UNIVERSïTE
DE
MONTPELUER
1
FACULTE
DE
DROIT
ET
DE
SCIENCES
ECONOMIQUES
LES SONINKE DE LA MOYENNE VALLEE DU SENEGAI
EVOLUTION
COMPAREE
DE
lA
CONSOMMATION
ALIMENTAIRE
ET
DU
fONCTIONNEMENT
OES
UNITES
DE
PRODUCTION
AGRICOLE
THE5E
Presentee et Publiquement soutenue devant
l'Universite de Montpellier 1 pour l'obtention
du grade de:
DOCTEUR
DE
3erne
CYCLE
ES SCIENCES
ECONOMIQUES
specialite:
Econorn ie
Rurale
et
Agro-A lirnentaire
par
NDIA YE Boubacar
Le
3
Novem bre
1986
JURY:
MM.
R.BADOUIN
President
F.TASSIN
Assesseur
J.CHATAIGNIER
-
,
' i
j j1 - ~ __ iJ

1
'\\
UNIVERSITE DE MONTPELLIER l
DOCTOr<.1\\T (l)
rie 3èl'le cyc le
Faculté de droit et des sciences
é"cono:-n iqucs
U.E.R.
Ecormr41 E RURALE ET AGRO-
J\\l IrIHITAI RE
AUTEUR :
NOH:
N'DrAYE
Prénom : Boubacar
DATE DE SOUTEN~~CE
TITRE, SOUS-TITRE
LES SOrHNKE DE LA nOYErlf-.lE VAllEE DU SENEGAL
.
Evolution comparée de la consommàtion alimentaire et du fonctionnement
·des unîtés de .production agricole.
'. RESUME
Migrations et agriculture irriguée villageoise caractérisent
l'évolution de la production et de la consommation a1imentaire chez les
Soninkés.
Les flux migratoires affectent le système de production par je
départ des actifs qu'ils entraînent et encouragent l'émergence du salariat
agricole au niveau local. Mais, grâce aux revenus des migrants, le déficit
vivrier local tend à être comblé.
L'agriculture irriguée, qui a pour tâche d'atténuer le déficit
vivrier et de réduire la dépendance de la zone vis-à-vis des revenus migra-
toires, se heurte à des contraintes propres à une agriculture traditionnelle,
elle contribue néanmoins à améliorer le niveau de la production aliment~ire
mais reste encore déficitaire.
Dans l'ave.nir, la réussite de la culture irriguéeet la réalisa-
tion d'un surplus agricole seront liées à l'efficacité de la nouvelle poli-
tique agricole élaborée par les autorités Sénégalaises en 1984 et à l'évo-
lution des flux migratoires.
Mors-eLES
- Soninke
- revenus.migràtoires
- ~igrations
- surplus agricole
- Agriculture irriguée
~ Politique aqricole
- déficit vivrier
.
....
.
(l) Préciser la nature du doctor~t (Etat. 3e cycle. Univ~rsité). la spéci~l{té
.-

br:. ADMISE A LA SOUTEN~NCl!
1
LC9 M~MORES DU JURY,
1
.
PRÉSIDENT
."

1
V,SA. OU DOYEN
Vu ET ApPROUVÉ:
"
PRf910ENT OC:: L'UNIVERSIT1!:
\\TION C~ SOUiENIR El' PL::3MlS
...
.R
.
!
IOc::NT.
.'

·~----------
iF A CUL TEDe 0 ROI T
ITDU
UNIVERSITE
OE MONTPELLIER 1
biNaS aCONOMtOuES
~!
i
LISTE DU PERSONNEL ENSEIGNANT-JANvIER 1986-
i .
39. rue de l'UnlYettit~
===============================~~=~========
j34C60 MONTPELUER CEDEX
jiONORAR 1AT
r,
MM. PEQUlGNOT Ge.oJtgu, Voyen hOYlOJtaiJte.
GOURON Andltl, Va yen hOM,IUUJl.e
QUENEUVEC
J.P~~e, Voyen honolt~e
OUSSET Jean, Voyen honoJt.aiJt.e
1
~Dr1INISTRATIOt't :
]--
M.
LACAVE Mic.hel, Voyen de ta. Fa.c.uLté de VJW-U et deA Sc..ienc.e.6 Ec.oYlom.ù{tle~
M.
FEBVRE Pù.Me,SeeJlf..teu:.lte. G€n€1t41
de la. Fa.c.uUé de. VM~ e.tdu Sc.Eco.
l
\\ROFESSEURS ;
MM. MAURY René, Plt06eA6et.L1t de Sc..ienc.u lc.oYlom..i.ql.l.U
AUSSEL J.MaJtÂ.e, p}(One.HeLVt de OMU p!li..vé
CABRILLAC lUc.hel, PILOnU4eUIL de VltO~ plUvé
CASTAGNE AndJr.é, Plta~l?..66eWt de VJWa pu.bUc.
COLOMER Ancbté, Plto6~~eu.!I. de VltO~ p!U..vé
BAVOUIN RobfM, Pltonu~euJt de Suenc.e.6 éc.OtlOm,(qUe.6
GOURON AndJr.é, PJW6e6·6e.Ull d' /ii..6.(;o~e du dJr.O.il.
VCNNIER MIl-ItC., PM6u~ewt de Vllo,i.t plr.-iv€
DUVAUX
Jac.que6, P"t06Ul~e.uJl de Suence.6 laonom,ique6
CALAIS JlUln, PJl.06e..66WIt de VltoLt plL-ivé
MOUSSERON J. Mtvtc., . PJW 6e..6-6 e.uJt de Vltoi.t p~v€
OUSSET Jean, PJt.06U<H.LLIl. de SUl.'.nc.c6 éc:onom,(quu
VIVAL He.nJr..i, PM ~e6-6 etiIt d' l1.i.6to.(·,1t.e du. ci'tfJ.it
TTANO
Atldlté, PMnU6l?1lJl de Sc.~e.l'lce,~ éCOYlomiqUe6
Mme FURET Al. F1t.a.nco.i.6 e, PltO 6e6~ WIl de. VJr.o.U public
WA. BE LS P.i.vLlte, PILO 6U.6 WIl d' H.i.&to~It('. du dito-U
MIAILLE Michel, P~6e6~eult de. Sctenc.e poli~Qu~
VURANV BeJt.na.Ad, PltO~e66('UIt d'H;~to~lte du d40;t
POTTIER P~eMe., P"tOOe.h.6W1l de SUelyc.M de. gu.tiort
FERRIERE
GeoJt.ge..6, PM6('~6eLVl de D'loil pubUc.
MAURV Jean, Plt00('Â6ewr dC'.. VJto,{.t p.uvé
SEUBE
Al.a.ùt, P~ouu.uJt de Olto.U pJv<.I,'é
COLSON
J.P~ippe,
P"t06e.~6~J[ de VltO~t pubR~c.
MARCHfSNAY Mic.hel, Plto6e~.6C'..UIl de Sc<eYlc{'Â de. gutlon
BOISSON J.~~, Plt06eÂ6r~ de Sc.ienc.e6 économique~
VESNfuF Pa.td, PJto~e6~ewt de. SC.~fl1.c.e.6 icortom~qUe..6
(q{tac.hfJ
FRECHE Geo/tfl.e6, PJto~e6.H'.u1l d'Hü('o.{'.ltl? dlJ dILo.U
.',
LACAV[ MÙ'het. PJlO~e.66e.t.1Il d'H~Â.toiJr.(' du dltoi.-t
Mme. LAZrRGfS rhW,(Â.M., PIIO~II<\\~e.t.LIl dl! V1I".(,t p'r..i.vl
MM. rOSI J. P<.eJUle, PM Oe.6-4ewt de VJ:.o-U' p~v~ (dlta.c.he!)
BOUSQUET J. C.ea.u.de, PM 6e6-6 ewt de VMi..t pJÜvé
MICHAUV Ja.cQUe6 .• PJt.06e.Mewr. d'Hù.to,üe du dILoU
PEREZ Ro.(and, PJW~e64eu)l de. Sc{.el1.c~ de qUÜOt1 LNtac.hél
MATOUf( Jean, PJtO0e.66WJt de Sc~enc.u icoYlom..i.quu [dé.taché)
GUIBAL Uichet, P406e.h4ewt de V/t.O..(;t r=ubUc
J
•• l ' .

2)
MM. VIGNAU J. P-ieMe, PJtooU&euJl de Scienc.e6 éc.onomique.4
VELANVE GUlJ, PIl.o oe.6& ewt. de. Scienc.e.6 ~c.onom.tquu
TEYSSI E BelVtiVld, P1tO OU& ewr. de. tJJuJU plLi.vé
VIVANT Wche!, ?JtO Il U4 ewt. di. VllO.i.t plLi.vé
FREI XAS Xa.v.i.e.A, PM Il U4 ewt. de Sdenc.u ~c.anom.i.que4
RAPP Lu.c..i.en, PJtOOe.4ÂeLVl de. tJJtoU ptibUc.
ROUSSEAU,
Oom.irUqu~, PJt06e.64euJL dt; 1JJr.oli pubUc.
tJAAMMME 00rnUt.ique. ,. PM 6e,64 e.uIt de. Sc.i.enc.e. po..u.t.i.que
CHIROUZE YvUl, PJtD6U4W1t de. Sdenc.u de guwn
AliTlN J. LoU-<A, PJtD6u~mJt de f)}(f)..(,t pub4c
MOULY ChJr..i.l..t-i.a.n, PJtOne.64eUJt d.e. VIf.tJ.i.t; plLi.vé
TERJ./EYRE ?ki..Uppe, Plt06e.ueUJt de tJJto.i.t public.
M7re. JACOMV:.MILLETrE An.ne.m~, PJt.06e..4~eLIJt. l1Â40cJ.i. de. VJtoil pub-V..c
MAITRES DE R~-cHERCHES :
MM. FONTIJIEILLE LOu,{4 (Scienc..e.4 éc.onom.{.quu)
ROU21ER Ja.cque.~ (.x..i.e.nc.u é:eDl1Om.i.quul
MAITRESDE COMFER~CES:
MM. ABEN"M.Ja.c.q~u, ,1k1'U!te. de. con6lJt.enc.e.4 de Scienc.u écono17Kquu
ALLIES. Paul:,. Ma.UIœ. cLe c.on6lJteJ1Ce.4 dt. Selence
poUti.qu~
ANORE· J. MM.c.., Ma.Ltu de. con6éJtenc.u de. OIUJU ,::ubUc
ARTZ. J. FJta.nco.t4, Ma..Ute. de. c.on6lJt.e.nc.~ de OIWU plUvl-
BZaEN1: M.i..c.he.l.. MaU1t.e de. c.on6lJ!,enc.u de VJtOli plLi.vl
.
CATARINA HenJt...i., Ma.U:Jte de c.on6êJtenc.e4 de. Sd.e.nc.e.4 de gution
OAURES N~~, M~ de. c.an~é~c.u de Scienc.eo· éc.anom.iquu
Mmu.OE TARDE H.él~n.e, MaUJte. de. con6(Jt.enc.u d'H..i.4.to.iJr.e. du. dIw.i.:t
OELMAS MtVt.Le, Ma.U/te., de.. c.onééJwlc.u de VJtOU pubUc.
MM. OESCHAMPS· Jecm, Ma...tt1te., d2. conôlJtencu. dtln.aoJf.lJltZ.:Uque
rJESHONS M.i.c.he-(, MaUJta de. ~on.~lJtenc.e.&. d2. Sc..ie.JIlCe4 éc.onom.i.que..!l
or MALTA.. Pi..vù:.e;, Mai..tJte" de. c.on6éJt.enc.ü, de OJtOU pubUc
OOWlOEU' HiZM1J:MaU:1le. de.
con6éJwtc.e.6 de.. OJt.O.i.:t ,xtb.ue.
OWM\\S' A1tdJrJ..,:'
MaZOte 'de :c.on6lJl.eJl(.U.<u"- Sde.nc.u, lc.onomiqu.e..6
FABRE Rég.i4, MaLtJt,e. de c.on6lJWlc.e4 de.: VlLOa p.Uvl
Mme. fOURCA'Oë· Cole.t:te, MaUJte. de. c.onÔ~enc.e4· de Sc.Ltnc.e4 éc.onom(.qu.~
M.
GARRABE ~eJ.., Ma..Wte de c.onâ€JWtC.u
de. Sc.Wtc.u lc.ol1om.iquu
Mme. GRACH Ni.c.cÙ,. Ma.UJte.. de c.onéé){.~eô. de. OJtOU plLi.vl
M',.. GUIM;]~t.I.U,. Ma.Zt.u. de. C.Ott~~u, de. Sc..i.enc.u éc.ono~qu.u
~ LAMBCUY Amti.e.". Ma.Z.bte de eon6tJwtc.u de. V/UJU plÛvl
MM. LAl'ORTE J .MaItÂ.l... Ma.Ute. de c.on64JJ.~e.4 de' Scie.neu I!conom.i.quu (dUa.c.M)
, LE BCEUf· C1.a.u.d.e." M4tJte de. con6l.wtc.u d.e SeWic.u d~ gu.tÂ.On
tE STANC C~:4tm, MaUlte. de. eon6lJtUlc.e..6 de VJtcU pJt.i..vé
LOUBATIERES'Yvu, ,M1:tU'te. d.e con~'-'i~ d lIIt~~ue
MAILLOT tJom.e:n..i4ue, ~de, c.oIt6~2.4· ck V..\\OU pubu.e.
Mme... PERCfBOlS Jac.q~e.U.ne, Ma.teu. de. c.onétltVlcu d' AngiJLi..6
MM. PLANCHON Andlrl.., MaU:tt.e. de. c.on~~Jtuc.u de. S~u de. gu.u.an
ROUI/EYRANJ. C.e.au.de, M~e. de. c:oA6lJtenctA d'Ethno.lDg-i.e.
Mme.. SEl:.1f.JSKY V~orUque.,. MaZtJte de. c.ol't6lJt~ de. VItOU plri.vé
MM~ SOROINO,.Jo4eph,.. Ma.U:1te. de eon.é~c.u de· Sc..WtclU de gu.ü.on
ST.E.INMETZ.· FJtank, ~ de.. c.oat~~~ de filwi..t pJr)..vl
TWLE' He.J'IIt..i.;
llJa.lt,te. de, c.on6lJwtU4. d~ 1)JwU pIfoi.vl
TEUL!E Ja..c.quu,. MaZOte. de. c.on6lJt~ de Sc..ienc.u cf.e. gUtion
Mme VI~LLET MtlJuj4e,. M~e. de c.on~c.eA- dtl. SWM;U ~c.ortDmiquu
M.
ALCADE FJtan~ ,Ma..Ulte de. c.,?n6l~~ de O/lJ1U p.,u.vt
.\\tne CALAIS M. Th.lJtU e, MaUIt.e. de.. c.ott~lJtenc.u d~ 1Jh.D4t: ptri.vt
MM,.' FERRI~ V.ui.eJt, Ma.UJte de c.onM.tefte:tO de. tJlUJi:.t'pJti.vé
JACQ,IJIN .J. Low, ~. de c.onôliteIfC.U de Sc..W%c.u de. guzlon
PEHIN- JifaJt.c., MaU1r.e.. de c.on~ûrneu ù SeiUtCU 'lc.onomlqlJ,u
MUtl. PERNEY Va.1Li..U.e, Ma.U;.u. de t:an6~Jr.Utei6 dl. ~ pJrJ.vé
,
MM•. PET1TJëNJ 8e1L~, Ma.U:Jte. de.. eon6tJtenc.u de Sc.ivtcu lc.onom-iquu [dé-Co.c.hé)
py P.i.vrJte,. Ma.UlLe de c.on~éJt.enc.eA. de. VJtOU _pu..bUc.
RO'DRIGUEZ Malte. , Ma.U:Jr.e de. c.on6éJt.Vtce.& de. Scienc.u lc.on0mU?uu (dé.ta.ché )
THOMAS V.u:u.eIl~' MaUtte.. de. c.on6éunc.u de Vlto.(;t pJe1.vé
a.ttù BRICKS Héu'ne, MtHt'te. de. c.o'J~éJWu:.e.& .de. VJto.U ~v~
'f
Mme SONNIER AM.ie
MaU!te de. c.on.6~Jt.Vt~, de VJt!Ji.,t pM.vé
•• ,' ••
• ,
tlA...,.u.,~1t J!I_: .... ., 11.. 1' .......
~
'1
Art
."'!.""I:t"lâ""tIf,,·;;·J
.J...
('"1: _ _•
•.-

31
~AITRES-ASSISTA~TS
M. NGUYEN- PHUNG Maximi.Uen, M. M~i.6.tc:1n.t d~ DItOU pJr.i..vl
Mn~ V' HAUTEVILLE Anne., M. A6~.i..6tante. de. VILOU pIli.vé
- JUAN 1Ughte, M. M.6.u.taltte. de. VILOU pJti.vé
MM. BOUR'DANOVE elvr.U.ti.a.n., M. A6~.u.taYrJ:. d~ Sc.. Ec.o nomi.qUe.6
TERRAZA Mlc.hel, M. A6.6.i.6.tant d~ Sc.. Ec.onom.i.quu
Ruez Claude, M. A6~.uItan,t de VILOU p.LbU.c.
IfOUVAYER RobeJLt, M.A6~.i.6.tan,t d~ Sc.. Ec.onom.i.qu.u
FABERON J. YVe.4, M. A6~.u.tant d~ VJWU p.tbUc
COCOYNACQ J.1Uc.hel., U.M~ de Scienc~ de gu.ti.on
Mme BRABEr JuLienne., M.A6~.taYrJ:.e de Sdenc.e.4 de guwn
CHARGES DE RECHERCHES :
MM. BERGER AI..ai..n. (Sc.. f.c.onomlquu J
BERNAV Claude. (Sc.. ju.Jti.cUquu e.t pou..t.i.quu J
BI LON J. Lou..i.6 (Sc.. jUlLi.tUquu e.t po~e.61
Mme. FERRET MaLtl (Sc.. jwUd.iquu Ù
po.u.ti.quu)
MM. MAZET GWj (Sc.. jUlLi.cU.quu e.t poWA..qu.u l
NEGRE ~he.l (Sc.. EconomLquu)
SNI MARTINO Gi.U.e6 (Sc.. Ec.onomiquu 1
SOULIER ArrdJr.t. (GloglLc:1p1U.el
NOE L Mi.c.he1. (Sc.. Economiquu)
PUECH Van-i.el (Sc. Ec.onomiquu)
PROFESSEURS AGREGES :
MM. VESBRUERES Af.JUn, PILOOu~et.L1L agltlgé 'de Suenc.u Soc..i.a.i.e.6
VfSCHAMPS M.i.c.heJ., PILO OU~ euIL agJr1g l de. Ma:tMma.ti.quu
Mme FELVIS Joyce, PILOOU.6~ agJr1gl d'Ang~
M.
FREISMUTH MaItc., P1LOOU~e.uJl aglLlgl de T. E.G.
Mlle RAYNAU'f) M. FJUUtco44e, PILO ôu~tu/l a.gILégé d' i:c.onorni.e u de Ge.4.t.î.Ott
Mme.
PRETET MaJL:û.ne, PILO ÔU.6eu.1L aglLlgl d' Ec.onomie e.t de. GuUon
PROFESSFURS CERTIFIES:
M.U.~ CLARET MMe, P1I.O~eA.6ewr. de. Ma.thlma.û.qUe4
Mmu VEMAN
Anne.-LaLLILenc.e., PJt.06u~eu.JL d'Ang.t.a..i..6
LE STUM Yve.tte, PILOOe.6.6e.UIL d'Angla..i.6
HERAN B1U.g.i.t.te., PILOOU~euJl de. Sc.. Ec.onorn.i.q.u.u e.t ~oe-i.a.le.6
SPINOSI FJLanc;~e, P1I.OÔU.6euJL d'E.P.S.
ASSISTANTS DOCTEURS :
~. BOUINEAU Jac.qu.u, MJ-Ü.t4nt doc..tewr. "d 'tfLs~o.i.Jœ. du. dJwU
DORMOY Oani.e.l, M~-<..6.ta.rr;t doc.teuJL de VlLOa pubUc.
JOUFFROY Paul, A.u~.te:mt doc.tetl/l de. Sc..Lencu Ec.onom..i.que.6
Mm~ PAVJA M. Luc.e,A6.6.i.6.tan.te d4.c.tWJl de VItO.{,t. pub.U.c.
REYNAUV M.Jo.6l, A.6~.i.6.tante. dcc.tWJL "de '/WU pM.vl
MUe SANTUCCT M; Ren~ e, A4.6 -üWyte.' dode.wt d' H.iA~~-Ute. du. d/wi l

4)
M.
AMIRPOUR Ha.cltbne, A44.u..taM Q./,40ci.l. de OJttiU p.tb.U..c.
Mme ANDRE MaiUe-E~a.be.th,
Ao4~ de OJtOi..t plt.i.v€.
MM. BARRERE AtaiA, Â4/t.iA.tan.J:. de Se. eeQ~uu
CACHiA At.a.b\\, A6~~ de. Mcz,t.hl~~
CHEtI,HLAR7}r'~, ÂI14.ût:an.t' defJ1tD.l.;t., 'plti.ul..
OEGANS FiUVlCO.t.4, Â44.l..6.ta.n.t dt. Sc;~:&.onorMqu.u,
Mme OORiJJ1)EU JCZ1Wf.e, M4,u..tan.t.e 4440c.i.t'i.'4"E.&pa.gnol.
MM. Ol.J<mlP' OUvi..vt., A44.U.tanJ:. de- VJUJ-i:t pub.U..c.'
HAVJ MaUR., Â44~.tan.t de Sc. Ec.attqm.t.quu,
LAGARVE C~.ti.an, A,u.lA.tani:. de Sc.. EacncDU.que4
MU.e LACOSTE ,~, w.i.4.tan.te de OJtDi..t 'JlU~
MIl: tEl/l"NET, #Uc.he.t, Â4Ji.û:t.an.tde. VIUJ.Gt '~
MARCHI Ml.O R~g.i..6, ~,1-4.ûi:.aJ'r;t. de 01tD.i;t 'P.ibJ..i.C.
oê ~RI EJt.i.c., A.,.-<...\\.tant d 'H.iA.to..iJr.e' dlJ. dJr.oU
MARTOS Fe.It.1fiVUio, l.44~.tan.t de: Sc.. Ec.onolftiqu.u
MON·TNO
J. LolU4 1 Â.64,u.tan.t ae Sc.. Ec.onoDU.que.4
Ml..Q PEROCHON FJlaJtco..i.6e.', A44~e rk OJtoi..t pn.i.v€.
MM. pmL Phi..Uppe, ~4~.ta.nt de. !1Jtoi..tpIfJ.vé
RO$!TANE Fouad, A4~ <A~ de (JJw-it. 'fYU.vl.
Mme RUOEl SlJ!v.<.e, Au.u..t4n.t'e de Sc. Ec.onOnKq4U
MM. 1WO~LE P.ielclte-Yvu, A44i.4i:.1mt de OItOi..t p.Lb.ue.
SAIWT- P1ER'RE ~, A44.i..6J:an.t d.e. GuWn
SOL J: LouiA:, A44~ de Sc.. EcqttCm.(;queA
TASSI N FIUlnc.o.iA-, A44~nt de. Sc.. Econom.lque.4
. ,
,
ALLOCATAfRES D'ENSEIGNEMENT :'
. ,MM. LE CORNU' rlttUtc.o.iA ISc..U.nce4 lc.onom.iqu.u)
MAUREL oan..<:ù. IV,o;.oU p;U.v€.)
NEGRI ER EntrlCUtue..t [1JJloU ~)
MUe TAJWIEU EUoabeth IVJtoU plt.i.v€.')
AtrACHE DE RECHÊRCHfâ-:
M.
MAYALI LauJteJ\\t (SUenc.u j~uu' et po.l.U.ûfu.u)
ÇHERCHEURS :
Mme'SCHAEFFER MagaLi.
M. ORUAC J eJJ.n
Mme MAZEt. Am:i.e'
M.
FORNAIRON J04€.
MUe. GROS Ja.c.qiJ.e.Un.e
M. FOWTAINE Jacquu
Mme QUENltLET MaJt.t.i.ne
MUe. MEOJAVJ FJtaJtce
INGEN 1EURS :
M.
LAGer Mi.cltd. (Sc.. ~c.onom.i.qLLe4)
Mme /.fOUTer M. Jear.M. (Sc. .lc.onom.iqu.u )
M.
BORIES SVlge ISc.i.encu j~u.u et poUt.i.qUtl.4)
Mme ~A1.ET-,I,LLOUCHE {Sc..i.enc.e.4 juJr.i.tJi.quu et po.ut.i.qu.u J
. . . . . . . . . . .
------------

""LA
FACU~Tf N'ENTEND DONNER AUCU~E APPROBATION NI "
!MPRO~ATION AUX OPINIONS iMISES DANS CETTE THisE : CES OPINIONS
DOIVENT
ETRE
CONSIOtRiES
COMME
PROPRES
 ~EUR AUTEUR."

REMERCIEMENTS
=-=-=-=-=-=-=-=
Qulil me soit permis de remercier particulièrement le
Professeur Robert BADOUIN qui, malgré ses nombreuses occupations, a
su me consacrer tout le .temps nécessair~ à l'aboutissement de ce travail.
Je lui exprime ma profonde reconnaissance.

Je remercie également
- Le professeur TASSIN et monsieur CHATAIGNIER, chercheur à l'INRA,
qui ont bien voulu juger ce travail ;
- Messieurs BONNEFOND (P) et LERICOLLAIS (A) donr le~ 's conseils
ont été utiles pour l'élaboration de ce document;
- Monsieur Souleymane Dèmba NDIAYE, professeur d'Histoire et de
géographie au lycée Blaise DIAGNE à DAKAR et monsieur Amadou NDIAYE de la SAED
qui m'ont beaucoup assisté sur le terrain;
- -Monsieur KHASSIMOU DIA, Président Directeur Général de la SAED• . '
,
.
,
,
:1.<,
• .
... • .J
- Mademoiselle PONCINI Isabelle qui a eu la grande gentillesse
d'assurer la frappe de ce document, je lui exprime ma profonde reconnaissance.

A mon père
Ama mère
et
A ma soeur
décédés
Que la terre leur soit légère

A mon frère
NDIAYE Abdrahmane
dont le soutien ne m'a jamais fait défaut

SOM MAI R E
NTRODUCTION GENERALE
HAPITRE PRELIMINAIRE
LE MILIEU PHYSIQUE ET RURAL
Section 1
Aspects Géographique
Section II
Aspects Humains
Section 'III
L'évolution économique locale
Section IV
Approche méthodologique et conceptuelle
,~E~_f~BI1~
:rMIGRATIONS ET DEFICIT ALIMENTAIRE
:HAPITRE 1
: PHENOMENE MIGRATOIRE ET ORGANISATION SOCIO-ECONOMIQUE
Section 1
Les migrations SONINKE
Section II
Migrations et structures socioQéconomiques
:HAPITRE II
: UNITES DE PRODUCTION AGRICOLE ET CONSOMMATION ALIMENTAIRE
Sec tion 1
L'unité de production
Section II
La consommation alimentaire
~ème PARTIE
._"---------
IRRIGATION ET SECURITE ALIMENTAIRE
:HAPITRE 1
LES PERIMETRES IRRIGUES VILLAGEOIS
Section 1
Approche historique
Section II
~es divergences de conception à la réalisation du proj!
"petits périmètres irrigués villageois"
Sec tian 1 II
L'analyse des contraintes
HAPITRE II
L'IMPACT DES PERIMETRES SUR LA PRODUCTION ET LA CONSOMMATION
LOCALE.
Section 1
L'évolution de la Production
Sec tion II
L'objectif de sécurité alimentaire
HAPITRE III
: LE PASSAGE D'UN MODELE D'AUTOCONSOMMATION A UN MODELE DE SURPLUS
Section 1
L'ajustement entre la production et la consommation
Section II
Le choix d'un type d'exploitation et la nature de
l'investissement
.
Section III
Une politique d'incitation à la 'production agricole

Tr5nscripticn des termES vernaculaires
:I)
c::
prcnolîcé CC~7 ;:-:e ( é) EXo
.
. Scnin!<É
,
.
prononcE: CC~·-lr.le (cu) exo
Kcg~mme
(chef de f a;-ni lIe)
x
prcncncé C~·'-."ie (kh) exo
~2bila (ligrlcge)
j
prcncncé cc~~e (~ieri) EX.
: ~Eeri
(gn)
EX.
niir,c
(terres); xabilêniir:c (te!'·
=
II) ;~ë.ne (,...,àiscns)
et le pluriel de r\\ê
(r'l2ison)
t-:ccro (nc~lEs) et le pluriel de ' ,
,
llcre (noble)
=
Kcm~. (escl~ves) et le pluriel de Kcmé (esclave)
Falcna (pl~riEl de Falo
Kollengan! pluriel de Kclleng8
Les vcyelles c et i
~arquEnt g~nérê:eGEnt le pluriel.

- 2 -
"INTRODUCTION
GENERALE
\\

- ~ -
....:.:z
li:
0
..
z
0
-
...

OC
..
lC

JI
0
-
oC
..
..
1
'fi
r-4
!
,
0
• \\
l&J
:. 1
..z
1 ( 'W
0
...
~,
z

-
\\)::)
~
'(
'J ~
JS-~
t,
""
,....,
,1111
z
1
1
1
1
1
1
-
1
t
ct:
1
1

r
<C
}:'
"\\\\ Z
\\
. lt -
:t ~
!J
.l
(,!)
;-\\
-..
....
o
..
/
••
a
1
'U
\\

- 3 -
La société SONINKE (1) actuelle est le résultat d'importants
mouvements migratoires qui ont succédé à l'éclatement du royaume de
WAGADU dès le XIIIe siècle.
Reconnu par les historiens comme le foyer originel des SONINKE,
le royaume de WAGADU, que les chroniqueurs Arabes assimilaient à l'ancien
GHANA (2), constituait un vaste territoire très prospère en or dans le
Soudan occidental, qui correspondait à une zone actuellement à cheval
-en grande partie- sur la Mauritanie et le Mali (3).
Considéré comme l lune des plus anciennes organisations politiques
du Soudan occidental, fondée bien avant le VIlle siècle, le WAGADU-GHANA
fonctionnait comme un système fédéré grâce à ses multiples provinces. La
direction politique qu'assumaient les CISSE-TOUNKARA conférait au TOUNKA-
Roi un pouvoir qu'il partageait avec les grandes familles régnantes dont
la participation aux grandes décisions -par l'exercice de leur droit de
contrôle ou au moins de regard- était effective.
On préfère l'appellation SARROKOLE chez les Toucouleurs
et Wolofs ou MARKA chez les Bambara.
(2)
Il s'agit de ce pays de l lor que les Arabes identifiaient
avec le WAGADU, d10ù l'utilisation parfois de la double
dénomination: GHANA-WAGADU.
( 3)
Bien des incertitudes entourent les anciennes limites du
royaume de WAGADU~ Mais, pour le géographe EL BEKRI, le
WAGADU, Il Au milieu du XIe siècle, atteignit ses frontières
extrêmes: La vallée du Moyen Niger à l'Est, le Moyen
SENEGAL à l'Ouest, le BAMBOUK au Sud et le HODT au Nord.
Ainsi, le bassin du Haut Sénégal y était en grande partie
désigné Il.
ETUDE SOCIO-ECONOMIQUE DE L'OMVS, Partie A, page A II 11.
EL BEKRI cité dans : Il Description de l'Afrique Septen-
trionale Il - Trad. par M. G. de SLANE, Paris,
Maisonneuve 1965.

- 4 -
Cependant~ le TOUNKA-roi veillait seul sur la bonne gestion du
patrimoine royal; La richesse principale du royaume~ l'or, était considéré
comme la propriété du roi.
Selon les chroniqueurs de la tradition orale, la fin de la pros-
périté économique du WAGADU et sa décadence étaient principalement liées
au mythe du BIDA (1). Mais, en plus de ce fait mythique, le déclin du
WAGADU trouve sa justification profonde dans des événements plutôt histo-
riques, qui ont eu lieu depuis le premier contact du peuple SONINKE avec
les Arabes au VIlle siècle, suite à une expédition d'islamisation dont le
but réel visait l'accaparement des immenses richesses en or du WAGADU.
L'échec de cette expédition allait néanmoins favoriser la pratique d'un
commerce transsaharien avec les Arabes: Llor et les esclaves du royaume
sont échangés contre le sel, le cuivre et les tissus du Sahara. Mais la
conquête Almoravide (Jihâd), dès la fin du XIe siècle, va annoncer la chute
du GHANA-WAGADU et sa reconversion définitive à l'Islam.
(1)
Tous les ans, on donnait en offrande au serpent BIDA la
plus jolie fille (vierge) des familles régnantes, qui
assurait en contrepartie la prospérité du royaume. Mais
Mamadou~ Le Taciturne, tua un jour le serpent pour sauver
sa fiancée qui devait être offerte à la bête. Depuis, le
royaume a connu la décadence et la sècheresse.
Ainsi, selon Charles MONTEIL, dans LA LEGENDE DU WAGADU
ET L'ORIGINE DES SONINKE :
Il
0 Khini Sankhi 1 WAGADU Karé, Kundu nya Il
(Ils se dispersèrent. C'est ainsi que WAGADU fut ruiné)
Mélanges ethnologiques 1953, Mémoire IFAN n° 23 •
...

- 5 -
Très certainement, c'est à parttr de cette époque qui s'étend
du XIe au XIIIe siècle que commença la grande dispersion SONINKE à travers
toute une partie de l'Afrique occidentale (1). De leur foyer originel, les
SONINKE, attirés par les terres fertiles du Sud, vont parachever l'occupa-
tion du Haut Sénégal, entamée depuis le XIe siècle, pour créer progressive-
ment plusieurs zones de peuplement d~nt : Le Dyahunu, le Gidyume situés au
niveau du haut bassin du SENEGAL dans l'actuel MALI ; Le GIDIMAKHA sur la
rive droite, composé d'une partie Malienne mais principalement Mauritanien
Sur la rive gauche, le GADIAGA, partagé entre le SENEGAL et le MALI, puis
le HAIRE à cheval sur la rive gauche (SENEGAL) et la rive droite (MAURITANIE)
de la moyenne vallée.
Peuple dispersé, mobile et voyageur comme en témoigne l'histoire,
commerçants (2), les SONINKE forment une société non unifiée sur le plan
géographique mais aussi politique (3).
(1)
Mais selon TRAORE Samba: Il ••• pour la période du XIe au
XVIe siècle, il y a tout lieu de croire qu'ils seront
fondus tout simplement dans l'empire MANDINGUE dont le
territoire, géographiquement, faisait partie du WAGAOU
ancien. Ils n'en sont pas moins sortis du WAGADU, leur
territoire d'origine. Il
Cité dans : CORPUS SONINKE : PARENTE ET MARIAGE
Université de DAKAR, 1985, page IV.
(2)
POLLET et WINTER : La Société SONINKE
(Dyahunu, MALI) page 111.
Etude ethnologique, Bruxelles - Editions de l'Institut
de Sociologie, 1971.
(3)
WEIGEL: MIGRATION ET PRODUCTION DOMESTIQUE DES SONINKE
DU SENEGAL
ORSTOM, Paris 1982, page 9.

.. -:- ~"~'."'''';-''
- .- .. '.'."
.,.~·_.J.~.'::._·r .. _·i' .~.
;:.~~
" .
~._. • •
4'-
",.
31 centres prin,; eaux 1 • Dya., Dyo/(a" KombiJ
c.e:ntrer
seconJai r,s
!
byelm:, Dya.Idta./6~.
-
K~ni' !a'lrsanJin;;. 6ana;"k,
Siaw ...
~t;JG,rtU
O'l
,f~·
Dr!
. N'''',.'
.D~
~ttlJ .'
"-.,
/
.
'J'IAGA
KARTÂ
(;"nJ'I"fU
A"f~)
~
-1
\\
,
CARTE n° 2 - Centres de dispersion des Soninké

- 7 -
Au niveau de ce vaste ensemble de subdivisions territoriales,
les SONINKE de la Moyenne vallée du SENEGAL, qui vivent dans les terri-
toires du GADIAGA et du HAIRE, retiennent notre attention au moins pour
deux raisons fondamentales :
- L'une est subjective et répond à notre appartenance à cette zone

La deuxième, beaucoup plus objective, est liée à notre souci de
ne pas s'arrêter au niveau de simples généralités qui rendraient
difficilement compte du fonctionnement global d'un univers aussi
diversifié que celui des SONINKE où, selon MENDRAS et FORSE (1),
tout Il changement global n'entra'ne pas nécessairement" un
" changement local ou segmentaire ".
Dès lors, plutôt que d'une étude rétrospective, nous nous
intéresserons à 1 'histoire présente des SONINKE de la Moyenne vallée,
dominée entre autres par le problème alimentaire, l'ampleur des phéno-
mènes migratoires à l'intérieur et hors des frontières du SENEGAL,
l'émergence d'une économie locale où la monnaie joue un rôle de plus en
plus important, enfin, l'introduction récente de la culture irriguée, à
la suite de plusieurs années consécutives de sécheresse.
(1)
LE CHANGEMENT SOCIAL (page 9)
H. MENDRAS, M. FORSE
ARMAND COLlIN, Paris 1983.

Mais si l'instauration de la cu1ture irriguée par la SAED (1)
vise, dans cette zone, A atténuer le déficit vivrier, la réussite de celle-
ci suppose la réalisation d'un certain nombre de conditions préalables,
dont le passage d'une agriculture traditionnelle (2) A base de travail
intensif A une agriculture paysanne plus dynamique, fondée sur une bonne
maîtrise des techniques culturales modernes.
(1)
SOCIETE D'AMENAGEMENT ET D'EXPLOITATION DES TERRES
DU DEL TA
(2)
Selon le Professeur Robert BADOUIN,-
" Par société traditionnelle on désigne les sociétés
dont le comportement se fait par référence au passé,
A la coutume, à la tradition ".
" LES AGRICULTURES DE SUBSISTANCE ET
LE DEVELOPPEMENT ~CONOMIQUE "
(page 11)

':
...
.

..
o
.....
..
o
a
• 'S' JO'
IS' JO'
IS' Il'
~
Dl'I ..
A:/
'S' 'o·
". '"

! Cl ! ~ , ~ Y··
,.y
~ Villages enquêtés
~
"- .S'
• . • 0·
\\.0
(]
1f'00'
'S' OS'
o
IP ... I 7 '
/tu'"
r
~.
14' ' "
~ ~,"-"""'.'."''''''''
• • • _ • • • • '
t. . . .
Sourc~
F.A.O.
11·,1'
1
1
~
..
...
..
..
..
..
.
.
.
.
..
...
..

...
..
o
,
..

.
~

- 10 -
CHAPITRE PRELIMINAIRE
LE MILIEU PHYSIQUE ET RURAL
=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=
- - - -
~~- -
-------------~----------"
--
-----~-
--------.-~--7'
UNIVERSiTE
DE
MONTPELLIER
1
..
FACULTE
DE
DROIT
ET
DE
SCIENCES
ECONOMIQUES
,~~r-"
',.
- $
.,
LES SONINKE DE LA MOYENNE VALLEE DU SENEGAL
EVOLUTION
COMPAREE
DE
LA
CONSOMMATION
ALIMENTAIRE
ET
DU
fONCTIONNEMENT
DES
UNITES
DE
PRODUCTION
AGRICOLE
THE5E
Presentee et Publiquement soutenue devant
l'Universite de
Montpellier
1 pour
l'obtention du
grade de:
DOCTEUR
DE
Jerne
CYCLE
ES
SCIENCES
ECONOMIQUES
specialite:
Econom ie
Rurale
et
Agro-Alimentaire
par
NDIAYE Boubacar
Le
3
Novembre
1986

'u
~
-
~
~..
l
1,."."
\\
1
1
1
l.ÉGENDE
GÉOMORPHOLOGIOUE
",'
177::7l Cuye"e de décantollon e. p.I".' 1.".~.1
~ (SOls "rdtomolph••
CuveUe de décanlolion: pottie. bou••
r:':':':;:;:;:;1
Dun . . .ouy··
lm
:::::::;::::::::
(Soli hohumiqu.,)
(5011. n,d.omorphes l
~.~ Cuvelle de d.conlolion
Hautin 1.... les : pa, Il.' hau'.'
~ ( V.,II.oh )
o (Sols pey évolué..d'oPPoI. h,dromophe )
I"::"
"
Houle .. ,• .,.'.,: pOIlI•• bOUt"
m (Sols peu _",olu•• d'apPol' ve.Uque)
Houl•• lev••• , deulieme r.mblai, sablo. orgit.".
~ d.lla de ruplu,. de I........el
Sols p.u .volu.... h~dlomofph.1i + quelq".'
,
(p....udogl.y 0 loches e' concrélions)
...
~,
"
i.,
k'
1
0
1
a
J

