et n'en diffère que par la fonction spéciale de soutien des dcnts. 11 n'cst
présent en principe que si les dents sont présentes.
1.3 - Vascularisation
La vascularisation cie l'os alvéolaire joue un rôle important car c'est elle <lui va
assurer la formation du caillot après une extraction dentaire.
ORBAN (20) distingue trois groupes de vaisseaux:

Les artères pulpaires

Les al1ères intergingivales

Les artères interalvéolaircs.

7
L'irrigation du caillot sanguin après extraction est assurée principalement pm les
alières interalvéoiaires qui traversent la lamina-dura par de fins pertuis.
1.4 - Innervation
Au niveau alvéolaire, il existe trois voies d'innervation:

une vOIe transalvéolaire qlJ1 .Innerve la p(]rtie moyenne et superieure de
l'alvéole

une voie apicale qui comporte des fibres myélinisées

une voie superficielle sus alvéolaire qui constitue un réseau de nombreuses
terminaisons gingivales.
Il y a des anastomoses entre ces trois groupes de nerfs.
Cette innervation sensitive Joue
LIn rôle réflexogène impoliant pOlir les
sensations douloureuses de contact et de pression.
II .:. LA CICATRISATION POST-OPERATOIRE
Il
convient
pour mIeux
comprendre
le
mecanlsme
de
réparation
post-
extractionnelle de connaître la vascularisation alvéolaire.
Selon ORBAN (20) il existe trois groupes de vaisseaux participant à ]'ilTigation
de ]a zone" alvéolaire.
Ce sont:

LES ARTERES PULPAIRES qui avant de pénétrer par le foramen
apical
émettent des rameaux ligamentaires qui iniguent le cinquième inférieur du
périodonte. Seule la région apicale est iniguée par les aI1érioles.

~
• u~s ARTERES INTERAL VLOLAIRES quant cl elles, montent depuis I.e
"(lIHI (ie 1'~llvé()lc (IOnnL1I1t sm lellt" cllemin des rameaux pcrpendicul;lircs qui
lr<lvCrscnl la corticale intemc par dl' tins pertuis, la tr8Ilsl'nrll1;\\I1l '1111S! Cil
''1,lll1ill:l cribos:l".

U~S !\\RTERES GINGIVALES qui proviennent du fond du sillon, irriguent
III gencive el le cinquième supérieur du périodon(e. Elles émettent. également
tks 1.\\I11C;\\\\I>: lig<:lmentLlires qui I)énètrellt ,HI nive:llI du collet ct assurent
l'i;Tig;llion de la zone ligall1cllt<1ilc cervicale.
Ces trois types cie v{lisseaux s'<1nastomosent entre eux pour former un plexus
très complexe.
\\VELD (in CHAPUT) <1 décrit des pelotons vasculaires rappel8nt les glomérules
du l'Cill (\\01: rigure ]),
\\'\\
\\
il' I~'l'
11IlJn.II("
il

1)
La connaissance de l'organisation vasculaire de cette reglon a une grande
importance car elle commande la formation et la vascularisation du caillot. Il
semble que ce sont les éléments vasculaires assurant l'irrigation du ligament
alvéolo-dentaire qui jouent ce rôle. Le ligament va être rompu au cours des
manœuvres d'extraction, et c'est à partir des éléments vasculaires qui l'irriguent
en temps normal que va se constituer dans un premier temps le caillot qui
remplira l'alvéole.
2.1- Processus physiologique de la cicatrisation
Des études histologiques faites à partir de biopsies humaines par AMLER (1)
amènent ce dernier aux conclusions suivantes:

LE CAILLOT SANGUIN : remplit entièrement l'alvéole. Il est constitué
d'hématies et de leucocytes dans les mêmes propol1ions Cllle d<lns le S<lllg
circulant et est accompagné par des précipitations de fibrines.

LE TISSU DE GRANULATION: apparaît d'abord à la périphérie, deux à
trois jours après l'extraction et le septième jour il est complètement int,! tré et
remplace tout le reste du caillot.

LE TISSU CONJONCTIF JEUNE : est caractérisé par 'l'apparition de
cellules fusiformes et de fibres collagènes.

10
Le tissu conjonctif jeune apparaît à la périphérie le cinquième jour après
l'extraction. 11 croît rapidcmcnt en quantité ct s'étend vers It; centre de
l'alvéole ou le dernier noyau central du tissu de bTfanulation est situé. Ce
dernier est remplacé au bout du vingtième jour. Les fibres collagènes sont
présents dès le quatrième jour. La vascularisation est impOliante. Dans la
partie centrale de l'alvéole, le tissu conjonctif jeune est cntrain d'cnv3h il' ct de
remplacer le tissu de granulation. La réaction cst intense cl la périphéric où Ic
tissu conjonctif est plus mature et où les fibres ostéogènes et les ostéoblastes
sont élaborés.

LA fORMATION OSSEUSE : des spicules osseuses non c,lIcifiées sont
visibles au septième jour après l'extraction. Elles sont d'abord formées au
fOlld et sur Ics parois de l'ztlvéolc et sont soit isolées soit <ltt<lcilées j des
vieilles spicules osseuses. Là elles sont en continuation <lvec la pOl1ion
périphérique de l'os alvéolaire. L'alvéole se rempl it d'os primaire. JI Y a
confluence des spicules et des trabécules avec une minéralisa~ion simultanée
à la base et à la périphérie de l'alvéole.Le trente-huitième jour, 1',t1véole est é1tI
moins remplie au 2/3 par l'os.

L'EPITHELIALISATION: au quatrième jour on observe tIne prolifération
épithéliale à la périphérie de l'alvéole avant même que le tissu de granulation
ne soit remplacé par du tissu conjonctif jeune.
Pendant que le caillot s'organise, l'épithélium croît progressivement pour
envelopper les îlots de tissu de granulation, les divers débris et les esquilles
osseuses.
Au
septième JOur,
on
observe
une
infiltration
de
mastocytes
dans
l'épithélium.

Il
AMLER (2) a également observé que l'épithélium ne recouvrait pas la
surface de l'alvéole ct atteignait son état l'inal au bout d'uil minimum dè 2i l
JOurs.
Il
a, en même temps que son étude histoJogique,fait une étude sur la radio-
opacité. Il en a conclu que la minéralisation était apparente au 1Sème jour ct que
ème
vers le 3S
jour la lamina-dura avait perdu son profil. Il y a un accroissement
significatif de la radio-opacité qui atteint son plafond aux environs du 1OO'~IllC
jour. A ce moment, la radio-opacité de l'alvéole est la même que celle de l'os
environnant.
III - ANATOl\\10PATHOLOGIE DES AVEOLITES
On distingue 3 types d'alvéolites:
3.1 - L'~lvéolite sèche
0!1 observe une alvéole déshabitée dont le fond est visible. La muqueuse est le
plus souvent érythémateuse. Il n'existe pLIS de contexte infectieux.
Actuellement, l'alvéolite sèche est expliquée par la théorie de SIRN (3) selon
laquelle il s'agit d'une augmentation de la fibrinolyse au sein de l'alvéole sans
augmentation de l'activité fibrinolytique salivaire ou systémique.
Les parois alvéolaires sont plus denses et de teinte lin peu plus foncée que' la
normale.
Le caillot est brunâtre, IOJ;é dans l'alvéole et après son ablation ce dernier exhale
une odeur caractéristique nauséabonde.

12
La muqueuse péri-alvéolaire est rouge, III a1rétractée et généralement tUllléfiée.
Dans l'alvéolite sèche, il y a soit une absence de formation du caillot sanguin,
soit une désintégration secondaire de celui-ci sous l'influence de divers facteurs
(mode d'anesthésie, traumatisme opératoire, prédisposition individuelle etc).
3.2 - L'alvéolite suppurée
Il s'agit d'une surinfection du caillot. Dans ce cas, l'alvéole n'est pas vide. Elle
est comblée par des débris malodor,1I1ts ou du tissu granliloll18tclix s,lÎgllol<1llt
qui résulte de la désorganisation du caillot: BUISSON (5).
La gencIve j uxta - alvéolaire est rouge tuméfiée et bourgeonante. On pellt
observer également un écoulement purulent et fétide, par l'alvéole ou par des
fistules muqueuses péri-alvéolclircs L'infcction du c8illot pcut être dlle Ù 1;1
présence de débris (os, fragments de dents, tartre, aliments) mais aussi à
l'extension d'une infection de la dent adjacente (parodontite ou périodontite).
3.3 - L'alvéolite ma rginale superficielle
La partie superficielle de la cavité alvéolaire est mal remplie par le tissu
cicatriciel de comblement.
Le caillot non infecté existe et adhère en profondeur aux parois alvéolaires. La
muqueuse gingivale semble guérir normalement ou est légèrement enflamniée
avec une bordure bourgeonnante.

