UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR
***************
FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE
**************
ANNEE 1998
THESE
POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR EN MEDECINE
(DIPLOME D'ETAT)
PRESENTEE ET SOUTENUE PUBLIQUEMENT
LE 03 AVRIL 1998
PAR
AISSATOU AMY DIAME
NEE LE 14 JUIN 1967 A DAKAR (SENEGAL)
~1,q4
MEMBRES DE JURY
PRESIDENT DU JURY:
- Mr BAYE ASSANE
DlAGNE
PROFESSEUR
- Mr MAMADOU NDOYE
PROFESSEUR
- Mr MAMADOU BA
MAITRE DE CONFERENCE AGREGE
- Mr SERIGNE MAGUEYE GUEYE
MAITRE DE CONFERENCE AGREGE
DlRECfEUR DE THESE : Mr SERIGNE MAGUEYE GUEYE MAITRE DE CONFERENCE AGREGE

LES PATHOLOGIES DU CANAL
PERITONEO-VAGINAL
« A PROPOS DE 160 CAS COLLIGES»
A LA CLINIQUE D'UROLOGIE ET D'ANDROLOGIE
DE L'HOPITAL ARISTIDE LE DANTEC

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR
FACUL TE DE MEDICINE ET DE PHARMACIE
ET D'ODONTOLOGIE - STOMA TOLOGIE
PERSONNEL
ENSEIGNANT
DOYEN
Pro René
NDOYE
IH ASSESSEUR
Pr
Mamadou
BADIANE
2eme ASSESSEUR
Pr Thérese Moreira
DIOP
CHEF DES SERVICES ADMINISTRA TIFS
: M. Assane
CISSE
SECTION MEDECINE
PROFESSEURS TITULAIRES
M. José Marie
AFOUTOU
Histologie - Embryologie
M. Mamadou
BA
Pédiatrie
M. Sallif
BADIANE
Maladies Infectieuses
M. Fallou
CISSE
Physiologie
M. Fadel
DIADHIOU
Gynécologie - Obstétrique
M. Baye Assane
DIAGNE
Urologie
M. Lamine
DIAKHATE
Hématologie
M. Samba
DIALLO
Parasitologie
* M. El Hadj i Malick
DIOP
O. R. L.
Mme Thérèse MOREIRA
DIOP
Médecine Interne
M. Sémou
DIOUF
Cardiologie
M. Mohamadou
FALL
Pédiatrie
M. Mamadou
GUEYE
Psychiatrie
M. Nicolas
KUAKUVI
Pédiatrie
M. Bassirou
NDIAYE
Dermatologie
M. Ibrahima Pierre
NDIAYE
Neurologie
* M. Madoune Robert
NDIAYE
Ophtalmologie
M. Mouhamadou Mansour
NDIAYE
Neurologie
* Associé

M. Papa Demba
NDIAYE
Anatomie Pathologique
* M. Mamadou
NDOYE
Chirurgie Infantile
M. René
NDOYE
Biophysique
M. Abibou
SAMB
Bactériologie - Virologie
§ M. Abdou
Sanokho
Pédiatrie
M. Mamadou
SARR
Pédiatrie
§ Mme Awa Marie
COLL
SECK
Maladies Infectieuses
M.Seydina Issa Laye
SEYE
Orthopédie - Traumatologie
M. Dédéou
SIMA GA
Chirurgie Génèrale
M. Abdourahmane
SOW
Médecine Préventive
M. Houssseyn Dembel
SOW
Pédiatrie
M. Moussa Lamine
SOW
Anatomie Chirurgie
* M. Cheikh Tidiane
TOURE
Chirurgie Générale
M. Pape
TOURE
Cancérologie
M. Alassane
WADE
Ophtalmologie
(MAITRES DE CONFERENCES AGREGES]
M. Mamadou
BA
Urologie
M. Serigne Abdou
BA
Cardiologie
M. Moussa
BADIANE
Radiologie
M. Seydou Boubakar
BADIANE
Neuro - Chirurgie
M. Mohamed Diawo
BAH
Gynécologie - Obstétrique
M. Mamadou Diakhité
BALL
Dermatologie
M. Moussa Fafa
CISSE
Bactériologie - Virologie
M. Abdarahmane
DIA
Anatomie Chirurgie Générale
M. Amadou Gallo
DIOP
Neurologie
M. Babacar
DIOP
Psychiatrie
M. El Hadji Ibrahima H.
DIOP
Orthopédie - Traumatologie
M. Saïd Nourou
DIOP
Médecine Interne II
M. Raymond
DIOUF
O. R. L.
M. Souvasin
DIOUF
Orthopédie - Traumatologie
M. Babacar
FALL
Chirurgie Infantile
M.Ibrahima
FALL
Chirurgie Pédiatrique
Mme Marne Awa
FAYE
Maladies Infectieuses
Mme Sylvie
SECK
GASSAMA
Maladies Infectieuses
M.Oumar
GAYE
Parasitologie
* M. Serigne Magueye
GUEYE
Urologie
M. Abdoul Almamy
HANE
Pneumophtisiologie
* M. Salvy Leandre
MARTIN
Pédiatrie
M. Victorino
MENDES
Anatomie Pathologique
* M. Salvy Leandre
MARTIN
Pédiatrie
M. Victorino
MENDES
Anatomie Pathologique
§ Détachement
* Associé
& Disponibilité

M. Jean Charles
MOREAU
Gynécologie - Obstérique
Mme Mbayang
NIANG
NDIAYE
Physiologie - Neurologie
& M. Mohamed Fadel
NDIAYE
Gastro Entérologie
M. Mouhamadou
NDIAYE
Chirurgie Thoracique et Cardio
Vasculaire
M. Papa Amadou
NDIAYE
Ophtalmologie
* M. Youssoupha
SAKHO
Neuro - Chirurgie
M. Niama DIOP
SALL
Biochimie Médicale
Mme Bineta
KA
SALL
Anesthésie - Réanimation
M. Moustapha
SARR
Cardiologie
M. Birama
SECK
Pédopsychiatrie
M. Mamadou Lamine
SOW
Maladies Infectieuses
* M. Pape Salif
SOW
Maladies Infectieuses
Mme Haby
SIGNATE
SY
Pédiatire
M.Oumar
SYLLA
Psychiatrie
M. Doudou
THIAM
Hématologie
M. Meïssa
TOURE
Biochimie Médicale
(CHARGE D'ENSEIGNEMENT]
* M. Claude
MOREIRA
Pédiatrie
( MAITRES ASSISTANT]
M. El Hadj i Amadou
BA
Ophtalmologie
M. Boubacar
CAMARA
Pédiatrie
M. El Hadj Souleymane
CAMARA
Orthopédie - Traumatologie
M. Jean Marie
DANGOU
Anatomie Pathologique
* M. Michel
DEVELOUX
Dermatologie
* M. Massar
DIAGNE
Neurologie
M. Ibrahima Bara
DIOP
Cardiologie
M. Bernard Marcel
DIOP
Maladies Infectieuses
+ M. Alassane
DIOUF
Gynécologie - Obstétrique
M. Boucar
DIOUF
Médecine Interne
M. Saliou
DIOUF
Pédiatrie
M.Oumar
FAYE
Pédiatrie
Mme Giséle
WOTO
GAYE
Anatomie Pathologique
M. Abdoul
KANE
Cardiologie
M. Abdoulaye
NDIAYE
Anatomie Chirurgie Orthopédiq
& M. Adama Bandiougou
NDIAYE
Immunologie (Hématologie)
Mme Coura
SEYE
NDIAYE
Ophtalmologie
§ Détachement
* Associé
& Disponibilité
+ En stage à ['extérieur

+ M. Issa
ND lAYE
O. R. L.
M. El Hadj
NIANG
Radiologie
M. Doudou
SARR
Psychiatrie
M. Amadou Makhtar
SECK
Psychiatrie
M. Gora
SECK
Physiologie
M. Ahmed Lyane
SOW
Bactériologie - Virologie
Mme Hassanatou
TOURE SOW
Biophysique
M. Cheickna
SYLLA
Urologie
M.Alé
THIAM
Neurologie
ASSISTANTS DE FACULTE
ASSISTANTS DES SERVICES UNIVERSITAIRES DES HOPITAUX
M. Boubacar Samba
DANKOKO
Médecine Préventine
M. Abdoulaye Séga
DIALLO
Histologie - Embryologie
M. Yémou
DIENG
Parasitologie
M. Dialo
DIOP
Bactériologie Virologie
M. Mamadou
DIOP
Anatomie Organogénèse
M. Moctar
DIOP
Histologie Embryologie
M. Saliou
DIOP
Hématologie
Mme Marne Coumba GA YE
FALL
Médecine Légale
Mme Khadissatou SECK
FALL
Hématologie
M.Oumar
FAYE
Histologie Em bryologie
M. Lamine
GUEYE
Physiologie
M. El Hadji Alioune
LO
Anatomie Organogénèse
M.Isma'lla
MBAYE
Médecine Légale
M. Mamadou
MBODJ
Biophysique
M.Oumar
NDOYE
Biophysique
M. Abdoulaye
SAMB
Physiologie
M. Ndéné Gaston
SARR
Biochimie Médicale
Mme Anta
TALL
DIA
Médecine Préventive
M. Kamadore
TOURE
Médecine Préventive
M. Issa
WONE
Médecine Préventive
Mme Arame
MBENGUE
GAYE
Physiologie
r
CHEFS DE CLINIQUE - ASSISTANTS
DES SERVICES UNIVERSITAIRES DES HOPITAUX
~
Mme Marième
GUEYE
BA
Gynécologie - Obstétrique
+ M. Momar Codé
BA
Neuro - Chirurgie
M. Moussa
BA
Psychiatrie
+ En stage à l'extérieur

M. Cheikh Ahmed Tidiane
CISSE
Gynécologie - Obstétrique
Mme Mariama Safiétou
KA
CISSE
Médecine Interne JI
M. André Vauvert
DANSOKHO
Orthopédie - Traumatologie
Mme Elisabeth
FELLER
DANSOKHO
Maladies Infectieuses
'" M. Ibrahima
DIAGNE
Pédiatrie
M. Djibril
DIALLO
Gynécologie - Obstétrique
M. Saïdou
DIA LLO
Médecine Interne 1
M. Ahmadou
DEM
Cancérologie
M. Marne Thierno
DIENG
Dermatologie
M. Rudolph
DIOP
Stomatologie
Mme Sokhna
BA
DIOP
Radiologie
M. Mamadou Lamine
DIOUF
Médecine Interne
Mme Elisabeth
DIOUF
Anesthésie - Réanimation
M. Edouard Marcell.
GUEYE
Neuro - Chirurgie
M. Limamoulaye
HA NE
Cardiologie
'" M. El Hadj Fary
KA
Médecine Interne 1
'" M. Mourtalla
KA
Médecine Interne 1
M. Assane
KANE
Dermatologie
'" M. Abdoul Aziz
KASSE
Cancérologie
Mme Aminata
DIACK
MBAYE
Pédiatrie
M. Mouhamadou
MBENGUE
Médecine Interne 1
M. Amadou Koura
NDAO
Neurologie
M. Ousmane
NDIAYE
Pédiatrie
'" M. Cheikh Tidiane
NDOUR
Maladies Infectieuses
M. Alain Khassim
NDOYE
Urologie
M. Ndaraw
NDOYE
Neuro - Chirurgie
Mlle Paula Aïda
NDOYE
Ophtalmologie
* M. Abdou
NIANG
Médecine Interne 1
M. Abdoulaye
POUYE
Médecine Interne 1
M. Mamadou
SANGARE
Gynécologie - Obstétrique
Mlle Anne Aurore
SANKALE
Chirurgie Plastique et
Reconstructive
Mme Anna
SARR
Médecine Interne Il
Mme Fatou
SENE
Neurologie
M. El Hassane
SIDIBE
Médecine Interne II
* M. Masserigne
SOUMARE
Maladies Infectieuses
M. Charles Mouhamed
SOW
Orthopédie - Traumatologie
M. Daouda
SOW
Psychiatrie
M. Mouhamadou Habib
SY
Orthopédie - Traumatologie
M. Abdourahmane
TALL
O. R. L.
M. Silly
TOURE
Stomatologie
* Associé

(ATTACHES CHEFS DE CLINIQUE)
M.Oumar
BA
Pneumo phtisiologie
Mme Bineta
DIOP
BADIANE
Anesthésie - Réanimation
M. Sa·lba
CISSOKHO
Pneumophtisiologie
Mme Pauline
DIOUSSE
Dermatologie
M. Mor
NDIAYE
Pneumophtisiologie
(ATTACHES -
ASSISTANTS)
M. Néloum
DJIMADOUM
Histologie - Embryologie
Mlle Oumou
SY
Biochimie Médicale

SECTION PHARMACIE
PROFESSEURS TITULAIRES
M. Doudou
BA
Chimie Analytique et Toxicologie
M. Emmanuel
BASSENE
Pharmacognosie et Botanique
* M. Babacar
FAYE
Pharmacologie et Pharmacodynamie
M. Issa
LO
Pharmacie Galénique
* M. Souleymane
MBOUP
Bactériologie - Virologie
* M. Oumar
NDIR
Parasitologie
(MAITRES DE CONFERENCES AGREGES)
M. Mamadou
BADIANE
Chimie Thérapeutique
M. Cheikh Saad Baouh
BOYE
Bactériologie - Virologie
M. Mounirou
CISS
Toxicologie
M. Balla Moussa
DAFFE
Pha rmacognosie
Mme Aïssatou
GAYE
DIALLO
Bactériologie - Virologie
Mme Aminata
SALL
DIALLO
Physiologie - Pharmaceutique
M. Alioune
DIEYE
Immunologie
M. Pape Amadou
DIOP
Biochimie Pharmaceutique
( MAITRES ASSISTANTS)
M. Amadou
DIOUF
Toxicologie
Mme Rita B.
MONGONIERMA
Pharmacognosie
Mme Matar
SECK
Pharmacie Chim et Chimie Org.
* Associé