!t km

1
!
• • • •
:..
~:
,,'
; '
7;
Source,
Jo. A.O.
CARTE n04
Corte ptfdologlque
.t
geomorphologlqutl d. 10
Fuuillea
Selibabi:
- Croquis géomorpholog,que. Vallée du Séné~al
Région de 8akel-Waoundc
wall• • •1 du d.lta
du S.tHligul
. , . _ 1 b ~ 1c .

~~~.
;~

- 12 -
En effet, l'étude pédologique retient principalement l'existence
de sols hydromorphes riches dont la classification est faite selon leur
aptitude culturale testée par une exploitation séculaire des populations
locales.
Traditionnellement, on distingue deux typologies de sols
ceux
du Jeeri et ceux du Waalo.
- Les sols du Jeeri correspondent aux zones dunairesl Ce sont
des sols sablonneux, d'où l'appellation de Signa dans la langue vernaculaire,
qui abritent pendant la période pluviale des cultures éloignées des sites
villageois. Ainsi, on distingue le Signa Khole, sol sablonneux à couleur
claire, le Signa Bine, sol sablonneux à couleur foncée ou noire et le Signa
Kape avec une forte quantité d'argile.
- Contrairement aux sols du Jeeri, arrosés grâce aux pluies
hivernales, les sols du Waalo caractérisent des terres plus fertiles, plus
argileuses et plus lourdes. Ils constituent le domaine privilégié des
cultures de décrue fluviale ou de saison sèche. En dehors des Kollangani
-cuvettes du Waalo- il faut retenir ici le Wallere et le Hollalde formé
du Hollalde Khole (blanc) et dù Hollalde Bine (noir).
Par ailleurs, entre les terres du Waalo et celles du Jeeri, on
trouve les terres Foonde composées d'une partie haute située sur la frange
du Jeeri, très rarement inondée, appellée Foondè Khole (blanc) et d'une
partie basse sur la frange des terres Waalo inondée par les grandes crues.

-
I.J
-
En abandonnant les terres Foonde et en descendant vers le fleuve,
on rencontre, au niveau du lit mineur, les terres Falo, inondées régulière-
ment par la crue annuelle. Elles sont composées de Faloni -partie abrupte
plus haute- et d'une partie plus basse, qui abritent les cultures de berge
du fl euve.
L'identification des sols à l'intérieur d'une même catégorie
Jeeri, Waalo, Foonde ou voire même Falo, est faite selon la couleur blanche
.. (Khole) ou noire (Bine) qui constituent ici des éléments de différenciation.
Dès lors, la diversité des couleurs montre l'existence de sols
diversifiés dont la richesse, favorisant la pratique d'une activité cul-
turale traditionnelle, s'explique en partie par un climat local variable.

Le climat
La géomorphologie locale est fortement influencée par les méca-
nismes climatiques propres à une zone Soudano-Sahélienne. Ils définissent
un processus saisonnier annuel réparti entre une saison des pluies et une
saison sèche.
Désignée par le terme générique deXaaxo, la saison des pluies
ou saison hivernale, s'étale du mois de mai au mois d'octobre et se décom-
pose en trois sous-saisons (1).
(1)
Voir tableau page· 14

TABLEAU N° 1
LES SAISONS
( :
: - 1
(
:
SAISON DES PLUIES
XAAXO
:
SAISON SECHE
)
(
:---------------------------------------------------~-:~-------------~-----~-------~------)
(
.
:
1
:
2
:
3
:
1
:
2
)
( Les sous-salsons.....
:
KANDAARA:
JUXA
:
KAWULE
:
MULE
:
KINEYE
)
.
.
_ .
.
_ .
(
)
.
,.
.
.
.
(
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
( .
:
Ma i
:
.
A :
Septembre
:
Fi n novembre
:
Fi n févri er
)
(Calendrler...........
:
Début juillet
:
JUlllet-Aout
:
Début novembre:
Début février:
Début mai
).
~
(
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
(
:
Températures
:
:
:
Fin
:
Période
)
(
:
très élevées:
- .
:
Période
:
des récoltes:
chaude,
)
(
_ . .
:
et période de:
Per~ode
:
des récoltes:
du Jeeri
:
organisation
)
( Caractenstlques.....
:
préparation:
maxlmu~
:
de cultures:
et début
:
des activités
)
(
:
des champs
;
des plules
;
sous pluie
:
des cultures
:
de pêche et
)
(
: Débroussaillage :
:
:
de décrue
:
de chasse
)
(
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
(
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.

- 15 -
Caractérisée par des précipitations annuelles qui varient parfois
entre 300 et 600 mm, cette période de l'année correspond chez les SONINKE!!
à une saison d'intense activité culturale sur les terres Jeeri, que justifie
le souci de préserver le niveau de subsistance de la famille. En ce sens,
elle entraîne
une forte mobilisation de la main d'oeuvre aussi bien mascu-
line que féminine et ce malgré des températures très élevées qui peuvent
atteindre 28 à 32° pendant la période de mai à juillet. L'intensité pluviale
diminue au fur et à mesure que l'on s'approche de la saison sèche, annonçant
un autre cycle de cultures: celles de décrue.
- La saison sèche
Subdivisée en deux sous-saisons, elle est, contrairement à la
saison des pluies, caractérisée par un niveau faible, voire même par une
absence quasi totale de pluies.
L'avènement de cette période s'accompagne généralement d'une
baisse des températures caractéristique d'une saison plus froide et moins
mobilisatrice de main d'oeuvre (1).
(1)
L'activité culturale est moins intense dans cette
période de l'année qui correspond aux cultures
de décrue.

-
1b
-
En effet, si au moment de la saison hivernale, l'importance des
travaux agricoles est liée à la quantité de pluies tombées et à leur durée,
ici l'activité culturale dépend des mécanismes de remontée et de retrait
des eaux du fl euve ; ell e est basée uniquement sur l es terres de décrue -ou
de WAALO- favorisant en même temps l 'organisation de manifestations sociales.
La symbiose entre activités culturelles et pratique sociale carac-
térise une Economie de Subsistance et peut être liée à la rareté relative
des terres de decrue ou au souci des paysans de permettre une exploitation
rationnelle des terres.
Dans un système où le sol constitue un facteur de production
vivant très sensible à l'approvisionnement en eau, la p1uyiométrie joue un
rôle déterminant pour la fertilité des terres mises en valeur pendant la
saison pluviale et la régulation des cours d'eau qui permettent, ·par les
phénomènes de décrue, les cultures de saison sèche.
Outre les cours d'eau secondaires, rivières et marigots, l 'hydro-
logie est caractérisée par l'existence d'un cours d'eau principal, le fleuve
SENEGAL, dont le débit est fortement régulé par les précipitations hivernales.

- 17 -
L'importance des eaux dans notre zone atteint un niveau particulier
pendant les bonnes saisons pluviales où le fleuve connaît des débits élevés
qui pelJvent entraîner souvent de grandes crues, favorisant un approvision-
nement substantiel en eau des principaux marigots et rivières situés dans
le bassin versant du fleuve.
Témoin d'un long cycle de sécheresse (1) dont la conséquence fut
une diminution progressive du débit fluvial, notre zone a rarement connu,
ces dernières années, ces phénomènes de grandes crues.
Si le niveau des cours d'eau a tendance à augmenter pendant la
saison pluviale, il est plutôt réduit dans la saison sèche puisque cette
période correspond au retrait des eaux de crue, entraînant l'assèchement
progressif des marigots et des rivières.
L1existence du fleuve SENEGAL et des cours d'eau secondaires
constitue ici un des facteurs de sédentarisation des SDNINKE de la moyenne
vallée, favirisant, depuis la création du royaume du GADIAGA et du HAIRE,
l'émergence de gros villages de 'cultures qui constitueront désormais le
cadre d'une organisation politique et socio-économique fondée sur la
tradition.
(1)
Il s'agit de sécheresses des années 1969, 1972, 1977,
1979, ..• qui ont porté un coup sérieux à l'activité
a~ricole de notre zone. L'appauvrissement des sols
s accompagne Il d'une disparition graduelle de la
végétation, due à un surpâturage et à la destruction
des forêts par 1 'homme pour ses besoins en combustible Il
DMVS, Rapport final de synthèse, page 202.

- 18 -
II
ASPECTS HUMAINS
Bien qu'elles abritent parfois certaines ethnies -Peulhs et
Toucouleurs notamment- les populations du GOYE et du HAIRE, qui nous
.
.
intéressent ici, sont essentiellement SONINKE, justifiant dès lors le
choix du titre de notre sujet :
LES SONINKE DE LA MOYENNE VALLEE DU SENEGAL
~
Historiquement, l'ancien royaume du GADIAGA fondé bien avant
\\
le XVe siècle, constituait une entité politique unique sous l'autorité
des princes BATHILY. C'est à la suite des rivalités (1) entre membres de
la famille régnante -dont 1laboutissement aura été une sanglante guerre
civile entre 1833 et 1838- que le GADIAGA fut divisé entre le KAMERA et
le GOYE. Néanmo{ns, le GOYE gardera son identité politique et religieuse
fondée sur la coexistence entre un pouvoir politique centralisé, sous la
direction des BATHILY de TIYABOU, et un pouvoir religieux chargé de
veiller à la bonne application des règles et préceptes islamiques ,~et sur
l lenseignement du Coran dont la force s'illustre par llexistence d'impor-
tants villages maraboutiques (2).
(1)
ECONOMIES RURALES ET MIGRATIONS DE LA REGION DE WAOUNDE
(Vallée du Sénégal)
Y. WEIGEL, page 9 - ORSTOM DAKAR, Mai 1978.
(2)
Ils 1agi t de vi" ages comme DIAWARA dans le GOYE i nféri eur
où la fonction religieuse des marabouts occupe une place
prépondérante dans 1·organisation sociale villageoise.

- 19 -
L'un des traits distinctifs entre le GOYE et le HAIRE réside
surtout dans le caractère plus décentralisé du pouvoir politique dans le
HAIRE, où la chefferie est exercée par les différents clans SOUMARE, mar-
quant ainsi une certaine autonomie des villages HAIRANKE. Fondé vers la
fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siécle (1) par le clan des
SOUMARE à la suite d'un exode massif du MONT de l 1ASSABA MAURITANIEN, le
HAIRE, après différents conflits guerriers -qui ont opposé alternativement
HAIRANKO (2) et DENIANKO d1une part, HAIRANKO et MAURES d'autre part-
I
devait occuper les terres situées sur les rives gauche et droite du
fleuve SENEGAL. Co"nstituant dès lors une z.one charnière entre le GADIAGA
et llancien royaume du FOUTA, le HAIRE, malgré son rattachement au DAMGA
en 1858 (3) et son appartenance actuelle au département de MATAM, à majo-
rité Toucouleur, ne perdra pas ce qu'il a toujours eu de commun avec la
société du GOYE en particulier et la'société SONINKE en général.
(1)
Y. WEIGEL, op cité page 6.
(2)
Désigne le pluriel de HAIRANKE, donc le clan SOUMARE.
(3)
Y. WEIGEL, op cité page 8.
...

- 20 -
Globalement, la population (1) SONINKE de la Moyenne vallée est.
estimée à 39 300 habitants (2), répartis entre de petits villages de moins
de 500 habitants (3) et de gros villages qui peuvent parfois atteindre
plus de 2 000 habitants (4).
L'évolution démographique dans cette reg10n, caractérisée par
un taux de croissance qui est presque le même dans la vallée du fleuve,
c'est-à-dire de l'ordre de 1,7 % (5), subit une forte influence du phéno-
mène migratoire. (Voir pyramide des Iges, Graphique n° 1 ).
(1')
Au total' 95 %des SONINKE de la rive gauche vivent
dans le département de BAKEL et l'arrondissement de
SEMME (département de MATAM).
Cf. Démographie, Etude socio-économique OMVS 1979
J. Y. WEIGEL, op cité page 24.
(2)
Etude Socio-Economique OMVS 1979.
(3)
Il s'agit de villages peu peuplés comme WERMA.
(4)
C'est le cas de villages fortement peuplés comme
DEMBANKANE, MOUDERI, WAOUNDE.
(5)
Il faut comparer ce taux à celui considéré pour
l'ensemble du pays, 2,87 %, la différence étant
due à la part importante des flux migratoires
internes en provenance de la région.
Etude Socio-Economique, op cité page A III 6.

- 21 -

•1
a


..
J • 1
,- le
le



a , 1 1 • 1 1 • ,
..
~'i'
z '
c:e:' ..
0::. -'
8>.
~:. '1
.10

- 22 -
En effet, l'émigration exerce une véritable ponction sur la
population locale. Selon WEIGEL, elle touche 11 % de la population totale
SONINKE, soit 4 300 individus (1).
L'ampleur des migrations internationales (FRANCE, CONGO, GABON)
(2), qui fait de la zone SONINKE de la moyenne vallée une région à très
fortes migrations, nlest pas sans conséquence sur la fécondité au plan
local (3) et constitue actuellement une donnée importante dans le système
socio-économique SONINKE.
(1)
J.V. WEIGEL, op cité page 24.
(2)
Voir graphiquen o 2.
(3)
A cause de l'absence prolongée des hommes mariés
pour la plupart qui laissent souvent leurs
épouses seules au village.


III

GRAPHIQUE N° 2
190
180
110
~
~
~
EMIGRATIONS
PASSEES
ET
PRESENTES
160
~
DES
HOMMES
DE
JAMANE
MARS
1975
150
1
140
130
,
,
SENEGAL
-120
110
............
AUTRES
PAYS
0' AFRIQUE
100
FRANCE
-gO
1
N
80
w
70
(,
60
50
40
• • • "
4'
.
....
L30
.......1
..
20
.......
---
.' .. ' .' ~
,
-10
~-----·.:.~f_----···--r-- ..-.-·-,.. ---
_
l"""'-'~ ... f •• .. -
_
-----
~
~ /
-.!------........----------
---::;:
-.'
·---..·---·--r·..·---_·--··--)----------·-,-----r-
- ·1-----
1
-----r
1920
25
30
35
40
45
50
55
60
65
70
1975
S ourct.'
Il
Le
long
vOYd9P.
de~ g~n5
du
fleuve
'1
A.
ADAMS.

- 24 -
Le caractère hiérarchisé de l'organisation soci.ale chez les
SONINKE du GOYE et du HAIRE est lié à l'existence de castes établies selon
le Dyamu. (1) (pâtronyme), qui détermine, dans le cadre d'une structure
lignagère de type patrilinéaire, l'appartenance clanique d'un individu
ou d'un groupe d'individus.
Ainsi, selon POLLET et WINTER (2), le Dyamu peut, dans certains cas,
constituer à la fois une communauté (par la solidarité de ses membres, par
les interdits qui leurs sont imposés) et une unité sociale dans un système
de rapports d'alliance. Dans d'autres cas, il peut donner ïe sentiment
aux
membres du clan de leur appartenance commune.
Même si ce dernier cas est plus fréquent dans la formation sociale
actuelle -l'unité sociale s'étant vidée d'une partie de sa substance tradi-
tionnelle sous l'influence de certains co~portements nouveaux-, le système
des castes reste un moyen de détermination des différents niveaux.de l'or-
ganisation sociale SONINKE.
(1)
Les ~ipri nci paux Dyamu que l'on peut rencontrer sont 1es
SOUMARE (Nobles), BATHILY (Nobles), NDIAYE (Nobles cour-
tisans), TRAORE (Grand captif de condition semi-servile),
les WASSA (Griots), les DIARRA (Captifs).
(2)
POLLET et WINTER, Il SOCIETE DYAHUNU-MALI Il
Bruxell es 1971.

- 25 -
Selon l'appartenance clanique, on retrouve au sommet de la
hiérarchie sociale, la caste des nobles (HOORO), au niveau intermédiaire
la caste des WANUKUNKO (grands captifs de condition semi-servile) et; à
un niveau plus bas, on trouve la caste des captifs (KOMO). Outre ces
castes fondamentales, il faut souligner l'existence des hommes de· castes
artisans et griots (NYAKHALA) qui forment avec les nobles, la caste des
hommes libres.
Cette hiérarchisation de la formation sociale confère à chaque
catégorie sociale un rôle et un statut déterminés dans la société, se
matérialisant par l'existence de rapports d'alliance, de clientélisme et
de dépendance, règlementés par la coutume et la tradition.
En plus de ce clivage vertical, il faut retenir un clivage
horizontal lié au caractère non homogène des castes (1). Par conséquent,
il y a lieu de distinction au niveau de la caste noble entre TUNKALEMU
(membres du lignage dominant ou chevaliers exerçant la chefferie villa-
geoise), leurs courtisans, MANGHU, qui remplissent le rôle de juge et
MODINI (famille maraboutique ayant des fonctions religieuses et chargée
de l'enseignement du Coran). Ce phénomène est tout aussi observable au
niveau des hommes de caste aD on distingue les griots
ou NIAKHAMALA et
les artisans (TEGGO, SAKO ••. ) justifiant ainsi les spécificités sociales
propres à chaque famille de caste.
(1)
ETUDE SOCIO-ECONOMIQUE, op cité page B l 14.

- 26 -
Par rapport à l'organisation de la société SONINKE telle que
nous venons de l'observer, le phénomène migratoire n'a pas eu pour consé-
quence directe la remise en cause de la hiérarchie sociale villageoise.
Même s'ils sont devenus plus lâches, les liens de dépendance et de clien-
tèlisme entre maîtres du clan Hooro et les autres clans de la formation
sociale -esclaves et artisans- existent: Le migrant captif, pour entre-
tenir les liens avec son maître, sera souvent dans l'obligation d'envoyer
à ce dernier quelques sommes d'argent, comme pour lui témoigner sa fidélité.
Alors que le ma~tre migrant procèdera désormais à des dons en argent à
ses griots et artisans à la place des dons en biens de prestige (chevaux,
boeufs) qui se font de plus en plus rares, traduisant l 1 importance de la
monnaie dans les rapports de castes.
Mais en renforçant la liberté des descendants de captifs (Komo)
et leur pouvoir économique, le phénomène migratoire contribue au dépéris-
sement des rapports d'exploitation et entraîne la modification des rapports
sociaux entre les différents clans de l'organisation sociale traditionnelle.
Elle repose, dans la société SONINKE, sur la parenté qui trouve
d'abord son cadre au niveau du Ka (1) (concession ou lignage) dont les
membres sont sous l'autorité d'un chef, le Kagumme.
(1)
Désigne la maison, la concession; Il constitue à
la fois l'unité de résidence, de production et de
consommation chez les SONINKE.

- 27 -
La hiérarchie familiale et lignagère s'établit selon le droit
d'aînesse. Celui-ci, fondé sur les principes de la .gérontocratie, confère
au membre le plus âgé la direction de la famille ét définit les règles
qui doivent régir les rapports entre aînés et cadets. Ces rapports trou-
vent ainsi leur cadre dans le Ka qui constitue à la fois l'unité de
résidence, de production et de consommation. Le Kagumme, premier respon-
sable moral du Ka, veille sur la gestion du patrimoine familial. Il
s'assure d'une bonne utilisation du produit du grand champ familial ou
Tekhore, destiné à la subsistance des membres du Ka, en veillant sur le
contenu du grenier familial dont il détient les clés. Les cadets parti-
cipent tous les matins à la mise en valeur du grand champ familial, placé
sous la responsabilité du Kagumme, et assument les travaux de leurs champs
individuels, Salouma, l'après- midi.
Mais si les règles qui régissent les rapports de production
sont strictes, celles qui définissent les rapports de consommation le
sont moins puisque la participation des cadets à la nourriture familiale
prise en charge par le Kagumme est modeste et ne revêt pas un caractère
obligatoire (O.
(1)
POLLET et WINTER, cité dans :
Il
LES AGRICULTURES DE SUBSISTANCE ET
LE DEVELOPPEMENT ECONIMIQUE Il
Op cité R. BADOUIN, page 78.

- 28 -
Ceci montre que 1 'organisation de la consommation ne reflète
pas toujours l'organisation de la production à l'intérieur de l'unité
familiale. Sous llinfluence de certains phénomènes tels que llémigration
et l'islamisation (1), le relâchement des rapports de filiation entre
aînés et cadets entraîne parfois une dynamique du KA. Celle-ci peut
entraîner une fragmentation de l'unité de résidence en plusieurs unités
de production autonomes. Souvent, si la famille est nombreuse, on assiste

à une dynamique spatiale de l'unité de résidence, entraînant la création
d'une autre concession.
Toutefois, le KA reste l'unité sociale de base de la société
SONINKE : c1est à partir du KA que se structure le :Fedde (groupe d·'âge),
~Je Xabfila (~lan) et llorganisation sociale villageoise. Etant le cadre de
la production et de la consommation familiale, le KA constitue aussi un
élément de base de la structure· socio-économique locale.
(1)
L'émigration accroît l'indépendance économique des
cadets vis-à-vis des aînés. Alors que l'Islam fait
souvent apparaître des rivalités et des divergences
de conception entre frères'~înés et cadets dans
l'application des précepts de 'IIslam et l'inter-
prétation de la pensée coranique.
...

- 29 -
III
L'EVOLUTION ECONOMIQUE LOCALE
Au cours de son évolution, l'économie traditionnelle SONINKE
a connu diverses mutations; Pour en évaluer l'impact sur les structures
socio-économiques locales, nous verrons ici successivement:
- L'économie de subsistance;
- L'économie semi-monétarisée et l'importance du phénomène migratoire
Pour enfin nous appesantir sur :
- La culture irriguée, dont l'introduction récente par la SAED est
source de changements non négTigeables au niveau de la formation
socio-économique traditionnelle.
Dans la société traditionnelle, l'organisation de l'activité
économique repose sur une division sociale du travail entre cultivateurs
.
. .
~SOKHANO), éleveurs (Peulhs), pêcheurs (SOUBALO ou.SOMONOL artisans
(TEGGO, SAKO, ~I RANO\\.•• ) et ch as seu rs (KHAN1ANa ).
(1)
Selon le Professeur R. BADOUIN, on désigne par
Il
agriculture de subsistance, un système économique
dans lequel chaque ensemble élémentaire, qulil soit
fondé sur le lien de parenté ou la proximité terri-
toriale, consomme la quasi-totalité de ce qulil
produit et calque le volume de sa production sur
celu"j des besoins pouvant être saUsfaits par voie
d'auto-approvisionnement Il.
LES AGRICULTURES DE SUBSISTANCE.ET LE DEVELOPPEMENT
ECONOMIQUE.
Op cité page 7.
- ' -

- 30 -
Si le métier de cultivateur peut être exercé par toutes les
catégories sociales, celui d'artisan constitue une pratique exclusive
des hommes de castes, mettant en relief la prééminence des règles so-
ciales.
L'organisation de la production en accord avec les conceptions
lignagères de la société traditionnelle vise essentiellement la subsis-
tance du groupe de travail, Kore' (1) ; En ce sens, elle se traduit par
l'importance accordée aux cul tures desti.nées à l' auto..consommati on
familiale. La production agricole, fortement tributaire des conditions
climatiques, porte principalement sur les cultures de Jeeri
pendant la
saison des pluies, et de décrue (Waalo) au cours de la saison sèche.
Basé sur une division sexuelle du travail (entre hommes et
femmes) et l'utilisation de. moyens de production rudimentaires (Tongue
. -
.
pour le labour et Dopade pour le semis), ce double système cultural
donne une priorité aux cultures du mil et du maTs.
- ..--... -----
(1)
Désigne le groupe él~rgi aux parents proches et
aux dépendants immédiats.
...

- 31 -
La culture du milou du maïs est pratiquée souvent en association
avec celle du haricot
alors que la culture de Gombo constitue une activité
5
exclusive des femmes. L'importance accordée au mil et au maïs s'explique
par le fait que ces produits constituent la base de l'alimentation locale.
En" outre, ils régissent les échanges de troc (milou maïs contre lait) entre
cultivateurs SONINKE et éleveurs Peulhs du Jeeri, dont la conséquence est
l'émergence de marchés de troc villageois.
Bien qu'ils soient agriculteurs, les SONINKE pratiquent souvent
l'élevage familial (1). En effet, la fumure des animaux domestiques constitue
un élément de fertilisation des champs. Mais le bétail revêt en soi une im-
portance particulière chez les SONINKE, ayant le triple avantage d'être à
la fois un bien de consommation
de prestige et d'échange.
5
Par ailleurs, les activités annexes
cueillette, chasse
pêche,
5
5
revêtent une importance particulière pendant la saison sèche, correspondant
à une période où la mobilisation pour les travaux champêtres est moins
effective.
La pratique de la cueillette est généralement réservée aux femmes
et aux enfants. Dans certains cas, la chasse est pratiquée à un niveau
individuel, contribuant à l'approvisionnement en viande du groupe. Dans
d1autres cas, elle est organisée à un niveau collectif (Walle) et consiste!1
à éliminer les déprédateurs.
(1)
Contrairement à leurs VOlSlns Peulhs et Toucouleurs,
les SONINKE ne sont pas de grands éléveurs, donc l'élevage
occupe une place relativement moins importante dans le
système productif traditionnel.
.. ...

- 32 -
D'autre part, la pêche constitue une activité propre aux SOUBALO
et SOMONO~ Néanmoins, elle peut être exercée au niveau individuel. L'orga-
nisation collective de la pêche porte très souvent sur les marigots ou
rivières, quand le niveau des eaux est suffisamment bas pour la permettre.
Dans l'ensemble, l'exercice des activités annexes concoure à
améliorer 1 lapprovisionnement alimentaire familial, surtout pendant ies
périodes de soudure.
Quoique la production 'agricole soit orientée essentiellement vers
la satisfaction des ·besoins alimentaires du groupe, il n'est pas exclu
qu'elle ait une destination sociale justifiant le poids de la tradition
et des coutumes (Lada).
L'existence de dons et de prestations en nature à , 'intérieur
d'un même clan (Xabiila) ou entre différentes catégories sociales, témoi-
gne de la réalisation d'un surplus, même si celui-ci n'est pas valorisé.
Mais la modicité des moyens investis, l'étroite dépendance de l'activité
agricole aux conditions climatiques et naturelles, enfin le caractère
immuable des structures sociales constituent des obstacles à la mutation
du système, même si celle-ci doit être impulsée de l'extérieur.

- 33 -
L'insertion progressiv~ de la société SONINKE dans les rapports
marchands, passe par la monétaris~tion de J'impôt introduit par l'adminis-
tration coloniale et le déclin progressif de l'économie locale, favorisant
d'importants mouvements migratoires (1).
En effet, il est reconnu que les SONINKES du GADIAGA pratiquaient
bien avant le XVIe siècle, un commerce de troc basé principalement sur l'or,
la gomme, le mil et les esclavès. Ce commerce traditionnel qui était à
l'époque contrôlé par les DYULA atteste l'importance de certaines villes
maraboutiques dont l'alliance avec le TOUNKA et l'aristocratie guerrière,
quitte à verser une taxe, visait le maintien de ces échanges commerciaux
fondés sur le troc (2). Ceci confirme la manière dont les SONINKE apparu-
rent à MONGO-PARK, que nous rapportent POLLET et WINTER (3) :
Il
Peuple commerçant, IIJuifs du Soudan ll , colporteurs poussés par
un grand esprit d'entreprise et le goût du gain, actifs dans
toutes les régions d'Afrique occidentale, ils auraient tenu
entre leurs mains, grâce à la situation privilégiée de leur
implantation et à une longue tradition commerciale, une
grande partie du trafic des esclaves et des manchandises Il
(1)
Selon DELAUNAY, l'origine du phénomène migratoire est liée
à l' i ntroducti on de l' économi e marchande dans l a va" ée.
MIGRATIONS ET PENETRATIONS DE L'ECONOMIE MARCHANDE
1976, ORSTOM.
(2)
Y. WEIGEL, ECONOMIES RURALES ET MIGRATIONS DE LA
REGION DE WAOUNDE
Op cité, page 9.
(3)
POLLET et WINTER, LA SOCIETE DUAHUNU-MALI.
Etude Ethnologique, Bruxelles 1971.

.;.
• .~. J,
:;;.;
, . ~! ,:'
'.'1
;, .. ' '
1".
Lé commeFic~;[des Soninke
:: ~.,,! .~~~
rj .':

,'~,'
,'1
dG.'·f! ./;""
~'
l,
/"'\\'
': "
It,
t.'
•~ •• ~
,. ~ :
~ .
'.;.t. a
,.:.\\;/
( ::',1'·
180
,:~:,··,~i:,
U
~
.;,I·iI .
oJoaga:::, ·.;l~
~ " \\~ .
i'
i ' ,:' ' .~lf, '
. l '
."
.. ,.~
:'
,t,~
~ 4 "
I~
~~,
~
,~~.
:
. !
..
\\
\\ ; , :
1 "
of
"j"" ;
J
,./j\\:'
" : '
"
','
."
\\ l, t'·
·tj.;
~ , .',,"
1.
, . . .
f."
~
1
~,t("
·t:~::~
, . )
, t
) \\' j~:
'~'~:j,
i .I;~·: :;, \\;.
:;:~"
ri: 1
.
10' '.a
:~
: : .
!'.
J. l~.>.
''1'.~1 .~: .. ~~ 1-
. {i;
. ,
1
'.::.i
,'/:, :~
~I

\\.,.~;.. ,
'·'d~ ~(
'f 'i,:;, ' ~~, t:!
.',
jIo
prinCipaux trajets des commerçants
.:~ ': ...
• l""
.r~
'1 .. ,.
,
'"
'
1.',
1.. ~
,,\\
.,','
,

h '
"1
,
ti"'!~
..
:',1
". ."
/-0;
'
~
'~. '; ,1, '.'1\\;' ,i~::. ~": ~;, :'\\;~;"
S oninke du Gaja co Q
.. ' .
.
.'
.!.
'
l
,"
',":;:'.'
(S .
;'~"l""::,' ·f.'·";r: ,r·~I'.:
.
,.
,
J
,
· ,'}.'1,·
~."
" ':.'~"/~,:,·.::::::\\'.i/ .:;j:L:~; _ -:'..... ~ vOies d Importallon des marchandises
"i,
...
1 -"
,,1 ( ..
" .
•.•.
• ".1.
1
/
:.;.!,' ;',
. ' '~;~':~.
"
,~..:
':, !
---.. ,',.'\\
,;
t<t ';'(1 ~i;';:.' ,~(j"T" :/dC européennes en Senegambie
' . i' 1
1 • ~ •
,160
- -
...
'! 1
',~ .
.;;. ',)r;t, 1.',\\:«";'/',}() L":;,\\ :~11
..... '1
stlouis
~I
,
",f'
""'~':l,
l"""'" ,•.".,.'~ ,"''1
r-' ','
'~1'
A
"
".;,.~,' t '.; !,I, ;"'~.';'~'\\~".'~\\;~o; •. ":'/
1 ~,
'::>l
/ ..
.,:.
'l
'
;.~I ',,:,;,~.'\\; :::l.:·(-' :,;'.';-'1\\,;,' "1.:
" ,
..',
. \\
....0-
'
·1 ',' .',
~
11,.'.'/1':',., ': "';,!:
1 \\
4:
, ·:v;
'~
#' ~~
.i; I~i:: ,'..'; .' ~:~ :".';'~}~';~ ,~;.'" ..:
:{:.~..
;i:)\\'
\\
:0"
/
/
' .' .:.,;, . ~ /,: ,1, ',' )" '. "j, 'J a 0 r ~ ;.
:! ;, .~
~;;}
lit"
~.,,~~I"~ ~""·.'.j;';ï',·,'1
.
f~
" L
'.\\~~.t\\da.v'S,lnil_
1 1 1
)J.I.1•. ':':,,,:::-...~ '!''l,,\\~ ..............4..
../, ..
,:: i
~ ,:
. î::
~,Uu.l
)a <c
,.. ,1(1'.' .',.
o.r(l\\l~l·
".~""""""
1"
' 1
',ii _l>lt'lil--)~,
.. .!.,,:~\\~~~\\ '!.
. ' \\i:. .: '! .), .,7i':-- i",. .
- .,1
.
0.-."""'-
. r'
. '.~ ') Il:' l.":
O'r
i:"·
..~. I~' ' ,
'\\.1",
"
::'~:' l,.'
;
i.ojrQ. " ' -""'-..
0,'
\\,5;;, ",<I, ,'.<.. .:'.Jè,
t..
J: ;.
.140
,il
"):I:~;
l,':'i.'\\
; :~' • i
tsdlW~S ":'.
';i ,i{;.~·~:;·; fi: ;1:f:r. ~;;;I'~;>:;~':~:;' ):L
,. ,,'.
<, 1
~
~unjuru
>.
1'"
'::h·
~
, è __
f:"i;;"·;.,: .~. ,,"Üi: 11,1"::'<'L' ;o(~,
,,;, {
v..'l':' •
~'.
"
1'.
bathurst..... ~',1'l
of,i~~,r
~.I',~t.;'7',~I{:i~.i;.;lLJ".{(J.,!!,:, ..:.;y/
" ' 1
'1
'
,.J' i' .
.1
i'j::i{-t::~ti~'t',\\~\\r,;· >;?:t1,
. i
,
1
' l '
Se.I
- - - - - 0 7
~
',;,."
,,~ " . .//""'/ ~, . : ::..:'J."
.,
'1
:
~;~~r(
'. 1
.
.,:. 1
11}~
"~'l ~
,
'.
l,.'
i.HvS
ratatenda
-C<--or/lvOire.
i ... ·' .. ~'
. •~~-!::'
;':;'1
::t" :
Mmes
..../ ,1;\\
-
---::'llr, h',,'~' "At,"'H, ,~
~
· ;"'.1
-"'---..
r-----'
' ",
aXa ~-- ..:.....-.,. 'Vll'/ftrucI.av<.S-
.,.I/Xi.
~,
, "
"1
"
, l'
.:. i' '.. :

J
,'1
1
.... ~ 1
i~:>
b~;~~gJ~~t,r,'\\lc:,~i
....
, 1
120
j
l '
. ,
<1
-:r;:
( ~'i
'
,.';' ~ ,
t' ï :' ;.,'
\\,v,
. . ;
.~. ~"'\\ ~
. 1· t·· Vh '1 ~ r'
,1., ';'.' .~..
::jr
'.' 'h' f
"r .~,
l' l,: l"
,.~..;,i;!;~.:l
~'I!~:,~;~;;l:~1;l):" ;;il;lf,:;:i;;;t
;".;J
. C. 1 1 ~

~
· _ - · ·.......·.·~·1
\\1:' j .~f
1. '~
"'-;
,
"f
. ~
'
#'t

'!
J
J)! U I~l il ..• '''l'l·\\l~ / .
:;~~~
'. ~,i, ~ l /])'i: ..,' '.
••tL:~: , ..,
'.:.~.
~-
ç,
.... '"'-l,.!.(~, J:,.'J ~':j.::J~.I.~,~; ~
1;~ .
:···;(I,~~·tJJ· ..
..
'".
. ,1
.,
1
, . , '
"
"Jo>, i' .. 1"'1/,,"'"
\\"
;,',
'
"·~,·,t
~
"p"1
.
.:I·~J~"'l/t~?·
:·5' :
;':'\\\\2.1'
L};:- i:\\>.\\ f~'···;
••; I l
,;\\,.' .
'.. ":~:~' >-)
•. ? i)~: Ü~ :;:':~ _~; f:':::~:: I~' ;
·.f!·
.~
.'. " ,
p'"
.I~, '~. r,.' ,
'J1;
./" ~ ':; 1
.. ~ ~.~ ;~.,'
~f
~.,
;:~. i.:·".' ',' \\'
'. '
,
". ,1
: '
·11,
100
. '.1
1, '~.J .. '
Y:I\\.~::::,r!
~
",,'
':r:.
':;','\\<'.
"'~, .
" .
"
:$
f
" },
~"l '
, 1 . , , '
11 ' :',' ..,
.',
. : :....
I .y...
: '
i •
. ' , .. )' : ,I·,;li .•
"
,."
, :
/.
...
:l'~':
i. l ,
:J ::"~' 3:'::
.'
l

1' 'J"
1 ..
;\\
'~' l !
1.
,.\\
;.'"
;. ,:,
<
::<·',!.ir·;.: '
.,' '.'
.
,
,
"
"
'
:::'!':i-.
o
\\
SOOkm:.i
.
.

!
)DV'CC.~:
- .
,
..
1
16°
,_, , 8
1
1
140
12° ,
',:.
;
. ;.; 'l~',if:
: t.i
".(
0
6"
0 - -
,.... ~ •
..t\\I.1o.
~'l.ll
, ft oP ,
_:.lji,
1
• .
: "
."...
......
4

- 35 -
Toutefois, la tendance ~ un déclin pro~ressif des flux d1échanges
traditionnels se manifeste, dès le XVIIe siécle, avec la présence française
sur le fleuve SENEGAL, plaçant le GADIAGA comme principal fournisseur dle~­
claves et de gomme à un moindre niveau, aux traitants. Mais, dès le début
du XIXe siècle, avec le retour des Français (suite à la présence anglaise
sur le fleuve), on assiste à la mise en place dlun système commercial nou-
veau fondé sur l lor, l'ivoire et là gomme dont le déclin, quelques années
plus tard, allait entraîner la disparition de la compagnie GALAM et de la
taxe que l'on versait au TOUNKA (Roi) pour l'essor du commerce
fluvia1.(1)
Avec le développement de l'économie de traite au niveau de la
reg10n, faisant du GALAM (2) le principal fournisseur d'arachide au com-
merce du SENEGAL et l'introduction de 1 limpôt par les a~torités coloniales,
l'insertion de l'économie domestique dans l'économie marchande devint
plus effective.
(1) Cette politique.visait le monopole des Français sur le
commerce fluvial, comme l latteste le gouverneur'
PROTET:
Il
Nous sommes les souverains du Fleuve .•. Nous devons nous
affranchir au plus tôt de tout ce qui peut avoir llapparence
d'un tribut prélevé sur le gouvernement, d'une exaction au
cOll1merce Il.
Cité dans A~8ATRIlY, LA CONOUETE FRANCAISE' DU HAUT FCEUVE
.
SENEGAL
1972, IFAN.
(2) Nom utilisé autrefois par les Européens pour désigner le
GADIAGA.

- 36 -
C'est pourquoi la crise de l'économie de traite, consécutive
au déplacement de la cultured'arachide vers les régions du centre et la
création de la ligne ferroviaire DAKAR-NIGER, entraîne la régression de
l'économie locale et ruine le commerce de BAKEL. Ce phénomène aura pour
conséquence le drainage de la main d'oeuvre locale qui va se\\,Y'endre
ailleurs pour payer l'impôt. Ainsi les migrations saisonnières vers le
centre vont s'intensifier, entratnant une ponction importante de la main
d'oeuvre masculine qui pourrait se justifier par une réadaptation de
l'économie locale aux exigences de l'économie de traite et la recherche,
par le migrant, d'un numéraire en argent.
L'extraversion de l'économie locale entraîne, par ailleurs, une
internationalisation des mouvements migratoires qui vont devenir monnaie
courante au lendemain de la seconde guerre mondiale. En effet, dès les
années 60, les migrations vers la FRANCE et, à un moindre niveau, vers
.
certains pays d'Afriq~e (1) se développent avec pour contrepartie l~
création d'importants flux monétaires en destination des villes SONINKE (2).
(1)
Congo, Gabon, Côte d'Ivoire. (Voir graphique n° 2)
(2)
Selon KANE et LERICOLLAIS Il Les émigrés envoient
à leur familles en moyenne 40 % de leurs salaires
soit (en 1.972) 200 000 francs CFA par an Il
L'EMIGRATION EN PAYS SONINKE
Cah. ORSTOM, Série Sci. Hum.
Vol XII n° 2
1975 page 177.

- 37 -
Cette internationalisation, voire même intensification, du
phénomène migratoire donne un coup de fouet au processus de monétarisation
de l'économie traditionnelle. La monnaie commence à jouer un rôle de plus
en plus important au niveau des marchés villageois avec l'adoption de
nouveaux produits de consommation tels que le riz, 1 'huile et le pain. (1)
Parallèlement, on assiste à une monétarisation progressive des dons et
prestations en nature.
~En effet, l'extraversion de l'économie locale par l'acquisition
des revenus migratoires qu'elle induit, favorise le maintien à un niveau
satisfaisant du rythme de la vie et de la consommation locale, atténuant
les effets d'une production agricole déficiente. Mais avec l'introduction
de la culture irriguée, le déficit en force de travail qu'entraîne le
départ massif des jeunes vers l'étranger amène à se demander si le phéno-
mène migratoire ne constituera pas un obstacle à 1 'intensifi~ation agri-
cole. Sinon, par les importants flux monétaires qu'~lle favorise, l'émi-
.gration sera-t-elle un facteur incitatif du développement agricole local?
Dans l'un ou l'autre cas, il s'agira de s'interroger sur les
capacités de changement et d'adaptation de la formation économique et
sociale aux nouvelles conditions introduites par la culture irriguée.
--------,,--
(1)
Ma i s l es phénomènes de troc du mil au ni veau des
marchés témoignent encore de l'importance du mil dans les
fl ux dl échanges. Al' heure actiJe 11 e, le mn entre encore
pour 8 %dans les opérations de troc.
J.P. MINVIELLE, MIGRATIONS ET ECONOMIES VILLAGEOISES
DANS LA VALLEE DU SENEGAL. Etude de trois villages
de l'a région de MATAM. ORSTOM, DAKAR, page 8.

- 38 -
L'instauration de l'agriculture irriguée dans la zone SONINKE
de la moyenne vallée, sous la direction de la SAED, constitue un phénomène
récent par rapport aux aménagements hydro-agricoles du delta. Elle s'ins-
crit dans le cadre global de la politique de l'OMVS (1), fondée sur la
construction des barrages de DIAMA et MANANTALI, sur le fleuve SENEGAL.
Mais, en premier lieu, l'introduction de la culture irriguée!:
dans la zone de la moyenne vallée vise, par une maîtrise complète de l'eau,
à surmonter le déficit alimentaire local, tout en permettant un accroisse-
ment de la production alimentaire et l'amélioration du revenu des paysans
(2 ).
(1)
ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE
SENEGAL, crée en 1972 et qui réunit trois pays
le SENEGAL, le MALI et la MAURITANIE.
Il
L1un des objectifs principaux de l 'OMVS est
d'améliorer la production agricole afin d'augmenter
le produit national brut, de promouvoir l'expansion
des agro-industries et d'améliorer la qualité de la
vie des habitants du bassin du fleuve SENEGAL,
grâce à une meilleure.alimentatton."
OMVS, Rapport final de synthèse, op cité page 215.-
(2)
Etude socio-économique, partie C.
....

- 39 -
Pour réaliser cet objectif, la SAED fonde sa politique sur:
La création de groupements 'agricoles, au niveau villageois, basés
sur des petits périmètres irrigués de 20 hectares en moyenne ;
- L'encadrement technique des paysans dans le souci d'une maîtrise,
par ceux-ci, des techniques de la culture irriguée et des nouvelles
méthodes culturales essentiellement basées sur les produits céré-
aliers (riz, maTs et mil), sur la culture maraîchère à un moindre
niveau ;
- La mise en place d'un système de commercialisation;
- L'extension des surfaces irriguées et l'octroi d'un matériel moto-
pompe dont le renouvellement devra être assuré par les paysans;
- Enfin, un désengagement progress~f qui s'accompagne d'une respon-
sabilisation à terme du paysan dans le développement de la culture
irriguée.
Dans son ensemble, l'exécution du programme de la SAED ne
connaîtra pas le même rythme, selon qu'on se situe dans le GOYE (zone de
BAKEL) ou dans le HAIRE (zone de MATAM).

- 40 -
En effet, si l'introduction de la culture irriguée dans la zone
du HAIRE bénéficie d'un accueil favorable des paysans, elle se heurtera
par contre à une initiative collective paysanne, dans le GOYE, entreprise
dès 1974 par la fédération des paysans organisés SONINKE, grâce à l'assis-
\\1Il
tance technique d~vCIDR (1). Dès le départ, les divergences porteront sur
la conception du fonctionnement et de la gestion des périmètres (priorité
aux cultures vivrières, champs collectifs gérés collectivement) mais
surtout sur le partage des responsabilités entre la SAED et les paysans,
suscitant dès lors des questions quant aux chances de réussite de la
~olitique d'irrigation dans la zone SONINKE du GOYE.
Par conséquent, la politique d'irrigation n'aura pas, selon les
régions, les mêmes effets sur les paramètres socio-économiques (Ces effets
doivent être plus rapides dans la zone du HAIRE où cette politique a béne-
ficié de l'accord des paysans, mais plus lents dans le GOYE à cause de
la résistance paysanne). En supposant par ailleurs que la résistance
paysanne ne constituera pas un facteur durable de blocage, puisque la
culture irriguée est aujourd'hui devenue une réalité pour les villages
SONINKE du GOYE et du HAIRE (à quelques exceptions près tous les villages
abritent un périmètre irrigué de la SAED), nous situerons notre réflexion
sur les problèmes que suscite le passage d'une agriculture traditionnelle
déficitaire, dont la population agricole est affectée par d'importants
mouvements migratoires, à une agriculture irriguée intensive qui genère
une production alimentaire plus substantielle, à travers le sujet suivant
LES SONINKE DE LA MOYENNE VALLEE DU SENEGAL
Evolution comparée de la consommation alimentaire
et
du fonctionnement des unités de production agricoles
(1)
Compagnie Internationale de Développement Rural •
• • •

- 41 -
IV
APPROCHE METHODOLOGIQUE ET CONCEPTUELLE
- Problématique
Notre étude s'intéresse à la dynamique du système socio-économoque
SONINKE de la moyenne vallée du SENEGAL~ à travers certains aspects qui
caractérisent l'évolution de la production agricole et de la consommation
alimentaire.
Depuis llextraversion de 1 léconomie locale, cette évolution reste
liée au phénomène migratoire et~ présentement, ne peut être appréhendée sans
être située dans le contexte récent de la politique irriguée villageoise.
La mesure de l'importance du décalage entre production et consommation ali-
mentaire chez les SONINKE, et la nécessaire réalisation d'un surplus agricole~
qui peuvent préoccuper le chercheur ou l'économiste rural, doivent être
placéés dans cette réalité.
Toutefois, en matière économique, contrairement à ce que 1 'on
rencontre dans les sciences expérimentales (physique ou chimie, par exemple),
la mesure de la réalité est presque toujours imparfaite pour des raisons
statistiques mais aussi conceptuelles.
Dans l'ensemble, nos enquêtes visent à cerner la problématique
définie ci-dessus (1). La réalisation d'enquêtes statistiques revêt en
général un double intérêt: Tout d1abord, elles permettent un travail de
recherche approfondie sur. le terrain facilitant, par les contacts entre
l'enquêteur et les enquêtes, une appréhension plus concrète et plus réaliste
des problèmes étudiés.
(1)
"De même que thaque société rurale constitue une
réalité spécifique, chaque.enquête présente sa spé-
cificité. Celle-ci repose sur une problématique donnée
tenant dJune part à la par.ticularitédu milieu étudié,
d'autre part aux questions que l'on se pose sur sa trans-
formation en égard aux finalités et objectifs du projet"
......
l".!._.!._.L~.__
.-1_
,
_
" '
~
.L..!.-~
.-.L
..J ••
l'''\\~.~_'
.1..

- 42 -
Puis les enquêtes statistiques peuvent fournir à llanalyste des
éléments chiffrés (c'est-à-dire des éléments de répère), sans lesquels
celui-ci ne saurait apprécier le fonctionnement et l'évolution normale
du système qulil se propose d'appréhender.
Pourtant, la réalisation d'enquêtes statistiques, au niveau de
notre zone d'étude, n'est pas sans susciter quelques problèmes.
Dans un premier temps, le manque de données chiffrées constitue
un obstacle de taille à toute analyse qui s'intéresse à l'évolution du
système socio-économique SONINKE. Notre travail d'enquêtes, par sondage
ou par recensement, succédant à celui de WEIGEL, nous avons alors essayé,
à partir des résultats statistiques de ce dernier et de notre propre expé-
rience sur le terrain, de fournir des données quantitatives mais aussi
qualitatives permettant d'avoir une approche plus·évolutive et plus
large, des phénomènes caractéristiques du système socio-économique étudié.'
A la difficulté que constitue l'absence de données chiffrées au
niveau de notre zone, s'ajoute un autre type de problème lié à la nécessité
d'avoir une vision globalisante des phénomènes étudiés ou enquêtés. Les
éléments de base de notre enquête : unité de production, unité de consomma-
tion, unité de résidence, qui s'inscrivent dans une logique sociale, économique
et culturelle, se prêtent difficilement à une technique d'évaluation quan-
titative. Sans trop insister sur ce second type de problème, que nous aurons
tout le temps d'aborder
dans l'analyse des concepts opératoires (para-
g~aphe 2), nous retiendrons en fin de compte les difficultés que suscite
le contact entre l'enquêteur et les enquêtes. Normalement, notre statut de
ressortissant de la zone enquêtée et notre maîtrise de la langue vernacu-
laire (1) locale devaient nous faciliter la tâche.
(1)
Ceci nous a permis de nous passer d'un interprête.

- 43 -
Mais le sentiment de méfiance l la souvent emporté (1), nous obligeant à
nous présenter comme un technicien agricole de la SAED, dont le travail
faciliterait la réalisation des aménagements hydro-agricoles en cours au
niveau local. Ce phénomène de méfiance ou de rejet, qui peut se justifier
par la lassitude des enquêtés à répondre à des questions dont ils ne
saurait situer l lintérêt immédiat, nlest pas sans conséquence sur la
fiabilité de l'information, conduisant parfois à des réponses inexactes
ou abérrantes~ l'information reçue pouvant varier selon que lion se situe
en milieux émigrés, habitués à ces genres dfinterrogatoires ou en,milieu
paysan où l'on Si accommode diffi cilement aux enquêtes stati stiques.
Chronologie de l'enquête
................................................
Notre travail de collecte de données s'étend sur une période
d'une année subdivisée elle-même en deux phases:
- La première phase_concerne les enquêtes statistiques
rélaisées au niveau de trois foyers de la région Parisienne, de mai à
JUln
1985. Ces enquêtes de sondages avaient pour objectif fondamental de
cerner le rôle et la place des revenus migratoires dans la production et
l'alimentation des populations locales SONINKE de la moyenne vallée.
Dans la perspective de 1 lintensification agricole, il s'agissait
aussi, pour nous, de situer la position des émigrés par rapport à l'intro-
duction de la culture irriguée villageoise en zone SONINKE.
(1)
Peut-être à cause d'une absence prolongée de l'enquêteur
dans la zone (3 ans). Mais, il semble que le sentiment
de méfiance des enquêtés est renforcé par l'écriture des
réponses qu'ils donnent à l'enquêteur.

- 44 -
- La deuxième phase de notre enquête s'étend sur une période de
quatre mois (août-novembre 1986), correspondant à un stage que nous avons
effectué à la SAED. Elle comprend deux volets:
+ Le premier volet concerne les enquêtes démo-économiques
(août-octobre 1985), au niveau des villages SONINKE de WERMA, DEMBANKANE et
GANDE, situés dans une zone charnière entre le HAIRE et le GADIAGA (voir
carte de localisation). Le critère géographique reste alors fondamental
dans le choix de notre zone, nous permettant, par une analyse comparative,
de mesurer l'importance des mouvements migratoires et des changements
induits par l'agriculture irriguée dans les deux organisations politiques
et sociales, ce, d'autant plus que l'introduction de la culture irriguée
fut plus lente dans le GADIAGA ~Je dans le HAIRE.
Ici, nos enquêtes sont dans l'ensemble des enquêtes de sondages
(1), fondées sur un choix raisonné des échantillons à partir des informa-
