UNIVERSITE CHEIKH ANlA DIOP DE DAKAR
*****
FACULTE DE MEDECINE, DE PHARMACIE ET D'ODONTO-STOMATOLOGIE
*****
ANNEE 2001
Contribution à l'étude de l'herboristerie
traditionnelle sénégalaise :
Inventaire des plantes médicinales vendues dans les marchés
de Dakar et contrôle de qualité sur 170 échantillons
THE5E
POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR EN PHARMACIE
(DIPLÔME D'ETAT)
PRI:SENTI:E ET SOUTENUE PUBLIQUEMENT
LE 14 MAI 2001
PAR
Béllise DASYLVA
Née le 27 Août 1971 à Dakar (SENEGAL)
JURY:
PRÉSIDENT:
M.
Issa
LO
: Professeur
MEMBRES:
M.
Antoine
NONGONIERMA
: Professeur à la F.S.T
M.
Emmanuel
BASSENE
: Professeur
M.
Lamine
GUEYE
: MaTtre de Conférences Agrégé
D,RECTEUR DE THÈSE:
M.
Emmanuel
BASSENE
: Professeur
Co-D,RECTEUR :
M.
Modou
LO
: Assistant

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR
*****
FACULTE DE MEDECINE, DE PHARMACIE ET D'ODONTO-STOMATOLOGIE
*****
ANNEE 2001
ontribution a 1etude de 1herboristerie
traditionnelle sénégalaise :
Inventaire des plantes médicinales vendues dans les marchés
de Dakar et contrôle de qualité su..-170 échantillons
THE5E
POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR EN PHARMACIE
(DIPLÔME D'ETAT)
PRÉSENTÉE ET SOUTENUE PUBLIQUEMENT
LE 14 MAI 2001
PAR
Béllise DASYLVA
Née le 27 Août 1971 à Dakar (SENEGAL)
JURY:
PRÉSIDENT:
M.
Issa
LO
: Professeur
MEMBRES:
M.
Antoine
NONGONIERMA
: Professeur à la ES.T
M.
Emmanuel
BASSENE
: Professeur
M.
Lamine
GUEYE
: Maitre de Conférences Agrégé
DIRECTEUR DE THÈSE:
M.
Emmanuel
BASSENE
: Professeur
Co-DIRECTEUR:
M.
Modou
LO
: Assistant

@œ~W~~@~lJ~ @[g]~~~[g] ~~lJ& @~@~ @~ @&~
«««««««(
FACULTE DE MEDECINE DE PHARMACIE
ET D'ODONTOLOGIE
DECANAT & DIRECTION
((((((((((
DOYEN
M. Doudou THIAM
PREMIER ASSESSEUR
M. Cheikh Saad Bouh BOYE
DEUXIEME ASSESSEUR
M. Malick SEMBENE
CHEF DES SERVICES ADMINISTRATIFS
M. Assane CISSE
Fait, le 13 mars 2001

I-MEDECIN
LISTE DU PERSONNEL ENSEIGNANT PAR GRADE
POUR L'ANNEE UNIVERSITAIRE
2000-2001
PROFESSEURS TITULAIRES
***
M. José Marie
AFOUTOU
Histologie Embryologie
M. Mamadou
BA
Pédiatrie
M. Serigne Abdou
BA
Cardiologie
M. Salif
BADIANE
Maladies Infectieuses
M. Fallou
CISSE
Physiologie .
M. Moussa Fafa
CISSE
Bactériologie-Virologie
M. Fadel
DIADffiOU
Gynécologie-Obstétrique
M. Baye Assane
DIAGNE
Urologie
M. Lamine
DIAKHATE
Hématologie
+ M. El Hadj Malick
DIOP
O.R.L.
Mme Thérèse
MOREIRN
DIOP
Médecine Interne 1
M. Sémou
DIOUF
Cardiologie
M. Souvasin
DIOUF
Orthopédie-Traumatologie
M.Mamadou
GUEYE
Neuro-Chirurgie
M.Momar
GUEYE
Psychiatrie
M. Nicolas
KUAKUVI
Pédiatrie
M. Bassirou
NDIAYE
Dermatologie
M. Ibrahima Pierre
NDIAYE
Neurologie
+ M. Madoune Robert
NDIAYE
Ophtalmologie
M Mouhamadou
NDIAYE
Chirurgie Thoracique et
Cardiovasculaire
M. Mouhamadou Mansour
NDIAYE
Neurologie
Mme Mbayang NIANG
NDIAYE
Physiologie
+M.Mamadou
NDOYE
Chirurgie Infantile
M. René
NDOYE
Biophysique
M. Abibou
SAMB
Bactériologie-Virologie
+ Professeur Associé
& Personnel en détachement
# Personnel mis en Disponibilité

M.Mamadou
SARR
Pédiatrie
& Mme Awa
COLL!
SECK
Maladies Infectieuses
M. Seydina Issa Laye
SEYE
Orthopédie-Traumatologie
M. Dédéou
SIMAGA
Chirurgie Générale
M. Abdourahmane
SOW
Médecine Préventive
M. Housseyn Dembel
SOW
Pédiatrie
M. Mamadou Lamine'
SOW
Médecine Légale
M. Moussa Lamine
SOW
Anatomie
*M. Cheikh Tidiane
TOURE
Chirurgie Générale
M. Meïssa
TOURE
Biochimie Médicale
M.Pape
TOURE
Cancérologie
M. Alassane
WADE
Ophtalmologie
MA/TRES DE CONFERENCES AGREGES
* * *
M. Mamadou
BA
Urologie
M. Moussa
BADIANE
Radiologie
. M. Seydou Boubakar
BADIANE
Neuro-Chirurgie
M. Mohamed Diawo
BAH
Gynécologie-Obstétrique
M. Jean Marie
DANGOU
Anatomie-Pathologie
M. Abdarahmane
DIA
Anatomie
* M. Massar
DIAGNE
Neurologie
* M. Issakha
DIALLO
Santé Publique
M. Amadou Gallo
DIOP
Neurologie
M.Berrnard Marcel
DIOP
Maladies Infectieuses
M. El Hadj lbrahima
DIOP
Orthopédie-Traumtologie
M. Saïd Norou
DIOP
Médecine Interne II
M. Alassane
DIOUF
Gynécologie-Obstétrique
M. Raymond
DIOUF
O.R.L.
M. Babacar
FALL
Chirurgie Générale
M. Ibrahima
FALL
Chirurgie Pédiatrique
MmeMameAwa
FAYE
Maladies Infectieuses
M. Oumar
FAYE
Parasitologie
Mme Sylvie SECK
GASSAMA
Biophysique
M. Oumar
GAYE
Parasitologie
M. Lamine
GUEYE
Physiologie
M. Serigne Maguèye
GUEYE
Urologie
* Associé
& Personnel en détachement

M. Abdoul Almamy
HANE
Pneumophtisiologie
M. Abdoul
KANE
Cardiologie
M. Victorino
MENDES
Anatomie Pathologie
M. Jean Charles
MOREAU
Gynécologie
*M. Claude
MOREIRA
Pédiatrie
M. Papa Amadou
NDIAYE
Ophtalmologie
M. El Hadji
NIANG
Radiologie
*M. Youssoupha
SAKHO
Neuro-Chirurgie
M. Niama Diop
SALL
Biochimie Médicale
Mme Bineta
SALUKA
Anesthésie-Réanimation
M. Mohamadou Guélaye
SALL
Pédiatrie
M. Moustapha
SARR
Cardiologie
M. Birama
SECK
Pédopsychiatrie
M. El Hassanc
SIDIl3E
Médecine 1nterne Il
*M. Pupe Sulir
SOW
Mulndics IlIlccl icuscs
Mlllc lIuby SI( iNAT!':
SY
Pédinlrie
M. Chciekna
SYLLA
Urologie
M. Omar
SYLLA
I)sychiatrie
M. Doudou
THIAM
Hématologie
MA/TRES-ASSISTANTS
* * *
M. !':llladj Alllndoli
BA
( )phlllIIIIOlogil~
M. MOllssu
BA
Psychilll rie
M. Boubaear
('AMARA
I)édialrie
M. 1':llludj SOllleymanl~
('AMARA
()rt hopédie-Truumulologie
M. Cheikh Alullcd T. .
CISSE
Gynécologie-Obstétrique
Mme Marialllél Saliélou KA
CISSE
Médccinc Inlerne "
M, Andrl~ VlIlIWI\\
I>ANSOKIIO
( )rlIHlpcdie-' l'rllllllllliologie
Mille Anlll TAI.
DIA
Médeeille I)révelllive
+ M 1I1111hilllll
DIA< iNF
I)l'diall il'
M. Djihril
DI ALLO
(,ynéeologie-Ohsl él rÎ'lue
*M. Mame Thierno
DIENG
Dermatologie
M, Yémou
DII~NG
Pantsilologie
M. Ibrahima 13ara
DIOP
Cardiologie
M. Boucar
DIOUF
Médecine Interne 1(Nephrologie
M. Mamadoll I.alllilll'
DIOL'''"
Méde(.~illc IlIlerne 1
(,,,slrol (1Ilérologie
III'C'T.'Wllllc'l IIIi... c'II /)i'''l'cmihili(c'

M. Saliou
DIOUF
Pédiatrie
Mme Gisèle WOTO
GAYE
Anatomie Pathologie
*M. Mamadou Mourtalla
KA
Médecine Interne 1
M. Assane
KANE
Dennatologie
*M.Mouhamadou
MBENGUE
Médecine Interne 1
M Abdoulaye
NDIAYE
Anatomie-Chirurgie
Orthopédique
Mme Coura SEYE
NDIAYE
Ophtalmologie
M. Issa
NDIAYE
O.R.L.
M. Ousmane
NDIAYE
Pédiatrie
M. Alain Khassim
NDOYE
Urologie
M. Abdoulaye
POUYE
Médecine Interne 1
Mme Paule Aïda NDOYE
ROTH
Ophtalmologie
M. Abdoulaye
SAMB
Physiologie
M.Doudou
SARR
Psychiatrie
M. Amadou Makhtar
SF.('K
Psychiatrie
M. Gora
SECK
Physiologie
M.Ahmedlyane
SOW
Bactériologie-Virologie
Mme Hassanatou TOURE
SOW
Biophysique
M. Mouhamadou Habib
SY
Orthopédie-Traumatologie
M. Abdourahmane
TALL
O.R.L.
M.Alé
THIAM
Neurologie
ASSISTANTS DE FACULTE - ASSISTANTS
DES SERVICES UNIVERSITAIRES DES HOPITAUX
* * *
M. Boubacar Samba
DANKOKO
Médecine Préventive
M. Abdoulaye Séga
DIALLO
Histologie-Embryologie
M Alassane
DIATTA
Biochimie Médicale
M. Dialo
DIOP
Bactériologie-Virologie
M. Mamadou
DIOP
Anatomie (Cancérologie)
·M. Moctar
DIOP
Histologie-Embryologie
M. Saliou
DIOP
Hématologie
Mme Awa Oumar TOURE
FALL
Hématologie
Mme Marne Coumba GAYE
FALL
Médecine Légale
M. Oumar
FAYE
Histologie-Embryologie
M. El Hadj Alioune
LO
Anatomie (Organogénèse)
M.lsrnaïla
MBAYE
Médecine Légale
M. Kamadore
TOURE
Médecine Préventive
M. Issa
WONE
Médecine Préventive

CHEFS DE CLINIQUE - ASSISTANTS
DES SERVICES UNIVERSITAIRES DES HOPITAUX
* * *
Mme Aïssata LY
BA
Radiologie
M. Maguette
BA
Chirurgie Générale
Mme Marième GUEYE
BA
Gynécologie-Obstétrique
M. Momar Codé
BA
Neuro-Chirurgie
M. Mamadou Diarrah
BEYE
Anesthésie-Réanimation
Mme Elisabeth FELLER
DANSOKHO
Maladies Infectieuses
M. Ahmadou
DEM
Cancérologie
Mlle Marguerite Edith
DEMEDEROS
Ophtalmologie
Melle Ndèye Méry
DIA
Maladies Infectieuses
Melle Ramatoulaye
DIAGNE
Pédiatrie
M. Buy Karim
DI 1\\1.1.0
O.R.L.
M. Saïdou
DIALLO
Médecine Interne 1
M.Oumar
DIARRA
Chirurgie Générale
M. Charles Bertin
DIEME
Orthopédie-Traumatologie
M. Rudolph
DIOP
Stomatologie
Mme Sokhna BA
DIOP
Radiologie
Mme Anne Aurore SANKALE
DIOUF
Chirurgie Plastique
Mme Elisabeth
DIOUF
Anesthésie-Réanimation
Mme Fatou SENE
DIOUF
Neurologie
MPapaAhmed
FALL
Urologie
M. Oumar
KANE
Anesthésie-Réanimation
* M. Abdoul Aziz
KASSE
Cancérologie
Mme Aminata DIACK
MBAYE
Pédiatrie
M Philippe Marc
MOREIRA
Gynécologie obstétrique
M. Amadou Koura
NDAO
Neurologie
M. Cheikh Tidiane
NDIOUR
Maladies Infectieuses
M. Moustapha
NDIAYE
Neurologie
Mme Ndèye Maïmouna
NDOUR
Médecine Interne II
*M. Abdou
NIANG
Néphrologie
Mme Marie DIOP
NDOYE
Anesthésie-Réanimation
M. Ndaraw
NDOYE
Neuro-Chirurgie
M. Abdou
NIANG
Clinique MédicalelNéphrologie
Mme Suzanne Oumou
NIANG
Dermatologie
• Associé

Mme Anna
SARR
Médecine Interne II
MMoussa
SEYDI
Maladies Infectieuses
*M. Masserigne
SOUMARE
Maladies Infectieuses
Mme Aïda
SYLLA
Psychiatrie
M Mamadou Habib
THIAM
Psychiatrie
Mme Aïssatou Magatte
WANE
Ophtalmologie
ATTACHES CHEFS DE CLINIQUE
* * *
Mme Dieynaba DIA
DIOP
Pneuphtisiologie
ATTACHES - ASSISTANTS
* * *
~ Nafissatou NDIAYE
BA
Anatomie-Pathologie
~leFatou
DIALLO
Biochimie Médicale
Mlle Marème Hélène
DIAME
Physiologie
M. Papa
NDIAYE
Médecine Préventive
M. Jean Marc Ndiaga
NDOYE
Anatomie
• Associé

II - PHARMACI
PROFESSEURS TITULAIRES
* * *
. M. Doudou
BA
Chimie Analytique et Toxicolog
M. Emmanuel
BASSENE
Pharmacognosie
M. Cheikh Saad Bouh
BOYE
Bactériologie-Virologie
M. Alioune
DIEYE
Immunologie
• M. Babacar
FAYE
Pharmacologie-
Pharmacodynamie
M. Issa
LO
Pharmacie Galénique
• M. Souleymane
MBOUP
Bactériologie-Virologie
• M. Oumar
NDIR
Parasitologie
MAITRES DE CONFERENCES AGREGES
* * *
M.Mamadou
BADIANE
Chimie Thérapeutique
M. Mounirou
CISS
Toxicologie
M. Balla Moussa
DAFFE
Pharmacognosie
Mme Aïssatou GAYE
DIALLO
Bactériologie-Virologie
Mme Aminata SALL
DIALLO
Physiologie Pharmaceutique
M. Pape Amadou
DIOP
Biochimie Pharmaceutique
MAITRES-ASSISTANTS
***
*M Aynina
CISSE
Biochimie Pharmaceutique
M. Amadou
DIOUF
Toxicologie
Mme Rita BEREHOUNDOUGOU NONGONIERMA
Pharmacognosie
M. Matar
SECK
Pharmacie Chimique et Chimie
Organique
M. Oumar
TIDOUNE
Pharmacie Galénique
* Associé

ASSISTANTS
* * *
Melle Issa Bella
BA
Parasitologie
M. Mounibé
DIARRA
Physique Pharmaceutique
~eThérèse
DIENG
Parasitologie
*M. Amadou Moctar
DIEYE
Pharmacologie
M. y érim Mbagnick
DIOP
Chimie analytique
M.Macoura
GADR
Hématologie
M. Ahmédou Bamba K.
FALL
Pharmacie Galénique
& M. Djibril
FALL
Pharmacie Chimique et Chimie
Organique
M.Mamadou
FALL
Toxicologie
M.Modou
LO
Botanique
*M. Augustin
NDIAYE
Physique Pharmaceutique
M. Bara
NDIAYE
Chimie Analytique
*M.Mamadou
NDIAYE
Pharmacologie
Mme Maguette Dème SYLLA
NIANG
Immunologie-Biochimie
Mme Philomène LOPEZ
SALL
Biochimie Pharmaceutique
M.Mamadou
SARR
Physiologie Pharmaceutique
*M. Elimane Amadou
SY
Chimie Générale et Minérale
& M. Alassane
WELE
Chimie Physique
ATTACHES
* * *
M. William
DIATTA
Botanique
Mme Amy TIllAM
FALL
Chimie Analytique
MMor
GUEYE
Physiologie Pharmaceutique
M. Pape Madièye
GUEYE
Biochimie Pharmaceutique
~leEdwige
GOMIS
Pharmacognosie
M. Modou Oumou
KANE
Physiologie Pharmaceutique
M. Sarra
NGOM
Pharmacie Galénique
• Assistant Associé
& En Stage

III - CHIRURGIE DENTAIR
PROFESSEURS TITULAIRES
* * *
M. Ibrahima
BA
Pédodontie-Prévention
me
M
Ndioro
NDIAYE
Odontologie Préventive et SocÏl
MAITRES DE CONFERENCES AGREGES
* * *
* M. Boubacar
DIALLO
Chirurgie Buccale
M. Papa Demba
DIALLO
Parodontologie
me
M
Charlotte FATY
NDIAYE
Chirurgie Buccale
M. Malick
SEMBENE
Parodontologie
MAITRES-ASSISTANTS
* * *
*M. Falou
DIAGNE
Orthopédie Dento-Faciale
cIIe
M
Fatou
GAYE
Odontologie
Conservatrice Endodontie
M. Abdou Wahab
KANE
Odontologie
Conservatrice Endodontie
*M. Mohamed Talla
SECK
Prothèse Dentaire
~ Soukèye DIA
TINE
Chirurgie Buccale
M. Abdoul Aziz
YAM
Pédodontie
ASSISTANTS DE FACULTE
* * *
M. Abdou
BA
Chirurgie Buccale
~ Aïssatou TAMBA
BA
Pédontie-Prévention
~KhadyDIOP
BA
Orthopédie Dento-Faciale
M. Henri Michel
BENOIST
Parodontologie
M. Daouda
CISSE
Odontologie Préventive et Socia
~ Adam Marie A. SECK
DIALLO
Parodontologie
* M. Khalifa
DIENG
Odontologie Légale
* Maître Assistant - Associé

* M. Lambane
DIENG
Prothèse Dentaire
M"" Fatou
DIOP
Pédontie-Prévention
M. Abdoulaye
DIOUF
Parodontologie
M. Cheikh Mouhamadou M.
LO
Odontologie Préventive & Sociale
*M. Malick
MBAYE
Odontologie Conservatrice Endodontie
M. Edmond
NABHANE
Prothèse Dentaire
M Cheikh
NDIAYE
Prothèse Dentaire
M. Paul Dédé Amadou
NIANG
Chirurgie Buccale
M. Farirnata Youga DIENG
SARR
Matières Fondamentales
M. Babacar
TOURE
Odontologie Conservatrice Endodontie
M. Saïd Nour
TOURE
Prothèse Dentaire
ATTACHES
* **
M. Babacar
FAYE
Odontologie Conservatrice Endodontie
M. Daouda
FAYE
Odontologie Préventive et Sociale
M. Malick
FAYE
Pédodontie-Orthodontie
M. El Hadj Babacar
MBODJ
Prothèse Dentaire
M. Mohamed
SARR
Odontologie Conservatrice Endodontie
me
,....M ~ .Ratonmat.a.W{)p
~~unÂw
'-' Orlnotogupe.î.ooip.tNRtrire.F.nMrlnntip
• Assistant Associé


A VIEU ,out"P~
« Gloire à Toi au plus haut des cieux, et Paix sur la terre aux hommes que Tu aime»
AMEN 1ALLELUIA 1
« Aimez- vous les un les autres comme je vous aie aimés. A l'amour que vous aurez les uns les uns
pour les autres, tous reconnaîtrons que vous êtes mes disciples.»
JEAN Chap 13 verset 34- 35
A~parenZr
Papa et Maman , pour moi vous êtes la même personne
Vous m'avez toujours accorder votre amour, votre confiance et votre soutien.
Vous avez guidez mes pas dans la discipline, l'amour du travail, le respect du prochain, l'humilité.
Vous m'avez insuffler la volonté de se battre, la confiance en soi et la joie de vivre.
Pour tout cela, MERCI et que Dieu vous garde encore de longue année devant nous.
A l1Ul/ ~ mèr~IIlENE P/lETOli 80ISSY
je ne trouverais jamais assez de mots pour vous exprimer ma reconnaissance et ma profonde
gratitude pour tant de sacrifices consentis à mon égard depuis ma naissance jusqu'à aujourd'hui.
considère ce travail comme le tien, que dieu tout puissant vous garde longtemps avec nous. amen !
A I1Ul/gr~ mèr~Léoné"UU7Vanty 80ISSY
Modeste témoignage de ma profonde gratitude.
A ~gr~;œurJ~Ari4qt«l/
A ~peé"t4-;rèr~.·Je#m/8onner~ Pt"~,t(arceb.iun.i:<Jr; 1l~
Sans vous je n'aurait pas pu faire ce travail. Vous êtes ce qui m'est le plus cher au monde.
Je souhaite du fond de mon cœur que vous fassiez mieux que moi.
je prie Dieu pour qu'il nous aide à rester toujours une famille unie.
A ~peé"a-~;œur,t(J1U]/Ir~ N~ P~ 8E1lmOT et-Ja;
~
Je voudrais que ce travail t'encourage à faire toujours plus. Que la sainte famille du CHRIST veille sur
la tienne!
A I1't011/~VANTYPArIlICK VIO,t(PY
Ton soutien tout au long de la réalisation de cet œuvre ne m'ont jamais fait défaut. Dans mes
moments de peur et de doute, tu était toujours présent pour me réconforter et m'encourager, ce travail
est le tien.
Merci pour tout et que Dieu te soutienne dans tout tes entreprises.
A ~,~~,t(AIlIE ",OSE VIO,t(PY
Vous ne pouvait connaître toute l'aide que vous m'avez apportée, accepte ce travail comme le faible
témoignage de ma profonde gratitude.
Que la vie active vous comble de réussite et de bonheur.
A~~et-,~
Modeste gage de ma profonde gratitude.

A~~eé~
Puisse la miséricorde divine préserver ce lien spirituel et affectif qui nous lient et qui fait la fo"rce des
grandes familles.
A ~ruwlUt44 ~eéw~peé"t4'fi:4'eépeé"a-~~
Trouvez dans ce travail l'amour que je vous porte. Toutes ma tendresse et mon amour.
A ~ranée-,t(~A~1#U!/8ASSE I1ll?(jE1l
Pour vos conseils et vos encouragements, voit en ce travail le merci de ta fille.
A Daniel- ,t(IN(jl?lI eéAfI01'éou- l?céave- (jl?,t(IS
Sincères remerciements pour votre soutien.
A A~E~OllDIANE
Merci pour votre constante tendresse et votre soutien moral.
A InOrl/frére-eé a#U/ 8ernardN~CA,t(PA
LE
Nous avons fait ce cursus ensemble et tu as toujours su trouver les mots pour m'encourager dans les
moments de stress et de dècouragement. Merci pour tout ton soutien.
A KATYDIOliF
Que la belle amitié qui existe entre nous puisse perdurer à jamais.
A A1lIELLESENl?lI
Soyons toujours unie dans le christ. Que Dieu nous aide à garder pour très longtemps les liens
d'amitié qui nous unissent.
A A~Je1YI~~D~
Puisse notre amitié durer toute la vie.
A rour ~ a#U/ {~J. plus particulièrement: A Du!:y~NtiUyt~ AJO;SefJ~
MENDY erO~SENE
Soyez rassurés de mon amitié sincère.
A ~prornoé'~~t:le-L FNSllr:A~Mar~ 1loK.lz.a:y~
1lat11ata; Fatow 8tnéou, E!1tÛe5 A!>doula:Y~ Ibr~
Pour les moments passé ensemble.
A t"ous- ~ U14é"a-ut"eur.s-- eéprofèHeur.s--
C'est grâce à vous que ce travail à existé, considérez le comme le votre.

lEI
Aux Docteurs William DIAITA et Edwige GOMIS
Pour les enseignements dispensés avec compétence et amabilité,
pour vos observations et vos documents misent à notre disposition,
pour vos conseils et suggestions qui ne nous ont jamais manqués tout au long
de ce travail,
nous vous exprimons ici notre profonde gratitude.
Au maître- assistant Rita Béréhoundougou- NONGONIERMA
Votre gentillesse et votre soutien ne nous jamais fait défaut. Nous vous en
remercions profondément.
A Sékou Emile SONKO merci.
A Régis Namard DIOMPY, qui, avec spontanéité 1 a mis à notre disposition
tout le matériel nécessaire à la saisi de ce travail. Sincères remerciements.
A Gilbert OUDIANE
A tout le personnel du laboratoire de Pharmacognosie et botanique: en particulier
à Michael BASSENE.
A tout le personnel du laboratoire de chimie organique.