(ASSISTANTS)
Mlle Issa Bella
BAH
Parasitologie
* M. Aynina
CISSE
Physique Pharmaceutique
M. Mounibé
DIA RRA
Physique Pharmaceutique
Mlle Thérése
DIENG
Parasitologie
M. Amadou Moctar
DlEYE
Pharmacologie et Pharmacodyna
M. Yérim Mbagnick
DIOP
Chimie Analytique
M. Ahmédou Bamba K.
FALL
Pharmacie Galénique
M. Djibril
FALL
Pharmacie Chim. & Chimie Org
M. Modo
LO
Botanique
M. Aly Coto
NDIA YE
Physiologie Pharmaceutique
* M. Augustin
NDIA YE
Physique Pharmaceutique
M. Mamadou
NDIA YE
Pharmacologie
Mme Maguette DEME SYLLA
NIANG
Biochimie Pharmaceutique
Mme Philomène
LOPEZ
SALL
Biochimie Pharmaceutique
* M. Elimane Amadou
SY
Chimie Générale et Minèrale
M.Oumar
THIOUNE
Pharmacie Galénique
M. Alassane
\\-VELE
Chimie Physique
(ATTACHES)
M. William
DIATTA
Botanique
Mme Amie
THIAM
FALL
Chimie Analytique
M. Mamadou
FALL
Toxicologie
M. Mamadou
SARR
Physiologie Pharmaceutique
Mlle Edwige
GOMIS
Pharmacognosie
* Associé

SECTION CHIRURGIE DENTAIRE
PRO FESSEURS TITULAIRES
M.lbrahima
BA
Pédodontie - Prévention
Mme Ndioro
NDIAYE
Odontologie Préventive et Sociale
( MAITRES DE CONFERENCES AGREGES)
* M. Boubacar
DIA LLO
Chirurgie Buccale
M. Papa Dem ba
DIALLO
Parodontologie
Mme Charlotte
FATY
NDIAYE
Chirurgie Buccale
M. Malick
SEMBENE
Parodontologie
( MAITRES ASSISTANTS)
Mlle Fatou
GAYE
Dentisterie Opératoire
M. Abdou Wahab
KANE
Dentisterie Opératoire
M. Abdoul Aziz
YAM
Pédodontie
( ASSISTANTS DE FACULTE)
& Mme Christiane JOHNSON
AGBOTON
Prothèse Dentaire
Mme Aïssatou
TAMBA
BA
Pédodontie - Prévention
Mme Khady
DIOP
BA
Orthopédie Dento - Faciale
M. Daouda
CISSE
Odontologie Préventive et Sociale
* M. Fallou
DIAGNE
Orthopédie Dento - Faciale
Mme Adam Awa Marie SECK DIALLO
ParodontoJogie
* M. Lambane
DIENG
Prothèse Dentaire
& Mme Affisatou
NDOYE
DIOP
Dentisterie Opératoire
Mme Fatou
DIOP
Pédodontie - Prévention
& M. Libasse
DIOP
Prothèse Dentaire
& M. Mamadou Moustapha
GUEYE
Prothèse Dentaire
* Associé
& Disponibilité

* M. Malick
MBAYE
Dentisterie Opératoire
Mme Paulette M. AGBOTON
MIGAN
Prothèse Dentaire
M. Edmond
NABHANE
Prothèse Dentaire
Mme Maye Ndave NDOYE
NGOM
Parodontologie
M. Paul Débé Amadou
NIANG
Chirurgie Buccale
* M. Mohamed Talla
SECK
Prothèse Dentaire
Mme Soukeye
DIA
TINE
Chirurgie Buccale
M. Saïd Nour
TOURE
Prothèse Dentaire
( ATTACHES]
M. Abdou
BA
Chirurgie Buccale
M. Henri Michel
BENOIST
Parodontologie
M. Babacar
FAYE
Odontologie Conservatrice Endodontie
M.Daouda
FAYE
Odontologie Préventive et Sociale
M. Malick
FAYE
Pédodontie - Orthopédie
M. Cheikh Mouhamadou M.
LO
Odontologie Préventive et Sociale
M. El Hadj Babacar
MBODJ
Prothèse Dentaire
M. Mohamed
SARR
Odontologie Conservatrice Endodontie
Mme Fatoumata
DIOP
THIAW
Odontologie Conservatrice Endodontie
M. Babacar
TOU RE
Odontologie Conservatrice Endodontie
* Associé

JE DEDIE CE
TRAVAIL A :

• A mon Père GERARD DIAME qui m'a appris que le travail et la
persévérance paient toujours
• A ma Mère JEANNETTE WONE merci infiniment pour tes sacrifices et
ton soutien pour faire de moi un médecin
J'espère ne jamais te décevoir et être digne de toi.
• A mes Frère et Soeurs: HAMETH, HELENA et EVA
• A mes grands-parents
• A tous mes Oncles et Tantes: en particulier à tonton KADER et à tati BEA
qui n'ont ménagé aucun effort pour me permettre de mener ce travail à bout.
• A tous mes cousins et cousines: particulièrement à ROKHA YA, RAMA TA,
N'DEYE FATOU et aux 2 TRI-SON.
• A PATHE DIAKHATE
merci pour ton soutien et ton aide précieuse
• Au professeur ARISTIDE MENSAH
qui m'a appris à aimer l'Urologie
• Au Professeur MOUHAMADOU FALL
• Au professeur NICOLAS KUAKUWI
• Au Professeur SALVY LEANDRE MARTIN
• Au professeur THERESE MOREIRA DIOP
• A Tous mes Amis
• A tout le personnel du service d'Urologie et d'Andrologie

A NOS MAITRES ET JUGES

A NOTRE PRESIDENT DU JURy
Monsieur le Professeur BAYE ASSANE DIAGNE
Vous nous faites un grand honneur en présidant note thèse.
Qu'il nous soit permis de vous témoigner notre admiration et nos
sincères remerciements.
A NOTRE MAITRE ET JUGE
Monsieur le Professeur MAMADOU N'DOYE
Vous avez très spontanément accepté de siéger dans notre jury de
thèse.
Veuillez trouver ici l'expression de notre profond respect
A NOTRE MAITRE ET JUGE
Monsieur le Professeur MAMADOU BA
Nous sommes honorés de vous compter parmi les membres de ce jury.
Recevez nos sincères remerciements.
A NOTRE DIRECTEUR DE THESE
Monsieur le Professeur SERIGNE MAGUEYE CUEYE
Il nous est impossible de ,dire en quelques mots ce que nous vous
devons.
Votre souci de travail bien fait, la chaleur de votre accueil font de
vous un modèle dont nous nous souviendrons toujours.
Vous avez su largement contribuer à la réalisation de ce travail,
malgré vos nombreuses occupations.
Nous vous exprimons notre sincère reconnaissance.

" Par délibération la Faculté a arrêté que les OpInIOnS emlses dans les
dissertations qui lui seront présentées, doivent être considérées comme propre à leurs
auteurs et quelle n'entend leur apporter aucune approbation ni improbation.

2
PLAN
AI INTRODUCTION
PAGE
7
BI ETUDE GENERALE
PAGE 9
1/- EMBRYOLOGIE
PAGE 10
1. LE DEVELOPPEMENT DU CANAL INGUINAL
2. LA MIGRATION TESTICULAIRE
2-1 LE PROCESSUS VAGINAL
2-2 LES THEORIES DE LA MIGRATION ET DE LA
NON DESCENTE DU TESTICULE
3. LES ANOMALiES DE FERMETURE DU PROCESSUS
VAGINAL
11/- ANATOMIE
PAGE 17
1. ANATOMIE GENERALE
1-] LE CANAL INGUINAL
]-2 LE CORDON SPERMATIQUE
1-3 LA VAGINALE
2.
FORNIES ANATOMIQUES
2-1 LES HERNIES INGUINALES OBLIQUES
EXTERNES
2-2 LES KYSTES DU CORDON SPERMATIQUE
2-3 LES HYDROCELES

3
III/- ASPECTS CLINIQUES
PAGE 25
1. LA HERNIE INGUINALE NON COMPLIQUEE
2. LA HERNlE INGUINALE ETRANGLEE
3. L'HYDROCELE
4. LE KYSTE DU CORDON SPERMATIQUE
5. LE TESTICULE OSCILLANT
IV/- LES MOYENS D'EXPLORATION
PAGE 28
1. L'ECHOGRAPHIE DES ORGANES GENITAUX
EXTERNES
2. LA HERNIOGRAPHlE
3. LA SCINTIGRAPHIE AU TECHNETIUM 99m
4. LA LAPAROSCOPIE
5. LE PNEUMOPERITOINE DIAGNOSTIC
PER-OPERATO IRE
V/- TRAITEMENTS
PAGE 30
1. BUTS
2. MOYENS ET METHODES
2-1 MEDICAUX
2-2 CHIRURGICAUX
3. INDICATIONS
CI NOTRE ETUDE
PAGE 35
1/-
MALADES ET METHODES
PAGE 36
11/- RESULTATS
PAGE 39
1. LES ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES
PAGE 40
1-1
LA REPARTITION DES CAS PAR ANNEE
1-2
L'fNCIDENCE

4
1-3
LE SEXE
1-4
LA REPARTITION PAR TRANCHE D'AGE
1-5
LE MILIEU SOCIAL ET L'ETHNIE
2. LES ASPECTS CLINlQUES
PAGE 42
2-1
LES MOTIFS DE CONSULTATION
2-2
LE MODE D'APPARITION
2-3
LES ANTECEDENTS
2-4
LES MALFORMATIONS ASSOCIEES
2-5
L'EXAMEN PHYSIQUE
2-6
LE DIAGNOSTIC CLINIQUE
3. LES EXAMENS COMPLEMENTAIRES
PAGE 46
4. LE TRAITEMENT
PAGE 47
4-1
LE TRAITEMENT MEDICAL
4-2
L'ACTE CHIRURGICAL
4-3
LE DIAGNOSTIC A L'EXPLORATION
CHIRURGICALE
4-4
LA CONCORDANCE ENTRE L'HYPOTHESE
CLINIQUE ET LE DIAGNOSTIC
4-5
LE DELAI D'HOSPITALISATION
5. L'EVOLUTION
PAGE 51
5-1
LES SUITES POST-OPERATOIRES
IMMEDIATES
5-2
LES RECIDIVES
5-3
LES SEQUELLES
111/. LES COMMENTAIRES
PAGE 52
1. EPIDEMIOLOGIE
PAGE 53
1-1
LA FREQUENCE
1-2
LE SEXE
1-3
L'AGE
1-4
LE MILIEU SOCIAL ET L'ETHNIE

5
2. ASPECTS CLINlQUES
PAGE 55
2-1
LES MOTIFS DE CONSULTATION
2-2
LES ANTECEDENTS
2-3
LES MALFORMATIONS ASSOCIEES
2-4
LES MANIFESTATIONS CLINIQUES
2-5
LE DIAGNOSTIC CLINIQUE
3. LESEXAMENSCONœLEMENTArnES
PAGE 58
4. LE TRAITEMENT
PAGE 60
4-1
LE TRAITEMENT MEDICAL
4-2
LE TRAITEMENT PHYSIQUE
4-3
. LE TRAITEMENT CHIRURGICAL
a) Le temps pré-opératoire
b) L'acte chinlrgical
c) Le diagnostic à l'exploration chirurgicale
d) Le délai d'hospitalisation
5. L'EVOLUTION
PAGE 64
5-1
LES SUITES POST-OPERATOIRES
IMIvŒDIATES
5-2
LES RECIDIVES
5-3
LES SEQUELLES
IV/. CONCLUSIONS
PAGE 66
VI. BIBLIOGRAPHIE
PAGE 70

6
MOTS MIS EN ABREVIATION
*******************
- PCpy
=
Persistance du canal péritonéo-vaginal
- Cpy
= Canal péritonéo-vaginal
HIS
-
Hernie inguino-scrotale
HI
- Hernie inguinale
- KCS
= Kyste du cordon spermatique
HO
- Hernie ombilicale
D
-
Droit
G
- Gauche
- B
= Bilatéral
- C
- Controlatéral
- T
- Total

7
INTRODUCTION
.
,

8
Le canal péritonéo-vaginal, structure transitoire, est par son défaut plus ou
moins complet de régression, le support anatomique de plusieurs pathologies très
fréquentes chez le nourrisson et l'enfant.
Parmi ces pathologies, il faut distinguer la hernie inguinale, par son risque
de complication aiguë (étranglement), des autres manifestations moins graves
que sont l'hydrocèle et le kyste du cordon.
Par ailleurs les relations intimes du canal péritonéo-vaginal avec la
migration
testiculaire sont
à
l'origine
de
l'association
possible avec
une
cryptorchidie.
Ces pathologies prédominent très largement chez le garçon ou elles
revêtent d'ailleurs leurs aspects les plus complets.
Notre travail avait pour objectifs :
-
d'expliquer le mécanisme des pathologies du canal péritonéo-vaginal.
-
de décrire leurs différentes manifestations
-
de préciser leurs indications thérapeutiques.
Pour atteindre ces objectifs nous adopterons le plan suivant:
-
la 1ére partie sera consacrée au rappel sur les pathologies du canal
péritonéo-vaginal.
la 2éme partie sera consacrée: * aux patients et méthodes
* aux résultats
* aux commentaires

9
ETUDE
GENERALE
1
1

10
1.- EMBRYOLOGIE
Le rappel schématique de [a reglOn inguino-scrotale permet de mieux
comprendre le mécanisme, l'aspect clinique et [e traitement des diverses
pathologies rencontrées.
Ainsi à partir du 3éme mois de la vie intra-utérine, [e péritoine abdominal
forme de façon symétrique un diverticule en doigt de gant appelé canal
péritonéo-vaginal qui descend à travers le canal inguinal.
* Chez le garçon le canal péritonéo-vaginal, qui suit le trajet du gubemacu[um
testis, accompagne le testicule lors de sa migration depuis la crête urogénitale, où
il se forme à la 6éme semaine de gestation, jusqu'au scrotum avant la fin du
8éme mois.
Au 3éme mois, le testicule qui est en situation rétropéritonéale, est attiré
par le gubemaculum testis en fonnation. Il entreprend alors sa descente en
repoussant devant lui le péritoine.
* Chez la fille le canal péritonéo-vaginal accompagne le ligélment rond. Ce
processus vaginal est appelé canal de Nück. II suit le trajet du ligament rond qui
s'étend depuis l'annexe j usq u' à la grande lèvre.
1.- LE DÉVELOPPEMENT DU CANAL INGUINAL
Des canaux vont constituer la voie de passage des testicules lors de leur
migration dans la paroi abdominale, vers le scrotum.
Ils se développent chez les embryons des 2 sexes, même si [es ovaires, à
l'exception de cas rares, ne pénètrent pas dans les canaux.
-
Lorsque le mésonéphros dégénère, le gubemaculum descend de chaque côté
et à partir des pôles inférieurs des gonades, passe obligatoirement à travers
la paroi abdominale et vient se fixer au bourrelet labioscrotal ( futur
scrotum ou future grande lèvre).