tions reçues sur la dimension démographique des unités de résidence qui
constituent pour nous des unités de
référence, les éléments concrets de
notre enquête étant les unités de produciton et de consommation.
+ Le deuxième volet de notre enquête en milieu local porte
sur les envois de revenus migratoires (octobre-novembre 19B5). Il s'agit
pour l'essentiel d'enquêtes
de recensement de mandats au niveau
de trois bureaux de postes situés dans la zone SONINKE de la moyenne vallée.
(1)
Sauf pour les enquêtes effectuées au niveau de WERMA
et des bureaux de poste qui sont des enquêtes de
recensement.

- 45 -
· OPT * DE DEMBANKANE
· OPT DE DIAWARA
· OPT DE BAKEL
Ces enquêtes nous ont permis d 'éval uer l'ampleur des fl ux migratoires
en provenance de l'extérieur de la FRANCE et des pays d'Afrique (voir
tableau n014 et graphiquen04
)t mais, en même temps, d'apprécier la
dépendance de la zone SONINKE vis-à-vis des revenus migratoires (voir
tableau n015 et graphique n° 5 ) surtout en provenance de la France. Et,
dans un modèle d'intensification agricole, ces revenus migratoires pourraient
jouer un rôle décisif dans le système productif (graphique n° 8 ).
En plus de ces considérations d'ordre pratique et technique, il
faut retenir d'autres éléments d'ordre conceptuel.
Comme nous l'avons d'ailleurs souligné au niveau de notre para-
graphe précédent, dans l~e cadre d'un système de subsistance, nous devons,
pour les phénomènes étudiés, avoir une vision totalisante et modeler notre
raisonnement dans une logique pluridisciplinaire. Par exemple, en plus des
facteurs économiques, les règles qui régissent l lorganisation du travail
dans notre société répondent aussi à des facteurs extra-économiques, c1est-
à-dire d10rdre social et humain.
Les concepts que nous avons utilisés (unité de produciton, exploi-
tation agricole, population active ••. ) dans le cadre de notre analyse
doivent s'inscrire dans cette démarche globalisante et totalisante.
(1)·Office des postes et Télécommunications.
• ••

- 46 -
Telle que nous l'avons définie, l'unité de production s'identifie
au groupe de production qui peut correspondre à l'ensemble des membres
de l'unité de résidence, Ka, ou à une partie de celle-ci (phénomène de
segmentation entraînant une remise en cause de la cohésion économique et
sociale du Ka).
Très souvent, nous avons préféré le concept d'unité de produc-
tion à celui d'exploitation agricole, comme le définit CHOMBART DE LAUWE
(1), c'est-à-dire une unité économique dans laquelle l'agriculteur pratique
un système de production en vue d'augmenter son profit. Le système de pro-
duction est la combinaison des productions et des facteurs de production
(terres, travail, capital d'exploitation) dans l'exploitation agricole. (1)
Cette définition semble être mal adaptée à notre contexte, étant
donnée l'importance accordée au profit, au capital d'exploitation et à la
centralisation du pouvoir de décision qui ne reflète pas suffisamment la
complexité des relations entre discipline communautaire et autonomie
individuelle.
Dans notre acception, le concept d'exploitation agricole traduit
le mode de fonctionnement de l'unité de production familiale (2).
A la redéfinition du concept d'exploitation agricole, il faut
apporter une autre précision relative à la notion d'actif, celle-ci
pouvant varier selon les sociétés en fonction de leur état de développe-
ment et des formes que peuvent revêtir les règles de travail. Nous avons
retenu ici les individus qui ont entre 15 et 65 ans.
(1)
CHOMBART DE LAUWE, Nouvelle gestion des exploitations
agricoles, DUNOD 1963.
(2)
Voir cours DEA, Economie Rurale 1983-1984
Professeur R. BADOUIN.

- 47 -
Ceci peut paraître, d'abord anormal quand on veut
appréhender le fonctionnement normal de la société SONINKE, où le tra-
vail des enfants, qui commence dès 1 '~ge de 6 ou 7 ans, revêt une impor-
tance particulière pour certaines activités agricoles (sarclage, gardien-
nage ••• ). Toutefois, plusieurs raisons justifient notre démarche.
Même s'ils prennent part activement au procès de production, les
enfants de moins de 15 ans ne sont pas réellement productifs, au même
titre que les adultes de 35 ans (la capacité de travail d'un enfant de
10 ans étant de loin inférieure à celle d'un adulte de 30 ans). Cette
hypothèse nous permettra d 1éviter l'utilisation de certains coefficients
de pondération quant à 1,lestimation de la population active.
En plus, pour rendre moins complexe le dépouillement des enquêtes
effectuées sur la population active, nous n'avons pas tenu compte de la
frange de la population de moins de 15 ans et de plus de 65 ans. Mais,
outre cet élément d'ordre opérationnel, notre démarche est liée à notre
souci de maintenir une certaine cohérence dans les relations entre popu-
lation active et mouvements migratoires. En effet, constituant un fait
dominant dans la société SONINKE de la moyenne vallée, l'émigration des
actifs ne commence qu'à partir de l'age de 15 à 18 ans (correspondant
au premier départ du migrant) et s'arrête généralement à l'~ge de 60 à
65 ans.
L'émigration des actifs affecte souvent les règles qui régissent
l'organisation de la production et de la consommation au sein de 1 'unité
de production familiale, sans pour autant remettre en cause 1 'homologie
entre unité de productmon et unité de consommation (1).
(1)
Dans notre étude, nous avons considéré chaque unité de
consommation comme une unité budgétaire centralisant les
dépenses alimentaires familiales, ce qui facilitera énor-
mément notre démarche.

- 48 -
Toutefois la destination alimentaire des revenus migratoires
situe les mouvements migratoires dans une stratégie de sécurité alimentaire.
Dans notre présente étude, le concept de sécurité alimentaire se
rapporte à un objectif fondamental, celui d'assurer la subsistance des
membres de la fami 11 e &
Dans la logique de l'agriculture irriguée villageoise, le concept
de sécurité alimentaire
s'inscri",": dans une stratégie de développement
agricole.
Le processus d'intensification de l'agriculture traditionnelle
peut avoir pour conséquence une augmentation de la production alimentaire
au niveau de l'unité de production familiale, qui doit être en mesure
d'assurer à elle seule la ration- alimentaire de la famille, quitte à
favoriser la création de stocks alimentaires, rendant possible une desti-
nation plus productive de l'épargne migratoire. Dans ce sens, l'objectif-
de sécurité alimentaire conduit à la réalisation d'un excédent agricoJe
commerciallsable.

- 49 -
1ère Partie
MIGRATIONS
ET
DEFICIT ALIMENTAIRE

'~o~Q
< Il~Sllii
Toul.1

iii2S,'
~
........-~
1:11°
••••8P
~
~-"'.n••1
S
n... •
'.w.,al5ll5l TI.\\)u
Woum,ou
II~~I IZ Iml
11111111
Ill!1
11111111
110
111111
IBAKEle
.
Verma
1I~~~~g
Ad.b.,• • 11111
1111111110
11111111
11111111110
111111.
'il'il'il'il'il
o
0119 %
151
101124%
U1
a
Il
251150 %

+de 50%
o
o
'il
Sonlnka
Peul el Toucouleur
Div.,.
Un .wmbol. ,.p,...nl. 100 hab'I ...I.
Un d.ml .ymbol. ,.p,...nl. 50 h.bllanl.
*Chlll,•• d. 11173tORSTO .... l.,lcoll.,.1
Fi gure n° 1
.- Répartition ethnique ç.1 pourcentage des migrants dans la population active masculine (de Balou à Barkevil)*

- 51 -
CHAPITRE 1
PHENOMENE MIGRATOIRE ET ORGANISATION SOCIO-ECONOMIQUE
=-=-=-=-=-=~=~=.=~=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=
1
LES MIGRATIONS SONINKE
Comme nous l lavons montré dans notre introduction, d1importants
mouvements migratoires ont jalonné 1 'histoire des SONINKE qui fut très
tôt confrontée au thème de la dispersion (1) : Ils furent qualifiés par
ceux qui les connurent, de peuple mobile, voyageur, commerçant ; de gens
qui ont le goût de l'aventure.
Les migrations SONINKE de la moyenne vallée sont-elles le
prolongem~nt de cette histoire ? Sinon, sont-elles le produit d'un con-
texte historique propre à la société SONINKE du fleuve? D'ores et déjà,
. les migrations actuelles des SONINKE posent le problème de leur extrême
mobilité dans l lespace et dans le temps.
(1)
A. ADAMS, LE LONG VOYAGE DES GENS DU FLEUVE.
MASPERO, Paris 1977.

- 52 -
Sur le plan temporel, on distingue trois étapes fondamentales
dans l'émigration des SONINKE de la moyenne vallée
- La période qui va de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle
jusqu'à la deuxième guerre mondiale, marquée suttout par les·migrations
saisonnières pour la culture de l'arachide (le NAVETANAT). Les migrations
internationales sont représentées par les cas exceptionnels de quelques
recrues dans la navigation maritime, comme matelots;
- La période qui s'étale de la fin de la deuxième guerre mondiale
jusqu'aux années 60, avec un renversement de tendance caractérisé par
une intensification des migrations internationales (en direction de la
France et des pays d'Afrique) qui prennent le pas sur les migrations
saisonnières. On qualifie cett~ phase de /1 période faste Il des migra-
tions internationales, surtout en direction de la France, correspondant
à un besoin croissant de main d'oeuvre dans ce pays
- La période qui va des années 70 à nos jours, où on assiste à une
stagnation, sinon une régression, des flux migratoires internationaux,
avec l'année 1975 comme date de référence de cette rupture ou du blocage
des migrations à destination de la France et des pays d'Afrique.
En dehors de leur caractère variable dans le temps, les migra-
tions SONINKE ont, en plus, une nature variable dans l lespace~ avec
pour conséquence un important prélèvement sur la ropulation active
(Voir graphique n° 3).

-
::J,)
-
GRAPHIQUE N° 3
PRELEVEMENT DES MIGRATIONS SONINKE SUR LA POPULATION ACTIVE PAR TRANCHES OtAGE
%
100
90
80
70
60
50
------_._"---
50 %
40
30
20
10
Age
0
Légende :
~ Population active non migrante
c==:J Population active migrante
PRELEVEMENT DES MIGRATIONS SUR LA POPULATION ACTIVE TOTALE PAR VILLAGE
GANDE.~ ........•..................
41,0 %
WERMA
,.
51,2 %
OEMBANKANE. . . •. . •• •. •. ••. . . . . •. . . • 60 ,3 %
Source
Enquêtes effectuées au niveau de 54 KANE.
de 1 352 personnes
•••

- 54 -
Celles-ci ont un caractère saisonnier et sont de courte durée
(moins d'un an en général). Elles constituent sans doute l lune des pre-
mières formes de migration des SONINKE de la moyenne vallée. En effet,
dès la crise de l'économie de traite dans la vallée, à la fin du XIXe
siècle, et l'installation de la Tigne ferroviaire DAKAR-NIGER, consa-
crant le développement de la culture de l'arachide dans les régions du
centre, on assistait à un déplacement massif de la main d'oeuvre SONINKE
vers le bassin arachidier, comme l'atteste dès 1878 BERENGER-FERRAUD (1) ~
Il
Dans les contrées très fertiles de la GAMBIE, il nlest pas
rare de voir des SARAKOLES venir en grand nombre, à ,Iépoque
des semailles, pour y cultiver des arachides qu'ils se hâtent
de vendre à la récolte, afin de retourner dans leur pays,
jusqu'à la saison des·semailles Il.
(1)
J. L. BERENGER-FERRAUD
ETUDE.SUR LES SONINKE
Revue d'anthropologie, 1978
Cité dans POLLET et WINTER, LA SOCIETE SONINKE
DYAHUNU-MALI.

- 55 -
Le système du navetanat, que pratiquaient les SONINKE, visait
l'acquisition d'un numéraire en argent pour payer l'impôt et la satisfaction
des besoins vestimentairés. En plus de ces mouvements saisonniers pour la
culture arachidière, les SONINKE du GALAM (GADIAGA) étaient recrutés comme
soutiers ou laptots dans la navigation fluviale puis dans la marine de
guerre française.
" En saison sèche, une grande partie des jeunes hommes (20 à 35 ans)
transportent leurs bras à l'extérieur : pour les travaux des quais et du
charbonnage à DAKAR; pour le service des laptots et commissionnaires à
KAYES et SAINT-LOUIS pour les travaux de voies ferrées. Beaucoup de SARAKOL-
LES sont chauffeurs à bord des paquebots français au long cours et d1autres
sont mécaniciens aux chemins de fer du MAROC, du SENEGAL, du SOUDAN français,
de GUINEE et de la COTE d'IVOIRE ". (1)
Dès après la secondé guerre m"ondiale, 'I accélération des migrations
SONINKE vers les centres urbains s'explique plus par le souci du migrant
d'entreprendre un voyage hors des frontières du pays (France, Afrique) que
par la recherche d'un emploi,
DAKAR devenant un lieu de passage ou de séjour forcé, on assiste
..
. '
~ .
à la création de grandes chambres ou Konpe Xoore (2) qui constituaient des
lieux d1accueil pour les migrants et qui, selon le témoignage de DIABE SOW,
fonctionnaient sur la base des principes communautaires.
(1)
J H SAINT-PERE, LES SARAKOLLES DU GUIDIMAKHA
Cité dans : " Le làng voyage des gens du fleuve "
Page 53.
(~) Grandes chambres qui servent d'accueil aux migrants
qui font escale à DAKAR.
...

- 56 -
1\\
A DAKAR, j'habitais 94, rue Raffenel. C'était notre Konpe
Xoore, notre grande chambre ; C'est une maison que les gens de notre ville
ont louée. On était beaucoup, même trente de temps en temps. Tous travail-
laient à DAKAR. L'étranger qui quitte le CONGO vient au Konpè Xoore ;
.
. -
.
L'étranger qui quitte la FRANCE vient au Konpe Xoore. On reçoit tout le
monde. On cotise ; A la fin du mois, tu sors tant, je sors tant, on le met
. .
..
..
_.
dans 1a caisse (1) 1\\. Ai ns i 1è Konpè Xoore ou grande chambre représentant
la structure villageoise transposée en ville, repose sur une participation
collective de ses membres.
A 1'heure actuelle, la ~igration urbaine occupe une place de
plus en plus importante au niveau des populations SONINKE de la moyenne
vallée. En outre elle peut parfois représenter pius de 13 %de la popu-
lation masculine.
(1)
A. ADAMS
LA TERRE ET LES GENS DU FLEUVE
Page 104.
...

- 57 -
TABLEAUW 2
. . .
.
MIGRATIONS MASCULINES (1)
(Pourcentage par rapport à la population masculine de plus de 15 ans)
( :
)
(
:
Départ
)
(
Destination
:-----------------------------------------------------)
(
:
WERMA
:
GANDE
:
DEMBANKANE
)
(---------------------:-----------------:-----------------:-----------------)
(
)
(DAKAR.............
·10,92.% . . . : ..
11,86.% - . :
·13,63%
)
(
)
L'importance de la migration urbaine peut se justifier par la
fréquence des voyages pour la capitale dans l'espoir, généralement, d'effec-
.
.
tuer un voyage hor~ des frontières "ationales~ Ces départs fréquents concer-
nent aussi bien la population masculine que féminine, et se traduit par un
véritable exode rural pendant la saison sèche, période où l'activité cultu-
rale est moins intense.
(1)
Source
Enquêtes effectuées sur :
- 22 unités de résidence de 445 personnes à WERMA,
- 12 unités de résidence de 345 personnes à GANDE,
- 20 unités de résidence de 562 personnes à DEMBANKANE.
Pour le village de WERMA, notre enquête couvre presque toute
la population (à cause de la dimension réduite de celui-ci)
alors que nous avons util isé la méthode de l'enquête par
sondages pour les villages de GANDE et de DEMBANKANE, qui
ont des dimensions démographiques plus importantes, fondée
sur des échantillons de la population villageoise.

- 58 -
TABLEAU N° 3
MIGRATIONS FEMININES (1)
(Pourcentage par rapport â la population féminine de plus de 15 ans)
(
)
(
:
Départ
)
(
Destination
:-----------------.-----------------------------------)
(
:
WERMA
:
GANDE
:
DEMBANKANE
)
(---------------------:-----------------:-----------------:-----------------)
(
)
( DAKAR............
16 ,54 %' . . :
9,40 %'
.. . 9,95 %
)
(
.
)
La migration féminine urbaine se justifie par des mobiles de
santé
pour la plupart des cas. Contrairement à la migration masculine,
elle conduit exceptionnellement à un voyage hors des frontières. Cependant,
il faut souligner qU'à partir des années BO on assiste à une recrudescence
des migrations féminines vers la France, entraînant du même coup un accrois-
sement de la migration féminine urbaine.
(1)
Source:
Enquêtes effectuées sur :
.
.
- 22 unités de résidence de 445 personnes à WERMA ;
- 12 unités de.résidencede 345 personnes à GANDE ;
- 20 unités de résidence de 562 personnes à DEMBANKANE.

- 59 -
Toutefois , les migrations urbaines affectent en moyenne 12 % de
la population globale en âge de migrer.
TABLEAU N° tir
..
POURCENTAGE DES MIGRATIONS' URBAINES PAR RAPPORT A LA POPULATION TOTALE ( )
(Hommes et femmes de plus de 15 ans)
( :
)
(
:
Depart
)
(
Destination
:-------------------------~---------------------------)
(
:
WERMA
:
GANDE
:
DEMBANKANE
)
(--------------------_._---------------_._---------------_._----------------)
(
.
.
.
.
)
(DAKAR
14,00.%
:
.. 10,50.%
:
12,00.%-- .. )
(
: )
En définitive, le passage des migrations saisonnières vers les
reglons arachidières du centre aux niigrations urbaines marque une trans-
formation dans l'évolution des migrations internes qui peut être liée au
développement et à l'intensification des migrations internationales à des-
tination de la France et de l'Afrique, à un moindre niveau.
(1)
Source:
Enquêtes effectuées sur :
- 22 unités de résidence de 445 personnes à WERMA ;
- 12 unités de résidence de 345 personnes à GANDE ;!I
- 20 unités de résidence de 562 personnes à DEMBANKANE.

- 60 -
Elles sont de plus longue durée (un à quatre ans). Selon la
destination, on retient deux sortes de migrations
De tradition, le peuple SONINKE est commerçant et ce depuis le
royaume du WAGADU. En ce sens, les migrations SONINKE actuelles peuvent
être considérées comme un proldngement de l 'histoire puisque ces migrations
visent, dans la société actuelle, un but commercial. ~1ais si l'objectif
est le même, il.y a une différe~ce dans les modalités.
Les migrations actuelles SONINKE se traduisent par l limplanta-
.
.
tion pendant deux à quatre ans dans un pays ou une région déterminés,
phénomène qui exige l'exercice d'une activité commerçante rentable, alors
que les migrations anciennes se caractérisaient par la très grande mobilité
des commerçants (Dyul ai) dl un pays, voire dl une régi on, à l 1autre.
La migration des SONINKE de la moyenne vallée vers l'Afrique
centrale et ocçidentale a commencé, sans doute, dans le premier quart
du XXe siècle et revêt un interêt particulier au niveau des villages
maraboutiques.

- 61 -
Selon KANE et LERICOLLAIS (1), sur 172 migrants vers l'Afrique
de 1'Ouest, on a la répartition suivante:
TABLEAU N° 5
MIGRATIONS A DESTINATION DE L'AFRIQUE DE L'OUEST
(
:
:
)
(
Desti nati on
:
Nombre
:
Pourcentage
)
(------------------------------~---~:------------------~:~------------------)
(
)
( Côte d'Ivoire...............
92,00
5 3 ; 4 9 )
(
)
( Ma 11. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
35 , aa
2a,35
)
(
)
( Gambi e•• ••. •••••••••. •. . . . . •
21 , aa
12 ,21
)
(
)
( Gu i née. •. •. . . . . . . •. . ••. •. . . •
12, aa
6 ,97
)
(
)
( Haute Volta.................
7,00
4 , 7 0 )
(
)
( Sierra Leone......... •.••.•.
4,00
2 , 3 2 )
(
)
( Dahomey.... ..•.• ..•.. •.. .•..
1,00
0 , 0 6 )
(
)
(
TOTAL ..•.•.••.... :..
.172,00.

100,00.
)
(
.
.
)
(1)
Source:
A. KANE et LERICOLLArS, L'EMIGRATION EN PAYS SONINKE
Cah. ORSTOM, Ser. Sci. Hum. XII, n° 2.
1975, page 179.

- 62 -
Dans le même temps, sur un échantillon de 77 migrants vers
l'Afrique centrale, la répartition selon le tableau suivant se fait
comme suit :
TABLEAU N° 6
..
"
. .
"
MIGRATIONS A DESTINATION DE L1AFRIQUE CENTRALE (1)
(
:
:
)
(
Desti nati on
:
Nombre
:
Pourcentage
)
(---------------------------~---~---:~------~---~-------:-------------------)
(
)
( Zaïre........................
52,00
6 7 , 5 3 )
(
)
( Congo Brazzaville............
21,00
2 7 , 2 7 )
(
)
( Centre-Afrique...............
3,00
3 , 9 0 )
(
)
( Ga bo n. . . . . . • •. . •. •. . . •. • . •. •.
1,0 0
1, 30
)
(
)
(
TOTAL ••.••••........ :.
77,00
.. :
100,00.
)
(
.
)
Les flux migratoires à destination de l'Afrique sont, en majeure
partie, orientés vers le ZAIRE (67,53 %) et la COTE D'IYOIRE (53,49 %), le
CONGO BRAZZAVILLE (27,27 %) et le MALI (20,35%) à un moindre niveau. Néan~
moins, la migration vers les pays d'Afrique occupe une partie faible de la
population active; elle représente 4 %de celle-ci.
En outre, l'expulsion des Sénégalais du Zaïre en 1975 a entraîné
une diminution de l ~importance de ces fl~x. Néanmoins ces migrations, de par
l lampleur des sommes d'argent expédiées qu 1el'es permettent, ne sont pas
sans incidences sur les structures économiques locales.
( 1)
Source:
KANE et LERICOLLAIS, op cité page 179.

- 63 -
Dans bien des cas, l'émigration vers les pays dlAfrique centrale
(Zaïre, Congo) ou de l'Ouest (Côte d'Ivoire) obéit à un objectif fixe, celui
d1exercer une activité commerçante et enrichissante. Mais dans d'autres cas,
elle constitue la première étape d'un périple lointain qui conduit générale-
ment en France.
De toutes les formes de migrations, l'éniigration SONINKE vers
l'Europe et la France en particulier, est la plus importante autant par
son ampleur que par sa durée. En effet, si on remonte dans le temps, on
situe le developpement des migrations vers la France à partir de la deux-
ième guerre mondiale, dans les années 50
alors que jusqu'ici ~ cette nou-
9
vell~ forme de migration ne concernait que quelques individus recrutés
dans la marine française pendant la première guerre mondiale. Certes,
entre les deux guerres, même si llémigration vers la France avait connu
une évolution, celle-ci devait être lente, voire incertaine.
Il faut souligner toutefois, qu'à partir des années 60~ on
assiste à une accélération des migrations vers la France, qui vont dé-
sormais constituer le prolongement des anciennes formes de migrations
saisonnières. Ce mouvement vers 'a France fut sans doute favorisé par un
certain nombre d'événements survenus dans la même période, entre autres:
- Le déclin des migrations saisonnières dû au rétrécisse-
ment des possibilités d'emploi dans les villes du SENEGAL ;

- 64 -
- L'ouverture des frontières françaises aux émigrés que
suscite un besoin intérieur en main d'oeuvre croissant, corollaire à la
guerre d'Algérie, conduit, entre 1963 et 1964, à la signature de trois
conventions sur la circulation des personnes entre la France et trois
pays d'Afrique (1).
Ainsi, selon REMY (2), " l'essor des migrations a partir des
années 1960-1962 repose sur la conjonction de deux facteurs historiques,
l'un suscitant un appel, l'autre créant une disponibilité Il.
Pour confirmer cette tendanc~ à l'afflux des migrants en France,
WEIGEL explique que Il 35 %des premiers départs dans la période 1956-1977 se
sont réalisés en trois ans (1957-67), inaugurant des départs massifs à
.
destination de la France Il.
Au cours de cette période, l'émigration, pour les actifs, commen-
çait à l'âge de 25 ans ; Les migrants de 20 à 24 ans ne formaient que 16 %
de ce groupe d'âge tandis qu'on observait en même temps un taux d'émigration
de 20 % chez les hommes de 60 à 64 ans (3).
Mais avec l'évolution, on assiste au fur et à mesure à unllrajeu-
nissement de la migration" qui porte de plus en plus un groupe d'~ge de
15 à 24 ans.
(1)
SENEGAL, MALI et MAURITANIE.
(2)
G. REMY, " Du fleuveSENEGAL aux rives de la Seine
vers l'asservissement d'une société"
Cité dans LABOGEHY, ~age160
Université de DAKAR, Laboratoire de Géographie Humaine
Supplément au n° 2 (février 1984).
(3)
Voir tableau n° 6.
...

- 65 -
TABLEAU N° 7 (1)
..
~.
DISTRIBUTION DES MIGRANTS A LEUR PREMIER DEPART PAR GROUPE D'AGE
(
)
(
:
Groupe ,d'âge
)
(
Date du 1er départ
:-------------------------------------------------)
(
:•__15-24

e
-
)
~
:._ 25-34
~ - - - -
:
35-44
:
45-54
:
Total
)
.
.
.
.
.
(
(
)
( 1957-1962............
50 %
46 %
4 %
100 % )
(
)
( 1962-1967..
61 %
27%
12 %
100 % )
(
)
(1967.,.1972
: . . 75.%
25 %.'
. . •
.100 % )
(
)
Le rajeunissement de la migration peut s'expliquer par
- Les départs massifs au début des années 60, entra'nant un
dégarnissement des groupes d'âge suivants et nécessitant, pour les années 70,
l 'alimentation des flux migratoires par les jeunes, phénomène qui est favorisé
par la levée d'un certain nombre d'obstacles juridiques à l'émigration vers
la France.
- La psychose du départ créé~ chez les jeunes, par les anciens
migrants à cause du succès de leur voyage et la bonne image de la métropole
qu'ils entretiennent.
(1)
Source
Y. tŒIGEL. op cité page 30.
• ••

- 66 -
- Le caractère de plus en plus accentué du sous-emploi
local à partir des années 70' (surtout en période de saison sèche) dont la
conséquence est la mobilisation d'une main d'oeuvre jeune qui devra aller
se valoriser ailleurs.
Dans l'ensemble, il faut reconnaître qu là l'heure actuelle
l'émigration vers la France constitue un faft dominant dans la société
SONINKE de la moyenne vallée, occupant en moyenne 33 % (1) de la population
active masculine.
TABLEAU W 8 (2)
MIGRATIONS MASCULINES
(pourcentage par rapport à la population active totale)
( :
)
(
:
Départ
)
(
Destination
:-----------------------------------------------------)
(
:
WERMA
:
GANDE
:
DEMBANKANE
)
(---------------------:-----------------:-----------------:-----------------)
(
)
( France .•••...•••... : .... 34,45.% .... : .... 24,00.%.
:
42,23.%
)
(
:
)
(1)
KANE et LEROCILLAIS situent celle-ci à 1/3 de la population
active masculine.
(2)
Enquêtes effectuées sur :
- 22 unités de résidence de 445 personnes à WERMA,
- 12 unités de résidence de 345 personnes à GANDE,
- 20 unités de résidence de 562 personnes à DEMBANKANE.
Le calcul de la moyenne au niveau des trois villaqes
nous donne un taux d'émigration rroche de celui de
KANE et LERICOLLAIS (33,5), confirmant une stagnation
des flux migratoires à destination de la France.

- 67 -
L'observation de nos chiffres nous montre l'importance de
l'émigration en destination de la France au niveau de la population active
dont la conséquence pourrait se traduire par une pénurie de main d10euvre
locale.
Toutefois, il faut noter la diminution relative, tout au moins
la stagnation de ces flux migratoires depuis l'année 1975 (1). Phénomène
qui s'explique par l'ampleur de la crise économique caractérisée par la
persistance de la récession économique et le développement du chômage qui
vont conduire le gouvernement français à prendre un certain nombre de
mesures de restrictions contre l'émigration (2). Ceci entraîne une tendance
à une réorientation des flux migratoires vers les pays d'Afrique et les
centres urbains. En outre, à partir des années 80, l'émigration féminine
en destination de la France s'accentue pour représenter 6 à 7 %de la
population active féminine, les femmes ayant tendance, généralement, à
rejoindre leur mari émigré en France. Selon WEIGEL
,le nombre d'émi-
grés qui vivent avec leur femme peut être estimé à 5 %des migrants. (3)
Très certainement, l'évolution économique récente en France
sera une étape décisive pour le devenir de l'émigration SONINKE en desti-
nation de la France. Mais plutôt que d'une évolution future, il s'agit de
s'intéresser aux mobiles qui vehiculent ces flux.
(1)
Selon Y. WEIGEL.
(2)
Il s'agit des lois STOLERUS et BONNET
(3)
Y. WEIGEL, MIGRATION ET PRODUCTION DOMESTIQUE.
Op cité page 29.

- 68 -
Notre enquête porte sur un échantillon de 129 migrants résidents
dans trois foyers de la région Parisienne et originaires des différents
villages SONINKE de la moyenne vallée.
TABL,EAUN° 9
.
.
..
..
REPARTITION DES MIGRANTS PAR VILLAGE D'ORIGINE (1)
)
(
. Vi 11 age. o~
:
N0'!1bre
:
Pourcentage
)
(
vl11 e dl orl 91 ne
:
de ml grants
:
)
(------------~----------------:----------------------: ----------------------)
(
)
( BAKEL..................
15 , aa
11, 63
)
(DIAWARA................
6,00
4 , 6 5 )
( DEMBANKANE.............
64,00
4 9 , 6 1 )
(HADABERE...............
18,00
1 3 , 9 5 )
( MOUDERY.. ..••.•. .•••..•
15',00
1 1 , 6 3 )
( WERMA..................
.11,00
8 , 5 3 )
(
)
(
TOTAL ...•..
:.
129,00..
• . . . ·100,00
)
(
.
)
Notre échantillon compte 92 mariés soit 71 %des migrants et
37 célibataires soit 29 %, confirmant ainsi l ~importance des migrants mariés
au niveau des foyers.
(1)
Enquêtes par sondages effectuées en 1985 au niveau de trois
foyers d'immigrés de la région parisienne:
- Boulogne Billancourt, 27 rue Nationale
- Bellièvre 11/13 rue, PARIS XIIIe
- &~rueA..~."~iJ\\Îtt'Ct, PARIS XIXe.

- 69 -
Les mobiles de l'é~igration vers la France sont divers mais sont
principalement économiques et financiers.
TABLEAU N° 10
..
. .
. .
.
"
-
-
MOBILES DE LtEMIGRATION VERS LA FRANCE (1)
(
)
(
Raisons économiques
)
(
et financières
:
Autres raisons:
Sans réponse
:
Total
)
(-------------------------:-------------------:-------------------:---------)
(
)
( 9 2
32
5
1 2 9 )
(
)
(
71%

25%.

4.% ..
·100%)
(
.
)
Les raisons économiques et financières l'emportent sur les
autres qui ne représentent que 25 %de notre échantillon. Mais il faut
souligner que les raisons de l'émigration ont un caractère variable dans
le temps. Les premiers départs vers la France reposent sur des mobiles moins
objectifs que subjectifs. Dans la plupart des cas, le départ du migrant
vers la métropole semble être justifié par le mythe de découvrir la métropole
que renforce ce fort goût de voyager des SONINKE et par le souci d'accéder
à un rang social plus élevé, dont la conséquence est le développement des
phénomènes d'imitation
(1)
Source:
Enquêtes effectuées sur un échantillon de 129 migrants
séjournant dans la tégion parisienne au niveau de trois
foyers précités et otiginaires de la zone SONINKE de la
moyenne vallée du SENEGAL.

- 70 -
Ces raisons subjectives (ou rubrique Il autres raisons Il) sont
devenues aujourd'hui moins importantes par rapport aux raisons objectives
ou économiques. Il semble que depuis les années 70, l'émigration vers la
France répond à un mobi le économique. En effet, 1a défi ci ence de 1 'agri-
culture locale qui arrive difficilement à assurer la subsistance d'une
population croissante et l'impossibilité d'exercer sur place une activité
salariale, entraînent le départ à la recherche d'un emploi salarié. Par
ailleurs, bien que la recherche d'un emploi rémunéré constitue un mobile
fondamental de l'émigration en France, à 1 'heure actuelle nombreux sont
les migrants qui sont au chômage.
TABLEAU N° 11
. .
REPARTITION DES MIGRANTS PAR TYPE OU STATUT D'EMPLOI (1)
(
)
(
Emp loi
:
Emp loi
:
S
1 ' :
T t 1
)
(
permanent
:
tempo ra ; re
:
ans emp 01
:
0 a
)
(--------------------:----------------~---:--------------------:------------)
(
)
( 8 3 , 0 0
17,00
29,00
1 2 9 )
(
)
(
.6.4,34 %
"13,18" %

22,48 "%
" " :
100 %
)
(
)
Nos chiffres montrent que le nombre des chômeurs s'évalue à
22,48 % des migrants. L'importance du chômage qui frappe ainsi" les migrants
devrait entraîner un arrêt des flux migratoires, ce qui n'est pas le cas.
Source :
(1)
Enquêtes effectuées sur un echantil10n de 129 ~igrants
séjournant dans la région parisienne.

- 71 -
Le migrant qui se trouve souvent dans l'impos'sibilité de trouver
un emploi, se livre à la pratique du commerce au niveau des foyers. Ainsi,
on peut estimer à 10 % le nombre de migrants exerçant une activité commer-
çante dans les foyers, le commerce devenant ainsi un palliatif à la crise
de l'emploi en France.
Aujourd'hui, le mobile économique et financier reste encore un
élément déterminant des flux migratoires à destination de la France même
si d'autres raisons subjectives peuvent parfois influencer le comportement
du migrant. Mais qu'el1ie soit en France ou en Afrique, l'émigration SONINKE
engendre d'importants flux monétaires au niveau local.
L'une des raisons fondamentales qui conduit au départ du migrant
est économique. Pour fuir les conditions de vie difficiles du village,
celui-ci émigre dans l'espoir de gagner suffisamment d'argent pour servir
la famille et les parents laissés au terroir. Ainsi l'attachement du migrant
au terroir local se matérialise par l'envoi périodique de sommes d'argent,
effectué à partir du lieu de séjour.
L'épargne des migrants est assurée au prix d'énormes sacrifices
qui les obligent souvent à se soumettre aux conditions de vie coercitive (1)
du foyer.
(1)
Tous les migrants doivent se soumettre aux.règles
de vie communautaire du foyer, entre autres, la
prise du repas en groupe.

- 72 -
Le montant de l'épargne envoyée varie selon que le migrant
ait un emploi rémunéré ou non.
TABLEAU N° 12
MONTANT D'ARGENT ENVOYE PAR MIGRANT SELON LE STATUT DE VEMPLOI (1)
(
)
Montant (en CFA)
)
(
:
0
(
Statut
:-----------~-----------------------------------)
(
:
Trimes tri e l :
Annue1
)
(---------------------------:-----------------------:-----------------------)
(
)
( Emploi permanent.......
85000
340 000
)
(
. )
( Emploi temporaire......
35 000

140 000
)
(
)
. ( Sans emploi............
.20.000.
8 0 0 0 0 )
(
)
L'envoi d'argent semble être une obligation pour tous les migrants,
même ceux qui sont sans emploi (80 000 par an) ou qui ne travaillent que de
manière épisodique (emploi temporaire, 140 000 par an). Ceci peut nous
amener à nous interroger sur les sources de revenus des migrants qui sont
au chômage. En effet, la plupart des sans emploi se livrent soit au petit
commerce des foyers ou à l'exercice d'un travail précaire journalier qui
leur assure de l'argent.
Source :
(1)
Enquêtes effectuées au niveau d'un échantillon
de 129 migrants dont 83, soit 64,34 %ont un
emplrii permanent.

- 73 -
Les envois annuels des migrants ayant un emploi officiel rémunere
sant plus substantiels : 340 000 soit un accroissement de 140 000 CFA par
rapport au chiffre de 200 000 enregistré par KANE et LERICOLLAIS en 1972.
Toutefois, une sous estimation des revenus migratoires demeure
une éventualité possible à cause de la difficulté liée à leur évaluation,
puisque, en plus de l'épargne envoyée, il y a 1lépargne rapportée qui re-
présente une part importante de ces revenus.
Par ailleurs, si on se situe au niveau local, il est important
de souligner que les revenus migratoires en provenance de la France sont,
de loin, plus importants que ceux en provenance des autres pays Africains
et ce malgré le blocage des flux migratoires vers la France en 1975.
TABLEJW ·N° 13
POURCENTAGE RESPECTIF DES MANDATS EN PROVENANCE
..
. .
"
-
..
D'AFRIQUE'OCCIDENTALE. ET DE FRANCE (1)
{
)
(
:
Zone SONINKE
)
(
:
BAKEL
:-------------------------------)
(
:
:
Rive gauche
:
Ri ve gauche
)
(
._-------~-----_._-----------~-~._--------------)
.
..
.
~
(
:
1958
:
1975
:
1978
)
(
._-------------_._-------------_._--------------)
.
.
.
(
)
( France
.
88 %
94 %
92 %
)
(
)
( Afrique Occidentale •••
..22. %.-
6 %'
8.%
)
(
)
(1) Source
J. Y.~IEIGEL, ~lIGRATION ET PRODUCTION DOHESTIQU~
Page 30.
• ••

- 74 -
Les mandats en provenance de la France sont plus importants
(91 %en moyenne) par rapport à ceux d'Afrique occidentale (12 %en moyenne).
Cette importance relative est plus marquée entre 1958 et 1975~ qui se tra-
duit par un accroissement de 6 %~ dû à l'ampleur des flux migratoires vers
la France à partir des années 60. La conséquence est une forte diminution~
dans la même période~ des mandats en provenance d'Afrique (- 16 %). En
outre~ la cassure observée à partir de 1975 se traduit par une diminution
des mandats en provenance de France de moins 2 %en 1978, ce qui semble
refléter l'impact des phénomènes de bloèage de l'émigration à destination
de la France. Dans la même période~ par contre, on assiste à une augmenta-
tion des mandats en provenance de l'Afrique occidentale (+ 2 %).
Ces différentes évolutions entraînent deux hypothèses :
- La, forte dépendance entre flux migratoires et envois de
mandats. L'afflux ou le blocage des départs entraîne successivement une
augmentation ou une diminution des envois.
- La relation négative qui existe entre mandats en provenance
de France et ceux qui proviennent d'Afrique occidentale; Toute augmentation
des premiers entraîne une diminution des secondset vice versa.
Ces deux hypothèses restent encor~ à vérifier si l'on se confère
à l "évolution de nos différentes courbes' (Voir graphique page 76) (1).
(1)
Ces courbes sont obtenues à partir des enquêtes
de recensement des envois de mandats que nous
avons effectuées sur une période de cinq ans
(1980-1984) au niveau des bureaux de postes de
BAKEL, DIAWARA et de DEMBANKANE.

TABLEAU N° 14
ENVOIS DE MANDATS (en millions de francs CFA)
(
:
)
(
:
Zones de provenance
)
(
._----------------------------------------------------------------------------------------)
(
Destination;
Afrique
:
France
)
(
:--------------------------------------------:---~----------------------------------------)
(
:
1980
:
1981
:
1982
:
1983
:
1984
:
1980
:
1981
:
1982
:
1983
:
1984
)
e
-
-





-
)
·
.
.
.
.
.
.
.
.
.
(
(
. . . . . . . . . . )
·
.
.
.
.
.
.
.
.
.
( OPT BAKEL............
:
-
:
162,0:
97,5
:
94,0
:
99,0:
-
:
638,1 :
701,8:
881,5:
913,8)
(
. . . . . . . . . . )
·
.
.
.
.
.
.
.
.
.
"'-J
( OPT DIAWARA... ••.•..•
:
7,0
:
56,8:
13,0
:
11,4
:
10,0
:
283,3:
321,0:
278,5:
265,3:
326,0)
lJ1
(
' .
.
.
)
·
.
.
.
.
.
.
.
.
.
( OPT DEMBANKANE.......
:
6,0:
6,2:
7,5
:
9,8
:
13,5
:
241,0:
232,0:
243,0:
300,0:
405,7)
(
. . . . . . . . . . )
·
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Source : Enquêtes effectuées au niveau de trois bureaux de poste
- OPT BAKEL : Registres d'inscription des mandats et sommiers de dépouillement
1981-1984,. Novembre 1985 * ;
- OPT DIAWARA : Registres d'inscription des mandats et sommiers de dépouillement
1980-1984, Novembre 1985 * ;
- OPT DEMBANKANE : Registres d'inscription des mandats et sommiers de dépouillement
1980-1984, Octobre 1985 * .
* Dates des enquêtes de recensement.

En mill ions
O. P•T. de BAKEL
- 76 -
de F. CFA
1 OSO
900
7S0
600
GRAPHIQUE 4.1
4S0
300
lS0
-~-~..,.:~-----.----
-
1
-
_
......
'--_ _......
-:....
' -_ _~
-.......__~Années
1980
1981
1982
1983
1984
En mi 11 ions
D.P.T. de DIAWARA
400
de F. CFA
300
200
GRAPHIQUE 4.2
100
L __.....l!E:::
..::~==::!===:i. ___..;;..Années
1980
1981
1982
1983
1984
O;P.T. de DEMBANKANE
400
- - - -
-
-
- - - - -- - - -- - - - - - - - -- - -- - - ".
,
,
/'
,
.
,
:
300
- - - - - --- - - - - - - - -,:11'
,
....~
.......
--=:~-=-=-~S;.~~;~-..;~
GRAPHIQUE 4.3
200
100
L--";19n18~0==::;1;:;;;9;81r==:;1;;9:2;:::=::;;19:8;3=~1~9:4o;:----40 Années
GRAPHIQUE N° 4
COURBES D'EVOLUTION DES ENVOIS DE MANDATS EN PROVENANCE DE L'EXTERIEUR
LEGENDE
Mandats en provenance de FRANCE
Mandats en provenance d'AfRIQUE

- 77 -
L'accroissement des envois à partir de la France (courbes
en pointillés) constitue la tendance générale (G 4.1 etG 4.3) même slil y a
quelques incertitudes entre 1980 et 1983 (G4.~), ce qui semble justifier
une rep~ise des envois depuis la cassure~de 1975, qui p~urrait se traduire
par une augmentation des flux migratoires à destination de la France ou
une déconnection entre flux migratoires et envois de mandats, et qui re-
mettrait en cause notre hypothèse.
- L'évolution chronologique des deux courbes (en pointillés
et trait continu) semble entraîner une acception difficile de notre deux-
ième hypothèse. L'évolution des deux courbes au niveau des trois graphiques
ne montre pas l 'hypothèse d'une relation stable entre envois à partir de la
France et envois en provena~ce d'Afrique. Suite à une période d'évolution
(1982-1983) divergente entre les deux courbes (G4.1) de baisse synchronique
(~II) ou de croissance simultanée (G 4.3), on assiste à une évolution gené-
rale à la hausse qui est brusque à partir de 1983. Ce phénomène s'explique
par un accroissement général des envois, très certainement lié à la hausse
des prix des denrées alimentaires à partir de cette date, dont la conséquence
est une augmentation du coat de la vie dans notre zone.
Dans l'ensemble, les envois de mandats en provenance de France
sont de loin plus importants par rapport à ceux envoyés à partir de l'Afri-
que: La courbe en pointillés tendant à év01uer toujours au-dessus de celle
en trait continu. Ceci montre que l'épargne migratoire envoyée à partir de
la France constitue un élément fondamental du fonctionnement et de la survie
de l'économie locale. Et cela, sans pour autant sous estimer le rôle des
revenus migratoires en provenance d'Afrique. Par a~lleurs, l •importance des
revenus migratoires en provenance d'Afrique et de France~traduit celle de
la dépendance locale vis-à-vis de l'extérieur. Cette dépendance n'ayant pas
la même ampleur selon les pays est de loin plus forte vis-à-vis de la France
(Voir graphique 5).

TABLEAU N° 15
COEFFICIENT DE DEPENDANCE VIS A VIS DE L1EXTERIEUR
b = -~- = _~2n~2!~_êQ_grQYêQ2QÇê_~ê_l~~~!~ri~~r_
y
M~ndats locaux
(
:
}
(
:
Zones de provenance
)
(
Destination
:-----------------------------------------------------------------------------------------)
(
:
Afrique
:
France
)
(
._------------------------------------------_._-------------------------------------------)
·
.
(
:
1980
:
1981
:
1982
:
1983" :
1984
:
1980
:
1981
:
1982
:
1983
:
1984
)
-....J
(------------------------_._------_._------_._-------._------_._------_._------_._------_._------_._-------._-------)
·
.
.
.
.
.
.
.
.
.
0::>
(
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
)
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
( OPT BAKEL .•..•..••. ; ..
·
- · 3,4 · 1,8 · 1,7 · 1,7 ·
-
· 13,0 · 12,7 · 15,8 · 15,7 )
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
(
·
·
·
·
·
·
·
·
·
)
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
( OPT DIAWARA •.••••••.•.
·
2,0
·
2,2
·
2,0
·
1,8
· 2,0 · 84,2 · 46,8 : 44,8 · 43,3 · 63,0 )
·
·
·
·
·
·
·
·
·
(
·
·
·
·
·
·
·
·
·
:
)
·
·
·
·
·
·
·
·
·
( OPT DEMBANKANE .••••.•.
·
1,2
·
1,1
·
0,9
:
1,5
· 1,5 · 48,7 '. 42,0 · 30,0 · 45,4 · 42,7 )
·
·
·
·
·
·
·
·
(
·
·
·
·
·
·
:
·
·
·
)
·
·
·
·
·
·
·
·
·
Source: Enquêtes effectuées au niveau de trois bureaux de poste (voir page 75 ).

COURBES D1EVOLUTION DU COEFFICIENT DE DEPENDANCE VIS A VIS DE L'EXTERIEUR
- 7
(O. P.T de BAKEL)
b
GRAPHIQUE 5
ZONE
6
AFRIQUE
4
Dépendance
2
L~~~~~~~~~faibleb=~ =1Y
' -
-.,..
;..-.--..-.--.....---""""--~ Années
1980
1981
1982
1983
1984
b
15
,
. - -.......)
ZONE
FRANCE
10
Dépendance
forte
5
1
- - - 1
,---~
x
J------....!:==--.L.t....!-t....:...'-----.J..-=:::::._ _~-__ =: 1
y:
1....-
-
- - - - -
.,..
Années
1980
1981
1982
1983
1984

- 80 -
Les migrations SONINKE ont, quelle que soit leur nature, trois
phases distinctes qui les caractérisent : le départ du terroir local, l'en-
voi de revenus migratoires et le retour. Il s'agit, en ce sens, d'évaluer
leur impact sur l'évolution des structures socio-économiques traditionnelles.
II
MIGRATIONS ET STRUCTURES SOCIO-ECONOMIQUES
Le phénomène migratoire n'est pas sans conséquences sur le fonc-
tionnement des structures traditionnelles. Dans une société où
l'activité
économique est à la fois une activité spécifique qui dessine un champ parti-
culier de rapports sociaux et une activité engagée dans le fonctionnement
des autres structures sociales
(1), nous nous intéresserons successivement
à l'impact des migrations sur
Les rapports socio-économiques,
- La structure de l'unité de résidence,
- Les modes de production et de.consommation.
L'une des premières conséquences de la migration SONINKE se situe
au niveau des rapports de dépendance, d'alliance et de clientélisme qui ré-
gissent le fonctionnement de la société traditionnelle.
En effet, 1'ouverture de la société traditionnelle s'accompagne
d'un développement des mouvements migratoires qui influencent l'évolution
des rapports qui existaient entre les différentes castes.
(1)
GODELIER, RATIONALITE ET IRRATIONALITE EN ECONOMIE
l, page 31.

- 81 -
Dans un premier temps, l'émigration constitue, après l'abolition
de l'esclavage, un moyen d'émancipation et de libération des esclaves vis-
à-vis de leurs anciens maîtres. Ce phénomène fragilise le pouvoir économi-
que et politique de la caste des nobles et induit un relâchement progressif des
anciens liens de dépendance -les revenus migratoires constituant alors la source
d'un nouveau pouvoir économique pour la caste des esclaves.
Dans un deuxième temps, l'afflux de revenus monétaires grâce à
1 'émigration accélère le processus ge monétisation des anciens flux tradi-
tionnels d'échange entre différentes castes. La monétisation des dons et
prestations qui en résulte, renforce le pouvoir économique des griots
(Nyakhamaia) et artisans qui en sont les principaux bénéficiaires.
Les mouvements migratoires favorisent en conséquence une dynami-
que des rapports socio-économiques qui peut souvent aboutir à l'existence
de rapports de force entre catégories soci ales dominées (escl aves en par-
ticulier) et castes nobles, détentrices de la chefferie villageoise, en-
traînant l'effritement du pouvoir politique traditionnel de celle-ci (1).
Le relâchement des liens de dépendance entre castes des nobles et castes
des esclaves qui en résulte, conduit à une réorientation des dons et pres-
tations qui régissaient ces liens, au profit de simples groupes d'alliance.
(1) Cas du village de DEMBANKANE par exemple où de
jeunes migrants, descendants du clan KOMO pour
la plupart, contestent 1 'ordre social traditionnel.

- 82 -
Néanmoins, l'évolution des rapports sociaux n'a pas entraîné une
remise en cause totale de la hiérarchie sociale traditionnelle, dominée par
les clans HOORO et ce malgré le dépérissement progressif des rapports d'ex-
ploitation (1). Sous l'influence du phénomène migratoire, on assiste en
général à un simple réaménagement des rapports de production entre les
différentes castes de la formation sociale SONINKE.
En plus de l'évolution des rapports socio-économiques qulil
favorise, le phénomène migratoire affecte la structure de l'unité de base
de l'organisation sociale SONINKE, que représente le Ka ou concession.