DEUXIEME PARTIE:
ETIOLOGIES ET
ETUDE CLINIQUE

1:1
1 - ETIOLOGIES
Les facteurs étiologiques incriminés sont nombreux. Certains revêtent une
importance essentielle, d'autres ne semblent jouer qu'un rôle accessoire. C'est
ainsi que certains auteurs dont SCHUMANN (23) ont tenté de les sérier sous
forme de tableau.
Tableau N° 1 : Récapitulatif des différents facteurs étiologiques des
alvéolites selon SCHUMANN
FACTEURS GENERAUX
· Age
+
· Sexe
-
· TeITain
+
· Variations saisonnières
-
· Pesanteur
-
FACTEURS LOCAUX PRE-
· Siège suivant le maxillaire
++
EXISTANTS
· Dent causale
++
· Structure osseuse de la table externe +
· Infection pré-existante
+
ANESTHESIE
· Locale
++
· Générale
-
FACTEURS LIES AU
· Nécrose osseuse
++
TRAUMATISl\\1E OPERATOIRE
· Septa interadiculaires
++
· Toilette de la plaie
+
· Curetage
+
.Rôle du sympathique
+
.Nombre d'extractions
+
· Hémorragie post-opératoire
+
· Hyperactivité fibrinolytique
++
PACTEURS POST-
· Abus de bain de bouche
+
OPERATOIRES
· Aspiration exagérée de la plaie
+
· Septicité buccale
-
Légende:
(-)
= 1nOucnee nulle ou tout à fait hypothétique
(+)
= Influence faible ou fréquemment contestée
(++) = Influence généralement admise même si elle n'est pas
toujours facile à expliquer.

l~
1.1 - Fréquence des alvéolites
Elle varie selon les auteurs et le type d'extraction:

KROGH (14) rapporte que sur 6403 cas d'extractions (dont 4403 extractions
simples et 2000 extractions chirurgicales parmi lesquelles 353 dents incluses)
il y a eu 138 cas d'alvéolites, soit 2,17 % en dépit des précautions per et post
opératoires.

LEHNER (15) sur 4310 extractions, a observé 100 cas d'alvéolites soit 2,3%.

BRABANT (4) compte 1 alvéolite pour 80 extractions environ.
Au vu de ces chiffres le taux d'alvéolites constatées est pratiquement le même,
quelque soit la série.
1.2 - facteurs généraux
1.2.1 - Age
L'alvéolite se rencontre à n'importe quel âge.
Cependant, elle est pratiquement inexistante chez l'enfant et l'adolescent. Ceci a
été confirmé par LEHNER (15) d'après une analyse faite sur 100 cas
d'alvéolites.

15
Tableau N° 2 : Incidence des alvéolite selon les tranches d'âge
Tableau
d'après LEHNER
AGE
NOMBRES D'ALVEOLITES
0-18 ans
0
,
18-25 ans
39
25-45 ans
47
45 ans et plus
14
Cette faible prévalence des alvéolites chez le sujet jeune est due au fait que chez
ce dernier, le ligament alvéolo-dentaire a une épaisseur d'environ 0,21 mm, bien
vascularisé et se réduit ensuite avec l'âge. C'est ce qui explique une meilleure
cicatrisation contrairement à ce qu'on observe chez les personnes âgées.
1.2.2 - Sexe
Il ne semble pas jouer un rôle quelconque. Il est à remarquer toutefois que
JARZAB (13) dans une étude cytologique de la cicatrisation a constaté une
absence de complication après extraction faite chez les femmes au cours de la
première phase du cycle menstruel. Ceci pourrait être lié au temps prolongé de
la fibrinolyse et par conséquent à la possibilité d'un maintien prolongé du caillot
dans la plaie sous l'influence de l'œstrogène.

16
1.2.3 - Variations saisonnières
Certains auteurs attribuent une influence aux changements de saison, mais les
statistiques de KROGH (14) indiquent qu'il n'en est rien.
1.2.4 - Pesanteur
Elle expliquerait la plus grande fréquence des alvéolites au niveau de la
mandibule par la stagnation des débris septiques selon COMMISSIONAT (7).
Cependant, ceci est en porte à faux avec le fait qu'il y ait peu d'alvéolites au
niveau des incisives et des canines inférieures.
1.2.5 - Etat général (terrain)
L'alvéolite est un accident qui survient dans la plupart des cas chez des sujets
indemnes de toute tare. Il paraît cependant indéniable que certaines affections
générales exercent une influence néfaste sur le processus de cicatrisation ou tout
au moins créent un état de prédisposition aux alvéolites.
1.2.5.1 - Les troubles de l'hémostase
Ils semblent jouer un rôle important.
,
La coagulation troublée n'aboutit qu'à un caillot friable et vulnérable.
Ces états hémorragiques concernent principalement:

Les patients souffrant des troubles de la crase sanguine

La femme pendant la période menstruelle

17

Les états hémophiliques.
1.2.5.2 - Les Carences vitaminiques
,.. Carence en vitamine A
De nombreux auteurs suggèrent que la carence en vitamine A entraîne entre
autres, une prédisposition à l'infection et une diminution de la résistance aux
différents "stress" .
., Carence en vitamine C
Elle est caractérisée par la réduction de la perméabilité capillaire, une
prédisposition aux hémorragies et un ralentissement du flot sanguin. Ce qui
entraîne entre autres une asthénie, une prédisposition à l'infection et un retard de
cicatrisation.
,
Carence en vitamine K
Elle favorise une tendance hémorragique.
,.- Carence en vitamine P (citrine)
Cet état de fait peut entraîner une fragilité capillaire.

18
1.3 - Facteurs locaux
1.3.1 - Facteurs éln8tomiques
1.3.1.1 - Stmcture des maxillaires
La plus !,rrande fréquence des alvéolites à la mandibule est d'ordre Histologique.
On l'explique par le caractère histologique dissemblable des deux maxillaires.

Le maxillaire supérieur, os fixe, est un massif cloisonné, pneumatisé en
arrière par les sinus maxillaires. Il est vascularisé par plusieurs pédicules dont
les branches sont anastomosées entre elles.

Le maxillaire inférieur, os mobile est une gouttière d'os compact enserrant du
tissu spongieux parcouru par le canal dentaire inférieur. Sa vascularisation
est assurée par un pédicule principal unique.
1.3.1.2 - Structures de l'alvéole
D'après EL BOURY (in FORTIN) (11) on distingue deux types d'alvéoles:

l'une dont la table externe est mmce, raréfiée voire réduite en hauteur. La
guérison de la plaie alvéolaire y est rapide et peu douloureuse.
C'est le cas des incisives inférieures où le caillot. peut être immédiatement
irriguée après l'extraction à partir de la fibro-muqueuse gingivale. C'est le cas
également des dents atteintes de parodontolyses où en plus, les tables osseuses et
la fibro-muqueuse gingivale sont hypervascularisées.

19

l'autre dont la table externe est épaisse et condensée; il est propIce aux
alvéolites.
1.3.1.3 - Influence de la dent causale
Toutes les statistiques s'accordent sur le fait que c'est après l'extraction des
molaires inférieures que se déclenchent le plus souvent les alvéolites.
En dehors des raisons structurelles déjà énoncées, ceci s'explique par le fait que
,
les apex des prémolaires et molaires inférieures sont en rapport étroit avec le
nerf dentaire inférieur dont l'irritation au cours des extractions est cause de
troubles trophiques.
Les dents les plus sujettes à l'alvéolite sont la dent de 6 ans, la dent de sagesse et
les prémolaires.
1.3.1.4 - Epaisseur du ligament alvéolo~dentaire
Selon ORBAN (in COOLIDGE) (20) l'épaisseur moyen du ligament alvéolo-
dentaire diminue avec l'âge :
11 à 16 ans
.
0.21 mm
32 à 50 ans
.
0.18 mm
51 à 67 ans
.
0.15 mm
La vascularisation du ligament s'accroît avec son épaisseur; ce qui explique en
partie la rareté des alvéolites chez l'enfant.

20
L'épaisseur du ligament varie aussi avec la dent examinée. Chez un même sujet
âgé de Il ans l'épaisseur moyen du ligament est de :

0.29 mm au niveau des incisives

0.21 mm au niveau des molaires
1.3.2 - Etat de la cavité buccale
Selon certains auteurs la pathologie dentaire (granulome, hypercémentose, foyer
d'ostéite etc) joue un rôle important dans la survenue de l'alvéolite.
LEHNER (15) rapporte que sur les 100 cas d'alvéolites observées, 50 étaient düs
à des dents cariées présentant une pulpite aiguë ou chronique. Pour le reste,
certaines étaient parodontosiques ou présentaient une péricoronarite pour les
dents de sagesse.
Mais on peut opposer à cet argument, le fait que l'infection entraîne une
vasodilatation donc une irrigation plus importante de la région alvéolaire.
1.3.3 - Facteurs opératoires
1.3.3.1 - L'Anesthésie
1.3.3.1.1 - L'Anesthésie locale
Par la vasoconstriction qu'elle détermine, elle peut être considérée comme tm
facteur favorisant très important dans l'apparition d'une alvéolite secondaire à
une avulsion dentaire.

21
En effet, au cours de cette anesthésie locale de nombreux éléments concourent à
ischémier les parois alvéolaires.
';- La distension mécanique
Elle empêche par l'arrêt momentané du flux sanguin, la formation du caillot ou
alos provoque la formation d'un caillot trop fragile.
,.. L'emploi de solution adrénalinée
Chez les sujets très sensibles à l'adrénaline, il s'installe une ischémie passagère
ou prolongée qui est parfois suivie d'une vasodilatation réflexe.
Si une hémorragie survient tardivement, ce qui est souvent le cas, les paroIs
alvéolaires sont déjà infectées et il sera difficile d'éviter l'alvéolite.
,. La concentration de la solution anesthésique
La toxicité d'une substance anesthésique croît en proportion géométrique avec sa
concentration.
Ainsi lIne solution de NOVOCAÏNE à 1 % est 4 fois plus toxique que la
solution à 0.5 %.
>- L'utilisation d'une solution trop froide
Elle est également une cause d'ischémie.