~.
artère épigastrique
1
'(f
'
((,
( .
1
1
/
r
CANAL PtRITONfo.-VAGINAL

Il
-
Le processus vaginal ( ou canal péritonéo-vaginal) se développe plus tard,
de chaque côté, en avant du gubemaculum et vient se hemier à travers la paroi
abdominale, le Jong de la poche formée par le gubemaculum.
Chaque processus vaginal attire des extensions de feuillets de la paroi
abdominale, et l'ensemble constitue les parois du canal inguinal chez l'homme. ri
forme également les enveloppes du testicule et du cordon spermatique.
L'orifice créé dans le fascia tansversalis par le processus vaginal, constitue
l'orifice inguinal profond, et celui de l'aponévrose oblique externe devient
l'orifice ou l'anneau inguinal superficiel ( ou externe). Entre ces 2 orifices se
trouve le canal inguinal.
2/ LA MIGRA TIüN TESTICULAIRE
Les testicules migrent à partir de leur position lombaire initiale, dans la
paroi abdominale dorsale vers les orifices inguinaux profonds, au dessus du
scrotum, entre le 3ème mois et le terme.
La migration a lieu alors que le pelvis s'élargit et que le tronc
embryonnaire se développe ~ les testicules se mettent à migrer parce que le
gubemaculum ne se développe pas aussi vite que la paroi de l'abdomen.
Ils descendent à travers les canaux inguinaux jusque dans le scrotum. Cette
migration est probablement induite par des hormones (androgène et gonado-
stimuline)
2-1 Le processus vaginal: c'est un prolongement bilatéral du péritoine de
la cavité cœlomique, qui est évaginée dans le scrotum.
- Le processus vaginal est d'abord en grande partie ouvert, mais
progressivement il se rétrécit et finalement sa portion proximale est entièrement
oblitérée.
Les vestiges du processus dans le scrotum persistent donc sous la forme
d'une double enveloppe séreuse, entourant le testicule et appelée :a vaginale.

12
- Le processus vaginal est parallèle au ligament inférieur des testicules. Ce
dernier devient le gubernaculum testis.
La migration des testicules suit le trajet du gubernaculum, bien que le rôle
de ce gubernaculum soit incertain.
- La descente à travers le canal inguinal débute à la 28éme semaine et prend
2 à 3 jours. Les testicules se placent au dessous du péritoine ( rétropéritonéaux)
et derrière le processus vaginal.
* Les testicules atteignent l'orifice du canal autour du 6éme mois,
traversent le canal au 7éme mois et occupent leur position intra-scrotale
définitive vers la fin du 8éme mois.
* Lorsque le testicule passe dans le scrotum, le canal inguinal se contracte
autour du cordon spennatique.
Les deux testitucles sont en place chez 94,2 à 96,6% des nouveau-nés à
tenne. Chez le prématuré le taux varie entre 70 et 91 %. Par contre à la fin de la
première année de vie, on retrouve une stabilisation de ce taux à 99,2%.
2-2 Théories de la migration et de la non descente du testicule
Le mécanisme de la migration testiculaire,
aussi bien que celui de ses
anomal ies, reste obscur.
Depuis Galien, puis Bevan (13), on sait que le testicule fœtal est haut situé,
rétropéritonéal et qu'il migre dans le scrotum pendant les derniers mois de la vie
intra-utérine.
On distingue, à Ja migration testiculaire, deux phases, dont une trans-
abdominale et une trans-inguinale.
A la douzième semaine, le testicule est situé au nIVeau de l'anneau
inguinal.

ptriloi.n<
T~slicul~
P'T'oauus
..."nal
s~ lo40lS
6c WO'S
..
r,u~m.cuJum
ûlll1 dt(trtlll cl YUUraul
ReiD
lof Irvuytl'\\( WISe
FllcU rrl/lI ... ~lj,
Io(UKIt ~d eUqlH
Muoclt ptli~ obliQ~
de 1 at>d OfMtl
d. , .t><l0<T\\. n
FUClI {
1'ro(ond
Su~rlks&J
P'ua
III tn/UytfW abde.
Gu~nU""lum
~~!~~~~~~~!:5~~:.~Fu<U
~
Ir~rWu
Mu\\(~ pttitobt)qut d~ ",l>domcn
Onr.cr P"' ,,, n d -l1lo--.Ayt~r1
1O\\J intrf"N'J
M.• txlo tll'rN cl Fa..:i.
~-~
FUN .ptrTn. Îllt
l "'",q~ prolonC' J
l,(u~1< ItTV'd obuQu< .' 'un,
hJà., s~nn .,.i' (lull"!ue ,v~'r~'
DU1O\\
On(;" suptrfl<;c1
(ou"" terne)
MIGRA TION TESTICULAIRE

Dlns/, clnll (6~)
EeTO!'1 E
F'imo nI + - - i i l
TESTICULAIRE
Abdomin.i< lupc:rllc;elle
Poche ;n~u·,n>.k lupcr(ic;dl<
-::-----_.L Pu bIc n ne
Fix'lion leral.1e incolTtclC
(ro; 1('(
DfFFfRENTES POSITIONS DES TESTICULES CRYPTORCHIDIQUES

13
Cette première phase de migration trans-abdominale semble plus liée à un
accroissement de la taille fœtale qu'à une vraie migration.
Le testicule reste attaché à la région inguinale par une colonne de
mésenchyme qui passe dans le canal inguinal et le futur scrotum. C'est le
gubemaculum testis.
En 1888, LDCKWOOD (55), a montré que le gubernaculum se divise à
son extrémité inférieure en cinq faisceaux: pubien, périnéal, fémoral, inguinal
superficiel et scrotal.
Nonnalement le testicule suit ce dernier faisceau qui est le plus important.
Il n'y a pas de descente supplémentaire du testicule jusqu'au septième
mois, période à laquelle commence la migration trans-inguinale de la gonade.
Le gubernaculum, cordon mésenchymateux, n'est pas un tracteur, mais un
guide, un précurseur. Il va gonfler pour dilater le scrotum dans le but de préparer
la mise en place du testicule, avant la fm du huitième mois.
Cette seconde phase est sous la dépendance des androgènes synthétisés par
les cellules de Leydig, sous le contrôle de l'axe hypothalamo-hypophysaire. Ce
qui a fait penser que le testicule était le moteur de sa propre descente.
Il est important de noter que l'épididyme et le canal déférent précèdent le
testicule dans le scrotum.
L'interruption de cette migration en un point quelconque de son trajet
définit la cryptorchidie.
Cependant, si l'unanimité semble être faite sur la chronologie
des
différentes phases de la migration testiculaire, il n'en est pas de même en ce qui
concerne ses mécanismes, et partant, de l'étiologie des testicules non descendus.
Ainsi de nombreuses théories ont tenté d'expliquer l'arrêt de la migration
testiculaire.

14
=> Théorie endocrinienne
Elle découle de la constatation fréquente de l'association de cryptorchidies
à plusieurs syndromes caractérisés par un défaut soit de
la production de
gonadotrophines, soit de la synthèse ou de l'action des androgènes.
C'est le cas dans les défauts de sécrétion en LH-RH hypothalamique
(syndrome
de
De
Morsier-Kalmann),
dans
les
anencéphalies
et
les
hypopituitarismes, dans l'hyperplasie congénitale des surrénales par défaut de
sécrétion en 5a - réductase, dans le syndrome des canaux de Muller persistants et
le syndrome de Prune Belly.
HADZISELIMOVIC (38) et JOB (47), considèrent que la cryptorchidie
est
liée à une anomalie de l'axe hypothalarno-hypophyso-testiculaire comme
l'attestent les taux basais de LH et de Testostérone.
D'autres
auteurs
comme
RAJFER
(65),
corroborent
cette
théorie
hormonale à partir de modèles animaux.
En effet, chez le rat, une descente prématurée des testicules, peut être
induite par un traitement aux gonadotrophines.
A l'opposé, l'injection quotidienne d'Œstradiol peut inhiber la descente
testiculaire.
Bien que ces expérimentations
animales
ne
soient pas
directement
applicables à l'homme, l'association d'un testicule non descendu aux syndromes
endocriniens suscités fait penser que des anomalies de l'axe hypothalarno-
pituitaire seraient à l'origine de l'arrêt de la migration du testicule.
Cependant, cette théorie hormonale, aussi attractive qu'elle puisse être,
peut difficilement expliquer à elle seule, les cryptorchidies unilatérales qui sont
de loin les plus fréquentes ( environ 80% des cas).
En effet, dans ces fonnes, les facteurs mécaniques et les dysgénésies
gonadiques primitives prennent toutes leurs valeurs dans l'explication étio-
pathogénique.

15
=> Théorie mécanique
Le gubernaculwn testis semble jouer un rôle important dans le mécanisme
de la descente testiculaire. Il est décrit par HUNTER (43) en 1786, comme une
structure fibreuse, en forme de cordon, qui va du pôle inférieur du testicule au
scrotum, et dans laquelle se développent le crémaser et le processus vaginal. Son
rôle est d'attirer le testicule dans le scrotwn.
Selon SHAFIK (76), l'absence ou l'anomalie de cette structure peut être
l'une des causes de la migration anormale du testicule.
D'après les travaux de WILLIAMS et HUTSON (82), il apparaît que le
nerf génitofémoral qui innerve le gubemaclÙum et le scrotum,
joue un rôle
important dans la migration testiculaire.
En
effet,
la section
de
ce
nerf prévient
le
développement
du
gubernaculum et la descente testiculaire.
D'autres auteurs (35,39,38),
insistent sur le fait que les anomalies de
fonnation de l'épididyme et / ou des inter-relations épididymo-testiculaire jouent
un rôle important dans l'arrêt de la migration testiculaire.
En effet, non seulement l'épididyme précède le testicule dans le scrotum,
maIS aussi des études fœto-phatologiques post-mortem, ou chez l'animal, ont
montré que le gubernaculum s'insère sur l'épididyme et non sur le testicule.
Cette implication de l'épididyme dans la descente testiculaire a ete
développée par MININBERG (58) qui constate des anomalies épididymaires
associées à un testicule non descendu dans 63% des cas.
Ces anomalies sont à type d'agénésie, d'atrésie, ou d'épididyme étiré et
mal relié à la gonade.
Ailleurs
l'arrêt de migration d'un testicule peut-être secondaire à une
obstruction du trajet de migration, souvent en rapport avec une oblitération
précoce du canal péritonéo-vaginal.
Dans ces cas, le testicule est généralement bien formé, et palpable au
niveau de l'aine, à la naissance ou juste après.

16
3.- LES ANOMALŒS DE FERMETURE DU PROCESSUS VAGINAL:
Elles sont fréquentes. Elles peuvent être associées aux problèmes de
migration testiculaire.
=> le kyste du cordon spermatique et l'hydrocèle non corrununicante sont les
manifestations d'une fermeture incompléte.
=> un défaut complet de fermeture peut entraîner une hernie congénitale
oblique externe ou une hydrocèle communicante (62).

17
III ANATOMIE
1.- ANATOMIE GÉNÉRALE
1-1 Le canal inguinal
C'est un trajet en chicane ménagé dans la paroi abdominale anteneure,
livrant le passage au cordon spermatique ( chez l'homme), au ligament rond de
l'utérus( chez la femme).
Situé au dessus de la partie médiale de l'arcade inguinale, il est
globalement oblique en bas, en avant et latéralement.
=> Description
Formé par les insertions terminales des muscles larges, il comporte 4 parois
et 2 orifices.
* Paroi antérieure, essentiellement constituée par l'aponévrose du muscle oblique
externe avec 2 zones de résistance différente:

latérale, solide, formée par la superposition des 3 muscles larges

médiale, plus faible, constituée uniquement par l'aponévrose du muscle
oblique externe.
* Paroi supérieure, constituée par le bord inférieur des muscles oblique interne et
transverse ( tendon conjoint) se recourbant ensuite vers le bas pour passer en
arrière du cordon.
* Paroi inférieure, constituée par la partie médiale de l'arcade inguinale, avec
quelques formations ligamentaires annexes:

en arrière, la bandelette iliopubienne

vers la ligne médiane, le ligament lacunaire
* Paroi postérieure, plus complexe avec deux zones de résistance différente:
• zone médiale, résistante comportant 4 plans superposés d'avant
en arrière:
- pilier postérieur du muscle oblique externe
- tendon de terminaison des muscles oblique interne et
transverse
- expansion latérale du tendon de tenninaison du muscle droit

18
- fascia transversalis.
• Zone
latérale,
mince,
constituée
exclusivement
par
le
fascia
transversalis, renforcé par 2 fonnations fibreuses:
- ligament interfovéolaire latéralement
- bandelette ilio-pubienne en bas
Ainsi se trouve limitée, entre ces fonnations, une zone faible où s'engagent
les hernies inguinales directes.
• Anneau inguinal profond (orifice profond): c'est une fente ménagée
dans le fascia transversalis, qui s'invagine dans le canal inguinal pour
constituer le fascia spennatique interne. Cet orifice est situé au dessus
du tiers moyen de l'arcade inguinale, entre le ligament interfovéolaire et
la tenninaison des muscles oblique interne et transverse.
• Anneau inguinal superficiel (orifice superficiel):
c'est un
orifice
triangulaire, de plus petit calibre ( admettant la pulpe de l'index chez
l'homme) plus médial que l'orifice profond, il est situé entre les piliers
médial et latéral du muscle oblique externe; l'orifice est arrondi par des
fibres arcifonnes en haut et par le pilier postérieur en bas.
Ainsi est réalisé un trajet en baïonnette au niveau de la paroi abdominale
antérieure.
=> Contenu
• Dans le canal passent:
*chez l'homme le cordon spennatique
*chez la femme le ligament rond de l'utérus et quelques rameaux
nerveux
nés des nerfs ilio-inguinal, ilio-hypogastrique et génito-fémoral
=> Rapports
* rapports postérieurs: ils pennettent de comprendre la classification des
hernies inguinales.
• Le tissus sous péritonéal ( espace de Bogros)
• Le péritoine dessine de chaque coté 3 dépressions:

19
Fosse supravésicàle entre l' ouraque et l'artère ombilicale, répondant
à la partie médiale et solide de la paroi postérieure du canal
inguinal (hernies exceptionnelles).
-
Fosse inguinale médiale, entre l'artère ombilicale et l'artère
épigastrique inférieure, répondant à la zone faible de la paroi
postérieure du canal inguinal, siège des hernies directe
Fosse inguinale latérale : elle est latérale par rapport à l'artère
épigastrique
inférieure, correspondant à J'orifice profond du canal
inguinal, siège des hernies obliques externes.

rapports antérieurs: ce sont les plans superficiels ( peau et tissu sous cutané)
représentant la voie d'abord chirurgicale.

rapports inférieurs : l'arcade inguinale sépare le canal inguinal de l'anneau
fémoral.
1-2 Le cordon spermatique
Il est constitué de tous les éléments qui vont au testicule ou qUi en
viennent, c'est le pédicule qui suspend l'épididyme et le testicule.
Il présente ainsi 2 portions: funiculaire et inguinale.
* dans sa portion funiculaire: il est formé

en avant par le volumineux plexus spermatique antérieur en avant de
l'artère spermatique ; des filets nerveux satellites du courant
lymphatique antérieur, le ligament de Cloquet, vestige du canal
péritonéo-vaginal oblitéré, est immédiatement en avant du déférent.

en arrière par: - les deux ou trois veines du plexus spermatique
postérieur
- l'artère déférentielle enroulée autour du canal
déférent
- les lymphatiques satellites.