2° La structure de l'unité de résidence
------------------------------------
Le phénomène migratoire est devenu, aujourd'hui, une donnée
importante à quelques exceptions près au niveau de tous les KA considérés
à la fois comme unité de résidence, de production et de consommation.
TABLEAUW 16
.
. .
.
NOMBRE MOYEN DE MIGRANTS PAR KA (2)
(
:
)
(
Moy,enne
:
Mi grants
)
(-------------------------------------:-------------------------------------)
(
Membres/KA
:
Ménages
:
Nombre
:
Pourcentage
)
(------------------:------------------:-~---------------~:------------------)
(
)
(
25
. .. .. 5.. .. ..:..
4.
. .
16 .%' .
)
(
)
(1)
A cause de la fixité des structures sociales traditionnelles.
En outre, les migrations avaient ldngtemps été une échappa-
toire à des conflits sociaux et un moyen pour les esclaves
de se libérer de l'emprise de leur maître.
(2)
Ces chiffres sont.obtenus à partir du calcul des moyennes
pondérées que nous avons effectué au niveau des trois vil-
lages enquêtés : WERMA, GANDE et DEMBANKANE.

- 83 -
Le taux d'émigration par unité de résidence, ou Ka,_témoigne de
- 52 -
Sur le plan temporel, on distingue trois étapes fondamentales
dans l'émigration des SONINKE de la moyenne vallée
- La période qui va de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle
jusqu1à la deuxième guerre mondiale, marquée surtout par les "migrations
saisonnières pour la culture de l'arachide (le NAVETANAT). Les migrations
internationales sont représentées par les cas exceptionnels de quelques
recrues dans la navigation maritime, comme matelots;
- La période qui slétale de la fin de la deuxième guerre mondiale
jusqu'aux années 60, avec un renversement de tendance caractérisé par
une intensification des migrations internationales (en direction de la
France et des pays d'Afrique) qui prennent le pas sur les migrations
saisonnières. On qualifie cette phase de Il période faste Il des migra-
tions internationales, surtout en direction de la France, correspondant
à un besoin croissant de main d'oeuvre dans ce pays
- La période qui va des années 70 à nos jours, où on assiste à une
stagnation, sinon une régression, des flux migratoires internationaux,
avec l'année 1975 comme date de référence de cette rupture ou du blocage
des migrations à destination de la France et des pays d'Afrique.
En dehors de leur caractère variable dans le temps, les migra-
tions SONINKE ont, en plus, une nature variable dans l'espace, avec
pour conséquence un important prélèvement sur la ropulation active
(Voir graphique n° 3).

- 84 -
SCHEMA N°
PHASE 1
PHASE II
...~-"""..----_. .
~/
./."
~-
/
U '1
U 2
/ '
Unité de résidence U
U = U 1 + U 2
PHENOMENE DE SEGMENTATION DU KA
SCHEMA N° 2
PHASE 1
PHASE II
~\\ KA LEMME
1
U 1
"j
1
;
(concession
secondaire)
~/
~,
--.......~....-.
;,/
"
KA LEMME
Unité de résidence U
'~u 2 ,.. (concession
secondaire)
/ /
KA KHORE
(concession mère)
-----
PHENOMENE DE FRAGMENTATION ET DYNAMIQUE SPATIALE DU-KA

- 85 -
Dans d'autres cas, quand la famille est nombreuse pour vivre
dans une même concession et que les revenus migratoires des ca.dets sont
suffisamment importants pour le permettre, on assiste· à la création d'une
nouvelle concession plus moderne en d'autres lieux du village, entraînant
la fragmentation et la dynamique spatiale de l'unité de résidence.
En général, la dynamique de l'unité de résidence a pour conséquence
un rétrécissement de l'unité de production et de consommation familiale.
L'apparition de nouvelles concessions ou la multiplication des unités de
production et de consommation à l'intérieur d'un même Ka, correspond à
une amélioration et à un renforcement de la position économique des cadets
grâce au phénomène migratoire qui ne sera pas sans influence sur les modes
de production et de consommation traditionnels.
Le mode de production traditionnel est de type communautaire,
fondé sur le groupe de travail (Kore), qui correspond aussi au groupe de
consommation. Les modalités de production, de répartition et de consomma-
tion sont déterminées par les rapports de filiation basés sur les relations
parentales à l'intérieur d'une même famille ou clan, et de dépendance entre
caste des nobles et caste des esclaves. La complexité des rapports de pro-
duction résulte de l'organisation lignagère patrilinéaire de la société qui
régule l'organisation de la production domestique dont l'objectif fondamen-
tal vise la subsistance du groupe.

- 86 -
Il
L'économique se présente comme une réalité sociale parce
qu'elle est un champ particulier d'activité tournée vers la production~
la répartition et la consommation d'objets matériels et en -même temps, par
les mécanismes de cette production, de cette répartition et de cette con-
sommation, un aspect particulier de toutes les activités non économiques 1'.(1)
L'abolltion de l'esclavage et la migration des actifs masculins
affectent le procès de production et-entraînent une modification des rap-
ports de production entre maître et captif d'une part, entre aînés et
cadets d'autre part. En effet~ l'abolition de l'esclavage entraîne la
désuétude des rapports de production et d'exploitation q~i existaient
entre maitreet esclaves, sans pour autant les remettre totalement en
cause. Néanmoins, celle-ci aura deux conséquences fondamentales: une
diminution de la production vivrière et une réorganisation du travail "des
captifs~ qui sera dés6rmais fondé sur le principe de la séniorité collaté-
rale. Le développement des mouvements migratoires va remplacer cette ten-
dance; L'émigration entraîne une diminution de l'exploitation de la main
d'oeuvre servile dans le procès de producti6n. Le migrant, gr!ce à l'ac-
quisition de revenus monétaires, renforce son autonomie économique et
sociale et ne se voit plus dans l'obligation d'observer certains jours de
travail dans le champ de son maître. Le refroidissement des liens d'exploi-
tation entre la classe des nobles et la classe des esclaves entraîne une
modification du procès de production traditionnel.
(1)
GODELIER, op cité page 31.

- 87 -
En outre, le phénomène migratoire, par le départ des actifs
masculins qu'il favorise, influence les rapports de production à l'inté-
rieur de l 'unité de production et induit une réduction du potentiel pro-
ductif familial. En effet, le contrôle des aînés sur les cadets s'amoin-
drit et l'importance des prestations en travail que les cadets accomplis-
saient dans les champs des aînés, selon le principe de séniorité, diminue
et fragilise en même temps le pouvoir traditionnel du chef de famille
(KAGUMME) •
Mais quoique le phénomène migratoire entraîne une modification
des rapports de production traditionnels, il n'implique pas leur dispari-
tion automatique au niveau de l'organisation du procès de production.
Le maintien des relations de production entre maître et captifs
sera lié au comportement ~u lignage dominant face aux autorités adminis-
tratives, qui invoquent la maîtrise foncière pour préserver les relations
d'exploitation auxquelles étaient soumis les descendants des captifs, alors
qu'à l'intérieur de 1 'unité de production familiale, KA, 1 lainé essaie de
sauvegarder son pouvoir
"en exerçant son contrôle sur les jeunes migrants
par des mécanismes d'endettement nécessaires au vue de l'émigration, en
pratiquant volontairement une inflation des dots, en développant une
idéologie ostentatoire" '. (1)
(1)
Y. WEIGEL, MIGRATION ET PRODUCTION DOMESTIQUE
...

- 88 -
Toutefois, le phénomène migratoire, par les départs des actifs
masculins qu'il provoque, entraîne une marginalisation progressive de
l'activité productive (l'activité agricole devient l'affaire exclusive des
enfants, des femmes, des vieux) et induit l'apparition de nouveaux types de
consommation.
b) Le mode de consommation
L'évolution des flux migratoires implique une dynamique des
rapports de production et une modification des règles de commensalité
à
l'intérieur du groupe de consommation, Kore.
En effet, le relâchement des liens de dépendance entre maître et
captifs rend moins stricts les rapports de consommation entre caste noble
et caste des esclaves. Alors le groupe de consommatîon se réduit aux seuls
membres du Ka et aux parents affiliés (oncles, cousins, neveux •.• ).
D'autre part, en palliant au déficit céréalier local, les revenus
migratoires favorisent par la même occasion l'apparition de biens nouveaux
(riz, pain .•. ). Ce phénomène entraîne la remise en cause au moins partiel-
lement du régime alimentaire traditionnel basé sur le mil et le maTs, pro-
duits qui jusqu'alors étaient fournis par la production domestique.
Désormais, le Kagumme assume le rôle de centralisateur des revenus
migratoires envoyés par les migrants et destinés à assurer l'approvisionne-
ment alimentaire des membres du Ka. Par ce rôle, le Kagumme gère le budget
de consommation familiale et renforce son contrôle sur les cadets.
Mais bien que l'organisation de la êonsommation reste pour lles-
sentiél collective (surtout pour les repas principaux, déjeuner ou dîner) et
.
.
rende fidèlement compte de 1 'àrganisation de la production domestique, il
faut souligner la tendance à une autonomie des ménages (Follage) grâce aux
revenus migratoires et au processus d'individualisation de la consommation
familiale.

- 89 -
Très souvent, quand la maison est suffisamment grande, le petit
déjeuner, s'il exige la préparation du café au lait et l'achat de pain,
..
"
.
s'organise au niveau de chaque ménage ou FOllage. Ainsi, l'observation
collective des règles de commensalité n'est pas toujours respectée lors du
petit déjeuner (Hatchitàri).
Ici l'autonomie relative des ménages dans l 'organisation9 de la
consommation reflète celle des cadets (desquels ces Follage dépendent) vis-
à-vis du Kagumme.
L'émergence de comportements individuels au sein de l'unité de
consommation qu'expliquent l'attitude des migrants cadets face au Kagumme
d'une part et la désuétude des règles de commensalfté traditionnelles d'autre
part, constitue un phénomène nouveau qui risque, à terme, de remettre en
cause l 'homogénéité du groupe de consommation à l'intérieur du Ka.
L'impact du phénomène migratoire sur les structures socio-écono-
miques se prête difficilement à une évaluation exhaustive, néanmoins, on
peut retenir dans l'ensemble que le départ des actifs et l'envoi de flux
monétaires influent de manière non négligeable sur les rapports de dépen-
dance traditionnels entre castes et de filiation au sein de l'unité de
production familiale. La mobilisation d'une épargne monétaire par les
migrants renforce leur position économique et sociale vis-à-vis de leur
maître et de leurs aînés. Généralement, on assiste à un réaménagement des
\\rapports de production et de consommation à l'intérieur de la structure
socio-économique villageoise et du Ka.
...

- 90 -
CHAPITRE II
UNITES DE PRODUCTION AGRICOLE ET CONSm1~1ATION ALH1ENTAIRE
=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=~=-=-=-=-~-=-=-
l
L'UNITE DE PRODUCTION
Nous entendons par unité de production agricole un ensemble
structuré qui est composé d'un système de production, d1un système de
culture et d'un système d'élevage.
Dans la société SONINKE de la moyenne vallée, l'unité de production
s'identifie au Ka (unité de résidence) dont le fonctionnement est traduit par
le système d'exploitation (1).
Mais compte tenu des phénomènes de fragmentation et de segmentation
du lignage, Ka, cette identification n'est pas toujours vérifiée. La segmen-
tation de l 'unité de résidence (2) remet 1'homologie entre l'unité de rési-
dence, Ka, et l'unité de production agricole. Ainsi, au niveau d'un Ka, on
peut rencontrer plusieurs unités de production (deux ou trois en moyenne).
C'est pourquoi,
dans certains cas l'unité de production agricole
s'identifie aux membres du Ka soumis à l'autorité d'un chef, le Kagumme,
seul maître de décision pour l'exécution des activités agricoles au niveau
du champ familial.
(1)
Selon R. BADOUIN, COURS DE DEA - ECONOMIE RURALE
Année 1983-1984 - Il Le système d'exploitation
traduit le fonctionnement de l'unité de production Il
(2)
Voir paragraphe Il Dynamique de l'unité de résidence lill •
SectionU, première partie. Paragraphe N° 2.
.".

- 91 -
Dans d'autres cas, l 'unité de production ne regroupe que les
membres d'une cellule de l'unité de résidence, mettant en relief l'existence
de deux ou trois centres de décisions à l'intérieur d'un même Ka, corres-
pondant chacun à un responsable d'unité de production, ou Kagumme.
Toutefois, le Kagumme ou chef de famille préside à la réalisation
des objectifs que se fixe l'unité de production :
- Assurer la subsistance de l'unité de production farnilial(et
sa sécurité alimentaire;
- Acquérir des revenus migratoires nécessaires à la satisfac-
tion de certaines dépenses monétaires.
Fondamentalement, il s'agit de garantir le maintien du niveau de
vie de la famille, la cohésion et le rang social de ses membres en mainte-
nant ou en accroissant le potentiel productif:
Avoir une famille nombreuse
(source de travail, de revenus, de sécurité pour l'avenir), disposer des
terres {plus ou moins exploitées, pour les garder, directement ou par un
métayer, éventuellement inexploitées aujourd'hui, mais qui pourraient l'être
si nécessaire demain
Les décisions prises au niveau de l'unité de production agricole
pour la réalisation des objectifs précités repose sur un comportement stra-
tégique de l'unité de production farHliale fondé sur la recherche d'un
compromis entre activités agricoles et mouvements migratoires. Par exemple,
le départ d'un migrant doit se faire sans remettre en cause l'évolution
normale du système de production et .sans cOl1promettre le potentiel
productif de la famille.

- 92 -
Pour réaliser souvent ce compromis, 1 ·unité de production fera
appel à une main d'oeuvre salariée saisonnière pour compenser le départ
des actifs de 1 'unité de production (1).
Nous nous intéresserons successivement aux différents systèmes
fonciers de production et de culture.
les transformations qui ont marqué l'évolution de la société
SONINKE du GOYE et du HAIRE ont influencé les modes d1appropriation de la
terre et les rapports fonciers traditionnels entre les différents clans (2).
En effet, l'abolition de 1lesclavage, dans un premier temps,
entraîne une modification des anciennes structures foncières sans pour
autant les remettre fondamentalement en cause.
(1)
Il s'agit généralement de travailleurs maliens.
(2)
Selon POLLET et WINTER, ces modes d'appropriation
trouvent leur origine soit dans 1 1accaparement par
les nouveaux arrivants qui gardèrent la maîtrise
pour eux, soit qui souvent 1 'octroyèrent à d'autres
clans ou dans la qualité du premier occupant conservé
dans son droit par les immigrants.
Op cité page 311.

~ 93 -
TABLEAU N° 17
'ORGANISATION FONCIERE A WERMA
(
)
(
: .
Pourcentage
'.
)
(
:-----------------------------------------------------)
~
Statut social
:
Par rapport à
:
~::::
~
(
~ la population ; Jeeri ou Fonde: Waalo ou Falo )
(---------------------:-----------------:-----------------:-----------------)
(
)
(Nobles...........
42,00
44,60
5 6 , 0 0 )
(
)
( Capti fs. • . . .. . •. .
48,50
47,40
3 7 , 0 0 )
(
)
( Artisans ..... ~...
9,50
8,00
7 , 0 0 )
(
------
------
..- - - - - )
(
TOTAL • • • . :
100,00 . . . : . . . . 100,00
.:
.100,00
.)
(
:
)
Source
Enquêtes effectuées au niveau d1une ~opulation
de 445 personnes.
...

- 94 -
Par la maitrise foncière, les ma,tres de la terre NiiDyaqumme (1)
représentants du lignage dominant (classe des nobles qui pour moins de
50 %de la population occupe 56 %des terres Waalo) vont maintenir les anciens
rapports de dépendance foncière qui obligeront les captifs et les artisans
à faire acte d'allégeance pour bénéficier d'un droit de culture ou d'accès à
la terre (phénomène illustré par notre tableau où les captifs et les artisans
ont un droit de culture sur, respectivement, 37 %et 7 %des terres Waalo).
------~--~
(1)
Il s'agit des lignages SOUMARE dans le HAIRE et
BATHILY dans le GOYE :
- Dans le GOYE, les BATHILY confiept souvent la
gestion des terres à leur Jagarafu (WANUNKUNKO
de condition semi-servile ; cas de la famille
Taure à GANDE) ou bien à leurs courtisans (cas
de la famille NDIAYE à MOUDERI). La gestion est
de- type fédératif ;
- Dans le HAIRE, le domaine. territorial .des SOUMARE-
fut fragmenté entre Maxanànko~ Birolanko, Beninlanko
et Sangiaranko qui correspondent, selon WEIGEL, aux
implantations territoriales différentes qui sont,
dans l 'ordre :
· GOUMAL et TOULEL,
• WAOUNDE,
· DEMBANKANE,
WERMA, WOMPOU, LOBALI,
· La région de HARR en Mauritanie.

- 95 -
Donc en dehors du Niinyagumme (maitre de la terre) il faudra
retenir d'une part lè Tègumme (maître du champ) qui est titulaire d'un
droit de culture et qui peut désigner les captifs de condition semi-
.
- . . .
servile (WANUNKUNKO), les captifs affranchis (1) (Komobaganti ~ont le
nombre croissant justifie la proportion importante des terres Jeeri ou
Foonde qu'ils occupent, 47 %- Voir tableau) et les artisans (NYAKHAMALA),
d'autre part le Sokhana (cultivateur) qui n'a pas un droit de culture. Ce
terme regroupe les captifs non affranchis et qui doivent souvent fournir
des prestations en travail dans le champ de leur maître. Ainsi, malgré
l'abolition de l'esclavage, les attributions foncières du lignage ,dominant
.
..
. -
~ .
se perpétuent aussi bien pour les Xaabilanüno'(gérés par le lignage dominant
. .
. . .
' : '
maitre de la terre) que pour les Jamankafonüno (gérés par le chef de village)
- - '
' " . ,
. -
.
matérialisées par le versement de la Dyaka (Assakal) au Nünyagumme (maître
de ~a terre) ou au Debegumme (chef de village).
Il
La Dyaka (Assakal) s'applique a toute productioA, qu'elle ait
- -
. -
. . . .
. . .
.
été obtenue sur terres Jeeri, Foonde ou Hollalde-Walè~e. Muso et Njoldi
_ .
. "
_ 0
-
-
ne s'appliquent qu'aux~ollangani et Falon; (Pale). Njoldi révélant la
.
.
.
po.. ularisation de certains termes relatifs aux cultures de Waalo, est
payé en numéraire (ce qui indique la monétisation des redevances actuelle-
ment) avant l'entrée dans le champ ". (2)
(1)
D'après POLLET et WINTER, dans la société SONINKE
\\1
Le pouvoir politique et la compétence en matière
foncière sont des domaines qui ressortissent, en
théorie, a des ensembles juridiques distincts et
qui relèvent, en pratique, d'autorités différentes. 1I
Ainsi les Xaabilanüno sont placées sous la responsabilité
de l'aîné du clan Niinyagumme qui a le pouvoir d'allouer
selon les modalités coutumières toute terre ou fraction '
de terre dont le titulaire lia le nom"(Nyinyetoko). Mais
en cas de litige foncier, le maître de la terre (Niinya-
gumme) comparaît devant le chef de village, qui seul
peut "en être saisi". Par.ai11eurs,·le chef de village
assure la gestion des Jamankafonüno.
(2)
J. Y. WEIGEL, op cité page 46. Le Muso signifie cadeau,
il est payé en fonction d lun accor(f""j:5assé avec le 'Niinya-
gumme et du volume de la récolte.; Par ailleurs, i~ut
sanstionner un droit de mutation.

- 96 -
La monétarisation des redevances foncières vas1accentuer avec
l 'ampleur du phénomène migratoire A partir des années 60, sans que cela
entraîne une remise en cause des prérogatives foncières du lignage dominant
et de la chefferie traditionnelle, concrétisées par l lusufruit des terres
appropriées •. Mais le départ massif des actifs masculins induit un relâche-
ment des structures foncières. L'émigration.~u~a pour conséquence la dimi-
nution du pouvoir foncier et économique du NiinVgqumme (maître de la terre).
En effet, la Dyàka versée au NUnyagumme tombe en désuétude à cause de la
baisse de la productivité par la~nction de la ~ain d10euvre locale. A
terme, on assiste à une monétarisationdu versement en nature au niveau
des champs Palo, basée sur l'allocation des terres de décrue aux captifs
moyennant le versement d1une certaine somme d'argent (J. Y. WEIGEL). Ce
phénomène entraîne l'apparition timide du fermage, résultat de la déper-
sonnalisation des rapports fonciers traditionnels.
Au niveau familial, 1 'émigration entraînant le départ des frères
.
.. .'
-
cadets réduit le pouvoir foncier du Kagumme (chef de famille) qui assurait
la gestion du domaine familial. En effet, le phénomène migratoire ~nduit
-
.
une certaine autonomie des frères cadets dont le droit d'usage et de dis-
position d1une partie de la propriété familiale) peut être réclamé, entraî-
nant une fragmentation du domaine familial. Celle-ci, observable aussi bien
. .
..
. .
_.
-
. .
.
au niveau des terres Jeeri~Foonde que des terres Wàalo-Fal0, peut être le
résultat de lleffritement des relations qui étaient préétablies entre frères
cadets et frères aînés, ou s'inscrire dans la dynamique de l'unité de rési-
dence entraînant une segmentation du Tignage et une fragmentation du patri-
moine foncier familial.
• ••

- 97 -
Malgré la promulgation de$ lois foncières de 1903 qui suppriment
le paiement de 1'Assakal, et celle de 1964 (loi sur le qomaine national)
confortant le cultivateur dans ses droits sur la terre (ce qui doit impliquer
l'absence de redevances foncière.s). (1), le système foncier traditionnel s'est
perpétué et les attributions foncières du lignage dominant sont restées
identiques. L'abolition de l'esclavage ne remettra pas en cause ces attribu-
tions, bien qu'elle induise une modification des rapports fonciers entre
maître de la terre et captifs ; El1e maintiendra les clans (des artisans et
des captifs) sous la dépendance foncière du lignage dominant (SOUMARE dans le
HAIRE et BATHILY dans le GOYE). Mais le développement du phénomène migratoire
induit une régression des structures foncières traditionnelles qu'entraîne le
relâchement des liens de dépendance, de parenté et d'alliance. Par conséquent,
on assiste à une atomisation foncière et à l'accélération du processus de
monétarisation des redevances foncières.
Outre les phénomènes qui ont marqué l'évolution des structures
foncières au niveau de la société SONINKE traditionnelle, nous nous intéres-
serons à l'influence que celles7ci -à travers leurs diverses modifications
dans le temps- peuvent avoir sur le système de production local et la mise
en valeur du facteur ' terre
(1)
J. Y. WEIGEL, op cité page 44.
...

- 98 -
Il désigne la combinaison productive des différents facteurs terre,
travail et instruments de production. L'évolution du système de production
ne peut être appréhendée qu'à partir des différentes" transformations au niveau
de l'organisation de la prod~ction, reflet des modifications intervenues dans
les rapports socio-économiques et fonciers.
a) Les superficies cultivées
..................................................
Elles varient selon que 1Ion se trouve an niveau des terres Jeèri-
.
. -
.
Foonde ou Waalo-Falo, ou enc~re.selon qu'il s'agit du champ fami1ial (Tekhore)
ou dlun champ individuel (Salouma).
~ Dans le Foonde
Selon J. Y. WEIGEL, la répartition des types de champ par exploi-
tation se présente comme suit (1) :
TABLEAU W 18
(
)
(
Pourcentage
)
(FOONDE
Nombre
( superficie)
des superficies )
( ,
:
:
en hectares
:
cultivées
)
(---------------------:-----------------:-----------------:-----------------)
( Champ familial
)
( Tekhore..........
1,00
2,16
67 %
)
(
)
( Champ. individuel
)
<:Salouma...........
..1,55..:.
0,70 .... : . . . . . 22% . .
)
(
. :
)
(1) Source
J. Y. WEIGEL, op cité page 40
Enquêtes effectuées sur 12 exploitations de 264 personnes
et de 237 migrants déduit~.
...

- 99 -
Par comparaison, les superficies cultiv~es sont plus importantes
au niveau du champ familial (67 %des superficies culttv~es) et plus réduites
au niveau des champs individuels (22 %des superficies cultiv~es) bien qu'ils
soient en nombre plus élevé (1~55). Mais ~ l 'intérieurd'une même catégorie
de champ familial ou individuel, on distingue une extrême variabilité (1),
la superficie des champs dépendant le plus souvent du nombre d'actifs au
niveau de l'unité de production familiale.
TABLEAU N° 19
DISTRIBUTION DE·LA SUPERFICIE DES /1 TEKHORE /1
(
)
(
:
Superficie (en hectare~)
)
(
:-------------------------------------------------)
(
:
Oà1
:
1 à 2 :
2 à 3 :
3~4:
4~5)
(
:--~------:---------:---------:---------:~--------)
(
.
.
. )
(.Distribution ..•••••...
• .. 17·%.·:·.41 %. : . . . 8.% .: .. 1].% .. : .. 17 %' )
(
:
)
Source
J. Y. WEIGEL, op cité page 40.
(1)
J. Y. WEIGEL, op cité page 40.

- 100 -
TABLEAU N° 20
AGE MOYEN DES CULTIVATEURS SELON LA TAILLE DES·" SALOUMA Il (1)
(
)
(
:
Superficies (en hectares)
)
(
:------------------------------------------------------)
(
:
0 à 0,5:
0,5 à 1:
1 à 1,5:
1,5 à 2:
2 à 2,5 )
(
._--------~._~-------_._------~-_.~--------_._---------)
.
..
.
.
.
(
)
( Distribution des
)
( Salouma •.•.•.•••
46 %
24 %
12 %
12 %
6 %
)
(
)
( Age moyen des
:
)
(.cultivateurs ••••
14 ans .. : .. 31 .ar:lS .: .35 ans. :. 37 ans .. : .. 45 ans
)
(
. .
)
L'observation des grandeurs montre que 46 %des Salouma ont
moins de 1ha témoignant de la dimension réduite de ces champs par rapport

4 '
• •
aux champs de type familial, Tekhbre (41 %ont entre 1 et 2 ha, 42 %de ces
champs ont plus de 2 ha).
En dehors de la dualité observée dans les terres Foonde entre
champ familial (ou Tekhore) et champ individuel (ou Salouma), il faut
retenir les superficies cultivées par les femmes et se rapportant à des
cultures à dominante féminine, dont la dimension varie entre 0,26 et 0,35 ha
par femme (2).
(1) J. Y. WEIGEL, op cité page 41.
(2)
A. ADAMS , LA TERRE ET LES GENS DU FLEUVE
1985, op cité page 26.
Il
Cent huit femmes de la ville ont cultivé vingt-huit
hectares, cinquante-deux femmes ont cultivé dix-huit
hectares, soixante-dix femmes ont cultivé dix-neuf
hectares Il

- 101 -
Les champs des femmes étant très souvent mis en valeur de manière
collective (c'est-à-dire par groupes de deux ou trois femmes par Te) (1), il
faut évaluer ces superficies en les multipliant par 3 ou 2 soit 0,52 à 1 ha
par champ de femme (ou Yakharinté).
TABLEAU N° 21
DISTRIBUTION DE LA SUPERFICIE DES CHAMPS DE FEMMES"CULTIVES EN"RIZ
(
: "
)
(
:
Classes de superficie (en hectares)
)
(
:--------------------------------------------------)
(
:
OàO,1
:
"O,1àO,2
:
0,2àO,3
)
e
-
-
)
(
.
.
.
(
)
( Distribution
)
(.des parcelles .••..•..
.
.. ., .. 54.% ..
: . . . . 38. % ..
)
• •
.11-
.8 %'
(
)
La variabilité des superficies cultivées dans le Fàonde r.épond à
1a di y~rs 1té des types de champs q~e"'1 on peut y rencontrer (champ. famil i al
ou"Tèkhore, champ individuel ou Salouma et champ de femme ou Yakharinté).
Mais ceci répond aussi à la ma'trise foncière plus lache au niveau de ces
terres qui existent en quantité suffisante par rapport aux terres du Waalo.
- Dans le Waalo
Contra i rement au Foonde, 1e Waal 0 abrite généralement des superfi-
cies m.oins variées, justifi~es par"l'existence d'unell1.aîtri.se foncière rigou-
reuse due à la rareté relative de ces terres et à leur plus grande qualité.
_.
.
.
..
C'est pourquoi on rencontre au niveau des Waalo un seul champ Falo, mis en
valeur pendant la décrue par l'unité de production familiale.

- 102 -
TABLEAUN°~2 (1)
DISTRIBUTION DES "PARCELLES" DE WAALO PAR SUPERFICIE
(
)
(
:
Classes de superficie (en hectares)
)
(
:-------~---------------------------------------)
(
:
Oà1
:
1à2
:
2à3
:
3à4
)
(
:-----------:-----------:--------~--:-----------)
( Distribution
)
( des parcelles •.•........
"15,5 %..
.. 46. %.. •
.. 32. %'. •
15,5 % )
.
(
)
"
TABLEAU N° 23 (2)
DISTRIBUTION DES EXPLOITATIONS SELON LE NOMBRÉ DE PARCELLES CULTIVEES
(
)
(
:
Nombre de parcelles
)
(
:-------------------------~---)
(
:
0 :
1 :
2
)
(
._-------_._-------_.~--------)
.
.
.
( Distribution
.
)
( des.exploitations ......•.. .: .. 23. %' . : .. 69 %' :. ..8. % .)
(
:
)
(1)
Source: J. Y. WEIGEL, op cité page 43.

- 103 -
La majorité des exploitations cultive une seule parcelle (69 %)
alors que 23 % nlen cultivent pas du tout. Ce qui confirme notre assertion
concernant la rareté de ces terres et la place moindre des cultures de décrue
dans le système d.1exploitation familiale (voir chapHre introductif).
Par rapport aux superficies cultivées dans les terres Foonde,
celles mises en valeur dans le Waalo sont quantitativement moins importantes
et de dimension plus réduite (la superficie moyenne cultivée au niveau du
..
..
.
Foonde est de 2,16 ha pour un Tekhore, alors qulelle nlest que de 1,75 ha
pour une parcelle dans le Waalo).
Décrue
Sous pluie
Décrue en %sous pluie
0,39 ha
2,95 ha
13 %
2,64 ha
5,16 ha
51 %
0,98 ha
9,13 ha
11%
0,22 ha
0,91 ha
24 %
1,15 ha
1,75 ha
66 %
Source
Etude socio-économique
Partie B, op cité page B l 24.
Selon que l 'on s~ situe en terre Jeeri-Foonde ou Waalo-Falo, les
superficies cultivées peuvent donc varier. Ce phénomène peut être lié aux
contraintes écologiques locales et hydro-pluviomètriques ; Mais à un autre
niveau, il s'explique par la maTtrise foncière plus restrictive dans le Waalo
que dans le Foonde. Quelque soit le cas, l'étendue des superficies cultivées
dépend du nombre d1actifs présents au niveau de l 'unité de production familiale
donc d1un autre facteur qui es~ le travail.

- 104 -
L'utilisation de la main d'oeuvre locale est fonction des diffé-
rents types de sol (Foonde et Waalo) et de cultures (cultures sous pluies
et cultures de décrues). En outre, elle repose sur une division sexuelle
du travail.
- L'organisation dù travail
+ Dans le Foonde
..............
Elle correspond à l'exécution ctes opérations culturales de la
saison des pluies, Xaaxo, qui débutent en mai-juin. Cette saison revêt un
aspect très important pour les paysans et plus particulièrement pour tous
les Kàgummo (1) qui cherchent à réaliser une production suffisante pour la
subsistance de la famille. Ceci explique-t-il s sans doute, la forte mobili-
sation de main d'oeuvre que 1'avénement de cette saison provoque dans les
champs ?
L1organisation des activités culturales repose sur une division
sexuelle du travail avec une répartition des tâches entre hommes et femmes.
Ce phénomène semble être influencé par l'émigration des actifs masculins.
En effet, au fur et à mesure que les flux migratoires s'intensifient, on
assiste à une substitution progressive du travail féminin au travail mas-
culin et à llapparition d'un travail salarial (2) au niveau de l'unité de
production familiale.
(1)
Pluriel de Kàgumme.
(2)
Le salariat agricole. concerné généralement les travailleurs
saisonniers ou Malinke~ (qui viennent du MALI). Ils travail-
lent pendant tr01S jours (Mardi, Mercredi; Jeudi) dans le
champ de leur employeur (Diatigui) qui les loge et les
nourrit. Ils sont libres de sJemployer ailleurs pour les
autres jours de la semaine, moyennant une somme de 500 à
750 francs CFA la journée.

- 105 -
L'apparition du salariat agricole est favortsé~ par l'existence
de revenus monétaires envoyés par les migrants, et traduit en ·même temps le
souci des chefs d'exploitations agricoles de faire face à la nouvelle situa-
tion, créée par le départ des actifs masculins. Ainsi, on peut estimer le
nombre de Maliens à deux ou trois par unité d'exploitation familiale, soit
un rapport d'un Malien pour deux migrants.
Contrairement au système du navetanat, les modalités qui régissent
le travail salarial tel que nous venons de le décrire (voir note 2 page104'
peuvent se justifier par une adaptation du système productif local à la
rareté du facteur terre. En effet, devant l'impossibilité de mettre à la
disposition de son exploitant (Malien) une terre cultivable et à rendement
utile, le Kagumme (chef de l'unité d'exploitation familiale) se contente de
prendre en charge la nourriture de celui-ci, en lui· permettant de monnayer
sa force de travail ailleurs, certains jours de la semaine.
L'émergence du travail salarial s'accompagne d'un autre phénomène
relatif à la répartition dela force de travail entre différents champs du
Foonde. En fait, l'émigration concernant généralement les frères cadets au
niveau de l'unité de production, on assiste à une importance moins grande
accordée à l'exploitation des champs individuels (Sà16uma et champs de
femmes). La conséquence sera une réduction, au moins une stagnation, des
superficies cultivées avec une tendance à la localisation de travail au
niveau du champ familial.

TABLEAU N° 24
ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LE FOONDE
Division sexuelle du travail par opération culturale dans le Tekhore (champ familial)
r- ----
--
.
.
.
l
. .
.
(
:
Main d'oeuvre famil i a l e :
Main d 'oeuvre externe
:
)
~
Opérations
:
~:~_:~
:
~:~-:~--------------
~
Total
~
(
culturales;
:
; . :
Prestations de travail
;
(en %)
)
(
:
Honvnes
:
Femmes
:
Trava ~ ~
:-------------------------------:
)
(
:
:
:
sa1ane
:
En nature
:
En argent
:
)
(------------------_._-------------_._-------------_.--------------_._-------------_._-------------_._--------------)
·
.
.
.
.
.
(
.
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
.
o
( Clôture.........:
100,00:
-
:
-
:
-
:
-
:
100
)
(J)
(
.
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
.
( Défrichement....:
91,00:
-
:
-
:
-
:
9,50
:
100
)
(
.
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
.
(Semis...........:
54,50
:
42,00
:
-
:
3,50
:
-
:
100
)
(
.
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
.
( Sarclobinage 1..:
81,00:
-
:
9,50
:
3,00
:
6,00
:
100
)
(
.
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
.
( Sarclobinage I I . :
82,00:
-
:
6,00
:
2,00
:
10,00
:
100
)
(
.
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
.
(Gardiennage •....
:
56,00
:
24,00
:
-
:
20,00
:
-
:
100
)
(
.
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
.
(Récolte ...••••••
:
57,00
:
19,00
:
-
:
24,00
:
-
:
100
)
(
.
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
.
( Transport. . . . . . . :
70,00
:
20,00 ' :
-
:
10,00
:
-
:
100
)
(
.
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
.
Source: Enquêtes effectuées au niveau de 8 unités de production familiales
de 210 personnes, migrants déduits.

- 107 -
L'observation du tableau n024 montre que l'organisation du travail
dans le champ familial est axée sur une main d'oeuvre familiale disponible
à l'intérieur de 1'unité de production et une main d'oeuvre externe
a
laquelle l'unité de production semble faire appel pour compenser le départ
des actifs masculins.
Au niveau famil~al, il faut remarquer la division sexuelle du
travail pour certaines opérations culturales (semis, gardiennage, récolte
et transports). La participation des femmes est plus importante pour les
opérations de semis, 42 %, de gardiennage, 24 %, tâches moins ardues que
les activités de défrichement, de sarclobinage et de clôture souvent re-
servées aux hommes.
Outre le travail familial, il faut souligner l'existence d'un
travail salarié de prestations en nature et en argent. Le travail-salarié
n'intervient que pour les opérations de sarcl~binage~ (14,5 %"au total) ;
Alors que les prestations en nature sont plus importantes dans le procès
de production (gardiennage 20 %, récolte 24 %et transport 10 %) par
rapport aux prestations en argent (25 %au total).
+ Dans le Waalo
.............
L'organisation du travail concerne les activités agricoles de
saison sèche ou cultures de décrues. Par rapport au Foonde, le travail
familial est moins dispersé puisqu'il est généralement localisé au
niveau d'un seul champ familial. L'absence de champs individuels, Saloùma,
rend le mode d'organisation du travail moins complexe que celui du Foonde.

TABLEAU N° 25
ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LE WAALO
Division sexuelle du travail par opération culturale au niveau du champ Falo.
{
.
.
.
,
'
. - J
(
:
Main d10euvre familiale:
Main d10euvre externe
:
)
(
0 érations:
(en % ) :
(en %)
:
Total
)
~
c~lturales
~---------------~---------------~----~~:~:~~----~-----P~;~t~ti~~~-d;-t~~~~il----~
(en %)
~
(
:
Hommes
:
Femmes:
.-
:-------------------------------:
)
(
:
:
:
salane
:
En nature
:
En argent
:
)
(------------------_._-------------_._-------------_.--------------_._-------------_._-------------_._--------------)
·
.
.
.
.
.
.
.
(
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
.
(Clôture ..... ~ ..•
:
92,5%:
-
:
-
:
7 , 5 % :
-
:
'100%
)
(
.
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
.
c:>
co
( Défrichement. . . . :
94,0 % :
-
:
3,5 %
:
2,5 % :
-
:
100 %
)
(
.
.
. ' .
.
.
)
·
.
.
.
.
.
(Désherbage ••••••
:
91,0%:
-
=
5,0%
:
4 , 0 % :
-
:
100%
)
.
.
(
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
.
( Semis...........:
56,0 %
:
35;0 % :
-
:
9,0 % :
-
:
100 %
)
.
(
.
.
.
.
.
)
.
"
.
.
.
.
( Sarclage.......:
89,0 % :
-
:
4,0 %
:
7,0 % :
-
:
100 %
)
(
.
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
"
(Gardiennag~.....:
55,0 %
:
45,0 % :
-
:
-
:
-
:
100 %
)
(
.
.
.
.
.
.
)
·
..
.
.
.
.
(Récolte.........:
64,0 %
:
30,5 % :
-
:
5 , 5 % :
-
:
100 %
)
(
.
.
.
.
.
.
)
·
.
.
,
,
.
(Transport ••.••••
:
82,5%
:
15,0%:
-
:
2 , 5 % :
-
:
100%
)
(
.
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
.
Source: Enquêtes effectuées au niveau de 8 unités de production familiales
de 210 personnes, migrants déduits.

- 109 -
Comme dans lè Foonde, l Jappel d'une main d'oeuvre externe et plus
particulièrement salariale témoigne de l 'existence d'une pénurie de main
dloeuvre a l'intérieur de l'unité de production familiale. Mais, contraire-
ment au Foonde, cette pénurie de main d'oeuvre, sans doute provoquée par le
départ des jeunes ou des actifs masculins, ne s'accompagne pas d'une dimi-
nution des superficies cultivées dans le Waalo ; La tendance sera surtout
marquée par un comportement de résistance des paysans qui COnsistera à
mettre en valeur, vaille que vaille, toutes les terres de décrues. Dès lors,
on cherchera a compenser le départ des actifs masculins par une main d'oeuvre
externe (travail salarié ou prestations en nature) ou par une substitution
du travail féminin au travail masculin. Comparativement au mode d'organisa-
tion dans le Foonde, il faut remarquer la quasi absence de prestations en
argent que l'on peut justifier lCl par la mobolisation de main d'oeuvre
moins importante qu'entraînent les cultures de décrues.
- Le temps de travail
Cornme:nous venons de le constater, le mode d'organisation du
travail est différent selon que l Ion se situe dans 1e Foonde (cultures sous
pluie) ou dans le Waalo (cultures de décrue). En effet, ce phénomène s'ac-
compagne d'une différenciation du temps de travail.
+ Dans le Foonde
Pour les cultures sous pluie, le temps de travail (journée de
travail) est réparti entre le matin, consacré aù grand champ fam~lial ou
Tekhore et l'après-midi, consacré aux champs individuels oUSalouma (1) •
. (1)
Selon l'Etude Socio-Economique, op cité page 8 l 34,
le partage de la journée de travail entre Tekhore le
matin et Salouma, nécessite un relevé systèmatique au
moins par demi-journées. Dans le cas de l'application
du principe de la séniorité collatérale, il est néces-
saire d'effectuer un relevé en heures de travail.
...

- 110 -
TABLEAU N° 26
. .
. . . . . -
. -
..
.
JOURNEES DE TRAVAIL PAR OPERATION CULTURALE POUR UN HECTARE (FOONOE)
(
(
Opérations culturales
:
Journées de travail
)
(
:
pa r hectare
)
(----------------------~----:---------------------~-----)
(
)
( Défri chement. ••••. •••. •
11,00
)
( Semis..................
6;80
)
( Sarc16binage I.........
26,"00
)
( Sarclobinage Ir.n ... ~..
24,"00
)
( Gardiennage .••••• ~.....
22,00
)
( Récolte................
3,20
)
( Transport..............
2,00
)
(
)
(
- - - - - - )
( TOTAL.................. ..:..
.. 95,00. .. .. "
)
(
)
Source
Etude socio-économique, partie B. of c.:+. r.ô.!3~
TABLEAU. N° 27
- .
_.
_.
JOURS DE SARCLAGE POUR UN HECTARE PAR CATEGORIE· DE CHAMP (FOONDE)
(
)
(
:
Jours de sarclage par hectare
)
(
Opérations culturales
:---------------------------------------)
(
:
Sa1ouma
:
Tekhore
)
(-----------------------------------:-------------------:-------------------)
(
)
( Sarclobinage 1...............
52
1 5 )
( Sarclobinage IL......
28
1 3 )
(
)
( TOTAL ••••••••••••••••.••••••• _ .
6a
.:
-28 .
)
(
: )
Source: Etude socio-économique, partie B.o.l' c..:.j.~ ~.6'I3Cr
...

- 111 -
Par rapport au Fobhde, le temps de travail est moins différencié
(1) dans le Wàalo, en ce sens qulil est localisé au niveau du seul champ
familial.
+ Dans le Waalo
TABL EAUrt° 28
. '
..
.,
..
..
.. .. .' .. .. . - .
. .
JOURNEES DE TRAVAIL PAR HECTARE ET PAR OPERATION' CULTURALE DE WAALO
)
(
Opération culturale
:
Nombre de journées
)
(
:
' par hectare
)
(---------------------------:---------------------------)
(
'
)
( Défrichement...........
2,1
)
( Désherbage.............
4 , 8 )
( Semis..................
9 , 5 )
(Sarclob;nage.~.........
7 , 4 )
( Gardiennage............
41,0
)
( Récolte................
5 , 1 )
( Transport..............
1 , 8 )
(
)
( TOTAL (2) • • • • • • • • • • • • •• ..:.. ., .. '. 71,7,
)
.
(
'
' ) .
(1)
L'observation du tableaun~7 témoigne de l'éclatement
du temps de. travail dans le Foonde, entre. champs indi-
viduels, Salouma, et champs familiaux~ Tekhore.
(2)
Source: J. Y. WEIGEL,op cité page 54

- 112 -
Dans l'ensemble, le temps de travail pour les opérations culturales
est moins important que dans le Foonde, sauf pour les opérations de semis
(9,5 % dans le Waa10 et 6,8 % dans le Foonde), de gardiennage (4·1 % dans le
Waa10 et 22 %dans le Foonde) et de récolte qui sont des travaux effectués
collectivement. Par contre, les opérations de défrichement et de sarc10binage
sont plus longs dans le Foonde (respectivement 11 % ou bien 2,1 ~) que dans le
Waa10. justifiant le caractère plus dense de la couverture herbacée dans le
Foonde que dans le Waalo, phénomène qui prolonge souvent de plusieurs jours
les opérations de défrichement et de sarc10binage dans le champ Foonde.
Si, au total, les opérations culturales dans le Foonde exigent un
temps de travail plus important (95 %des journées de travail par hectare)
que dans le Waalo (71,7 %des journées de travail par hectare), il nlen
demeure pas moins vrai que les travaux prestataires peuvent moduler et
même réduire cette durée du travail.
- Les prestations en travàil
Elles sont basées sur des rapports de production différents,
regls par des liens de parenté, d'alliance ou de dépendance. Il y a trois
sortes de prestations : celles fournies à l'intérieur de 1·unité de pro-
duction ou prestations internes, celles qui sont reçues par 1'unité de
production et enfin, les prestations dépensées.
+ Les prestations internes
A l'intérieur de l'unité de production, ou Ka, les prestati:ons
de tra va il fourn i es par 1es cadets dans 1es champs des· aînés sont fondées
sur le principe de laséniorité co1latéral~ (1).
(1)
Dans son étude de la société SONINKE du.GOYE et du
HAIRE, WEIGEL retient deux types de prestations :
celles qui existent entre aînés et cadets et celles
qui se réalisent entre maître et captifs.

- 113 -
Ainsi, tous les cadets travaillent le matin dans le champ fami-
lial, placé sous la responsabilité du Kagumme, pour ensuite se consacrer
a leur champ individuel (1).
Il faut par ai11eurs souligner que, dans la rubrique" Main
dl oeuvre'fami lia1e " de notre tableau nO 24, sont contenues l 1ensemb l ~
des prestations en travail réalisées par les cadets dans le champ familial
Tekhore.
Mais l'évaluation des quantités de prestations en travail réa-
lisées au niveau des champs individuels, Salouma, et fondées sur les
relations de filiation aînés-cadets et fils, revient à J. Y. WEIGEL (2).
TABLEAU N° 29
DISTRIBUTION DE L'ENSEMBLE DU TRAVAIL FOURNI (Sarclage) SUR LES" SALOUMA "
SELON LE RANG D'AINESSE
(
)
(
:
Pourcentage
)
(
:~----------------------------------------------)
(
:
A soi
:
A autrui
:
Pa r autrui
)

e

)
( i
.
.
.
(
)
( Seydou Fodé N••••••••••
1,7
10,00
)
( Boubacar Fodé N...••...
5,1
1 ,6
8,50
)
( Samba Fodé N.....•.•...
6,8
3,4
6,00
)
( Mamadou Boubacar N..•••
6,8
5,1
5,10
)
( Deroba Boubacar N•.•.•.•
5,9
6,8
3,40
)
( Orissa Semba N••...••.•
3,4
8,5
)
( Boubou Seydou N.....•..
3,4
8,6
)
(
)
Source
J. Y. WEIGEL, op cité page 56.

- 114 -
Notre tableau nous montre, au niveau de la dernière colonne,
que l'aîné de la famille (Seydou Fodé N) bénéficie des prestations en
travail de tous les frères cadets (2oubacar Fodé N et Samba Fodé N) et
autres enfants de la famille, soit 10, %des prestations au total. En outre,
en passant du plus âgé au moins âgé, la quantité des prestations en tra-
vail reçue par les autres membres du groupe diminue (voir rubrique Par
Autrui) alors qu'en même temps, celle des prestations fournies augmente
(voir rubrique A Autrui). Ceci justifie enfin le fait que les cadets
sont soumis à une certaine forme" d'exploitation Il. L'ordonnance de
travail étant strictement observée par tous les membres du groupe,:'Kore,
et ce malgré le phénomène migratoire qui, bien qu'il provoque le départ
des cadets, nIa pas entraîné une disparition définitive de ces flux de
travail et une rupture totale des rapports familiaux.
+ Les prestations en travail perçues
Généralement, ces prestations sont basées sur des rapports
serviles établis entre maîtres et captifs, la règle consistant en ce que
le captif observe certains jours de travail sur le champ de son maître.
Ainsi, la destination de la force de travail est fonction du droit dlhé-