22
., Rôle cytotoxique de certains anesthésiques locaux
MAYER (in BERGER)
(17) avait noté la grande fréquence des alvéolites à
l'époque ou la cocaïne était utilisée comme anesthésique local.
L'anesthésie
intrascptale
n'engendrerait
aucune
douleur
post-opératoire
à
condition toutefois de bannir les anesthésiques à pH trop bas et les anesthésiques
avec vasoconstricteurs.
MAYER pense que l'anesthésie locale est quasiment incapable, à elle seule,
d'entraîner une alvéolite (rareté des alvéolites au maxillaire et qans les régions
incisives inférieures malgré l'anesthésie locale).
Néanmoins il lui reproche
d'accroître l'influence d'autres facteurs et par là de favoriser le déroulement
pathologique de l'alvéolite.
1.3.3.1.2 - L'Anesthésie tronculaire
Elle provoquerait selon certains auteurs mOll1s d'alvéolites que l'anesthésie
locale. Mais les résultats ne sont pas toujours probants. En pratique une
anesthésie tronculaire est bien souvent complétée par une anesthésie locale.
1.3.3.1.3 - L'Anesthésie générale
De nombreux auteurs ont insisté sur la bénignité des suites opératoires après
extractions effectuées sous anesthésie générale.

21
1.3.3.2 - Traumatisme opératoire
L'importance des manœuvres opératoires est en relation étroite avec les
conditions anatomiques particulières: densité de l'os alvéolaire, épaisseur de la
table alvéolaire, atrophie du ligament alvéolo-dentaire, morphologie radiculaire
et hypercémentose de la racine. Ces facteurs fréquemment associés, accroissent
les difficultés de l'extraction.
Une radiographie pré-opératoire permet de déceler ces difficultés pour éviter les
manoeuvres intempestives.
1.3.3.2.1 - Nécrose osseuse
Elle
est
en
rappoli
avec
des
manœuvres
traumatisantes
qUI
facilitent
ultérieurement l'infection du caillot.
L'écrasement de l'os par l'élévateur ou la pmce gouge, l'échauffement des
fraises, les manœuvres de force au davier ont pour effet d'écraser les parois
alvéolaires et par là de bloquer les capillaires.
Les fractures alvéolaires, les portions d'os non recouvertes par la gencIve
entraînent une nécrose du fait de la mauvaise irrigation locale.
1.3.3.2.2. - Septa interadiculaires
Ils jouent un rôle dans la cicatrisation post-extractionnelle dans la mesure où
étant souvent fracturés ou comprimés au cours des extractions, ils ne seront plus
irrigués normalement.

24
1.3.3.2.3 - La toilette de l'alvéole et le curetage après
extraction
Il est important après toute extraction de réviser l'alvéole et de faire sa toilette. Il
faut s'assurer que les débris d'os, les restes radiculaires et les tissus de
granulation ont été éliminés.
Le curetage alvéolaire est préconisé par certains auteurs tandis que d'autres le
déconseillent.
Cependant, ce curetage paraît utile dans tous les cas pour vérifier la vacuité de
l'alvéole.
Par ailleurs, si l'alvéole reste exsangue à la fin de l'intervention par suite
notamment de J'action vasoconstrictrice de l'adrénaline, la formation du caillot
peut être provoquée par un léger curetage qui ne devra en aucun cas rajouter un
traumatisme à celui déjà occasionné par l'extraction.
1.3.3.2.4 - Le rôle du sympathique
Selon LERICHE (16), un traumatisme chimrgical dans tIne région anatomique
donnée est susceptible de déclencher dans la région' des troubles vasomoteurs
réflexes plus ou moins importants ou durables.
L'alvéolite serait un de ceux-ci d'après DECHAUME (9).
Toute la pathologie des alvéolites est conditionnée par la réponse du système
nerveux à l'égard des in-itations endogènes et exogènes.

25
C'est le système nerveux qui modifie la circulation dans les vaisseaux terminaux
engendrant les variations tissulaires et les processus dystrophiques.
Chez
les
sujets
nerveux,
pusillamines
et
au
système
neuro-végétatif
particulièrement irritable, tout concourt a déclencher le choc per et post-
opératoire. L'appréhension, l'anesthésie, la durée de l'intervention, l'effort
déployé au cours de l'opération sont autant d'éléments qui prennent des
dimensions
amplifiées
chez
les
malades
au
système
sympathique
particulièrement vulnérable.
Il est unani mement reconnu que le trijumeau est le nerf le plus réflexogène de
l'organisme et les ramifications du système sympathique sont p'articulièrement
abondantes dans la région faciale surtout sur les troncs nerveux et dans
l'adventice des artères.
L'excitation du système sympathique peut entraîner:

soit la persistance d'une vasoconstriction qui peut être intense et prolongée.
Dans ce cas, J'écoulement sanguin et la fonnation du caillot n'ont pas lieu.
Ceci explique bien le "dry-socket" avec une alvéole sec aux parois exsangues
qui finiront par former des séquestres.

soit une vasoconstriction qUI
peut produire des oedémes post-opératoires,
simples épanchements de sérosité qui peuvent se transformer en phlégmon au
voisinage d'un
foyer
infectieux apical
méconnu
; ou des
alvéolites
oedémateuses avec bourgeons charnus.

26
1.3.3.2.5 - Le nombre d'extractions
Les statistiques montrent que les extractions multiples réduisent le risque
d'alvéolite. Selon KROGH (14) "plus grand est le nombre de dents adjacentes
extraites, moins grande est la crainte d'une alvéolite".
Ceci peut être expl iqué par deux constatations:

l'extraction de deux dents VOISines réduit le volume de leur alvéole
respective. Or ce facteur semble jouer un rôle, car la réduction du volume de
l'alvéole est un facteur certain de rapidité de cicatrisation en diminuant le
volume du caillot.

la possibilité accrue de vascularisation à paI1ir de la muqueuse gingivale qui,
selon le principe des plasties, recouvre les zones osseuses dénudées.
1.3.3.2.6. - La durée de l'intervention
Il est certain que la durée de l'intervention augmente l'importance du
traumatisme opératoire et accroît ainsi le risque d'alvéolite.
Si l'opérateur s'obstine à utiliser une technique mal adaptée au type de
l'extraction, il s'ensuit une perte de temps et des manœuvres tràumatisantes et
inutiles.

27
1.3.3.2.7 - Hémorragie post-opératoire
On a constaté que les alvéolites surviennent plus fréqueinment lorsque
l'extraction a été suivie d'une hémorragie peu importante qu'ellè soit, de cause
locale ou générale.
L'alvéolite semble être due à la conjugaison de deux facteurs:

l'absence de caillot,

l'existence de corps étrangers introduits dans l'alvéole dans le but d'arrêter
l'hémorragie (mèche, éponge, gélatine etc .. ).
1.3.4 - Facteurs post-opératoires
1.3.4.1 - Septicité buccale
On a incriminé les syndesmotomes qui peuvent refouler les débris septiques se
trouvant dans le sulcus lors de la syndesmotomie ; il en est de même de la
mauvaise stérilisation des instruments.
1.3.4.2 - AbliS de bain de bouche
Chez les patients craignant toujours une infection, il y aura tendance à abuser
des bains de bouche, ce qui risque d'entraîner la désorganisation du caillot. De
plus ces bains de bouche peuvent être commencés trop tôt, ce qui nsque de
favoriser l'apparition d'une alvéolite.

2X
1.3.4.3 - Succion de la plaie
Comme pour l'abus de bain de bouche, certains patients craignent que des débris
alimentaires viennent se loger dans l'alvéole et entraîner une infection.
II - ETUDE CLINIQUE
2.1 - Type de description: l'alvéolite sèche
2.1.1 - Signes fonctionnels
Elltre le 2èmc et le 3ème jour post-extractionnel le patient se plaint d'une douleur
vive (signe pathognomonique) qui débute progressivement ou s'installe d'emblée
sous une forme continue et pulsatile. Elle irradie le long des trajets nerveux,
pouvant s'étendre à toute l'hémiface, quand il s'agit des molaires inférieures. La
douleur entraîne une insomnie et est exacerbée par la mastication et le décubitus.
Elle est rebelle aux antalgiques même pris à forte dose.
2.1.2 - Signes physiques
1\\ l'exmen endobuccal, l'orifice de l'avéole est béant ; mais on peut noter la
présence d'une masse de sang coagulé qui se détache facilement. Cette masse est
de couleur bnm foncé, dégageant lIne odeur fétide, alors que les parois de
l'avéole sont exsangues et sensibles au moindre contact.