A tout le personnel du laboratoire de chimie analytique: en particulier à Eloi
SARR
" n'est hélas pas possible d'évoquer ici, les noms de tous ceux qui, à des
degrés divers, ont contribué de prés ou de loin, à la réalisation de ce travail.
Que tous ceux que nous avons nommés et ceux que nous n'avons pas
nommés, soient assurés de nos sentiments de sincère reconnaissance.

~®© ~& IJŒ{~© .
Œ~ ~M®~®

A notre maître et président de jury,
le Professeur Issa Lô
Malgré vos multiples occupations, vous nous avez fait un
grand honneur en acceptant de présider cette thèse, Puisse-
t- il répondre à votre attente.
Nous
avons
garder
de
très
bons
souvenirs
de
vos
enseignements clairs et riches.
Trouvez ici le témoignage de notre reconnaissance.
A notre maître et directeur de thèse,
le Professeur Emmanuel BASSENE
L'occasion nous est enfin offerte pour vous exprimer notre
profonde gratitude. C'est un plaisir de travailler avec vous,
nous avons été séduit par votre simplicité, votre gentillesse et
votre abord facile.
Votre généreuse disponibilité et vos qualités intellectuelles
font de vous un maître estimé et respecté.
Nous vous remercions d'avoir accepté de diriger ce travail.

A notre maître et juge,
le Professeur Antoine NONGONIERMA
Nous avons été touchés par la spontanéité avec laquelle vous
avez accepté de contribuer à l'évaluation de notre travail.
Vous nous avez accueillie et informé avec beaucoup de
gentillesse et de patience
Soyez assuré de notre reconnaissance et de nos sincères
remerciements.
A notre maître et juge,
le Proftsseur Lamine GUEYE
Le plaisir que vous nous avez fait en acceptant de siéger dans
notre jury de thèse, nous rassure sur l'importance que vous
accordez à ce travail.
Nous
vous
prions
d'agréer
le
témoignage
de
notre
reconnaissance et de notre hommage respectueux.
A notre co- directeur le Docteur Modou Lô
Nous n'aurons jamais assez de mots pour traduire le
sentiment que nous vous portons.
Nous sommes très honoré de la confiance que vous avez
placé
en
nous
pour
nous
proposer ce
sujet
et
très
impressionné de la manière dont vous nous avez guidée dans
la réalisation de ce travail.
Pour votre disponibilité, votre vos qualités humaines et votre
pédagogie
Profonde gratitude.

rlf~:~~;:~~~~~'~'~~'~;~'~'i"~';'~'~~~;';~'i'~'~';"'1'~.
Il~ "mises dans les dissertations qui lui seront présentées 'il
~.
:
of
i:
ï~! doivent étre considérées comme propres a leurs m
~,l::
j=:
~j' auteurs et qu'elle n'entend leur donner aucune :~i
@::
~:~
~~! approbation ni improbation.
l~i
l(~.:
.. :
f~::
]:!
:~~~~~~~.~~~~~.~~.~~~~~~~~~~.~~~~~~~~~~,~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~.~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~:

SOMMAIRE
PAGE
INTRODUCTION
1- eTUDes BIBLIOGRAPHIQUeS
1.1 CADRE PHYSIQUE ET ECOLOGIQUE DU SENEGAL--------------------4
1. 1. 1 Cad re physiq ue-----------------------------------------------------------------4
1. 1.1.1 Le relief et les sols-------------------------------------------------------4
1.1.1.2 Le réseau hydrographique--------------------------------------------4
1. 1.1 .3 La végétation-------------------------------------------------------------5
1.1.2 Les domaines phytogéographiques-------------------------------------5
1.2 SITUATION SOCIO-ECONOMIQUE DU SENEGAL------------8
1. 2.1 Données démographiques --------------------------------------------------8
1.2.2 Données écon omiq ues-------------------------------------------------------8
1.2.3 Don nées sanita ires-----------------------------------------------------------8
1.3 FLORE MEDICINALE DU SENEGAL------------------------------------------10
1.3.1 Historique des recherches éthnopharmacologiques
et chimiques -------------------------------------------------------------------10
1.3.2 Recensement des plantes médicinales du Sénégal -----------------11
1. 3.3 Situation des espèces méd icina les vu 1nérables ----------------------12
1.3.3.1 Contexte biophysique -------------------------------------------------13
1.3.3.2 Contexte socio-économique ----------------------------------------14
1.3.3.3 Contexte institutionnel -------------------------------------------------16
1.4 L'HERBORISTERIE TRADITIONNELLE AU SENEGAL-----------------19
1.4.1 Situation et importance du secteur de l'herboristerie----------------19
1.4.1.1 Aspects socio-économiques -----------------------------------------19
1.4.1.2 Dans le système de santé -------------------------------------------19

1.4.1.3 Aspects législatifs pharmaceutiques -------------------------------20
1.4.2 Les espèces médicinales vendues dans les marchés--------------21
1.4.2.1 Eléments d'enquêtes disponibles ----------------------------------21
1.4.2.2 Répertoire des espèces commercialisées -----------------------22
1.5 PROBLEMATIQUE DE LA CONSERVATION ET
DU STOCKAGE DES DROGUES VEGETALES ---------------------------23
1. 5.1 Les objectifs de la conservation ------------------------------------------23
1.5.2 Les contraintes de la conservation -------------------------------------24
1. 5.2.1 Eléments externes ----------------------------------------------------24
1.5.2.2 Eléments internes
25
1.5.2.3 Autres éléments -------------------------------------------------------26
1.5.3 Les méthodes et matériels de conservation ---------------------------26
1.5.3.1 Les méthodes de conservation -------------------------------------27
1. 5.3.2 Les matériels d'emballage et de stockage -----------------------28
1.6 LE CONTROLE DE QUALITE SUR LES DROGUES
ET MATIERES PREMIERES VEGETALES --------------------------------31
1.6. 1 Exa men bota nique ------------------------------------------------------"-----31
1.6.2 Examen physico- chi mique ----,.--------------------------------------------32
1. 6.3 Dosage des pri nci pes actifs ------------------------------------------------32
1.7 CO NCLUS 1ON ----------------------------------------------------------------------35
II. TRAVAUX PERSONNELS
11.1 BUT ET CADRE DE L'ETUDE -------------------------------------------------36
Il.2 METH 0 DO LOG 1E -----------------------------------------------------------------37
11.2.1 ENQUETE SUR LES MARCHES DE DAKAR ----------------------37
11.2.1.1 Choix des marchés et échantillonnage -------------------------37
Il.2.1 .2 Questionnaire ----------------------------------------------------------37

II. 2.1 .3 Difficu Ités rencontrées -----------------------------------------------38
Il.2.2 ESSAIS BOTANIQUE ET DOSAGES GENERAUX ----------------40
Il.2.2. 1 Matériel -------------------------------------------------------------------40
Il.2.2.2 Méthodes ---------------------------------------------------------------40
11.3 RESULTATS ET DISCUSSIONS ----------------------------------------------42
11.3.1 DEPOUILLEMENT DE L'ENQUETE -----------------------------------42
11.3.1.1 Résultats chez les herboristes -------------------------------------42
11.3.1.2 Résultats sur les espèces commercialisées -------------------46
Il.3.1.3 Discussion -------------------------------------------------------------55
11.3.2 LES ESSAIS ET DOSAGES ----------------------------------------------59
11.3.2.1 Résultats des essais botaniques ----------------------------------59
11.3.2.2 Résultats des dosages de l'eau et des
Ce ndre s tota1es--------------------------------------------------------63
Il.3.2.3 Discussion --------------------------------------------------------------68
CONCLUS ION -------------------------------------------------------------------------.----74
BI BL1OG RAP HIE -------------------------------------------------------------.------------80
ANNE)(ES ------------------------------------------------------------------------------------8E>

Pages
-Tabl. 1: Projection de la population sénégalaise de 1998 à 2010--------------9
-Tabl. Il : Liste des espèces officiellement protégées au Sénégal---------------18
-Tabl. III : Les espèces médicinales retrouvées dans les marchés
Sénégalais -----------------------------------------------------------annexe III
-Tabl. IV: Répartition des marchés et herboristes dakarois
sélectionnés dans l'étude --------------------------------------------------39
-Tabl. V: Caractéristiques socio-démographiques de la population
d'étude ----------------------------------------------------------------------------~3
-Tabl. VI : Les paramètres d'identification des herboristes-------------------~4
-Tabl. VII: Profil de carrière des herboristes------------------------------------------~5
-Tabl. VIII: Liste des 140 espèces rencontrées------------------------------------~9
-Tabl. IX: Analyse des types biologiques de prélèvement identifiés------------51
-Tabl. X : Etudes statistique des parties et organes d'échantillons prélevés-51
-Tabl. XI : Temps d'exposition des échantillons sur les étalages-----------------52
-Tabl. XII : Mode d'approvisionnement--------------------------------------------------52
-Tabl. XIII: Liste des espèces médicinales rares citées
par les herboristes----------------------------------------53
-Tabl. XIV: Liste des espèces les plus demandées par les clients--------------54
. -Tabl. XV : Statistique des espèces contaminées------------------------------------64
-Tabl. XVI: Résultats des dosages sur les feuilles -----------------------------------64
-Tabl. XVII: Résultats des dosages sur les poudres -----------------------------65
-Tabl. XVIII: Résultats des dosages sur les racines --------------------------------66
-Tabl. XIX: Résultats des dosages sur les écorces ---------------------------------66
-Tabl. XX : Résultats des essais comparatifs sur les poudres ----------------67

LES ACRONYMES
SIGNIFICATION
- A.C.C.l.
Agence de Coopération Culturelle et Technique
- C.C.T.A.S.
Centre Communautaire de Technologie
Appropriée pour la Santé
- O.lJ.A.-C.R.S.T.
Organisation de l'lJnité Africaine 1 Centre de
Recherche Scientifique et Technologique
- lJ.I.C.N.
lJnion Mondiale pOLir la Conservation de la
Nature
LES SIGLES
SIGNIFICATION
- ENDA
Environnement Développement Action
- FAO
Food Agriculture Organisation
1- IFAN
Institut Fondamental d'Afrique Noire
Annexe 1: -Fig.2 : Pluviométrie annuelle moyenne au Sénégal
Annexe Il : Répertoire des espèces médicinales du Sénégal
Annexe III : Liste des espèces et ressources médicinales retrouvées sur les
marchés de Dakar et des villes du Sénégal
Annexe IV : Liste des herboristes visités et échantillons achetés sur les
marchés
Annexe V : Questionnaire
Annexe VI: Les différentes plantes et parties étudiées dans les essais
de qualités
Annexe VII : Résultats des dosages effectués sur les échantillons

~lNtRODllCrJON

1
INTRODUCTION
Les plantes médicinales sont utilisées dans tous les pays. Dans les
pays développés, elles fournissent, dans la plupart des cas, la matière
première pour la préparation industrielle des dérivés chimiques purs et
spécialités
pharnlaceutiQues.
Dans
beaucoup
d'autres
pays
en
développement, elles sont utilisées sous forme brute d'extraits ou
d'infusés servant de base à presque toutes les formes galéniques et
thérapeutiques (tisanes, décoctés, digestés, pommades, onguents... ).
La médecine moderne comme la médecine traditionnelle ont donc
recours à l'herboristerie. Cette profession commerciale est très ancienne
car de tout temps on a cueilli des plantes en vue d'une utilisation
thérapeutique.
Historiquement, chez les Grecs, les herboristes ou
«rhizotomes» se distinguaient déjà des «pharmacopoles », alors que
chez les latins les «herborii » s'opposeront aux «pharmacotribes » selon
NETIEN G (1974). Ce n'est qu'au cours du Moyen Age que la profession
s'organisera; en France elle sera soumise au serment des Apothicaires
par Philippe VI, le 22 mai 1336.
Aujourd'hui encore, en Afrique et plus particulièrement au Sénégal,
cette opposition entre herboristes et pharmacopoles est notable, mais
c'est surtout le paradigme posé par la médecine et la pharmacopée
traditionnelle qui montre plusieurs niveaux de préoccupations liées:
-
à la connaissance des réserves médicinales et leur déQradation; en
particulier les ressources minérales, animales et végétales;
-
aux facteurs de dégradation et exigences de conservation durable;
-
aux acteurs institutionnels et aux capacités de prise en charge en
soins de santé primaires;

2
-
à l'ouverture d'opportunités des marchés d'affaires sur le plan
régional et international, ainsi que la qualité et la connaissance
des revenus générés par les ressources et espèces médicinales.
En définitive, le recours à cette pharmacopée traditionnelle
d'origine végétale qui nous préoccupe au premier chef, nous permet
d'explorer cinq hypothèses de recherche :
1) Est-il directement subordonné à un enrichissement des acteurs
de la filière commerciale?
2) Est-il directement subordonné à la pauvreté croissante des
populations?
3) Est-il une alternative crédible à long terme?
4) L'offre est-elle mesurable (quantifiable dans l'espace/temps) ?
La demande et l'offre sont-elles modélisables ?
5) Peut-on réellement asseoir une politique de soins de santé et
d'industrialisation du secteur de la pharmacopée sur un tel projet
de développement?
Au SénéQal, le PNDS/PDIS (Plan National de Développement
Sanitaire et Social/Programme de Développement Intégré du
Sénégal)
a
pour
objectif
à
travers
le
programme
de
la
phytopharmacopée de la Direction de la Pharmacie de : faire
l'inventaire exhaustif des plantes médicinales dont les vertus sont
reconnues, dégager les caractéristiques des sols recommandés pour
leur culture, procéder à la révision des textes législatifs relatifs à
l'exercice de la médecine traditionnelle et à l'herboristerie.
Les réponses apportées à ces questions devraient permettre
une meilleure prise en charge du secteur par les acteurs eux-mêmes
et par les institutions dirigeantes.

3
Dans ce travail, nous avons tenté d'apporter notre modeste
contribution en essayant d'identifier les caractéristiques
socio-
démographiques des herboristes, de faire l'inventaire des drogues
végétales proposées dans les marchés des villes du Sénégal et
principalement la région de Dakar, d'évaluer leur qualité sur la base
d'un échantillon randomisé de 170 éléments.
Ce travail sera divisé en deux parties:
- La première partie consistera en une étude bibliographique
permettant de donner un aperçu global de l'état des
ressources
végétales
médicinales
et
d'aborder
la
problématiQue de la conservation et du contrôle de la Qualité
des drogues végétales.
- La deuxième partie consacrée à nos travaux personnels, sera
constituée par une série d'enquêtes effectuées dans douze
marchés de 8akar, et d!essais de qualité réalisés à partir d!un
échantillon randomisé.


4
1-1- CADRE PHYSIQUE ET ECOLOGIQUE DU SENEGAL
La végétation naturelle du Sénégal comme celle des autres
régions du globe, est particulièrement déterminée à la fois par la
situation géographique, les particularités climatiques, la nature des
sols et l'environnement.
Le Sénégal s'étend sur une superficie de 196.722 km2 entre 12°
et 17°30' de latitude Nord et 11 °30' et 17° 30' de longitude Ouest. Il se
situe en grande partie dans la zone climatique sahélo-soudanienne
(35)(29).
1-1-1-Cadre physique: (23)(53)(35)
1-1-1-1- Relief et sols:
Le relief est globalement plat et faiblement élevé vers l'est,
l'altitude étant inférieure à 50m sur 75% du territoire et inférieure à
100m sur 90%. A l'extrémité Sud-Est, le massif du Fouta Djallon
culmine à 581 m d'altitude.
L'intérieur se distingue par la présence des plaines argilo-
sableuses, tandis qu'au Nord-Guest des cordons de dunes littorales
isolent des dépressions humides appelées Niayes. Les sols, à l'Est du
pays, sont à tendance ferralitiques ou latéritiques.
1-1-1-2- Réseau hvdroQraphiQue :
Du Nord au Sud, deux 'fleuves importants occupent les positions
limitrophes: Le Sénégal 1700km et la Gambie 1130km.
Le Saloum (120km) draine les eaux de la partie centrale du
pays
alors
que
la
Casamance
(300km)
arrose
les
régions
méridionales.

5
1-1-1-3- La végétation :
Elle varie considérablement d'un point à un autre du pays en
fonction du gradient climatique. Les différentes formations rencontrées
sont la steppe, la savane, et la forêt dense (cf. fig.1).
1-1-2- Domaines phytogéographiques : (53)(24)(29)
Au Séné~al. la température; la pluviométrie et les vents ont
déterminé, par le passé, trois grands domaines durant la normale
1930-1959 avec des secteurs intermédiaires:
• le domaine sahélien et le secteur sahélo-soudanien (isohyète
300 à 500mm) :
Il intégrait le delta du Sénégal, la basse vallée,
le secteur
sahélo-soudanien avec la vallée sèche du Ferlo. La végétation est
caracterîsee par des 1ermations ouvertes domlnees par:
Acacia
nilotica, A.. senegal, A. seyal, A. adansonii,
Balanites aegyptiaca,
Cassia italica, Calotropis procera, Commiphora africana.
• le domaine soudanien et les secteurs soudano-sahélien et
soudano-guinéen (isohyète 500 à1000mm) :
Il constitue les deux tiers du territoire dont la limite Sud
correspond à la ligne Banjul-Kolda. La végétation est de type savane
boisée
à
forët
sèche,
caractèrisèe
par:
Sterculia
setigera,
Pferocarpus
erinaceus,
Khaya
senegalensis,
Cordyla
pinnata,
Combretum
sp,
Bombax
costatum,
Parkia
biglobosa,
Cassia sieberiana.
• le domaine guinéen et le secteur guinéo-soudanien (isohyète à
plus de 1000mm)

6
Combretum
sp,
Bombax
costatum,
Parkia
big/obosa,
Cassia sieber'iana.
• le domaine guinéen et le secteur glJinéo-soudanien (isohyète à
plus de 1000mm)
Le climax est une forêt demi-sèche dense. La végétation est
caractérisée
par:
Parinari
exce/sa,
Erythroph/eum
guineense,
Detarium
senegarense,
Baefs
gUiheense,
Afzel7a
africana,
L[ppia chevalieri.
Cependant,
au
cours
des
trente
dernières
années,
le
déplacement des isohyétes vers le sud a sérieusement joué sur la
composîtîon tTorfsfîque et ra végétafîon d-es zones septentrfonares,
assurant ainsi la paupérisation de ces trois domaines avec la
disparition de certaines espèces de la flore primitive. (cf. fig. 2 en
annexe 1).
En effet, au Nord, certaines espèces végétales qui ne sont pas
rares à l'échelle du pays, voient leur peuplement régresser d'année en
année; cas d"u « raitfur » : Cass/a Ifalica, ne faissant ra prace qU"à un
tapis herbacé et à des espèces le plus souvent utilisées dans le
reboisement telles que: Euca(yptus camaldulensis, Prosopis chi/ensis,
Azadtrachta /nd/ca.

Au Sud, le massif forestier de la région guinéenne a laissé, par
endroits la place a des lambeaux de forêts denses dégradées et des
boiS sacres avec ta présence dU palmier a huite (Elaeis guineens/s).

7
........._~
Végétation
0 - - -.... ••• ..
~,...~
.............


RIiI••JM'IIe1111'...lIÏIIiin.J

fr.ll...... 1 ~ tl1l1l "00
II
sil
IOiltll\\
\\
&1"" 'ilfètafn dtnlliwlIIIIIs
~.:'] MJ1tJè 1H1;;t~,,~!
C] ~...-ntt*",i~"'"
.'-H l"IlIIr/IMM !~!
CO] """"',C't>",.f1lmllm'lln:l
Eill: Rta~~ __p~
rmœ; ~..",; l$ooi<...rl
L3
r--:~'l ~~~.
(~=::r~.ÙIltt'
;$
L:........:J ~ ~---..-.....
~;~J hMm <fI1IifI" lKMl
C;i '""- ~'*' lit...!
[[21 hm8Mj1tMu!/lllril

8
1-2- SITUATION SOCIO-ECONOMIQUE AU SENEGAL
1-2-1 Données démographiques: (18)(19)(23)
Selon le dernier recensement ~énéralj la population séné~alaise
était évaluée à 6.896.808 habitants avec un taux de croissance de
2,7% par an pour la période de 1976 à 1988.
Cette population est estimée à environ 9,5 millions d'habitants
en 2000 et sera de 12,2 millions en 2010, soit un taux de croissance
démographique de 2,9%. La région dakaroise qui occupe 0,3% du
territoire national, abrite 22% de la population, soit une densité de
2707 habitants au Km2 (cf. tableau 1).
Le
rythme
d'accroissement
rapide
de
la
population
est
principalement dû à la forte fécondité (ISF de 6,0 enfants par femme
en 1992-1993) et à la mortalité en baisse, bien que toujours élevée.
1-2-2- Données économiques:
L'économie sénégalaise a été marquée au cours de la décennie
1980 et au tout début des années 1990 par une faible performance
économique. Globalement le PIB (PrOduit Intérieur Brut) réel a
enregistré une tendance à la baisse passant de 3,8% l'an entre 1979
et 1983 à 2,6% de 1989 à 1992. Toutefois avec les réformes qui ont
suivi la dévaluation, la croissance annuelle du PIS a été de 2% en
1994,4,8% en 1995 et était estimée à 5% en 1996 (37)(16).
1-2-3- Données sanitaires:
Elles permettent de mesurer les pro~rammes de santé et
d'identifier les groupes à risque. La mortalité infantile est restée
stable entre 1988-1992 et 1992-1997 à 68%. La mortalité juvénile
(1 à 4 ans) passe de 68 à 76%. Le taux de natalité est de 48%.

9
Les principales causes de morbidité et de mortalité que sont le
paludisme (51%), les maladies diarrhéiques (11%) et les maladies
cardio-vasculaires
(7,8%) devraient perdurer; et 44% de la
population n'ont pas accès à l'eau potable et 80% évacuent leurs
eaux usées dans la nature (35).
Tableau 1: Projection de la population dakaroise de 1998 à 2010 :
SENEGAL
Région de Département
Département
Année
Dakar
Dakar
Pikine
1998
9.037.906
2.164.806
860.113
1.0«0~
2000
9.525.089
2.324.929
899.568
1.150.735
2002
940.046
1.264.292
1100028066412049805281
1
110.552.801 1-2-.5-8-0-.2-0-3-T1--9-8-1.-5-14---;---1.-3-85-.-95-5-
2004
1
2006
11.094.903
2.871.864
1.024.084
1.515.889
1
2008
11.650.589
3.072.660
1.067.016
1.653.764
2010
12.209.985
3.280.179
1.109.485
1.798.398
Source: Ministère de l'économie, des finances et du plan: direction de la
prévision et des statistiques

10
1-3- FLORE MEDICINALE DU SENEGAL
1-3-1- Historique des recherches ethnopharmacologiques et
chimiques: (32)(58)
Dès la deuxième moitié du XV siècle, avant même les
premières recherches botaniques sur la flore en Afrique, le Sénégal
était bien connu des occidentaux pour un produit de cueillette
médicinal: la gomme arabique produite par Acacia senegal.
Mais les plantes médicinales proprement dites n'intéressaient
encore que timidement les naturalistes africanistes. Vers le milieu du
*VII siècle, un autre produit d~exportation du Sénégal le «kino»
pterocarpus erinaceus se retrouvait sur le marché européen. Le suc
d'exsudation de l'écorce était utilisé comme astringent.
Le pharmacien LEPRIEUR (30) signalait dans la «florae
senegambiae » les propriétés de certaines plantes médicinales dont:
Cassia sieberiana
(purgative);
Khaya
senegalensis (fébrifuge);
Tinospora bakis (diurétique); Acacia adansonii (scorbut, dysenterie) ;
Gochlospermum tinctoriUm (aménOrrhée).
Armand CORRE (9)(10) publia de nombreuses notes où il
signalait les propriétés antinévralgiques du « benfala» Cymbopogon
giganteus, astringent du «gonakié» Acacia nilotiea. tomentosa, et
antidiarrhéiques du « neb neb» Acacia nilotica adansonii ).
SAMBUC (23), dans sa thèse sur la flore et la matière de la
Sénégambie, s'efforçait de déterminer les caractères organoleptiques
et la dispersion géographique de certaines espèces médicinales
sénégalaises.

11
Emile PERROT (23) travaillait sur les Mitragyna, séné, la cola,
les Bombax et les gommes d'acacia.
De nos jours en dehors des travaux portant sur la botanique et
l'ethnobotanique sénégalaise des auteurs suivants: A.CHEVALIER
(8), TROCHAIN (51), R.P. BERHAUT (6)(7), J.P LEBRUN (32), J.G
ADAM et KERHARO (30)(31), des études sur les plantes médicinales
ont été réalisées sur le plan national par:
- l'Université Cheikh Anta DIOP avec la faculté de Médecine et
Pharmacie dans le cadre des thèses de doctorat;
- les organismes tels que ENDAI Santé, UICN ... (20)(22)
Sur
le
plan
africain,
l'ACCT
a
dirigé
des
expéditions
ethnobotaniques à partir des années 1990 dans beaucoup de pays.
Les résultats de ces recherches sont rassemblés dans une banque de
données informatiques appelée NAPRALERT ou le réseau PHARMEL
(57). (Cf. travaux Pro ADJANOHOUN et al. de l'A.C.C.T (1 )(2)(3)
1-3-2- Recensement des plantes médicinales du Sénégal:
Sur la base des explorations botaniques effectuées dans le
pays entre 1960 et 1996, J.KERHARO et J.G. ADAM (30), PENSO
(47)et A.D.FALL (23) ont réalisé des travaux répertoriant les espèces
médicinales au Sénégal.
La compilation de FALL rappelle que sur un potentiel floristique
de 2500 espèces végétales, les drogues recensées au Sénégal
représentent 24% soit 592 espèces réparties dans 106 familles
botaniques.