tage décrit par POLLET et WINTER : Il Si par naissance, 1 'honune libre fait
partie d'un lignage, l'esclave nouveau-né appartient à un individu, un
maître, celui de sa mère." (1.1,.._
Mais sous 11 infl uence de l'abol ition de l'esclavage et du
phénomène migratoire, favorisant la libération de la main d'oeuvre et
l'émancipation des esclaves, les rapports de domination et d'exploitation
s'effritent, entraînant en même temps un rétrécissement du groupe de pro-
duction, Kore, et l'apparition du travail salarié pour l'accomplissement
de certains travaux champêtres, parfois de prestations en argent (voir
tableauno24 ) effectuées par des groupes de jeunes de 10 à 15 personnes •
• '
'Jo
_
.{1'}.• POLLET et tH NTER, op ci té page 248)
...

- 115 -
Bien que les rapports de production entre maître et esclaves
existent sous une fO~le dégradée à cause des phénomènes suscités, il
s'établit encore Il des rapports de dépendance matérialisés par des presta-
tions en travail et le versement d'une redevance (la Dyaka exclusivement
sur terre Foonde) et dont les supports sont un ancien dnoit sur l~ force
de travail et l'appropriation par les clans Hooro. Ils peuvent être ac-
compagnés du versement d'autres prestations et redevances sur les terres
duWaalo."(1)
Parfois, ia tendance s'oriente vers une monétarisation des
redevances foncières (voir section précédente) et au remplacement des
prestations en travail par le travail salarié. En effet, certains migrants
préfèrent, à leur retour de la métropole, payer un Malien pour que ce
dernie~, moyennant une certaine sommé ij'argent, aille à leur place accomplir
dans le champ de leur maître les prestations de travail nécessaires, une
façon ou une autre de maintenir les anciens rapports de dépendance qui
liaient le migrant à son TDUNKA.
+ Les prestations en travail données
..................................
Dans certains cas, 1 'unité de production perçoit des prestations
en travail (très souvent, il s'agit de prestations en travail servile),
mais dans d'autres cas, le groupe de travail peut fournir des prestations
en travail à un autre groupe de production. Ceci peut se justifier par des
relations d'alliance ou de parenté entre les membres des deux groupes de
production. Ainsi, en cas de besoin, le Kagumme
de notre unité de pro-
duction peut déléguer quelques actifs pour aider pendant deux. ou trois
jours de travail les membres de l'unité de production alliée ou parentée,
pour l'accomplissement de certains travaux. Ces services sont surtout
fréquents pour les opérations culturales collectives (semis, récolte ••• ).
(1)
J. Y. WEIGEL, op cité page 62.

- 116 -
Souvent l'unité de production donne plus de prestations en
travail qu'elle n'en reçoit: c'est le cas d'une unité de production
dont les membres sont soumis à des rapports d'exploitation (captifs)
ici les prestations en travail dépensées sont justifiées par les liens
de dépendance qu i l i·ent 1es membres du groupe de travail à leur ma ître
(Hooro).
L'organisation des prestations en travail à l'intérieur d'une
unité de production (prestations internes) ou entre deux unités de pro-
duction (prestations perçues ou prestations dépensées) dépend de la na-
ture des rapports de production qui sont régis par les liens de parenté,
d'alliance et de dépendance.
L'évolution des structures traditionnelles de production locales
sous l'influence de la main d'oeuvre servile et l'émigration des jeunes
actifs, n'a pas eu pour conséquence une disparition totale de ces presta-
tions ; ce malgré le refroidissement des rapports d'exploitation entre
maitre-captifs et le relâchement des relations de filiation aînés-cadets.
Nul doute que l'émigration des actifs masculins provoque à terme
une pénurie de la force de travail, plus perceptible au niveau des cultures
de Foonde qu'elle ne l'est dans lé Waalo, mais en même temps elle entraîne,
par la mobilisation de l'épargne qu'elle permet, l'émergence d'un salariat
agricole et de prestations de travail en argent pour compenser le déficit
en main d'oeuvre locale; Même slil est vrai que le travail monnayé occupe
une place marginale dans le procès de production, l'émigration joue par le
double mécanisme ainsi décrit, un rôle fondamental pour la détermination de
la force de travail disponible, qui constitue un facteur essentiel pour
l'efficacité d'un système basé sur des instruments agricoles rudimentaires .
...

- 117 -
Les faits qui ont marqué l'évolution du système de production
traditionnel, n'ont pas entrainé de grandes innovations au niveau du
matériel agricole qui est resté somme toute à un niveau rudimentaire.
TABLEAU N° 30
UTILISATION DU MATERIEL AGRICOLE ET OPERATIONS CULTURALES
(
:
)
(
Instruments de production:
Opérations culturales
)
(-----------------------------------:--------------------------~------------)
(
)
( TONGUE (Daba)·
Désherbage, sarclage, semis
J .
(
. )
( SAWTA
••••.•
Désherbage, semis, sarclobinage
)
(
)
( DOPADE
• •••• •
Semis
)
(
)
( VIDE (Hache)
Défrichement, débroussaillage
)
(
)
( DIABADE
••.. . .
Semi s
)
(
)
( KA-FA
. • •. . •
: - -
-.Désherbage, défri chement
)
(
)
L'utilisation des instruments de travail est fonction des diffé-
rentes activités culturales~ ce qui confère à chaque instrument un rôle
bien déterminé dans le cycle de production : Si des instruments comme le
Dopade ou le Diabade sont exclusivement réservés aux activités de semis, en
revanche, le Tangue et le Sawta ont tendance à être utilisés pour toutes
les opérations culturales, ce qui témoigne de leur importance relative dans
le matériel agricole.

- 118 -
TABLEAU N° 31
LA COMPOSITION DU MATERIEL AGRICOLE
(
: )
(
Instruments de production
:
Pourcentage
)
(-----------------------------------:-------------------)
(
)
( TONGUE. . • • . • • . •• •• • •• • •• • •• • ••
27 %
)
( ~SAWTA....
27 %-
)
(
DOPAOE. . • • •• •. • ••• • •. ••• •• • • •.
11 %
)
. ( VIDE..........................
22 %
)
(
DIABADE.......................
2 %
)
(
KA-FA.........................
11 %
)
(
)
(
TOTAL..............
·100 %
)
(
)
Source
Enquêtes réalisées au niveau de 12 .exploitations
dans le village de GANDE (GOYE).
Par rapport aux autres instruments de production, le Tungue et
le Sawta ont un rôle accru dans l'exécution des opérations culturales puis-
qu'ils constituent à eux seuls plus ge 50 %du stock de capital. Par contre,
le Diàbade, le Dopade et le Ka-Fa ont un rôle plus réduit dans le processus
de production.
Par ailleurs, la fabrication des instruments de production
relève d'artisans (forgerons, bûcherons ••• ), moyennant le paiement d'une
quantité de milou d'une somme d'argent, occasionne
une division pro-
fessionnelle et sociale du travail.
Il faut retenir que l'évolution du système de production local
nIa pas entraîné une mutation des structures traditionnelles de production.

- 119 -
La gestion de la terre et le mode d'organisation du travail sont
déterminés par des rapports de production anciens, alors que le capital
productif reste dans un état rudimentaire et archaïque, caractéristique
d'un système de production de type extensif qui est fondé sur l'abondance
relative des terres, au moins dans le Foonde et le Jeeri. Cependant, le
caractère différencié des sols justifie, pour une large part, la pratique
d'un système de culture diversifié.
a) La diversité du système de culture
.....................................................................
Le fonctionnement du système de culture est principalement axé
sur .deux types de cultures : les cultures sous pluies ou du Jeeri et les
cultures de décrues ou de Wàal0. Mais à l'intérieur de chaque type de
culture, la différenciation des sols rend possible l'existence d'un système
plus hétérogène.
- Les cultures sous pluie
(Voir tableau page suivante)

- 120 -
TABLEAU N° 32
CULTURES SOUS PLUIES ET LOCALISATION DES ESPECES ET VARIETES
(
:
:
)
(
Système ou zones de culture :
Espèces
:
Variétés
)
(-------------------------------:---------------------:---------------------)
(
)
(
( M i l
S u n a )
(
( (
Ti ga 3asa
)
(
Jeeri-Signa
(Arachide
(Tiga Fune
)
(
(
)
(
(Sorgho
Nieni co
)
(
)
(
)
(
( M i l
S a g n o )
(
( M a ï s
Dumbe)
(
(
Ni ebe
)
(
Foonde
( R i z
Marakhore)
(
(
Gombo
)
(
( (
Niogoubou
)
(
(Sorgho
( F el a )
(
(
Nabane
)
(
)
(
)
(
Parc de bétail
Mais
)
(
)
Au niveau des cultures sous pluies, le système cultural tradition-
nel s'organise à trois niveaux: le Jeeri-Signa, le Foonde et le parc de
béta il .
Dans le Jeeri-Signa, la rotation des cultures entre mil et sorgho
est souvent prédominante, alors que dans le Foonde on assiste à une associa-
tion culturale mil-niebe ou maïs-niebe.

- 121 -
Le riz, le gombo et l'arachide sont des cultures pratiquées par
les femmes. Les nappes d'eau ou bas fonds du Foonde sont souvent les domaines
privilégiés des champs de riz des femmes avec des rendements moyen élevés,
compris entre 400 et 650 kilos à l'hectare (1). Tandis que les champs
d'arachide sont concentrés dans le Jeeri et peuvent atteindre une production
annuelle de 850 kilos par entité de production (2).
La culture du maïs dans les parcs de bétail montre une association
de l'élevage à l'agriculture. Bien que les SONINKE ne soient de grands. éle-
veurs, comme leurs voisins Toucouleurs, ils ont souvent recours aux excréments
du bétail comme moyen de fertilisation de leurs champs, surtout quand ceux-
ci sont situés à proximité du village.
Dans l'ensemble, le sorgho et le maïs occupent la plus grande
partie des superficies cultivées au niveau d"u Foonde.
Distribution des parcelles'selon la culture (Foànde) (3)
N·labougou ou sorg ho.•.••••.•••••••.••••
61 %
Fela.
22 %
Maïs...................................
17 %
TOTAL ••••••••••••.•••• ~ • • • . . • • • • • • . • • . •
100 %
Le Niabougou et le Fela occupent 83 %des parcelles cultivées
en terres Foonde avec des rendements respectifs de 500 kg/ha et de 750 kg/ha
(2), alors que le maïs n'occupe souvent que les parties basses du Foonde
(17 %des superficies cultivées).
(1)
Etude socio-économique, op cité page B I 36.
(2)
Etude socio-économique, op cité page B I 36.
(3)
Idem.
...

- 122 -
Si dans le passé on assistait à une concurrence accentuée entre
cultures du Foonde et cultures du Jeèri où les opérations de semis coinci-
daient parfois, actuellement, la tendance est marquée par un délaissement
des champs du Jeeri très éloignés du site villageois au profit des champs
du Foonde (1) ; phénomène sans doute encouragé par l'abondance du déficit
pluviomètrique et l'intensification du phénomène migratoire.
Cette compétition entre activités cultutales du Jeeri et du
Foonde est moins marquée au niveau des cultures de décrues à cause de la
rareté des terres.
- Les cultures de décrue
TABLEAU N° 33
CULTURES DE DECRUE ET LOCALISATION DES ESPECES ET VARIETES
(
:
:
)
(
Zones de cultures
:
Espèces
:
Variétés
)
(-------------------------------:---------------------:---------------------)
(
)
(
(Maïs
Dumbe)
f Waalo.....................
(
Mil
S a m e )
(
)
(
(
Maïs
)
(
(Sorgho
Gad i aba
)
(
(
Patates
)
(
Falo......................
(Haricots
)
(
(
Ni ebe
)
(
.. :. . (
Gombo. .
: ..
. . )
(
)
(1)
Etude socio-économique, op cité page B 1 36 .
...

- 123 -
Les cultures de décrue abritent les champs dans les terres
Waalo (Hollalde de Wallere) et les champs de berges au niveau du Falo.
Aussi bien au niveau du Waalo que du Falo, on rencontre une
association culturale mil-mais ou sorgho-mais par juxtaposition; avec
une fréquence de culture des variétés sorgho telle que le Souna dans le
Kàllengani et le Gadiaba dans le Faloni.
Au niveau des champs de berges (Falo), l'association de la
culture de patates douces à celle du maïs est prédominante, alors que
le Niebe et le haricot sont associés à toutes les cultures de décrue
dans la généralité des cas.
Contrairement au Foonde, il semble que les cultures de maïs et
de sorgho sont prédominantes dans les Waalo et Falo. La plus grande fré-
quence de la culture du maïs qui occupe plus de 50 %des parcelles culti-
vées, se justifie par son double rôle d'aliment de bouche (consommation
d'épis de maïs frais) et de produit nécessaire à l'alimentation familiale
(au même titre que certains produits tel que le sorgho). La patate douce
occupe, elle, une place moins importante dans le système cultural bien
qu'elle constitue pour certains paysans une source de revenus monétaires
non négligeables.
Par comparaison aux cultures de Foonde, 1es cultures de décrue
assurent aux paysans SONINKE une production plus stable quoique moins
importante en volume, grâce sans doute à la meilleure qualité des terres
du WaaTo.
Les déterminants du niveau de la production locale varient
selon que l'on se situe au niveau des cultures sous pluies (Foonde) ou
de décrue (Waalo).

- 124 -
Rendements moyens
-
x
EVOLUTION DES RENDEMENTS PAR SUPERFICIE
175
(Foonde) selon WEIGEL (GOUMAL 1977)
-~
"'- "
150
'~-"
Graphique n° 6
""-"/(,
125
"- "----"'-
-
100
......... .........
75
50
25
a
. 0,5
1,5
2
2,5
3
3,5
4
Rendements moyen
-
EVOLUTION DES RENDEMENTS PAR SUPERFICIE
x
(Waalo) selon WEIGEL (GOUMAL 1977)
175
-X-._ --- 4Ir-_
150
125
100
75
50
25
a
Ha
2
3
4

- 125 -
Dans le Foonde...Jeeri, les rendements à 1 'hectare sont fortement
tributaires des conditions climatiques; en particulier de la régularité
des pluies mais aussi de la force de travail, de sa répartition rationnelle
entre cultures du Foonde et cultures du Jeeri et de 1 'importance de la
ponction qu'elle subit avec llémigration des jeunes actifs.
Par contre, dans le Waalo, les rendements dépendent surtout du
niveau de la crue annuelle puisque la concurrence moins accentuée entre
cultures du Waalo et celles du Falo pose moins le problème de la répartition
du travail. Tandis que, grâce au travail féminin et salarié, on a tendance
à observer une concentration de la main d'oeuvre au niveau des terres de
décrue pour compenser le départ des actifs masculins.
Selon WEIGEL, d'après des enquêtes effectuées au niveau de GOUMAL,
l'évolution des rendements dépend en plus des facteurs suscités, de la
dimension des superficies cultivées (voir graphique 5 .1.,et 6 .2). En effet,
1 lobservation des courbes montre que dans les deux cas (Foonde et Waalo),
le niveau des rendements est une fonction décroissante des superficies
cültivées. Mais l'évolution du rendement est plus stable dans le Waalo
(voir graphique6.2) que dans le Foonde où le passage de parcelles de petite
dimension à des parcelles de plus grande superficie s'accompagne d'une
diminution plus rapide des rendements que dans le Waalo. Ce phénomène
suppose, dans les deux cas, que les paysans SONINKE mattrisent mieux les
productions réalisées au niveau de parcelles de petite dimension que dans
les grandes. Phénomène qui peut se justifier par le fait que les grandes
parcelles exigent un potentiel en main d'oeuvre important, dont on ne dis-
pose pas toujours, surtout au niveau des cultures de Foonde et de Jeeri.
En outre, la mise en valeur des grandes surfaces rend les opérations de
gardiennage très ardues soit pendant les semis contre les déprédateurs, ou
au moment de l~ floraison des plants contre les insectes ou les oiseaux.

- 126 -
Or, ces phases du processus cultural sont importantes pour la
détermination des rendements futurs, une mauvaise surveillance du champ
pouvant aboutir à des écarts de rendements très importants.
Quoique les phénomènes de destruction soient souvent à l'origine
de ces écarts, il faut souligner que la variabilité des rendements peut être
liée au caractère différencié du système cultural, justifié par la diversité
des espèces cultivées et des sols. En effet, l 'on peut connaître des rende-
ments différents selon que l'on cultive telle espèce sur tel type de sol.
Donc, les quantités produites dépendent de plusieurs éléments
dont il serait difficile d'évaluer séparément l'impact sur les rendements
et la productivité du travail au niveau des champs. Mais d'ores et déjà, la
faiblesse des rendements et la productivité du travail entraînent le faible
niveau de la production alimentaire locale.
II
LA CONSOMMATION ALIMENTAIRE
Dans l'organisation socio-économique traditionnelle, l'unité de
consommation réunissait les membres du groupe de travail, Kore, qui était
élargi aux parents proches et aux dépendants immédiats (esclaves et artisans).
Mais sous l'influence des changements intervenus dans l'évolution
des structures socio-économiques locales apparaissent des modifications au
niveau des règles traditionnelles de commensalité, dont l'aboutissement
.
.
logique sera le rétrécissement de l'unité de consommation, qui ne retient
-
.
désormais que les membres de la concession, Ka. Ceci est la conséquence de
la désuétude des rapports de dépendance qui existaient entre maîtres et
captifs, suite à l'émancipation des esclaves et à l'émigration de leurs
descendants directs.

- 127 -
Le développement du phénomène migratoire va d'une part favoriser
l'apparition de nouveaux produits dans le modèle de consommation tradition-
nel et d'autre part entraîner l'effritement des relations de filiation
entre aînés et cadets, conduisant souvent à la fragmentation ou à la seg-
mentation de la concession, Ka, en plusieurs unités de consommation (1).
Ce phénomène est souvent le résultat de désaccords entre membres
d lun même Ka, ou de rapports confl i ctue1s entre Il autonomi e potenti e11 e
des ménages Il et Il centralisation des pouvoirs entre les mains du Kagumme Il
Le passage d'une autonomie potentielle à une autonomie réelle des ménages
vis-à-vis du Kagumme engendre l'apparition de plusieurs cuisines au sein
d'un même Ka (2).
Néanmoins, la tendance nouvelle est marquée par une homologie
entre unité de production et unité de consommation tout court, justifiant
en ce sens l'étroite dépendance entre évolution du procès de production
et organisation des modalités de la consommation.
a) Les modalités de la consommation
Généralement, la consommation s'organise autour de trois ou
quatre repas par jour
• Le 50mbi, le matin (fa~~ ~~ ~risures de milou de mais) pour
le petit déjeuner~ Hàtthitàri, que l'on alterne souvent avec
le café et du couscous de milou de maïs avec du haricot ;
(1)
Voir l'étude sur la structure de l'unité de résidence
Chapître I. Section II.
(2)
J. Y. WEIGEL, op cité

- 128 -
• Le Maro (riz au poisson ou à la viande) pour le déjeuner
du midi ,;Yarikhate ;
• Le Déré (sauce de haricot mélangé avec de l'arachide) au
couscous, Niakhamé.
Traditionnellement, le repas est pris collectivement et reflète
l'organisation du travail avec une division sexuelle des groupes de consom-
mation ; les hommes prennent leur repas d'un côté et les femmes de l'autre.
Il est important de souligner que le passage d'un système tradi-
tionnel où le Il repas a une dimension affective (moment de rencontre de
la communauté de base) et il est l'expression de la tradition et du pres-
tige social (une certaine façon de traiter ses amis et les siens) Il (1)
à un système où le
repas ne réunit que les membres de la concession, Ka,
ou parfois même d'une seule unité de production, n'est que le reflet des
modifications des règles qui régissent l'organisation de la consommation.
D'habitude les modalités étaient fondées sur des rapports de
clientèle, de dépendance et de parenté, et le groupe de consommation
était plus ouvert aux autres membres de la communauté. Actuellement ces
rapports se trouvent dégradés ; Le captif ne travaille plus dans le champ
de son maître (sauf dans des cas exceptionnels) et par conséquent, son
repas n'est plus pris en charge par ce dernier; Le griot ou l'artisan
ne mange que de manière épisodique chez son TOUNKA (seulement quand ce
dernier accueille sous son toit des gens venant de villages voisins).
Le phénomène migratoire accroît cette dégradation en renforçant l'indé-
pendance économique des captifs et des griots, entraînant du même coup un
rétrécissement du groupe de consommation aux seuls membres du Ka.
(1) L. MALASSIS, ECONOMIE AGRO-ALIMENTAIRE
Tome 1, page 38, édition Cyjas.

- 129 -
Mieux, à l'intérieur de l'unité de consommation, les règles de commensalité
ont tendance, sans être totalement remises en cause, à s'effriter, consé-
quence logique des modifications au niveau du procès de production.
Si, selon POLLET et WINTER, la participation en nature des cadets
au repas dans la société traditionnelle était fluctuante et dépendait entre
autres du contenu de leur grenier individuel et de leur rang d'aînesse, ici
les formes traditionnelles d'organisation de la consommation fam"iliale sont
peu retenues. Chaque migrant doit envoyer un montant d'argent déterminé au
chef de famille, Kagumme, chargé de centraliser toutes les sommes envoyées
et d'effectuer les dépenses nécessaires pour la satisfaction des besoins
alimentaires de l 'unité de consommation familiale. Les participations moné-
taires se substituent alors à celles en nature que faisaient les cadets
dans le système traditionnel, ce qui accroît en même temps le pouvoir finan--
cier du Kagumme. En ce sens,. le chef de fami 11 e remet chaque jour à la
femme, une somme de 1 000 ou 500 francs CFA pour préparer les repas de la
journée (Morné) et les quantités de milou de maïs nécessaires (trois ou
quatre Mud selon les maisons, ou un kilo par adulte en'moyenne, un Mud
équivalant à quatre kilos). Cette dernière est chargée de transformer ces
grains de céréales en farine en pilant le nombre de Mud mis à sa disposition
aidée en cela par ses filles ou par les autre femmes de la maison. En outre,
elle doit effectuer les achats nécessaires (de poisson ou de viande et de
condiments) au repas du jour. Le tour de préparation du repas, ou Momé,
revêt un caractère obligatoire pour toutes les femmes mariees de la maison,
sauf pour les femmes dont les enfants sont mariés; La belle-fille prend
généralement en charge le tour de sa belle-mère en remplaçant celle-ci
dans les règles du Morné.

- 130 -
En fait, la mobilisation de l'épargne migratoire et sa Il centra-
lisation " vers le Ka confortent le Il pouvoir de gestion" du Kagumme qui
gère la plus grande part de cette épargrte. " La part allouée a chaque
femme permet, ainsi que les nouvelles conditions de distribution du produit
domestique, une autonomie économique relative de la famille restante du
migrant: elle peut se concrétiser par une commensalité individualisée de
chaque ménage au sein de chaque Xubé (appartement d'une femme mariée),
même si celle-ci reste très rare, car généralement la consommation propre-
ment dite se fait en commun Il. (1)
Quant aux règles de commensalité à l'intérieur du Ka, WEIGEL
reconnaît qu'elles ont' été les moins affectées, JI puisque même dans
certains Kane, où le procès de production est individualisé (absence du
grand champ), la consomnation est collective Il. Bien que les modifications
au niveau des modalités de cons~mmation soient plus lentes que dans le
procès de production, un processus d'individualisation s'annonce, surtout
au niveau des grandes maisons où chaque migrant a tendance à prendre en
charge les dépenses individuelles de son ménage, Follage. Plus précisément
ces dépenses concernent la préparation du café le matin, qui s'organise
généralement au niveau de chaque Follage (2) avant la consommation collec-
tive du 56mbi, favorisant ainsi l'émergence de petites cellules de consom-
mation dont les dépenses sont gérées par les femmes de migrants. Mais le
degré de liberté de ces cellules (ménages ou Follage) ou sous-unités de
consommation étant très limité vis-à-vis du Kagumme, puisque placées
sous la responsabilité de ce dernier, il faut prendre en considération
avec beaucoup de prudence leur capacité d'autonomie.
(1) J. Y. WEIGEL, op cité page 82.
(2) Phénomène déjà souligné dans le chapître 1.

- 131 -
Dans l'ensemble, la modification des modalités de la consommation
se traduit par le réaménagement des règles de consommalités, entraîné par
l'évolution concomitante
des rapports de clientèle, de dépendance, de
parenté et du phénomène migratoire.
L'épargne envoyée par les migrants favorise d'une part l'appari-
Q
tion de rapports beaucoup plus individualisés, sans pour autant remettre
en cause le caractère collectif de la consommation familiale. Celle-ci
entraîne l'adoption de nouveaux produits de consommation.
b) Produits auto-consommés et produits importés
••••• ~ ••••••• tl ••••• ..: •••••••••••••••••••••••••••••••••• ••••••••••••••••••••••••••••••••••
L'extravention de l'économie locale et l'intensification des flux
migratoires réduisent l'importance traditionnelle de la production auto-
consommée et favorisent l'apparition de produits de consommation nouveaux,
permise grâce à la mobilisation de l'épargne migratoire.
- Les produits auto-consommés
Tant que le modèle traditionnel, fondé sur la production domes-
tique céréalière, était retenu, le mil et le mais constituaient la base
de l'alimentation familiale. La logique d1une économie de subsistance qui
favorisait l'ajustement de la production à la consommation prévalait. Les
produits consommés relevaient d'une activité productive familiale ou
d'activités annexes (cueillette, pêche et chasse) et servaient à la pré-
p~ration de plats traditionnels tels que lé 50mbi, le Futo le matin, le
-Takhayé, le Démbatéré le midi, ou encore le Déré, le soir.

- 132 -
On peut, dans l 'ensemble, classer ces produits en deux groupes
les produits de base
Les produits secondaires
Viande
Mi l
Poisson
Maïs
Arachide
Riz traditionnel
Niébé
Lait
Huile animale
Gombo
Il est important de retenir ici que le mil et le maïs composaient
une grande part de la production auto-consommée et pouvaient aller jusqu'à
concurrence de 60 %de celle-ci. Certains produits sont souvent acquis,
soit par des activités annexes (viande, poisson) ou par le troc (lait,
huile animale).
Aujourd'hui, 1 'extravertion de 1 'économie locale favorise l'émer-
gence de produits de consommation jusqu'alors jamais connus, réduisant le
rôle de la production auto-consommée dans le modèle de consommation tradi-
tionnel.
- Les produits nouveaux
Le déficit vivrier local aura pour conséquence principale, le
recours à d'autres produits de consommation alimentaire, grâce à la mobi-
lisation d'une épargne migratoire. Les produits nouveaux importés (riz,
huile, sucre, pain ••• ) auront tendance à encourager l'émergence d'un
nouveau modèle de consommation caractérisé par la juxtaposition entre
plats traditionnels et plats nouveaux tels que le riz au poisson (Cébuzan,
Wolof), le café au lait, le Yèssa, etc ••• Ainsi, d'un modèle de consomma-
tion mil-maïs, on passe à un reglme alimentaire basé fondamentalement
sur le mil et le riz avec une forte prépondérance de la consommation du
riz au poisson.

- 133 -
Dans l'ensemble, on peut classer ces produits nouveaux en
deux catégories :
Produits de base importés
Produits Secondaires importés
Huile
Riz
Sucre
Semoule
Café
Pain
Lait Nestlé ou Gloria
Thé
Poivre
L'importance des produits nouveaux comme le riz, l 'huile, le
sucre, le pain dans le régime alimentaire est liée à l'ampleur des revenus
migratoires et à la monétarisation des échanges. L'incapacité de l'unité
de production à satisfaire les besoins locaux entraîne ainsi l'achat de
produits extérieurs, introduisant dès lors un prix pour les biens de
consommation alimentaire. Ce phénomène va être de plus en plus favorisé
par la migration massive des jeunes vers les centres urbains qui accroît
la réputation du riz au poisson (Cebozan, DakarOis) et dU café aU lait,
le matin, accompagné du pain.
Néanmoins, la diffusion par imitation de la consommation des
produits nouveaux n1entra;'ne pas une remise*totale du modèle de consomma-
tion traditionnel. On assiste plutôt à l'apparition d'un régime alimantaire
caractérisé par la juxtaposition des plats traditionnels et des plats
modernes. Par exemple, la consommation du café et du pain n'a jamais en-
traîné la disparition de celle du 50mbi ou du couscous matinal. Mais, le
déficit vivrier chronique et la monétarisation progressive des échanges
va généraliser l'achat de produits aussi bien traditionnels (Mil, maTs)
que nouveaux, occasionnant en même temps dl importantes dépenses alimentaires.
* en cause.

- 134 -
a) La destination alimentaire de l'épargne envoyée
................................................................................................
.
.
Une part importante de l'épargne migratoire a une destination
alimentaire attestant l'existence d'un déficit vivrier non négligeable.
TABLEAU N° 34
DESTINATION ALIMENTAIRE DE L'EPARGNE ENVOYEE
..
..
..
. -
..
..
_.
- -
. -
. '
- .
SELON LE STATUT D'EMPLOI DES MIGRANTS
(
)
(
Destination
Emploi
Migrants
)
(
de l'argent
:-----------------------------------:
sans emploi
)
(
:
Permanent
:
Tempora i re
:
)
(---------------------:-----------------:-----------------:-----------------)
(
)
( Alimentation......
66~75 %
66~75 %
17 40 %
)
5
(
)
( Autres............
33 25 %
33~25 %
82,60 %
)
5
(
)
( TOTAL •.•..••• :....
100~00 %
100~OO %
100,00 %
)
(
)
Source
Enquêtes effettuées dans la région parlslenne au niveau de trois
foyers, sur un échantillon de 129 migrants.
.'
La participation monétaire du migrant à l'alimentation familiale
est différente selon que le migrant ait un emploi (temporaire ou permanent)
ou non. La participation des migrants ayant un travail est plûs importante
pour les dépenses alimentaires auxquelles doit faire face l'unité de consom-
mation familiale.

- 135 -
En effet, dès qu·un migrant bénéficie d'un emploi rémunéré à
caractère permanent ou temporaire, il doit contribuer financièrement au
même titre que les autres migrants de la maîson aux dépenses nécessaires
à 1 'alimentation fa~iliale. Celles~ci occupent 66 %à 67 % (voir tableau
page précédente) de l'argent envoyé par les migrants alors que leur con-
tribution pour les autres dépenses sont moins importantes.(33 %).
Par contre, pour les migrants sans emploi, la
contribution à
l'alimentation familiale est très réduite, 17,4 % et celle-ci est due
plutôt aux consommations individuelles de leurs parents proches (mère,
femme ,surtout) auxquels ils ne peuvent s'abstenir d'envoyer les quelques
sommes sporadiques qu'ils gagnent selon les occasions de travail journa-
~ier ou grâce au petit commerce exercé généralement au niveau des foyers.
Par ailleurs, 'une partie de l'argent envoyé par cette catégorie, est
surtout destinée aux dépenses secondaires, 82,6 %, phénomène lié à la
modicité ou au caractère irrégulier des mandats envoyés (consacrés li
l'achat de savon pour le linge des femmes, d'habits ou àU paiement 'de
petites dettes contractées auprès des commerçants.
b) Les budgets de consommation alimentaire
..................................."
..
La structure des bùdgets famil iaux est variabl e selon le nombre
de personnes par unité de consommation et la quantité de produits consom-
més par chacune. Selon WEIGEL, ces budgets sont caractérisés par l'ampleur
des dépenses alimentaires qui comblent le déficit vivrier régional.

- 136 -
TABLEAU N° 35
DEPENSES ALIMENTAIRES MENSUELLES PAR UNITE DE CONSOMMATION
(En CFA)
(
'.
)
(
:
En valeur
:
Pourcentage
)
(
:--------------------:--------------------)
(
:
:
)
( Mi 1•••.•••••••••••••.•••••••
821 ,00
2 2 , 2 0 )
(
)
( Ri z
~
.
442,00
11 ,90
)
(
)
( Viande .•.....••••.••..•.•.••
443,70
12,00
)
(
)
( Huile
.
378,00
10,20
)
(
)
( Arachi de
.
321 ,50
8,70
)
(
)
( Sucre
.
319,00
8,60
)
{
)
( Poisson ...•..•..•..•.•..••..
295,00
8,00
)
(
)
( Poisson sec ......•.•••••••.•
234,00
6,35
)
(
)
(.Pain .•.•.•..•.......••.•....
192,00
5,20
)
(
)
( Concentré de tomates ...•••••
58,00
1,60
)
(
)
( Co 1a ••••••••••••••.•••••••••
55,50
1,50
)
(
)
( Oignon~ ..•.........•......••
44,00
1,20
)
(
)
( Lai t
.
27' ,50
0,75
)
(
)
( Café ....••..•....•....•.....
25,50
0,70
)
(
)
( Se l
.
23,00
0,60
)
(
)
( Semoul el
.
20,00
0,50
)
(
.
( .TOTAL •.••.•...•..•..•••..••.
.
)
)
'
3 699,70 .. .. ...
100,00
(
)
Source: J.Y. WEIGEL, op cité page 81
...

- 137 -
La part importante occupée par les dépenses alimentaires de ri~
et de mil (34,1 %) traduit l 'importance du déficit céréalier local. Celui-
ci s'accompagne d'une modification du régime alimentaire, justifiée dans
la structure des dépenses alimentaires par l'importance des produits nou-
veaux importés (Riz, huile, sucre, pain, semoule, concentré de tomates,
oignons ... ) qui occupent presque 40 %des dépenses alimentaires mensuelles.
Ce phénomène, selon une étude consacrée aux Toucouleurs de la vallée par
BOUTILLIER et CANTRELLE (1), nlest pas particulier aux SONINKE, mais
reste valable pour l'ensemble des populations de la vallée· du SENEGAL.
Par ailleurs, WEIGEL montre que grâce aux coefficients d'élasti-
cité, certains produits (riz et mil) ont une consommation qui a atteint
son seuil de saturation. Dès lors, une augmentation des dépenses alimen-
taires ne se traduira pas par un accroissement proportidnnel de la con-
sommation de ces produits. Dans l'ensemble, il classe les produits en
trois catégories.
(2) ELASTICITE DES PRODUITS ALIMENTAIRES
Mil et riz........................
O~40
Viande............................
2,16
Su cre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ . . . . . . . .
1, 24
Poisson sec •••.••....•.•.••.•...•. - 0,93
(1)
BOUTILLIER et CANTRELLE,o La moyenne va 11 ée du SENEGAL
Etude socio-économique, PUF, Paris 1962.
(2)
J~ Y. WEIGEL, op cité page 68.

- 13i -
GRAPHIQUE N° 7
MIL et RIZ
y - 48 x O. 4
1500
VI A\\IDE : y = 0,000065 x 2,19
i
1375
1250
1)00
800
1
')00 .
100 1
200
2916
3500
4000
sono
2916
3500
4000
5000
SUCRE: y == 0,01> 1.24
POISSON SEC: y _ 486619 )( - 0 ,93
. / 250
200
200
100
100
2916
3500
4000
sono
2916
3500
4000
5000

- 139 -
- Il Y a des produits qui ont une élasticité inférieure à
zéro, comme le poisson sec;
- Ceux qui ont une élasticité comprise entre 0 et 0,5
comme le riz et le mil ;
Ceux qui ont une élasticité supérieure à 1, comme la
viande et le sucre.
L'élasticité négative pour le poisson sec montre la régression
de sa consommation quand les dépenses alimentaires àugmentent, justifiant
d1une part l'abandon progressif des plats traditionnels, dont la prépara-
tion nécessitait souvent llacquisiticn de ce produit, d'autre part, le
déficit en poisson frais qui a entrainé une chute importante de Ta produc-
tion de poisson sec. Par contre, l'élasticité positive pour le sucre et:'
la viande (voir courbe) traduit l'accroisiement de leur consommation au
fur et à mesure que les dépenses alimentaires augmentent. En effet, l'uti-
lisation du sucre, réservée au début au seul café matinal, sera élargie
aux autres plats traditionnels (50mbi par exemple ou, à un moindre niveau,
au lait caillé, au couscous, Fouto Ndo Khati). Tandis que pour la viande
ce phénomène peut se justifier pour trois raisons :
L'émergence de boucherie villageoise qui facilite
l'acquisition du produit
- La généralisation du système du TOntonj€
(1) qui
n'intervenait dans le passé que lors des grandes fêtes
ou manifestations locales; Le produit était considéré
alors comme un bien de luxe ;
(1)
Distribution de viande fraiche aux différentes familles
moyennant une certaine somme d'argent, dont le montant,
fixé d'un commun accord, est variable selon la quantité
de vi ande reçue.
...

- 140 -
- La substitution progressive de la consommation de viande
à celle du poisson devenu plus difficilement accessible à cause du déficit
de la production piscicole locale.
En conséquence, la tendance générale consiste à favoriser
l'alternance entre un régime alimentaire céréalier à base de poisson et
un régime à base de viande. Les conditions d'une telle alternance seront
déterminées par la rareté relative des deux biens.
Dans l'ensemble, les dépenses alimentaires représentent une part
importante de 1lépargne migratoire (elles peuvent varier entre 66 et 72 %)
(1) des dépenses totales au niveau de 1 1uni té de production fami liale) •
Ce phénomène traduit sans doute l'ampleur de déficit vivrier local dont
la conséquence logique est une évolution des habitudes alimentaires et
le passage d'un modèle de consommation plus urbain. Cette évolution
dépendra, outre la rapidité de mutation des habitudes de consommation
traditionnelle, du mpntant des sommes affectées aux autres dépenses.
Ces dépenses n'ont pas un caractère alimentaire et répondent
généralement à des objectifs divers et occupent au total 28 % (2) des
dépenses totales.
Elles concernent généralement les cérémonies traditionnelles
. .
.
. .
(mariage, Niakha, baptême, Siyindé, deuil, Kallé). Celles-ci obéissent
souvent aux relations de parenté, aux rapports de clientélisme et de
dépendance, entraînant parfois d'importants flux d'argent dont il est
difficile d'évaluer la valeur exacte (3).
(1)
J. Y. WEIGEL, op cité
(3)
WEIGEL évalue à 3,2 %
des dépenses totales
(2)
Selon WEIG~EL~
--~~---'--=~~~-=------

- 141 -
Par exemple t le mariage d'un jeune émigré peut représenter
un coût total de plus de 500 000 francs CFA, soit l'économie d'un à deux
ans de travail à l'étranger. Cette somme doit être réévaluée à la hausse,
si l'on tient compte de la participation des parents proches au Kouyé (1)
le jour même du mariage.
Par ailleurs, les cérémonies de deuil peuvent entraTner des
dons d'argent non négligeables (qui peuvent se situer entre 300 000 et
1 000 000 CFA) pour la famille du défunt. Ces sommes, qui peuvent varier
selon l'importance du rôle de la personne dans la société, témoignent
ainsi de la compassion des autres membres de la communauté à la douleur
de la famille du défunt. Ainsi, la présentation des condoléances s'accom-
pagne toujours d'une somme d'argent, si modique soit-elle.
Dans cette rubrique, il faut retenir les dépenses pour l'entre-
tien du Ka et de construction, les dépenses vestimentaires et d'achats de
bijoux, de bétail, les dépenses pour l'achat de matériel agricole.
Généralement, les dépenses de construction sont les plus impor-
tantes, l'émigration ayant eu comme conséquence l'émergence d'un habitat
plus moderne en zone SONINKE. Dans la généralité des cas, un émigré a déjà
construit une maison neuve dont le coat total peut atteindre 5 000 000 CFA,
si la maison est située en centre urbaîn (DAKAR)t ou 3 000 000 CFA quand
il s'agit d'une construction au niveau local.
(1)
Don d'argent pendant les cérémonies de mariage.

- 142 -
» Les dépenses de construction qui augmentent plus que propor-
tionnellement aux dépenses totales et en ce sens sont nettement plus
» élastiques" que celles des achats de bétail
(élasticité rapportée ~
la dépense totale), indiquent que pour la tranche des hauts revenus, si
les investissements en bétail ne sont pas abandonnés, ils ne sont plus
privilégiés, au contraire des dépenses de construction matérialisées par
des bâtiments à terrasses ". (1) Tandis que Il la proportion importante
d'achats de bijoux dans les dépenses totales s'explique par l'appropria-
tion d'une partie de l'épargne de la migration par les femmes" (2).
Par ailleurs, les dépenses vestimentaires qui sont sans doute
les plus anciennes occupent une proportion moins importante des dépenses
totales, 1,3 % ; L'ampleur des dépenses alimentaires les a reléguées au
second plan.
Outre les dépenses sociales et matérielles, il faut retenir les
dépenses liées au transport qui ont un caractère beaucoup moins régulier
et concernent les déplacements des migrants soit à DAKAR, BAKEL ou MATAM
pour l'établissement de certaines pièces judiciaqlres ou la perception des
allocations familiales. Parfois elles concernent les déplacements vers
l'étranger et occasionnent souvent un endettement non négligeable des
migrants.
Toutefois, par rapport aux autres dépenses, les dépenses ali-
mentaires occupent une place privilégiée, justifiant le maintien du ni-
veau d~ vie locale et le rôle stabilisateur des revenus migratoires qui
atténuent le désajustement entre la production locale et la satisfaction
des besoins de consommation alimentaire. Mais la destination alimentaire
des flux migratoires permet en même temps la survie des populations loca-
les face à la déficience persistante de l l agriculture traditionnelle.
(1) &(2)
J. Y. WEIGEL, op cité page 85.
• • t

- 143 -
CONCLUSION
UN DEFICIT VIVRIER PERSISTANT
:-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=
Les mouvements migratoires actuels constituent un fait dominant
dans la vie socio-économique des SONINKE de la moyenne vallée. En effet,
l'extravertion de l'économie traditionnelle et la persistance du déficit
alimentaire font de l'émigration un moyen de survie pour les populations
du GOYE et du HAIRE, favorisant en même temps l'achat de biens produits
à l'extérieur, pour remédier aux insuffisances de la production locale,
conséquence de plusieurs années consécutives de déficit pluviomètrique. Ce
Phénomène est justifie par le témoignage d'un paysan que nOU3
rapporte ADAMS (1) : Il Maintenant, la pluie ne vient pas. Si tu cultives,
tu ne gagnes rien. Si tu sèmes le mil, il ne sort pas. Slil sort, ~l
sèche, il ne mûrit pas. Nos enfants vont jusqu'à Pàris travailler pour
les Tùbab, pour gagner de l'argent et nous apporter quelque chose. Nous
achetons:du mil. Nous achetons du riz, nous achetons de 1 'huile, de la
viande, du poisson. Tout, tout, nous l'achetons; C'est ainsi que nous
vivons maintenant. Nos enfants nous font vivre en nous envoyant de l'ar-
gent. Nous n'avons rien ici. Si tu cultives, quoi que tu fasses, tu ne
gagnes rien. Notre seul travail ici, c'est de cultiver; Si la. pluie ne
vient pas, on n'a rien. 1I
Ainsi, quoique l'émigration entraîne une ponction massive de
la main d'oeuvre masculine, il est difficile dans une situation de déficit
pluviomètrique d'évaluer l'impact de cette ponction sur le niveau de la
production, alors qu'au même moment elle permet, par les revenus qu'elle
génère, de maintenir la consommation alimentaire à un niveau satisfaisant.
(1)
A. ADAMS, LA TERRE ET LES GENS DU FLEUVE
Op cité page 83.

- 144 -
Mais, ce qui paraît fondamental dans la société SONINKE actuelle
du fleuve, c'est la persistance du déficit vivrier, résultat d'un déséqui-
libre entre une production locale qui se situe à un niveau très bas par
rapport aux besoins de la communauté et une consommation alimentaire qui,
avec l'afflux des revenus migratoires, s'oriente de plus en plus ve~s
des produits importés ou urbains. Peut-être que la politique irriguée,
introduite en zone SONINKE par la SAED dans les années 70, pourra remédier
à ce phénomène.

- 145 -
2e Partie
IRRIGATION
ET
SECURITE ALIMENTAIRE

-
l"tU
-
GOUMAL -
CARTE nOS
Petits périmètres irrigués
villageois (PlV) en zone
SONlNKE.
WAOUNDE -
ZONE
DE
MATAM
HADABERE - - -
1
L
GANDE
-
DEMBANKANE - -
1
1
1
GALLADE - - - - - - - -
MOUDERl - - - - - - - - - : . . . - -
1
DlAWARA - - - - - - - - - -
YELINGARA - - - - - - - - - -
MANAEL - - - - - - - -
ZONE
DE
~KEL
TIYABOU - - - - - - - - - -

BAKEL - - - - - - - •

- 147 -
1NTRODUCT ION
L'agriculture irriguée, dans la vallée du fleuve SENEGAL, va
s'étendre dès le milieu des années 70 à la zone SONINKE de la moyenne vallée
se fondant tout d'abord sur une politique de maîtrise de l'eau, pour assurer
la sécurité alimentaire des populations locales, même si à long terme le
projet de culture irriguée vise des objectifs plus ambitieux (1).
Mais )le trait distinctif de l'intensification agricole, initiée
.
~
par les paysans SONINKE dès 1974 avec l'aide dQVCIDR et consolidée par les
responsables de la SAED, tient au fait qu'elle ne repose que sur un seul
type d'aménagement agricole: les périmètres irrigués villageois (PlV) (2).
(1)
Selon le programme "intégré, le but essentiel de la
culture irriguée est de li procurer aux populations
de la vallée du fleuve SENEGAL une alimentation de
base adéquate et des revenus monétaires croissants,
leur permettant de dépasser l'économie de subsistance
aléatoire dans laquelle elles vivent pour entrer dans
une économie moderne de consommation Il.
Cité dans LE LONG VOYAGE DES GENS DU FLEUVE.
A. ADAMS, op cité page 191.
(2)
"Il s'agit d'opérations de petite envergure (les PlV,
périmètres irrigués villageois de 10 à 25 ha), mettant
. en oeuvre des moyens très faibles, utilisant des condi-
tions naturelles ponctuelles particulièrement favorables
(terres exondées en bordure du fleuve, sols FoOnde légers
et non précédemment exploitées, proches du village) et
faisant appel surtout à la participation bénévole des
populations (investissement en travail manuel très impor-
tant) auxquelles on offre un groupe motopompe ".
EVALUATI ON ECONO~H QUE .DL L1AMENAGEMENT DE LA RI VE
GAUCHE DU FLEUVE SENEGAL, Rapport général page 7.

- 148 -
Dans notre présente étude nous essaierons de cerner :
- Les contraintes liées à la dimension technique, économique et
sociale du projet, au-delà des divergences de conception et du débat que
suscite l'instauration des petits périmètres irrigués villageois en zone
SONINKE.
- L'impact du projet sur les structures de production et de
consommation.
Enfin, le passage d'un modèle d'auto-consommation à un modèle
de surplus.
L'agriculture irriguée pourra-t-elle constituer une véritable
alternative à l'émigration SONINKE actuelle, ou au contraire, continuera-
t-elle à s'appuyer sur un compromis dynamique entre flux migratoires et
développement agricole?
Dans 1lun ou 1lautre cas, il s'agira de s'interroger sur les