20
Il est engainé par la fibreuse profonde, évagination du fascia transversalis.
Sur elle, s'appliquent les fibres striées des crémasters, l'artère funiculaire, en
arrière, les rameaux génitaux des nerfs abdomino-génitaux, en avant, le rameau
génital du nerf génito-crural.
Il répond en arrière au pubis.
* Dans sa portion inguinale: le cordon , contenant le canal déférent, à sa
partie inférieure, parcourt le canal inguinal, oblique en bas, en avant et en
dedans.
A partir de l'orifice profond, la gaine fibreuse du cordon se continue avec
le fascia transversalis et ses éléments s'éparpillent dans l'espace sous péritonéal.
1-3 La vaginale
C'est une séreuse issue du péritoine avec lequel elle communique
primitivement par le canal péritonéo-vaginal lequel s'oblitère normalement et
n'est plus représenté que par le ligament de Cloquet.
Comme toute séreuse, elle comporte 2 feuillets: viscéral et pariétal,
délimitant une cavité virtuelle, siège pathologique des hydrocèles.
Leur ligne de réflexion détermine la surface revêtue de séreuse: elle passe
sur le cordon ,lem au dessus de la tête de l'épididyme, se porte en bas et en
arrière, descend sur la face interne du testicule à 1 cm du bord postérieur,
contourne le ligament scrotal, monte oblique en avant sur la face externe du
testicule, puis sur la queue et le corps de l'épididyme et rejoint la face externe du
cordon.
Ainsi l'extrémité postérieure du testicule et de l'épididyme, la partie
postéro- supérieure de la face interne du testicule sont dépourvues de séreuse.
De plus, le feuillet viscéral présente un cul de sac interépidymo-
testiculaire limité en arrière et en avant par 2 replis.

21
2.- FORMES ANATOMIQUES
2-1. les hernies inguinales obliques externes.
Décrites pour la première fois par John HUNTER (43), les hernies sortent
de l'abdomen par la fossette inguinale externe et parcourent le canal péritonéo-
vaginal persistant.
Elles sont congénitales, qu'elles existent à la naissance
ou qu'elles
apparaissent tardivement.
Le sac herniaire est toujours
intrafuniculaire,
à
l'intérieur de la tunique fibreuse en plein cordon ; le collet du sac est toujours
situé en dehors de l'artère épigastrique.
La défmition générale d'une hernie inguinale oblique externe s'applique à
l'enfant (33). Elle correspond à l'issue de viscères abdominaux qui empruntent le
trajet du canal inguinal.
Le plus souvent, il s'agit d'un organe mobile, anse grêle essentiellement.
Plus rarement, la présence d'un organe accolé tel que le coeco-appendice définit
la hernie par glissement.
Les hernies inguinales obliques externes présentent de nombreuses formes
cliniques dépendant soit de l'étendue du canal péritonéal resté perméable, soit du
contenu du sac herniaire.
=> L'importance du sac herniaire fait distinguer:
. la pointe herniaire qui siège à l'orifice profond du canal inguinal.
. la hernie interpariétale ou hernie interstitielle qui est dans le canal inguinal.
la hernie inguinopubienne ou bubonocèle qui fait saillie à l'orifice inguinal
superficiel sous les ligaments.

EVOLUTION NORMALE DU CPV
CANAL TOTALEMENT PERMEABLE
Hernie inguino-scrfJCiJle
Hydroœ:e cemmi./n,canre
CANAL PARTIELLEMENT PERMEABLE
Hemie ingUInale
Kysro du cordon
Hydrocèle non commumcaMe
Anomalies du canal pen:on6o- va2mal.

22
la hernie funiculaire qui descend à la racine des bourses, le fond du sac
herniaire étant séparé de la cavité vaginale par un simple diaphragme ou par
un pont fibreux .
. la hernie inguino-scrotale ou oschéocèle, occupe le scrotum et, l'intestin est au
contact du testicule; c'est la hernie péritonéo vaginale complète ou testiculaire
de HUNTER. Le sac est le canal péritonéo-vaginal conservé en totalité , le
cordon est en arrière et en dedans du sac sauf en cas d'inversion testiculaire.
Les hernies à sac double se font à l'intérieur même du canal inguinal dans
l'épaisseur de la paroi abdominale.
=> Tous les organes intra-abdominaux ont été retrouvés dans les hernies
inguinales congénitales:
* l'épiploon pouvant être isolé ou non dans le sac herniaire. Parfois il
adhère au fond du sac, c'est la corde épiploïque de velpeau.
* l'intestin grêle, le plus fréquemment rencontré dans le sac herniaire, isolé
ou accompagné d'épiploon. C'est avec le grêle que l'étranglement herniaire prend
toute sa gravité.
Le colon: le cœcum lorsqu'il est fixe (20% des cas), le colon ascendant, et le
colon pelvien réalisent des hernies par glissement.
Dans de rares cas la vessie peut se retrouver dans une hernie inguinale selon 3
modalités:
-
le cystocéle extrapéritonéal ou cystocéle sans sac séreux de Duret ne se
voit que dans les hernies directes.
-
le cystocéle para-péritonéal, entérocystocèle avec sac séreux incomplet
de Duret ou hernie de la vessie par glissement
de Verdier, la vessie
jouxte le sac herniaire.
- le cystocéle intra-péritonéal où le dôme vésical a basculé dans le sac.
Chez la femme la hernie de la trompe peut exister seule ou associée à celle de
l'ovaire. La hernie de l'utérus avec l'ensemble de l'appareil génital est rare.

23
2-2 Les kystes du cordon spennatique
Les kystes du cordon sont des fonnations liquidiennes séreuses par
cloisonnement du canal péritonéo-vaginal.
Ils résultent de la fenneture du canal péritonéo-vaginal à ses 2 extrémités.
Pour des raisons inconnues, l'oblitération du canal ne s'effectue qu'au
niveau des quatre diaphragmes obturants.
Entre eux persistent 3 cavités séreuses qUI pourront devenir autant de
kystes. Le chapelet des trois est exceptionnel.
Habituellement, le kyste du cordon est unique et siège:
entre le péritoine et le muscle ( variété pro-péritonéale)
entre les muscles pariétaux ( variété interstitielle)
entre l'anneau irtguinal superficiel et le testicule ( variété funiculaire la
plus fréquente)
Le kyste du canal de Nück est la correspondance dans le sexe féminin du
kyste du cordon dans le sexe masculin.
2-3 Les hydrocèles
L'hydrocèle vaginale est un épanchement de liquide transparent, enclos
dans la cavité de la vagirtale testiculaire, devenue indépendante du reste du canal
péritonéo-vaginal.
Le fond du canal péritonéal perd ses connexions avec la grande cavité pour
ne conserver qu'une cavité juxta-épididymo testiculaire dite" cavité vaginale".
Cette séreuse testiculaire présente un feuillet pariétal et un feuillet viscéral,
tous deux constitués par le péritoine pariétal, et entre eux une cavité nonnalement

24
virtuelle qui est sensible aux modifications pathologiques de l'épididyme et du
testicule.
Le feuillet viscéral envoie entre le corps de l'épididyme et le testicule une
fossette inter-épididymo-testiculaire où se développe l'hydrocèle cloisonnée sous
épididymaire ou kyste séreux de l'épididyme.
L'épanchement peut ne pas se collecter dans une cavité vaginale normale,
mais dans un canal péritonéo-vaginal perméable plus ou moins haut.
Cependant deux types d'hydrocèles sont à distinguer:
=> L'hydrocèle funiculo-inguinale
Le canal péritonéo-vaginal est fermé seulement à l'orifice inguinal profond,
la distension liquidienne n'est plus seulement intrascrotale : l'hydrocèle est
souvent bilobée parce qu'un étranglement réunit le pôle scrotal et le pôle funiculo
inguinal.
Cette portion supérieure de la tumeur peut prendre son expansion:
devant l'aponévrose du grand oblique,
sous
la peau, et réaJiser
l'hydrocèle biloculaire superficielle.
Entre les plans musculaires du petit oblique et du transverse, et c'est
l'hydrocéle biloculaire interstitielle.
Entre
la
paroi
et
le
péritoine
réaJisant
l'hydrocèle
biloculaire
propéritonéale.
La poche inférieure se réduit quand on l'exprime, le liquide passant dans la
poche supérieure.
=> L'hydrocèle communicante
Le canal péritonéo-vaginal est perméable de bout en bout ~ le liquide
séreux peut se drainer dans la grande cavité péritonéale. La hernie congénitale
associée est évidemment constante.

25
Chez la femme on peut retrouver dans de rares cas, une hydrocèle du canaJ
de Nück.
111.- ASPECTS CLINIQUES
Les pathologies du canaJ péritonéo-vaginal peuvent se manifester sous
diverses fonnes.
1.- LA HERNIE INGUINALE NON COMPLIQUEE
Plus fréquente chez le garçon, ce sont souvent les parents qui découvrent,
chez leur enfant, à la naissance ou pendant la petite enfance, une tuméfaction
inguinale intermittente, survenant lors des cris ou après un effort de poussée
abdominale.
Parfois l'anomalie est découverte au cours d'un épisode de broncho-
pneumopathie.
Parfois, il peut s'agir d'une hernie volumineuse inguino-scrotale descendant
dans la bourse et extériorisée en pennanence.
En
général
bien
supportées,
ces
hernies
sont
exceptionnellement
responsables de phénomènes douloureux voire de troubles digestifs.
L'examen clinique doit se faire si possible sur un enfant calme, en palpant
la région inguinale ou l'orifice herniaire, le doigt coiffé du scrotum.
Au moment de l'examen la hernie peut être réduite et difficilement
perceptible. On peut alors, chez le grand enfant, la mettre en évidence en le
mettant debout et en le faisant tousser.
La hernie inguinale se manifeste par une tuméfaction inguinale de volume
variable, gargouillante, non douloureuse, impulsive à la toux ou aux cris,
réductible, c'est à dire pouvant être réintégrée dans l'abdomen.
Il faut toujours vérifier la position du testicule et rechercher une hernie
controlatérale.

26
Chez la fille la hernie est souvent bilatérale. Il existe une forme particulière
contenant l'ovaire.
Al' examen on retrouve une tuméfaction située à la racine de la lèvre, et
contenant une petite noisette dure.
Cette constatation est une indication opératoire du fait de risque de nécrose
ovarienne en cas d'étranglement.
2.- LA HERNIE INGUINALE ETRANGLEE
Elle peut être inaugurale. Le tableau est dominé par la douleur; l'enfant
pleure. Les vomissements signent en général une forme plus évoluée avec
occlusion intestinale, mais peuvent être précoces.
L'examen retrouve une tuméfaction inguinale ou inguino-scrotale, dure,
tendue, douloureuse, non réductible et non expansible aux cris, opaque à la
transillumination.
L'évolution peut se faire vers la réduction spontanée, si J'enfant s'endort,
mais c'est rare.
En l'absence de traitement adapté, qui doit se faire en urgence, la
péritonite par nécrose de l'anse intéressée succède à l'occlusion, sauf s'il s'agit
d'une hernie de l'épiploon.
Chez le garçon la hernie étranglée peut également entraîner une souffrance
testiculaire par compression du pédicule.
3.- L'HYDROCELE
EUe est souvent constatée dés les premiers mois de la vie et se manifeste
par une grosse bourse dont le volume parfois considérable inquiète les parents.
C'est la plus fréquente des grosses bourses de l'enfant. La régression
spontanée est habituelle chez le nourrisson (40).

27
L'examen pennet de retrouver une tuméfaction
scrotale unilatérale ou
bilatérale, molle, rénitente, transilluminable, située autour du testicule que l'on
peut palper à travers si elle n'est pas sous tension.
Elle est indolore sans signes inflammatoires, sauf en cas d'épanchement
aigu, où elle devient alors plus dure ; mais ce phénomène est sans conséquence
(Il ).
On peut également noter une disparition des stries scrotales. Le pincement
de la vaginale par la Manoeuvre de Sebileau ,impossible,
pennet d'aff'inner
l'hydrocèle.
Lorsque la tuméfaction varie en volwne dans le journée, augmentant le
SOir, il s'agit d'une hydrocèle communicante.
Mais
son
caractère
tendu
et
irréductible
affinne
l'hydrocèle
non
communicante.
4.- LE KYSTE DU CORDON SPERMATIQUE
Il
peut être
d'apparition
brutale
, mais
le pLus
souvent
survient
progressivement chez l'enfant. Il n'est jamais ou rarement douloureux et ne se
réduit pas. Il peut exister chez la fille où il prend le nom de kyste du canal de
Nück.
L'examen pennet de retrouver une tuméfaction inguino-scrotale arrondie
ou allongée située le long du cordon spennatique. La tuméfaction est suspendue
entre l'orifice inguinal qui est libre et le testicule.
Elle est mobile, rénitente irréductible mais indolore ou légèrement sensible,
transillwninante.
On le distingue de l'hydrocéle par la présence du testicule nettement
individualisé à sa périphérie. Il peut être difficile à distinguer d'une hernie s'il est
haut situé.