12
PENsa dans sa com.pilation sur la flore médicinale mondiale
(10.000 espèces largement utHisèes) faisait ètat de 51 espèces
médicinales seulement crtées au Sénéga"; ce qui peut para41tre
contradictoire «à priori ». Mais ce travail de PENSa n'était basé Que
sur une compilation incomplete d'ouvrages sur la Q.uestion et non pas
sur des enquêtes d"e terrafn réactualisées, à l'ëpoque.
Ainsi environ 600 plantes médicinales ont été répertoriées,
auxquelles nous avons ajouté celles ayant été étudiées ultérieurement
par La (59) et WADE (53) (Cf. annexe Il).
1-3-3-
Situation
des
plantes
médicinales
vulnérables
au Sénégal: (40)(17)
Au Sénégal les études menées sur l'évolution de la flore et du
couvert végétal ont mis en évidence la vulnérabilité de certaines
espéces surtout médfcfnafes.
En effet fa plüpart d"es d-rogues
végétales utilisées par les thérapeutes et les populations pour se
soigner se trouvent dans les formations naturelles. Ces formations,
comme dans tous les pays sahéliens, subissent une dégradation de
plus en plus 'flagrante sous l'influence de plusieurs facteurs.
La poussée démographique, la situation économique, les
pélorations climatiQ.ues, le rôle loué par les institutions luridiques dans
ra gestfon de nos ressources naturelTes ... , sont autant d-e facteurs quf
contribuent
globalement
à
la
dégradation
accélérée
de
ces
ressources. Tout cet ensemble de facteurs agit sur trois principaux
contextes qui sont: biophysique, socio-économique et institutionnel.

13
1-3-3-1- Contexte biophysique:
Trois principaux facteurs biophysiques sont à l'origine de la
dèprèciation:
{>- La sécheresse et la désertification :
Elles sont traduites par:
-
une forte mortalité des espèces médicinales ligneuses les moins
résistantes ( c'est le cas de Parkia big/obosa).
-
une
modification
de
la
composition
floristique
de
la
strate herbacée : l'exemple de la zone dite sylvo-pastorale
( ferlo) est très iIIustratif.
Les
arbustes
indicateurs
de
dé~radation
comme
Ca/otropis procera se multiplient de façon frappante tandis que les
formations d'Acacia senega/ subissent une forte mortalité et que
Da/bergia me/anoxy/on, Sc/erocarya birrea et Grewia bic%r tendent à
disparaître (23)(15).
{>-
La
faiblesse
de
la
régénération
des
plantes
médicinales:
C'est la conséquence d'une forte exploitation forestière des
produits ligneux, des défrichements et des pratiques pastorales
destructrices (52). Selon différentes sources concordantes, le taux de
prélèvement des ressources naturelles est de loin supérieur à leur
capacité de renouvellement.
Au Sénégal oriental, nous avons une progression des espèces
arbustives au détriment des grands ligneux avec une particularité
notable
qui
est
l'importante
mortalité
du
«dimb»
nommé
Cordy/a pinnata dans la partie Nord de la région.

14
Cette plante médicinale est en plus exploitée pour la fabrication
et l'exportation de tam-tam appelé "Djimbé" (15).
-} Baisse de la fertilité des sols :
Elle est due à une activité agricole intense, une extension
incontrêlée des emblavures et à l'abandon de plus en plus nette de la
jachère forestière : c'est la cas dans le bassin arachidier avec la
monoculture de l'arachide.
1-3-3-2- Contexte socio- économique :
Les facteurs incriminés sont liés tant à la démographie qu'à des
techniques agro-pastorales inappropiées.
1) L'explosion démographique et l'augmentation de la
demande en plante médicinale:
En 1988 la direction des eaux et forêts a estimé les besoins
nationaux en phyto-médicaments traditionnels à 1700 tonnes de
produits divers ( 'fruits et gousses, exsudats, feuilles, écorces, racines,
divers... ).
Calculés sur la base d'un rythme de croissance démographique
de 3% par an (18), ces besoins passeront à 2312 tonnes en 2000 et à
3000 tonnes en 2010.
Nous pouvons aisément apprécier la pression énorme que les
plantes de la phyto-pharmacopée subissent dans cette partie du Sahel
en proie a la désertl'ncatlon.

15
2) Techniques d'exploitation inappropriées et l'extension
des activitès agro-pastorales :
Les
techniques
d'exploitation
agricoles
entraînent
des
défrichements désordonnés des champs et la coupe sauvage des
ressources
forestières.
Ainsi
des
espèces
telles
que
Fagara xanthoxyloïdes et Bridelia mierantha sont pratiquement
saccagées sur le territoire national (17).
La récolte d'une racine ou de l'écorce d'un ligneux vivant
présente souvent un danger pour celui-ci dans la mesure où les
récolteurs ne maîtrisent pas toujours les techniques de récolte
permettant d'éviter la mort du végétal. C'est le cas du :
« kelle »= Grewia bie%r
« dank »= Detarium mieroearpum
« dimb })= Cordyla pinnata
« loro »= Fieus iteophylla
L'activité pastorale pourrait également menacer les ressources
végétales, surtout dans les zones où l'élevage est la principale activité
économique des populations qui s'y trouvent (zone sylvo-pastorale).
Au Sénégal, l'ensemble du cheptel ruminant était estimé à
10.960.000 de têtes en 1998. L'effectif bovin progressant légèrement
de 0,5% par rapport à 1997 avec 2.912.000 de têtes, par contre les
caprins et les ovins connaissent une progression de 3,5% avec
globalement 8.048.000 de têtes. Ce cheptel est assez mobile selon la
disponibilité des pâtura~es et de l'eau; et se nourrit de ~ellnes feuilles
(35).

16
Cependant, cette menace n'est pas très quantifiable surtout
pour les ligneux. On note lors des migrations du cheptel, en période
de saison morte surtout, une certaine pression sur des espèces
médicinales telles que Balanites aegyptiaca (ramené à l'état de
pousses au ras du sol) et Cassia ita/ica.
En définitive, une question de recherche opérationnelle pourrait
être menée en direction du cheptel herbivore et de son impact sur la
paupérisation de la biodiversité végétale voire même du rôle des
caprins dans la disparition de certaines espèces médicinales.
1-3-3-3- Contexte institutionnel:
Deux types de facteurs pourraient, selon nous, expliquer ce
«rush naturaliste»:
1- Incohérence des politiques et stratégie de gestion des
terroirs:
Depuis
1960,
le
cadre
institutionnel
a
connu
plusieurs
réadaptations et réformes ayant des influences certaines sur la
gestion des ressources naturelles. La principale innovation fut la
création des communautés rurales et conseillers ruraux (loi 96-07 et
son décret d'application 96-1135 relatif à la santé) (15).
A travers ces séries de réformes juridiques et institutionnelles, le
gouvernement entend transférer davantage de responsabilités aux
collectivités locales dans le cadre de leur auto-développement.

17
2-
Disparition
des
structures
traditionnelles
de
conservation de la nature:
En effet, avec la perte du culte des « Bois sacrés» et des
interdits alimentaires, pour les besoins économiques du «village
planétaire »,
l'homme
d'Afrique
n'accorde
plus
que
peu
de
signification aux valeurs traditionnelles et spirituelles passées.
Toute
fois,
il
faut
noter
que
l'évolution
des
situations
écologiques, sociales et institutionnelles depuis plus de 15 ans, a
conduit à un ajustement progressif de la politique forestière.
Les
objectifs de cette politique sont la limitation et le contrôle de
l'exploitation forestière (36).
A cet effet, certaines espèces forestières, présentant un intérêt
particulier du point de vue économique, botanique, culturel et
écologique, sont soit partiellement, soit intégralement protégées par le
code forestier. Parmi ces espèces, nous retrouvons des plantes
médicinales (cf. tableau Il).

18
Tableau Il : Liste des espèces officiellement protégées au Sénégal
Q
Espèces intégralement protégées
.
Noms sc:entifique~
; Nonls c9mmuns
,~.:' . .
. .
,
Baneto
95-357
Indét.
95-357
Karité
95-357
Mboul
95-352
Santanforo
95-357
Alom
95-357
Sehoulou·
95-357
Bahia
95-357
Dabenia
95-357
Palmier doum
95-357
Dialabane .
95-357
Q
Espèces partiellement protégées
1- Acacia raddiana
Seing
98-164
2:' Acacia senegal
Vereck
95-357
3- Adansonia diqitata
Baobab
95-357
4- Afzelia africana
Linke
95-357
5- Borassus aethiopum
Ronier
95-357
6- Ceiba pentandra
Fromager
95-357
7- Chlorophora reqia
Tomboiro noir
95-357
8- Cordyla pinata
Dimb
95-357
9- Faidherba albida
Cad
95-357
J.Q.- Khaya seneaa/ensis
Caïcedrat
95-357
11- Morinaa o/eifera
Nebeday
98-164
12- Prosopis africana
Ir
95-357
1.3- Pterocarpus erinaceus
Véne
95-357
14- Sc/erocarrya birrea
Beer
95-357
15- Ta marindus indica
Tamarinier
95-357
16-ZayphuSfnauritiana
Sidem
95-357
17 - Grewia bie%r
Kel
...
. ..
..
98-164
.-
.
_... __ .-'._ ..
-- -------_.-
Sourcu : DEFCCS ; loi n" 98/ 03 du 08/01/98 décret n" 98/164 du
20/02/98

19
1-4- L'HERBORISTERIE TRADITIONNELLE AU SENEGAL
1-4-1 Situation et importance économique du secteur de
l'herboristerie traditionnelle: (52)(37)(17)
1-4-1-1- Aspects socio-économiques:
Au Sénégal le commerce des plantes médicinales fait vivre
assez modestement les herboristes. Leurs chiffres d'affaire mensuels
avoisinaient le salaire mensuel du sénégalais moyen, il était de l'ordre
de 50.000 F CFA dans certains marchés urbains en 1996 selon FALL
(23).
Cette herboristerie est génératrice de main d'œuvre avec les
récolteurs, les grossistes, les détaillants. Avec la crise économique et
la cherté des médicaments modernes qui en a résulté, ce secteur se
taille une part de plus en plus importante dans l'économie populaire
ou informelle.
C'est pourquoi le nouveau projet initié par l'UICN 1 Enda- santé
et le GRPM (Groupe de Recherche sur les Plantes Médicinales) de
l'Universite Gheikh Anta E>iop vise à approfondir certaines questions
de recherche opérationnelle dans un processus durable (21).
1-4-1-2- Dans le système de santé :
Devant la diversité et l'utilisation massive et spontanée des
plantes médicinales par les populations, les phytothérapeutes et les
divers acteurs de la filière, le Ministère de la santé et le Ministère de
l'Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la
Technologie tentent, à travers des programmes de recherche-action,
d'intégrer harmonieusement les végétaux dans le système de santé.

20
Ils sont aidés en cela par des ONG comme ENDAISANTE, par
l'UICN et par l'Université Cheikh Anta DIOP à travers le département
de Pharmacie et le Groupe de Recherche sur les Plantes Médicinales
(GRPM).
A ce titre, il a été initié et mis en œuvre de nombreuses pistes de
réflexion et quelques centres d'expérimentation (Ex : Malango à
fatick; eeîA5 à Yeumbeul) ; l'hopital traditionnel de Keur Massar.
Une
collaboration
entre
Enda/santé
et
le
GRPM
à
l'Université Cheikh Anta Diop a permis de faire des essais de
fabrication et de distribution de médicaments à base de plantes
médicinales: (5)
-
Guiera senegalensis : « nguer tisane» et sirop de nguer ;
-
Euphomia hirta : « mbaltisane » ;
-
Cassia italica : « laxatisane ».
Le choix de ces plantes a été motivé par l'intérêt de leurs propriétés
en santé publique. Elles sont distribuées par certaines officines de
Pharmacie (13).
1-4-1-3- Aspects législatifs pharmaceutiques:
Un véritable marché informel de ressources médicinales existe
au Sénégal, même si les limites restent à préciser. Or, il n'existe
pratiquement pas de dispositions réglementant la formation des
herboristes, la cueillette ou la commercialisation des drogues; si ce
n'est le code forestier dans ses
grandes
lignes
qui
soumet
l'exploitation des produits forestiers à des fins commerciales, à des
taxes et redevances (58)(59).

21
En effet, la plupart des produits sont de précieux auxiliaires
dans le traitement de certaines maladies. Les produits contrôlés
concernent: les fruits divers, les gommes, les produits transformés et
façonnés, les feuilles, les écorces et racines diverses.
Cependant,
l'estimation
des
tonnages
récoltés
par
les
phytothérapeutes et les herboristes reste à parfaire dans le détail des
espéces commercialisées et dans la redéfinition des fOnctions
exercées par ceux-ci (59).
Le texte devant régir ce secteur est au stade de projet de loi
relatif à l'autorisation et à la réglementation de l'exercice de le
médecine traditionnelle (17)(52).
1· 4· 2- Les espèces médicinales vendues dans les marchés
1-4-2-1- Eléments d'enquêtes disponibles:
Le Sénégal dispose d'intéressantes
ressources
végétales
utilisables à des fins médicinales. Très peu de travaux relatifs au
recensement des espèces vendues sur les marchés sénégalais ont
été publiés. Nous citerons:
- l'inventaire réalisé par KERHARO en 1976 sur les plantes
médicinales vendues sur les marchés des villes (31). L'auteur faisait
état de 75 espèces sur un total de 542 plantes médicinales
répertoriées dans son ouvrage sorti en 1974 (30). Certaines de ces
espèces sont exportées à l'étranger et reviennent au Sénégal sous
forme de spécialités pharmaceutiques (ex: Sterculia setigera).
- en 1977, LÔ et MAYNART (58) ont effectué des enquêtes sur les
marchés Saint- Louisiens de SOR et réalisé un rapport de mission non
publié qui porte sur 31 espèces médicinales répertoriées.

22
- DIAGNE (12) en 1988 a recensé 173 espèces médicinales
app1artenant à 53 familles dans le seul marché de Tiléne à DAKAR
- Lê (59) à travers les neufs régions,
ont recensé 184 espèces
médicinales identifiées sur 42 étalages d'herboristes de 20 grands
marchés urbains du Sénégal.
1-4-2-2- Répertoire des espèces commercialisées :
De ces différents enquêtes nous avons établi un répertoire que
noUis avons complété avec les résultats de nos propres investigations
(tableau III en annexe III) .
Ce répertoire proposé ne saurait prétendre être exhaustif mais il
inci1te à la réflexion sur la place des plantes médicinales dans le
système sanitaire global.

23
1-5-
PROBLEMATIQUE
DE
LA
CONSERVATION
ET
DU
STOCKAGE DES DROGUES VEGETALES (26)(39)(41)(43)
Les dérivés de plantes médicinales, comme toute drogue,
préparation officinale ou médicament spécialisé, doivent répondre aux
normes générales de conservation et de stockage, aux différentes
étapes de la récolte à la distribution. C'est un matériel biologique
fragile et complexe dont nous connaissons mal ou pas du tout les
mécanismes d'action thérapeutique: à priori, il y a tout à gagner à
respecter l'état, la structure et la composition chimique, en rapport
avec l'activité pharmacologique de l'espèce végétale en question.
1-5-1 Objectifs de la conservation :
Les plantes médicinales contiennent différentes parties (tige,
feuille, racine ... ) qui ont la fragilité des substances constituées d'eau,
de sucres, de protéines, de mucilages, de tanins, de flavones,
d'enzymes et d'éléments minéraux et organiques etc. Ces plantes
récoltées, l'objet de la conservation est double.
~ Assurer à la plante ou partie de plante la permanence de
ses caractères organoleptiques immédiats.
Ces caractères sont l'expression ou le témoignage de qualité
d'une drogue ou partie utilisée: odeur, saveur, couleur, toucher,
formes et autres aspects morphologiques. Les précautions, les
surveillances et les contrôles aux stades de culture, de récolte, de
séchage, et de stockage participent au respect de cette permanence
des caractères biochimiques reels et organoleptiques du vegetal.

24
Le vieillissement des aliments et substances vé~étales brutes
tend à atténuer et à faire disparaître ces caractères: l'odeur vire et
s'estompe; la couleur s'évanouit; la saveur s'évade.
Ce vieillissement est accéléré dans le cas des drogues coupées
ou pulvérisées avec une augmentation considérable de la surface
spécifique de la drogue.
~ Assurer à la plante la permanence de sa composition
chimique.
Elle
peut
être
tenue
pour
responsable
de
l'activité
thérapeutique connue. Cette stabilité, indiscutablement liée à celle des
caractères organoleptiques, concerne les essences, les glucosides et
alcaloïdes et l'ensemble des produits entrant dans les chaînes de
réactions métaboliques de la cellule végétale.
Notons que certains enzymes biochimiques peuvent jouer un
rôle très important dans la stabilité des drogues et poudres végétales.
1·5·2· Les contraintes de la conservation: (42)(24)(33)
Les éléments qui s'opposent à la conservation des drogues
végétales, en général, sont d'origine et de nature très multiples.
1-5-2-1- Eléments externes :
• dégâts causés par les rongeurs, acariens et autres
insectes xylophages :
Lorsqu'elles sont fraîches et de belle qualité, les drogues
végétales sont l'objet de convoitises alimentaires de la part de ces
prédateurs. Parmi ces derniers, certains sont silencieux préférant les
racines, lesquelles sont vites perforées et réduites en poudre.

25
• Les rayonnements visibles et ultra violets
Ils
induisent et
entretiennent
des
réactions
d'oxydation,
d'hydrolyse et de polymérisation qui modifient et donc altèrent les
drogues.
• L'humidité et la sécheresse de l'air ambiant:
Une
humidité
importante
et
permanente
favorise
le
développement des champignons (moisissures), mais aussi une
siccité trop forte de l'air rend fleurs, feuilles et autres organes cassants
et pulvérisables au moindre contact.
• Micro-organismes et poussières pollution industrielle
Ils se déposent sur les drogues dont la surface spécifique est
très importante.
1-5-2-2- Eléments internes:
• L'eau:
Cette eau, tant qu'elle subsiste en quantité suffisante (à10%),
potentialise les dégradations enzymatiques. Il survient donc des
oxydations, des polymérisations et des racémisations pouvant affecter
les principes actifs des végétaux.
• Les enzymes ou ferments :
Elles sont de nature protéique, solubles dans l'eau et insolubles
dans l'alcool. Leur optimum d'action est plus souvent situé entre 20° et
50°C.

26
Dès l'arrachage et au moment de la mort du végétal, les
enzymes font subir à la drogue des transformations pouvant aller
jusqu'à
la
putréfaction,
se traduisant
extérieurement
par des
changements de couleur, de consistance, de saveur, d'odeur...
1-5-2-3- Autres éléments:
Ces éléments sont surtout liés au traitement subi par les
drogues:
• Traitement manuel avec le triage, mise en bouquet,
mélanges, mondage manuel.
• Traitement mécanique avec le compactage en botte,
coupe, tamisage, dépoussiérage, etc.
En
définitive,
tous
ces
facteurs
se
conjuguent
et
se
potentialisent jusqu'à l'altération de la drogue qui perd ainsi son
identité médicinale.
1-5-3- Les méthodes et matériels de la conservation (26)(42):
La plante fraîchement récoltée contient une proportion importante
d'eau variable avec l'organe considéré. Les graines et 'fruits secs ont
la teneur la plus faible comprise entre 5 et10%; les écorces
renferment
30-50% d'eau; les feuilles de 60-90%; les racines
tubercules, rhizomes de 70-80%; les fleurs jusqu'à 90%; les fruits
charnus entre 80-90% d'eau.
Les plantes sont rarement utilisées à l'état frais, d'où l'intérêt
des techniques de conservation.

27
1-5-3-1- Les méthodes de conservation :
~ La dessiccation :
C'est l'une des techniques les plus anciennement utilisées. Elle
conduit à l'inhibition enzymatique et est basée sur le principe qu'en
dessous d'une certaine teneur en eau (5%), les actions enzymatiques
ne se produisent plus et la conservation se fait par déshydratation.
Gette dernière doit ëtre aussi rapide que possible, elle ne doit pas être
poussée trop loin car la plante ou le produit deviendrait cassante, et
dans certains cas, hygroscopique (43)(41).
En effet, il n'est possible ni souhaitable de disposer de drogue
exempte d'eau. L'eau liée aux mucilages, aux protides et à de
nombreuses autres composantes n'est pas éliminée lors d'un séchage
dans les conditions normales.
Grâce à la pharmacopée française, européenne et surtout
africaine, il existe des méthodes standardisées qui tiennent compte de
la stabilité des principes actifs des drogues.
On distingue deux types de dessiccation:
* par la chaleur;
Elle est réalisée Qrâce au séchaQe qui est une méthode
physique ayant pour but l'élimination plus ou moins poussée et par
évaporation, d'un liquide volatil contenu dans un produit et dans des
conditions qui respectent l'intégrité de ce produit. Elle peut se faire
sous différentes conditions: à l'air libre, à l'ombre et sous abri; à l'air
chaud.

28
* Par le froid ou cryodessiccation ou lyophilisation;
Cette technique a été essayée sur diverses drogues. Ces
dernières ont en général un bel aspect mais il peut y avoir des
altérations et surtout des pertes de substances volatiles. Elle est
coûteuse.
-<} La stabilisation :
Elle conduit à la dénaturation irréversible des enzymes.
Différents procédés de stabilisation peuvent être employés:
- destruction des enzymes par l'alcool bouillant;
- emploi de la chaleur humide avec soit la vapeur d'eau, soit la
vapeur d'alcool ;
- emploi de la chaleur sèche (étuve~
- autres procédés : l'utilisation des rayons ultraviolets ou les
courants de haute fréquence.
La stabilisation est une opération coûteuse et délicate. Elle ne
peut être d'ailleurs applicable pour toutes les plantes surtout pour les
drogues à principes actifs volatiles. Lorsqu'elle est bien réalisée, elle
constitue une excellente méthode de conservation des drogues
(43)(42).
1-5-3-2- Les matériels d'emballage et de stockage (42)(26)(33)
Les principes de base hérités des pharmacopées française et
africaine peuvent servir de référence à notre étude.
Au cours du stockage, les drogues doivent être préservées des
différents facteurs extérieurs (humidité, lumière, rongeurs, divers
insectes, acariens, champignons).

29
Les drogues très sensibles à l'humidité doivent être conservées
dans des récipients hermétiquement fermés et souvent en présence
de déshydratant. La lumière décolore certaines drogues, en fait brunir
d'autres. Aussi les lieux de stockage doivent être frais, sombres, bien
ventilés avec de l'air sec.
En définitive le matériel de stockage doit répondre à certains
critères:
- ne pas donner d'odeurs aux plantes (c'est le cas des matières
plastiques ou cartons collés) ;
- ne pas capter de produits volatils des plantes : les matières
plastiques
et
les 'films
polyéthylènes
sont
à éviter car
perméables à la vapeur, ce qui humidifie la plante et entraîne la
pourriture ;
- pouvoir supporter des inscriptions ou des étiquettes lisibles
jusqu'à épuisement du contenu (sac de papier à éviter) ;
- le récipient doit être étanche.
Selon ces critères, les récipients recommandables sont : le
grès, le verre, la porcelaine, la faïence, les métaux à surface non
oxydable, papier 6ellophane et carton inodore. Malheureusement, le
prix élevé de la plupart de ces récipients en limite l'emploi, si ce n'est
en officine de Pharmacie.
Pour les stockages prolongés, il est conseillé d'insuffler un peu
d'azote, qui en chassant l'air du récipient et ajoute une chance
supplémentaire de bonne conservation.

30
Notons enfin que la durée de stockage de la matière première
brute ou la date de péremption des drogues végétales conditionnées
en vrac est de l'ordre d'un à deux ans selon les espèces et le type de
conditionnement
Dans l'herboristerie traditionnelle sénégalaise, nous essayerons
de comprendre à travers les éléments d'enquête (2ème partie) les
principales contraintes à l'amélioration
du conditionnement des
produits.

31
1-6-
LE
CONTROLE
DE
QUALITE
DES
DROGUES
ET
MA11ERES PREMIERES VEGETALES (55)(11 )(33)(26):
La notion de Qualité des produits et espèces médicinales
destinées à la consommation, grâce au codex et manuels de
référence modernes, est de plus en plus affinée. La drogue étant bien
identifiée, étiquetée et désignée, la partie utilisée est alors définie
(tige, racine, feuille ... ).
Sa qualité est contrôlée par l'examen botanique, la recherche de
critère physico-chimique et le dosage des principes actifs permettent
de tester l'activité pharmacologique spécifique. Le protocole suivi dans
les différentes pharmacopées modernes est toujours le même.
1-6-1- L'examen botanique:
Les caractères organoleptiQues et l'étude morphologique sont
des éléments importants pour une première approche. Aucune espèce
n'étant identique à une autre, sa falsification ou substitution est
souvent possible mais détectable (25).
Lors de l'examen morphologique, il faut rechercher les matières
étrangères (débris minéraux, parties étrangères à la drogue). La
présence de ces éléments dénote un manque de soins lors des
différents stades de traitement: récolte, tri, séchage, conditionnement.
Lorsque les drogues sont brisées, incisées ou pulvérisées, l'examen
macroscopique est parfois impossible. Un examen microscopique est
alors effectué. Dans ce cas on peut faire une étude micrographique de
la section transversale d'une drogue, ou alors examiner la poudre
(42).