capacités de mutation de la société SONINKE traditionnelle face au change-
ment (n.
(1)
" La présence des populations attachées à leurs
techniques, à leurs coutumes, à leurs droits de
propriété, était un.obstacle à la réalisation
de grandes entreprises agricoles ".
Cité dans LA VALLEE DU SENEGAL,
Agriculture traditionnelle et riziculture mécanisée.
ST LOUIS IFAN, 1.952, page 278, L. PAPY.

- 149 -
CHAPITRE l
LES PERIMETRES IRRIGUES VILLAGEOIS (PLV)
=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=~=
l APPROCHE HISTORIQUE
Dès 1974, .la SAED va se voir confier par le gouvernement Séné-
galais, la responsabilité de la mise en valeur de toutes les terres de la
vallée du fleuve qui s'étendent de Saint-Louis à la frontière Malienne. Elle
voit ainsi s'étendre sa zone d'intervention aux départements de MATAM et de
BAKEL, èet événement est le résultat d'un long processus historique.
En effet, 1 'histoire de la culture irriguée. dans la vallée du
fleuve peut se résumer en trois phases.
""\\
."
J
La première phase date de la création;, en 1982, __dti casier de
" _ . ér •
Richard TOLL, jusqu'à l'indépendance du SENEGAL,:marquéê surtout par la
submersion contrôlée avec les premiers véritables aménagements, à partir
de 1939, grâce à une mission chinoise qui crée un colonat à GUEDE et la
transformation de la cuvette de Richard ïOLL, bien adaptée à la submersion
contrôlée, en un périmètre rizicrile de 6 000 hectares à partir de 1945,
dont l'exploitation allait être confiée à la société de développement de la
riziculture au SENEGAL (SORS) (1). Cette phase n'avait pas abouti à des
résultats convaincants malgré la performance des techniques rizicoles
nouvelles
du projet de la mission d'aménagement du SENEGAL (MAS), qui
intervenait dans la région depuis 1920.
(1)
EVALUATION ECO~OMIQUé ·DEL1AMENAGEMENT DE LA RIVE
GAUCHE DU FLEUVE SENEGAL, Papport général, page 6.
Le cahier va être repris en 1970 par la compagnfe
sucri ère.

- 150 -
" Les superficies irriguées en valeur ont été quadruplées entre
1953 et 1960, passant de moins de 1 500 à 5 400 ha. 1I (1)
La deuxième phase va commencer dès après l'indépendance du
SENEGAL, en 1960, et s'étendre jusqu'en 1970. L'indépendance du pays
n'entraînera pas de changements majeurs dans la technique d'irrigation
où la pratique de la submersion contrôlée reste dominante. Toutefois, il
faut retenir la naissance de deux sociétés régionales: L'une qui va inter-
venir dans la zone du delta, l 'DAD (organisation autonome du Delta) et
l'autre dans le reste de la vallée, l'·DAV (organisation autonome de la
va 11 ée).
Mais la décision d'entreprendre une riziculture à grande échelle
dans le Delta avec un objectif qui consistait à mettre en valeur une super-
ficie de 30 000 ha en dix ans, allait conduire à la naissance, à partir de
1965, de la société d'Aménagement et d'Exploitation des terres du Delta
(SAED) (2), qui va ainsi remplacer l'DAD pour l'aménagement et le peuple-
ment du Delta. Mais les résultats ont été peu probants; Ainsi, de 1965 à
1970, seulement la 000 ha des 30 000 ha de cuvettes initialement prévues
ont été mises en valeur et cinq à six villages de colons ont été crées dans
le Delta. En outre, la mauvaise maîtrise de la submersion contrôlée devait'
entraîner une déperdition de 30 % de la récolte moyenne (3),
(1)
A. ADAMS, LE LONG VOYAGE DES GENS DU FLEUVE
Op cité, page 159.
(2)
Définie officiellement comme une société d'Etat
à caractère industriel et commercial.
(3)
A. ADAMS, op cité page 161.

- 151 -
Enfin~ la troisième phase qui s'ouvre à partir des années 70~ va
s'avérer décisive pour la SAED~ marquant l'avènement d'une nouvelle technique
d'aménagement de "type tertiaire"~ dont l'objectif demeure une maîtrise
complète de l'eau d'une part~ et d'autre part~ l'extension de la zone d'in-
tervention de la SAED à la moyenne vallée (1) et la création de nouveaux
types de périmètres irrigués~ aussi bien dans cette zone que dans le Delta.
Le prolongement de cette phase va constituer pour nous une période d1évolu-
tion importante, qui s'explique par l'accroissement, dès 1974, du champ
d'action de la SAED, concernant désormais toutes les terres irriguées de la .
vallée du fleuve et en particulier la zone SDNINKE de la moyenne vallée (2).
En outre, l'innovation dans la conception des aménagements hydro-
agricoles qu'entend promouvoir la SAED, ouvre une période d'orientation
nouvelle dans la politique irriguée, au niveau des départements de BAKEL
et de MATAM. En effet, toute la stratégie va éonsister à entreprendre des
opérations de petite dimension qui auront pour cadre les périmètres irrigués
villageois (PlV) dans une région qui, jusqu'ici~ semblait être ignorée par
le projet de mise en valeur de la vallée du fleuve SENEGAL : La zone
SONINKE de la moyenne vallée •
.
(1)
"En 1976, les surfaces contrôlées par la SAED représentaient
7 000 ha de terres aménagées en ma îtri se de l'eau, et en 1980,
15 000 ha répartis entre grands périmètres (12 ono ha) du Delta
(8 000 ha) et de la moyenne vallée (4 000 ha) et petits périmè-
tres de la moyenne vallée (3 000 ha). La submersion contrôlée
a totalement disparu à partir de 1978. Rapport général Page 7
(2)
Il s'agira aussi bien à MATAM qu'à BAKEL,"d'éduquer le
cultivateur de sorte qu'une fois l es barrages construi ts,
qu'il soit en mesure de procèder sans peine à sa reconver-
sion. D'ici là, nous devons l 'habituer à la ~igueur et la
discipline indispensables pour la culture rationnelle du
riz vers laquelle il devra se tourner, après la mise en eau
des barrages ".
Directeur de la société d'Etat SOLEIL.·du 5 février 1975,
cité dans LA TERRE ET LES GENS DU FLEUVE, page 126.

- 152 -
II
DES DIVERGENCES DE CONCEPTION A LA REALISATION DU PROJET
Petits périmètres irrigués villageois
L'introduction de la culture irriguée dans la zone,SONINKE de la
moyenne vallée ne connaîtra pas la même évolution selon les régions (voir
chapître préliminaire). En effet, si la SAED réus~it à partir des expériences
de petits périmètres de la SATEC, dans le département de MATAM, à élargir
ses activités dans la zone SONINKE du HAIRE, il n'en sera pas de même dans
le département de BAKEL où elle rencontrera une résistance paysanne conduite
par la fédération des paysans organisés en zone SONINKE de BAKEL (1), qui
prône une initiative de développement agricole paysanne fondée SIJr des struc-
tures collectives. L'émergence d'un développement agricole basé sur la créa-
tion des champs collectifs et de caisses collectives constituait un phénomène
nouveau au niveau des villages SONINKE concernés, mais ne sera pas conforme
à la stratégie de la SAED qui, bien qu'elle voyait~~ans la création des gr~u­
pements agricoles une manière de favoriser les solidarités villageoises,
entendait prôner des périmètres individuels de petite dimension et à carac-
tère familial. La confrontation à ce premier niveau entre la SAED et la
fédération va entraîner un système dualiste caractérisé par l'existence,
dans la plupart des villages du GOYE. de champs collectifs et individuels.
Les divergences vont porter. à un deuxième niveau. sur le partage
des responsabilités entre la SAED et les paysans et sur la nature des rela-
tions qu'ils doivent entretenir. La fédération prônait un développement
" libre. indépendant. paysan" qui. sans dépendre exclusivement du matériel
agricole de la SAED (engrais, semences, fongicides et machines motopompe),
permettrait d'avoir la possibilité de nouer des contacts avec n'importe
quel organisme qui serait habilité à lui apporter une assistance efficace,
serait-elle technique ou financière.
(1)
Voir règlement intérieur (Annexe).

- 153 -
En outre, la dépendance des paysans vis-à-vis de la SAED allait
faire apparaître une autre difficulté relative à la prise de décisions con-
cernant le cho!x des types de cultures à promouvoir dans la région. Pour
la fédération, il fallai~ privilégier, à côté de la culture irriguée du
riz et du maïs introduite par la SAED, d'autres produits tels que le mil
et le sorgho pour répondre de manière plus adéquate à la demande céréalière
locale, mais sans que cela n'entraîne pour autant un abandon des cultures
traditionnelles sous pluie. D'ailleurs, cela apparaît clairement dans
l'explication du Président de la Fédération: Il Utilisation des cultures
irriguées comme complément des cultures vivrières sous pluie, comme se-
cours vivrier si les pluies sont mauvaises, comme source de revenus et
moteur de développement si les pluies sont suffisantes Il. Et il poursuit
en expliquant que Il la culture du riz a été introduite au pays il y a
trois ans seulement. C'est une culture qui demande des soins et des frais;
nous ne pouvons pas nous permettre d'y consacrer toutes nos surfaces irri-
guées. En terme de bénéfice par hectare, le maïs, par exemple, nous rapporte
beaucoup plus ( ••• ). C'est le couscous qui fait vivre notre pays. Délaisser
le mil, le sorgho, le maïs, pour le riz .•• serait un désastre ". (1)
Alors, la réalisation du projet Il petits périmètres irrigués
villageois Il par la SAED va conduire, avec la résistance des paysans, à
i 'émergence d'un système cultural fondé sur trois types de cultures:
- Les cultures sous pluie,
- Les cultures irriguées,
- Les cultures de ~écrue.
Dès 1978, la plupart des villages SONINKE de la rivé gauche
slassociaient au programme de culture irriguée de la SAED avec des variantes
dans la zone du GOYE où certains villages maintiennent le fonctionnement des
champs collectifs à côté des champs individuels familiaux.
(1)
JABE sa, Lettre adressée au Directeur de la société
d'Etat, citée dans la terre et les gens du fleuve;
ADAMS. 1985. oaae 150.

- 154 -
L'objectif fondamental pour ces populations consiste à réduire
à court terme le déficit alimentaire local en assurant une production plus
suffisante et plus adéquate aux besoins vivriers.
Cependant, l'introduction de la cuJture irriguée dans une société
traditionnelle comme la nôtre revêt un caractère novateur qui n'est pas sans
soulever des contraintes au triple plan technique, économique et social.
III
L'ANALYSE DES CONTRAINTES
» Pour un sociologue, la modernisation des exploitations agricoles
est un fait social avant d'être un fait économique ou technique, etc ... Cela
veut dire qulen modernisant leur exploitation, les agriculteurs expriment
des comportements, des valeurs et mettent en jeu des mécanismes sociaux Il.(1)
En effet, l'introduction de l'agriculture irriguée dans la zone
SONINKE de la moyenne vallée n'est pas sans susciter des comportements nou-
veaux de méfiance et de prudence de la part des notables et des autorités
villageoises. Ce fait peut s'expliquer par l'attitude de la société tradi-
tionnelle face à l'innovation dans la mesure où celle-ci est susceptible
de remettre en cause la hiérarchie sociale préétablie et peut aller à
l'encontre du fonctionnement normal des structures villageoises (2).
(1)
P. BOISSEAU, SOURCE DE L'INNOVATION DANS LES
EXPLOITATIONS AGRICOLES
Il La modernisation des exploitations agricoles vue
par un sociologue ", page 1.
(2)
Robert BADOUIN - Il Dans la mesure où les sociétés
traditionnelles sont hiérarchisées, ceux qui occupent
le sommet de cette hiérarchie bénéficient d'une situa-
tion avantageuse qu'ils désirent conserver. Comme ils
possèdent la maîtrise de la vie sociale à travers leur
pouvoir de médiation, l 'autorité que leur reconnaît la
coutume dans l'organisation des activités économiques,
et la disDosition du surolus. il lPII\\" ~~+ 1,..; .. ';\\,,'- ..ll __ ~

- 155 -
Bien que la mise en place de structures nouvelles de production
agricole visait avant tout à intégrer la communauté villageoise (1), celle-
ci devait susciter de nombreuses réticences puisque la.création de groupe-
ments agricoles (2) ne va pas reposer sur une reproduction totale de la
hiérarchie sociale des villages concernés. Dans certains cas, le recrute-
ment des responsables du groupement agricole s'opère au niveau de toutes
les castes de l'organisation sociale, le rôle de pompiste revenant souvent
à un -habitué de 1 leau- pêcheur, tandis que les fonctions de Trésorier et
de Président sont attribuées parfois à des anciens émigrés qui savent lire
et écrire et qui témoignent généralement de la confiance des autorités tra-
ditionnelles. Dans ce ca~,_" il peut y avoir adéquation à peu près parfaite
entre bureaux et autorités traditionnelles, d'où il peut résulter une gestion
assez autoritaire du périmètre li (3)~
(1)
li
Notons ici que si la formule siest imposée lors de la
formation des premiers groupements agricoles, c'est parce
que l'expérience avait montré qu'un in"estissement produc-
tif à titre individuel au sein de la société villageoise
n'avait aucune chance de fructifier; travail et capital
étaient dévorés par les devoirs de solidarité et d'entre-
aide ".
A. ADAMS, op cité page 185.
(2)
Le groupement agricole est dirigé par un bureau composé
d'un Président, un vice-Président, un Trésorier et trois
ou quatre autres membres. Il est issu d'une élection-
cooptation au sein du village. Le bureau est chargé:
- D'organiser les travaux collectifs par équipe (entretien
et réparations de réseaux d'irrigation) ;
- D'organiser la distribution de l'eau;
- De passer les commandes de tous les intrants et dlen
assurer la distribution ;
- De collecter auprès des exploitants les charges et
redevances ;
- Enfin, d'assurer la liaison entre 1 'organisme de tutelle
et les exploitants.
Etude socio-économique, partie C, page C II 14.

- 156 -
Mais quand les autorités villageoises n'ont aucun droit de
regard ou de contrôle sur les décisions que prennent les membres du bureau,
ils perçoivent l'instauration du groupement agricole comme quelque chose
d'astreignant qui leur est imposé par les autorités administratives et
auquel elles doivent se soumettre. Ainsi, la création de groupements agri-
coles est alors considérée comme un événement nouveau, entraînant l'émer-
gence d'une nouvelle classe d'hommes dont l'autorité remettra en cause le
pouvoir traditionnel des notables.
Selon ADAMS, 1/ Les réticences à l'égard dé groupements agricoles,
à l'intérieur de la société villageoise, sont surtout le fait de ceux qui
tendent à constituer une couche de nouveaux notables, investissant pour
eux-mêmes des gains provenant souvent de l'émigration des autres, et
cherchant à établir des liens personnels avec des cadres' de l'administra-
tion locale et nationale. On peut donc déceler un début de reproduction,
à l'intérieur des villages, des divisions de classes de la société Sénéga-
laise dans son ensemble; mais ce sont là des virtualités, non des facteurs
déterminants à l' heure actuell e 1/ (1).
Par conséquent, la peur de perdre leurs prérogatives foncières
et leur rôle dominant dans la société villageoise,. amène certaines familles
à se doter de plusieurs parcelles dans les périmètres irrigués alors qu'au
même moment, d'autres familles ne bénéficient que d'une parcelle, ou nlen
possèdent pas du tout, conduisant à d'énormes inégalités dans la réparti-
tion des parcelles. Ce phénomène d'accaparement des parcelles qui est
d'ailleurs contraire à l'esprit du projet des petits périmètres irrigués
villageois, constitue pour certaines familles le seul moyen de recours
pour maintenir leur pouvoir social et foncier traditionnels sur les autres
groupes de la communauté.
(3)
Etude socio-économique, Partie C, page C II 16.
(1)
A. ADAMS, LE LONG VOYAGE DES GENS DU FLEUVE
Op cité page 185.

TABLEAU N° 3 fi
COUTS MONETAIRES D'EXPLOITATION (1) EN CULTURE IRRIGUEE
(MOUDERI - ZONE DE BAKEL)
(
-:
--~-
~-
~
~
:
-
)
(
:
SAISON SECHE 1978-1979
:
HIVERNAGE 1979
)
(
Postes de dépense
:-------------------------------------------:-------------------------------------------)
(
:
Par exploitation:
Par hectare
:
Par exploitation:
Par hectare
)
(
:
(en fr. CFA)
:
(en fr. CFA)
:
(en fr. CFA)
:
(en fr. CFA)
)
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
0
- - - - - - - - - - - - - - _ . _ -
o
~
- o
)
..
..
..
..
(
(
0
o
'
0


. )
( Irrigation
;
;
;
;
).
0
0
0

)
(
..
..
..
..
(
. Hui le ..••••.••.
4 5 5 :
1 0 8 3 :
8 1 9 :
1 365
)
0


.
:
(
. Gasoil. •.•.•••.•••
:
1575
:
3750
:
15604
:
26007
)
(
• Pompiste...........:
3 5 0 :
8 3 3 :
4 5 0 :
7 5 0 )
(
Entretien de la
:
4 214
:
10 033
:
4 214
:
7 023
)
U1
(
• motopompe..........:
:
:
:
»
co
(
..
..
..
..
..
..
..
..
(
TOTAL..............:
6 594
:
15 699
:
21 087
:
35 145
)
(
.
' .
.
.
)
..
..
..
..
( Engrais................:
2 140
:
5 095
:
9 135
:
15 225
)
( Semences...............:
1 552
:
3 695
:
3 967
:
6 612
)
(Salaires...............:
8 085
:
19 250
:
11970
:
19 950
)
( Amortissement de
:
1 273
:
3 '031
:
1 273
:
2 122
)
( la motopompe...........:
:
:
:
»
(
..
..
..
..
..
.
..
..
(
TOTAL..............:
13 050
:
31071
:
26 345
:
43 909
)
(
.
.
.
.
)
..
..
..
..
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
0
- - - - - - - - -
0 _ -
0
0
)
..
..
..
..
(
(
TOTAL
:
19 644
:
46 770
:
47 432
:
79 054
)


0

)
(
..
..
..
..
(1)
Y. WEIGEL, op cité page 117.

TABLEAU N° 37
DEPENSES DE FONCTIONNEMENT
(1984-1985) (1)
{
:
:
}
(
:
1984
:
1985
)
(
RUBRIQUES
:-------------------------------------------:-------------------------------------------)
(
:
Périmètre de
:
Périmètre de
:
Périmètre de
:
Périmètre de
)
(
:
DEMBANKANE 1
:
DEMBANKANE II
:
DEMBANKANE 1
:
DEMBANKANE II
)
(--------------------------_._-------------------_._-------------------_._-------------------_._--------------------)
·
.
.
.
(
.
.
.
.
)
·
.
.
~.
( GAS OIl..............
:
664 6 0 0 :
Il
:
644 000
:
644 000
)
(
.
.
.
.
)
·
.
.
.
Ul
lO
. ( HUILE................:
14 0 7 0 :
Il
:
65 000
:
70 362
)
(
.
.
.
.
)
·
.
.
.
( TRANSPORT............:
31 5 0 0 :
Il
:
71 600
:
88 700
)
(
.
.
.
.
)
·
.
.
.
( PIECES DETACHEES.....:
2 6 5 0 :
Il
:
3 000
:
9 900
)
(
.
.
.
.
)
·
.
.
.
( FRAIS DIVERS.........:
19 0 0 0 :
Il
:
52 700
:
15 200
)
(
.
.
.
.
)
·
.
.
.
(
TOTAL. • • • • • • • •. :
731 820
:
836 300
:
828 162
)
(
.
.
.
.
)
·
.
.
.
(1)
Cahier des comptes des Périmètres de DEMBANKANE.

- 160 -
D'autre part, il faut retenir celles relatives aux consommations
intermédiaires (engrais, semences .•• ). En outre, la nature des dépenses peut
.varier selon les produits et les saisons tel que l'illustre le tableau
n.o 36 .
Les dépenses liées à l'irrigation proprement dite, Gas Oil,
entretien de la motopompe, sont importantes mais, globalement, les produits
intermédiaires induisent comparativement un coût plus élevé (19 644 contre
6 594 puis 47 432 contre 21 08.7). Contrairement à l'irrigation d'hivernage,
l'irrigation de saison sèche entraîne des coûts moins importants, aussi
bien par llexploitation que par hectare. Il C'est la culture de saison
sèche qui connaît les consommations intermédiaires et les frais d'exploita-
tion les plus bas: à une différence de 50 %des superficies cultivées entre
la saison sèche et l 'hivernage correspond une différence de 216 % (fra~s
d'exploitation et consommation intermédiaire groupés) ". (1)
Par ailleurs, selon 1 lenquête effectuée au niveau des périmètres
urlgués de DEMBANKANE, le coût monétaire de la culture irriguée peut être
estimé entre 700 000 et 850 000 francs CFA par périmètre irrigué pendant
1'hivernage (voir tableau n037
). Si nous tenons compte des frais d'engrais
et du coût de la main-d'oeuvre que l'on peut estimer à 10 000 francs CFA par
exploitation, ce coût peut être estimé à un million de francs CFA par péri-
mètre.
b)
Les contraintes financières
Ainsi, le passage d'un système traditionnel au système irrigué
entraîne l'apparition de coûts d'exploitation, aussi bien au niveau indi-
viduel (voir tableau ne' 36 ) que collectif (voir tableau nO 37 ) qui provien-
nent de la SAED.
(1)
J. Y. WEIGEL, op cité page 113.

- 161 -
. TABLEAU N° 38
DEPENSES DE L'EXPLOITATION (1) FAMILIALE
(en Fr. CFA)
(
:
)
(
Postes
:
1984
:
1985
)
(---------------------------------:--------------------:--------------------)
(
)
( Gas Oi1....................
12 500,00
12 500,00
)
( .
)
. ( Engrais....................
9 400,00
8 271,42
)
(
)
( Main d'oeuvre employée.....
25 000,00
29 400,00
)
(
)
( Autres *...................
1 437,50
084,30)
(
)
(
TOTAL. • • • • •• • •
48 337,50
51 255,72
)
- (
)
* Dons, salaires du pompiste qui s'élèvent à 500 F CFA par exploitation.
(1) Enquêtes effectuées au niveau de 8 unités d1exploitations familiales.

- 162 -
Ce coût représente une contrainte financière pour les paysans
SONINKE. Par exemple, l'exploitation des périmètres irrigués de DEMBANKANE
impose à chaque paysan qui possède une parcelle irriguée, une cotisation
annuelle de 10 à 12 000 francs CFA, pour faire face aux différentes dépenses
qu'exige le fonctionnement de ces périmètres; Mais en plus de ces dépen-
ses collectives, l'exploitation familiale doit effectuer d'autres dépenses
concernant l'engrais et l'achat de gas oil (voir tableau page 161
).
Pour l'ensemble, les dépenses de l'exploitation sont financées
grâce aux revenus migratoires et aux envois de mandats en provenance de la
FRANCE et d'AFRIQUE. La destination productive de 'Iépargne migratoire
atteint des proportions de plus en plus importantes au fur et à mesure de
l'évolution des coûts ·de production au niveau de la parcelle irriguée.
Pa r conséquent, 1"appa rit i on des coûts monéta ires dl expl oitati on
dans le système de production SONINKE pourra attribuer aux revenus migratoires
un rôle essentiel pour le développement de la culture irriguée dans la région.
Cependant, en plus de cette contrainte d'ordre économique et financier, la
culture irriguée induit une autre contrainte liée à l'introduction de nou-
velles techniques de production.
A l'opposé du système traditionnel, l'agriculture irriguée intro-
duit l'utilisation de nouveaux procédés de production qui entraînent l'appa-
rition de contraintes sur le plan local.
Généralement, les périmètres irrigués villageois ont pour sites
les sols Hollaldé, ou faux Hollaldé et les sols Foonde. Dans l'ensemble, ces
terres sont dures et lourdes; Elles
présentent souvent le caractère de
sols sablonneux, argileux, dont la préparation avec des moyens traditionnels,
pose d'énormes problèmes au niveau du
planage des sols et du nivellement des
terres~

- 163 -
Ce phénomène, selon l'étude socio-économique, n'est pas propre
aux seuls périmètres de la zone. De plus en pl '1S, les paysans -surtout
ceux des petits périmètres- cherchent à parer au mauvais planage en pro-
cédant eux-mêmes à un affinage manuel à l'aide de leurs instruments tra-
ditionnels. Ainsi, sur 400 parcelles suivies pendant 1 'hivernage 1978 ~t
réparties sur des petis périmètres ayant déjà réalisé au moins une campagne~
307 d'entre elles (soit 75 %) ont reçu un affinage manuel du planage afin
d'améliorer la maîtrise de l'eau.
La préparation des sols et la maîtrise de l'eau semblent être
deux phénomènes fondamentalement liés. Dans la plupart des cas, les pay-
sans SONINKE, ayant des prédispositions et une expérience plus grandes pour
les terres sablonneuses (Fôonde), préfèrent la mise en valeur de ces types
de sols plus légers que les sols lourds,'qui nécessitent des moyens de pro-
duction plus mécanisés. Mais le choix de cette catégorie de sols, souvent
inadéquats à la culture du riz inondé, entraîne des pertes d'eau très impor-
tantes à cause de leur grande perméabilité. Pour éviter ce phénomène de
gaspillage d'eau, des divergences apparaissent entre planificateurs de la
SAED et paysans, qui préfèrent s'adonner à la culture du maïs, dont les
besoins en eau sont moins importants.
La mauvaise maîtrrise de l'eau peut être due à plusieurs facteurs
dont
- Le manque d'études préalables détaillées des sols ;
- Le manque de nivellement des champs où les agriculteurs ont
reconnu qu'ils ne pouvaient pas irriguer èertaines parties de leurs exploi-
tations, car le fossé était trop bas ou il fallait traverser une dépression
au milieu d'un champ. La majeure partie de ces endroits (chenaux et marécages)
ne se rechargent pas dumnt le saison des pluies. (1)
(1)
Rapport sur les petits périmètres irrigués de BAKEL
Université d'Etat de tLTTAH, janvier 1982

- 164 -
- Le mauvais fonctionnement des groupes motopompes, lié soit à
l'obsolescence très rapide de ceux-ci, 'soit au manque périodique de carbu-
rant, qui entraîne des ruptures régulières dans la distribution de l'eau.
- L'inefficacité du système de canalisation qui n'assure pas
une bonne conduite de l'eau jusqu'aux parcelles. Les agriculteurs, maîtri-
sant très mal les techniques d'endiguement et disposant de moyens très
rudimentaires pour le faire, on assiste à une mauvaise conservation de l'eau
qui entraîne des eaux de ruissellement.
- La mauvaise organisation de la distribution de l'eau au niveau
des parcelles individuelles dont la conséquence est l'apparition de cours
d'eau très espacés, liés à des accidents de conduite d'eau (1).
- Enfin, le niveau bas du niveau du fleuve dans son lit, pendant
la saison sèche, pose souvent des problèmes d'approvisionnement en eau pour
la culture irriguée de contre-saison.
Par ailleurs, il y a une forte liaison entre l'approvisionnement
des parcelles en eau et les autres opérations culturales: désherbage,
épandage des engrais, semis ou repiquage, qui imposent aux paysans des
contraintes quant au respect du calendrier cultural. Ainsi, tout incident
ou retard qui intervient au niveau d'un maillon de la chaîne peut avoir
des conséquences graves au niveau de la production et des rendements.
Au total, le succès de la politique d'irrigation dans la zone
SONINKE dépendra de la capacité des agriculteurs de vaincre les différents
obstacles que nous venons d'appréhender et qui constituent de véritables
contraintes, aussi bien sur le plan social et économique que technique.
(1)
Selon l'étude socio-économf,que, 32 %des parcelles enquêtées
ont été' touchées par ce type a'accident, sous forme 'de manque
d'eau etT7% sous forme d'excès d'eau. Etude socio-économique
partie C, page C III 25.

- 165 -
L'existence de ces contraintes est liée à la rigidité des
structures sociales traditionnelles et à l 'ignorance, par les agriculteurs,
des techniques modernes de production agricole et des méthodes de gestion
élémentaires. ~1ais l'instauration de' la culture irriguée en zone SONINKE
aura un imp~ct certain sur la production et la consommation locale.
CHAPITRE II
L'IMPACT DES PERIMETRES IRRIGUES SUR LA PRODUCTION
=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-
ET LA CONSOM~ATION 'LOCALE
=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=
l
L'EVOLUTION DE LA PRODUCTION
L'avènement récent de la culture irriguée rend difficile toute
tentative dUévaluation des changements qui ont affecté les structures du
système foncier local.
Néanmoins, il est important de souligner avec WEIGEL, que (1)
" l'drganisation foncière des périmètres irrigués, qui relève d'un principe
égalitaire des superficies entre les exploitants, est en opposition avec
.
.
.
les rapports fonciers traditionnels inter-castes ". Peut-être est-ce pour
contourner cette opposition que la répartition des parcelles au niveau
des périmètres irrigués reproduit fidèlement l'organisation foncière!!
familiale ou lignagère.

- 166 -
En effet, la réalisation de l'objectif de sécurité alimentaire
exigeait que l'on accorde à tous les agriculteurs le droit d'utilisation
ou d'exploitation d'un facteur de production particulier, la terre. Cela
exige que chaque paysan dispose à sa demande d'une parcelle irriguée.
Mais l'apparition de la culture irriguée a crée souvent un
comportement de méfiance ou de réticence des propriétaires fonciers tradi-
tionnels (clans, Hooro, nobles). ces derniers, craignant que cette innovation
ne vienne les déssaisir de leur terre et entamer· leur pouvoir foncier au
profit des autres cl ans (Kàmo, captifs, Nyakhama la, artisans). B:r.en que
les périmètres irrigués aient pour sites géographiques les terrains Foonde
où les règles foncières sont plus laches par rapport aux terres de décrue.
Ainsi, le principe de l'allocation à chaque Ka (ou unité de pro-
duction) d'une ou de plusieurs parcelles, selon sa taille,· ne sera pas tota-
lement observé par certaines familles à cause, soit de leur situation sociale
privilegiée ou de leur accés à la maîtrise foncière. Ce phénomène conduit
parfois à des inégalités non négligeables dans la répartition des parcelles
irriguées entre les différentes castes de l'organisation sociale villageoise.
Notre enquête, effectuée à DEMBANKANE (HAIRE) dans le département de MATAM
au niveau de 20 unités de production, reflète bien cette situation.
Dans l'ensemble, les clans Hàoro (nobles) assurent la gestion
foncière d lune partie importante des terres (47,5 % des terres Foonde ou
Jeeri et 71,4 %des terres Waalo) par rapport aux autres clans captifs et
artisans réunis (52,5 %des terres Foonde et 28 % des terres Waalo) •
. . .

- 167 -
TABLEAU .N° 39
..
.
- . .
. .
.
STATUT SOCIAl·ET MAITRISE FONCIERE A DEMBANKANE (HAIRE}
(
)
(
:
Terre
)
(
Statut social
:.----------------------------------------------)
(
Foonde.ou
Irriguée
Waalo)
(
:
J e e r l :
.
0:
)
(------~--------------------:---------------:--------- ------:---------------)
(
)
( Hooro (nobles).........
47,5 %
59,0 %
7f,4 %
)
(
)
( Komo (captifs).........
45,0 %
35,2 %
28,6 %
)
(
)
( Artisans...............
7,5 %
5,8 %
0,0 %
)
(
)
(Tota1..................
100,0.%'
·100,0.%
.
100,0 %
)
(
)
Source
Enquêtes effectuées au niveau d'un échantillon d'une
population totale de 256 personnes.

- 168 -
L'introduction de l'irrigation n'a pas entraîné une grande
modification de cette situation (59 %des parcelles irriguées appartiennent
au clan Hooro et 41 %aux autres clans, captifs et artisans). Les inégalités
observées dans l'appropriation des parcelles irriguées peut être liées à
plusieurs facteurs.
- L'attachement des petits périmètres au système foncier tradi-
tionnel (1), qui est contr6lé par les lig~ages dominants, clans Hooro (nobles).
- La parcellisation foncière des propriétés :Tignagères ou Xaabilaniino
qui risque de restreindre le pouvoir de gestion foncière du lignage dominant
sur les autres clans.
Parfois, il nlest pas exclu de voir certains paysans devant l'im-
possibilité de mettre en oeuvre toutes les parcelles dont ils disposent,
procéder à la location d'une ou deux d'entre elles, moyennant 50 à 60 000 F
CFA par parcelle, à d'autres paysans acquéreurs. Le bail peut alors durer
pendant un ou deux ans selon les termes du contrat ou de l'accord tacite passé
entre le propriétaire de la parcelle et son client. Ce phénomène, qui géné-
ralement échappe à la vigilance des autorités administratives de la SAED,
encourage l'apparition timide du fermâge et la monétarisation des rapports
fonciers, entamée déjà au niveau de la société traditionnelle avec le déve-
loppement des revenus migratoires. Néanmoins, il faut souligner que les
inégalités entre différentes castes dans l'appropriation des parcelles
irriguées que nous venons d'observer, doivent être plus importantes dans le
HAIRE (département de MATAM) que dans 1e GOYE (département de BAKEL). En effet,
selon une étude réalisée par WEI GEL dans la ville de MOUDERI, les paysans des
[clans captifs, artisans et allochtones manifestent un plus grand intérêt pour
Ila culture irriguée que les clans HoorO (nobles), à cause de l'accès difficile
des premiers à la maîtrise foncière et de l'attachement des seconds aux cul-
~ures pluviales traditionnelles.
(0
Evaluation Economique, page 115.

TABLEAU N° 40
TAUX D'ACCROISSEMENT DES SUPERFICIES CULTIVEES IRRIGUEES
SELON LE STATUT FONCIER
(MONDERI-Zone de BAKEL)
r- - :
:
J
(
:
Cultures à dominante masculine
:
Cultures à dominante féminine
)
(
:-------------------------------------------:-------------------------------------------)
(
Statut foncier
:
Cultures
:
Cultures
:
Cultures
:
Cultures
)
(
:
d'hivernage
:
de saison
:
d'hivernage
:
de saison
)
(
:
1978-79
:
1978-79 1979-80:
1978-79
:
1978-79 1979-80
)
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
0
- - - - - - - - -
0 _ -
0
0
)
·
.
.
.
(
0
0
0
0
)
·
.
.
.
(
( HOORO (Nobles).
+ 18 %
:
+
7 %
:
+ 16 %
:
+ 14 %
)
0
0
0





. :
())


0

)
·
.
.
.
(
~
( KOMO (Capt ifs). •.•... 0 • •
:
:
:
:
)
(
:
(
:
(
:
(
:
(
)
( NYAKHAWALO (Artisans)...
:
(
+ 52 %
:
(
+ 21 %
:
(
+
0 %
:
(
+
5 %
)
(
:
(
:
(
:
(
:
(
)
( ALLOCHTONES.............
:
(
:
(
:
(
:
(
)

0

0
)
(

&




_ _ - - - - - - - - - - - - -
0
- - - - - - - - -
0
. _ - - - -
)
·
.
.
.
(
~ Moyenne générale........ ~
+ 42 %
~
+ 17 %
~
+
3 %
~
+
6,7 %
~

0

0
)
·
.
.
.
(
(1)
Y. WEIGEL, op cité page 120.

- 170 -
Cette situation~ plus valable au niveau des cultures à dominante
masculine qu'au niveau des cultures à dominante féminine à cause du phéno-
mène salarié souligné par WEIGEL (1)~ est liée à la particularité de ll'in-
traduction de la culture irriguée dans la zone de BAKEL~ qui ~Iest effectuée
-grâce à une initiative collective paysanne- sur des bases moins inégalitaires.
En effet~ l'apparition en premier lieu de champs collectifs fondés sur un
travail communautaire et la résistance paysanne à l'introduction du système
des parcelles individuelles nIa pas réveillé chez les détenteurs de terres
leur comportement de conservatisme foncier. En plus~ la gestion foncière des
terres nlest pas comme dans le HAIRE assurée dtrectement par la famille prin-
cière des Bathily~ mais par leurs courtisans (c1est le cas à MOUDERI) ou leurs
captifs de condition semi-servile~ Wanùnkunko (cas de GANDE).
D'autre part~ la compétition entre cultures pluviales et cultures
irriguées~ favorisée par la fédération organisée des paysans SONINKE de
BAKEL qui prône un développement des cultures pluviales traditionnelles au
même titre que les cultures irriguées~ n'a pas fait de l'irrigation un phéno-
mène d'enjeu foncier aux yeux des détenteurs de terres.
Donc~ autant de facteurs qui ont concouru à faciliter l'accès à la
maîtrise foncière des clans Koma (captifs)~ artisans et allochtones dans la
zone ae BAKEL sans pour autant entraîner une suppression des redevances fon-
cières traditionnelles. Mais l'intérêt des petits périmètres irrigués se
confirmant dans le temps, il faudra s'attendre~ dans les années futures~ à
un attachement plus important des détenteurs de terres (famille Bathily et
leurs courtisans) à leur prérogatiye foncière dans l'attribution des parcelles
;rr;guées~ ce, malgré la loi sur le domaine national.
(1)
Selon WEIGEL, il n'y a quasiment pas d'emploi de
salariés, ce qui globalement explique un taux
dlaccroissement beaucoup moins net des superficies
cultivées.

- 171 -
Dans une enquête réalisée au niveau du village de GANDE dans le
GOYE (zone de BAKEL), nous remarquons que 53,8 %des parcelles irriguées
concernant les cultures à dominante masculine sont possédées par les membres
du clan Hooro et 46,2 %de celles~ci sont mises en valeur par les clans
captifs (Kama), artisans et allochtones. Bien que notre échantillon ne
portait que sur 12 unités de production représentatives, ce phénomène
annonce déjà l'apparition d'un renversement de tendance dans l'appropria-
tion des parcelles irriguées dans le GOYE.
En général, l'introduction de la culture irriguée dans la zone
SONINKE de la moyenne vallée a facilité aux autres catégories de la hiérar-
chie sociale (captifs, artisans, allochtones) l'accès à un facteur de produc-
tion essentiel, la terre, grâce au mode d1attribution égalitaire des parcelles
introduit par la SAED.
Néanmoins, ce phénomène ne s'est pas accompagné d'une modification
importante des rapports fonci ers tradi ti Onnel s dominés par l es ma itres de la! 1
terre (clans des Hooro) ; L'existence de redevances foncières que ces derniers
continuent de percevoir témoigne bien de ce fait.
Mais outre l lorganisation du système foncier traditionnel,
l'irrigation affectera llorganisation du travail et des activités culturales
dans le procès de production local.
b) Organisation du travail et activités culturales
....
.....•................................................................................
~ ..... ~
- Conèurrence'dans'là'répàrtition du temps de travail entre
culturès traditionnelles et, èultutes irriguées
L'avènement de l'agriculture irriguée n'a pas entraîné un délais-
sement des cultures traditionnelles (cultures sous pluie et cultures de décrue)
par les paysans
SONINKE, surtout dans la zone du GOYE (département de
BAKEL), où l'opposition plus affirmée des paysans à l'abandon des cultures

- 172 -
traditionnelles sJincrit dans le cadre d1une stratégie globale de sécurité
alimentaire basée sur le développement parallèle des cultures traditionnelles
et des cultures irriguées, tel que cela apparaît clairement dans la déclara-
tion de DIABE SOW (1).
Dès lors, l'allocation optimale du facteur travail entre cultures
traditionnelles et cultures irriguées, ne se fera pas sans poser des pro-
blèmes, surtout dans une région qui connait une forte migration de sa main
d10euvre masculine.
L'exécution du calendrier cultural entraîne de par sa nature même,
une concurrence dans l'utilisation de la main,d'oeuvre et la répartition du
temps de travail pour les différentes cultures organisées dans l Jannée.
Ainsi, l'observation du ~ableauno41 fait apparaître deux périodes fonda-
mentales de concurrence dans l'affectation du facteur travail, correspondant
aux deux saisons culturales d'hivernage et de décrue.
Ainsi, l'instauration de la culture irriguée dans la zone SONINKE
entraîne souvent des problèmes de compatibilité des calendriers agricoles.
En effet, les cultures sous pluie du Jeeri ou du Foonde, qui concernent
principalement le mil et le maïs, l'arachide et l'indigo à un moindre degré,
entrent en compétition avec les cultures du riz, du maïs ou du sorgho,
pratiquées pendant la période pluviale dans les parcelles irriguées.
La compétition dans l'emploi de la main d'oeuvre locale et la
répartition du temps de travail entre la culture du mil et la riziculture.
peut être délicate en cas d'hivernage précoce, puisque les activités de
préparation des sols et de semis sur les champs Jeeri aux mois de Juin et
de Juillet vont coincider avec celles de labour, de pépinière et de repi-
quage de riz dans les parcelles irriguées.
(1)
Voir" Ladéc1aratfon de DTABE SOW ", page 153!

TABLEAU N° 41
CALENDRIER AGRICOLE REPRESENTATIF (1)
(1)
TUSKEGEE, op cité page 13.

- 174 -
Parfois, une fin d'hivernage tardive située en début de saison
sèche (novembre, décembre), peut entraîner une triple concurrence dans la
répartition du temps de travail entre récolte sur les champs de Jeeri et
sur les parcelles irriguées d'une part, et le semis des champs Waalo et
Falo d'autre part. Même si celle-ci revêt une importance bien moindre,
comparativement aux activités agricoles de l 'hivernage citées plus haut,
il existe nécessairement une compétition dans la répartition du temps de
travail entre culture irriguée de saison 'sèche et cultures de ~écrue.
La concurrence entre cultures irriguées et cultures traditionnelles,
plus accentuée pendant l 'hivernage à cause de l'intensité de l'activité
culturale et la coïncidence des calendriers agricoles des deux types de
cultures (sous pluie et irriguées), entraîne le recours au salariat agricole,
à la main d'oeuvre féminine et au travail des enfants dans l 'exéc~tion des
travaux au niveau des parcelles irriguées. Il s'agit pour les paysans d'atté-
nuer le déficit en main d'oeuvre locale, provoquée par le départ des actifs
masculins, rendu plus apparent par l'importance des besoins en travail
qu'exigent la culture irriguée en général et la riziculture en particulier.
- Le travail dans leS périmètres irtigués villageois
Le développement de la culture irriguée en zone SONINKE s'est
accompagné de différentes formes d'utilisation du facteur travail, selon les
zones et les conditions d'apparition de cette culture. Ces formes peuvent
revêtir un caractère collectif, individuel ou familial.
+ Le travail collectif
Cette fonne d'appropriation de la force de travail est surtout
particulière à la zone de BAKEL, où l 'émèrgence d'une agriculture irriguée
à partir d'une initiative collective paysanne a favorisé le travail commu-
nautaire au niveau des champs collectifs. Ainsi, la mise en valeur de ces
champs (débroussaillage, brûlage, dessouchage, arrosage) était assurée par
des centaines de personnes.

- 175 -
Loo-
Selon le rapport de A. APRIN (l'agent technique dQVCIOR), les (1)
travaux des champs collectifs ont mobilisé:
- Pendant l'hivernage 1974, 459 hommes adultes pour la mise en
valeur de 6 champs collectifs
- Pendant la saison sèche, 1 000 hommes adultes et 250 femmes
pour 10 champs collectifs;
- En prévision de 1 'hivernage 1975, 1 200 hommes adultes et
500 femmes pour 14 champs' collectifs.
L'évolution du travail devai~, plus tard, entraîner la création
de groupes de 20 à 30 personnes qui assuraient la mise en valeur des champs
collectifs à tour de rôle, avec à la tête de chaque groupe un chef d'équipe,
membre, généralement, du Conseil d'Administration.
Mais l'inefficacité du travail communautaire, à cause du manque
de discipline, de 1 l absenté;'sme ou de l'irrégularité de certains paysans,
surtout le gros investissement humain qu'exigeait l'exécution de ces travaux
-des milliers d'heures de travail pour la préparation des sols, le transport
de l'eau et du fumier- ont été autant de facteurs qui ont encouragé, en plus
du travail collectif, d'autres formes d'organisation du travail.
+Le travail individuel ou familial
.................................
Cette forme de travail, dans les petits périmètres irrigués vil-
lageois, a été favorisée par la SAED, grâce à la création de petites par-
celles irriguées qui reposent sur une matn d'oeuvre de type familial ou
individuel. L'organisation du travail est plus souple puisque fondée sur
un groupe restreint de trois à sept personnes, qui assurent l'exécution
des différentes opérations culturales au niveau de la parcelle irfiguée,
qui s'apparente ici au Tekhore (grand champ familial) du Jeeri ou du Foonde •
...
(1)
Rapport annuel sur le travail de la CIOR dans la région
rio Rllltl:'1
~ Arn
~+ 1 1'\\11; <"

- 176 -
Cette forme de travail a souvent favorisé, grâce à l'utilisation
de la main d10euvre ~igrante en provenance du MALI, le développement du
salariat agricole, pour remédier parfois à un déficit de main d10euvre au
niveau des parcelles irriguées familiales que l'émigration des actifs mas-
culins a entraîné. La généralisation du salariat agricole peut être liée,
par ailleurs, à une monétarisation progressive de l 'éconimie traditionnelle
et à la mobilisation au niveau de 1 lunité de production familiale d1une
épargne migratoire à destination productive (1).
D1autre part, le manque d'actifs masculins au niveau de la parcelle
irriguée familiale, accorde un rôle accru à la main d10euvre féminine, sur-
tout dans la culture du riz, où les femmes ont de grandes prédispositions
pour l'exécution des opérations culturales.
Dans l'ensemble, il faut retenir que l'utilisation de l'agriculture
irriguée, aussi bien dans le GOYE (zone de BAKEL où il y a coexistence de
champs collectifs et de parcelles individuelles) que dans le HAIRE (zone de
MATAM), a retenu des formes traditionnelles de l'organisation du travail,
entraînant des temps de travaux plus ou moins prolongés dans l'accomplisse-
ment des tâches de mise en valeur des périmètres.
- Temps de travail
et activités cultutales
Le temps de travail varie en fonction des types d'opérations
culturales ou de mise en valeur des périmètres irrigués. Les travaux de
construction des périmètres sont réalisés soit collectivement (défrichement,
dessouchage, construction de canaux ••• ), soit individuellement (planage,
parcellement, diguettes). L'exécution manuelle des opérations entraîne des
temps de travaux prolongés.
(1)
Dans son étude, WEIGEL montre qu~ le salariat agricole
est un facteur .déterminant dans la mise en valeur des
parcelles irriguées et la maîtrise foncière pour les
clans captifs, artisans et allochtones.

- 177 -
TABLEAU N° 42
TEMPS DE TRAVAUX POUR LA CONSTRUCTION D'UN PERIMETRE
(en journée de travail)
(
j
(
:
Périmètre
)
(
Opérations
:---------------------------------------)
(
:
GOUMAL
:
WAOUNDE
3 *
)
(
:
(16 ha)
:
(13 ha)
)
(-----------------------------------:-------------------:-------------------)
(
)
( Travaux topographiques..........
C
3
)
(
)
( Défri chemen t ~ . ~ ~ . . . . . . . . . •. • ••• •
C
58
)
(
( C 1 375
)
( Dessouchage.....................
(
C
7
)
(
)
( Canal principal.................
C
250
280m
C
107
460m)
(
)
( Canaux arroseurs................
C
800
2300m
C
77
920m)
(
)
( Dra; ns . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
C
75
)
(
)
( Bassin de réception.............
C
17
)
(
)
( Diguettes.......................
l
99
)
(
)
( Planage et parcellement.........
l
740
)
(
)
( Clôture, brise-vent,
C
238
)
( endiguement.....................
)
(
)
( Réfection lors de la
C
46
)
( mise en eau.....................
)
(
)
( D;vers~~........................
C
48
)
(
)
(
TOTAUX...........
2500
.. :
"1.440
)
(
)
Source : OMVS - ETUDE SOCra-ECONOMIQUE
Parti~ C, page IV 13.
* Participation pour certains travaux, d'engins mécanlques loués par
les paysans; bulldozers pour le défrichement et dessouchage,
graders pour le tracé du canal principal.