29
2.1.3 - Signes géllér<lllx
L'état général n'est pas atteint, la température dépasse rarement 38°. Parfois un
ganglion sous-maxillaire douloureux est palpable; il Ya rarement un trismus.
2.1.4 - Signes radiologiques
L'examen radiot,rraphique montre une alvéole vide sans trait anormal.
2.15 - Evolution
Elle est variable suivant les auteurs.
77 % des cas guérissent en moins de 10 jours et ceci même en l'absence de
tré;litement. Parfois il faut plus de 15 jours.
La douleur cesse brusquement alors que s'annonce la cicatrisation alvéolaire.
2.2 - Formes cliniques
2.2.1 - l'alvéolite suppurée
2.2.1.1 - Signes fonctionnels
Le signe le plus imp0l1ant est la douleur. Mais cette douleur est différente de
celle de l'alvéolite sèche. D'abord, elle débute généralement plus tôt (parfois
quelques heures après l'extraction). Elle est sourde et moins intense que celle du
"dry-socket"; parfois spontanée mais surtout provoquée.

JO
2.2.1.2 - Signes physiques
A l'examen endobuccal, contrairement à la forme sèche, l'alvéol~ n'est pas vide,
mais comblée par des débris de tissu granulomateux laissant écouler du pus. Elle
est douloureuse au toucher.
La gencive j uxta-alvéolaire est rouge enflammée. Le bord de l'alvéole est
bourgeonnant, infecté.
2.2.1.3 - Signes généraux
Il Y a en général tlne adénopathie concommitante et parfois un trismus avec un
état subfébrile.
2.2.1.4 - Signes radiologiques
On voit en général qu'il s'est formé un petit séquestre qui peut être dû aux
manœuvres de l'extraction ou une pOltion osseuse mal irriguée qui va se
nécroser et être éliminée.
2.2.1.5 - Evolution
Vers la troisième sema1l1e, les bourgeons charnus envahissent la cavité ;
accompagnés de suppuration ; ceci est le signe formel d'une séquestration
intéressant soit un fragment plus ou moins important de la paroi alvéolaire, soit
un fragment de septum interadiculaire.
A ce stade, on peut le voir radiologiquement.

] 1
Dès l'élimination du séquestre (par curetage ou spontanément) les doll'lcurs
cessent brusquement et l'alvéolite évolue alors vers la guérison.
D'autres séquestrations peuvent se produire et retarder la cicatrisation.
2.2.2 - Alvéolite marginale superficielle
La muqueuse gingivale paraît guérir normalement ou alors elle peut avoir une
bordure bourgeonnante qui recouvre un os plus ou moins tranchant. La partie
superficielle de j'alvéole est mal comblée par le tissu cicatriciel. S'il existe des
douleurs spontanées, elles sont peu accusées. elles sont plutôt provoquées par la
mastication et la pression.

TROISIEME PARTIE


TRAITEMENTS

1 - LES BASES DU TRAITEMENT
Il est avéré que la pnse en charge thérapeutique des alvéolites relève de
plusieurs procédés qui varient selon les auteurs. Ceci induit d'emblée 1(1
difficulté que les praticiens rencontrent pour cerner le phénomène algique qui
est le maître symptôme de l'alvéolite, qu'elle soit sèche ou suppurée.' Ces
phénomènes douloureux liés à l'inflammation de l'alvéole ct quelquefois à son
infection sont düs comme nous l'avons vu dans les chapitres précédents à
plusieurs causes. En effet, l'anesthésique, les manœuvres intempestives la
septicité des instruments d'extraction, les vasoconstricteurs etc ... ont été tous
incriminés, sans pom autant dégager une cause fondamentale.
Aussi les moyens mis à la disposition du praticien seront divers et variés:
II - MOYENS
2.1 - Moyens médicaux
2.1.1 - Les Antibiotiques
Les molécules généralement utilisées, seules ou en association appartiennent à
trois familles:

les ~ - lactamines (Amoxicillines)

les macrolides

les céphalosporines.

3.1
2.1.2 - Les Anti-in-nammatoires
Ils seront déterminants pour lutter contre le phénomène inflammatoire parfois
très intense en cas d'alvéolite sèche. Mais ils seront utilisés toujours en
association avec les antibiotiques. Aussi on pourra avoir recours soit aux anti-
inflammatoires enzymatiques soit aux anti inflammatoires non stéroïdiens.
2.1.3 - Les Antalgiques
La douleur étant le principal symptôme de cet accident post-extractionnel, la
prescription d'antalgiques
sera quasi-systèmatique. On utilisera surtout les
antalgiques à action périphérique: acide acétyl salicylique, paracétamol etc...
2.1.4 - Les Bains de bouche
De part leur caractère antiseptique, ils vont contribuer à la cicatrisation plus
rapide de la plaie et ceci d'autant plus qu'ils favorisent l'élimination des débris
septiques qui auront été laissés in-situ dans ]a plaie alvéolaire. On citera comme
ex:emple l'héxétidine, le polyvidone iodé etc.
2.1.5 - Les Vitamines
Ils trouvent leurs indications dans le cadre de lésions nerveuses qUI sont
également causes d'alvéolite. La ré-nexivité du sympathique a été incriminée
comme facteur étiologique par de nombreux auteurs. Le complexe vitaminique
B], B6, B 12 ainsi que la vitamine C (acide ascorbique) ont quelques fois leur
place dans l'éventail des médicaments que le praticien peut prescrire.

2.1.6 - Les pansements alvéolaires
Cel1ains auteurs utilisent dans cette gamme, des pâtes à base d'Eugenol et
d'oxyde de zinc, des cônes antibiotiques, de l'AL VOG YL,Ii) ainsi que des
vitamines.
2.2 - Moyens chirurgicaux
Il s'agira surtout du curetage alvéolaire en cas d'alvéolite suppurée. Ce curetage
permettra de débarrasser l'alvéole de son contenu infecté et aura J'avantage de
créer un nouveau saignement avec possibilité de formation d'un caillot sanguin
plus résistant.
2.3 - Moyens physiques
Certains ante urs ont rapporté dans leur étude l'efficacité de ces moyens
physiques pour le soulagement de la douleur en insistant parfois sur leur rôle
catalysateur dans la cicatrisation post-extrationnelle. On retiendra l'utilisation
des
rayonnements
ultra-violets
et
des
infra-rouges,
la
diathermie
et
le
stomatolaser.
III - Indications
3.1- Traitement prophylactique
De l'étude des nombreux facteurs étiologiques, il ressort qu'aucun ne peut être
considéré comme capable à lui seul de provoquer une alvéolite.

35
Le but du traitement préventif est d'éviter tout ce qui peut nuire à la formation
du caillot.
Cette prévention s'exercera sur les trois temps de l'intervention, c'est-à-dire
avant, pendant et après l'extraction.
3.1.] - En pré-opératoire
L'instrumentation destinée à réaliser l'acte opératoire doit être parfaitement
stérile, et dans la mesure du possible il faudra réduire la septicité buccale par
l'élimination des masses tm1riques.
En cas d'inflammation locale, l'extraction devra être retardée de façon à
intervenir à "froid".
D'autre part une antibiothérapie appropriée jugule l'infection et réduit les
phénomènes douloureux.
Cette prémédication antibiotique est devenue systématique de nos jours et fera
appel à des antibiotiques à forte concentration salivaire pouvant diffuser de
façon optimale au niveau de la sphère buccale. On peut noter à titre d'exemple:

les
p-lactamines
notamment
les
amoxicillines
dans
le
groupe
des
pénicillinesA, la pénicilline G,

les macrolides surtout pour les patients allergiques au p-lactamines.

Les céphalosprines

etc ...

]6
3.1.2 - En per-opératoire
li· est recommandé de mettre le patient en confiance pour éviter tout stress qui
est source d'une décharge endogène d'adrénaline.
Tous les temps opératoires doivent être effectués selon un protocole bien
codifié.
Au cours de l'anesthésie il faut éviter l'utilisation de solutions trop froides et
l'injection doit être lente pour ne pas dilacérer la fibro-muqueuse.
L'extraction doit s'effectuer avec des instruments et une technique convenables
Cil évitant les manœuvres traumatisantes pour l'os.
Dans le cas d'extractions chirurgicales, il faut procéder à un fraisage prudent
sous irrigation permanente jusqu'au dégagement complet de la dent.
Après l'extraction il est fondamental de procéder à une inspection de la plaie
é1lvéolaire afin d'éliminer tout ce qui peut être à l'origine d'une alvéolite.
Dans le cas de plaies d'extraction très étendues ayant nécessité un lambeau, il
félllt procéder à des sutures hermétiques.
3.1.3 - En post - opératoire
Plusieqrs techniques préventives sont à la disposition du praticien. Il pourra
notamment utiliser des agents physiques, des pansements médicaux et surtout
donner au patient des conseils pratiques en vue de favoriser la cièatrisation dans
les meilleurs délais.

37
3.1.3.1
- Les Agents physiques
Il semble que trois minutes d'exposition quotidienne aux rayonnements ultra-
violets atténuent les douleurs de l'alvéolite.
Selon DECHAUME (8) l'hyperthermie provoquée par les infra-rouges est
favorable
à
l'accroissement des
moyens
de
défense
de
l'organisme,
à
l'élimination des déchets, à la sédation des douleurs. Ainsi les infra-rouges·
contribuent à la réparation tissulaire.
JIs sont particulièrement utilisés pour la dent de sagesse inférieure.
Parmi ces agents physiques on peut citer une ancienne technique, la diathermie
Clui permettrait une cicatrisation plus rapide de la plaie alvéolaire.
3.1.3.2
- Pansements médicaux
Peu résorbables, ils sont néfastes car ils retardent la cicatrisation. De plus ce sont
des épines ilTitatives du système sympathique, susceptibles d'occasionner une
vasoconstriction.
3.1.3.3
- Utilisation du métronidazole CFLAGYL(lfl)
La prescription de métronidazole, dans cel1aines circonstances a été cité par
certains auteurs.
En effet les bactéries anaérobies orales peuvent être impliquées dans le
développement de ce désordre de cicatrisation.