29
Après réalisation.d'lln bouton d'anesthésie locale à la xylocaine*, la
ponction est réalisée verticalement avec un cathéter court, et une injection test de
1 cm3 est réalisée sous amplificateur de brillance, afm de vérifier la bonne mise
en place du cathéter souple.
L'opacification est réalisée par injection de 2 cm3/kg du mélange: produit
opaque plus eau distillée, sans dépasser une dose de 30 cm3 quelque soit le poids
de l'enfant (12).
L'image radiographique caractéristique de la hernie inguinale est celle
d'une opacité ovalaire à grand axe antéro-externe et de taille ingui'1al profond, en
dehors de l'encoche de l'artère épigastrique.
Son diamètre pennet de préjuger éventuellement, de la possibilité de
pénétration de viscère dans le sac herniaire.
La herniographie est surtout indiquée dans le diagnostic des hernies
controlatérales latentes (81).
Mais elle peut aussi révéler une hydrocèle communicante asymptomatique
(23).
3.- LA SCINTIGRAPHIE AU TECHNETIUM 99m
L'examen au
Technétium 99m
intrapéritonéal est rarement utilisé pour
identifier un processus vaginal.
C'est une méthode simple, rapide et non toxique pouvant être utilisée de
manière répétitive pour dépister une hernie infraclinique chez le patient (80,85).
4.- LA LAPAROSCOPIE
Surtout
utilisée
dans
le
cadre
des
cryptorchidies
pour
rechercher
l'existence, la position et l'aspect du testicule, la laparoscopie peut révéler une
persistance du canal péritonéo-vaginal associée (28).

30
Lors de la laparoscopie, l'étape initiale est l'identification de l'anneau
interne pour savoir si le canal déférent et les vaisseaux entrent dans le canal
inguinal et s'il Ya présence de hernie.
5.- LE PNEUMOPERITOINE DIAGNOSTIC PER-OPERATOIRE
Cet examen, qui consiste à explorer le côté opposé durant la correction
d'une hernie inguinale, est peu utilisé du fait de ses risques et insuffisances.
Cet examen se fait par l'introduction, après la séparation et la section du
sac herniaire, d'une sonde de Nélaton dans la cavité abdominale, sonde qui est
fixée par une ligature;
50 cc d'air sont insufflés à l'aide d'une poire, un
gonflement du côté opposé indique l'existence d'un canal péritonéo-vaginal
ouvert (41,49).
Nous pouvons donc dire en résumé que les examens complémentaires ne
sont pas indispensables au diagnostic des pathologies du canal péritonéo-vaginal.
Leur intérêt réside surtout dans le dépistage des fonnes latentes.
v.- TRAITEMENTS
1.- BUTS
Soulager le patient et apaiser les parents
-
Éviter la survenue de complications
-
Éviter les récidives
2.- MOYENS ET MÉTHODES
2-1
Médicaux
Les médicaments essentiellement utilisés sont:

les antalgiques

les anti-intlammatoires

les sédatifs corrune le Diazépam

les antibiotiques en post opératoire

3 t

la ponction de 1'hydrocèle ou du kyste du cordon spermatique qui
est dangereuse car pouvant être responsable d'infection et qui en
outre n'empêche pas la récidive.
2-2
Chirurgicaux
Plusieurs méthodes chirurgicales sont utilisées soit par voie haute, soit par
voiebasse
* par voie haute nous avons:

Cure de la persistance du canal péritonéo-vaginal qui consiste en une
fermeture du canal péritonéo-vaginal à sa base, au niveau de l'orifice
profond du canal inguinal abordé par une courte incision inguinale
transverse.
Dans certains cas il est difficile de mettre en évidence la fine
lumière d'un canal déjà réduit à une bride fibreuse, allant du péritoine à
la vaginale, au contact du pédicule testiculaire.
Toujours repérable et facilement isolée, cette bride doit alors être
réséquée et suturée à sa base.

Herniotomie inguinale: après une inCISion inguinale transverse, une
ouverture de l'aponévrose de l'oblique externe, l'écartement du grand
oblique, le cordon est reconnu et attiré par une pince mousse dans le
champ opératoire et exposé sur une longueur de 3 à 5 cm.
Maintenu de la main gauche, sa paroi est disséquée à la pince à
distance de l'orifice inguinal superficiel.
Les éléments constitutifs du cordon sont alors reconnus, vaisseaux
spennatiques et déférent très étroitement collés au sac herniaire.
Le sac blanc nacré et épais, ou au contraire mince et fragile, est saisi
et étalé par 2 pinces et de sa surface, sont progressivement isolés les
éléments vasculaires et le déférent.
La dissection est poussée d'abord en direction du sac herniaire puis de
son collet. Sile sac est de grande taille, on y glisse un doigt par un
orifice latéral et on en fait saillir le fond: la dissection est plus aisée.
Lorsque la plus grande partie du sac a été ainsi isolée, il reste à pousser
sa dissection en direction du canal inguinal et de son orifice profond,
d'exercer une traction efficace sur l'ensemble du sac et de refouler à la
compresse tous les éléments qui l'entourent: crémaster, VaIsseaux

32
spennatiques et déférent qUi d'ailleurs s'éloignent du sac dans leur
trajet inguinal.
Le collet du sac se situe au nIveau où apparaît la graIsse sous-
péritonéal .
Après s'être assuré de sa vacuité, on le lie par un point passé de fil non
résorbable.
On sectiOlUle ensuite le sac à quelque distance de la ligature et on voit le
moignon fuir en profondeur.
On s'assure que le testicule se situe bien au fond de la bourse, on fenne
l'aponévrose puis les plans pariétaux et la peau.
Dans les pathologies du canal péritonéo-vaginal, seul le sac herniaire est
traité. Il n'y a pas de cure de hernie à proprement parler.

Cure d'hydrocèle: le choix de la voie d'abord inguinal est imposé par
le fait que l'hydrocèle est un reliquat du canal péritonéo-vaginal.
Si l'hydrocéle est volumineuse, elle peut être ponctionnée au préalable,
et l'extériorisation du testicule dans la plaie opératoire s'en trouve
facilité.
La vaginale est ouverte verticalement. Si elle est vaste, il vaut mieux la
réséquer largement jusqu'au voisinage de son insertion sur le testicule.
Dans le cas contraire son simple retournement suffit. On vérifie l'aspect
du testicule et de l'épididyme. le canal péritonéo-vaginal doit être isolé
et réséqué après ligature haute, si l'on veut éviter les récidives.
En fin d'intervention vérifier que le testicule est bien en place avant de
fenner.

Kystectomie du cordon
spennatigue: l'abord
du cordon est réalisé
comme dans la cure de hernie.

33
Le kyste est plus ou moins facilement exposé. On procède à l'exérèse
du kyste après ligature du canal, ce qui est en général facile et n'expose
pas à une dissection très étendue.

Traitement d'une cryptorchidie ou d'un testicule oscillant associé.
On fait une orchidopexie qui consiste en la fixation du testicule aux
enveloppes testiculaires après avoir ramené le testicule dans le scrotum, ceci en
cas d'association de persistance du canal péritonéovaginal à une cryptorchidie.
* par voie basse nous avons:

La cure d' hydrocèle

La kystectomie du cordon spermatique

L' orchidopexie
La voie d'abord basse consiste à inciser le scrotum,
puis à ouvrir les
différentes enveloppes du testicule jusqu'à la vaginale.
Cette voie d'abord a des limites car elle ne permet pas d'explorer et de lier un
éventuel canal péritonéo-vaginal.
3.- INDICATIONS
* Dans le cas d'une hernie inguinale:

simple: une ligature-section du canal péritonéo-vaginal est envisagée après
la première année de vie, si la hernie ne régresse pas spontanément.

étranglée: l'intervention se fait en urgence.
* Dans le cas d'une hydrocèle:
La cure d'hydrocèle peut être faite par voie haute ou basse. Cependant la
voie haute est plus indiquée en cas d'hydrocèle communicante car permet de
fermer le canal péritonéo-vaginal et d'éviter la récidive.

34
* Dans le cas du kyste du cordon :
la kystectomie peut être faite par voie haute ou basse. Toutefois la voie haute
pennet de vérifier l'absence d'association avec une hernie.
>1<
Dans le cas de cryptorchidie ou de testicule oscillant:
l' orchidopexie se fait par voie basse après voir fait descendre le testicule dans le
scrotum par voie haute.
Il peut être proposé en post _opératoire immédiat une antibiothérapie et des
antalgiques.

3S
.. 1'-_N_O----ii.;r.........~
__E_T_U_D_E__1

36
,
1.- MALADES ET METHODE

J7
Il s'agit d'une étude rétrospective réalisée de Janvier 1990 à décembre
1996 à partir de 160 dossiers de patients opérés de pathologies du canal
péritonéo-vaginal dans le service d'urologie et d'andrologie de l'hôpital Aristide
Le Dantec.
Ces dossiers ont été retenus parmi ceux de 205 patients présentant une
pathologie du canal péritonéo-vaginal et opérés durant la même période. Les
autres dossiers s'étant révélés inexploitables.
Les patients sont venus consulter d'eux mêmes ou envoyés par le service
de pédiatrie et les centre médicaux.
Certains de nos patients ont eu à bénéficier d'exploration complémentaire,
essentiellement l'échographie.
Dans tous les cas une intervention chirurgicale a été réalisée soit par voie
haute soit par voie basse.
Cette voie d'abord haute avait consisté en
une incIsIOn inguinale
oblique ou transverse, suivie de l'hémostase du tissu cellulaire sous cutané, de
l'ouverture de l'aponévrose du muscle oblique externe, puis de l'isolement du
cordon spermatique.
Il s'en suit une exploration de la région inguinoscrotale qUI va
affirmer le diagnostic chirurgical.
Alors selon l'indication posée, il avait été effectué différents gestes
chirurgicaux.
Les cures se terminaient par une fermeture pariétale, plan par plan.
Nos patients ont été par la suite revus tous les 3 mois, sur une période d'un
an après l'intervention. Ce qui a pernlis de noter dans l'évolutio:1 l'existence ou
non de récidive et de noter la morbidité.

38
Nous nous sorrunes basés sur la classification proposée par HAROUCHI
(40) pour catégoriser nos malades.
Les paramètres étudiés dans notre étude ont été les suivants:
-
L'âge
-
Le sexe
-
Le milieu social
-
Les motifs de consultation
-
La symptomatologie clinique
-
Les malformations associées
-
Les explorations complémentaires
-
La voie d'abord chirurgicale
-
Le diagnostic lors de l'exploration chirurgicale
-
Le traitement médical associé
-
L'évolution

39
II.- RESULTATS

40
1.- LES ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES
1.1- La répartition des cas par année
100
80
60
40
20
o Q
....
N
Q\\
Q\\
Q\\
Q\\
....
Q\\
....
Q\\
....
Nombre de cas
• Cas exploitables
Figure N°l: répartition par année
Nous avons recensé de Janvier 1990 à décembre 1996, 205 cas de
pathologies du canal péritonéo-vaginal, dont 160 cas exploitables.
L'allure de la courbe montre une fréquence plus élevée en 1996. La
majorité des cas a été recrutée cette année là
1.2 - L'incidence
Durant la période allant de juin 1992 (date d'ouverture du bloc du service
d'urologie) à juin 1996, 4294 patients ont été opérés dans ce service, dont 147
pour les pathologies du canal péritonéo-vaginal. Ce qui représente une fréquence
de 3,40/0 pour les pathologies du canal péritonéo-vaginal
1.3 - Le sexe
Tous les cas de notre série sont du sexe masculin.

41
1.4 - répartition par tranche d'âge
60
50
40
30
20
10
0
"'!'
1;1
"'!'
1;1
"'!'
1;1
"'!'
1;1
"'!'
1;1
1
1
- - N N l'f') l'f') "'!' "'!'
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
=
III
1
1
1
1
0
.;..
1
1
=
III
=
III
=
III
- - N N l'f') l'f') "'!' "'!'
Figure N°2: répartition par tranche d'âge
L'âge de nos patients varie entre 1 mois et 49 ans avec une moyenne d'âge
de 8 ans environ.
1.5 Le milieu social et l'ethnie
Tableau N°l: répartition selon le milieu social
P(J(!R(·/J.N'/~1(;fi
Urbain
Semi-urbain
32,5%
Rural
Nous avons constaté dans notre étude que la majorité de nos patients
proviennent du milieu urbain.

42
80
70
60
50
40
30
20
10
o
Wolof
Peulh
Sérère
Diola
Autres
Figure N°3: répartition selon l'ethnie
Les ethnies prédominantes ont été celles des wolofs et des peulhs
2.- LES ASPECTS CLINIQUES
2.1- Les motifs de consultation
2%
3%
• tuméfaction scrotale
C luméfuction inguinale
• mobilité du testicule
• vacuité de la bourse
Figure N°4: Les motifs de consultation
Le motif de consultation le plus fréquent était la tuméfaction scrotale
(810/0) . Cette tuméfaction était prédominante à droite (60% des cas).
Le caractère douloureux des tuméfactions était retrouvé dans 13,46% des
cas.

43
90
80
70
60-
1
"
50
40
30
20
10
0
=
~.!l
J!Se
-QI
~ ~
f-<
• N de cas droits
• N de cas gauches
ONde cas bilatéraux
Figure N°S: motifs de consultation selon le côté atteint
2.2- Le mode d'apparition
Tableau N°II: répartition selon le mode d'apparition
,- - ------ -- ---- -- -------- ----- ---- ----- - ---- -- --------- -
1
A la naissance
32
20
Apparition brutale
8
5
Apparition progressive
120
75
Total
160
100
Nous avons retrouvé lille large prédominance du mode d'apparition
progressive représentant 75% des cas.