32
1-6-2- Examen physico-chimique:
Il consiste en des essais courants au laboratoire qui permettent
de rendre compte d'une mauvaise préparation de la drogue ou de
mauvaises conditions de sa conservation.
1-6-2-1- Teneur en eau :
C'est un essai à réaliser systématiquement. La teneur en eau
influence
celle
des
principes
actifs
et
leur
degré
d'activité
thérapeutique (42). On peut déterminer la teneur en eau:
-
soit par une méthode gravimétrique (la perte de poids par
dessiccation à l'étuve).
soit par une méthode volumétrique avec la mesure du volume
d'eau après entraînement azéotropique.
1-6-2-2- Dosage des cendres:
Il peut indiquer l'apport d'éléments minéraux en nature ou en
qualité préjudiciable à la qualité de la drogue au cours de la culture,
du séchage ou du conditionnement. Les cendres résultent de la
calcination complète à l'air.
1-6-2-3- Caractérisation des principes actifs:
" s'agit de réaliser des réactions de coloration, de précipitation
ou de faire la chromatographie caractéristique à chaque principe actif.
1-6-3- Le dosage des principes actifs :
Il est le critère majeur de qualité d'une drogue. La mise au point
du protocole de dosage tient compte de la précision des instruments
de mesure et, aussi, de la rapidité et de la facilité d'application de la
méthode

33
Nous avons des méthodes gravimétriques, volumétriques,
spectrophotométriques et chromatographiques (HPLC, CPG). En
général, la teneur en principe actif est fixée, dans les monographies,
pour chaque drogue (39).
En dehors de ces examens, des essais particuliers peuvent
être effectués selon les exigences sanitaires ou risques. Ce sont:
- les essais de toxicité: pour limiter les risques;
- le contrôle des contaminations microbiennes ou la détermination de
la pureté microbiologique : dans le cas des drogues végétales, la
limite du nombre de germes aérobies viables totaux autorisée est
de 106 bactéries et 105 moisissures et levures par gramme de
drogue, selon les normes de la Pharmacopée française (25).
- Le dosa~e des résidus de pesticides f28}f25} :
Il peut exister une pollution des plantes médicinales par les
résidus de traitement par des pesticides.
Au Sénégal, le marché des pesticides occupe une place
relativement importante avec un chiffre d'affaire estimé à 5 milliards de
'franc CFA en 1988-1989. Ces produits peuvent être dispersés sur de
très Qrandes surfaces. Ainsi les plantes médicinales pourraient être
contaminées par des pesticides même si elles se trouvent éloignées
des surfaces traitées. Il est fréquent d'observer des champs d'arachide
entourés de haies de plantes médicinales dont Hibiscus sabdariffa.
Les différents résidus retrouvés par SYLLA en1995 (50) sont:
- Les insecticides organochlorés qui sont constamment retrouvés
(lindane, alpha HCH) mais en proportion faible.

34
-
les
organophosphorés
présentent
une
contamination
exceptionnelle et en générale accidentelle.
- les résidus d'herbicides ne sont pratiquement jamais recherchés
bien que largement utilisés et souvent polluants.
Un projet dénommé LOCUSTOX, débuté en 1990, a pOLir
objectif de faire des recommandations sur les doses les moins nocives
pour l'écosystème sahélien et la perturbation environnementale
maximale que le système peut supporter (34).

35
1·7· CONCLUSION:
Après avoir dégagé le cadre physique d'une exploitation
rationnelle des plantes médicinales et les différents aspects de la
conservation et du contrële de qualite, nous nous devons de repondre
aux questions de recherches suivantes:
- Existe t- il au Sénégal une problématique de la conservation des
produits d'herboristerie?
- Un contrôle de qualité
sur ces produits
de la pharmacopée
traditionnelle est-il envisageable? Si oui dans quelle mesure?
- Avec quels outils et matériels de contrôle?
- Les limites et
les recommandations sont-elles transposables à
l'ensemble de l'herboristerie traditionnelle sénégalaise?
Autant de questions qui constituent pour nous de réelles
préoccupations et qui ont motivé notre décision de choisir ce sujet de
thèse dans l'objectif de contribuer au développement de ce secteur
d'activité national et non moins stratégique.

IIÎ T.RAVAUX PERSONNELS

36
11-1 BUT DU TRAVAIL ET CADRE D'ETUDE:
Ce travail a pour but, dans un premier temps, de réactualiser la
liste des espèces proposées dans les marchés dakarois et, dans un
deuxième temps, d'évaluer la qualité et l'état de conservation des
produits vendus par les herboristes à partir d'un échantillon prélevé
chez les herboristes visités.
Nous essayerons également de répondre à un certain nombre
de questions relatives:
à l'identification des herboristes dakarois qui dispensent les
phytomèdicaments dans les marchès ;
- aux conditions de conservation et de vente
des plantes
médicinales dans les herboristeries;
- aux difficultés d'approvisionnement;
- à
la
nécessité
de valoriser
et
d'améliorer
la
filière
de
commercialisation de l'herboristerie traditionnelle au Sénégal.
Pour ce faire, le travail a été divisé en deux parties:
- une enquête qui s'est déroulé dans 12 marchés de Dakar entre
décembre 1999 et février 2000 sur les 50 marchés et aires de
commercialisation que compte la région de Dakar.
- des essais et dosages effectués sur un échantillon au laboratoire
de Pharmacognosie de la Faculté de Médecine et de Pharmacie,
de l'Université Cheikh Anta Diop.

37
11-2 METHODOLOGIE:
Il,-2-1 ENQUETE SUR LES MARCHES DAKAROIS :
11-2-1-1 choix des marchés et échantillonnage:
Le choix de ces marchés a été fait selon un certain nombre de
critères qui sont :
- la situation géographique (banlieue, quartier populaire ... ).
- l'importance du marché (rayon de couverture ... ).
- l'environnement social (niveau de vie, clientèle potentielle ... ).
L'idéal aurait été de faire tous les marchés dakarois qui
répondent à ces critères. Mais compte tenu de nos moyens limités,
nous nous sommes intéressés à ces 12 marchés (cf. tableau IV).
A cet effet, nous avons visité 30 étalages d'herboristes et
prélievés 170 échantillons (Cf. annexe IV). Dans ces échantillons nous
retrouvons toutes les parties de plantes utilisées comme remèdes ou
«simples».
11-2-1-2 Questionnaire :
/1 comprend deux parties:
- une première partie où nous avons inscrit des paramètres
~ermettant d'identifier les herboristes (âge, sexe, ethnie, scolarité,
qualification... ).
-
dans la deuxième partie, plusieurs libellés y sont inscrits
(i1dentification des drogues, le mode et lieu d'approvisionnement, les
maladies traitées... ) (Cf. annexe V).

38
11·2·1·3· Difficultés rencontrées:
Pour certaines espèces, les organes déterminatifs ont fait défaut
(fleurs, fruits, graines, rameaux feuillés... ) sur les étalages des
herboristes. Or l'un des éléments essentiels dans l'assurance de la
qualité d'une drogue est son identification exacte. Pour identifier ces
échantillons, nous avons procédé :
- soit à des confrontations triangulaires entre nom vernaculaire,
échantillons models marchés et herbier de la faculté et de l'IFAN
(échantillons recueillis au pied des végétaux dûment identifiés).
- soit à des transcriptions arbitraires à partir des noms vernaculaires
des ethnies rencontrées.
Des erreurs d'identification peuvent résulter également des défauts
d'étiquetage de la part du vendeur.

39
Tableau IV: Répartition des marchés et herboristes dakarois
sélectionnés dans l'étude
,;
Département
g',Marchés
·IVlfBl
hét~
DAKAR
Tilène
4
Geule Tapée
1
Grand Dakar
2
Liberté 6
2
Ouakam
4
Yoff
2
Grand-Yoff
3
Parcelles Assainies U 17
2
Castors
1
DAKA:1
PIKINE
Zinc
4
PIKINE
Ndiobène Taye
3
Larnbada
2
,TOTAL
". ;
12
':'~> ,.,
,",,3f);':'.. "
"

40
11-2-2- ESSAIS BOTANIQUES ET DOSAGES GENERAUX:
11-2-2-1- Matériels :
-
échantillons prélevés dans les marchés;
-
broyeur BRABENDER ;
-
balance électronique de précision;
-
étuve, capsules ;
-
dessiccateur, four à moufle.
11-2-2-2- Méthodes :
oc} Examen botanique:
Après
l'observation
macroscopique,
nous avons fait
une
description botanique de quelques êchantillons qui a permis de mettre
en évidence les caractères organoleptiques de la partie de la drogue
utilisée (racine, tige, feuille, fruit, fleur... ) et d'identifier les dégâts
causés par les moisissures et insectes xylophages. Nous avons
donne pour chaque espêce décrite le nom scientifique et le nom en
langue nationale wo1off.
oc} Pulvérisation:
Cette
opération
a
été
réalisée
au
laboratoire
de
Pharmacognosie à l'aide du broyeur BRABENDER pour tous les
échantillons qui ne sont pas sous forme poudre (racines, tiges,
feuilles... }. Dans le cas des ~raines et fruits; nous avons utilisé un
mortier. Les tests ont été faits sur la poudre la plus fine.

41
La détermination de la teneur en eau a été faite selon la
méthode gravimétrique.
On dessèche à poids constant par chauffaQe à l'étuve entre
100° et 105°c. La drogue convenablement divisée et homogène subit
une perte de poids correspondant sensiblement à la totalité de l'eau
qu'elle contient.
-
Calcul de la teneur en eau:
Soit P =prise d'essai
P' =poids après dessiccation
Teneur en eau T= {P-P') 100
P
-<} Taux des cendres totales:
Environ 2g de poudre végétale, séchée à poids constant à
l'étuve, sont incinérées dans un four à moufle porté à une température
comprise entre 400° et GOO°c pendant une heure. A cette température
la matière organique est décomposée sous forme de CO2 ou CO. Le
poids des cendres est rapporté à 100g de drogue végétale.
-
Calcul du taux de cendre:
Soit P= poids de la drogue desséchée
p'= poids des cendres totaux
Taux de cendre = (p' x 100) 1P
Les résultats sont la moyenne de quatre essais. Nous avons un à
deux échantillons par espèces.

11·3· RESULTATS ET DISCUSSION:
11-3-1- DEPOUILLEMENT DE L'ENQUETE:
11·3·1·1· Résultats chez les herboristes:
Le tableau V donne la liste des herboristes visités au cours de
l'enquête ainsi que leurs caractéristiques socio- démographiques.
Les résultats des études statistiques relatifs aux paramètres
d'identi'fication et aux profils de carrière sont consignés aux tableaux
VI et VII.
Au niveau des 12 marchés soumis à l'enquête, 30 herboristes
ont été interrogés (21 hommes et 9 femmes). Il est à remarquer que la
vente des plantes occupe particulièrement les hommes avec 70%
dans la population étudiée.
La plupart d'entre eux (plus de 46%) ont une moyenne d'âge
qui se situe dans l'intervalle [50-70 ans].
Ils sont dans 86,7% des cas analphabètes d'où leur ignorance
des règles d'hygiène et de traitement des drogue végétales qui
explique quelque fois l'état des locaux et la présentation de ces
drogues. Seulement quatre (13,3 %) ont été à l'école française dont
un a le Certificat de Fin d'Etude Primaire, un autre le Brevet de fin
d'Etude Moven et les deux autres ont à peine le niveau CE1.
Il faut noter que ce commerce semble être le monopole des
nationaux. En effet, parmi tous ces herboristes un seul est de
nationalité malienne.
Ils sont principalement d'ethnie woloff et
représentent 60% de la population étudiée.

43
Tableau V : caractéristiques socio-démographiques des herboristes rencontrés
Age
Sexe Ethnie
Ancienneté
Marché
Observa-
Noms et prénoms
tians --
1.Alpha Dia
19 ans
M
P
3 ans
T;léne
H/G
2. Maguette Ngom
67 ans
M
W
36 ans
Tiléne
H
3.0usmane Dramé
69 ans
M
W
38 ans
Tiléne
H/G
4.Aminata GUEYE
43 ans
F
W
3 ans
Tiléne
H/G
5. Daouda SY
+60 ans
M
P
3 ans
Grand-Ok
H
6.Fatou DIALLO
25 ans
F
P
1 an
Grand-Ok
H
7.Amidou DIA
53 ans
M
P
1 an
Ouakarn
H
8.1brahima SECK
46 ans
M
W
+10 ans
Ouakarn
H
9.Moussa BA
65 ans
M
P
1 an
Ouakarn
H
,
10.Baye NIASSE
60 ans
M
W
1ans et demi Yoff
H
11.Badara DIOUF
76ans
M
S
40 ans
Yoff
H/G
12.0usseynou MBAYE
61 ans
M
W
-1 an
Grand-yoff
H
13.Fatou GUEYE
42 ans
F
W
+1 an
Grand-yoff
H
14.Ndeye DIAGNE
44 ans
F
W
10ans
Grand-yoff
H
15.EL. M. GUEYE
30 ans
M
W
1 an
Grand-yoff
H
1
1
16.Mamadou M. DIOP
53 ans
M
P
3 ans
Liber'.é 6
H
i
1
i
17.0usmane CAMARA
39ans
M
W
16 ans
Liberté 6
H/G
1
1
18.Mohamadou NIANG
67 ans
M
W
2 ans
Pikine- zinc
H
1
19.8ass THIOUNE
37ans
M
W
+10 ans
Pikine- zinc
H/G
1
120.Mbaye DIENG
56 ans
M
W
20 ans
Pikine- zinc
H
i 21.Mbaye NDIAYE
55 ans
M
W
+ 10 ans
Thiaroye
H
22.Ndoumbé NIANG
38 ans
F
W
15 ans
Thiaroye
H/G
23.Fatou FAYE
+70ans
F
S
10 a,ns
Thiaroye
H
24.Maty BAR
+70 ans
F
W
+20 ans
Thiélroye
H/G
25.Ngagne BADIANE
60 ans
M
W
10 ans
Yeumbeul
H
26Aladji GUINDO
76 ans
M
B
-1 an
Yeurnbeul
H
27.AmyNGOM
+55 ans
F
S
+5 ans
P.A
H
28.Mariéme ~GOM
60 ans
F
S
-1 an
P.A
H
29.Modou WADE
75 ans
M
W
+20 ans
Castor
H
30.Magueye GUEYE
50 ans
M
P
10 ans
G.T
H
Légende:
M~ (sexe masculin)
F= (sexe féminin)
H=; (h.?rboriste)
H/G= (Herboriste- Guérisseur)
P= Pular
W=Woloff
S= Sérére
B= Bambara
P.A= Parcelles Assainies
G.T= Gueule Tapée

44
Tableau VI : Les paramètres d'identification de!; herboristes
VI-1- selon l'âge:
AGE en année
Effectifs
Pourcentage
[19-30[
3
10%
[30-S0[
8
26,7%
rSO-701
14
46,7%
+ 70 ans
S
16,7%
TOTAL
30
'1 OO%,\\)~r'
'1>,"
VI-2- selon le sexe:
Sexe
Effectifs
Pourcentage
Hommes
21
70%
Femmes
9
30%
TOTAL
30
100%
VI-3- selon l'ethnie:
Ethnie
Effectifs
Pourcentâilè
Woloff
18
60%
Pular
7
23,3%
Séréres
4
13,3%
Autres
1
3,3%
TOTAL
30
"10(J%- ~" ..,
VI-4- selon le niveau de scolarisation:
Effectifs
Pourcentage
Scolarisés
4
13,3%
Non scolarisés
26
86,7%
TOTAL
30
100%

45
Tableau VII : Profils de carrière des herboristes:
VII-1- selon la qualification
1 Qualification
1
Effectifs
Pourcentage
He.boristes
!
21
70%
HerboristE1s/guérisseurs
1
9
30%
1TOTAL:
---JL--3-0--I---1-O-oo--Yc.--
VII-2- selon la durée d'exercice
Durée fans
Effectifs
Pourcentage
1
[0-10[
19
63,3%
[10-20(
5
16,7%
1
[20-30[
2
",7%
l'
[30-40]
3
10%
+ 40 ans
1
3,3%
1
-T-OT-A-L------[
30
_=:J..;....__·I_O_O..;....%_ _
VII-3- selon la nature d'acqui~ition de connaissances
1
Effectifs
Pourcentage 1
~H-é-re-'d-it-ai-re-----ii 7
~3,3% l
Empiriques
1
23
{6,7%
'-'.T_O_TAe.--L
----L..I_ _
3_0_-----'-_ _'1 00%
1

46
11-3-1-2-
Résultats
sur
les
espèces
médicinales
commercialisées :
La liste des espèces rencontrées sur les 30 étalages est présentée au
tableau VIII. Les tableaux IX et X permettent de mesurer l'ampleur de
l'exploitation des différents produits.
Le tableau XI exprime le temps d'exposition des drogues sur les
etalages.
Le
tableau
XII
détermine
le
mode
d'approvisionnement
des
herboristes.
Le tableau XIII présente les espèces rares citées par les herboristes
interrogés.
Au tableau XIV nous avons répertorié les espèces médicinales qui
subissent une forte demande de la part des populations.
Environ 140 espèces ont été recensées sur les 30 étalages
visités pendant l'étude. La liste n'est pas exhaustive car nous n'avons
pas pris en compte celles qui sont associées à des éléments
étrangers au végétal ou faisant appel à des incantations.
Les arbustes et arbrisseaux représentent 44% des types
biologiques rencontrés; alors que les arbres ont 24%, les herbes
24%, les lianes 6% et les épiphytes et rhizomes 1%, on peut ainsi voir
la pression exercée sur chaque type biologique.
Les plantes sont, en général, récoltées à l'état sauvage et
vendues par fragments ou entières. Cette vente se fait presque
toujours sur demande du client. Toute fois, les herboristes peuvent
conseiller à leur client un produit.

47
Les parties utilisées sont: les feuilles, les racines, les écorces,
les fruits, les graines. Les parties d'organe de la plante les plus
:utilisées sont les racines avec 42% dans nos 170 échantillons
IPrélevés sur les étalages, ce qui peut constituer une menace pour les
espèces exploitées.
Les pathologies traitées sont nombreuses. Les plus courantes
sont: la constipation, la diarrhée, les parasitoses, la fièvre,
la toux,
les courbatures, les rhumatismes, les arthroses, les céphalées,
l'asthénie,
les
dermatoses.
Mais
on
peut
retrouver
d'autres
pathologies
telles
que:
les
hémorroïdes,
les
bronchites,
les
odontalgies, les angines, les entéralgies, les ictères, les asthénies
sexuelles, HTA.
Les plantes sont exposées à des intempéries de toutes sortes ;
vent, soleil, poussière, etc. qui peuvent diminuer leur qualité et leur
efficacité thérapeutique. Ce sont les raisons pour lesquelles les
produits sont renouvelés régulièrement par les herboristes. Ainsi pour
un échantillon de 133 éléments, près de la moitié (45%) ont une durée
d'exposition dans l'herboristerie de moins de 3 mols et 35% ont moins
de6 mois.
Concernant l'approvisionnement, les herboristes achètent les
drogues auprès des récolteurs ou revendeurs qui se présentent à eux
au marché. Un seul herboriste nous a signalé qu'il cueillait lui-même
certaines drogues.
Ils peuvent aller également
s'approvisionner au marché de
=fhiaroye gare où sont établis la plupart des grossistes. Ges grossistes
ou récolteurs vont cueillir les organes vendus au pied du végétal en
tenant compte des demandes des herboristes.

48
D'autres lieux d'approvisionnement sont éloignés: le Sine, le
Saloum, Ndiaréme dans le Baol, la Casamance et même quelque fois
le Mali. Les herboristes sont souvent confrontés aux problèmes de
transport et à la rareté de certaines espèces (tableau XIII).
Dans ce tableau, 24 espèces ont été citées par les herboristes
comme
espèces rares et à des fréquences variables. Les deux
especes les plus citees sont: BrJdelia mlerantna ; Mltragyna inerrnjs.
Parmi les drogues proposées, certaines font l'objet d'une forte
demande de la part des clients (cf. tableau XIV). Au total 20 plantes
ont ëtë citëes avec des frëquences variables. La plante la plus citëe
est le Detarium microcarpum. Cette popularité s'explique par son
usage dans plusieurs affections dont les plus fréquentes sont: les
éruptions cutanées, la syphilis, les rhumatismes et les arthroses.
Les trois autres qui viennent ensuite sont utilisées dans le
traitement des affections courantes telles que: les parasitoses, les
maladies
vénériennes,
la
constipation
(Cassia
sieberiana,
Jatropha chevalieril) et l'asthénie (Ficus iteophylla).
S'agissant de la conservation et du stockage des drogues; les
feuilles, les écorces et les racines sont exposées à l'air libre sur les
étalages. Par contre les poudres sont conservées et stockées: soit
dans du papier; soit dans des bocaux en acier oxydable ou
inoxydable ou en aluminium ; soit dans des sachets en plastiques.
Notons que l'acier oxydable peut altérer la drogue par
l'oxydation de certains principes actifs, tandis que
les sachets
favorisent la croissance de micro-organismes tels que les moisissures
sous certaines conditions.