** Fabrication et transfert de briques, confection de petits ouvrages
de maçonnerie.
légende :
C signifie travaux menés collectivement,
l signifie travaux menés individuellement.

- 178 -
Ainsi) pour le périmètre irrigué de GOUMAL) les opérations de
défrichement et de dessouchage exigent 1 375 journées de travail) alors que
grâce à la participationd1èngins mécaniques, ces temps de travaux sont
réduits à 65 journées de travail, traduisant alors une réduction considé-
rables des temps de travaux.
Par ailleurs, la durée du temps de travail varie en fonction des
types de cultures entreprises au niveau des périmètres irrigués : riziculture,
culture du mais et maréchage.
Comparativement aux temps de travaux consacrés aux autres cultures
(riz, mais), la culture maraîchère constitue encore une activité marginale
dans la zone SONINKE de la moyenne vallée) bien que celle-ci occupe une
place non moins négligeable dans la zone de BAKEL, où elle joue le rôle
d1une véritable culture d1appoint pendant les cultures de contre saisons.
La distribution annuelle du temps de travail attribue à la culture
du riz une part importante des temps de travaux réalisés par les paysans au
niveau des périmètres irrigués (voir figure). Selon WEIGEL, la culture du
riz, pratiquée pendant 1 'hivernage) nécessite 3 290 heures de travail) ré-
parties en 695 journées par hectare cultivé, alors que la culture du mais,
pratiquée dans la même période sous pluie, ne nécessite que 1 233 heures
de travail ou 915 heures réparties en 259 jours ou 213 selon que l'on tient
compte du gardiennage, soit le tiers du temps de travail réalisé pour la
culture du riz.
L1importance du temps de travail consacré à la riziculture est
liée au caractère prolongé des opérations culturales. Ainsi, la préparation
des parcelles, le désherbage, l lirrigation absorbent une part importante du
temps de travail.

- 179 -
.
DISTRIBUTION ANNUELLE DES
EMPS
T
DE TRAVAUX .~\\
selon le type de culture pa r KA. CjO-l..?~ W~td~ /
iD
Rtmll.
-
.
o
, -
.
-
Sen'ti. di, 'e!
o
Atto".
a.dlen".
C'bl"'.
Erttrflim
€"lrtdl91
d'.,..l.
hendage
digv"
Cf""'lil
Emrll. de. div""
'"'P'ioft
"tee". et 'f8ft~'1
IHIoftNte
et-ctI9t
Cl6t....
GerdienMQ.
Samit
,..~...O"
-nller:
CULTUAES
CULTURES
CUL TUFtES
IAAIOUEES
IRRIGU~ES
IRRIGUEES
(contre·glson'
RIZ
MAI-S
-------""------- --------..;.;...;;;;,,""""'--.....~....::..~---
SAISON SÈCHE 1971.7t
H'VERNAGE 197•.

- 180 -
Ces mêmes opérations occupent par contre un .temps de travail
moindre pour la culture irriguée du maïs. La prolongation des opérations
culturales s'explique souvent par la mauvaise ma'trise des techniques de la
riziculture par les paysans SONINKE et l'utilisation des moyens traditionnels
de production très archaïques (Dopadé, Tongue .•. ), ,mais aussi par la compétition
entre cultures irriguées et cultures traditionnelles, qui induit souvent des
retards dans l'exécution. de certaines opérations.
Ce phénomène influence la répartition du temps de travail par
type d'agent, traduisant l'importance du salariat et qui représente 8 %de
l'ensembl e des heures de travail, rel éguant 1e travail des enfants aux clJl-
tures traditionnelles.
D'après l'étude socio-économique, l'introduction de l'agriculture
irriguée dans la vallée et plus particulièrement l'accomplissement des temps
de travaux nécessaires à la riziculture s'est opéré grâce aux formes tradi-
tionnelles d'organisation du travail (formule d'entraide, division sexuelle
des tâches, contribution du travail des enfants).
Ceci est reflété par le tableau n° 43 qui montre que la partici-
pation des femmes et des enfants atteint des proportions importantes en temps
de travail pour certaines opérations telles que le repiquage (27 et 20 %), le
désherbage (20 et 15 %) et le battage (29 et 11 %) pour ne citer que celles-
là.
Il faut souligner que par rapport à l'enquéte réalisée par WEIGEL
dans la zone du GOYE (BAKEL), les temps de travaux nécessaires à la riziculture
sont ici plus longs: 329 journées de travail contre presque 200 journées de
travail dans le GOYE.

- 181 -
TABLEAU N° 43
TEMPS DE.TRAVAlJX MOYENS EN CULTURE IRRIGUEE (1)
(
: : : : )
(
Petits périmètres
:
Hommes
:
Femmes
:
Enfants
:
Total
)
(--------------------------~:-----------:-----------:-----------:._----------)
(
)
( Labour.................
25
4
3 0 )
(
)
( Affinage du planage....
13
2
1 6 )
(
)
( Pépinière..............
14
16
)
(
)
( Repiquage *............
32
", 27
20
7 9 )
(
)
( Epandage d lengrais.....
2
2
)
(
)
( Désherbage.............
32
20
15
6 7 )
(
)
( Fauchage **............
23
13
10
4 6 )
(
)
( Battage *** ... ~........
33
29
11
7 3 )
(
)
( TOTAL..................
1 7 4 ·
92
63.
329)
(
;
)
(1)
Etude socio-économique, partie C, page C IV 5.
* Le repiquage comprend l'arrachage des plants, le bottelage, le
transport et le repiquage proprement dit.
** Le fauchage englobe le fauchage proprement dit, le ramassage des
gerbes, leur transport et la mise en meule.
*** Le battage comprend le battage proprement dit, le vannage, la mise
en sac et le transport.

- 182 -
Néanmoins, l'évolution du temps de tiavail devrait, au fur et à
mesure de l'assimilation des techniques par les paysans SONINKE et de la
durée de leur apprentissage aux cultures irriguées, marquer une diminution.
Ceci conduira très certainement à des formes d'organisation du travail plus
efficaces pour l'augmentation de la productivité agricole au niveau des
périmètres irrigués villageois.
Quoique les modifications subies au niveau du procès de produc-
tion niaient pas apporté des changements de grande envergure dans le système
de production traditionnel, l'agriculture irriguée aura favorisé l'introduc-
tion des rapports fonciers plus égalitaires entre les différentes castes et
une organisation du travail qui vise, au niveau des parcelles, une maîtrise
des ~~uve1les techniques de production pour améliorer le volume de la pro-
du~tion agricole.
Le caractère récent de 1 'tntroduction de la culture irtiguée en
zone SONINKE rend difficile toute évaluation correcte de la production.
Néanmoins, celle-ci aura, dans 1lensemble, contribué à élever le niveau de
la production agricole, grâce à une amélioration des rendements et de la
productivité du travail.
a) Rendements agricoles et productivité du travail
..............................................................................................
Comparativement aux cultures traditionnelles pratiquées sous
pluies, ou de décrue, les cultures irriguées donnent des rendements plus
élevés, comme l'atteste le tableau suivant.
...

TABLEAU N° 44
(1)
RENDEMENTS A l'HECTARE ET PRODUCTIVITE OU TRAVAIL (MOUDERI-ZONE DE BAKEl 1918-19)
r - - - - - :
;
.- j
(
:
Cultures traditionnelles
:
Cultures irriguées
)
(
( )
:-----------------------------------------:------------------------------------------)
(
Rendements
en kg
:
De décrue
:
Sous pluie
:
Saison sèche
:
Hivernage
)
ro
w
(
:--------------------:--------------------:--------------------:---------------------)
(
:
ml
:
SORGHO
:
MAIS
:
RIZ
:
MAIS
)
(-------------------------------:--------------------:--------------------:--------------------:----------:----------)
.
.
.
.
.
)
(
..
..
..
..
..
(Productionparha
:
451,0
:
594,0
:
1624,0
:
3770,0:
2062,0)
.
.
.
.
.
)
(
..
..
..
..
..
( Productivité
:
:
:
: : )
({en kg/jour de t r a v a i l ) * :
:
:
: : )
.
.
.
.
.
)
(
..
..
..
..
..
(_ sans coeff. d'activité...:
1,0
:
3,3
:
' 1,9
:
5,4 :
9,7 )
( _ avec coeff. d'activité...:
9,3
:
4 , 7 :
9 , 9 :
6,1:
12,0)
.
.
.
.
.
)
(
..
..
..
..
..
RENDEMENTS A l'HECTARE ET PRODUCTIVITE DU TRAVAIL
r - - :
: - j
(
:
Cultures à dominante féminine
:
Champs coll ectifs
)
(
:------------------------------------------------------:--------------------------------)
(
:
:
Cultures irriguées
;
Cultures irriguées
)
(
:
Cultures
:--------------------------------:--------------------------------)
(
:
sous pluies
:
Saison:
Hivernage
:
Sa~son:
Hi
a
)
(
:
:
sèche
:
:
seche:
vern ge
)
(
:---------------------:----~-----:---------------------:~---------:---------------------)
~
~ Arachide ~ Pl~~~al ~ Maïs ~
Riz
~ Mais ~ Maïs ~
Riz
~ Mals ~
(---------------------------:----------:----------:----------:----------:----------;----------:----------:----------)
(
. . . . . . . . )
..
..
..
..
..
..
.
..
( Production par ha......
:
420
:
1 106
:
1 663
:
3 333
:
1 114
:
1 476,0:
4 630,0 ;
0
)
(
. . . . . . . . )
..
..
.
..
..
..
..
..
( Productivité du travail:
:
:
:
:
;
:
:
)
(
. . . . . . . . )
..
..
..
..
..
..
..
..
(
-. sans coeff. d'activité:
:
;
:
:
:
6,2 :
4,2:
-
)
(
- avec coeff. d'activité:
:
:
: .
:
:
8,1 ;
5,7 :
-
)
(
. . . . . . . . )
..
..
..
..
..
..
..
..
(1)
~/EIGEL, tUGRATION ET PRODUCTI ON DOMESTIQUE, page 110.

- 184 -
Le tableau donne des rendements par type de culture, plus élevés
pour les cultures irriguées que pour les cultures traditionnelles, alors
que la productivité du travail dans les cultures de décrue est plus grande
qu'au niveau de la riziculture (7 et 9,3 contre 5,4 et 6w7).
Il faut souligner que la f~iblesse de la productivité du travail
ou des rendements agricoles dans la zone de BAKEL par rapport à la zone de
MATAM, en ce qui concerne la riziculture, peut être attribuée à un facteur
humain, qui s'explique par les conditions particulières qui ont marqué
l'introduction de la culture irriguée dans cette zone, notamment les tirail-
lements entre Fédération organisée des paysans SONINKE de BAKEL et organisme
de tutelle, la SAED, à cause de leurs divergences dê conception.
Outre ce facteur humain, il faut noter que les rendements peuvent
varier en fonction des zones géographiques, des types de cultures pratiquées
au niveau de ces zones et de la performance des techniques utilisées.
TABLEAU N°
45
DISTRIBUTION DES RENDEMENTS A L'HECTARE-DES CULTURES D'HIVERNAGE
POUR L'ENSEMBLE DES KANE (MOUDERI-zone de BAKEL)
(
)
(
:
Cultures
)
(
:-------------------------------------------------------)
(
:
A dominante masculine
:
A dominante féminine
)
(
:---------------------------;---------------------------)
(
:
Mais
:
Riz
:
Maïs
:
Riz
)
(-------------------:-------------;-------------:-------------:-------------)
(
)
C 0-1 000.-........
4 %
26 %
26 %
16 %
)
( 1 000-2 000.....
32 %
16 %
38 %
21 %
)
( 2000-3 000.....
32 %
16 %
21 %
2 1 % )
( 3 000-4 000.....
16 %
16 %
10 %
26 %
)
(400Q-5000.....
16%
1 0 % :
5%
1 6 % )
( +.5 000 ••••••••.• -
0-%-...
.16--%
· 0 %-
- 0 %'
)
(
)
Source
J. Y. WEIGEL, op cité page 108.

- 185 -
L'originalité de la culture irriguée dans la zone du GOYE (BAKEL)
est la forte participation des femmes qui possèdent leur champ individuel.
~insi, selon WEIGEL, pendant llhivernage 1979, 40 %de la production par Ka
est fourni par les champs Il féminins Il, alors que pour la culture du riz,
.
.
le rendement moyen à 1 'hectare est de 3,3 tonnes pour les champs Il féminins Il
et de 3,r tonnes pour les champs Il masculins Il avec un maximimum de 7,1 tonnes.
Pendant la saison sèche, la culture irriguée porte généralement
sur le maTs et les légwnes (chou, tomate, pomme de terre à un moindre degré)
(1 ).
TABLEAU N° 46
DISTRIBUTION DES RENDEMENTS A LIHECTARE DES CULTURES DE MAIS
DE SAISON SECHE POUR L'ENSEMBLE DES KANE (MOUDERI-zone de BAKEL)
)
Rendement/ha
:
Parcelles à dominante
)
(
(en kg)
:-----------------------------------)
(
:
Masculine
:
Féminine
)
(-----------------------:-----------------:-----------------)
(
.
)
( 0-1 000.............
42 %
42 %
)
( 1 000-2 000.........
32 %
32 %
)
( 2 000-3 000.........
16 %
21 %
)
( 3 000-4 000.........
5 %
5 %
)
( + 4 000.... • • .. • .... .:.
. 5 . %

0 %
)
(
)
Source
J. Y. WEIGEL, op cité page 109.
(1)
Selon J. Y. WEIGEL, la culture maraîchère n'occupe
que 2 %des superficies cultivées.

- 186 -
Le rendement moyen à l 'hectare pour la culture du maïs peut être
estimé à 2 tonnes et concerne l'ensemble des champs masculins et féminins.
Par rapport à la zone du GaYE (BAKEL), les rendements obtenus dans
la zone du HAIRE (MATAM) sont r~lativement plus élevés.
TABLEAU N° 47
DISTRIBUTION DES RENDEMENTS A L'HECTARE DES CULTURES D'HIVERNAGE
POUR L'ENSEMBLE DES KANE (DEMBANKANE-zone de MATAM)
(
)
(
Cultures à
)
(
Rendement/ha (kg)
:
dominante masculine
)
(
:---------------------------)
(
:
RIZ
)
(--------------------------------:---------------------------)
(
)
( 0-1 000....................
a %
)
(
)
( 1 000 -2 000................
17 %
)
(
)
( 2 000-3 000................
28 %
)
(
)
( 3 000-4 000................
22 %
)
(
)
( 4 000-5 000................
11 %
)
(
)
( + 5 000....................
22 -%- -
)
(
)
Sàurce
Enquêtes effectuées au niveau de 12 unités de
production familiales.

- 187 -
En dehors du facteur huma i n ci té plus haut s 1es écarts de rende-
ments entre la ~one du HAIRE et du GOYE pour la rizicultures peuvent se
justifier par l'utilisation dans le HAIRE; (zone de MATAM)s du système de
repiquages qui semble plus performant que la méthode-de semis directs employé
dans la zone du GOYE (BAKEL), mais aussi par la qualité des sols et l'intérêt
que les paysans manifestent pour la culture du riz dans le HAIREs qui entraîne
une forte mobilisation de la main d'oeuvre. Le système de repiquage adopté
par les paysans de la zone de MATAM, contrairement à ceux de la zone de BAKEL s
semble écarter certains rendements en dessous de 1 nao kg s alors que 22 %des
parcelles ont enregistré des rendements supérieurs à 5 tonnes.
Que l'on sé--:sittie--aans ta--zor.îe dë-AATAM oa aë-'BAKEL s pl usieurs
facteurs tendent à a~niniijer les rendements s entre autres:
- L'inefficacité du système de canalisation et les fréquentes
pannes de motopompe ;
- La mauvaise maTtrise des techniques.cûlturales par les paysans s
malgré l'encadrement des techniciens de la SAED ;
- Les décalages de calendriers souvent très importants dans l'ex-
écution des opérations culturales ; phénomène qui semble être accentué par
la concurrence dans l'emploi de la force de travail s entre cultures tradition-
nelles et cultures irriguées s et le déficit de main d'oeuvre provoqué par
l'émigration;
- Enfin s les sinistres causés souvent par les insectes ou par des
phénomènes conjonctuels.

- 188 -
L'effet négatif de l'ensemble de ces facteurs a tendance à entraîner
des écarts de rendements et de niveau de production très importants d'une
année sur l'autre, ce qui n'est pas sans remettre en cause llaugmentation'
relative de la production de la culture irriguée par rapport aux quantités
,produites par des cultures traditionnelles.
L'instauration de l'agriculture a eu pour conséquence immédiate une
amélioration de la production locale, même si le niveau de celle-ci reste
encore faible.
En effet, la faiblesse du surplus agricole semble se justifier par
les contraintes locales qui pèsent sur les 'rendements agricoles et la produc-
tivité du travail, mais aussi par les exigences techniques de l'agriculture
irriguée.
Comme les rendements à l 'hectare, les quantités produites sont
variables selon les types de cultures, maTs ou riz, pratiquées au niveau de
l'unité de production, tel que le montre d'ailleurs le tableau n° 48 .
La variabilité des quantités produites peut être liée à l'importance
de la place accordée à chaque culture dans le procès de production. En outre,
la faiblesse du surplus commercialisé témoigne de la destination alimentaire
de la production agricole, donc de l'importance de la production auto-
consommée. Alors que les dons représentent la Dyaka (Assakal) et les cadeaux
destinés aux parents proches. Dans certains cas, ces dons justifient 1 lexis-
tence des services d'entraide et de prestations en travail.
La faiblesse de la productivité du travail dans les systèmes de
culture traditionnel et irfigué, et le souci de sécurité alimentaire qui
,
,
semble prévaloir dans le comportement des paysans, expliquent pour une grande
part le caractère réduit des quantités commercialisées.

TABLEAU N° 48
MOYENNES DES QUANTITES PRODUITES, DONNEES ET VENDUES D'UN KA (1)
(MOUDERI-Zone de BAKEL - 1978-79)
(
)
(
:
CULTURES TRADITIONNELLES
)
1
~-ë~lt~~~;-d~-dé~~~~-~----------------------ë~it~~~;-;~~;-~i~i~---------------------?
1
Type de culture
~------Mii=s~~~h~----:------Mii=s~~~h~----:------A;;~hid~------:---------Ri;--------l
(
:--------------------;--------------------;--------------------;--------------------)
(
:
QP
:
QD
:
QV
:
QP
:
QD
:
QV
:
QP
:
QD
:
QV
:
QP
:
QD
:
QV
)
(-------------------------------:------:------:------:------:------:------:------:------:------:------:------:------)
(
)
( Cultures ~ dominante
650
90
0
600
65
0
0
0
0
0
0
0 )
( mas cul ine •••.•••••••••. '"
)
(
)
( Cul tures ~ domi nante
0
0
0
0
0
0
384
30
1 0 : 664
50
35)
( féminine..................
)
(
)
(
TOTAL.
"
650
90
0
600
65
0
384
30
10
664
50
35)
(
)
(
)
(1) Un échantillon de 19 Kane regroupant une population totale
de 352 hab. dont 296 présents.
J. Y. WEIGEL, op cité page 112.
Légende :
QP
Quantité produite
QD
Quantité donnée
QV
Quantité vendue
TABLEAU N° 48 (Suite)
)
:
CULTU RES IRRIGUEES
)
:-----------------------------------------------------------------------------------------)
:
Sa ison s è c h e :
Hivernage
)
Type de culture
:-----------------------------:-----------------------------------------------------------)
(
:
Ma; s
:
Riz
:
Ma;s
)
(
:-----------------------------:-----------------------------:-----------------------------)
(
:
QP
:
QD
:
QV
:
QP
:
QD
:
QV
:
QP
:
QD
:
QV
)
(-------------------------:---------:---------:---------:---------:---------:---------:---------:---------:---------)
(
)
( Cultures ~ dominante
)
( masculine..
320
20
54
1 018
120
80
165
15
100)
(
)
( Cultures ~ dominante
)
( féminine.............
387
30
58
600
80
60
120
10
6 0 )
(
)
(
TOTAL..........
707
50
112
1 618
200
140
285
25
160)
(
)
(
)

- 190 -
Pourtant, celles-ci sont plus importantes pour les cultures irriguées
qu'au niveau des cultures traditionnelles, où elles sont, à i 'exception du
riz traditionnel, inexistantes, justifiant la destination presque exclusive-
ment alimentaire de la production agricole fournie par les cultures tradi-
tionnelles.
Au niveau des cultures irriguées, la part commercialisée de la
production de mais (60 % de la production des champs masculins et 50 %de la
production des champs féminins d'hivernage) est plus importante que la
production du riz commercialisé. Ce qui fait de ce produit une véritable
culture de rente pour l'avenir. Notre tableau n048
confirme d'ailleurs
cette tendance, où l'on observe une forte part de la production du maïs
d'hivernage commercialisée, 57 %pour les cultures à dominante masculine.
En outre, la production de patates commercialisée peut être évaluée à 66 %
des quantités produites, ce qui fait apparaTtre une autre culture de rente qui
était jusqu'ici réservée à l'auto-consommation familiale. Par ailleurs, l'aug-
mentation relative de la production de maïs par rapport à la culture irriguée
dthivernage 1978-79 peut s'expli~uer par les revenus monétaires que peut
provoquer cette culture, mais aussi p~r l'amélioration des rendements liée
à l'assimilation progressive des techniques de la culture irriguée par les
paysans de la zone de BAKEL.

TABLEAU N° 49
MOYENNES DES QUANTITES PRODUITES,. DONNEES ET VENDUES PAR KA (1)
(GANDE-Zone de BAKEL 1984-85)
r :
: )
(
:
Cultures traditionnelles
: Cultures irriguées)
(
:--------------------------------------------------------------:--------------------)
(
:
Cultures de décrue
: Cultures sous pluie:
Hivernage
)
(
Type de culture
:-----------------------------------------:--------------------:--------------------)
(
:
Mais
:
Patates
:
Mil-Sorgho
:
Mais
)
(
,--------------------,--------------------,-------------------_._-------------------)
·
.
.
.
(
:
QP
:
QD
: QV
:
QP
:
QD
:
QV
:
QP
:
QD
:
QV
: QP
: QD
:
QV
)
(-------------------------------:------:------:------:------:------:------:------:------:------:------:------:------)









Il


)
·
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
(
( Cultur~s à dominante
:
352:
33
:
-
:
300:
15
:
200:
680:
75
:
0 :
576:
51
:
332)
( ma scul , ne. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
)
(
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
( C~l ~u~es à domi nante
:
0:
0
:
_ :
0:
0 :
0:
300:
33
:
0 :
0:
0 :
0)
(femlnlne....................
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
)
(
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
)
·
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
(
TOTAL. ....... , ...... ,
:
352:
33
:
-
:
300:
15
:
200:
980: 108
:
0
:
576:
51
:
332)
(
,
.
,
,
,
,
,
,
.
,
.
.
)
·
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
(1) Source: Enquête effectuée au niveau de 12 unités de production familiales.
NB : - Pour le Mil, nous avons fait une estimat)on des quantités données
sur la base des données fournies par WEIGEL, 11 %des quantités
produites,
- Pour le Mais (irrigué), nous avons fait une estimation des quantités
données et vendues sur la base des données fournies par WEIGEL, soit
9 %et 60 %des quantités produites.

- 192 -
Par rapport à la zone de MATAM (HAIRE), où l'agriculture irriguée
ne concerne généralement que la riziculture, les quantités commercialisées
sont très faibles (2 %), bien que les quantités produites de riz soient
assez importantes. Ce phénomène reflèté par le tableau n° SO est lié à
l'absence d'un 'marché organisé où l'offre pourrait rencontrer une demande
réelle de riz et à la préférence pour les paysans de stocker les quantités
produites pour la subsistance de la famille.

TABLEAU N° 50
MOYENNES DES QUANTITES PRODUITES, DONNEES ET VENDUES PAR KA (DEMBANKANE~ZONE DE MATAM 1984-85)
r - - :
: - ---~~
(
:
Cultures traditionnelles
:
Cultures irriguées
)
(
:-----------------------------------------------------------:-------------------------)
(
:
Cultures sous pluie
:
Hivernage
)
(
:-----------------------------------------------------------:-------------------------)
(
:
Mil-Sorgho:
Maïs
:
Riz
:
Arachide:
Riz
)
(
:--------------:--------------:--------------:--------------:-------------------------)
(
: QP : QD : QV : QP : QD : QV : QP : QD : QV : QP : QD : QV:
QP
:
QD
:
QV
)
\\0
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
0

0 _ _ - _ .









)
W
(
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
. . . .
..
..


0






0

• •


)
(
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
. . .
..
..
( Cul tures à dominante
: : : : : : : : : : : : :
:
:
)
( masculine. ..•. •..•.••.•
: 278:
-:
-: 130:
-:
-: 368:
-:
-: ,-:
-:
-:
2 427:
505
:
50
)










0
o .


)
(
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
. . . .
..
..
( Cultures à dominante
: : : : : : : : : : : : :
:
:
)
( f - . .
..
0 ..
..
_
0
0
_
61
_ .
_.
0 ..
0
..
eml n, ne.. .. .. . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..
..
..
-..
..
..
-..
-..
..
-..
..
..
. . . .
..
..
0 )

0





. '
0


• •


)
(
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
. . . .
..
.
(
TOTAL.
....•
: 278:
-:
-: 130:
-:
-: 368:
-:
-: 61 : -:
-:
2 427:
505
:
50
)







0
0


• •


)
(
..
..
..
..
..
..
..
..
III
..
..
. . . .
..
..
Source: Enquêtes effectuées su~ 20 unités de production familiales

- 194 -
La faiblesse de la production au niveau des cultures traditionnelles
(mil, sorgho, maTs) montre l'abandon progressif, dans cette zone, de ces
cultures, au profit de la riziculture. Ce phénomène est plus valable encore
pour le maïs que pour les autres produits, puisque l 'avènement ~e la culture
irriguée du riz a relégué au second plan les cultures de Foonde, qui portaient
sur le maïs au niveau du HAIRE (zone de MATAM).
L'importance relative des quantités produites de riz relève surtout
de l'absence de résistance paysanne à l'introduction de la culture irriguée
dans le HAIRE (contrairement à la zone de BAKEL) et de l'intérêt accordé par
les paysans, dès le départ, au développement de la riziculture, alors que la
part non négligeable de la production de riz donnée (20 %) témoigne de
l~importance des redevances foncières au niveau des cultures irriguées dans
le HAIRE.
Généralement, l'instauration de l'agriculture en zone SONINKE,
basée sur les petits périmètres irrigués villageois, a contribué à l'amélio-
ration globale de la production agricole locale en favorisant, malgré les
divers obstacles qu'elle a entraînés, une répartition plus égalitaire du
facteur terre et des rendements agricoles parfois plus importants par rapport
aux cultures traditionnelles, grâce à l'introduction de nouvelles techniques
de production.
Dans une économie qui reste encore au stade de la satisfaction des
besoins alimentaires les plus urgents, ce phénomène ne sera pas sans influen-
ce sur l'évolution de la consommation; d'autant plus que l'introduction de
la culture irriguée dans notre zone avait pour objectif primordial d'assurer
la sécurité alimentaire des populations localès.

- 195 -
II
L'OBJECTIF DE SECURITE 'ALIMENTAIRE
La satisfaction des besoins alimentaires des populations locales,
grâce à un accroissement de la production alimentaire et du revenu des
paysans, constituait llun des objectifs fondamentaux qui ont présidé à l'intro-
duction de la culture irriguée dans la zone SONINKE de la moyenne vallée àu
SENEGAL.
Dès le départ, il s'agissait pour les paysans SONINKE d'intégrer
l'agriculture irriguée dans une stratégie de sécurité alimentaire:
- Acquérir les biens nécessaires à l'alimentation familiale à
l'intérieur de 1 'unité de production, Ka, grâce à la production domestique
- Rechercher par l'acquisition des revenus migratoires de l'extè-
rieur, à combler le déficit alimentaire au niveau familial.
Ainsi, d'une stratégie alimentaire axée sur les cultures tradition-
nelles extensives et les revenus migratoires, on passe à un modèle qui intègre
la production alimentaire générée par 1es cultures irriguées.
L'intégration de l'agriculture irriguée dans la stratégie de sécurité
alimentaire, sans pour autant résorber totalement le déficit alimentaire local
et sans remettre alors en cause le rôle fondamental des revenus migratoires
dans la détermination du niveau de consommation, contribuera à atténuer néan-
moins les insuffisances alimentaires et nutritionnelles de la production
fournie par les cultures traditionnelles.

- 196 -

b~i~e~~~_21iT~Q~~i[~_~~~_e~~i~~_e~ri~~~r~~_irrig~~~
Yill~g~Qi~
L1introduction récente de la culture irriguée dans la zone SONINKE
de la moyenne vallée du SENEGAL n'a pas conduit à des mutations importantes
au niveau des modalités qui régissent l'organisation de la consommation à
l'intérieur du Ka et du régime alimentaire local, justifiant alors la cons-
tatation selon laquelle les Il changements alimentaires sont lents à l'échelle
d'une génération, ce qui conduit à privilégier les habitudes alimentaires." (1)
Plutôt que de nous préoccuper ici de changements au niveau des
structures de consommation telles qu'elles ont été réaménagées par le phéno-
mène migratoire, nous essaierons d'appréhender l'apport alimentaire de la
culture irriguée chez les ~ONINKE de la moyenne vallée, "en s'intéressant aux
quantités de produits consommés grâce à l 'irrigation et à son effet global
ou sectoriel sur le niveau des dépenses alimentaires.
L'étude de la production générée par l'agriculture irriguée et de
son utilisation dans la section précédente nous a montré qu'une part très
faible de celle~ci est commercialisée, exception faite de certaines cultures
d1hivernage dans la zone de BAKEL où parfois plus de 50 % de la production
est vendue. Défalcation faite des quantités données et commercialisées,
l'essentiel de la production est destiné à l'alimentation familiale.
L'importance des quantités consol1lTlées au niveau familial est variable
selon les produits et les types de cultures. Les cultures irriguées de décrue
connaissent plutôt une destination alimentaire par rapport aux cultures irri-
guées d1hivernage, dont le produit est destiné, pour une large part, à la
vente (2).
(1)
L. MALASSrS, op cité pages 97-98.
(2)
Ceci n'est valable aue Dour l~e--lml1i'al3ï'ss_-------------

- 197 -
TABLEAUW 51
POURCENTAGE DES QUANTITES MOYENNESCONSOMMEES'PAR PRODUIT
D'UN KA EN CULTURES IRRIGUEES (MOUDERI-zonede BAKEL)
(11
(
)
(
:
Sai son sèche:
Hivernage
)
(
Types de cultures
:-------------------:-----------------------)
(
:'
Mais
:
R i z :
Mais)
(-------------------------------:-------------------:-----------:-----------)
(
)
( Cultures à dominante
)
(masculine ••••••••••• ~.....
77,0%
80%
30%)
(
)
( Cultures à dominante
)
(féminine..................
:.
. .77,3.%

.77.% .. : . 4 2 %
)
(
)
La faiblesse des quantités moyennes consommées par Ka pour le maïs
d'hivernage (30 % pour les cultures masculines et 42 %pour les cultures
féminines) s'explique par les quantités importantes de maïs frais commercialisé
puisque ce produit constitue un bien alimentaire très sollicité par'les'
populations locales dans cette période de l'année, qui correspond souvent à
un moment de soudure.
Par contre, le mais de saison sèche et le riz d'hivernage servent
à assurer l'approvisionnement alimentaire de la famille, justifiant à la fois
l'importance de la production auto-consommée et l'existence d'un régime céréa-
lier où la consommation du riz occupe une place très importante.
Ce phénomène constitue presque une généralité pour l'ensemble de
la zone SONINKE, où llessentiel de la production de riz est auto-consommée.
Source : Les chiffres en pourcentage sont obtenus ici à partir
des données fournies par HEIGEL sur l'utilisation de la
producti on. (Voir tabl eau nO '18 ).

- 198 -
Ainsi, d'après notre enquête effectuée au niveau de DEMBANKANE
sur une production totale de riz de 2 427 kgs en moyenne par Ka, 1 872 kgs
sont destinés à l'auto-consommation familiale, soit 77,3 % correspondant
à la consommation annuelle d'une famille moyenne d'une dizaine de personnes.
Par rapport aux cultures irriguées, les quantités consommées pour
les cultures traditionnelles sont plus importantes; Pour le mil et le sorgho
ces quantités peuvent atteindre plus de 80 % de la production, pourtant ces
cultures sont à elles seules insuffisantes pour assurer un approvisionnement
alimentaire régulier des membres du Ka, rendant le recours aux revenus mi-
gratoires une nécessité fondamentale pour la survie des populations SONINKE.
C'est pourquoi l'instauration de l'agriculture irriguée a eu comme
effet de réduire, par l •importance des quantités auto-consommées, le déficit
céréalier induit par un système de production traditionnel très archa~que.
Ceci va, en même temps, influencer le niveau des dépenses alimentaires effec-
tuées au niveau de l'unité de consoITIllation.
Il faut d'abord souligner que l'impact de la production fournie
par l'agriculture irriguée sur le niveau des dépenses alimentaires est d'une
importance faible, parce que ne concernant que quelqlJes postes des dépenses,
principalement le riz et le ma~s.
Ainsi, la production auto-consommée, grâce à la culture irriguée,
n'a qu'un effet sectoriel sur le niveau des dépenses alimentaires locales.
En effet, notre enquête effectuée au niveau d'un échantillon de
20 unités de consommation à DEMBANKANE dans le HAIRE (zone de MATAM), a
montré que, depuis 1984, 35 %de celles-ci n'effectuent plus des achats de
riz pour assurer l'alimentation familiale, soit une économie de 340 francs
CFA par jour et par unité de consommation.

- 199 -
Ce phénomène semble être confinné par certains immigrés du foyer
de Boulogne à PARIS, dont la plupart d'entre eux témoignent que, depuis
quelques années, ils ne sont plus tenus, à leur retour .de FRANCE, de trans-
porter des sacs de riz thailandais achetés lors de leur escale à DAKAR. (1)
En outre, l'observation du tableau N° ~confirme une faible
diminution relative des dépenses consacrées au riz qui représentent 9,6 %
des dépenses alimentaires totales, par rapport à certains produits tels
que l'huile, 12 % et le mil, 21,6 %. Par ailleurs, l'importance des dépenses
consacrées à la viande ou au poisson, 18 %, est liée à la chereté de ces
produits qui slexplique par leur rareté relative, favorisant une alternance
dans la consommation de ces deux produits, avec une tendance marquée pour
une consommation plus fréquente de viande.
L'importance globale des dépenses alimentaires ne semble pas être
remise en cause par la culture irtiguée du riz, qui n'a eu qu'un effet partiel
sur les dépenses familiales. L'existence encore de dépenses de riz confirme
bien ce fait et peut justifier l 1 attachement des populations locales à la
consommation du riz thailandais importé, mais aussi la difficulté avec la-
quelle les populations se débarrassent de ceftaines de leurs habitudes
alimenta ires.
Par ailleur, la production de riz a souvent, par la commerciali-
sation et le développement des phénomènes d'imitation-diffusion, une influence
"
sur les dépenses alimentaires familiales au niveau des villages voisins. En
effet, la valeur des dépenses alimentaires au niveau de GANDE dans le GOYE
(zone de BAKEL) montre une réduction des dépenses consacrées au riz,
195 francs CFA par unité de consommation et par jour, au lieu de 247 francs
CFA; les populations vil1ageoises préférant parfois acheter le riz produit
localement qui coûte moins cher que le riz lmporté.(le riz produit à DEMBANKANE
coûte environ 130 F CFA, alors que le riz thailandais est vendu à 165 CFA le
kilo).
(1) Témo.ignage d'un migrant. Annexe"\\~S'

- 200 -
TABLEAU N° 52
DEPENSES ALIMENTAIRES PAR UNITE DE CONSOMMATION
(DEMBANKANE-zone de MATAM)
(
)
(
:•
Valeur (en CFA)
:
0
Pourcentage
)
)
(
o

(
)
( r4il .............•......
333,00
21,64
)
(
)
( Viande-poisson .•..•••••
280,00
18,20
)
(
)
( Huile
.
185,00
12,02
)
(
)
( Ri z
.
148,00
9,62
)
(
)
( Arachide ••••••.•.•••..•
110,00
7,15
)
(
) -
( Sucre
.
100,00
6,50
)
(
)
( Poisson sec •••....•....
92,10
6,00
)
(
)
( Pain
.
75,00
4,90
)
(
)
( Concentré de tomates .••
50,00
3,25
)
(
)
( Co la
0
• • • •
46,25
3,00
)
(
)
( Oignons ....•......••...
30,00
2,00
)
(
)
( Lai t
.
28,00
1,81
)
(
)
( Poivre ......•.......•.•
25',00
1,62
)
(
)
( Café
o • • • • • • • •
20,25
1,31
)
(
)
( Sel
.
15,00
0,98
)
(
.
)
( .TOTAL. • . . . . . . . • . . • . . • . •. ..
.1538,60, . ..
.
..
.. 100,00.,
)
(
)
Source :
Enquêtes effectuées au niveau de 20 unités de consommation dans le
village de DEMBANKANE (HAIRE).
• ••

- 201 -
Mais à GANDE, la production de maïs a eu pour conséquence une
quasi inexistence de dépenses consacrées au maïs. (1). Ceci est lié à la
préférence des consommateurs pour le mil ,'quand il's'agit de faire face à des
dépenses céréalières, les quantités produites de maïs étant souvent dis-
ponibles au niveau de l'unité de consommation depuis l'introduction de la
culture irriguée.
Il faut noter ici, que la commercialisation de maïs frais pendant
l 'hivernage, au niveau des villages voisins quand elle prend une grande
ampleur (?), influence le niveau des dépenses alimentaires puisque, d'après
notre enquête au niveau de GANDE, plus de 50 %du produit de la vente de
maïs frais est destiné à l'achat de biens alimentaires, l'autre partie
étant généralement consacrée au paiement des dettes contractées au niveau
des corrunerçants pour l"acquisition de certains biens al imentaires ou p·oUr!i
le fonctionnement de l'unité de production familiale. Soit au total, une
part estimée à 70 %du produit de la vente consacrée aux dépenses alimentaires.
Actuellement, il est difficile d'appréhender de façon correcte
l'impact des revenus issus de la vente de maïs sur les dépenses alimentaires
familiales, au niveau de GANDE, à cause de l'incertitude liée à l'utilisation
de ces revenus et l'absence d'une méthode d'évaluation normale de leur montant.
Globalement, l'introduction de l'agriculture irriguée n'a anfecté
que faiblement le niveau des dépenses alimentaires. Le gonflement du volume
de ces dépenses par unité de consommation semble se justifier par le degré
de monétarisation des économies villageoises, qui est plus élevé à DEMBANKANE
qu'à GANDE.
(1)
Voir tableau n° 5;.
(2)
C'est-à-dire quand la période de commercialisation du
maïs ne correspond pas à la récolte du riz traditionnel
des champs de femmes, qui s'occupent le plus souvent de
la vente du maïs d'hivernage. Toute coïncidence de ces
deux périodes entraîne une baisse des quantités commer-
cialisées de maïs.
.. .,.

- 202 -
TABLEAU N° 53
DEPENSES ALIMENTAIRES PAR UNITE DE CONSOMMATION
(GANDE-zone de BAKEL)
(
:
:
)
(
:•
Valeur (en CFA)
:0
Pourcentage
))
(
o
0
(
)
( Mi l •.•..•••...••••••••
300,00
22,80
)
(
)
( Poisson-viande ••••.•.•
250,50
19,00
)
(
)
( Riz
.
195,00
14,81
)
(
)
( Huile
.
112,50
8,55
)
(
)
( Arachide •••...••••••.•
90,50
6,87
)
(
)
( Sucre
.
83,30
6,33
)
(
)
( Poisson sec ........•••
68,50
5,20
)
(
)
( Pain
.
40,00
3,00
)
(
)
( Concentré de tomates ••
31 ,50
2,40
)
(
)
( Col.~ •• _•••••••••••••••
30,00
2,28
)
(
)
( Oignons
.
28,00
2,12
)
(
)
( La; t
.
27,00
2,00
)
(
)
( Poivré ••..............
25,00
1,90
)
(
) !;
( Café
.
19,20
1,60
)
(
)
( Se l
.
15,00
1, 14
)
(
.
)
( TOTAL ••••.•.••••••••••
)
o

1.316,00
100,00
'0

(
)
o
Source
Enquêtes effectuées au niveau de 12 unités de consommation
dans le village de GANDE (GOYE).
•••

- ~U3 -
L'importance des dépenses alimentaires montre en outre le rôle
fondamental joué par les revenus migratoires dans le maintien du niveau de
vie, malgré l'introduction de l'agriculture irriguée. L'amélioration de la
production agricole avec la culture irriguée ne s'est pas traduite par une
diminution proportionnelle des dépenses alimentaires, peut-être à cause de
la persistance des habitudes alimentaires.
III HABITUDES ALIMENTAIRES ET REVENUS MIGRATOIRES
L'existence d'un modèle alimentaire, encore orienté plutôt vers
la consommation de produits importés, montre que, même si l'irrigation a
entraîné une modification du procès de production, elle nia pas pour autant
affecté sèrieusement le modèle de consommation qu'elle a trouvé sur place.
En effet, le maintien d'un modèle de consommation de type urbain peut
s'expliquer par le fait que l'irrigation ne génère pas une production très
. diversifiée, qui porte sur tous les produits de base du régime alimentaire
(1), ~.a culture irriguée ne concernant généralement que le riz, le maTs ou
le mil, avec souvent une place très réduite accordée aux produits maraîchers.
Mais, on a constaté que, même si la culture irriguée contribue à améliorer
la production locale d'un produit, celle-ci n'a pas pour conséquence immé-
diate une amélioration des quantités consommées du même produit. Ce phénomène
est d'ailleurs valable pour le riz cultivé pendant l 'hivernage, dans certains
villages. Dans la généralité des cas, l'introduction de la riziculture aura
contribué à élever le niveau de la production locale de riz, sans augmenter
la consommation de riz, n1 entraîner la disparition des dépenses alimentaires
de ce produit au niveau famiLial.
(1)
Ce phénomène peut être lié à d'autres facteurs
socio-économiques.
• ••

- 204 -
C'est pourquoi l'existence des dépenses alimentaires en riz
constatées au niveau de certaines familles, à DEMBANKANE, même si celles-ci
disposent de riz produit grâce à l'irrigation, témoigne encore du goût des
populations locales pour le riz thaïlandais importé.
Il semble par ailleurs, que le recours au riz importé est dû à
la facilité qu'implique sa préparation, alors que le riz produit au niveau
des périmètres irrigués exige, pour être préparé, un travail féminin sup-
plémentaire consacré au décorticage.
Néanmoins, l'attachement des populations villageoises à leurs
habitudes alime~taires et à la consommation des produits généralement
importés, peut aussi être attribuée au rôle fondamental joué par les reve-
nus migratoires.
L'apparition d'un déficit réel, que l'agriculture irriguée nia
pas encore réussi à résorber, rend toujours nécessaire le recours aux re-
venus migratoires pour le maintien du niveau de la consommation locale. La
production fournie par la culture irriguée, bien qu'elle ait une destination
généralement alimentaire, n'influence que faiblement les dépenses alimentaires
familiales; Donc est loin d'être une véritable alternative pour les popula-
tions villageoises. Actuellement, la destination alimentaire des revenus
migratoires, en zone SDNINKE de la moyenne vallée, peut être justifiée par
le souci des Kagummo de garantir la sécurit€
alimentaire des personnes placées
sous leurs responsabilités. C'est d'ailleurs ce même souci qui entraîne des
envois réguliers de mandats et qui continue de provoquer des départs répétés
des jeunes pour l'extérieur.

- 205 -
Ainsi, la consommation de produits en provenance de l'extérieur,
grâce aux revenus migratoires, s'inscrit dans la logique de la stratégie
alimentaire locale, mais en même temps, permet l'émergence d'un modèle de
consommation de-type urbain et l'adoption de certaines habitudes alimentaires
jusque-là localement inconnues. Ce phénomène, bien qulil permette le maintien
du niveau de vie, encourage le décalage entre le modèle de consommation ali-
mentaire et la production locale.
Le rôle de l'agriculture irriguée devra être dans la réalisation
de l'objectif de sécurité alimentaire de réduire ce décalage ou ce désajuste-
ment entre la consommation alimentaire et la production agricole, ce qui
est encore loin d'être le cas, en zone SONINKE. Tant que l'agriculture
irriguée n'aura pas réussi à dégager une production abondante et diversifiée
répondant aux sollicitations des consommateurs, les revenus migratoires
continueront à jouer un rôle décisif dans la survie des populations locales.
Par ailleurs, il faut peut-être souligner qu'à l 'heure actuelle,
il est un peu tôt pour dresser un bilan alimentaire de l'irrigation, étant
donné son introduction récente en zone SONINKE.' Cela peut expliquer, au
moins pour le moment, la rigidité des structures alimentaires et l'influence
très faible de l'agriculture irriguée sur le niveau de consommation, entraî-
nant le recours obligatoire aux revenus migratoires.
Dans l'ensemble, la réalisation de l'objectif de sécurité alimen-
taire, dépendra, dans le futur, des capacités de mutation des structures de
consommation et de production au niveau local, mais aussi du rôle que joueront
les revenus migratoires.

- 206 -
CHAP ITRE II l
LE PASSAGE D'UN MODELE D'AUTO-CONSOMMATION
A UN MODELE DE SURPLUS
L'existence d'une économie de subsistance où l'essentiel de la production
agricole est destiné à l'auto-consommation familiale, constitue, jusqu'à
présent, un fait dominant dans la vie socio-économique SONINKE. L'étude de
l'utilisation de la production obtenue, aussi bien au niveau des cultures tra-
ditionnelles que dans les cultures irriguées (au niveau des deux sections
précédentes) confirme bien ce phénomène, puisque les quantités auto-consommées
peuvent parfois atteindre plus de 70 % de la production totale (1).
Or, si l'intensification agricole en zone SONINKE vise, à court et moyen
termes, la garantie de la sécurité alimentaire des populations locales, il
n'en demeure pas moins vrai qu'elle doit rechercher à plus long terme à dégager
un surplus agricole (2) capable d'impulser le développement agricole local.
Mais la réalisation d'un surplus par l'agriculture irriguée doit s'inscrire
désormais dans le cadre de la nouvelle politique agricole (NPA) (3); élaborée
dès le début de l'année 1984 et qui prône un développement agricole fondé sur
la participation responsable des paysans, en leur confiant une certaine auto-
nomie de gestion.
(1)
Voir tableau N° 51 dans la section II , paragraphe 1.
(2)
Notre propos désigne 11 l'existence d'un écart positif entre
le volume de la production alimentaire et la quantité de
subsistances nécessaires à ceux qui la réalisent Il. Cet
excédent permet à une partie de la population de s'adonner
à d'autres tâches que la quête des subsistances.
R. BADOUIN, ECONOMIE RURALE, Armand Colin 1971, Page 203 •
• • •

- 207 -
Dans cette perspective, les lettres de mission assignées à la
SAED par le Gouvernement Sénégalais vont entraîner, au fur et à mesure que
les paysans acquièrent la technique de la culture irriguée, un désengagement
de la société d'aménagement.
Sans essayer de revenir sur certaines contraintes que pourrait
entraîner une politique d'intensification agricole, qui vise d~abord la
satisfaction des besoins alimentaires (contraintes d'ordre économique,
social et technique) (4), nous tenterons d'appréhender les conditions
nécessaires au passage d'une économie de subsistance à une économie où un
surplus agricole sera désormais réalisé.
(3)
La. nouvelle politique agricole a été définie. par le
Gouvernement Sénégalais à l 'issue du Conseil Inter-
ministériel 'dù 25 mars et 16 avrll 1984. Elle part
de la constatatlon fondamentale suivante:
" Malgré les efforts déployés, l 'économie agrico~e
marque peu de progrès. Elle demeurera très fragile
parce que dominée par bon nombre de facteurs limitants
qui appellent, pour leur remède, des choix de politique
économique ainsi que d'une nouvelle distribution des
rôles au sein même du processus de développement ".
LA NOUVELLE POLITIQUE AGRICOLE, Introduction. Annexe
MINISTERE DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE, DAKAR, mars 1984.
(4)
A celles-ci, il faut ajouter la contrainte de l'équilibre
agro-écologique. Selon HUGUES DUPRIEZ : Il Intensifier