3X
Le produit semble être salls effet second<lirc qu,lI1d il est prcscri~ ù unc dose de
200 mg en trois prises pendant 3 jours.
3.1.3.4 - Conseils à donner au patient après une extraction
Le praticien viellera à conseiller à son patient:

de ne pas toucher à la plaie

de ne pas la sucer

d'éviter J'excès de tabac, de café fort, de nicotine

d'éviter l'absorption exagérée d'analgésiques à base d'acide acétyl salicylique.

de s'alimenter avec une noulTiture liquide ou semi-liquide

d'éviter de prendre des boissons chaudes

d'éviter tout rinçage pendant les premières heures qui suivent l'extraction

de revenir pour un contrôle.
3.2 - Traitement curatif
Malgré toutes ces précautions, l'alvéolite peut se déclarer.
De nombreux moyens thérapeutiques ont été proposés mais le traitement curatif
reste lin paliatif qui s'efforcera de soulager le patient.
Il sera orienté principalement contre la douleur et l'infection. Il est sUl10ut local
mais il existe des indications d'une prescription générale à base d'antalgiques,
parfois d'antibiotiques et d'anti-inflammatoires. La vitaminothérapie pourra
trouver une indication surtout dans les cas de douleurs nerveuses persistantes.

3.2.1 - Les procédés chirurgicaux
On insistera surtout sur le curetage alvéolaire.
Cette technique est contestée par de nombreux auteurs. Cependant dans le cas
d'une alvéolite suppurée, son objectif est:

de débarrasser l'alvéole des débris tissulaires infectés et autres séquestres
osseux ~

de faire saigner l'alvéole afin de favoriser la formation d'un nouveau caillot
qui servira de trame à la réparation tissulaire.
BUISSON et MlNSSART (6) sont opposés à cette méthode, préférant attendre
que le séquestre soit éliminé spontanément à partir de la troisième semaine.
Pour ORSOLANI et CAUDMONT (21), il est nécessaire de pratiquer cette
méthode dans le cas d'alvéolite suppurée avec séquestre. Mais ce cure~age ne
pourra être effectué que trois semaines après l'extraction.
Ce curetage alvéolaire présente des inconvénients:

il peut provoquer des irritations du sympathique,

il existe des risques d'hémorragie et de dissémination de germes,

en fin, il s'agit d'une technique douloureuse qui nécessite une anesthésie
locale.

·w
3.2.2 - Les procédés médicamenteux locaux
3.2.2.1 - Le lavage alvéolaire
Il pourra utiliser des solutions faiblement antiseptiques telles que,:

le dakin

la solution d'hypochlorite de sodium à 2,5 %

le sérum hypertonique

l'eau oxygénée à 10 volumes.
Ces lavages ne peuvent constituer à eux seuls une thérapie car le soulagement de
la douleur est insuffisant, mais ils seront util isés concommitamment avec
d'autres procédés.
3.2.2.2
- Les bains de bouche
Dans les cas d'alvéolites suppurées, les bains de bouche désinfectants froids ou
tièdes faciliteront l'évacuation des débris septiques.
Les bains de bouche chauds seront indiqués pour le traitement de l'alvéolite
sèche car ils peuvent provoquer une vasodilatation suivie de la formation d'un
caillot secondaire.
3.2.2.3 - Pansements alvéolaires
r
Pâtes à base d'eugénol
Leur composition est très variée selon les auteurs, c'est ainsi que:

41

NAWARA (18) a proposé un remède simple et efficace basé sur un lavage de
l'alvéole au dakin ou à l'eau oxygénée suivi de la mise en place d'une pâte
composée d'eugénol et d'oxyde de zinc.

BUISSON (5) propose d'introduire dans l'alvéole une mèche iodoformée
légèrement imbibée d'eugénol.

MAYER (17) utilise également l'eugénol associé à part égale avec du gaïcol
sur une mèche iodofonnée changée tous les jours..

DEPLAGNE et ESSER (l0) procèdent à un écouvillonage sOIgneux de
l'alvéole suivi de la mise en place d'un pansement à base d'engénol et de
merfène qlIl sera renouvelIé journalièrement jusqu'à la cessation des
douleurs.

De nombreux auteurs proposent un protocole reposant sur l'utilisation d'une
pâte préparée extemporanément à partir d'une association d'antibiotiques
(Néomycine, Bacitracine) et d'eugénol. .
En plus de l'effet des antibiotiques, l'eugénol présente l'intérêt d'avoir des
propriétés antiseptique, antalgique et cicatrisante.
,. Cônes antibiotiques
Leur utilisation est très controversée, en effet leur emploi peut entraîner des
résistances à des antibiotiques ou amener des phénomènes d'intolérance.
Ainsi, il est recommandé de ne recounr qu'aux antibiotiques les' moins
utilisés en médecine générale.

42
@
r
Alvolgyl--
D'après
SYRJANEN (24)
l'utilisation systématique
de
l'alvogyl
comme
traitement préventi f et curatif de l'alvéolite ne peut être préconisée. En effet, il a
été noté aussi bien des évolutions favorables que des retards de cicatrisation.
;- Les Vitamines
En usage local, les plus connus sont la vitamine D et la vitamine C, incorporées
dans des pâtes en association avec d'autres produits.
3.2.3
- Procédés physiothérapeutiques
Selon PARONA (22), les ultrasons constituent un moyen efficace dans les
alvéolites, en accélérant la résolution du processus inflammatoire mais surtout
Cil exerçant L1ne action analgésique .

Pour ce qui est du stomatolaser on peut utiliser lorsque l'alvéolite est déclarée,
les fréquences A, E, F, G.
Selon NIGON (19), il y a 80 % d'efficacité en fin de traitement sur la douleur et
J'inflammation.
A la première séance on applique chaque fréquence pendant 3 minutes ; le
patient est revu 48 heures après et on consolide le traitement avec les mêmes
fréquences appliquées chacune pendant 1 à 2 minutes ..

43
3.2.4 - Traitement génér,ll
Les traitements locaux doivent parfois être complétés par une thérapeutique
générale.
3.2.4.] - Les antibiotiques
Les antibiotiques utilisables sont nombreux.
Cependant
il
faut
avoIr
recours
aux
antibiotiques
donnant
de
fOlies
concentrations salivaires.
Par ordre de préférence on aura. :

les macrolides et plus spécialement la spiramycine 1gramme par jour

l'association Spiramycine + Métronidazole 1 gramme par jour

Les p-Iactamines en particuliers les amoxicillines et les céphalosporines
3.2.4.2 - Les anti inflammatoires
Leur utilisation est surtout préconisée dans les alvéolites sèches. Il peut s'agir
d'anti inflammatoires enzymatiques, mais surtout d'anti inflammatoires non
stéroïdiens dont l'action sur la douleur et l'œdème est remarquable.
3.2.4.3 - Les antalgiques
Ils ont pour rôle de juguler la douleur qui est omniprésente en cas d'alvéolites.
Ils seront prescrits invariablement ponr soulager le patient.

Ils sont très nombreux à pouvoir être utilisés en cas d'alvéolites. On pourra citer
l'acide acétyl salicytique, le par;1cétanol, la noramidopynime etc ...
3.2.4.4 - Les vitamines
Ils peuvent avoir des indications particulières d'une administration par vOIe
générale en cas d'alvéolites.
Ainsi le praticien peut être amené parfois à prescrire les vitamines A, BI, B2, C
et o.

QUATRIEME
PARTIE:
NOTRE ENQUETE

45
1- MATERIEL ET METHODE
Les alvéolites constituent un chapitre particulièrement mouvant de la pathologic
bucco-dentaire; tout ou presque n'y est qu'hypothèse.
Les objectifs de cette enquête prospective sont:

de mettre en exergue l'importance des alvéolites,

et de planifier leur traitement.
1.1 - Cadre d'étude
Notre étude s'est déroulée dans le cadre de plusieurs structures odontologiques
qui sont :

l'institut d'odontologie et de stomatologie de J'université Cheikh Anta DIOP
de Dakar

le Cabinet dentaire du centre de santé Gaspard KAMARA de Dakar

le Cabinet dentaire du centre de santé Nabil Choucair de Dakar

la clinique dentaire ALICE du Docteur Oumar SOW à Mbour.
Il s'agit d'une enquête prospective, qui porte sur une population de 55 patients,
effectuée durant la période d'Octobre 1997 à Juin 1998.
1.2 - Recueil des données
Le principe consiste à considérer tous les cas d'alvéolites rencontrées pendant
cette période dans les différentes structures précitées. Les données ont été
recueillies sur lIne fiche d'enquête (voir annexe 1).