49
Tableau VIII : liste des 140 espèces rencontrées
(Noms scientifiques)
1. Acacia adansonii
38.
Gombret(;m glutinosum
2. Acacia albida
39. Combretum micrathum
3. Acacia ataxacantha
40. Combretum nigricans
4. Acacia macrostachya
141. CombretUln.E.aniculaéum
5.Acacia seval
42. Commiphr,ra africana
1 6.Acacia sieberiana
143
1

Cordyla pin1ata
7.Adansonia digitata
44. CymbopoG Ot' giganteus
8. Afrormosia laxiflora
--=nI: Daniellia o/ivieri
9. Afzelia africana
146.
Desmodillrr' tortuosum
10. Anacardium occidentale
1 47.
Detarium7Jieroearpum
, 11. Annona muricata
1 48. Dichrostachys glomerata
'12.
Annona seneqalensis
149. Diospyros mespiliformis
13. Anogeissus leiocarpus
50. Ekerbergia senegalensis
1
14. Aphania svnegalensis
~ 51. Eragrostis ci/iaris
-
15.
Asparaqu.; pauli-quilie1mi
52. Erythrina .)enegalensis
16. Baissea multiflora
53. Erythrina sigmoidea
117. Balanites aegyptiaca
54. Eucalyptus camaldulensis
1B. Bauhinia rufescens
55. Euphorbié balsamifera
19. Boscia senega/ensis
56. Euphorbia hirta
20. Bridelia micrantha
57. Fagara xonthoxy/oides
21.
Calotropis proeera
58. Feretia ar;odanthera
22. Canavalia rosea
59. Ficus eapl3nsis
123. Capparis tomentosa
60.
Fieus iteophylla
24. Cassia italica
61. Gardenia temifolia
25. Cassia occidentalis
62. Gossipium barbandense .
26.
Cassia sieberiana
63. Grewia bie%r
27. Cassytha filiformis
64. Guiera senegalensis
28. Ceiba pentandra
65. Heeria insignis
: 29. Centaurea senegalensis
66. Hit iscus sabdariffa
[30. Chrozophora seneqalensis
67. Hippocratea africana
31. Chrysobalanus orbieu/aris
68. Holarrhena floribunda
-32. Cissampe/os mucronata
69. Hymenocardia acida
33. Cissus populnea
70. Icacina seneoa/ensis
34. Citrus aurantifolia
71. Imperata cvlindrica
135.
Coccu/us pendulus
72. Indigofera hirsuta
136. Cochlospermum tinctorium 73 /ndigofera tinetoria
37.
C%casÎé.l escu/enta
74. /pomea asarifolia

50
75. Jatropha chevalieri
108. Ricinus communis
76. Khaya senegalensis
109. Saba senegalensis
77. Lannea acida
110. Sclerocarva birrea
78. Lantana camara
111. Scoparia dulcis
79. Lawsonia inermis
112. Securidaca longipedunculata
80. Leptadenia hastata
113 Securinega virosa
81. Lippia chevalieri
114. Sesamu alatum
82. Lophira lanceolata
115. Solanum incanum
83. Maerua oblongifolia
116. Sphaeranthus multiflorus
84. Mangifera indica
117. Sterculia setigera
85. Maytenus senegalensis
118. Stereospermum kunthianum
86. Merremia inermis
119. Striga sp.
87. Mitragyna inermis
120. Strophanthus sarmentosus
88 .Moghania faginea
121. Strychnos spinosa
89 Mordica charantia
122 .Swartzia madagascariensis
90. Moringa oleifera
123. Ta marindus indica
91. Nauclea latifolia
124. Tamarix senegalensis
92. Newbouldia laevis
125. Tapinanthus bangwensis
93. Ocimum basilicum
126. Tephrosia purpurea
94. Oxythenanthera abyssinica
127. Terminalia avicennoides
95.
Parinari macrophylla
128 Terminalia macroptera
96 Parkia biglobosa
129. Tinospora bakis
97 Paulinia pinnata
130. Trichilia roka
98 Pavonia hirsuta
131. Urena lobata
99. Peristrophe bicalyculata
132 Uvaria chamea
100. Piliostigma reticulatum
133. Vemonia nigritiana
,101. Plumbago zevlanica
134. Vetiveria nigritana
102. Polypore
135. Vitex doniana
103. Prosopis africana
136. Waltheria indica
104. Psidium guajava
137. Ximenia americana
105. sorospermum corymbifera
138. Xylopia aethiopica
106. Pterocarpus erinaceus
139. Zizvphus mauritiana
107. Pupalea lappacea
140. Zizyphus mucronata

51
Tableau IX : Analyse des ~pes biologiques de prélèvements
identifiés
1Types biologiques
1 EffêctIfs ll'ôûrcenlage 1
rbres
34
24%
lAArbustes et arbrisseaux
61
44%
Lianes
9
6%
Herbe~
34
24°"
Epiphytes parasites
1
1%
Rhizome(gtophytes)
1
1
1%
[faTAL
Tableau X : Etude statistique des parties et orgénes de plantes
prélevés sur les 30 étalages
p_a_rti_·e_s_e_t_o.....::rg~a_n_e_s
+--:ffltêtifs7·
-·1·': .. ~: JJaPourc42~~o·tage
; . . . . 1
1
Racines (et PR, PER... )
Î
7C
Feuilles (et TF, PF... )
39
23%
Fruits, grai'1es
7
4%
Ecorces, di'Jerses (et ER, ET... )
46
27%
Plantes entières
7
4%
!
----=--=--__
TOTAL
--i[ ~_O~I -.:. 1'O.~}~· ..
LEGENDE:
PE=; poudre d'écorce
PF=: poudre de feuille
ER= écorce de racine
ET= écorce de tige
PR= poudre de rac ne

52
Tableau XI : Temps d'exposition sur les étalages 2 l'air libre
-
1
Effectifs
Pourcentage
1
Temps d'exposition
-
-
]0-3 mois:
60
45%
!
]3-6mois]
46
35%
J6 mois -1 an[
27
20%
TOTAL
133
100%
1
Tableau XII : Mode d'approvisionnement
-
1
Effectifs
Pourcentage
Mode d'approvisionnement
Achat
29
57%
Achat / Récolte
1
3%
Récolte
0
0%
TOTAL
30
1000k

53
Tableau XIII: Iis.':e des espèces médicinales rares citées par les herboristes
rNom en langue
l nationale(wolof) 1 Noms scientifiques
Famille
Fréquence
de citation

Souloukoum
Bride/ia micrantha
Euphorbiaceae
5
KllCSS
Mitragyna inermis
Fabaceae
4
i Ngolomar
Cissempe/os mucronata
Menispermaceae
3
iMbep
Sterculia setigera
Storculiaceae
3
Dibitone
Gardenia, ternifolia
Rubiaceae
2
Sidem u bouki
Zizyphus mucronata
Rhamnaceae
2
Gnioth
Fagara xanthxy/oïdes
Rl'taceae
2
Werck
Acacia senega/
Mimosaceae
2
Mbarkasonia
Parkinsonia acu/eata
Caesa/piniaceae
1
Keng
Securinega virosa
ELphorbiceae
1
Farkhégne
Trichilia roka
Moliaceae
1
Katidiankho~ma
Psorsopermurr.' corymbifL rum
H}pericaceae
1
Beer
Sc/erocarya birrea
Ar. acardiaceae
1
.Sangol
Coccu/us pendu/us
Monispermaceae
1
, Laidur
:Jassia ita/ica
esa/piniaceae
1
1
Fouf
Securidaca /ongipeduncu/ata
Pc/yga/aceae
1
I y '
Prosopis africé'na
esa/piniaceae
i
Ir
1
:Fékh
Stereospermum knuthianum
Bhmoniaceae
1
. Ngologne
.XiJnenia ameri-;ana
O/acaceae
1
Nguer
i Guiera senega/ensis (racine)
Ccmbretaceae
1
i Enkélégne
Hymenocardia acida
Euphorbiaceae
1
Koulou koulou
Afromosia /axiflom
Fabaceae
1
Reub reub
Terminalia avicennoïdes
Combretaceae
1
Sendiégne
Cassia sieberiana
ca''3sa/piniaceae
1
1
! Benténié
Ceiba pentandra
1

54
Tableau XIV: Liste des espèces les plus demandées par les clients
. .
-
1
1
Fréquence
Noms en langueJ
NC'ms sci~ntifiques
Familles
de citation
Woloff
1
, 1- Dank
i Detarium microcarpum
Gélesa/piniaceae
10
i2- Sendiégne
Cassia sieberiana
Céresa/piniaceae
7
13- Loro
Ficus iteophilla
Moraceae
5
1
4- Weten U Beut
i
Jatropha chevalieri
ELphorbiaceae
5
1
5- Bakis
Tinospora takis
Menispermaceae
2
6- Laidur
Cassia italica
Cé'esalpiniaceae
2
7- Nandok
Nauclea latifoli8
RL/biaceae
1
8- Dengidell ngioth Fagara xanthoxy/oïde~
RL'taceae
1
,
9- Neb Neb
Acacia adansonia
Mimosaceae
1
10- Khoss
Mitragyna inerm,:s
RL'biaceae
1
, 11- Fouf
Securidaca /ongdpedunculata Pclygalaceae
1
, 12 Nguédiane
Anogeissus /eiocarpus
Cèmbretaceae
1
. 13 Nguiguiss
Piliùstigma reticl'/atum
Cé'esa/piniaceae
1
'14 Beer
Sc/erocarya bifff'a
Ali acardiaceae
1
15 Khaye
Khaya senega/ensis
M(:~liaceae
1
16 Kelle
Grewia bic%r
TWaceae
1
17 Souloukoum
Bridelia micrantf,a
Euphorbiaceae
1
; 18 Khewer
Aphania senega/ensis
Sapindaceae
1
129 Dibitone
Gardenia ten lifolia'
Rubiaceae
1
~O Nguer
Guiera seneqa/ensis
Combretaceae
1

55
11- 3-1-3- Discussion:
La vente des plantes médicinales dans les marchés de Dakar
occupe les hommes et les femmes mûrs qui ont une connaissance
empirique solide des propriétés thérapeutiques des plantes qu'ils
proposent.
Seulement ils sont presque tous analphabètes ce qui constitue une
contrainte à la valorisation de l'herboristerie traditionnelle. En effet cet
analphabétisme conduit à la méconnaissance des normes et règles
d'hygiène et de traitement des drogues vègétales d'ou l'ètat des locaux
d'herboristeries et la présentation des drogues.
Ce commerce semble être le monopole des nationaux et surtout
de l'ethnie woloff.
Les études statistiques réalisées sur les espèces commercialisées
font constater que plus d'une centaines d'espèces sont proposées sur
les marchés dakarois. Cette diversité rend compte d'ailleurs de la
multitude de pathologies traitées. Cependant les maladies les plus
courantes font que certaines espèces sont très recherchées par les
populations. Cette population, le plus souvent, fait de l'automédication.
Les techniques d'exploitation et de cueillette inappropriées des
ressources naturelles, constituent une menace pour certaines espèces
médicinales. C'est la cas des espèces dont les racines et les écorces
sont utilisées comme remède. Par rapport au type biologique, les
arbustes et arbrisseaux subissent une pression énorme.
Quelques espèces deviennent de plus en plus rares sur les
étalages. Ainsi l'éloignement de leur peuplement peut expliquer les
difficultés d'approvisionnement rencontrées par les herboristes.

A la lumière de ces résultats, dans le cadre d'une politique de
réhabilitation et d'amélioration de l'herboristerie traditionnelle et de la
promotion des plantes médicinales, nous préconisons:
-
la formation de tous les acteurs de la filière (herboristes, grossistes,
récolteurs) aux techniques et méthodes de traitement des drogues
végétales depuis la récolte jusqu'au stockage;
-
Le suivi de l'évolution progressive ou régressive du nombre
d'espèces commercialisées. Il permettra de comprendre Quelques
aspects de la vitalité de la filière, ainsi que la menace qui pèse sur
certaines espèces;
L'amélioration de la gestion des ressources naturelles ce Qui
permettra de préserver la biodiversité. Cependant, il faut associer à
cette gestion les collectivités locales;
-
La
culture
des
espèces
médicinales.
Il
s'agira
d'abord
d'entreprendre des actions visant la préservation des végétaux
dans leurs habitats naturels et ensuite tenter de propager par semis
ou autre forme de multiplication végétative.
-
La rationalisation de la cueillette et l'exploitation des espèces
médicinales;
-
La mise en place d'un statut juridique relatif à l'activité de vente des
drogues végétales afin de mieux organiser la profession dans la
législation actuelle. Mais également donner un statut légal aux
plantes médicinales surtout à propos de l'exploitation et de la
vente;

57
Sur l'organisation juridique, nous citerons deux pays en exemple:
La France : la profession d'herboriste s'est organisée au moyen âge
en se soumettant au serment des Apothicaires par Philippe VI, le 22
mai 1336. Le 2 juillet 17-7-8, Funiversité parisienne décernera le premier
diplôme à Edme GUILLOT avec prestation de serment dans lequel il
est fait mention (38) :
1. de ne vendre ou distribuer que des plantes de bonne qualité, triées
et épluchées.
2. d'enfermer les plantes vénéneuses dans un milieu séparé et de
n'en délivrer que les quantités et doses prescrites sur les seules
ordonnances des médecins.
Enfin, la loi du 21 germinal an XI (article 37) précisera et indiquera
que nul ne pourra vendre à l'avenir des plantes médicinales, ni exercer la
profession d'herboriste sans avoir subi auparavant, devant un jury
d'école de Pharmacie, un examen qui prouve qu'il connaît bien les
plantes.
Ce diplôme n'est plus délivré depuis 1941. Mais dans les
dérogations du Code de la Santé Publique, il est stipulé que les
herboristes ont le droit de vendre les plantes médicinales leur vie durant.
Cette dérogation n'est pas transmissible aux héritiers.
Plus près de nous, le Mali : nous avons une organisation de cette
profession d'herboriste par le décret n° 95-1319 du MSS-PA. Dans le
chapitre III relatif à l'organisation et au fonctionnement des herboristeries
(57) :

58

est considérée comme plante médicinale, toute plante entière ou
partie de plante délivrée en l'état pour usage thérapeutique
(article 10).

peut être autorisé à ouvrir une herboristerie (article 15).
- les vendeurs agréés de plantes médicinales;
- les diplômés de l'Institut Polytechnique Rural de Katibougou
(spécialité eaux et Forêts) ou diplôme équivalent.
- Les diplômés de l'école Normale Supérieure (spécialité biologie) ou
diplôme équivalent.

59
11-3-2- LES ESSAI S ET DOSAGES
11-3-2-1 Résultats des essais botaniques:
11-3-2-1-1 Examen macroscopique des échantillons:
A- Tiges, fragments de troncs ou écorces:
A-1- Anacardium occidentale: {{ darkassé »
Les écorces de tronc se présentent sous forme de fraQments
irréguliers de 10 à 15 cm de long sur 1 à 3 cm d'épaisseur. La partie
externe est recouverte d'une fine pellicule de 3 mm, noire, largement
écailleuse. La partie interne est fibreuse de couleur brune-rougeâtre. A
l'état sec, l'écorce ne présente ni odeur, ni saveur particuliêre.
A-2- Lannea acida : {{ sori »
Les fragments d'écorce de tronc se présentent sous forme de
morceaux irréguliers longitudinaux, légèrement recourbés de 10 à 15 cm
sur 2 à 4 cm de large, l'épaisseur est de 0,5 cm. La partie externe grise
ou brune rougeâtre rappelant la peau d'éléphant, recouvre une zone
interne fortement fibreuse molle, blanchâtre ou beige claire se détachant
en lambeaux fibreux. L'écorce ne présente pas d!odeur particulière mais
une saveur mucilagineuse.
A-3- Ekebergia senegalensis: "khatioye"
Les écorces de tronc sont présentées en fragments larges de 15 à
16 cm de long, légèrement recourbés de couleur uniforme grise. La
partie externe lisse lorsque l'échantillon est frais, devient rugueuse,
craquelée et écailleuse avec le temps. L'odeur est non caractéristique
mais la saveur est légèrement amère.

60
B- Racines, lianes:
8-1- Tinospora bakis : "bakis"
La partie employée est constituée par la racine tubérisée fraîche à
saveur très amère et à tissu jaune. A l'état sec, elle se présente sous
forme de fragments irréguliers d'environ 2 cm de diamètre. L'écorce est
peu épaisse et se desquame par petites plaques.
8-2- Fagara xanthoxyloïdes: "denguidek"
A l'état sec, la racine est cylindrique ou fragmentée, de 2 à 4 cm
de diamètre avec un bois jaune et une écorce peu épaisse avec une
surface externe brune clair tachetée de jaune. Au contact de la langue,
elle laisse un picotement intense et une hypersalivation transitoire.
8-3- Cassia occidentalis: "bentamaré"
Les racines sont des bâtonnets de 8 à10 cm portant des racines
secondaires sous forme de fins filaments noirs glabres.
La section transversale montre une zone interne blanchâtre ou
beiQe fibroscléreuse. L'odeur est très prononcée, repoussante quand la
drogue est fraîche.
c- Les feuilles:
C-1- Eucalyptus camaldulensis : " khot u butel"
Les feuilles sont lancéolées, falcifomles lorsqu'elles sont adultes et
ovales lorsqu'elles sont jeunes. Elles sont glabres de couleur vert-
glauque.
Froissées,
elles
dégagent
une
odeur
aromatique
très
parfumée.

61
C-2- Combretum glutinosum: "rat"
Les formes vendues sont les tiges feuillées ou les feuilles simples
isolées mises en sachet plastique. Les tiges à écorce rugueuse claire
portent des feuilles alternes, verticillees ou opposees,
ovales ou
arrondies; à limbe épais et nervures latérales saillantes.
C-3- Oxvtenanthera abvssinica: ''wakh''
Les feuilles sont glabres oblongues ou lancéolées, de 15 cm sur
2,5 cm, de couleur verte rappelant la feuille de Zea mays .
0- Les poudres d'organes:
D-1- Fagara xanthoxyloïdes : "denguidek"
Poudre de racine iaune; fibreuse de saveur amère.
0-2- Heeria insignis: ''waswassor''
Poudre de racine marron à rouge, fibreuse avec des débris
blanchâtres.
0-3- Ficus iteophylla: "Ioro"
Poudre d'écorce marron avec des débris de tronc blanchâtres.
0-4- Securidaca longipedunculata: "fuf'
Poudre de racine blanche ou de couleur crème tirant sur le jaune,
amorphe et ayant une forte odeur de salicylate de méthyle.

62
D-5- Khaya senegalensis: "khaye"
Poudre d'écorce marron clair, légère au toucher et au goût amer.
D-6- Scoparia dulcis: "béléwelgel"
Poudre de plante entière verte, avec des éléments plus ou moins
fins blanchâtres.
11-3-2-1-2 - Observations particulières:
Au
cours
de
l'observation
macroscopique
des
échantillons
préllevés au marché,
nous avons pu constater la présence de
moüsissures et également les attaques d'insectes xylophages sur les
raciines de certaines espèces médicinales (d. annexe IV).
Dans l'échantillon prélevé, 10% des droQues présentent une
contamination par les moisissures et 2% seulement sont attaquées par
les insectes xylophages. Notons que nous avons observé un cas de
double contamination (tableau XV).
La plupart de ces drogues parasitées, ont été retrouvées dans des
locaux ou des étalages qui ne présentaient pas les conditions requises
pour une bonne conservation
des drogues.
Ces locaux étaient
pOUlssiéreux, mal aérés, sombres et les étalages exposés à l'air libre. La
durée d'exposition de ces drogues, excédait un an.

63
11-3-2-2 - Résultats des dosages de l'eau et des cendres
totales:
Pour évaluer la qualité des drogues proposées par les herboristes,
nCDUS avons déterminé la teneur en eau et les cendres sur 50 échantillons
des 170 randomisés (annexe VI).
Les résultats des dosages sont présentés en annexe VII.
Les tableaux XVI, XVII, XVII Il , XIX donnent la teneur en eau en
fornction des différentes parties représentées.
Dans le cas des poudres, un dosage comparatif des cendres a été
efffectué entre les poudres proposées sur les étalages et celles obtenues
ap1rès broyage des espèces et parties correspondantes. Les résultats
obltenus sont consignés dans le tableau XX.
La teneur en eau des échantillons est dans 80% des cas inférieure
à 10% ce qui permet une bonne conservation des drogues sèches.
Cependant, il faut noter que cette teneur en eau varie selon la forme de
presentation considérée. En effet, nous avons obtenu une teneur
mCDyenne pour les racines de 9,5%, les feuilles de 8,8%, les écorces de
8,7%, les poudres de 7,4%.
Le taux de cendre obtenu pour ces essais varie entre 1% et 21 '%
du poids sec de la drogue. Une comparaison du taux de cendre, entre
les poudres vendues au marché et celles obtenues au laboratoire après
broryage, a montré une faible variation dans deux échantillons seulement.
Le reste des échantillons a donné les mêmes valeurs.

54
Tableau XV : Statistiques des échantillons contaminés
TYDe de contaminations
Fréquence Pourcentage
Moisissures
17
10%
Insectes xvlophages
4
2%
Moisissuresllnsectes xylophages
1
1%
Absence de contamination
148
87%
TOTAL
170
100%
Tableau XVI: Résultats des dosages sur les feuilles

Teneur en Teneur en
d'échan.
Espèces étudiùes
eau oh,
cendre %
1
Coccu/us pendu/us
11 %
10%
2
Anogeisus /eiocarpus
8%
7%
3
Cassia occidentalis
10%
110/0
4
Combretum g/utinosum
7%
8%
5
Momordica charantia
10%
16%
6
Scoparia du/cis
9%
10%
7
Chrozophora senega/ensis
8%
14%
8
Erag.'ostis sp
7%
7%
10
/pomea asarifolia
9%
13
1 1
Cassia sieberia'1a
8%
5%
12
Sabs senega/ensis
9"Vo
7%
1
13
Aphsnia senega/ensis
8%
9%
14
Annona senega/ensis
9%
10%
15
Psorospermum corymbiferum
10%
5%
TENf:UR MOYENNE
8,8%

65
Tableau XVII:
Résultats des dosages sur les !-,oudres

Teneur en Teneur en
d'échan.
Es pèces étud lé~s
eau %
cendre %
19
Detarium microcarpum PR)
7%
5%
20
FaÇJara xanthoxyloïdes PR)
6%
3%
21
Gardenia SP (PR)
6%
4%
22
Balanites aegyptiaca (PE)
7%
10
23
Scoparia dulcis (PF)
7%
8%
24
Pterocarpus erinaceus (PE)
8%
17%
25
Heeria insignis (PR)
8%
4%
26
Khava seneaalensis (PR)
9%
13%
27
Ficus iteophylla (PE)
8%
16%
28
SecurineÇJa virosa (PR)
6%
5%
32
Ximenia americana (PR
9%
9%
TENEUR MOYENNE
7,4%
Légende:
PR= Poudre de racines
PE= Poudre d'écorce
PF= Poudre de feuille

Tableau XVIII: Résultats des dosages sur les racines

',. ~
Teneur en Teneur en
d'échan.
Espèces étudi'~§')
eau %
cendre %
9
Asparagus pau/i-guiliemi
18%
18%
29
Khaya senegalensis
6%
15%
30
Cassia occidentalis
9%
1%
31
lindigofora arecta
8%
5%
34
Sclerocarya borrea
8%
10%
40
Gardenia sp
10%
4%
41
Balanites aegyptiaca
10%
4%
42
Heeria insignis
9%
4%
43
Securineaa virosa
9%
5%
44
Detarium microcaroum
9%
3%
45
f\\'auclea latifolia
10%
2%
46
Mmaytenus senegale,nsis
10%
2%
47
Stereospermum kunthianum
9%
6%
48
Fagara xanthoxylïodes
9%
3%
49
Sterculia setigera
9%
5%
TENEUR MOYENNe~;". <"
9,5%
Tableau XIX: Résultats des dosages sur les écorces

teneur en Teneur e:nl
d'échant.
Espèces étudiées
eau %
cendre %
16
Acacia seyal
9%
6%
35
Prosopis africana
9%
5%
36
Bauhinia rufescens
9%
11%
37
Pterocarpus erinaceus
8%
17%
38
Te rminalia macroptera
9%
7%
39
Ficus iteophvlla
8%
21%
TENEUR MOYENNE"'"
8,7%

67
Tableau XX: Résultats des essais comparatifs des cendres
sur leI poudres
Org~'ri~ l' Ten~ur .
Teneur
Espèces étudiées
teltè
poudre du
., '>.•:"
poù~redu
"
marché
laboratoire
Defarium microcarlJum
Racine
5%
3%
Faqara xanthoxyJoïdes
Racine
3%
3%
Gardenia sp
Racine
4%
4%
Balanites aeqVIJtiaca
Ecorce
10%
4%
Scoparia dulcis
Feuille
8%
10%
Pferocamus erinaceus
Ecorce
17%
17%
Heeria insiqnis
Racine
4%
4%
Khava seneqalensis
Racine
13%
15%
Ficus iteolJhvlla
Ecorce
16%
21%
Securineqa virosa
Racine
5%
5%

68
II· 3·2·3· Discussion:
Les essais botaniques effectués sur les échantillons ont permis de
mettre en évidences les caractères organoleptiques et d'identifier nos
échantillons.
La présence de moisissures et d'insectes xylophages sur certains
échantillons, a entraîné la disparition de ces caractères et l'impossibilité
de les identifier. Ceci est la cause d'une part de l'état des étalages ou
des locaux où ces échantillons étaient exposés ou stockés. D'autre part
certains herboristes disposent les drogues sur des étalages à l'air libre
pèle mêle avec d'autres produits
différents des plantes (bouteilles,
perles, encens... ). Mais aussi la durée de leur exposition excédait
souvent un an.
Les résultats du dosage de l'eau sont jugés satisfaisant dans la
mesure où la teneur présente dans les échantillons testé permettait L1ne
bonne conservation. Toute fois de toutes les formes proposées (racine,
feuille, poudre... ), les poudres semble être le meilleur choix pour une
bonne conservation.
Le dosage comparatif du taux de cendre ne nous a pas permis
d'envisager la possibilité de surcharge ou de falsification ou même de
substitution sur les drogues présentées sous forme de poudre. La
détermination d'un taux standard pour les espèces couramment utilisées
permettra un meilleur contrôle de la qualité et des fraudes.
Après ces observations, il semble que la normalisation des plantes
médicinales devient une nécessité si nous voulons avoir sur le marché
des drogues de qualité et d'activité constante. Pour cela:
- le temps d'exposition des produits au niveau des étalages doit être
codifié et normalisé à l'image des normes du Codex Alimentarius de la

69
AD: au delà d'un an certains produits de la phytopharmacopée
doivent être jetés par les herboristes au lieu d'être vendus.
1- Le contrôle de la qualité des drogues proposées par les herboristes
doit ëtre réalisé réguliérement par LIn service compétent.

pHOTOS
D'Ee
ONS

"darkassé"
1••••••eN.
"sofi"

. Rd.
.
,,·40
'--
.",-
"';'
" . ' . .
",,-

-

s
"-0-;
-..
tlbentamaré"
"bakis"
-wa
-{~..
,
! .
l
.
-, l'

~~U
...:
',•... ~LE5
..
'.
#:':.
.
- f.
. : __o. : __ ~
"rat ..

..RE
"waswassortl
" béléwelgel"
"khaye"

·CD~NCLUSIONGENERALE


74
CONCLUSION:
En Afrique, les populations, surtout les plus démunies, ont
souvent recours aux propriétés médicinales des plantes pour résoudre
leurs problèmes de santé. Cela pour des raisons de coût, d'accès
difficile
aux
médicaments
modernes,
mais
aussi
pour
des
considérations culturelles.
Face à la diversité du patrimoine floral médicinal et à l'utilisation
spontanée et massive des plantes médicinales, les réformes sanitaires
dans la plupart des pays en Afrique, visent de plus en plus à intégrer
harmonieusement les végétaux dans les systèmes de santé.
Au Sénégal, malgré les conditions écologiques difficiles comme c'est
le cas dans tous les pays sahéliens, environ 600 plantes ont été
répertoriées et plus d'une centaine commercialisée sur les marchés. Le
recours à la phytothérapie intéresse environ 80% des ménages africains
et l'herboristerie occupe une place non négligeable dans l'économie
populaire (secteur informel).
Ainsi l'importance de la phytothérapie est telle, qu'elle a conduit
les professionnels de la santé à élaborer des stratégies pour la
promotion
de
la
pharmacopée
locale.
Plusieurs
voies
ont
été
préconisées dans ce sens parmi lesquelles:
- l'évaluation des ressources naturelles actuellement disponibles;
- la modernisation du secteur de l'herboristerie traditionnelle.
Ce travail
qui
se veut
une contribution à
l'étude de
la
pharmacopée traditionnelle sénégalaise, a été mené dans le but:
-
d'établir un répertoire des espèces médicinales proposées dans
les marchés de Dakar;
-
d'évaluer la qualité de ces drogues.