44
2.3- Les antécédents
TI a été retrouvé dans trois cas une notion de traumatisme des bourses.
2.4- Les malfonnations associées
12
10
8
6
4
2
o
'"
.23
,$
6
0
"0
~ ~
~ "
::r:
B.
- ê
E~
!
.§ ~
::l
~ "8.
'1::
8
.D
.Nombre de cas total
.Nombre de cas gauche
• Nombre de cas droite
o Nombre de cas bilatéraux
Figure N°6: Les malformations associées
Ces malformations avaient été retrouvées dans 27 cas (16,87%). Elles
étaient diverses et en général d'origine urogénitale.
12 patients avaient présenté une cryptorchidie (7,50/0).
La position des testicules cryptorchides était inguinale dans 10 cas et intra-
abdominale dans 2 cas.
Tableau N°III: position du testicule dans les cryptorchidies
Position du testicule
Nombre de cas
Droit
gauches
bIlatéraux
Totaux
Inguinale
4
6
0
10
Intra abdominale
1
0
1
2
Total
5
6
1
12

45
2.5- L'examen physique
Tableau N°IV: résultats de l'examen physique
Signes physiques
Nombre de cas
0
G
B
T
non réductible, non douloureuse
37
15
0
52
Tuméfaction scrotale
Réductible, non douloureuse
34
24
6
64
non réductible, douloureuse
3
3
0
6
Réductible, douloureuse
6
3
2
11
non réductible, non douloureuse
1
0
0
1
Tuméfaction inguinale
Réductible, non douloureuse
9
7
2
] 8
non réductible, douloureuse
1
0
0
1
Réductible, douloureuse
1
1
1
3
Vacuité de la bourse
."
2
3
0
5
Testicule oscillant
0
1
2
3
Total
94
57
13
164
Les tuméfactions scrotales non douloureuses étaient retrouvées à l'examen
physique dans 72,5% des cas. Ces tuméfactions intéressaient le plus souvent le
côté droit.
4 des cas de vacuité de la bourse s'accompagnaient de tuméfaction
inguinale.
2.6- Le diagnostic clinique
Dans 7 cas il y avait eu suspicion d'association de pathologies du canal
péritonéo-vaginal.
Les hernies compliquées étaient marquées par le caractère non réductible
et douloureux de la tuméfaction avec association de troubles digestifs (diarrhée,

46
vomissement) et parfois de fièvre. Ces hernies compliquées représentaient 1,870/0
des pathologies du canal péritonéo-vaginal.
Tableau N°V: Hypothèses diagnostiques
Hypothèses diagnostiques
nombre de cas
0
G
B
T
Hernies inguino-scrotales
Simples
15
12
1
28
Compliquées
2
0
0
2
Hernies inguinales
Simples
11
7
3
21
Compliquées
1
0
0
1
Hydrocèles
Communicantes
21
15
6
42
non communicantes
29
14
1
44
Kystes du cordon spermatique
9
3
0
12
Testicules
0
1
2
3
oscillants
Total
88
52
13
153
3.- LES EXAMENS PARACLINIQUES
Dans
notre
étude,
nous
n'avons
eu
recours
comme
examen
complémentaire qu'à l'échographie. Elle avait été demandée dans 5 cas,
montrant dans 3 cas une hydrocèle droite, dans 1 cas une hydrocèle bilatérale et
dans 1 cas un kyste du cordon spermatique droit. Dans tous ces cas l'échographie
n'avait montré aucune anomalie testiculaire.
En dehors du bilan biologique préopératoire, il n'y avait pas eu d'autres
examens paracliniques.

47
4.- LE TRAITEMENT
4.1- Le traitement médical
Chez nos patients présentant une symptomatologie douloureuse un
traitement médical avait été institué dans l'attente de l'intervention chirurgicale.
Ce traitement médical était constitué d'antalgique ou d'anti~inflammatoire et plus
rarement de sédatifs (Diazépam).
En post opératoire immédiat, un traitement médical associant antibiotique
et anti-inflammatoire avait été donné à tous nos patients
4.2- L'acte chirurgical
18%
6%
7%
24%
• cure de PCPV
• herniotomie
[J cure d'hydrocèle
[J kystectomie
• orchidopexie
association de 2 gestes 1
Figure N°7: Les gestes chirurgicaux
Il avait été effectué dans: - 32% des cas une cure de PCPV
~ 13% des cas une hemiotomie
- 24% des cas une cure d'hydrocèle
- 70/0 des cas une kystectomie
- 60/0 des cas une orchidopexie
~ 18% des cas une association de 2 gestes.

48
La plupart de nos patients avaient bénéficié d'une intervention chirurgicale
par voie haute. C'est seulement dans 14 cas (8,75%) que la voie d'abord
chirurgicale avait été basse.
Dans 50,6% des cas , l'intervention avait
consisté à faire la cure de la
persistance du canal péritonéo-vaginal (ligature et section du canal) associée ou
non à un autre geste.
4.3 - Le diagnostic à l'exploration chirurgicale
Au cours de l'intervention chirurgicale, l'exploration mettait le plus
souvent en évidence une seule pathologie du canal péritonéo-vaginal pouvant être
unilatérale ou bilatérale. Mais dans 27 cas (16,870/0) il a été retrouvé à
l'exploration diverses associations des pathologies du canal péritonéo-vaginal
pouvant être homolatérales ou controlatérales.
Nous avions retrouvé chez nos patients une prédominance des hydrocèles
communicantes (30%) et des hydrocèles non communicantes.
Parmi les 13 cas de kystes du cordon spematique, il y a 1 cas de
calcification du kyste.
Nous avons noté que ces pathologies du canal péritonéo-vaginal étaient
plus volontiers droites (54,37%) et moins souvent bilatérales Cl 0%).

49
50
45
40
35
30
25
20
15
• N de cas totaux
• N de cas droits
[] N de cas gauches
[] N de cas bilatéraux
Figure N°S: répartition des pathologies du canal péritonéo-vaginal
Tableau N°VI: Associations des pathologies du canal péritonéo-vaginal
Associations des Pathologies du CPV
Nombre de cas
D
G
B
C
T
Pathologie du CPV + cryptorchidie
5
6
1
0
12
Pathologie du CPY + agénésie testiculaire
1
0
0
0
1
Pathologie du CPY + atrophie testiculaire
1
1
0
1
3
Pathologie du CPV = testicule oscillant
0
1
2
0
3
Hernies IS + hydrocèle communicante
0
2
0
1
3
Henùe inguinale+hydrocèle non communicante
0
0
0
2
2
Hydocèle non communicante+ kyste du CS
1
0
0
0
1
Hernie inguinale + kyste du CS
2
0
0
0
2
Total
10
10
3
4
27

50
Ce qui ressort de ce tableau est la prédominance de l'association d'une
pathologie du canal péritonéo-vaginal avec des anomalies testiculaires surtout la
cryptorchidie représentant 7,5% des cas.
50%
.gauche
droit
o bilatéral
Figure N°9: répartition selon le côté de la cryptorchidie
Nous remarquons pour les cryptorchidies une légère prédominance du côté
gauche (50%).
4-4.- La concordance entre l'hypothèse clinique et le diagnostic
La concordance entre les 2 avait été retrouvée dans 96 cas sur les 160 cas
examinés soit 60%.
4-5 Le délai d'hospitalisation
Le délai d'hospitalisation était en moyenne d'un jour.

52
111.- COMMENTAIRES

53
1.- EPIDEMIOLOGIE
1-1 La fréquence
Dans le service d'Urologie et d'Andrologie de l'H.A.L.D, la fréquence des
pathologies du canal péritonéo-vaginal est estimée à 3,4% des patients opérés.
Nous estimons que cette fréquence est en dessous de la fréquence réelle
des pathologies du canal péritonéo-vaginal par rapports aux autres affections
urogénitales.
L'explication pourrait provenir:
-
du fait que certains cas de pathologies du canal péritonéo-vaginal
ne sont pas recensés.
-
du fait de l'ignorance des parents sur ces pathologies, ignorance
qui tend à disparaître comme pourrait nous le montrer la tendance
à la croissance du nombre de patients par année.
-
du fait de la prise en charge de ces pathologies par d'autres
servIces
D' après BASTIANI et coll. (lI), le canal péritonéo-vaginal est à l'origine
de pathologies très fréquentes chez le nourrisson et l'enfant.
ZIEGELBAUM (84) retrouve quant à lui une fréquence de 15 à 37% de
cas de persistance du canal péritonéo-vaginal, ceci après des autopsies faites chez
des adultes.
Pour GALIFER (33), la pathologie du processus vaginal est une pathologie
faussement banale et relativement fréquente.
oANFAKHA (25) retrouve dans son étude portant sur l'ensemble des
pathologies retrouvées dans l'unité de chirurgie infantile de 1'Hopital Aristide Le
Dantec, une fréquence de 2,8% pour les pathologies du canal péritonéo-vaginal.

54
1-2 Le Sexe
Nous n'avions retrouvé dans notre série aucun cas de pathologie du canal
péritonéo-vaginal chez la fille.
D'après KENNETH et coll (48) les garçons sont atteints de hernies
inguinales six fois plus souvent que les filles, ce qui donne un sexe ratio allant de
3!l à 10/1 en faveur des garçons.
Cela corrobore les résultats de PELLERIN (63) qui dans son étude sur les
pathologies du canal péritonéo-vaginal retrouve un sexe ratio de 9/1 en faveur des
garçons.
En revanche KUCERAet coll (52) ont décrit 4 cas d'hydrocèle du canal de
Nück.
1-3 l'Âge
Dans notre série, la moyenne d'âge était de 8 ans.
Cette moyenne d'âge élevée serait en rapport avec le fait de que nos
patients consultent le plus souvent tardivement, car ces pathologies qui sont
congénitales se manifestent généralement avant la 2éme année de vie.
Il faut remarquer, aussi que la possibilité de régression spontanée de ces
pathologies, amène souvent le chirurgien à l'abstention thérapeutique avant la
2éme année.
1-4 Le milieu social et l'etlmie
Nous avons constaté que les patients de notre série venaient le plus souvent
du milieu urbain. Ce qui pourrait s'expliquer par le fait de la plus grande
accessibilité des services spécialisés en milieu urbain.
L'etlmie ouoloff était la plus représentée dans notre étude, cela pourrait
être due au fait que cette ethnie est la plus représentée à Dakar.

55
2.- LES ASPECTS CLINIQUES
2-1
Les motifs de consultation
La twnéfaction scrot.ale était le motif de consultation le plus souvent
rencontré chez nos patients (81 %).
Par ailleurs, d'autres patients avaient
consulté pour une tuméfaction
inguinale, une mobilité du testicule ou pour une vacuité de la bourse.
Ces tuméfactions inguinales et scrotales étaient
parfois associées à une
symptomatologie douloureuse (13,46%) qui s'accompagnait très rarement de
troubles digestifs et de fièvre.
Le caractére réductible de ces tuméfactions était très souveTlt retrouvé.
Le mode d'apparition de ces manifestations était le plus souvent progressif,
parfois à la naissance et rarement brutal. Ceci pourrait expliquer la constatation
tardive par les parents de ces pathologies.
Nous avions remarqué une large prédominance des pathologies du canal
péritonéo-vaginal au niveau du côté droit (58,75%).
PELLERIN et coll (63)
notent, comme motif de consultation le plus
fréquent, la twnéfaction inguinale intermittente, non douloureuse et d'apparition
progressive. Pour eux la tuméfaction est située du côté droit dans 60% des cas.
Ce qui concorde avec nos résultats.
D'aprés GALIFER (33) la pathologie du canal péritonéo-vaginal est
volontiers asymétrique, beaucoup plus fréquente à droite, se manifestant par une
tuméfaction inguinale ou inguino-scrotale asymptomatique.
2-2 Les antécédents
Quelques cas de trawnatisme des bourses avaient été retrouvés dans
notre série, mais ils ne peuvent être mis en rapport avec la survenue ultérieure de
pathologies du canal péritonéo-vaginal. Nous n'avons pas retrouvé de cas
similaire dans la littérature.

56
L'absence d'éléments sur la consanguinité des parents de nos patients dans
nos dossiers ne nous permet pas d'analyser la part de la consanguinité dans la
survenue des pathologies du canal péritonéo-vaginal. Ce qui pourtant aurait pu
être intéressant du fait du caractère congénital de ces pathologies.
2-3.- Les malformations associées
Dans notre étude les
pathologies du
canal
péritonéo-vaginal
étaient
associées à des malformations dans 16,90/0 des cas.
En dehors des hernies ombilicales, les malformations retrouvées étaient
d'origine urogénitales avec une prédominance de cryptorchidie dont la fréquence
était de 7,5%.
Cette association avec les cryptorchidies concernait surtout les hydrocèles
(75%) et les hernies (25%).
ATTAL (4) dans sa thèse, retrouve une fréquence de 66,67% pour les
associations de cryptorclûdies avec les persistances du canal péritonéo-vaginal.
Pour lui ces associations se font dans 40% avec les hydrocèles et dans 26,67%
avec les hernies.
Chez nos patients la cryptorchidie intéressait le côté gauche dans 50%
des
cas et le côté droit dans 41,66%.
Ce qui différe peu des chiffres rapportés par A TTAL (4) qui avait retrouvé
dans sa série des cryptorchidies situées à gauche dans 47,5% et à droite dans
42,5%.
La position des testicules cryptorchides était inguinale dans 83,330/0 chez
nos patients, alors que ATTAL (4) , ne retrouvait cette position inguinale que
dans 34,09%.
Pour GALIFER (33) la hernie inguinale est associée à une cryptorchidie
dans 6% des cas.

57
D'aprés CANLORBE (18) l'association hernie inguinale et cryptorchidie
est relativement fréquente, elle se retrouve dans 130/0 des cas.
Nous avions également retrouvé une association de testicules oscillants et
de pathologies du canal péritonéo-vaginal dans 1,87% des cas.
Un cas d'agénésie testiculaire a été recensé dans notre série de cas, mais
nous émettons une réserve quant à la certitude du diagnostic. En effet d'après
WRIGHT (84) certaines atrophies testiculaires peuvent être prises pour des
agénésies testiculaires. Aussi pour parler d'agénésie du testicule, il faut avoir
retrouvé à l'extrémité inférieure du cordon spermatique Wle petite masse
constituée de tissu non testiculaire. Le diagnostic formel ne peut alors être fait
qu'après une biopsie et un examen histologique de cette masse. Ce qui n'a pas
été fait chez notre patient.
VANNEUVILLE (81) a retrouvé l'association de hernies inguinales avec
des hernies crurales et des hernies diaphragmatiques.
2.4.- Les manifestations cliniques
Le plus souvent, les pathologies du cana] péritonéo-vaginal s'étaient
manifestées sous forme de tuméfaction scrotale.
Nous retrouvons la tuméfaction scrotale dans 83, 12°/Û des cas.
Cette tuméfaction était le plus souvent réductible et non douloureuse ( 48,12%).
En outre elle intéressait dans 60% des cas le côté droit.
La tuméfaction inguinale quant à elle était retrouvée dans 14,37%.
Elle aussi était surtout réductible et non douloureuse (78,26%) et elle prédominait
également sur le côté droit (52,17%).
La vacuité permanente de la bourse, peu rencontrée (30/0) , était associée dans
80% des cas à Wle tuméfaction inguinale.
D'après GALTFER (33), les pathologies du canal péritonéo-vaginal dominées
par les hernies et les hydrocèles communicantes se manifestent le plus souvent
par une tuméfaction inguinale ou inguino-scrotale en général réductible et
indolore, beaucoup plus fréquente sur le côté droit.