46
L'ensemble de ces données ont fait l'objet d'une saisie et traitement 3utomat isés
avec le logiciel Excel'97.
Les résultats sont descriptifs et aucun test statistique n'a été utilisé.
1.3 - Fiche d'enquête
Elle comprend outre l'état civil, les paramètres suivants:

les antécédents médicaux: qui vont nous permettre de voir quelle est
l'influence de celiaines tares dans la survenue des alvéolites.
En effet dans la littérature médicale, les auteurs ont souvent insisté sur les
troubles des grandes fonctions de l'organisme tels que, les troubles
circulatoires, les troubles digestifs, les maladies cardio-vasculaires, etc ...

la technique d'anesthésie: on lui a longtemps attribué un rôle important
dans l'étiologie des alvéolites.

l'utilisation ou non de vasoconstricteur: ce paramètre nous édifiera sur
l'effet réel de ces substances dans la survenue des alvéolites.

le type d'extraction et le t)'pe d'alvéolite: le type d'extraction (simple ou
chirurgical) peut induire l'importance du traumatisme opératoire et de
l'alvéolite.

le traitement instauré: nous avons étudié ce paramètre dans le but de
planifier les traitements les plus efficaces face à ces alvéolites.

·n
lA - Matériel d'étude
11 comprend:

un plateau d'examen avec miroirs, précelles, sondes 6 et 17, pour l'examen
des plaies alvéolaires

des curettes et excavateurs pour le curetage alvéoJaire

des compresses imbibées de solution antiseptiques (eugénol, eau oxygénée,
dakin etc) pour le nettoyage des alvéoles.

une pince gouge, une turbine avec fraise à os, certains instruments
d'extraction (élévateurs, syndesmotomes, daviers à racine) pOlir l'extraction
d'éventuels fragments radiculaires ou d'esquilles osseuses qui auraient été
laissés dans l'alvéole.

des films radiographiques rétro-alvéolaires pour la mise en évidence de
. fragments radiculaires ou de séquestres

divers pansements alvéolaires (ALVOGYL(WI, poudre antibiotique + eugénol,
pâte d'oxyde de zinc + eugénol etc ... )
II - RESULTATS
2.1 - Population d'étude
2.1.1 - Répartition selon le sexe et l'âge
Notre échantillon est composé de 55 p<ltients dont Il de sexe m<lsclllin et 44 de
sexe fémini n avec des valeurs relatives correspondant respectivement à 20 % et
80%.

48
Tableau 1 : Répartition de la population selon le sexe
Sexe
Valeur absolue
Valeur relative
Masculin
11
20%
Féminin
44
80%
Graphique 1 : Répartition de la population selori le sexe.
-- -._-------
-_._--

49
Nous avons réparti les patients examinés par tranches d'âge de 10 ans. Les
tranches les plus représentatives sont celles comprises entre 20 -29 ans ct 30-39
ans avec une forte prédominance des patients dont l'âge se situe entre 20 et 29
ans, les deux extrêmes étant 8 ans et 69 ans.
Tableau 2 : Répartition de la population par tranche d'âge
Tranche d'âge
Valeur
Valeur
de 10 ans
absolue
relative
De 0 à 9 ans
1
2%
De10à19ans
0
0%
._----
" , - 0 -
-
-
- '
De 20 à 29 ans
28
51%
...
-~
- - - - - -
De 30 à 39 ans
13
24%
" - '
De 40 à 49 ans
7
13%
.. _ - . - - ' " - -
De 50 à 59 ans
3
5%
--
._---
----_.-
De 60 à 70 ans
3
5%
Graphique 2 : Répartition de la population par tranche d'âge.
60%
50%
- - - - - - , , , - - , - - . _ - - - - - _ . __....
',~ .'
" l
__
40%
---------- .
.. _....
)(
~',: .... l'
::)
30%
._-"'·""'---_ _'__.m_~
l'll
1-
,.~ :,i : ",..
.
20%
"
10%
0%
Tranche d'âge

50
Nous avons poussé notre analyse plus loin en répartissant les patients
par tranche d'âge et selon le sexe. C'est ce qui figure sur le tableau 3.
Tableau 3 : Répartition des patients selon l'âge et le sexe.
Tranche d'âge de 10
Homme
Femme
ans
Valeur absolue Valeur relative Valeur absolue Valeur relative
De 0 à 9 ans
0
0%
1
2%
De 10 à 19 ans
0
0%
0
0%
De 20 à 29 ans
5
9%
23
42%
De 30 à 39 ans
4
7%
9
16%
De 40 à 49 ans
0
0%
7
13%
De 50 à 59 ans
0
0%
3
5%
De 60 à 70 ans
2
4%
1
2%
Graphique 3: Répartiti.on des patients selon l'âge et le sexe.
50%
40%
--
~
:::s
30°A>
eu
20°A>
~œ Homm:l
....
. Femme
10%
- - .
-
O°A>
c
c
c
C
a:!
a:!
a:!
a:!
cr>
cr>
cr>
cr>
N
-.:t
L()
'a:!
'a:!
.('0
'a:!
'a:!
,ro
0
0
0
0
0
0
Q)
~
N
-.:t
L()
<0
0
Q)
Q)
Q)
Q)
Q)
0
0
0
0
0
Tranche d'age

51
2.1.2 Etude des antécédents médicaux (voir tableau 4)
Nous avons dénombré essentiellement cinq types de pathologies:
- hypertension Artérielle (HTA)
- troubles digestifs
- asthmes
- troubles de l'hémostase
- troubles articulaires
Tableau 4 . Etude des antécédents médicaux
ANTECEDENTS MEDICAUX
TROUBLES
TROUBLES DE LA
TROUBLES
HTA
ASTHME
RAS
DIGESTIFS
COAGULATION
ARTICULAIRES
7
4
4
5
1
35
Graphique 4 :Etude des antécédents médicaux
- - - - - - - " .. -.
_._---
DHTA
1
1
Œl TROUBLES DI
E TIFS
1
DASTHME
o TROUBLES DE Ali
COAGULATION
.
ŒJTROUBLES
ARTICULAIRES
1
DRAS

52
2.1.3 Distribution des différentes techniques d'anesthésie.
Les différentes techniques d'anesthésie utilisées sont illustrées sur le
graphique 5
Graphique 5: Distribution des différentes techniques d'anesthésie.
, - - - - - - - - - -
-
1
OlTECHNIQUES LOCO-
REGIONALES
Ii1TECHNIQUES
PONCTUELLES
. - - - - - - -
- - - -
. .
2.1.4 Répartition des différents types de vasoconstricteurs utilisés.
Elle est illustrée dans le tableau 5 ci-dessous.
Tableau 5
t
VASOCONSTRICTEURS
'.
Valeur absolue Valeur relative
ADRENALINE
16
80%
EPHEDRINE
3
15%
NORADRENALINE
1
5%
TOTAL
20
100%

53
2.1.5 Distribution des dents causales par bloc.
Tableau 6
Dents causales
Valeur absolue Valeur relative
Bloc incisivo-canin
2
3%
Bloc prémolaire
15
22%
Bloc molaire
51
75%
Total
(6'8 )
100%
Graphique 6: Distribution des dents causales par bloc.
_ _ _ _ _
J _ _
1
1
o Bloc incisivo-canin 1
[] Bloc prémolaire
1 1
ID Bloc molaire

54
2.1.6 Répartition des différents types d'extractions.
Tableau 7
Types d'extractions
Valeur absolue Valeur relative
Extractions simples
61
90%
Extractions chirurgicales
7
10%
Total
68
100%
Graphiq!ue 7: Répartition des différents types d'extractions.
o Extractions simples
1 ;
1 [ ] Extractions chirurgicales 1

55
2.1.7 Distribution des différents types d'alvéolites.
Tableau 8
Type d'alvéolite
Valeur absolue Valeur relative
Alvéolites sèches
50
74%
Alvéolites suppurées
18
26%
Total 1
68
100%
Graphique 8: Distribution des différents types d'alvéolites.
r
1
~-
--------
DAlvéolites sèches
El ~véolites ~uPPu~ées
- - - - - - - - -

56
2.1.8 Répartition des différents types de traitement
Te:tbleau 9
1 ype de traitement
Valeur absolue Valeur relative
Traitement local
7
10%
Traitement local et médical
61
90%
Total
68
100%
Graphique 9: Répartition des différents types de traitement
~Traitementlocal
o Traitement local et
médical
i
-
_._-
-
- - - - . _ - - -
- - - - - - - _ . _ - -

57
III - DISCUSSION
Nous aborderons le chapitre de la discussion sous l'angle des principaux
paramètres utilisés dans notre fiche d'enquête.
3.1 - Population d'étude
La population que nous avons étudiée se compose de 44 patients de sexe
féminin (80 %) et 11 patients de sexe masculin (20 %).
La prédominance du sexe féminin est donc notoire.
Les tranches d'âges les plus représentatives sont celles comprises entre 20 et 29
ans (51 0/0) et ente 30 et 39 ans (24 %).
Au vu de ces premIers résultats, l'on est tenté de dire que les alvéolites se
manifestent beaucoup plus chez les patients de sexe féminin d'âge mür. En effet
avant 19 ans, nous avons noté 2 % de cas d'alvéolites et après 50 ans, 10 % de
cas seulement.
Le paramètre "âge" joue effectivement un rôle dans l'apparition des phénomènes
d'alvéolites.
Une étude similaire à la notre réalisée par LEHNER (15) sur 100 cas montre que
les scores les plus élevés concernent les tranches d'âge de 18 à 25 ans et de 25 à
45 ans. Il explique la rareté des alvéolites chez les jeunes patients par le fait que
le ligament alvéolo-dentaire a une épaisseur considérable chez ces sujets (0,21
mm) donc bien vascularisé, favorisant ainsi une cicatrisation rapide et de
meilleure qualité.