75
Pour ce faire, nous avons dans un premier temps effectué une
enquête auprès des herboristes ètablis dans douze marchés de la
région de Dakar. Un questionnaire a été soumis aux 30 herboristes
visités.
Ce questionnaire a permis de recueillir des renseiQnements
relatifs: à l'identité et au profil de compétence de l'herboriste, au mode
d'approvisionnement, à la forme de présentation, à la conservation et au
stockage des drogues végétales et enfin aux pathologies traitées.
Dans un second temps nous avons procédé à l'évaluation de la
qualité de ces drogues par des essais botaniques et des dosages.
Les essais botaniques visent à identifier la drogue, apprécier ses
caractères organoleptiques ainsi qu'à déceler la présence d'organismes
étrangers. Les dosages concernent la détermination de la teneur en eau
par gravimétrie et celle des cendres après calcination des organes.
Il ressort de l'enquête que 70% des herboristes sont des hommes
et environ 60% sont de l'ethnie woloff.
Par ailleurs 46% de la population étudiée a entre 50 et 70 ans.
L'âge mûr de ces herboristes présage d'une bonne expérience dans le
métier.
Ils sont dans 86% des cas analphabètes en français, ce qui pose
un
problème
de
réceptivité
face
aux
principes
d'hygiène,
de
conservation et de stockage des plantes médicinales.
Concernant les espèces médicinales nous avons recensé 140
espèces sur les 30 étalages visités. La répartition de ces espèces par
type biologique donne 44% aux arbustes et arbrisseaux; les arbres, les
herbes,
les
lianes,
les
épiphytes
et
rhizomes
représentant
respectivement 24%, 24%, 6%, 1% et 1%. Ces résultats montrent une
fOrte pression exercée sur les arbustes.

76
Les plantes sont, en Qénéral, récoltées à l'état 'frais et vendues
par fragments ou entières. Les parties d'organe de la plante les plus
utilisées sont les racines avec 42% dans nos 170 échantillons prélevés
sur les étalages (voir tableau VII ), ce qui constitue IJne menace pour les
espèces exploitées; les écorces représentent 27%, les feuilles 23%,
les 'fruits et plantes entières ayant chacun 4%.
Par rapport aux circuits d'approvisionnement, on constate que les
herboristes renouvellent régulièrement leurs produits ( tableau VIII ). Il
achètent les drogues auprès des récolteurs ou revendeurs qui se
présentent
à
eux
au
marché.
Ils
peuvent
aller
également
s'approvisionner au marché de Thiaroye gare où sont établis la plupart
des Qrossistes. Ces Qrossistes ou récolteurs vont cueillir les orQanes
vendus au pied du végétal en tenant compte des demandes des
herboristes.
En dehors de ces circuits locaux, les drogues peuvent provenir
d'autres régions: le Sine, le Saloum, Ndiareme dans le Baol, la
Casamance et même quelque fois d'autres pays: cas du Mali.
L'éloignement de ces derniers lieux d'approvisionnement pose le
problème de transport et peut s'expliquer par la rareté de certaines
espèces.
C'est le cas: du Bridelia micrantha, et du Psorospermum corymbifera.
Les pathologies traitées sont les plus diverses : les éruptions
cutanées, les maladies infantiles, la syphilis, les rhumatismes, les
arthroses, les parasitoses, les maladies vénériennes, l'impuissance,
la
fièvre, la constipation ...
Par rapport à ces patholoQies, nous avons constaté une très forte
demande
pour
certaines
espèces
et
plus
particulièrement
le
Detarium microcarpum ( cf. tableau IX ).

77
S'agissant du contrôle de la qualité, un examen botanique et des
essais de qualité effectués sur 50 échantillons tirés au hasard dans les
170 prélevés au marché, ont permis d'apprécier la teneur en eau et le
taux de cendre des échantillons.
Les résultats obtenus montrent qu'environ 80% des échantillons
analysés présentent une teneur en eau inférieure à 10%, ce qui est un
gage d'une bonne conservation. Cependant nous avons noté une
variation de cette teneur en fonction de l'organe végétal : en moyenne
8,7% pour les écorces; 8,8% pour les feuilles; 9,5% pour les racines et
7,4% pour les poudres. Au vu de ces résultats, la forme poudre semble
être le meilleur choix pour une bonne conservation.
Concernant les cendres, le taux varie entre 1% et 21 % du poids
de la drogue sèche.
Le dosage comparatif de cendre des poudres prélevés dans les
marchés et celles obtenues après pulvérisation d'échantillons des
mêmes espèces provenant des marchés n'a pas permis de mentionner
la possibilité de surcharge ou de falsification ou même de substitution
des échantillons (Tableau XIV).
A la lumière de tous ces résultats, force est de reconnaître que la
valorisation de la phytopharmacopée locale et de l'herboristerie
traditionnelle devient une priorité, surtout pour les populations les plus
démunies; afin d'améliorer les soins de santé primaires et de résoudre
les problèmes de déficit sanitaire et économique.
Cette valorisation passe par l'application de solutions pratiques
aux problèmes. Ainsi nos recommandations se situent à plusieurs
niveaux:

78
1) au
niveau
de
la
gestion
des
ressources
naturelles
médicinales; il faudra:
- vulQariser les méthodes de Qestion durable et rationnelle des
peuplements
naturels
et
ressources
médicinales
telles
que
le
reboisement, la forestation, ceci en collaboration avec les collectivités
locales;
créer
des
pépinières
ou
plantations
afin
d'assurer
l'approvisionnement régulier en matières premières de qualité
pour couvrir les besoins des populations, surtout pour les
espèces rares. A cet effet il convient d'encourager les initiatives
de ENDAI Santé à propos des essais de culture réalisés dans le
cadre de la promotion des phytomédicaments telles que le
"nguertisane", "mbaltisane" etc.
- contrôler les prélèvements et les tonnages des ressources. Pour
cela il faudra veiller au respect de la réglementation établie par Je
code forestier en particulier.
2) au niveau sanitaire, il faudra:
- assurer la sécurité dans l'utilisation des médicaments à base de
plante
par
le
respect
des
techniques
de
cueillette,
de
conservation et de stockage établie par le codex; et également
par un contrôle de la qualité suivi et régulier à partir
d'échantillons prélevés sur les étalages
- mais surtout améliorer la tenue des locaux d'herboristerie dans
les règles d'hygiène recommandées.

79
3) au niveau législatif, il faudra:
-
mettre en place un cadre juridique organisant l'exercice de la
médecine traditionnelle et de la profession d'herboriste.
-
Cette
promotion
s'appuiera
sur
deux
éléments
essentiels,
l'infom1ation et la formation.
Dans le cadre de l'information, il serait intéressant de mettre à la
disposition des populations ou collectivités locales, des structures
communautaires permanentes suffisamment informées sur l'utilisation
des plantes médicinales afin de mieux
assurer la vulgarisation et la
promotion de cette connaissance au niveau des populations.
Tandis que la formation des différents agents de la santé
(Pharmaciens, Médecins, dentistes, infirmiers... ), par l'intégration d'un
module qui traiterait de la phytotherapie, faciliterait la prescription et
encouragerait la collaboration entre ceux-ci et les tradithérapeutes,
comme c'est le cas déjà avec les centres de Keur Massar à Dakar et de
Malango à Fatick.
Il
faudra
également
former
les
acteurs
du
secteur
de
l'herboristerie (récolteurs, grossistes, herboristes... ) dans les techniques
et méthodes de traitement des plantes médicinales depuis la récolte
~usQu'au stockaQe. Ceci aura pour effet d'améliorer la présentation des
drogues, leur qualité ainsi que le respect de la biodiversité.

80
BIBLIOGRAPHIE
[1] ADJANOHOUN E.J, ADJAKIDJE V, LO 1.
Contrib.utiQl1..aJJX étud~s...ethnobotaniques et f10ristiques au Togo.
Pans.. ACe 1, 1986 , 671 p.
[2] ADJANOHOUN E.J, ADJAKIDJE V, LO 1.).
Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques au Benin.
Paris. : ACCT, 1989 ; 895 p.
[3] ADJANOHOLIN E.J, ADJAKIDJE V, LO 1.
Contribution aux études ethnobotaniques et f10ristiques au Mali.
Paris: ACCT, 1979 ; 291 p.
[4] ANONYMES
M~B~~§~~d~~~e~~î?,icpmm,(~%~~~r~~~~~t~Ba~ènégal (DAST)1997 ;
53 p.
[5] ANONYMES
Déclaration de la politique nationale de santé, juin 1989 ; p. 23-25
[6] BERHAUT J.
Flore illustrée du Sénégal
Dakar: Clairafrique, 1971 ; Tome 1 : 626 p.
[7] BERHAUT J.
Flore illustrée du Sénégal
Dakar: Clairafrique, 1974; Tome Il : 695 p.
[8] CHEVALIER A.
Michel ADANSON, voyageur naturaliste et philosophe.- Édition LAROSE
Paris, 1934 ; 172 p.
[9] CORt·RE A·'d·
1
t th'

, .
t 1
Ma lere me Ica e e
erapeu Ique expenmen a e.
Journal thérapeutique 1876 ; P 170-178.
[10] CORRE A.
Matière médicale des noirs du Sénégal.
Moniteur officiel du Sénégal et dépendances 21éme année; (1876).
[11] DELAVEAU P.
Le contrôle des plantes médicinales et son évolution
STP Pharm. 1988; 4 (5) P 422-424.

81
[12] DIAGNE A.
Les plantes médicinales des marchés sénégalais: Exemple du marché
de Tilène de Dakar.
Thèse de doct.- Pharm. : Univ. Dakar: 1988 ; N° 78.
[13] DIEDHIOU L. G.
Place des plantes médicinales et dérivés dans les circuits officinaux
de distribution des médicaments: Enjeux et perspectives au Sénégal.
Thèse doct.- Pharm. : 1994; N°20.
[14] DILLEMAN G.
Les plantes médicinales et la loi.
Les Actualités Pharmaceutiques 1983 ; (N° 196) ; P 43-45.
[15] DIRECTION DES EAUX ET FORETS:
Campagne nationale de reboisement;
Bilan 1995 et prévision 1996, Dakar - Juillet 1996.
[16] DIRECTION DE LA PLANIFICATION:
Plan orientation pour le développement économique et social
1996-2001 ; IXe Plan.- juin 1997
[17] DIRECTION DE LA SANTE;
Forum sur le développement économique et social 1996-2001 ; IXe Plan
Division médecine privée et de la médecine traditionnelle; juin 1997.
[18] DIRECTION PREVISION ET STATISTIQUE:
Les changements démographiques au Sénégal cahier N° 138
[19] DIRECTION PREVISION ET STATISTIQUE:
Recensement général de la population et de l'habitat 1988 ;
Rapport national juin 93
[20] ENDAISANTE:
Série çje .Dlantes médicina/e.s.
Cooperaflon autrichienne TZ Vienne, Dakar 1993.
[21] ENDAISANTE :
programme de valorisation de la médecine traditionnelle et des plantes
médicinales.
Manuel de formation, Rev. Mai 1997.
[22] ENVIRONNEMENT-AFRICAIN:
Série plantes médicinales
Dakar.: ENDA, 1987 ; p. 15-31

82
[23] FALL A. D.
Protection des écosystèmes naturels au Sénégal : Exemple des plantes
mépicinales. EQ.Quête rne(lée... au niveau des régions de Dakar et de Thiès.
These de doct. Pharm : UnJV. Dakar: 19~6 ; N°3.
[24] FORTIN D., LO M., MAYNART G.
Plantes médicinales du Sahel.
ENDAICECI, 1990; 278 p.
[25] FOURASTE 1.
Le contrôle des plantes médicinales.
Actualités Pharmaceutiques 1990 ; (N° 278) : p 55-58.
[26] GUILLOT B.
La conservation et le stockage des plantes.
Les Actualités Pharmaceutiques Nov.lDéc 1974 ; (N°1 05/1 06) : p. 29-32.
[27] IDRe :
Prospects for a medicinal plants programme in Africa : Conference on
information networking on medicinals plants, 1999, 16-19 Nov.
[28] JEAN JEAN P.
Plantes medicinales et résidus de pesticides
Actualités Pharmaceutiques 1990 ; (N°278) :
[29] KERHARO J.
Aperçu phytogéographique sur la flore médicinale sénégalaise.
Plantes médicinales et phytothérapie 1974; VIII (N°2): p. 113-121.
[30] KERHARO J. et ADAM J. G.
Pharmacopée sénégalaise traditionnelle
Plantes médicinales et toxiques.- Édition Vigot et frères
Paris, 1974; 1011 p.
[31] KERHARO J.
Que sait-on des plantes médicinales vendues dans les marchés sénégalais?
Médecine d'Afrique noire 1976 ; 23 (11) ; p. 665-670.
[32] LEBRUN J. P.
Énumération des plantes vasculaires du Sénégal.,- Dakar, 1973 ; 209 p.
[33] LO Modou
Pharmacopée sénégalaise pratique.
Thèse doct. Pharm. : Univ. Dakar: 1984 ; N°98.

83
[34] MINISTERE DE L'AGRICULTURE: DPVI LOCUTOX ;
Effet de la lutte anti- acridienne sur l'environnement.
ONU pour l'alimentation et l'agriculture, Tome 1; 1997.
[35] MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES:
Situation économique et sociale du Sénégal. Edition 98, Déc 99.
[36] MINISTERE DE L'ENVIRONNEMENT ET DE LA PROTECTION DE LA
NATURE:
Journal officiel de la République du Sénégal;
Décret N°96-572 du 9 juillet 1996
B~g~~t ~: ~~=l~~ ~~ ~6 révJ~\\~?f~98
[37] MINISTERE DE LA SANTE ET DE L'ACTION SOCIALE:
- Programme de Développement intégré de la Santé et l'action Social (PDIS)
1998-2002 ; Juin 97, p. 26-27
- Plan National de Développement Sanitaire et Social 1998-2007 ;
Juin 97, p. 76-77
[38] NETIEN G.
L'herboristerie des origines à nos jours
Les Actualités Pharmaceutiques Nov.lDéc 1974; (N°1 05/106) ; p.15-16.
[39] NGYEN Hiep
La normalisation des plantes médicinales.- Plantes médicinales et
Phytothérapie 1967 ; tome. 1 (N°4) ; p. 221-233.
[40] ORSTOM-UNESCO
Ecosystèmes forestiers tropicaux d'Afrique
Paris, 1983; p. 441-470.
[41] PARIS R.
Le problème de la dessiccation des plantes médicinales
Plantes méd. et Phytothér. 1960 ; tome III (N°1) ; P 7-13.
[42] PARIS R. et MOYSE H.
Precis de matiere médicale, tome 1. - Ed. Masson et Cie
Paris Vie, 1965; 416 p.
[43] PARIS R. et MOYSE H.
Précis de matière médicale, tome III. - Ed. Masson et Cie
Paris, 1971 ; 509 p.
[44] PHARMACOPEE AFRICAINE CSTRIOUA- 1ère édition 1985, vol 1, 274 p.
[45] PHARMACOPEE FRANCAISE IXe édition- Maisonneuve 1972

84
[46] PHARMACOPEE FRANCAISE Xe édition- Maisonneuve 1982
[47] PENSO G.
Liste prioritaire des plantes médicinales largement utilisées dans le monde.
DPM/80-4/0MS, 1979.
[48] ROBINEAU L., DE LAUTURE H., WONE 1.
Série de plantes médicinales, Dakar, 1979.
[49] ROBINEAU L., DE LAUTURE H., WONE 1.
Actuqlité de la pharmacopée traditionnelle dans le vécu socioculturel au
Senegal.
Projet PHAREV.7, ENDA- Dakar, 1978 ; Doc Ronéo.
[50] SYLLA R.
Recherche et dosage des résidus de pesticides organochlorés dans les
plantes médicinales.
DEA Chimie et Biochimie des produits naturels, Faculté des sciences:
Univ. Dakar: 1995
[51] TROCHAIN J.
Contribution à l'étude de la végétation du Sénégal.
Mémoire IFAN 1940; (N°2).
[52] 1I1CN/CDRI :
Atelier national sur la conservation et la valorisation des plantes médicinales
au Sénégal, Dakar, 1998, 4-6 mai.
[53] WADE M., OlEYE 1. , MBODJ A. S.
Noms en lar]ÇJues nationÇlles des Rrincipales plantes sponlqné,es et
subspontane~s rencontrees dans le bassin a~achldier du Senegal.
ISRA/CNRA mai 1999.
[54] ZOHOUN S. 1.
Monographie de 4 plantes médicinales sénégalaise: Cassia occidenta/is L,
Euphorbia hirta 1. , Guiera senega/ensis J. F. GMEL, Tinospora bakis (ARich)
~Iers.
Thèse doct. Pharm. : Univ. Dakar: 1997 ; N° 39.

85
NOTES ET DOCUMENTS
[55] DENNIS V. C Awang, PH. D.
Quality control and good manufacturing pratices : safety and efficacy of
commercials
herbais.
FDLI'S (Food Regulatory Update 96 Washington, D.C., oct. 31)
[56] GASENGAYIRE F.
Intérêt et problématique de la valorisation des ressources végétales en
Afrique.
Diversité bio!ogique et valorisation des plantes médicinales, Actes Edition,
Rabat, 1996 , p. 99- 120.
[57] KEITA A.
Exploitation des plantes médicinales au Mali
Diversité biologique et valorisation des plantes médicinales.- Actes Edition,
Rabat, 1996 ; p.81-86.
[58] LO M.
Enquête éthnopharmacognosique et récolte de matériel végétal dans la région
du fleuve (St louis), 1977.
[59] LO M. et al.
Inventaire des aires de peuplement des plantes médicinales les plus utilisées
au Sénégal. Projet IAPPMU 1 DPH 1 PDIS, 1988.
[60] MBIELE A. L.
Etat des ressources phytogénétiques nationales en Afrique
Diversité biologique et valorisation des plantes médicinales.- Actes Edition,
Rabat, 1996 ; p. 9 -16.
[61] NONGONIERMA A.
Quelques plantes utiles de quelques famille de la flore africaine; IFAN, Doc
Ronéo 1970 ; 24 p.
[62] OUATTARA Saïdou
Conservation ln situ et ex situ des plantes médicinales au Mali.
Diversité biologique et valorisation des plantes médicinales.- Actes Edition,
Rabat, 1996 ; p. 61-79.
[63] REJDALI Moh
bQ f1or~ ,du Maroc: Etat aCfuel et perspectives
,
Iverslte biologique et va orisatibn des plantes medicinales.- Actes Edition,
Rabat, 1996 ; p. 19- 22.
[64] WONE 1.
Rapport sur la place de la médecine traditionnelle au Sénégal.


ANNEXE "
, 9HO
19tH
1\\+1
lltl
< 200 mm
500 - 700 mm
o 200 - 400
~
mm
7QO-l000mm
~
Il ,.
400 - SOOmm
1000 mm
Figure :?
Pluviométrie annuelle moyenne au Sénégal, 1930-1939 et
1980-1987
Source
Moore et af. (1992)

Annexe Il
Répertoire des espèces médicinales du Sénégal
1- ACANTHACEAE
8- APOCYNACEAE
Asystasia gangetica (L.) T. Anders
Adenium obesum (Forsk.) Roem. et Schutt.
Hygrophila auriculata (Schumach) Heine
Alstonia Boonei De Willd.
Hygrophila senegalensis (Nees) T. Anders
Baissea multif/ora A OC.
*Lepidagathis sericea Benoist
Carrisa edulis Vahl.
Monechma ciliatum (Jacq.)
Catharanthus rose us (L.) G. Don.
Nelsonia canescens (Lam) Spreng
Holarrhena floribunda (G. Don.) Dur. et
Peristrophe bicalyculata (Retz.) Nees
Sching.
2- AGAVACEAE
Hunteria elliotii (Stapf) Pichon
Agave sisalana Perrine L.
Landolphia dulcis (R. Br.) Pichon
Sansevieria senegambica Baker
*Landolphia heudelotii AOC.
3- ALiSMA TACEAE
*Landolphia hirsuta (Hua) Pichon
Lophotocarpus guyanensis Dur. Et Sch.
Nerium oleander L.
4- AMARANTHACEAE
Plumeria rubra L.
Achyranthes aspera. L.
Rauwolfia vomitoria Afzel
Althernanthera sessilis (L.) R. Br. Ex. Roth
Saba senegalensis (A OC.) Pichon
Amaranthus spinosus L.
*Strophantus gratus (Hook.) franch.
*Celosia trigyna L.
Strophantus sarmentosus OC.
Nothosaerva brachiata (L.) Wight
Thevetia neriifolia Juss
Pupalia lappacea (L.) Juss.
Voacanga africana stapt
5- AMARYLLIDACEAE
9- ARACEAE
Crinum pauciflorum BAK.
Amorphophallus consimilis blume
Crinum sanderianum Bak.
Anchomanes difformis (BI.) Engl.
Haemanthus multif/orus Martyn
10- ARECACEAE
Hymenocallis littora/i", Salisb.
Borassus aethiopum Mart.
Pancratium trianthum Herb.
Calanus deerratus Maun. Et Wendl.
6- ANACARDIACEAE
Cocos nucifera L.
Anacardium occidentale L.
Elaeis guineensis Jacq.
Heeria insignis (Del.) O. Ktze
Hyphaene thebaïca (L.) Mart.
Lannea acida A Rich.
Phoenix reclinata Jacq.
Lannea microcarpa Engl. Et Kr.
Raphia sudanica A Chev.
Lannea nigritana (Sc. Elliot) Kay.
11- ASCLEPIADACEAE
Lannea velutina A. Rich.
Calotropis procera Ait. F.
Mangifera indica L.
Caralluma dalziellii N.E. Br.
Pseudospondias microcarpa (A. Rich.) Engl.
Carralluma decaisneana (Lem.) N. E. Br.
Sorindeajuglandifolia (A Rich.) Planch. ex.
Caralluma retropisciens (Ehrenb.) N E.
Olive
Br.
Sclerocarya birrea (A Rich.) Hochst.
*Gymnema sylvestre (Retz.) Schuttes
Spondias monbin L.
Leptadenia hastata (Pers.) Decne
7- ANNONACEAE
Leptadenia Sp.
Annona glauca Schum. Et Thonn.
Pergularia daemia (Forsk) Chiov.
Annona muricata L.
Secamone afzelii (Sch.) K. Schum
Annona reticulata L.
12- ASTERACEAE
Annona senegalensis Pers.
Acanthospermum hispidum OC.
Annona squamosa L.
Ageratum conyzoides L.
*Enneastemon barblateri (Baill.) Keay
Ambrosia maritima L.
Hexalobus monopetalus (A. Rich.) E. et D.
Blainvillea gayana Casso
Uvaria chamea P. Beauv.
Blumea aurita var. foliosa (L. F.) OC.
*Uvaria thomastï Sprague et Hutch.
Xylopia parviflora (A Rich.) Bentham

Centaurea perrottetii DC.*Cynara scolymus Cassia podocarpa Guill et Perr.
L.
Cassia siamea Lam.
Dicoma sessi/iflora Harv.
Cassia sieberiana OC.
Ec/ipta prostrata L.
Cassia spectabilis OC.
*Ethu/ia conyzoides L.
Cassia suratensis Burm.
Melanthera gambica Hutch. et Dalz.
Cassia tora L.
*Microglossa pyrifo/ia (Lam.) O. Ktze
Cordyla pinnata (Lepr. ex A. Rich) Milne
Mikania cordata (Burm.) Rob.
Redhead
Sphaeranthus senegalensis OC.
Daniellia ogea (Harms) Rolte ex. Holi.
Spilanthes u/iginosa Sw.
Danielllia oliveri (Rolte) Hutch. et Dalz.
Vernonia cinerea (L.) Less.
Delonix regia (Boi) Rat.
Vernonia colorata (Willd.) Drake
Detarium microcarpum Guill. et Perr.
Vernonia nigritiana Oliv. et Hiern.
Detarium senegalensis J. F. Gmel
Vernonia pauciflora (Willd.) Less.
Dialium guineense Wild.
13- AVICENNIACEAE
Erythrophleum africanum 0Nelw ex.
Avicennia africana P. Beauv.
Benth) Harms
14- BIGNONIACEAE
Erythrophleum guineense Wild.
Kigelia africana (Lam.) Benth.
Guibourlia copallifera Benth.
Markhamia tomentosa (Benth) K. Schum.
Mezoneurum benthamianum Baill.
Newbouldia leavis (P. Beauv.) Seemanex
Parkinsonia aculeata L.
ex. Bureau
Piliostigma reticulatum (OC) Hochst.
Stereospermum kunthianum cham.
Piliostigma thonningii (Schum) Mi/n.
*Tecoma stans (L.) H.B.K.
redhead
15- BOMBA CACEAE
Swarlzia madagascariensis Desv.
Adansonia digitata L.
Tamarindus indica L.
Bombax costatum Pellegr. et Vuillet
21- CANNABINACEAE
Ceiba pentandra (L .) Gaertn
Cannabis sativa L.
16- BORA GINA CEAE
22- CAPPARIDACEAE
Cordia myxa L.
Boscia angustifolia A . Rich.
Cordia rothii Roem. Et Schult.
Boscia senegalensis (Pers.) Lam et Poiv
Cordia senegalensis Juss.
Cadaba farinosa Forks
Heliotropium bacciferum Forsk.
Capparis decidua (Forsk) Edgew.
Heliotropium indicum L.
Capparis tomentosa Lam.
17- BRASSICACEAE
Crateva religiosa Forst.
* Nasturlium officinale R. Br.
*Gynandropsis gynandra (L.) Briq.
18- BURSERACEAE
Maerua angolensis OC.
Commiphora africana (A. Rich.) Engl.
Maerua oblongifolia (Forsk) A. Rich
19- CACTACEAE
Ritchiea capparoides (Andr.) Britten
Opuntia tuna Mill.
23- CARICACEAE
20- CAESALPINIACEAE
Carica papaya L.
Afzelia africana Smith
24- CARYOPHYLLACEAE
Bauhinia rufescens Lam.
Polycarpea linearifolia (D.C.) OC.
Burkea africana Hook
25- CASUARINACEA~<
Caesalpinia bonduc L. (Rox B.)
Casuarina equisetifolia Forts.
Cassia absus L.
26- CELASTRACEAE
Cassia alata L.
Hippocratea africana (wild) Loes. ex.
Cassia italica (Mill) Lam. ex. F. W. Andr
Engl.
Cassia mimosoides L.
Hippocratea paniculata
Cassia nigricans Vahl.
Maytenus senegalensis Lam. Exell.
Cassia occidentalis L.