58
Pour COMBEMALE (23) les pathologies du canal, surtout les hernies,
sont plus fréquentes au côté droit qu'au côté gauche.
ROWE (69) qui décrit les hernies inguinaJes retrouve une prédorrunance
du côté droit (60%) aussi bien chez les garçons que chez les filles.
2-5 Le diagnostic clinique
Nous avons constaté que panni nos cas de pathologies du canal
péritonéo-vaginal, les hydrocèles sont cliniquement plus fréquentes (53%).
Les hernies inguinales et inguino-scrotales étaient suspectées dans
32,5% des cas.
Quant aux kystes du cordon spennatique, leur diagnostic était posé
dans 7,5% des cas.
Dans 7% des cas le diagnostic posé était en faveur d'association de
pathologie du canal péritonéo-vaginal avec des cryptorchidies, des testicules
oscillants ou une autre pathologie du canal.
3.- LES EXAMENS COMPLEMENTAIRES
Nous constatons que le recours aux examens complémentaires
pour le diagnostic des pathologies du canal péritonéo-vaginal est peu courant
dans le service d'Urologie et d'Andrologie de l'H.A.L.D.
En effet c'est seulement dans 3,12% des cas qu'une échographie des
organes génitaux externes avait été demandé, révélant le plus souvent une
hydrocèle.
Cependant, l'échographie, si elle pennet d'apprécier aussi l'aspect
des testicules, ne pennet pas de préciser le caractére communicant ou non de
1'hydrocèle.
Nous notons que- ces échographies avaient été demandées dans les
premières années de notre étude.

60
4.- LE TRAITEMENT
4-1.- Le traitement médical
Il constitue la première étape de la prise en charge thérapeutique de
nos patients reçus avec une symptomatologie douloureuse, notamment lorsqu 'W1e
hernie inguinale compliquée est suspectée.
Ce traitement médical qui est palliatif, se fait dans l'attente d'W1e
cure chinrrgicale, et il est essentiellement constitué d'antalgique ou d' anti-
inflammatoire.
Dans quelques cas il a été administré aux patients W1 sédatif à faible
dose, ce qui a pennis W1e réduction spontanée ou manuelle de la tuméfaction.
GALIFER (33) propose, en cas de hernie compliquée, de procéder à
W1e sédation médicamenteuse apparentée à W1e prémédication pour calmer et
détendre l'enfant.
Parfois il Y est associé une vessie de glace qui est posée sur la région
inguino-scrotale.
D'après
HAROUCHI
(40)
certains
préconisent
après
l'administration de calmant, l'installation de l'enfant sur W1 lit fortement incliné,
tête en bas.
C'est souvent en post-opératoire immédiat qu'un traitement médical
à base d'antibiotique et d' anti-inflammatoire est institué.
4-2.- Le traitement physique
Il Y a eu recours, dans de rares cas, à une réduction manuelle d'une
tuméfaction inguinale ou inguino-scrotale douloureuse après administration de
calmant.
HAROUCHI (40) propose W1e réduction de la hernie étranglée sous
sédatif, suivie d'W1 maintien de la réduction par W1e pelote.

61
Pour lui, dans les petites hernies
intennittentes du nourrisson de
moins de six mois, le bandage herniaire peut entrainer une réduction de la hernie.
PELLERIN et coll.(63) quant à eux, précisent que les bandages
herniaires sont souvent irritants et n'ont qu'une action palliative, et que, du fait
du risque de compression du contenu herniaire extériorisé, leur utilisation est à
proscnre.
4-3. Le trai~~m~nt chirurgical
Avant l'âge de deux ans, l' abstension de toute cure chirurgjcale est
indiquée, en dehors des complications, car il y a une possibilité de fenneture
spontanée du canal péritonéo-vagjnal.
Pour certains auteurs comme COMBEMALE (23) et HAROUCHI
(40), le traitement chirurgjcal ne s'impose en cas de persistance du canal qu'au
delà de l'âge de un an.
a) Le temps pré-opératoire
Le traitemen~ chirurgjcal des pathologjes du canal péritonéo-vaginal
d'après PELLERIN et coll. (63) requiert :
- un bilan pré-opératoire classique
- un sommeil anesthésique calme, sans poussée abdominale
intempestive
- une bonne position opératoire, en décubitus dorsal
- une préparation soigneuse du revêtement cutané soumis à une
souillure quasi pennanente chez le jeune enfant.
Tous nos patients avaient bénéficié d'une anesthésie générale après
un bilan pré-opératoire.
La position opératoire avait été la même pour tous nos patients, le
décubitus dorsal.

62
b) L'acte chirurgical
La voie d'abord principalement utilisée chez nos patients, était la
voie haute.
La voie basse peu utilisée
(8,75%), dans les premières années de
notre étude, n'est actuellement plus utilisée.
Le geste chinlrgical le plus souvent utilisé, avait été la cure de la
persistance du canal péritonéo-vaginal. Cette cure consistait à ligaturer et
sectionner le canal.
Les autres cures effectuées avaient été :
- La herniotomie inguinale consistant en la ligature-section du sac herniaire au
niveau de son collet après dissection.
- La cure d'hydrocèle ayant nécessité, lorsque l'hydrocèle était volumineuse,
une ponction du contenu de la vaginale, suivie d'une résection ou d'un
retournement de cette dernière.
- La kystectomie du cordon spennatique par exérèse du kyste.
- L'orchidopexie qui avait été nécessaire dans les cas de testicules oscillants et
de
cryptorchidies
accompagnant
les
pathologies
du
canal
péritonéo-
vaginal.
Cette orchidopexie avait consisté, après abaissement du testicule
dans la bourse, en sa fixation in- Dartos.
En per-opératoire, il n'avait été noté aucune complication.
L'intervention chirurgicale dans les pathologies du canal péritonéo-vaginal est
bénigne. Correctement réalisée, elle permet d'éviter tout risque, notamment le
risque fonctionnel du testicule.
c) Le diagnostic à l'exploration chirurgicale
L'exploration au cours de l'intervention chirurgicale, avait pennis de
confirmer la prédominance des hydrocèles (48,7 50/0) comme retrouvée à l'examen
clinique.

63
Ces hydrocèles étaient
plus souvent communicantes (61,5% des
hydrocèles).
Les hernies quant à elles, étaient retrouvées dans 26,25% des cas et
étaient surtout inguino-scrotales (54,66%). Alors que les kystes du cordon
spermatique représentaient 8,12%.
Parmi les cas d'association retrouvés (16,870/0), nous avions noté
une prédominance des associations de persistance du canal avec des anomalies
testiculaires, notamment avec les cryptorchidies.
Parmi les autres cas d'association nous avions retrouvé:
des hernies associées à des hydrocèles communicantes ou non,
des hernies associées à des kystes du cordon spermatique,
et des hydrocèles non communicantes associées à des kystes du cordon
spermatique.
Ces cas associant deux patho10gjes du canal représentaient 5% de
nos patients.
DANFAKHA (25) avait
retrouvé
65,85% de
hernies,
3] ,7%
d'hydrocèles et 2,4% de kystes du cordon spermatique. Ce qui ne correspond pas
à nos résultats, puisqu'il avait noté une prédominance de hernies contrairement à
nous. En outre, il n'avait pas retrouvé de cas d'association entre deux pathologjes
du canal péritonéo-vaginaL
En ce qui concerne les hernies, COMBEMALE (23) décrit la
localisation inguinale comme étant la plus fréquente ( 60 à 80%).
Alors que dans notre série la localisation inguino-scrotale était la
plus fréquente (54,76%).
De même, nous avions retrouvé la prédominance du côté droit pour
les pathologjes du canal péritonéo-vagjnal.

64
d) Le délai d' hospitaJ isation
La majorité de nos patients avaient été opérés en hospitalisation de
jour. Seuls quelques nourrissons, bien que n'ayant présenté aucune complication
post-opératoire, avait bénéficié d'une hospitaJisation de 3 à 4 jours pour une
meilleure surveillance, et selon les convenances des parents.
D'après ROWE (68) , exceptés les nourrissons et les grands enfants
ayant Wl risque
cardiaque ou respiratoire, et d'autres désordres métaboliques
pouvant augmenter le risque de l'anesthésie, la plupart des patients avaient été
hospitalisés pendant 24 à 48 heures.
5.- L'EVOLUTION
5-1 Les suites post-opératoires immédiates
Quelques cas d'œdème scrotal (3,12%) avaient été retrouvés dans
l'évolution immédiate chez le patient.
Ceci pourrait s'expliquer par la technique chirurgicale par voie basse
utilisée chez la plupart de ces patients ou par l'absence de prise d'anti-
inflammatoire faute de moyens .
..;
~
PELLERIN (63)
pense que
les
réactions
œdémateuses
post-
chirurgicales seraient dues à un traumatisme ou à Wle infection de la région
inguin0-géni tal e.
D'après lui l'acte opératoire doit banir toute dissection inutile et
toute contusion appuyée par des pinces traumatisantes.
L'aseptie et l'hémostase rigoureuse sont aussi indispensables.
5-2.- Les récidives
De notre étude, il ressort un taux de récidive, d'environ 4,4%.
Ce taux de récidive qui est faible correspond surtout aux récidives
d'hydrocèles communicantes.

65
Un seul cas de ~écidive de hernie avait été retrouvé, alors que nous
nous attendions à une prédominance des récidives de hernie comme décrit dans la
littérature.
Cette fréquence de récidives d'hydrocèles avait été constatée malgré
la cure de la persistance du canal péritonéo-vaginal.
D'après ROWE (67), les récidives de pathologies du canal sont en
°
général rares, de l'ordre de
à 0,8°10, et intéréssent le plus souvent les hernies
inguinales.
GROSS (36) retrouve 12% de récidives sur une série de 25 patients.
Pour les hernies inguinales étranglées, le taux de récidives est en
général élevé, 30% d'après GALIFER (33). Ce qu'il explique par le fait que la
réaction inflanunatoire fragilise le sac herniaire qui se déchire facilement à la
moindre manipulation, et dont la réparation est très malaisée.
De plus cela rend difficile la herniotomie en cas d'étranglement
herniaire. Par contre si la herniotomie est différée de 48 à 72 heures après
l'épisode d'étranglement, au cas où la réduction est possible manuellement, le
taux de récidives est pratiquement nul.
5-3 Les séquelles
Les séquelles des cures de pathologie du canal péritonéo-vaginal
étaient pratiquement inexistantes dans notre série de patients, en dehors d'un cas
d'épaississement de cordon spennatique secondaire à une kystectomie faite par
voie haute.

66
CONCLUSIONS

67
Les pathologies du canal péritonéo-vaginal, sont des affections
congénitales dues à la persistance du canal au delà de la naissance.
Elles regroupent les hernies inguinales et inguino-scrotales, les
hydrocèles commW1icantes ou non et les kystes du cordon spennatique.
Notre travail est W1e étude retrospective portant sur 160 patients
opérés de pathologie du canal péritonéo-vaginal dans le service d'Urologie
et d'Andrologie de l'H.A.L.D. durant la période allant de Janvler 1990 à
Décembre 1996.
De notre étude il ressort que ces pathologies sans être rares, restent
peu fréquentes.
Elles intéressent surtout le sexe masculin, et se manifestent le plus
souvent entre un mois et neuf ans.
Leur
principale manifestation est la tuméfaction inguino-scrotale
réductible et non douloureuse.
Ces pathologies du canal péritonéo-vaginal sont plus volontiers
situées sur le côté droit.
Elles s'associent dans 16,9% des cas à des malfonnations.
Cryptorchidies et persistance
du canal
péritonéo-vaginal
sont
associées dans 7,5% des cas.
Le diagnostic de ces pathologies du canal a reposé essentiellement
sur l'examen clinique.
L'examen physique le plus souvent a retrouvé des hydrocèles et des
hernies.
Il y a eu dans 4,3% des cas des hernies compliquées, réduites
spontanément ou manuellement.
L'échographie des organes génitaux externes, demandée dans 3%
des cas, ne fait que confinner le diagnostic posé à la clinique.

68
Le traitement a consisté dans tous les cas à une cure chirurgicale
sous anesthésie générale.
La voie haute a été utilisée dans 91,25% des cas avec un abord
inguinal.
Cette cure chirurgicale a consisté le plus souvent en une ligature ;,.
section du canal péritonéo-vaginal.
L'exploration au cours de l'intervention chinlfgicale a penllls de
noter la prédominance des hydrocèles communicantes.
Les cryptorchidies retrouvées dans 7,5% des cas étaient légèrement
prédominantes à gauche.
Tous les patients ont bénéficjé en post-opératoire d'un traitement
médical constitué d'antibiotique et d' anti-inflammatoire.
La durée moyenne d'hospitalisation était de 24 heures.
La morbidité post-opératoire était faible . Elle se résumait en un
œdème scrotale dans 3% des cas.
Les récidives ont été peu fréquentes et concernaient surtout les
hydrocèles communicantes. Elles sont survenues le plus souvent un an
après la cure chirurgicaJ.e.
Les séquelles du traitement chirugical quant à elles sont très rares.
Nous pensons que la fréquence des pathologies du canal péritonéo-
vaginal, retrouvé dans notre étude, reflète peu la réalité.
Aussi, une meilleure infornlation des parents les aménerait à faire
exa.nllner plus souvent leurs enfants et partant, un meilleur dépistage des
pathologies du canal péritonéovaginal.

69
Cela pennettra d'apprécier la fréquence réelle de ces pathologies
chez les garçons mais aussi chez les filles, et d'assurer une prise en charge
précoce pour éviter toute complication ultérieure.