58
La réduction progressive du ligament au fur et à mesure que l'on évolue vers les
tranches d'âge plus élevées, conespond à une augmentation des cas d'alvéolites
jusqu'à 50 ans à peu près. Cependant au delà de cet âge, nous avons noté très peu
de cas d'alvéolites. L'explication de cette baisse serait que les personnes âgées
sont souvent atteintes de paradontolyses. Or ce phénomène s'accompagne d'un
épaississement du ligament alvéolo-dentaire qui est bien vascularisé et peut
même avoir subi un début d'épithélialisation à partir de la gencive cervicale.
En ce qui concerne le sexe, la prédominance du sexe féminin ne semble pas
avoir de lien avec la fréquence des alvéolites comme le soutiennent beaucoup
d'auteurs dont ORSOLANI et CAUMDMONT (21) ainsi que SCHUMANN (23).
Cependant des tentatives d'explication ont été fournies ; elles vont de la
menstruation, à la prise de contraceptifs oraux. C'est ainsi que P.A. HEASMAN
(12) et collaborateurs précisent dans leurs travaux que l'alvéolite sèche chez les
patients de sexe féminin serait en relation avec la prise de contraceptifs oraux.
En réalité, il y a un facteur favorisant reconnu par tous les auteurs, c'est la
mauvaise hygiène buccale.
3.2 - Antécédents médicaux
Tout patient est la résultante d'un terrain physiologique et pathologique. Aussi
les antécédents médicaux peuvent favoriser ou non la survenue ou l'aggravation
de certains états. Cependant nos résultats exprimés dans le tableau 4 montrent
que la plupart des cas d'alvéolites (62 %) sont apparus sur des sujets ne
présentant aucune pathologie connue.
Les pathologies retrouvées dans notre échantillon sont diverses et concernent
différents organes.

59
Ce sont:

Les maladies cardio-vasculaires telle que l'hypertention artérielle
(H.T.A.) : 13 %

Les troubles de la crase sanguine (drépanocytose, hémophilie etc) : 9 %

Les troubles digestifs et les réactions allergiques telles que l'asthme: 7 0/0

Les troubles articulaires : 2 %
De nombreux auteurs ont incriminé toute une panoplie d'états pathologiques
dans la survenue des alvéolites. C'est ainsi que des maladies comme l'anémie, le
diabète, les affections rénales, les cardiopathies, la tuberculose, le syphïlis, les
déficiences vitaminiques, l'hyperthyroïdie, la leucopénie etc .... , ont été citées
sans pour autant apporter des preuves scientifiquement étayées.
3.3 - Distribution des différentes anesthésies
Nous avons essayé de faire une distrinction entre les techniques ponctuelles
d'anesthésie (para-apicale, intra-septale, intra-ligamentaire etc) et les techniques
loco-régionales (anesthésie au trou-mentonier, à l'épine de spix, au trou palatin
postérieur, au trou palatin antérieur etc).
Le graphique N° 5 montre que les techniques ponctuelles sont incriminées pour
80 % dans l'étiologie des alvéolites.

60
En effet, dans la plupart des structures où nous avons mené notre enquête, les
anesthésies ponctuelles ont été plus nombreuses du fait quelquefois d'un manque
d'anesthésiques sans vasoconstricteurs indispensables dans la réalisation des
anesthésies tronculaires.
Deux facteurs militent en faveur du risque d'alvéolites engendrées
par les
anesthésies ponctuelles. Ce sont : la nature du tissu anesthésié, mais surtout la
force avec laquelle la plupart des anesthésies ponctuelles sont réalisées.
En effet, en dehors de l'anesthésie para-apicale, toutes les techniques locales
(intraligamentaire, intra-septale) nécessitent une grande pression.
Or, c'est surtout dans l'os ou alors sur des tissus peu extensibles et mal
vascularisés que se font ces actes. La forte pression entraîne l'éclatement des
petits vaisseaux de la zone anesthésiée; d'où une nécrose locale.
Aux auteurs qui comme MAYER (17) soutiennent que l'anesthésie locale est
incapable à elle seule d'induire une alvéolite, en évoquant la rareté des alvéolites
au maxillaire, il faut opposer un argument anatomique : l'importance de l'os
spongieux au maxillaire.
3.4 - Répartition des vasoconstricteurs
Les différents vasoconstricteurs utilisés dans notre étude sont par ordre
d'importance:

L'adrénaline: 80 %

L'éphédrine: 15 %

La noradrénaline : 5 %

61
Sur les 68 cas d1alvéolites recensées, ces produits n'ont été utilisés que dans
29,41 % des cas.
Les détracteurs de l'utilisation de ces produits mettent en avant le fait que la
vasoconstriction provoquée par ces derniers dans l'os peut être à l'origine d'une
nécrose intra-osseuse qui va induire à son tour une alvéolite.
Au plan physiopathologique, cet argument est plausible
maIS force est de
reconnaître qu'au plan statistique, il n'est pas fondé.
L'utilisation des vasoconstricteurs dans l'anesthésie locale et locorégionale est un
vieux débat d'école alimenté par divers arguments dont l'apparition d'alvéolites
n'est pas le moindre.
Nous pensons que les vasoconstricteurs sont des produits qui rendent beaucoup
de service, notamment dans la qualité de l'anesthésie et sa durée et qu'en aucun
cas ils ne peuvent à eux seuls être responsables de toutes les alvéolites.
3.5 - Distribution des dents causales par secteurs
Le secteur le plus sujet à l'alvéolite est le secteur prémolo-molaire avec un score
de 97 % (tableau n° 6).
Mais il est de notoriété publique tout au moins chez les odontologistes que les
extractions les plus difficiles à réaliser concernent principalement les restes
radiculaires des prémolaires supérieures et les dents de sagesse inférieures.
Aussi, c'est la notion de traumatisme opératoire, lié à l'utilisation intempestive
des élévateurs qui doit être mis en exergue.

62
3.6 - Répartition des différents types d'extractions
Nous avons réparti nos avulsions en deux groupes distincts:

Les extractions simples (sans lambeau, ni ostéotomie)

Les extractions chirurgicales (avec lambeau et ostéotomie).
Tel que le montre le graphique 7, très peu de cas d'extractions chirurgicales ont
été réalisés (10 0/0).
Cependant beaucoup d'alvéolites se sont manifestées à la suite de ces extractions
chirurgicales.
Une extraction chirurgicale suppose l'élimination d'un obstacle muqueux, osseux
ou dentaire. Or cette suppression d'obstacle ne se fait à l'heure actuelle qu'avec
des instruments rotatifs censés être irrigués en permanence. Par conséquent, un
défaut ou une absence d'irrigation entraîne un échauffement de la fraise
chirurgicale qui finit par brûler l'os.
Cependant, l'alvéolectomie constitue une technique chirurgicale d'extraction
bien codifiée, qui donne d'excellents résultats à condition cependant de veiller à
une irrigation parfaite de l'os à réséquer pendant toute l'intervention.
3.7 - Distribution des différents types d'alvéolites
Nous avons présenté dans le tableau 8 la répartition des différents types
d'alvéolites. On remarque une large prédominance de l'alvéolite sèche ou dry-
socket (74 %) devant l'alvéolite suppurée (26 %).

63
Nos résultats ne sont pas en porte à faux avec ce que nous avons trouvé dans la
littérature.
TAIARlüL - L et HUET - P (25) dans leur article intitulé "Alvéolites et
complications infectieuses après extractions de dents de sagesse" rapportent que
le dry-soket représente la complication post-opératoire la plus fréquente (entre 5
et 30 % selon les séries pour l'extraction de dents e sagesse mandibulaires
incluses). C'est également selon ces auteurs la complication la plus précoce avec
un délai de survenue de quelques heures à cinq jours après l'extraction.
L'alvéolite suppurée qui est due à une surinfection du caillot ou de l'alvéole est
plus rarement observée.
3.8 - Répartition des différents types de traitements
Nous avons scindé les alvéolites en deux groupes suivant le type de traitement:

celles qui n'ont nécessité qu'un traitement local

celles qui en plus. du traitement local ont fait l'objet d'une prescription
générale.
Dans l'alvéolite sèche, c'est surtout l'intensité de la douleur qui sera estimée
tandis que pour l'alvéolite suppurée ce sera le dégré de l'infection.
Le traitement local se résume à un nettoyage ou au curetage alvéolaire suivi de
la mise en place d'un pansement alvéolaire.
Le traitement général consiste à prescrire des médicaments, habituellement par
voie orale pour juguler tantôt la douleur tantôt l'infection ou les deux à la fois.