· Ressantia indica (Willd.) Hall.
35- CUCURBITACEAE
Sa/acia senega/ensis (Lam.) DC.
C%cynthis citrul/us(L.) O. Kze.
27- CHENOPODIACEAE
C%cynthis vu/garis Schrad.
*Beta vu/garis L.
Cucurbita maxima Duchesne
Chenopodium ambrosioides L.
Cucurbita pepo L.
28- CLUSIACEAE
Lagenaria siceraria (Mollina) Standl.
Garcinia Ko/a Heckel.
Luffa acutangu/a (L.) Roxb.
29- COCHLOSPERMACEAE
Luffa aegyptiaca Mill
*Coch/ospernum p/anchonii Hook.
Me/othria maderaspatana Cogn.
Coch/ospermum tinctorium A. Rich.
Me/othria tridacty/a Hook. F.
30- COMBRETACEAE
Momordica ba/samina L.
Anogeissus /eiocarpus (DC) Guill. et Perr.
Momordica charantia L.
Combretum acu/eatum Vent.
36- CYPERACEAE
Combretum crotonoides Hutch. et Dalz.
Cyperus articu/atus L.
Combretum g/utinosum Perr. et Diels
Cyperus escu/entus L.
Combretum /ecardi Engl. et Diels
E/eocharis Fistu/ata Schult.
Combretum micranthum G. Don
E/eocharis mutata (L.) Roem et Schult
Combretum molle R. Br. ex . G. Don -
E/eocharis p/antagina R. Br.
Combretum nigricans var. elliotii (Engl. et
Rhyncospora corymobosa Britt.
Diels) Auber
37- DAUCACEAE
Combretum nigricans var nigricans Lepr.
*Centella asiatica
ex. Gui". et Perr.
*Petroselinum crisptum Miller Turill.
Combretum panicu/atum Vent.
38- DILLENIACEAE
Combretum racemosum P. Beauv.
Tetracera a/nifolia Wild
Combretum Tomentosum G. Don
Tetracera potatoria Afzel ex G. Don
Guiera senega/ensis J. F. Gmel
39- DIOSCOREACEAE
Pte/eopsis suberosa Engl et Diels
Dioscorea bu/bifera L.
Terminalia avicennioides Guill. et Perr.
Dioscorea dumetorum (Kunth) Pax.
Terminalia /axiflora Engl.
Engl. et Pro
Terminalia macroptera Guill. et Perr.
Dioscorea praehensilis Benth
31- COMMELINACEAE
Dioscorea sp.
Comme/ina forska/ei Vahl
40- EBENACEAE
Palisota hirsuta K. Schum
Diospyros mespJ1iformis Hochst. ex. A.
32- CONNARACEAE
DC.
Cnestis ferruginea DC
41- ELATINACEAE
33- CONVOL VULACEAE
Bergia suffruticosa (Del.) Fenzl
Ca/ycobo/us heude/otii (Bak) Heine
42- EUPHORBIACEAE
Cressa cretica L.
A/chornea cordifolia (Schum et Thonn)
/pomaea asarifo/ia (Desr.) Roem et Schult
Mull. Arg.
/pomaea batatas (L.) Lam
Anthostema senega/ense A. Juss
/pomaea cairica (L) Sweet
Bridelia micrantha (Hochst.) Baill
/pomaea mauritania Jacq.
Chrozophora brocchiana Vis
/pomaea pes-caprae (L.) Sweet
Chrozophara C. plicata (Vahl) Juss ex.
Merremia Kentrocau/os (C.B.CI.) Rendle
Spreng
Merremia tridentata subsp. Angustifolia
Chrozophora senega/ensis (Lam.) A.
(Jacq.) Dost.
Juss ex. Spreng
34- CRASSULACEAE
Croton /obatus L.
Bryophyllum pinnatum (Lam.) O. Ken
Croton zambesicus (Mue".) Arg.

Elaeophorbia grandifolia (Harv.) Croizat
Indigofera bracteolata OC.
Euphorbia balsamifera Ail
Indigofera dendroides Jacq.
Euphorbia hirta L.
Indigofera hirsuta L.
Euphorbia paganorum A. Chev.
Indigofera macrocalyx Guill. et Perr.
Euphorbia pulcherrima Willd
Indigofera macrophylla Schum
Euphorbia scordifolia Jacq.
Indigofera oblongifolia Forsk
Euphorbia tiruca/li L.
Indigofera paniculata Vahl. et Pers.
*Hura crepitans L.
Leptoderris fasciculata (Benth.) Ounn.
Hymenocardia acida Tul.
Lonchocarpus ceyanescens (Schum.
Jatropha curcas L.
et Thonn.) Benth
Hymonocardia acida Tul.
Lonchocarpus laxiflorus Gui". et Perr.
Jatropha curcas L.
Lonchocarpus sericeus (Poir.) H. B. K.
Macaranga heterophylla (Mull. Arg.)
Lotus arabicus L
Manihot esculenta Grantz.
Moghania faginea (Guille et Perr.) O.
Microdesmis puberula Hook.
Ktze
*Phy/lanthus amarus (Schum. Et Thonn).
*Mucuna cochinchinensis (Lour.) A.
*Pyllanthus discoides Mull Arg.
Chev.
Pyllanthus niruri L.
Mucuna pruriens (L.) OC.
Phyllanthus communis L.
Ostryoderris stullmannii (Taub.) Ounn.
Securinega virosa (Roxb. Willd.) Bail.
Ex. Harms
43- FABACEAE
Pterocarpus erinaceus Poir.
Abrus precatorius L.
Pterocarpus pycnostachya (OC) Meikle
Aeschynomene sensitiva Sw.
Sesbania bispinosa (Jacq.) W. F.
Afrorrnosia /axiflora (Benth. ex Bak.) Harms
Wight
Andira inermis (Wrigrt) OC.
Sesbania pubescens OC.
Arachis hypogaea L.
Sophora occidentalis L.
*Gajanus cajan (L.) Miiisp.
Sty/osanthes erecta P. Beauv.
Ganava/ia ensiformis (L.) OC.
Stylosanthes mucronata Willd.
*Grota/aria arenaria Benth.
Tephrosia obcordata (Lam. et Poir.)
Grota/aria atrorubens Hochst.
Bak
*Grota/aria glauca Willd.
Tephrosia purpurea (L.) Pers.
*Grotaliria juncea L.
Tephrosia vogelli Hook F.
*Grota/aria microcarpa Hochst.
Vigna unguiculata (L.) Walp.
*Grota/aria pal/ida Ait.
Voandzeia subterranea (L.) OC.
Grota/aria perrottetii OC.
44- FICOIDACEAE
Grota/aria retusa L.
Sesuvium portu/acastrum L.
Dalbergia Boehmii Taub.
45- FLA COURTIA CEAE
Dalbergia ecastaphyllum (L.) Taub.
Oncoba spinosa Forsk.
Da/bergia me/anoxy/on Guill. et Pero
46- HYPERICACEAE
Da/bergia sp
Harungana madagascariensis Lam.
Desmodium ve/utinum (Willd.) OC.
Psorospermum senega/ense Spach.
*Desmodium adscendens (Sw.) OC.
47-ICACINACEAE
Drepanocarpus /unatus (L.) G. F. W. Mey
/cacina senegalensis A. Juss.
Eriosema glomeratum (Guill. et Perr.) Hook F.
Raphiostylis beninensis (Hook.)
Erythrina senegalensis OC.
Planch.
*Flemingea faginea G. dt Perr.
48-IRIDACEAE
/ndigofera arrecta Hochst ex. A. Rich
Gladiolus klattianus Hutch.
-

49- LAMIACEAE
Sida alba L.
*Hoslundia opposita vahl
Sida cordifofia L.
Hyptis spicigera Lam.
*Sida finifolia Juss.
Hyptis suaveolens Poit.
Sida rhombifolia L.
Leonotis nepetaefolia (L.) Ait.
58- MARANTACEAE
Ocimum basilicum L.
Thafia geniculata L.
Ocimum canum Sims
59- MELASTOMA TA CEAE
50- LAURACEAE
Dissotis senegambiensis (Guill. et
Cassytha filiformis L.
Perr.) Tri.
Persea americana Mill.
*Dissotis rotundifolia (Sm.) Triana
51- LlLIACEAE
60- MELIACEAE
*Allium cepa L.
Azadirachta indica A. Juss.
*Allium porum
Carapa procera OC.
*Allium sativum
Ekebergia senegalensis A. Juss.
Asparagus pauli-guilelmi Solms Laub.
Khaya senegalensis (Desr.) A. Juss.
Gloriosa simplex L.
Melia azedarach L.
Gloriosa superba L.
Ficus leprieuri Mig.
Scilla picta A. Chev.
Ficus platyphyl/a Del.
Urginea indica (Roxb.) Kunth.
Ficus scott elliotii Mild. et Burr.
52- LINACEAE
Ficus sp
Hugonia planchonii Hook
Ficus thonningii blume
53- LOGANIACEAE
Ficus umbel/ata Vahl.
Anthocleista nobilis G. Don.
Ficus vogelii Mig.
Anthocleista procera lepr. ex. bureau
Morus mezozygia Stapf.
Mostuea hirsuta (T. Anders) Bail. ex. Bak.
61- MORINGACEAE
Strychnos afzelii (gilg.) Eng.
Moringa oleifera Lam.
Strychnos spinosa Lam.
62- MUSACEAE
Usteria guineensis Will.
*Musa sapientum L.
54- LORANTHACEAE
63- MYRTACEAE
Tapinanthus bangwensis (Engl. et K. Krausse
*Eugenia jambolana Lam.
Danger.)
Eucalyptus camaldulensis Mehn.
55- L YTHRACEAE
Psidium guajava L. Radd.
Ammania baccifera L.
Syzygium guineense (Willd.) OC.
Ammania senegalensi Lam.
64- NYCTAGINACEAE
Lawsonia inermis L.
Boerhavia diffusa L.
56- MALPIGHIACEAE
Boerhavia repens L.
Acridocarpus plagiopteris Guil!. et Perr.
Bougainvillea glabra Chois
Rhinopterys spectabilis Niedenzu.
Bougainvillea spectabilis Wild.
57- MALVACEAE
65- NYMPHEACEAE
Abutilon pannosum (Forst.) Schlechtend
Nymphea lotus L.
Cienfuegosa digitata Cav.
66- OCHNACEAE
Gossypium barbadense L.
Lophira lanceolata Van Teigh.
Hibiscus asper Hook. F.
67- OLACACEAE
Hibiscus esculentus L.
*Jasminum dichotomum Vahl.
Hibiscus rosa-sinensis L.
Ximenia americana L.
Hibiscus sabdariffa L.
68- OPILIACEAE
Pavonia hirsuta Gull. et Perr.
Opilia ce/tidifolia (Guill et Perr.) Encl.
*Sida acuta (Bum.) F.
ex. Welp

69- PAPA VERACEAE
Vetivera nigritana Stapf
Argemone mexieana L.
Zea mays L.
70- PASSIFLORACEAE
76- POL YGONACEAE
Adenia /obata (Jacq.) Eng/.
Po/ygonum senega/ense Meisn
Adenia sp.
77- PORTULA CA CEAE
Passif/ora foetida L.
Portu/aea o/eraeeae L.
Smeathmannia /aevigata Soland. ex. R. Br
78- PUNICACEAE
71- PEDALIACEAE
Puniea granatum L.
*Ceratotheea sesamoides End/.
79- RHAMMACEAE
Rogeria adenophylla J. Gay. ex Delile
Zizyphus mauritiana Lam.
Sesamum a/atum Thonning.
Zizyphus mueronata Willd.
Sesamum indieum L.
Zizyphys spina-ehristi (L.) Desf.
Sesamum radiatum Schum et Thonn.
80- RHIZOPHORACEAE
72- PERIPLOCACEAE
Rhizophora raeemosa G.F.W. Mey.
Crypto/epis sanguino/enta (Und/.) Schltr.
81- ROSACEAE
*Mondia Whitei (Hook.) Skee/s.
Chrysoba/anus orbieu/aris Schumach
Parquetina nigreseens (Afze/.) Bullock
Parinari exee/sa Sabine
73- PIPERACEAE
Parinari maerophylla Sabine
Piper guineense Schum et Thonn.
82- RUBIACEAE
74- PLUMBA GINA CEAE
Borreria ehaetoeepha/a (D.C.) Hepper
P/umbago zey/aniea L.
Borreria radia ta OC.
75-POACEAE
Borreira staehydea (OC) Hutch. et
Andropogon penguipes Stapf.
Datz.
Aristida /ongifolia Schum. et Thonn.
Borreira vertieillata (L.) G.F.W. Mey.
Aristida stipoides Lam.
Cephaëlis peduneu/aris Salisb.
Cenehrus bif/orus Roxb.
Crossopteryx febrifuga (Afzel ex G.
Cymbopogon eitratus (OC) Stapf.
Don) Benth.
Cymbopogon giganteus (OC.) Stapf.
Fadogia erythroph/oea (K. Schum. et
Digitaria exilis (Kippist) Stapf.
Krause.)
Eehinoeh/oa pyramidalis (Lam.) Hitehe. et Chase
Feretia apodanthera Del.
Eehinoeh/oa stagnina (Rez.) P. Beauv.
Gardenia erubeseens Staff. et Hutch.
Eragrostis eiliaris R. Br
Gardenia spp
Eragrostis gangetiea (.ROXB). Steud.
Gardenia ternifo/ia Schum et Thonn.
/mperata ey/indriea Beauv.
Gardenia triaeantha OC.
/eersia hexandra Sw.
Kohautia grandifolia OC.
O/yra /atifo/ia L.
Maerosphyra /ongisfy/a (OC) Hiern.
Oxytenanthera abyssiniea Munro.
Mitraearpus seaber Zue.
Panicum anabaptistum Steud.
Mifragyna inermis (willd.) O. Ktze.
Paspa/um serobieu/atum L.
Mitragyna stipu/osa (OC) O. Ktze.
Paspatum vaginatum Sw.
Morinda geminata OC.
Pennisetum pedieellatum Trin.
Morinda /ueida Benth..
Pennisetum sp.
Morinda morindoides (Bakr.) Milme
Pennisetum subangustum Stapf et C. E. hubb.
Redhead
Phragmites vu/garis (Lam.) Druce
Naue/ea /afifolia Sm.
Sorghum sp.
Naue/ea pobeguinii (Back.) Milme
Phragmites vu/garis Druce
Redhead
Streptogyne gerontogaea Hook. F.
O/den/andia /aneifo/ia (Schumaeh) OC.
Sorghum sp.
Pavetta erassipes (K. Schum) Eng/.

Pavetta oblongifolia (Hiern.) Bremek.
92- STERCULARIACEAE
Pouchetia africana A. Rich. ex. OC.
Cola cordifolia (Cav.) R. Br.
Psychotris psychotrioides (DG.) Roberty
Cola nitida (Vent.) Sehott et lnd/.
Rutidea parviflora OC.
Oombeya quinqueseta var.
83- RUTACEAE
senegalensis Planeh. Kay.
Afraegle paniculata (Sehum. et Thonn.) Eng/.
Sterculia setigera De/.
Citrus aurantifolia Swingle
Sterculia tragacantha Und/.
Fagara leprieurii (Guill. et Perr.) Engl.
Waltheria indica L.
Fagara xanthoxyloïdes Lam.
93- TAMARICACEAE
84- SALICACEAE
Tamarix indica
Salix coluteoïdes Mirb.
94- llLlACEAE
Salix subserrata Willd.
Corchorus clitorius L.
85- SAL VARA CEAE
Grewia bicolor Juss.
Salvadora' persica L.
Grewia flavescens Juss.
86- SAPINDACEAE
Grewia lasiodiscus K. Sshum.
Alfophylfus africanus P.Beauv.
Grewia mollis Juss.
Aphania senegalensis (juss.) Radlk. Ex Porr.
Triumfetta heudelotii Planeh. et
*Blighia sapida Koeing et Si ms
Thonn.
OOd0/18eB viscosa Jaeq.
95- ULMACEAE
*/ec8niodiscus cl/panioïdes Planeh. ex. Benth.
Ce/tis integrifoliB Lam.
*/tlI'isrlllt/lOs .·;(ll/tlr/lIftlllsis .JlISS ox Poir
Tromn flllino0/18is (Schum et
PIlIII/II liil P;I/I/I/{i/ L.
1'1101111). ficalho
87- SAPOTACEAE
96- VERBENACEAE
ButyrospermuJn paradoxu/71 subsp. parkii (G. Don.)
C/erodendrum acerbianum Benth .
Hepper
.et Hock.
Malacantha a/nifolia (Bak.) Pierre
C/erodendrum capitatum (Willd.)
Manilkara mu/tinervis (Bark.)Dubard.
Sehum. et Thonn.
88- SCROPHULARIACEAE
Lantana camara L.
Bacopa decumbens (Ferm.) F.N. Will
Lippia chevalieri Maldenke
Scoparia du/cis L.
Uppia muftifolia Maldenke
Stiga hermo(Jtheca (Del.) Benth.
Premma hispida Benth.
89- SIMARUBACEAE
Vitex doniana Sweet
Hannoa undulata (Guill. Et Perr.) Laneh.
Vitex madiensis Olîv.
90- SMILACA CEAE
97- VITACEAE
Smilax kraussiana Meissn.
Cissus populnea Guill. et Perr.
91- Solanaceae
Cissus quadrangularis L.
Capsicum annum L.
98- XYRIDACEAE
Capsicum frutescens L.
Xyris anceps Lam.
Datura inoxia Mil/.
99- ZINGIBERACEAE
Datura stramonium (L.) Thunb.
Aframomum spp
Nicotiana rustica L.
Costus afer Ker.
Nicotiana tabacum L.
Kaempferia aethiopica Benth.
Schwenkia americana L.
Zingiber officinale Roseoe
Solanum aethiopicum L.
100-
ZYGOPHYLLACEAE
Solanum incanum L.
Balanites aegyptiaca (L.) De/.
Solanum Iycopersicum var. cerasiforme (Duna/.) A.
Guaiacum officinale L.
vors
Tribulus terrestris L.
*Plantes ne figurant pas sur la liste établie par KERHARO mais poussant au Sénégal.

ANNEXE III
Tableau III : Liste des espèces et ressources médicinales retrouvées sur les
marches de Dakar et des villes du Sénégal
NOMS SCIENTIFIQUES
J.KHERHARO
A. DIAGNE MODOULO
DASYLVA
(1976)
(1988)
ET AL(1999)
(2000)
01
Acacia adansonii




02
Acacia albida



03
Acacia ataxacantha


04 . Acacia macrostachya


05
Acacia nilotica nilolica


06
Acacia senegal


07
Acacia seyal




08
Acacia sieberiana



09
Adansonia digitata



10
Afromosia laxif/ora



11
Afzelia africana

12
Anacardium occidentale




13
Andropogon penguipes

14
Annona muricata

15
Annonasenega~ns~




16
Anogeissus leiocarpus



17
Aphania senegalensis


18
Asparagus africanus


19
Asparagus pauli-guilielmi


20
Baissea multif/ora

21
Balanites aegyptiaca




22
Bauhinia rufescens



23
Boscia senegalensis




24
Bridelia micrantha


25
Cadaba farinosa

26
Calotropis procera



27
Canavalia rosea

28
Capparis tomentosa


29
Cassia italica




30
Cassia occidentalis




31
Cassia sieberiana




32
Cassytha filiforrnis

33
Ceiba pentandra

34
Centaurea senegalensis



35
Chrozophora senegaJensis


36
Chrysobalanus orbieularis

37
Cissampelos mucronata



38
Cissus populnea


39
Citrus aurantifolia

40
Cocculus pendulus




41
Cochlospermum tinctorium




42
Colocasia esculenta

43
Combretum glutinosum




44
Combretum micranthum




45
Combretum paniculatum

46
Commiphora africana



47
Cordia myxa


48
Cordyla pinnata



49
Crateva religiosa


50
Cymbopogon giganteus



51
Dalbergia melanoxylon


52
Daniella oliveri




53
Desmodium tortuosum

54
Detarium microcarpum




55
Dichrostachys glomerata



56
Diospyros mespiliformis




57
Ekebergia senegalensis




58
Entada africana


59
Eragrostis ciliaris

60
Eragrostis tremula


61
Erythrina senegalensis


62
Erythrina sigmoidea

63
Eucalyptus camaldulensis


64
Euphorbia balsamifera

-


65
Euphorbia hirta




66
Fagara xanthoxyloides



67
Feretia apodanthera


68
Ficus capensis


69
Ficus iteophylla




70
Ficus gnaphalocarpa

71
Gardenia temifolia



72
Gardenia triacantha

73
Gossipium barbadense



74
Grewia bicolor




75
Guiera senegalensis




76
Heeria insignis




77
Hexalobus monopetalus


78
Hibiscus sabdariffa



79
Hippocratea africana


80
Holarrhena floribunda


81
Hymenocardia acida


82
Icacina senegalensis

83
Imperata cylindrica


84
Indigofera hirsuta


85
/ndigofera tinctoria



86
/pomea asarifolia



87
Jatropha chevalieri



88
Khaya senega/ensis




89
Kigelia africana


90
Lando/phia heudelotii


91
Lannea acida



92
Lantana camara


93
Lawsonia inermis

94
Leptadenia inermis

95
Leptadenia hastata



96
Lippia chevalieri


97
Lophira lanceolata

98
Maerua oblongifolia


99
Mangifera indica



100 Maytenus senega/ensis



101 Merremia pinnata

102 Mitragyna inermis



103 Mitracarpus scaber
104 Mogania faginea



105 Momordica charantia


106 Moringa o/eifera



107 Nauc/ea /atifo/ia



108 Newbou/dia /eavis



109 Ocimum basilicum


110 Oxythenantera abyssinica



111 Parinari macraphyl/a


112 Parkia big/obosa



113 Parkinsonia acu/eata
114 Paullinia pinnata

115 Pavonia hirsuta

116 Peristrophe bica/ycu/ata

117 Piliostigma reticulatum



118 Piliostigma thonningii
119 P/umbago zey/anica

120 Po/yporus sp.

121 Prosopis africana



122 Psidium guajava


123 Psorospermum corymbifera


124 Psorsopermum senega/ensis


125 Pferocarepus erinaceus



126 Pupa/ea /appacea


127 Ricinus communis


128 Saba senegalensis



129 Sclerocarya birrea




130 Scoparia du/cis





131 Securindaca longipedunculata




132 Securinega virosa




133 Sesamum a/atum

134 So/anum incanum


135 Sphaeranthus mu/tif/orus

136 Spondias mombin


137 Sterculia setigera



138 Stereospermum kunthianum



139 Striga sp

140 StrophantfJus sarmentosus



141 Strychnos spinosa




142 Swarzia madagascariensis




143 Tamarindus indica




144 Tamarix senega/ensis


145 Tapman~usbangwensŒ


146 Tephrosia purpurea



147 Termina/ia avicennoides




148 Terminalia macroptera



149 Tinospora bakis




150 Trichilia roka




151 Urena /obata


152 Uvaria chamea


153 Vemonia nigritiana


154 Vitex doniana



155 Wa/theria indica




156 Ximenia americana




157 Xy/opia aethiopica


158 Zizyphus mauritiana



159 Zizyphus mucronata





ANNEXE IV
Liste des herboristes visités et échantillons achetés sur les marchés
TILENE
Type
Organe
Nom
biolo i ue
utilisé
vul aire
Arbuste
PR
Dibitone
RUBIACEAE
Arbre
E
Loro
MORACEAE
Liane
R
Thiokh
APOCYNACEAE
Herbe
G
S; 0
SCROPHULARIACEAE
Arbuste
PER
Ken
EUPHORBIACEAE
Herbe
Pite
Timin timin
SCROPHULARiACEAE
Arbre
F
Oui
MIMOSACEAE
';):,;
L
"
•··..MAGlIiIlSlliGOM"
..~.
x,·,- .:' '.:'" ....
v '
.,.
..:",,,.
,'c
- , _ " , , ' .
"_';':"""'"
" : .. :" •. ".;,, ,.",:
','
,{,j::;:.,>;
«
!.?iT ....• ;,:?:ht~:..L., .. ..'.
,';
Arbre
PR
Khakhtiove
Ekeber.qia seneqalensis
MELIACEAE
Arbre
E
Gouve
Adansonia diqitata
BOMBACACEAE
Arbre
F
Leugue
Vitex doniana
VERBENACEAE
Arbuste
R
Fouf
Securidaca longipedunculata
POL YGALACEAE
Herbe
R
Khom khom
Centaurea sp
ASTERACEAE
*
Herbacée
PF
Laidur
Cassia italica
CEASALPINIACEAE
Arbuste
PR
Ngologne
Ximenia americana
OLACACEAE
."<?+ .
';c
L
'.,.
',"
.
,,; . .c.:.....
"':O!tI~•.fI&:r?mJœMek>/t' ;-;"
.' T);·"····
..
'
'i;
Arbre
TF
Mango
Mangiferla indica
ANACARDIACEAE
Arbuste
F
Carrassolier
Annona muricata
ANNONACEAE
Herbe
TF
Salgo
Eraqrostis tremula
POACEAE
Liane
TF
Made
Saba seneqalensis
APOCYNACEAE
Arbuste
TF
Katidiankhouma
PsoroslJermum corvmbiferum
HYPERICACEAE
Arbre
PR
Farkhagne
Trichilia roka
MELIACEAE
Arbre
TF
Dakhar
Tamarindus indica
CEAESALPINIACEAE
. '.. " .. AMINX:rj\\'GÙEYE:'
~~•."
GRAND-DAKAR
..~~" ··:T,.' .y:t+; ;;····;..ç.;cwu,.··;,,··
iab.
>,a
Arbre
F
Goyave
Psidium qoyava
MYRTA CEAE
Arbuste
F
Patapoli
Ricinus communis
EUPHORBIACEAE
Arbe
PR
Dimbeli
Swarlzia madagascariensis FABACEAE
Liane
TF
Thiakhate
Leptadenia hastata
ASCLEPIADACEAE
Arbre
PE
Khaye
Khaya senegalensis
MELIACEAE
Herbacée
PIte
Ndénatte
Ipomea asarifolia
CONVOL VULACEAE
Herbacée
Pite
Mbeurbof
Momordica charantia
CUCURBITACEAE
Liane
R
Thiakhate
Leptadenia hastata
ASCLEPIADACEAE
Daniellia oliveri
Lawsonia inermis
Cassia occidentalis