70
BIBLIOGRAPHIE

7I
1- AHMED S.
Abomino scrotal hydrocèle in a infant
Surgery, 1971, 70, 316-318
2- ALTMAN B.L AND MALAIVIENT M.
Carcinoma of the testis following orchiopexy
1. Droi. 1967, 97, 498
3- ATKINSON P.M.
A follow-up study of surgically treated cryptorchid patients
1.Pédiatr. Surg., 1975, 10, 115
4- ATTAL J.
La cryptorchidie: Etude épidémiologique en milieu scolaire dans la ville de Thiès
Thèse med DAKAR, 1994 , n° 22
5- ATWELL J.O.
Ascent of the testis : fa ct or fiction
British journal ofurology, 1985,57,4,474-477
6- AUVERT J
Les grosses bourses tumorales
Revue du praticien ,1957 ,7 ,25, 2738-2744
7- AUVIGNE J.
Hernies de la vessie
E.M.C. Rein, fasc 182117 AI0,1

72
8- BACKHOUSE K.M.
Embryology of testicular descent and madles
Cent.Urol.clin. N.amer. 1982, 9, 3 15
9- BACKHOUSE K.M.
Development and descent of testis
Eur. 1. Pediat., 1982, 139, 249-252
10- BARTONE F.F and SCHMIDT M.A.
Cryptorchidism: incidence of chromosomal anomalies in 50 cases
1. UROL., 1982, 127, 1105
11- BASTIANI F, GUYS J.M.
Canal péritonéo-vaginal : pathologies
Soins gynécologie, obstétrique, puériculture, pédiatrie,
1990,107,12-14
12- BENSOUSSAN A-L, LOPEZ- RUIZ P, BRAUN P,
BERTRAND R,
DUCHARME J. C.
La herniographie chez l'enfant. A propos de 1208 cas
Chirurgie, 1975, 101,376-386
13- BEVAN A.D.
The surgical treatment of the undescended testicle
J.A.M.A, 1903, 15, 153
14- BOURREAU M.
Hernies inguinales de l'ovaire
Rev. Prat., 1969, 19, 5, 595- .599

73
15- BRODMAN H.
Etiology of abdominoscrotal hydrocele
Urology, ]977, ]0, 564- 56)
16- BRONSTHER B, ABRAMS M. W, ELBOIM C.
Inguinal hemias in children - A study of 1000 cases and a review of the Iiterature
JAJJVVA,1972,27,524
17- In CADY J, KRON B.
Anatomie du corps humain, fasc. V
Edition 720, 1970, 30-3] .
18- CANLORBE P. et coll.
La crytorchidie
Arch. Fr. Pédiatr. 1974, 31, 145
19- In CENDRON J. ET SCHULMAN C.
Urologie pédiatrique
Flammarion Medecine- science, 1985, chap.25, 248-250
20- CHIGOT P.L ET SANANES P.
Ectopies testiculaires
E. M.C. Technique: Urologie Gynécologie 2
21- CLATWORTHY H.W.Jr, GILBERT M, CLEMENT A.
The inguinal hemia, hydrocele and undescended testicle problem in infants and
children
Prostgrad. Med .J., 1957,22,122.

74
22- CLELAND J.
The mecarusm of the gubemaculum testis.
Thesis, Edinbrugh, 1856
23- COMBEMALE B, TACCOEN P, COUSIN P.
Le canal péritonéo-vaginaJ : de l'embryologie à la pathologie
Lille chirurgical, 1978, 33, 6, 121-127
24- CORKERY J.H.
Staged orchiopexy : a new technique
1. Pediatr. Sur., 1975, 10, 515
25- DANFAKHA B.
Bilan de 5 ans d'activité d'une unité de chirurgie pédiatrique au sem de la
clinique chiruricale de l'H.A.L.D.
Thèse Méd. Dakar, 1983, n° 135
26- DUCHARME J.C, BERTRAND R, and CHACAR R.
Is it possible to diagnose inguinal hemia by X-ray ? A preliminary report on
herniography
1. Canad. Ass. Rad., 1967, 18, 448
27- DUCKETT J.W.
Treatment of congenital inguinal hernia
Ann. Surg., 1952, 135, 897

75
28- ELDER J.C.
Laparoscopy for impalpable testes: significance of the patent processus vaginalis.
l.uroI., 1994, 152, 776-778
29- ELDER J.C, ISAACS J.T and WALSH P.C.
Androgenic sensitivity of the gubemaculum testis: evidence for hormonal
mechanical interactions in testicular descent.
l. Drol., 1982,127,170
30- FIROR H. V.
Two stage orchiopexy
Arch. Surg., 1971, 102, 598
31- FLINN R.A and KING L.R.
Experiences with the midline trans-abdominal approach in orchiopexy
Surg. GynecoI. Obstet., 1971; 133, 285
32- FONKALSRUD E. W.
The undescended testis
CUlT. Prob. Surg., 1978, 15, 5
33-GALIFER R.B et BOSC O.
Les anomalies congénitales du canal péritonéo-vaginal
Pédiatrie, 1987, 42, 2, 103-109

76
34- GEHRING G.G, RODRIGUEZ F.R AND WOODDHEAD D.M.
Malignant degeneration of cryptorchid testis fol1owing orchidopexy
J. VraI., 1974, 112,354.
35- GILL B, KOGAN S, STARR S, REDA E, LEVITT S.
Signifiance of epididymal and ductal anomalies associated with maldescended
testes
J. Dral, 1989, 142, 556-558
36- GROSS R. E and JEWETT T. C. Jr.
Surgical experiences from 1222 operations for undescended testis
J.A.M.A., 1956, 160, 634
37- GUEYE S. M, BA M, NDOYE A, SYLLA C, FALL P. A, IVIENSAH A.
Cryptorchidie chez l'enfant sénégalais en âge scolaire
Andrologie, 1996, 6, 3, 287 - 291
38- HADZISELIMOVIC F.
Pathogenesis of crytorchidism
ln pédiatrie andrology, Kogan-S. J and Hafez E. S.E.
Martinus Nijhoff publishers, La Hague, 198]
39- HADZISELIMOVIC F, HERZO G. B, BUSER M.
Development of cryptorchid testis
Eur. J. Ped, 1987, 146 (supp1.2), 8-12

77
40- In HAROUCHI A.
Chirurgie pédiatrique en pratique quotidienne
Alinéa- Casablanca, 1989, 88-92
41- HARRISSON C.B., KAPLAN G. W, SCHERZ H.C and PACKER M.G.
Diagnostic
pneumoperitoneum
for
the
detection
of the
c1inically
occult
controlateral hemia in children
J. Drol, 1990, 144, 510-513
42- HOLDER T.M, ASHCRAFT K.W.
Groin hemias and hydroceles
In textbook ofpediatric surgery. Philadelphia, Saunders, W.B Co, 1980, 594
43- HUNTER J.A.
A description of the situation of the testis in the fœtus with its descent into the
scrotwn. ln observations on certain parts of the animal oeconomy
New Orleans, John J. Haswell and co, 1841, 42-50
44- JABOULAy M, PATEL M.
Hemies inguinales
Nouveau traité de chirurgie. Le Dentu A et Delbet P.
Librairie J.B. Bailliéres et fils, Paris 1908
45- JACOBSON C.E. Jr.
Midline approach to orchiopexy
J. Drol, 1966, 95, 74.

78
46- JANIK J.S, SHANDLING B.
The vulnerability of the vas deferent (II)
1. Pediatrie Surg., 1982, 17, 585-588
47- JOB J.C and GENDREL D.
Endocrine aspects of crytorcliidism
Uroi. Clin. N.Amer, 1982, 9, 353
48 - In KENNETH J. W.
Pediatrie Surg, 4th edition, volume 2
Year book medical publishers, JNC Chicago London
49- KESKIN E, YEKER D, DANISMEND N, BÜYÜKÜNAL C.
Pnewnoperitoine
diagnostique
per
opératoire
pour
les
hernies
inguinales
unilatérales des enfants
Chir. Pediatr, 1990, 31, 103-105
50- KIESEWETTER W.B.
Undescended testis
VV.Va.~ed. J, 1956,52,235
51- KIESEWETTE W. B.
Undescended testis. Surgery and its résults
Ann. Surg., 1971,37,20
52- KUCERA P.R, GLAZER J.
Hydrocele of the canal ofNück. A report of four cases
1.Reprod.~ed, 1985, 30, 5, 439-442

79
53- LARDAR M.
Le canal péritonéo-vaginal et sa pathologie
Rev.Prat., 1957,7,25,2717-2721
54- In LEGUERRIER A.
Nouveaux dossiers d'anatomie P.C.E.M. Abdomen
2ème édition revue et corrigée avec la collaboration de Mambini A. et de Milon J.
55- LOCKWOOD C.B.
Development and transition of the testis, nonnal and abnonnal
1. Anat. Physiol., 1888, 22 505
56- MARTIN D.C.
Malignancy in the cryptorchid testis
Dral. Clin. N. Amer., 1982,9,371
57- Mc LAUGHLIN C.W.Jr, KLEAGER C.
The management of inguiJ.lall:emia in infancy and early childhood
Am.J.Dis. Chil., 92, 266
58- MININBERG D. T.
The epididymis and testicular descent
Eur. J.Pédiat, 1987, 146 (suppl 2), 28-30
59- In MOLLARD P.
Précis d'urologie de l'enfant
Masson édition, 1984, 348-349

80
60- In NELATON
Eléments de pathologie chirurgicale tome IV
Genner Baillières édition, Paris, 1857
61- In OMBREDANNE L.
Précis clinique et opératoire de chirurgie infantile
Masson édition, Paris, 1949
62- In PANSKY B.
Embryologie hwnaine
Ellipses édition marketing, 1978, 268-282
63- In PELLERIN D. et Coll.
Techniques de chirurgie pédiatrique
Masson édition, 1978, 526-536
64- PERSKY L. and ALBERT D. J.
Staged orchiopexy.
Surg. Gynecol. Obstet., 1971, 132, 43
65-RAJFER J.
Honnonal regulation of testicular descent
Eur. J. Pédiat, 1987, 146 (suppl 2), 6-7
66- ROTHENBERG R.E, BARNETT T.
Bilateral hemiotomy in infants and children
Surgery, 1955,37,947-950

81
67- ROWE M. l, COPELSON K. W, CLATWORTHY H. W.
The patent processus vaginalis and the inguinal hemia
J Pediat. Surg., 1969,4,102-106
68- ROWE M. l, CLATWORTHY H. W.
Incarcerated and strangulated hemia in children
Arch. Surg., ]970, ]01, 136
69- ROWE M. l, CLATWORTHY H. W.
The other side of the pediatrie inguinal hemia
Surg. Clin. North Arn., ] 97], 51, ] 371
70- SAHA S. K.
Cordopexy : a new approach to the undescended testis
JUrol, 1983, 129,561
71- SAHARIA P. C, BRONSTHER B, ABRAHMS M. W.
Abdomino scrotal hydrocele. Case presentation and review of literature
J Pédiat. Surg., 1979, ]4,713-714
72- SANTULLI T. V, SHAW A.
Inguinal hemia : Infancy and childhood
JA.M.A., 1961, 176, 112
73- SCHECHTER J.
An investigation of anatomical mechanisms oftesticular descent
Thesis for Marsters of Arts degree, Johns Hopkins University, Baltimore, 1963

82
74- SCHMITT M, PEIFFERT B, MISCAULT G, BARTHELME H,
POUSSOT D, ANDRE M.
Les complications de la hemie inguinale chez le garçon
Chir. Pédiatr., 1987, 28, .19J-196
75- SCORER C.G and FARRINGTON G.H.
Congenital deformities of the testis and epididymis
Butterworths, Londres, 1971, ] 68-1 74
76- SHAFIK A.
Anatomy and function of scrotal ligament
Urology, 1977,9,65]
77- SNYDER W. H. Jr, CHAFFIN L.
Surgical management of undescended testes
J.A.M.A, ] 955, ] 57, 129
78- SNYDER W. H. Jr, GREANEY E. M. Jr.
Cryptorchidism
In Mustard W., Ravitch M.M., Snyder W.H.Jr, et col.
Pediatric surgery, Chicago, year Book, Médical publischers, 1969
79- SPARKMAN R. S.
Bilateral exploration in inguinal hemia in juvenile patients.
Review and appraisal
Surgery, 1962, 51, 393

83
80- TURPIN S, LAMBERT R. and QUERIN S.
Another « Rim Sign ». A patent processus vaginalis demonstrated by
Peritoneal Tc-99m Sc scintigraphy
Clinical Nuclear Medecine, 1994, 20, 8, 729-730
.,
81- VANNEUVILLE G , FABRE J. L, MERLE P, DALENS B,
TANGUY A.
Intérêt de la herniographie dans la conduite thérapeutique des hernies inguinales
de la fille
Chir. Pediat, 1983,24,95-99
82- WILLIAMS M. P. Land HUTSON J. M.
The history of ideas about testicular descent
Pediat.Surg.intem, 1991;6,180-184
83- WOLLEY M. M.
inguinal hemia
In pediat. Surg, yd ed., Edited by Ravitch M.M et coll.
Chicago, Year Book Médical Publishers, 1979, vol.2, chap.80, 815-825
84- WRIGHT J. E.
The « atrophic » testicular remnant. Atrophy or agenesis?
Pediat. Surg. lntem, 1986, ], 229-23]
85- ZIEGELBAUM M, KOVACH C and SIEGEL S.
The use of 99m Technetiwn in the diagnosis of patent processus vagjnalis
J.Urol, 1988, ]39,3,599-600

SERMENT D'HIPPOCRATE
" En présence des Maitres de cette Ecole, de mes chers condisciples, je promets
et je jure d'être fidèle aux lois de l'Honneur et de la Probité dans l'exercice de la
Médecine.
Je donnerai mes soins gratuits à l'indigent et je n'exigerai jamais un salaire au-
dessus de mon travail. Admis dans l'intérieur des maisons, mes yeux ne verront pas ce
qui s'y passe; ma langue taira les secrets qui me seront confiés, et mon état ne servira
pas à corrompre les moeurs ni à favoriser le crime.
Respectueux et reconnaissant envers mes Maîtres, je rendrai a leurs enfants
l'instruction que j'ai reçue de leurs pères."
"Que les hommes m'accordent leur estime SI Je suis fidèle à mes promesses.
Que je Sois couvert d'opprobre et méprisé de mes confrères si j'y manque".
************************************

VU
VU
LE PRESIDENT DU JURY
LE DOYEN
VU ET PERMIS D'IMPRIMER
LE RECTEUR DE L'llNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP - DAKAR