64
Comme pansements alvéolaires nous avons surtout utilisé l'ALVOGYL®, la pâte
d'oxyde de zinc + Eugénol, des pâtes antibiotiques telles que la Néomycine,
mélangées au liquide d'Eugénol.
Selon les Statistiques du tableau 9, nous avons effectué dans 10 % des cas un
traitement local pour obtenir une sédation des phénomènes douloureux et/ou
infectieux. Pour les 90 % autres cas nous avons eu recours à une prescription
d'antibiotiques, d'antalgiques, d'anti-inflammatoires et de bains de bouche selon
les indications.
Chez certains patients nous avions instauré dans un premier temps un traitement
local. Mais le plus souvent, ces patients son revenus au cabinet en raison de la
persistance des douleurs; ce qui nous a conduit à renouveler le traitement local
mais aussi à y adjoindre un traitement médical général.
Au regard de ces différents types de traitements proposés il est avéré que
l'alvéolite ne bénéficie pas d'un traitement standardisé. Chaque praticien y va de
sa propre "recette".
Cet état de fait découle de la difficulté que les odontologistes et les chercheurs
éprouvent à trouver la ou les cause Cs) réelle Cs) de l'alvéolite. Aussi la
prévention demeure la meilleure solution, elle consiste à :

réaliser les actes opératoires avec une asepsie rigoureuse

éviter autant que faire se peut les traumatismes instrumentaux

et irriguer l'os en permanence lors de l'utilisation des instnlments rotatifs.

, onclusion

65
Les alvéolites sont des complications post-extractionnelles dont l'étiopathogénie
n'est encore que paJ1iellement connue. Ce sont des affections caractérisées par
une altération du processus de formation du caillot sanguin.
Il s'agit d'un domaine de la pathologie objet de nombreuses controverses car tout
ou presque n'y est qu'hypothèse.
L'aspect imprévisible de cette affection paraît être lié au caractère multifactoriel
de son étiologie. Celle-ci comporte en effet des facteurs aussi divers que le
traumatisme opératoire, l'anesthésie locale, les difficultés anatomiques, l'état
général du patient, l'hygiène buccale etc ...
L'alvéolite peut revêtir plusieurs aspects cliniques(alvéolite sèche, alvéolite
suppurée, alvéolite marginale superficielle); mais toujours est-il qu'elle est très
pénible pour le malade et met le praticien mal à l'aise.
La multiplicité des facteurs étiologiques explique le fait qu'il n' y ait pas de
codification dans leurs traitements, chaque praticien se conformant à sa propre
expérience clinique.
Nous avons réalisé une étude clinique prospective sur un échantillon de 55
patients présentant des alvéolites.

66
Les résultats obtenus nous font constater que la frange la plus importante des
sujets atteints est constituée d'adultes jeunes de sexe féminin.
Ces patients pour la plupart ne présentent pas d'antécédents médicaux.
En ce qui concerne les causes les plus fréquentes d'alvéolites, notre enquête a
mis en exergue les techniques ponctuelles d'anesthésie (80 %) et le traumatisme
opératoire.
L'alvéolite sèche ou "dry-socket" que nous avons le plus fréquemment
rencontrée (74 %) nécessite un traitement symptomatique et dans 90 % des cas,
il faut y associer un traitement médical général basé sur l'antibiothérapie.
A l'heure actuelle aucun traitement curatif standardisé n'est mis à la disposition
des praticiens.
Aussi, il nous semble judicieux de privilégier le volet prophylactique et de
proposer des techniques simples qui reposent sur des principes clairs,
garantissant de bons résultats face à ces affections.
Pour étayer cette orientation, il est nécessaire d'entreprendre d'autres recherches
cliniques afin de mieux cerner la ou les cause (s) des alvéolites et par delà
proposer un traitement étiologique efficace.

ebliographi

67
. .
~ ~ .
. . ...'
.'
.. :' .:."
.
.
.
..
1. AMLER M.H.
Histological and histo-clinical investigation ofhumen alveolar socket
healing in undisturbed extraction wounds.
Amer-dental-associat-1960, n° 1, P 32 - 44
2. ALMER M.H.
The time sequence of tissue regeneration in human extraction wound.
Oral surg, Mars 1969, vol 27, n° 3, P 309 - 318
3. BIRN H.
Fribinolytic activity of alveolar bone in dry-socket.
Actuatlité odontolgica scandinavica, Mars 1972, nO 31, P 23 - 32
4.BRABANT H., TROIS FONTAINE J.
Recherche clinique sur les alvéolites consécutives aux extractions.
Revue Belge scientifique, Juin 1946, n° l, P 4 - 21
S.BUISSON G.
Chirurgie buccale et maxillo-faciale. Soins psot-opératoires.
E-M-C Juin 1965, tome 1
6. BUISSON G., MINSSART F.
Les suites opératoires en chirurgie buccale.
Revue française d'odontologie, 1970, n° l, P 94 - 104

68
7. COMMISSIONATY.
Quelques considérations sur la pathologie des alvéolites.
Act-odontol-stmat, Juin 1964, vol 18, n° 66, P 203 - 219.
8. DECHAUME M.
Précis de stomatologie.
Paris: Masson 1966, 4ème édition, P 48.
9. DECHAUME M.
Le rôle du sympathique en stomatologie.
Revue d'information du corps médical, Mars 1966, vol 4, n° 2, P 101-103.
10. DEPLAGNE H., ESSER M.
Soins post-opératoires en chirurgie bucco-dentaire.
Anales odonto-stomatologiques, 1963, P 145 - 150.
11. EL BOURY M. A.
Contribution à l'étude des alvéolites.
(Thèse: chir-dent : Dakar: 1984; n° 12/
12. HEASMAN P.A., JACOBS D.J.
A clinical investigation into the incidence for dry-socket.
Brit-J-Oral surg- 1968, n° 6, P 46 - 58.
13. JARZAB
Etude cytologique de la cicatrisation après alvulsion dentaire.
Revista Italiana di stomatologia, Septembre 1966, 21 (9), P 902 - 910.

69
14. KROGH H.W.
Prevention of dry-socket.
J. Amer - Dental Assoc - 1948, n° 27, P 3 - 8.
15. LEHNER T.
Analysis of 100 cases of dry-socket.
Dental practitions, Mai 1958, vol 8, nO 9, P 6.
16. LERICHE R.
La chirurgie et la douleur.
Paris: Ed - Masson, 1937.
17. MAYER R. A.
Responsabilité de l'anesthésie locale.
Médecine Hygiène, Octobre 1973, n° 1073, P 14.
18. NAW ARA J.
L'alvéolite et son traitement.
Infonnation dentaire, Juillet 1969, vol 51, nO 28, P 2903 - 2913.
19. NIGON J. M.
Le stomatolaser en thérapeutique dentaire.
(Thèse: chir - dent -: CLERMONT 1.,1983, n° 36)
20. ORBAN B.
Oral histology and embryology.
St Louis: C. V. MOSBY, 1964.

70
21. ORSOLANI E., CAUDMONT M.
Les alvéolites, état actuel de la question.
Les Ann - odonto - stomat - Août 1963, vol 20, n° 4.
22. PARONA M.
Les ultrasons dans le traitement des alvéolites post-avulsionnelles.
Rev - stomat -, Septembre 1958, vol 59, n° 9, P 670 - 673.
23. SCHUMANN C. L.
Complication des extractions dentaires.
E-M-C- (Stomato-) Octobre 1972, tome 122092 - 13 10, P 6 - 10.
24. SYRJANEM S. M., SYRJANEN K. J.
Influence of alvogyl on the healing of extraction wound in man.
Int - J - Oral surg -, 1979, vol 8, P 22 - 30.
25. TAIARIOL L., HUET P.
Alvéolites et complications infectieuses après extractions de dents de
Sagesse.
Cahiers stomatologie et de chirurgie maxillo-faciale, 1996, vol 53, n° 3,
P54.

NNEXES

ANNEXE 1
FICHE D'ENQUETE
NOM
.

.
PRENOMS
.
AGE
.
SEXE
.
e
ANTECEDENTS MEDICAUX
'"
.
• TECHNIQUES D'ANESTHESIE
.
• VASOCONSTRICTEUR
.
• DENT EXTRAITE
.
• ASEPTIE: +
• EXTRACTION SIMPLE
• EXTRACTION CHIRURGICALE:
- IRRIGATION
- STERILITE DE LA FRAISE
• ALVEOLITE SECHE
'"
.
• ALVEOLITE SUPPUREE
"
.
• TRAITEMENT INSTAURE
.

SERMENT DU CHIRURGIEN DENTIST
"En présence des Maîtres de cette Eçole, de mes chers
condisciples, je promets et je jure d'être fidèle aux lois de
l'honneur et de la probité dans l'exercice de ma profession.

Je donnerai mes soins gratuits à l'indigent et n'exigerai
janlais d'honoraires au dessus de mon travail ; je ne
participerai jamais à-aucun partage illicite d'honoraires.
J'exercerai n'la profession avec conscience, dans l'intérêt de
la Santé Publique, sans jamais oublier ma responsabilité et
mes deyoirs envers le malade et sa dignité humaine et envers
la communauté.

Je ne dévoilerai à personne les secrets qui me seront confiés
par le patient ou dont j'aurai connaissance.
Respectueux et reconnaissant envers mes Maîtres, je jure de
les honorer et de rester digne de leur enseignement.
Que les h0l1ZI11eS m'accordent leur estime si je suis fid(~/e à
Ines promesses.

Queje sois ,néprisé de mes confrères sij'y lnanque."