ArbrE
Kad
Acacia albida
MIMOSACEAE
Arbre
Dank
Detarium microcar; um
CEASALPINIACEAE
Arbre
Héri
Scleroca a birrea
ANACARDAICEAE
Liane
San 01
Cocculus endulus
MENISPERMACEAE
Arbuste
Nuer
Guiera sene a/ensis
COMBRETACEAE •
Arbre
F
N uédiane
COMBRETACEAE
Arbuste
E
Beer
ANACARDIACEAE
Arbre
R
Dakhar
CEASALPINIACEAE
Arbre
PLTE
Bath thior
ASTERACEAE
Arbre
FRT
Neb neb
MIMOSACEAE
Arbuste
R
Ken
EUPHORBIACEAE
MOCJSSABA '
YOFF
. BA~E,NIASSE; :. '
.
Herbacée
RT
Bakis
Tinospora bakis
MENISPERMACEAE * •
Arbuste
R
Khoss
Mitragyna inermis
RUBIACEAE
Arbustez
R
Nandok
Nauclea latifolia
RUBICEAE *
Arbre
R
Mbe
Sterculia sefi era
STERCULIACEAE
Arbuste
R
Dibitone
Gardenia s
RUBIACEAE
Arbre
E
Beer
Scleroca a birrea
ANACARDIACEAE
Arbuste
LI
Kel
Grewia bicolor
T/LIACEAE
Herbacée
c
Bissa
Hibiscus sabdariffa
MALVACEAE
GRAND- YOFF
'ousse~NoUMBAYE.·;,,\\, .
Arbre
E
Mbe
Sterculia sefi era
STERCULIACEAE
Arbuste
PF
Ndiandame
Boscia sene alensis
CAPPARIDACEAE
Herbacée
Frt
Nia antane
Pul alea la
acea
AMARANTHACEAE
Herbacée
R
Bentamaré
Cassia occidentalis
CEASALPINIACEAE
Arbre
R
Sindié ne
Cassia sieberiana
CEASALPINIACEAE
FAlo,UGCJ~E: .
'i"':'j~~;i;:;::1: •.•'li!i;f ',C,:;::< ....;C: ';:;;i';'
'"
Arbre
F
Goyave
Psidium goyava
MYRTACEAE
Rhizome
F
Waakh
Oxvthenaantera abyssinica POACEAE
Arbre
E
Wen
Pteroarpus erinaceus
FABACEAE
Arbuste
E
Khoss
Mitragyna inermis
FABACEAE
Arbre
TF
Khéwer
Aphania senegalensis
SAPINDACEAE
Liane
TF
Taft
Hippocratea africana
4',
,.
NOEYEtDIAGNE
iL
"""'·"i
'L,J,'"
,"'i.
i,
ii:} ,
Arbre
PR
Dank
Detarium microcarpum
CEASALPINIACEAE
Arbuste
PF
Ndiandame Boscia senegalensis
CAPPARIDACEAE
Arbre
PR
Gnioth
Fagara xanthoxyloïdes
RUTACEAE

Liane
E
Dimb
Cordvla pinnata
CEASALPINIACEAE
Arbre
E+F
Lora
Ficus iteophvlla
MORACEAE
Arbuste
G
Weten
Gossvpium barbadense
MALVACEAE
.::'
LIBERTE VI
,~ >;
,,'.
, . .··..;M'MA[)Cl1. . .EI~Ulij!m((;),eiii'f1, ..... ,,>. .J .•,..;.;é';,.~
Arbuste
PR
Waswassor
Heeria insignis
ANACARDIACEAE
Arbre
PE
Soump
Balanites aegyptiaca
BALANITACEAE
Arbre
PE
Wen
pterocarpus erinaceus
FABACEAE
Arbuste
PR
Digor
Annaona senegalensis
ANNONACEAE
Arbre
PR
Farkhagne
Trichilia roka
MELIACEAE
Arbuste
PR
Ngologne
Ximenia americana
OLACA CEAE
Arbuste
TF
Rande
Bauhinia rufescens
CEASALPINIACEAE
Arbuste
E
Rande
Bauhinia rufescens
CEASALPINIACEAE
Herbe
TF
Ndiamatte
Chrozophora senegalensis
EUPHORBIACEAE
Arbre
E
Benténié
Ceibe pentandra
BOMBACACEAE
Arbuste
R
Paftane
Calotropis procera
ASCLEPIADACEAE *
PIKINE
MA.IiIIJIII~lf;~:~.119~i.;{'.·•.
······.i.
.>;:mv ..•(,.•;1;li· Ii'I":' '".,.
pJI
~.;,:, "-
Arbre
TF
New
Parinari macrophvlla
ROSACEAE
*
Arbuste
R
Ndouri
Mavtenus seneqalensis
ELASTRACEAE
Liane
R
Sangol
Cocculus pendulus
MENISPERMACEAE
Arbre
E
Khaye
Khaya senegalensis
MELIACEAE
Arbre
E
Yir
Prosopis africana
CEASALPINIACEAE
Liane
R
Bakis
Tinospora bakis
MENISPERMACEAE *
Arbre
R
Fekh
Stereospermum kunthinum
BIGNONIACEAE
Arbre
R
Alom
Diospvros mespiliformis
EBENACEAE
Arbuste
E
Feuneuh/surur
Acacia seval
MIMOSACEAE
Arbre
R
Soump
Balanites aeqvptiaca
BALANITA CEAE
Arbre
E
Darkadssé
Anacardium occidentale
ANACARDIACEAE
Arbre
E
Beer
Sclerocarya birrea
ANACARDIACEAE
BA.SS"IiHIOUNE
.. ,<.
Ji.
Iii..
Liane
R
Tiakhate
Leptadenia hastata
A SCLEPIADACEAE
Arbuste
R
Digor
Annona senegalensis
ANNONACEAE *
Arbuste
E
Nguiguis
Piliostiqma reticulatum
CEA SALPINIACEAE
Herbacée
R
Mbeurbof
Momordica charantia
CUCURBITACEAE
Arbuste
R
Sinth
Dichrostnchys q/omerata
MIMOSACEAE
Liane
R
Thiokh
Strophantus sarmentosus
APOCYNACEAE
Herbacée
R
Ngolomar
Cissempelos mucronata
MENISPERMACEAE
Arbre
F
Nguédiane
Anogeissus leiocarpus
COMBRETACEAE
Liane
TF
Sinth
Dichrostachys glomerata
MIMOSACEAE
Parasite
Pite
Tabou sap sap
Tapinanthus bangwensis
LORANTHACEAE
Arbre
PR
Dimbali
Swartzia madagascariensis
FABACEAE
Arbuste
PE
Teumb
Strichnos spinosa
LOGANIACEAE
Arbuste
PR
Fayar
Cochlospermum tinctorium
COCHLOSPERMACEAE

Ma.l~~E~DIENGi;';
,.
<\\'.
."
.,<".,
·>Fd,i+'.L,,;:,ié,0\\, ",::::1! ....
L'!
"
arbre
E
Wen
Pterocarpus erinaceus
FABACEAE
Arbre
E
Dimb
Cordvla pinnata
CEASALPINIACEAE
Herbacée
T
Fir u bouki
AsparaÇ/us pauli-Ç/uiliemi
LlLIACEAE
Arbuste
R
Nandok
Nauclea latifolia
RUBIACEAE *
Arbre
R
SOn
Lannea acida
ANACARDIACEAE
Arbuste
R
Paftane
Calotropis procera
ASCLEPIADACEAE
Arbuste
TF
DiQor
Annona seneÇ/alensis
ANNONACEAE
Arbuste
R
NQam
Newbouldia leavis
BIGNONIACEAE
Arbuste
R
KenQ
SeeurineÇ/a virosa
EUPHORBIACEAE *
Arbuste
R
Dem u bouki
Zizyphus mueronata
RHAMNACEAE
THIAROYE
NDOUMBE NIANG
Arbuste
TF
Khoss
Mitragyna inermis
RUBIACEAE
Arbre
R
Koulou koulou
Afromosia laxiflora
FABACEAE
Arbre
R
Limon
Citrus aurantifolia
RUTACEAE •
Arbuste
R
Sinth
Dichrostehys glomerata
MIMOSACEAE
Arbuste
E
Rande
Bauhinia rufescens
CEASALPINIACEAE
Arbre
E
Reub reub
Terminalia macroptera
COMBRETACEAE
Arbre
,R
Guenguidek
FaÇ/ara xanthoxvloïdes
RUTACEAE
Arbuste
TF
Nguiguiss
Piliostigma retieulatum
CEASALPINIACEAE *
Herbe
Pite
Berifala
Cymbopogon giganteus
POACEAE
"
."
....
i·.,r".W;:ll;1~I::l;:':Îii~;·,··.:M,r"
"i;:;,"
.pq;.
;CL! LA'!
Arbre
R
Ndenguidek
Fagara xanthoxyloïdes
RUTACEAE *
Rhizome
E
Whakh
Oxvthenantera abyssiniea
POACEAE
Arbre
E
Loro
Ficus iteophvlla
MORACEAE
Arbre
PR
NdenQuidek
FaÇ/ara xanthoxvloïdes
RUTACEAE
Arbre
R
Fekh
Stereospermum kunthianum
BIGNONIACEAE
Arbre
PE
Loro
Ficus iteophylla
MORACEAE
Arbre
E
Khaye
Khaya senegalensis
MELIACEAE
'''.,,::.,;:.
..·1ill;
.... :
. "NI:Iî'I\\I€Bli;"
';':.
-,
'", :;',-"
.,.-Y.'
,:'-
.. , •....:

F'" .,.,
....
.,'; :':<-\\ ... ,_
~tt.;..ç:'__ ". ,..,:.._.',. Jihj:/;,}-.~
,:;,:':"!:l
.•. ':,;î!i ....•
Jii[<.;L,f0!!,;;::
Arbre
PE
Khaye
Khava seneÇ/alensis
MELIACEARE
Arbre
PE
Soump
Balanites aeÇ/vptiaea
BALANITACEAE
Arbre
E
Kad
Acacia albida
MIMOSACEAE
Arbuste
PR
NQoloQne
Ximenia americana
OLACACEAE
Arbre
PE
SOn
Lannea acida
ANACARDIACEAE
Arbre
PE
New
Parinari maerophylla
ROSACEAE
Arbre
E
Wen
Pterocarpus erinaeeus
FABACEAE
Arbre
R
Sindiégne
Cassia sieberiana
CEA'SALPINIACEAE *
Herbe
R
Khom khom
Centaurea seneÇ/alensis
ASTERACEAE *
Arbre
PF
Nebedaye
MorinÇ/a oleifera
MORINGACEAE
YEUMBEUL
..:
.~~
Ide·
'::i,~:, '··":e;
."
Arbuste
R
Wasswassor
Heeria insiÇ/nis
ANACARDIA CEAE
Herbacée
R
Ngadj
IndiÇ/ofora arreeta
FABACEAE
-
Arbuste
TF
Sekhaw
Combretum micranthum
COMBRETACEAE *
Arbuste
R
Nandok
Nauclea latifolia
RUBIACEAE
Arbuste
R
Weten u beut
Jatropha chevalieri
EUPHORBIACEAE

Arbuste
E
NQuiQuiss
Piliostiqma reticulatum
CEASALPINIACEAE
Liane
PR
Sangal
Cocculus pendulus
MENISPERMACE
Arbre
PR
Denguidek
Fagara xanthoxvloïdes
RUTACEAE
Arbuste
R
Dibitone
Gardenia so
RUBIACEAE
.'.
ALADjJl:GJJlND~;At';), ,.,--,- _'o.
,... ·-'··{f·
"~'ce ". ":
';",L
"" :iL';::iD·:ki' ';i'G
Arbuste
TF
Diandame
Boscia seneqalensis
CAPPARIDACEAE
Arbre
F
Khot u butel
Eucalyptus camaldulensis
MYRTA CEAE
Herbacée
R
Fir u bouki
Asparagus pauli-guiliemi
LlLIACEAE
Arbuste
PIte
Bath thior
Vernonia nigrifiana
ASTERACEAE
Arbre
E
Soump
Balanites aeqvotiaca
BALANI TA CEAE
Arbre
R
Sôn
Lannea acida
ANACARDIA CEAE
Arbuste
R
Fouf
Securidaca lonqioedunculata
POL YGALACEAE
Arbuste
Frt
Dém u bouki
Zizyphus mucronata
RHAMNACEAE
---~.
Arbuste
PR
Ngalogne
Ximenia americana
OLACACEAE
Herbe
PF
Timin timin
Scoparia dulcis
SCROPHULARIACEAE
PARCELLES ASSAINIES
q:~
<'; .
,i .r:
.".,
. AM~:!NC30M;'; ." ..·::.,iL
: "),}C .}
L",,"ii,,'
." '." ,', ,ch ",;d
Arbuste
TF
Weten
Gossvoium barbadens
MALVACEAE
Arbuste
E
Sandandour
Acacia sieberiana
MIMOSACEAE
Herbe
Pite
BelwelQel
Scooaria dulcis
SCROPHULARIACEAE
Arbre
E
Beer
Sclerocaria birrea
ANACARDIA CEAE
Arbuste
TF
NQuiQuiss
Piliosfiqma reticulatum
CEASALPINIACEAE
Arbre
TF
Khewer
Aohania seneqalensis
SAPINDACEAE
MAREME:NGOM
..
,
,
';;;',4 .... ;~;'d';'
. '
Arbuste
F
rat
Combretum glutinosum
COMBRETA CEAE
Herbacée volubile
R
bakis
Tinospora bakis
MENISPERMACEAE
Arbuste
R
paftane
Calotropis procera
ASCLEPIADA CEAE
Arbre
E
kad
Acacia albida
MIMOSACEAE •
Arbuste
Li
kel
Grewia bicolor
TlLlACEAE
CASTOR
GUEULE· TAPEE
Légende:
PR= poudre de racine
E= écorce
PER= poudre écorce de racine
F= feuille
Plte= plante entière
G= graine
TF= tige feuillée
R= racine
PE= poudre d'écorce
C= calice
Li= liber
Frt= fruit
PF= poudre de feuille
• = Présence de moisissures
• = Présence d'insectes
xylophages

ANNEXE V
FICHE D'ENQUÊTE
11 ère Partie: Identification de l'herboristel
Nom et prénoms:
Age:
Sexe:
Ethnie:
Nationalité:
Langue parlée:
Lieu d'exercice:
1. Savez vous lire et écrire?
oui 0
non 0
2. Depuis quand exercez- vous ce métier?
3. Etes vous?: guérisseur 0
herboriste 0
guérisseur/herboriste 0
4. Vos connaissances médicales ou professionnelles sont-elles? :
Empiriques 0
acquises 0
12eme Partie :Plantes médicinales vendues sur le marchél
1- IDENTIFICATION
Nom scientifique de la plante:
Nom en langues nationales:
Famille:
Parties utilisées / récoltées:
11- LES DIFFERENTES PATHOLOGIES TRAITEES

111- APPROVISIONNEMENT. CONSERVATION ET VENTE
1) Comment vous procurez-vous les plantes médicinales?
Achat 0
achat / récolte 0
récolte 0
2) Quels sont les différents lieux de récolte ou d'achat?
3) Quelles sont les difficultés que vous rencontrez au cours de
l'approvisionnement?
4) Quelles sont les différentes parties récoltées?
5) Comment faites vous les ventes:
Sur demande 0
sur conseil 0
sur prescription 0
6) Sous quelles formes vous vendez les plantes?
7) Comment conservez - vous les produits?
8) Connaissez vous des plantes médicinales rares?
9) Si oui, lesquelles?
10) Quelles sont les espèces les plus demandées?

ANNEXE VI
Les différentes plantes et parties étudiées dans les essais de qualité.
N.~
:E
.'
4i·,~P~:ç,
d'ô'r.dre
;'~':: ''''';
,
,
.".-,
-~~~=
1
Coccu/us pendu/us
Menisperrnaceae
Feuilles
2
Anogeisus /eiocarpus
Combretaceae
Feuilles
3
Cassia occidentalis
Ceasa/piniaceae
Feuilles
4
Combretum g/utinosum
Combretaceae
Feuilles
5
Momordica charantia
Cucurbitaceae
Feuilles
6
Scoparia du/cis
Scrophu/ariacea
Feuilles
7
Chrozophora senega/ensis
Euphorbiaceae
Feuilles
8
Eragrostis sp
Poaceae
Feuilles
9
Asparagus pau/i-guiliemi
Liliaceae
Racines
10
/pomeae asarifolia
Convo/vu/aceae
Feuilles
11
Cassia sieberiana
Ceasa/piniaceae
Feuilles
12
Saba senega/ensis
Apocinaceae
Feuilles
13
Aphnia senega/ensis
Sapindaceae
Feuilles
14
Annona senega/ensis
Annonaceae
Feuilles
15
Psorospermum corymbiferum
Hyperiaceae
Feuilles
16
Acacia seya/
Mimosaceae
Écorces
17
Acacia adansonii
Mimosaceae
Fruits
18
Hibiscus sabdariffa
Ma/vaceae
Calices
19
Detadum microcarpum
Ceasa/piniaceae
Poudre de racines
20
Fagara xanthoxy/oïdes
Rutaceae
Poudre de racines
21
Gardenia sp
Rubiaceae
Poudre de racines
22
Ba/anites aegyptiaca
Ba/anitaceae
Poudre d'écorces
23
Scoparia du/cis
Scophu/ariaceae
Poudre de feuilles
24
Pterocarpus erinaceus
Fabaceae
Poudre d'écorces
25
Heeria insignis
Anacardiaceae
Poudre de racines
26
Khaya senega/ensis
Meliaceae
Poudre de racines
27
Ficus iteophylla
Moraceae
Poudre d'écorces
28
Securinega virosa
Euphorbiaceae
Poudre de racines
29
Khaya senega/ensis
Meliaceae
Racines
30
Cassia occidentalis
Ceasa/piniaceae
Racines
31
/ndigofora arrecta
Fabaceae
Racines
32
Ximenia americana
O/acaceae
Poudre de racines
33
Vemonia nigritiana
Asteraceae
Plante entière
34
Sc/erocrya birrea
Anacardiaceae
Racines
35
Prosopis africana
Ceasa/piniaceae
Écorces
36
Bauhinia rufescens
Ceasa/piniaceae
Écorces
37
Pterocarpus erinaceus
Fabaceae
Écorces
38
Terminalia macroptera
Combretaceae
Écorces
39
Ficus iteophyIJa
Moraceae
Écorces
40
Gardenia sp
Rubiaceae
Racines
41
Ba/anites aegyptiaca
Ba/anitaceae
Racines
42
Heeria insi nis
Anacardiaceae
Racines

43
Securinega virosa
Euphorbiaceae
Racines
44
Detarium microcarpum
Ceasalpiniaceae
Racines
45
Nauclea latifolia
Rubiaceae
Racines
46
Maytenus senegalensis
Celastraceae
Racines
47
Stereospermum kunthianum
Bignoniaceae
Racines
48
Fagara xanthoxyloides
Rutaceae
Racines
49
Sterculia setigera
Sterculiaceae
Racines
50
Gossypium barbadense
Malvaceae
Graines
-

ANNEXE VII
Résultats des dosages effectués sur les échantillons
TENEUR EN EAU
. ~~D~

Prise
P moyen 11~"lf.n.ur en Ir -f:!I1';1
. •n'IlUX~Plt1l
échant. l, d'essai (9)
(9)
eau (en «VO)
(al
(enOk)
.
1
2
1,79
11%
0,185
10%
2
2
1,845
8%
0,13
7%
3
2
1,8
10%
0,195
11%
4
2
1,86
7%
0,145
8%
5
2
1,81
10%
0,295
16%
6
2
1,82
9%
0,19
10%
7
2
1,84
8%
0,255
14%
8
2
1 855
7%
o 135
7%
9
2
1,635
18%
0,3
18%
10
2
1,825
9%
0,235
13%
11
2
1,835
8%
0,09
5%
12
2
1,825
9%
0,12
7%
13
2
1,84
8%
0,165
9%
14
2
1,815
9%
0,18
10%
15
2
1,81
10%
0,095
5%
16
2
1,82
9%
0,11
6%
17
2
1 86
7%
0,07
4%
18
2
1,8
10%
0,305
17%
19
2
1,86
7%
0,095
5%
20
2
1,87
6%
0,055
3%
21
2
1,87
6%
0,075
4%
22
2
1,855
7%
0,18
10%
23
2
1,855
7%
0,155
8%
24
2
1,85
8%
0,315
17%
25
2
1,85
8%
0,075
4%
26
2
1,83
9%
0,235
13%
27
2
1,85
8%
0,305
16%
28
2
1,87
6%
0,09
5%
29
2
1,88
6%
0,29
15%
30
2
1,825
9%
0,025
1%
31
2
8%
0,085
5%
32
2
1,825
9%
0,16
9%
33
2
1,855
7%
0,195
11%
34
2
1,85
8%
0,18
10%
35
2
1,83
9%
0,09
5%
36
2
1,83
9%
0,21
11%
37
2
1,845
8%
0,31
17%
38
2
1,82
9%
0,135
7%
39
2
1,845
8%
0,39
21%
40
2
1,805
10%
0,08
4%

41
2
1,805
10%
0,08
4%
42
2
1,815
9%
0,08
4%
43
2
1,83
9%
0,09
5%
44
2
1,825
9%
0,05
3%
45
2
1,8
10%
0,04
2%
46
2
1,805
10%
0,04
2%
47
2
1,83
9%
0,115
6%
48
2
1,83
9%
0,05
3%
49
2
1,825
9%
0,085
5%
50
2
1,88
6%
0,1
5%

SERMENT DE GALIEN
Je jure, en présence des Maîtres de la Faculté, des Conseillers
de l'Ordre des Pharmaciens et de mes condisciples

D'honorer ceux qui m'ont instruit dans les préceptes de mon art
et de leur témoigner ma reconnaissance en restant fidèle à leur
enseig nement.

D'exercer dans l'intérêt de la santé publique, ma profession avec
conscience et de respecter non seulement la législation en vigueur,
mais
aussi
les
règles
de
l'honneur,
de
la
probité
et
du
dés; ntéressement.

De ne jamais oublier ma responsabilité et mes devoirs envers le
malade et sa dignité humaine.

En aucun cas, je ne consentirai à utiliser mes connaissances et mon
état pour corrompre les mœurs et favoriser les actes criminels.
Que les hommes m'accordent leur estime SI Je SUIS fidèle à mes
promesses.
Que je sois couvert d'opprobre et méprisé de mes confrères SI j'y
manque.

Vu
Vu
Le Président de Jury
Le Doyen
Vu et Permis d'imprimer
Le Recteur, Président de l'Université Cheikh Anta DIOP de DAKAR