l'agriculture, c1est aussi réaliser à long terme, de
meilleurs équilibres agro-écoTogiques. Une agriculture
très productive dans' 'immédiat, mais inproductive à
terme, ne peut en effet être considérée comme réellement
intensive Il.
PAYSANS D'AFRIQUE NOIRE, ENDA, Terre et vie, 1982, P. 74.
• • •

- 208 -
En conséquence, nous tra i terons : .:. . '.. .
- L'ajustement entre la consommation et la production locale
- Le choix d'un type d'exploitation agricole et la nature de
l'investissement agricole;
Enfin, la politique d'incitation à la production agricole.
l
L'AJUSTEMENT ENTRE LA CONSOMMATION ET LA PRODUCTION'AGRICOLE
te qui frappe d'abord l'observation au niveau du système agro-
alimentaire des SONINKE de la moyenne vallée du SENEGAL, c'est l'inadéqua-
tion entre un modèle alimentaire -qui a tendance à s'urbaniser avec l'adop-
tion de produits achetés grâce aux revenus migratoires (sucre, huile, riz .•• )-
et une production agricole fondée sur des produits locaux (mil, mais, gombo,
bissQP ••• ) autoconsommés.
Au contraire d'une économie de cueillette dans laquelle l'équilibre entre
la consommation et la production revêt un caractère conjoncturel (1), ici on se
trouve en face
d'un déséquilibre structurel, où l'incapacité de la production
à répondre aux besoins alimentaires et l'influence du contact des SONINKE avec
l'extérieur rendent nécassaire le recours aux revenus migratoires.
(1)
Selon CEPEDE et LENGELLE, 11 Dans une économie de cuei 11 ette
le problème est celui de la quantité. Si elle est,assurée
les régime est équilibré. " Il se pose d'ailleurs, sous
les climats comportant des saisons marquées, avec d'impor-
tantes variations. Au cours de la belle saison, la table
naturelle est abondamment servie. A la mauvaise, la famine
peut éclater ".
L'ECONOMIE DE L'ALIMENTATION, P.U.F. 1954. 'f.~1
.. ~

- 209 -
Etant donné l'étroite interdépendance entre la consommation ali-
mentaire et la production agricole, relevant du fait même que l'alimentation
d'un peuple agricole peut être limitée par sa praductivité.athiia.l"\\~1) et
vice-versa, la réalisation d'un surplus agricole disponible avec l'introduc-
tion de la culture irdlguée, nécessite la satisfaction des besoins alimen-
taires;
Ceci pose le problème de l'adéquation entre la structure de la
production et de la consommation. L'instauration de l'intensification
agricole en zone SONINKE, et qui vise une croissance de la production ali-
mentaire, constitue déjà un premier pas important accompli pour remédier à
la déficience des ressources alimentaires locales. Mais la croissance même
soutenue de la production alimentaire, n'est pas une condition suffisante
pour un ajustement entre la production et la consommation. Il faut, en outre,
une politique alimentaire qui encourage la consommation de produits fournis
par l'agriculture irriguée, donc une modification des habitudes alimentaires
plutôt orientées vers les produits importés.
Une pol itique d'encouragement de la cènsommation des produits de
l'agriculture irri9~ée est d'autint ~lus nécessaire que l'étude de l'impact
alimentâire de l'irrigation dans la section précedente nous a montré que,
dans certat!'!s villages comine DEt'1BANKANE, où là culture irriguée porte sur le
riz, il' n'y a pas eu une'disparition total~ des dépenses de riz même au.
niveau des unité~ de production qUi' ont récolté'des ~uantités-suffisantes de
.ce produit pour l'alimentation familiale.
(1)
VECONOMIE DE L'ALIMENTATION, P.U.F.
1954.o1.cj-
.. .

- 210 -
Donc, cette politique doit avoir pour objectif d'inciter les
populations autochtones à la consommation de nouveaux produits (riz, pro-
duits mara'chers, fruits ••• ), livrés par l'irrigation, essayant de mettre
en exergue leur valeur nutritives et alimentaires. Par ailleurs, elle doit
favoriser la création de stocks de réserves alimentaires, en prévision des
périodes de soudure qui sont fréqlJentes en zone SONINKE pendant 1 'hivernage
(1). Cependant, la recherche ou la garantie de la sécurité alimentaire,
grâce à l'irrigation, ne doit pas entraîner l'émergence d'une économie
alimentaire repliée sur elle-même, mais ouverte aux produits en provenance
de l'extérieur pour assurer un approvisionnement alimentaire qualitatif
et diversifié.
II
LE CHOIX D'UN TYPE D'EXPLOITATION ET LA NATURE DE L'INVESTISSEMENT
AGRICOLE.
L'introduction de la culture irriguée en zone SONINKE de la
moyenne vallée a conduit, dès le départ, au choix d'un système fondé sur
les petits périmètres irrigués villageois intégrant les structures de
production communautaires traditionnelles. L'avènement de l'agriculture
irriguée a, en outre, suscité un débat et une confrontation entre la SAED
(organisme de tutelle) et la Fédération des paysans SONINKE du GaYE (zone
de BAKEL) , concernant la conception du projet "petits périmètres irrigués"
et le choix des types de champs collectifs ou individuels.
(1)
Il faut souligner à ce titre que les greniers familiaux
correspondent plutôt à une agriculture de subsistance
où H la ~roduction n'est pas abondante. L'agriculture
irriguée génère une production de volume plus important
donc nécessite des moyens de réserves plus efficaces.
. ..

- 211 -
Avec les progrès de l'agriculture irriguée, le passage d'un
modèle d'auto-consommation à un modèle où un surplus agricole sera dispo-
nible, nécessite le choix d'un type d'exploitation moderne et dynamique,
capable d'impulser le développement agricole.
La réalisation d'un surplus agricole semble s'accommoder diffici-
lement avec des exploitations individuelles s'appuyant sur des parcelles
de petites dimensions, peu fonctionnelles et mal adaptées, avec des coOts
d'irrigation élevés qui risquent d'obérer la rentabilité des cultures.
De même, les tentatives entreprises pour promouvoir le développe-
ment de l'agriculture collectivisée en zone SONINKE ont quasiment été en
échec (1), l'ex i stence d'une agri cu lture de type fami 1ia1
ayant généralement prévalu au niveau des petits périmètres irrigués,vi11a-
geois.
Selon une enquête effectuée au niveau des paysans émigrés, 51,16 %
des réponses sont favorables au choix d'un type d'exploitation familiale,
alors que les réponses favorables à l'exploitation individuelle et collective
ne sont respectivement que de 20,93 %et 11,63 %. En même temps, 7,75 %des
réponses sont favorables à un système d'exploitation individuelle et familiale,
tandis que 4,65 %prônent l'adoption d'un système d'exploitation à caractère
hybride, tel qu l i1 existe actuellement dans la zone du GOYE (zone de BAKEL),
avec la coexistence entre cha~ps collectifs et champs familiaux ou indivi-
duel s (2).
(1)
Il faut noter, à ce titre, que la plupart des champs
collectifs que prônait la Fédération drganisée des
paysans SONINKE ont disparus au niveau des périmètres
du GOYE.
(2)
Notre échantillon concerne 129 émigrés dont 92 mariés
et 37 célibataires; 3,88 %de notre échantillon est
sans réponse.
• • •

- 212 -
Il s'agit maintenant de s'interroger sur les chances de réussite
de l'exploitation familiale.
Le caract~re "familial "ou même l'villageois" de l'agriculture
irriguée peut ne pas être synonyme "d'archatsme". L'exploitation de type
familial peut évoluer vers une exploitation paysanne moderne, sans même
exclure certains supports communautaires : entraide villageoise, coopéra-
tives de distribution •.• (1).
Mais l'essor d'une agriculture de type familial moderne et dyna-
mique, doit entraîner en plus une extension des surfaces cultivées au niveau
familial, pour une plus grande rentabilité du capital utilisé et pour couvrir
les charges d'exploitation, mais surtout dans le but d'exploiter toutes les
réserves de productivité de 1 lexploitation agricole. L'accroissement des
surfaces cultivées au niveau de l'exploitation familiale peut se faire soit
par une augmentation de la dimension des parcelles irriguées, qui peuvent
passer de 0,16 ha à 0,25 ha, ou par lloctroi de deux ou trois parcelles
irriguées par exploitation familiale.
Ce phénom~ne ne sera pas sans conséquence sur les structures foncières
familiales et le facteur "espace" peut constituer, à terme, une contrainte à
l'extension des parcelles irriguées, étant donné la rareté des terres irri-
gables.
(1)
"Evaluation prospective de l 'opération périm~tres
irrigués villageois, dans le. département de MATAM
au SENEGAL ".
Caisse centrale de coopération économique,
Octobre 1984.
• • •

- 213 -
Outre les problèmes technico-économiques, la dynamique de l'exploitation
familiale en agriculture irriguée dépendra de la pérénité des relations de
dépendance entre aînés et cadets, devenue incertaine avec l'indépendance
économique de plus en plus affirmée des cadets grâce à l'émigration.
Par ailleurs, la modernisation de l'exploitation agricole familiale
sera liée aussi au rôle que jouera l'épargne migratoire.
Selon Pierre BOISSEAU \\1 innover revient finalement à investir, ce
qui implique une démarche compliquée d'analyse et de synthèse à laquelle la
plupart des agriculteurs sont peu préparés Il. (1)
L'innovation de l'exploitation agricole nécessite, en zone SONINKE
de la moyenne vallée, une formation permanente des paysans pour les initier
à des prises de décisions d'investissement ou de financement nécessaires
à la modernisation de leur exploitation agricole.
A ce niveau, l'épargne migratoire peut jouer un rôle décisif dans
l'essor de l'agriculture irriguée en zone SONINKE de la moyenne vallée. En
effet, une destination productive de l'épargne migratoire, au niveau de
l'exploitation familiale, doit contribuer à élever le niveau de la produc-
tion agricole et permettre la réalisation d'un surplus agricole disponible
au niveau de l'unité de production familiale.
(1)
P. BOISSEAU, Il La modernisation des exploitations
agricoles, vue par un.sociologlJe rural Il.
Dans REVUE SUISSE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIES
RURALES, 1er septembre 1982.
• • •

r10venne des fréquences
- 214 -
des envois
WIli/////////&////0
500
Calendrier
cultura l du ri
-_.-*- .....
d'hivernage 19
)1------- -
..................
400
",,/
-~
./
,.,-
".
300
,- ""
*'
G. 8.1
200
100
o
Févri er
Ma i
août
nov.
Moyenne des fréquences
Mars
juin
sept.
déc.
des envois
Avril
juillet
oct.
jan.
WIll/il OJïzvml! lmIll'!
500
Calendrier
cultural du ri
d'hivernage 19
400
300
G. 8.2
200
100
fév.
août
nov.
!Vars
sept.
déc.
fJ.v~
[f_~.-=---~...-li~:;::;::;::;:;:;~;::;:;;:;:;:;~:;:;;;;::;;-;::;~~
Moyenne des fréquences
V1l177Z111l1111IlZZZ771Z11lZII1Ii1
des envois
~
Calendrier
500
/
. -......
/
-....-
cul tura l du ri
/
~
d'hivernage 19
/
--
/
--.
/
/
)fi'
300
200
G. 8.3
100
o
.H·Itv·
COURBES D'EVOLUTION DE LA MOYENNE DES FREQUENCES DES ENVOIS DE
MANDATS ET CALENDRIER CULTURAL EN CULTURES IRRIGUEES
(DEMBANKANE ZONE DE MATAM)
LEGENDE
W1/IJ
calendrier agricole
fréquence des envois de mandats

- 215 -
Le rôle de l'investissement consistera alors à faciliter la
transition d'une agriculture d'auto-subsistance à une agriculture où les
décisions à des fins d'investissement permettront une croissance soutenue
de la production agricole.
Pour cela, il faudrait qu'il y ait une forte liaison entre le
déroulement du cycle de production au niveau des périmètres irrigués et les
envois de mandats par les émigrés. Les graphiques G8~, G 8.2et G"8~3, obte-
nus à partir de la moyenne des fréquences des envois par trimestre (1), au
niveau du bureau de poste de DEMBANKANE et d'une comparaison avec le dé-
roulement du calendrier cultural du riz en culture irriguée, confirme
1 'hypothèse d'une liaison entre revenus migratoires perçus au niveau local
et l'évolution de la saison culturale du riz. En effet, BOS trois graphiques
nous montrent une fréquence élevée des mandats du mois de mai où commencent,
généralement,- les travaux de riziculture, aux mois de septembre et d'octobre
(PHASE A), période à partir de laquelle nos courbes de fréquence amorcent
génêralement une chute. (PHASE B), annoflcant-la:'fin de-lfÎ--campagne r"tzicole..
Alors que .là·_fréqueoce,des envois atteint.·son niveau'le plus. bas du mois de
février au mois d'avril (PHASE Cl, en l'absence d'activités rizicoles pendant-
cette période (2).
(1)
Voir annexe nO'
(2)
La phase A correspond à une phase de pointe où il y a
une recrudescence des travaux de riziculture (planage,
désherbage, semis, pépinière et repiquage) entraînant
des dépenses de main d'oeuvre salariée.
La phase B correspond à une phase où l'activité culturale
est moins intense (gardiennage, récolte, ballage), qui
nécessite plus de travail d'entraide que de travail salarié.
La phase C marque la pause dans l'activité rizicole •
• • •

- 216 -
Bien que la fréquence des mandats peut être déterminée par d'autres
facteurs, principalement alimentaires (1), il faut noter que le déroulement
du ,cycle cultural du riz d1hivernage exerce une influence certaine sur ce11e-
ci.
Du degré d'influence de l'agriculture irriguée sur la fréquence
des envois, donc des relations qlJe celle-ci entretiendra avec l'épargne
migratoire, dépendra le niveau de 1 1investissement agricole en zone SONINKE
L'ampleur de cette influence et l'intensité de ces relations seront à leur
tour déterminées par les décisions d'investissement prises au niveau de
l'exploitation familiale.
En pl us du rô1 e que pourra jouer 1 1 investi ssement agricol é dans
la modernisation de l l exploitation agricole et la réalisation d'un surplus
par l'agriculture irriguée, il faut retenir la mise en oeuvre d'une politique
agricole efficace.
III
UNE POLITIQUE D'INCITATION A LA PRODUCTION AGRICOLE
Comme nous le soulignions dans l'introduction de notre section, le
phénomène majeur pour les paysans du SENEGAL et en particulier pour les
paysans SONINKE de la moyenne vallée, ces dernieres années aura
sans
doute été l'introduction, à partir de 1985, de la nouvelle politique
agricole élaborée par le Gouvernement dans le monde rural et dont la
philosophie repose sur une prise en charge par la paysannerie de son propre
destin (2).
(1)
La période de la riziculture correspond généralement
à des moments de soudure dans notre zone.
'(2) Voir annexe

- 217 -
Au niveau de la moyenne vallée. cette politique aura pour consé-
quence une modification des relations qui liaient les paysans à la SAED.
D'ailleurs, dans la deuxième lettre de mission (1), assignée à la SAED par
le Gouvernement Sénégalais, il est prévu une participation plus responsable
des paysans dans le développement de la culture irriguée, tout au long de la
vallée. Dans la perspective de la nouvelle politique agricole et des engage-
ments réciproques obligatoires entre la SAED et le gouvernement Sénégalais
(2), la réalisation d'un surplus agricole et la réussite de l'intensification
agricole en zone SONINKE dépendront, pour une large part, de l'efficacité
de la politique de prix et de commercialisation au niveau local.
L'essor de l 'agriculture intens~ve au niveau de la zone SONINKE
dépendra en partie de la politique de prix pratiquée pour les différents
produits fournis par celle-ci (riz, maïs, mil ••• ). Cette politique doit
entraTner une augmentation des prix au producteur des produits céréaliers
vivriers suscités pour favoriser une incitation à la production des denrées
alimentaires au niveau des parcelles irriguées et l'apparition d'un surplus
agricole au niveau local ou régional.
Selon le texte même du Conseil des Ministres du 8 octobre 1984,
les efforts consentis pour l'augmentation des prix au producteurs des
principaux produits vivriers (mil, sorgho, maïs, riz paddy et niébé)
relèvent Il de la volonté du Gouvernement de conduire une politique d'auto-
suffisance alimentaire Il
(1)
La deuxième lettre de mission définit les objectifs
à court terme, 1987 préparant l'entrée en service des
barrages, en particulier une décentralisation des
aménagements.
(2)
Notamment celui d'un retrait progressif de la SAED
au profit de l'initiative individuelle et collective.

- 218 -
Mais, dans la zone SONINKEde la moyenne vallée, l'écart entre
les prix au producteur peut aller de 25 à 35 francs CFA pour certains
produits comme le riz et le mil. Ce phénomène peut être lié à l'éloignement
(1) de notre zone qui entraîne une incorporation des frais de transport
dans les prix des produits importés.
Selon l'étude du TUSKEGEE INSTITUTE sur les petits périmètres (2)
irrigués de BAKEL, les coûts de production de riz par tonnes à partir des
budgets indicatifs chiffrés, sont comparables aux coûts du riz asiatique
livré à DAKAR à 64 francs CFA/kg. Alors que les coOts de production du
riz paddy par tonne peuvent varier entre 50,107 et 70,735 francs CFA, dans
la zone de BAKEL. " Même si nous considérions que tous les chiffres sont des
estimations, il semble que les coOts seraient approximativement équivalents Il
(3) .
(1)
Notre zone est située à plus de 700 km de la capitale
DAKAR.
(2)
Le TUSKEGEE INSTITUTE, fondé en 1881 dans l'ALABAMA
(Etats Unis dIAmérique), s'intéresse par le biais de
son centre de développement rural international, à
certains projets d'irrigation dans le monde, notamment
dans les pays en voie de développement. Il En 1981, une
équipe de TUSKEGEE, composée d'un économiste agricole
et d'un étudiant en sciences agricoles a séjourné au
SENEGAL pendant sept semaines en vue dè constituer un
rapport d'étude économique sur les coûts d'exploitation
des petits périmètres irrigués de la région de BAKEL.
Cette étude a été financée par l rUSAID/SENEGAL et eS~1
le 211ème projet de TUSKEGEE ".
LE TUSKEGEE INSTITUTE, center for rural development,
International rural development.
LES PETITS PERIMETRES IRRIGUES DE BAKEL - Etude de
production économique, 1981.
(3)
TUSKEGEE INSTITUTE, "Les peti ts périmètres i rri gués
de BAKEL II , Etude de production économique, op cité
page 46. Voir annexe na

- 219 -
L'incitation à la production agricole au niveau des périmètres
irrigués villageois dépendra de la capacité des autorités politiques et
administratives d'amener les prix au producteur à un niveau qui correspond
au coOt réel de production, et à la mise en place de réseaux de commercia-
lisation efficaces pour améliorer les revenus des paysans.
L'essor de la culture irriguée en zone SONINKE de la moyenne vallée
doit s'accompagner de l'apparition et du développement de flux d'échanges
au niveau villageois ou inter-villageois.
Or, la constatation fondamentale au niveau des villageois concernés
par·la culture irriguée, est la faiblesse des flux d'échanges. Ceci peut
être dû à plusieurs facteurs •
. D'abord, la faiblesse du niveau de la production agricole
qui est principalement orientée vers l'auto-consommation familiale et
l'inexistence d'un marché organisé au niveau local, liée très certainement
à l'absence d'un surplus commercial. A tout cela, il faut ajouter la dupli-
cation des projets de culture irriguée. En effet, le développement de
l'agriculture irriguée doit en plus de la réalisation d'un surplus commer-
ciable, doit entraîner une planification régionale de la production agricole.
L'adoption de périmètres irrigués portant sur un même type de culture
(riz ou mals au niveau de villages voisins), n'encourage pas la création de
flux d'échanges entre ces deux localités, alors qu'une spécialisation
agricole aurait facilité le développement du commerce inter-villageois.
Actuellement, la commercialisation des produits agricoles ne
concerne qu'une part très faible de la production agricole des périmètres
irrigués: environ 1 à 2 %de la production.

- 220 -
Ce phénomène, lié très certainement aux faits suscités, ne devra
pas durer, la croissance de la production agricole au niveau des parcelles
irriguées devra s'accompagner d'une mise en place de réseaux de commercia-
lisation opérationnels au niveau villageois et d'une bonne harmonisation
entre cycle de production et campagne de co~nercialisation. Par exemple,
le commerce du maïs entre villages voisins, qui constitue souvent IJne
activité principale des femmes, ne doit pas correspondre à une période où
les travaux de riziculture d1hivernage (récolte et transport particulière-
ment) au niveau des champs féminins connaissent une certaine recrudescence
(voir note 1" page~C'1). Donc, à une planification et une spéèiàlisation
agricoles rigoureuses doit s'ajouter
un bon décalage entre calendrier de
production et campagne de commercialisation des produits agricoles

- 221 -
CONCLUSION
UNE AUGMENTATION SENSIBLE DE LA PRODUCTION ALIMENTAIRE
=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-~-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-~-
L'instauration de llagriculture irriguée dans la moyenne vallée
du SENEGAL a constitué un événement majeur dans le mode de vie traditionnel
SONINKE, suscitant par sa portée des comportements de méfiance et de résis-
tance des paysans ou des tiraillements entre autorités locales et autorités
administratives de la SAED.
Par rapport à 1·objectif de sécurité alimentaire, l'agriculture
irriguée aura contribué à une amélioration sensible de la production ali-
mentaire au niveau local, ce malgré les contraintes sociales, économiques
et techniques qu'elle implique, mais aussi la parcellisation foncière
qu'elle induit.
Autant qulon puisse en juger à llétat actuel du projet des petits
périmètres irrigués villageois, les rendements obtenus au niveau de la
culture irriguée sont meilleurs, comparés aux performances des cultures
traditionnelles.
Le passage d1un modèle d'auto-subsistance où l'essentiel de la
production agricole est destinée à l'auto-consommation familiale, à un
modèle où un surplus sera disponible au niveau de l'unité de production
familiale, dépendra du choix du type d1exploitation, du rôle que joueront
les revenus migratoires dans l'investissement agricole et de la mise en
place d1une réelle politique incitative à la production agricole.

CONCLUSION

- 223 -
LE DECALAGE ENTRE LA PRODUCTION ET LA CONSOMMATION
-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=
Si l'on s'interroge sur l'avenir, ou même le devenir, de l'économie
SONINKE de la moyenne vallée du SENEGAL, l'impression d'un décalage entre
le modèle de consommation et les modalités d~une initiative productive
individuelle ou collective demeure encore forte. Mais on ne s'improvise pas
agriculteur, on le devient. C'est pour les SONINKE une question de temps,
d'organisation mais aussi de motivation dans un système où migrations et
production agricole ne sont pas contradictoires.
La déficience de la production agricole peut d'une part s'expliquer
par le caractère archaTque des structures de production traditionnelles, mais
aussi par la sècheresse qui, en encourageant l'apparition d'un déficit vivrier
au niveau local, fait de l'émigration le seul moyen de survie pour les popu-
lations SONINKE.
La généralisation des mouvements migratoires à partir des années
60, sans remettre totalement en cause la hiérarchie sociale préétablie, induit
un réaménagement des rapports de production entre les différents clans. En
outre, les flux migratoires vont affecter les modalités de la consommation
à l'intérieur de l'unité d'exploitation familiale. La tendance sera marquée
par une autonomie des ménages et une segmentation ou une dynamique spatiale
du Ka.
Bien qu'elle encourage l'émergence du salariat, par le départ des
actifs, et le déficit en main d'oeuvre qu'elle provoque, l'émigration
permet,
grâce aux revenus migratoires, de combler le déficit vivrier local. Ce qui
accroTt du même coup la dépendance alimentaire de la zone vis-à-vis des
flux monétaires en provenance de l'extérieur et de la France en particulier.

- 224-
L'avènement de l 'agriculture irriguée devrait contribuer à
atténuer le déficit vivrier et la dépendance alimentaire locale vis-à-vis
des revenus migratoires, mais elle ne connaîtra pas la même évolution
selon que lion soit dans le GOYE ou dans le 'HAIRE.

Q~~_~Q~~~~~iQ~~_~fff~r~~~~~_~_l~i~~rQg~s~iQ~_g~_l~_S~l~~r~
irrig~~~
Dans le GOYE (zone de BAKEL), l'introduction de la culture irriguée
a été devancée par une initiative paysanne de développement agricole conduite
par la Fédération des paysans organisés en zone SONINKE de BAKEL. Celle-ci
prônait une agriculture irriguée fondée sur des structures collectives
accordant la priorité aux produits vivriers. L1ex'écution du projet petits
périmètres irrigués villageois de la SAED, confrontée dès le départ à une
résistance paysanne fut plus lente à cause des tiraillements et des diver-
gences de conception sur la gestion des périmètres, aboutissant à une
coexistence entre champs collectifs de la fédération et parcelles indivi-
duelles ou familiales encadrées par la SAED.
Contrairement à la région du GOYE, l'introduction de la culture
irriguée dans le HAIRE (zone de MATAM) fut plus aisée. Ici", la méfiance
de~ autorités villageoises était liée à leur sou~i de préserver leur
droit coutumier sur la terre.
Mais en pl~çant sous la responsabilité des villageois la distri-
bution des parcelles,.la SAED a fait:di~para'tre tout risque de conserva-
tisme foncier. Néanmoins, la répartition inéga~itaire des parcelles traduira
très souvent la volonté des clans dominants de préserver leurs anciennes
prérogatives foncières. Cependant, l lagriculture irriguée, en appliquant
le principe "un homme, une parcelle ll , facilite 'Iaccès des autres clans
(captifs, arti sans et a-ll ochtones) à l a ma îtri se foncière.
. ...

- 225 -
Par rapport au système productif local, l'instauration de la
culture irriguée a entraîné, au niveau du GOYE (zone de BAKEL) un dévelop-
pement parallèle des cultures traditionnelles et des cultures irriguées
tel que le concevait la fédération avec une forte compétition dans la
répartition du temps de travail. Alors que dans le HAIRE (zone de MATAM),
1 lengouement des paysans pour la culture irriguée s'est accompagné parfois
d'un délaissement des cultures traditionnelles sous pluies (1). Cet engoue-
ment des paysans au niveau du HAIRE a sans doute contribué à 11obtention
de rendements plus performants dans cette zone.
Malgré les difficultés liées à la maîtrise de nouvelles techniques
culturales par les paysans et la rigidité des structures sociales, l'agri-
culture irriguée a entraîné, dans la généralité des cas, l'apparition de
rendements meilleurs, comparés à ceux obtenus dans l'agriculture tradition-
nel1 e.
Même si dans un objectif de sécurité alimentaire, l'amélioration
relative des rendements agricoles siest traduite par une augmentation
sensible de la production alimentaire, l'exploitation des parcelles i'rriguées
reste encore déficitaire, donc nia pas un impact suffisant sur les revenus
agricoles, confirmant ainsi le rôle fondamental que pourraient jouer les
revenus migratoires.
Si, à 11 heure actue ne et à court terme, l' agri cul ture i rri guée
doit chercher à assurer la sécurité alimentaire des populations SONINKE,
dans le cadre de la nouvelle politique agricole élaborée par les autorités
sénégalaises dès 1984, elle doit à long terme se fixer comme objectif la
réalisation d'un excédent agricole.
(1) Ce phénomène est souvent encouragé par la r.areté des
, pluies au niveau des terres'Jéeri et Foondé.

-226
-
Mais dans une économie où le phénomène migratoire constitue un
fait dominant, la réussite d'une agriculture irriguée intensive et la
réalisation d'un surplus ne peuvent être déconnectées de l 'évolution des
flux migratoires.
Par la fuite des actifs .qu'elle entrafne, l 'émigration peut
constituer un obstacle à la réussite de toute politique d'intensification
agricole en zone SONINKE. En retour, une destination productive des revenus
migratoires peut impulser le développement agricole local (1). Enfin, la
mise en place d'une politique efficace de réinsertion des migrants dans
les structures productives villageoises devrait favoriser unemaftrise
plus rapide des techniques agricoles modernes et l'émergence d'uneagri-
culture plus productive et plus intensive.
(1)
Les revenus migratoires peuvent constituer une
importante source de subvention à l'exploitation
déficitaire des parcelles irriguées et accroître
en même temps leur autonomie vis-à-vis des res-
sources de la collectivité nationale.
,EVALUATION PROSPECTIVE DE L'OPERATION PERIMETRES
IRRIGUES VILLAGEOIS DANS LE DEPARTEMENT DE MATAM
AU SENEGAL.
Op cité Il Caisse centrale de Coopération Economique."

A N N E X E S
=-=-=-=-=-=-=-=

- 228 -
ANNEXE
1
FEDERATION DES PAYSANS ORGANISES EN ZONE SONINKE DE BAKEL
REGLEMENT INTERIEUR
Les paysans organisés au sein des groupements collectifs de
production agricole des villages de :
1. BALLOU, 2. AROUNDOU, 3. YAFERA, 4. GOLMY, 5. KOUNGHANY,
6. TUABOU, 7. MANAEL, 8. YELINGARA, 9. DIAWARA, 10. MOUDERY,
11. GALLADE, 12. GANDE, 13. TOURIME, 14. SEMA, 15. GOUGNAN,
16. GABOU, 17. BAKEL, 18. DIABAL, 19. KADIEL,
conscients du retard qu'accuse la zone SONINKE du département de BAKEL
en matière de developpement économique,
décidés à lutter contre ce sous-développement par le moyen de·la maîtrise
de l'eau et l'utilisation rationnelle des méthodes culturales les mieux
adaptées aux conditions de la région,
acceptent librement de se regrouper au sein d'un organisme fédéral dénommé
FEDERATION DES PAYSANS ORGANISES EN ZONE SONINKE, et par voie de conséquence
adoptent à l 'unanimité de ses délégués le règlement intérieur suivant,
engageant ainsi moralement chacun des groupes concernés.
CHAPITRE I : BUT
ARTICLE 1er.
L'an 1975, il est crée à BAKEL, à la date du 5 août,
une Fédération réunissant tous les groupements précités par le biais d~
leurs délégués désignés dont le but est:
a) d'orienter et de coordonner les actions de développement
des différents groupements constitués ;
b) de donner une impulsion nouvelle et vigoureuse aux masses
paysannes SONINKE, en vue de les faire accéder entre autres aux méthodes
culturales modernes, ou les plus éprouvées pour la culture irriguée du
.
.
riz, du sorgho, du maïs, du blé et des produttsmaratchers.

- 229 -
ANNEXE 1 (suite)
CHAPITRE II : CONDITIONS D'ADHESION
ARTICLE 2. La Fédération, se voulant souple et démocratique, laisse
aux divers groupements membres la composant toute la liberté et initiative
internes de s'organiser et de s'administrer à leuf guise selon les parti-
cularités de chacun.
ARTICLE 3. Sont admis membres au sein de la Fédération tous groupe-
ments acceptant les buts et règlements de la Fédération.
CHAPITRE III.: RAPPORTS AVEC'LAS.A.E.D
ARTICLE 4. Conformément à l'esprit de la réforme territoriale adminis-
trative sénégalaise qui veut que les collectivités locales gèrent leurs
propres affaires dans toutes les localites dlJ SENEGAL, et compte tenu du
souci de développement intégré du monde rural, nos divers groupements en-
tendent s'exercer à gérer leurs propres affaires administratives et finan-
cières avant même que la réforme ne s'applique à notre département.
ARTICLE 5. Dans cet ordre d'idées, la Fédération, consciente du carac-
tère limité de ses moyens techniques et sachant que la réussite de ses
actions implique nécessairement la collaboration technique des organismes
de développement tels que la S.A.E.D, la Fédération en conséquence collabo-
rera avec celle-ci, sans toutefois que cette collaboration aliène son
autonomie administrative et son indépendance financiè.re :
a) Tous les groupements sont tenus d'appliquer le programme
'agricole conçu par leurs bureaux exécutifs respectifs. Les groupements
accepteront de la S.A.E.O tous les conseils utiles et suggestions pour
la promotion de leurs actions dans le domaine technique. L'encadrement
de la S.A.E.O restera essentiellement technique et ne saurait être assorti
. '
.
d'aucune condition d'assujettissement.

- 230 -
ANNEXE 1 (suite)
ARTICLE 6.
Les groupements ont toutefois la liberté de se faire
procurer du matériel (engrais, semences, gas-oil, engins agricoles) soit
par la S.A.E.D, soit par tout autre organisme vendeur si le prix de vente
de celui-ci était plus bénéfique pour nos groupements.
b) Les groupements pourront solliciter les prestations de service
de la S.A.E.D à un prix convenable qui ne les désavantagerait pas, ou solli-
citer
son aide technique en cas de besoin surtout pour les grands travaux
d'aménagement.
c) La S.A.E.D, en aucune manlere, ne peut contraindre les groupe-
ments à s'endetter ni auprès d'elle ni auprès des banques; ceci pour éviter
une mainmise sur leurs affaires.
d) S'agissant de la commercialisation de leurs produits, les
groupements entendent d'abord satisfaire les besoins de leurs membre~, après
quoi ils vendront le surplus à un prix rémunérateur, soit aux brganismes
étatiques chargés de la commercialisation des produits agricoles, soit sur
le marché libre.
CHAPITRE IV : RAPPORTS AVEC LES ORGANISMES DE DEVELOPPEMENT
e) La Fédération pourra établir les mêmes rapports qu'elle a
établis avec la S.A.E.D avec d'autres organismes de développement agissant
dans le sens des intérêts et de la promotion du monde rural.

- 231 -
ANNEXE 1 (suite)
CHAPITRE V : CARACTERE APOLITIQUE
ARTICLE 7. La Fédération, se voulant essentiellement un organisme
dont le seul et unique but est de contribuer à réaliser le développement
économique de notre département, conservera aussi longtemps qu'elle existera
son caractère apolitique. Par voie de conséquence logique, elle ne tolère
en son sein aucune discussion politique, a fortiori une activité politique
devant l'aliéner. Donc toute action politique allant à 1 lencontre du pré-
sent article n'engage que la seule et unique personne qui l'aurait menée.
CHAPITRE VI : LES RESSOURCES
ARTICLE 8. La Fédération ne fonctionnera financièrement que par les
seules ressources qui sont :
a) La cotisation mensuelle de chaqué groupement membre fixée à
la sor/lme de MILLE CINQ CENT FRANCS (1 500 F) qui doit être versée au
trésorier général fédéral au plus tard le 15 de chaque mois.
b) Les aides financières extérieures, si elles ne sont assorties
d'aucune condition d1assujettissement.
(Les huit chapitres restants concernent la structure et
le fonctionnement interne de la Fédération.)

___
_ .•
, • • •
\\
I J V \\ J
l J V 1 J
..
1 I\\V\\JV\\.Il.LV\\'
\\,1\\.0,
l'lnJ,oJ
PERIMETRE DE GANDE
1 Pompe
2 Productions de maïs
3/4 de maïs frais vendus dans le champ
1/4 gardé comme semences
12,5 ha au total
1-
VALEUR DE LA PRODUCTION (estimative)
45 noo épis/ha x 50/3 CFA
:::
750 000
15 000 épis/ha x 40 CFA
=
24 000
--------
TOTAL •..•.....••..•...•..•.
77 4 000
Moins les coûts à l J hectare
IRRIGATION
a) Fonctionnement
- gas oil
32 l x 107
=
35 264
- huil e
3,2/ha x 365
=
1 168
- salaires
19 680/12,5
=
1 574
- réparation
3 325/12,5
=
266
-------
TOTAL ................................................
38 272
2.
b) Propriété
632 000/12,5
=
50 560
c) Semences
25 kg/ha x 40
=
1 000
3.
d) Engrais
- Uree
70 kg/ha x 35
=
2 450
- Phosphate dJAm.
65 kg/ha x 25
=
1 625
- KCL
30 kg/ha x25
=
450
------
TOTAL .......... , ............................. ~ . ~ .•.•..•.
4 825
4.
e) Outils
6 520
CoOt total moins main d'oeuvre
=
100 177
5.
MAIN D'OEUVRE
441 jours/ha x 200 CFA
=
88 200
C-oûts totaux.................................................... =
188 377
Revenus totaux par ha
585 623
Revenus totaux par parcelles de 0.12 ha (en CFA)

- 233 -
ANNEXE 2 (suite)
1.
Le mais cultivé est estimé à 50-75 000 plants par hectare. L'estimation
est d'un épis par pied. On estime qu'il faut 25 épis pour avoir un kilo de
gra i ns.
2.
D'après le rapport NI, GANDE a un HR 2.
3.
L'emploi d'engrais est de la moitié de la dose recommandée par la SAED
compte tenu des estimations des agents sur le terrain.
4.
D'après FRAUZEL et KEITA, mais modifié pour s'accorder avec l'état
limité de l'utilisation de l'attelage (i.e. seulement les charettes). Voir
budget de MOUDERY pour le détail des chiffres.
5.
Les estimations de la maind'oeuvre sont basées sur la discussion qui
a eu lieu avec les techniciens del 'USAID et WEIGEL (1980).
- Préparation du sol et semis
300
construction de clôtures
- Entretien des canaux
28
- Irrigation
39
- Fertilisation
7
- Désherbage
67
TOTAL ...•....•.•.•..••..•......•.••..•
441
La longueur des journées de travail varie entre 3 et 7 heurès. Il
n'existe aucune distinction entre travaux effectués par les hommes et les
femmes ou entre les travaux effectués individuellement ou collectivement.
Du moment où la plupart des travaux de récolte sont effectués par l'acheteur,
le temps à consacrer pour la récolte n'est pas inclus. D'après KEITA, la main
d'oeuvre est évaluée à 2UO CFA (1981). Quand bien même cela est une convention,
il reflète bien une réalité sur la valeur reconnue de la main d'oeuvre du
paysan.

- 234 -
ANNEXE 3
BUDGET INDICATIF (1980-1981) : PRODUCTION DE RIZ
GASSAMBILAKE (Périmètre de BAKEL)
1.
2 POMPES
1 production de riz (24 ha)
2.
VALEUR/PRODUCTION
Moins les coûts (par hectare)
5 t/ha x 50 CFA/kg
=
250 000
3.
IRRIGATION
a) Fonctionnement
- gas oil
235 1/ha x 365
=
25 145
- huile·
2 l/ha x 365
=
730
- salaire
75 000/24
=
3 125
- réparation
20 820/24
=
864
-------
TOTAL .•••. ". ~ ...•.••"•.•.•.' ••...••••••••.••••••...
29 868
3.
b) Proprièté
(
632200/24
=
26 342
(
687 300/24
=
28 637
c) Semences
50 kg/ha x 80
=
4 000
d) Engrais
- Uyee
70 kg/ha x 35
=
2 450
- Am. Phàs.
65 kg/ha x 25
=
1 625
- KCL
30 ·kg/ha x 25
=
750
------
TOTAL •••••.••••••••••••••••••••••••..••.••••••••.
4 825
4.
e) Outils
=
6 820
Coût total à 1/h moîns la main d'oeuvre
=
100 492
f) Main d10euvre
647 x 200
=
129 400
--------
TOTAL ..•••..•..••.. ~ ••..•• ~ •.••.•.•••..••..••••.•
229 892
Source : TUSKEGEE INsTtnirE 1\\ Les petits périmètres irrigués de BAKEL JI
.. ..-._-
Etude de production économique - 1981.

- 235 -
ANNEXE 3 (suite)
Coût de la tonne de Paddy
229 892/5
=
Coût de la tonne de riz décortiqué, dont 1e
Paddy représente E5 %du riz décortiqué
=
70,736
1~ GASSAMBILAKE nia pas besoin de ses grandes pompes. la prise d'eau est
à 2 mètres d'un lac de la côte. Ce lac constitue sa source d'eau et
tarit en saison sèche.
2. Les coûts de fonctionnement ,viennent de la SAED.
3. D'après NI 1981.
4. Les outils sont les suivants
- pelles
3/ha X 2 (J00j5 ans
=
120
-_dabas
10/ha x
500/5 ans
= 1 000
- faucilles
10/ha x
750/5 ans
= 2 500
- sacs
50/ha x
100/3 ans
= 1 700
- charettes
2/ha x 65 000/10 ans
=
1 300
- ânes
2/ha x 10 000/10 ans
=
200
-~----
TOTAL ••. '" ••••••••••• '" •••••••••••••••••.•••
6 820

-236 -
ANNEXE
4
LES ORIENTATIONS DE LA NOUVELLE POLITIQUE AGRICOLE
Elles s'articulent autour. de quatre axes fondamentaux.
- Rendre possible le développement communautaire à la base par des
structures villageoises économiquement viables, capables de gérer les
intérêts du producteur et de la collectivité rurale; cette action passe_
par la réforme et la redynamisation du mouvement coopératif qui permettront
d'avoir pour interlocuteurs des entités coopératjves véritablement fondées
sur la notion de la commuanauté solidaire de travail et de vie, voire de
production, de consommation, d'épargna et de crédit;
- Réadapter le mode d'encadrement rùral aux nouvelles exigences du
dév~loppement de l'action coopérative, ce qui se traduit par une réorgani-
sation des s~ciétés de développement rural et une redéfinition de la mission
assignée à chacune d'elle;
- Assurer un approvisionnement plus judicieux du monde rural en facteurs
de production, grâce à un financement plus adéquat et à une meilleure
gestion de ceux-ci ;
- Réduire les pertes dues aux déprédateurs et les pertes après récolte,
grâce à de plus grandes actions de lutte phytosanitaires et de protection
des stocks.
Source
LA NOUVELLE POLITIQUE AGRICOLE
Ministère du développement rural
Op cité, pages 27 et 28.

- 237 -
ANNEXE 5
TEMOIGNAGE D'UN MIGRANT
Migrant : S. DABO
Marié
Lieu de résidence
Boulogne Billancourt~
Village d'origine
DEMBANKANE
1\\
La culture i rri guée constitue une bonne ,chose pui sque nous
n'achetons plus le riz comme avant. Pendant le mois de janvier 1985~ nous
étions presque une dizaine de personnes à partir en congé au Sénégal, mais
lors de notre escale à DAKAR~ personne nIa acheté du riz pour le transporter
au village.
Chez nous, on cultive pour manger et non pour vendre; peut-
être, dans l 'avenir~ nous vendrons quand nous aurons suffisamment produit.
Mais nos parents sont fatigués et n'ont pas continué la mise en valeur des
terres au mois de décembre; Pour le moment, ils ne peuvent faire qulune
seule culture irriguée de riz par an. C1est pourquoi il faut que le
Gouvernement du SENEGAL nous aide pour faciliter notre retour au pays,
comme ça nous pourrons aider nos parents. 1I
PARIS, 24 ma; 1985.

- 238 -
ANNEXES (suite)
TEMOIGNAGE D'UN MIGRANT
Migrant:
A.B. srDIBE
Marié
Lieu de résidence
Boulogne Billancourt,
Village d'origine: DEMBANKANE
Il
Je suis marié, j'ai trois femmes et neuf enfants dont les deux
de 21 et 18 ans veulent venir en France, mais ils ne peuvent pas parce qulil
n'y a pas de travail. Donc, je prends en charge douze personnes, plus moi-
même ici. Mais depuis deux ans, je nIai pas acheté de riz pour la maison
parce que maintenant on mange le riz que nous produisons dans les périmètres
irrigués. Mais ce qui me fatigue, ce sont les dépenses pour l'achat de
poisson et pour 1 'huile. Je compte bientôt rentrer après ma retraite mais
il faut que mes deux enfants viennent en France avant' mon retour au pays.
Comme cà j'aurai l'esprit plus tranquille. 1I
PARIS, 24 mai 1985.

- 239 -
ANNEXE 5 (suite)
TEMOIGNAGE D'UN MIGRANT
Migrant:
D. DIARRA
Marié
55 ans
Lieu de résidence: 11/13 rue Bellièvre
PARIS XIIIe.
5
Ville' d'origine:
BAKEL.
Secrétaire général adjoint du périmètre irrigué de GASSAMBILAKHE
" Pour nous, il faut aider nos parents pour la mise en valeur
des terres irriguées; C'est pourquoi nous avons récemment débloqué de la
Caisse du Foyer une somme de 2 millions de francs CFA pour la confection
de canaux en ciment au niveau de nos périmètres irrigués à BAKEL : un
million pour le groupement de GASSAMBILAKE et un million pour le groupe-
ment de FELOBOULA.
Ici beuacoup de gens veulent acheter des machines pour les
périmètres irrigués, mais nous avons peur de la douanel Peut-être, si
le gouvernement du SENEGAL nous aide, nous pourrons avoir du matériel
de bonne quelité avec les douaniers.
PARIS
3 juin 1985.
5

- 240 -
ANNEXE 6
FREQUENCE DES MANDATS ENVOYES
Bureau de poste de DEMBANKANE
)
MoiS
:
Années
)
:---------------------------------------------------------------------)
_
:
1980
:
1981
:
1982
:
1983
:
1984
)
-----------------:-------------:-------------:-------------:-------------:-------------))
Janvi er .•••.•
405,00
310,00
397,00
370,00
413,00
)
)
Févr; er .•••.•
262,00
328,00
287,00
389,00
298,00
)
)
Mars .••.••••.
705,00
38S,,00
390,00
396,00
104,00
)
)
Avri 1
.
424,00
461 ,0.0
217,00
281 ,00
683,00
)
)
Mai
.
374,00
418,00
443,00
561 ,00
482,00
)
)
Jui n....•....
335,00
496,00
296,00
541,00
613,00
)
)
Juillet •••••.
388,00
40,00
510,00
383,00
482,00
)
)
Août
.
486,00
676,00
546,00
392,00
501,00
)
)
Septembre •.•.
288,00
377,00
409,00
514,00
448,00
)
)
Octobre •.••••
592,00
105,00
309 ;00
586,00
487,00
)
)
Novembre •••••
354,00
120,00
377,00
362,00
274,00
)
)
Décembre.....:
238,00:
779,00:
371,00:
380,00:
629,00)
-----------------:-------------:-------------:-------------:-------------:-------------)
:
:
:
:
)
TOTAL........
:
4 851,00
:
4 499,00
:
4 552,00
:
5 155,00
:
5 414,00
)
._---------------:-------------:-------------:-------------:-------------:-------------))
x.•••••••••••
374,91
379,33
429,58
451 , 16' )
'.
)
_ Source
Enquêtes de recensement des mandats envoyes

- 241 -
ANNEXE 6 (sui te)
FREQUENCES üES MANDATS ENVOYES
Bureau de poste de BAKEL
(
)
(
(
:
Mois
:
Années
)
(
: 1980:
1981
:
1982
:
1983
:
1984
)
(-------------:-----:-------------:-------------:-------------:-------------)
(
:
)
( Janvier...
100,00
775,00
)
(
)
( Février...
251,00
,526,00)
(
)
( Mars......
274,00
1 204,00
)
(
.
)
( Avril.....
1 002,00
797,00)
(
)
( Mai.......
919,00
822,00)
(
)
( Ju~:n......
677 ,00
752,00> )
(
)
( Juillet...
155,00
448,00
401 ~OO
)
(
)
( AoOt......
019,00
754,00
579,00)
(
)
( Septembre.
250,00
395,00
148,00
926,00)
(
)
( Octobre...
259,00
598,00
713,00
641,00)
(
)
( Novembre..
366,00
550,00
704,00)
(
)
(Décembre..::
:
615,00:
916,00:
1 171,00
)
(-------------:-----:-------------:-------------:-------------:-------------)
(
: :
:
:
:
)
(TOTAL ••••.
:
-
:
4 628,00
:
4 129,00
:
12 427,00
:
11 523,00
)
(-------------:---~-:-------------:-------------:-------------:-------------)
( -
:
)
( X.........
1 157,00
825,80
1 a3T,58'
1 047,54
)
. (
)

- 242 -
BIBLIOGRAPHIE
=-=-=-=-=-=-=-=
1.
ADAMS (A) - 1977 -
LE LONG VOYAGE DES GENS DU FLEUVE
PARIS, MASPERO.
2.
ADAMS (A) - 1985 -
LA TERRE ET LES GENS DU FLEUVE
PARIS, L1HARMATTAN.
3.
AGEL (C), DANEL (J.M), YUNG (J.M), RAYMOND (H), ROUCHY (J.Y) - 1981 -
METHODOLOGIE DE LA PLANIFICATION
Guide des enquêtes statistiques pour le suivi des
opérations de développement rural - République
Francaise, MINISTERE DE LA COOPERATION, SEDES, PARIS.
4.
APRIN (R) - 1975 -
RAPPORT ANNUEL SUR LE TRAVAIL DE LA C.I.D.R. DANS LA
REGION DE BAKEL, SAED, St LOUIS.
5.
BA (A) - 1984 -
LES MIGRATIONS DANS LA VALLEE DU FLEUVE SENEGAL
LA BOGEHU - Université de DAKAR, département de
géographie.
6.
BADOUIN (R) - 1975 -
LES AGRICULTURES DE SUBSISTANCE ET LE DEVELOPPEMENT
PARIS, A. PEDONE.
7.
BARRIER (C), JAFFREZIC (y) et SIMON (D) - 1984 -
EVALUATION PROSPECTIVE DE L10PERATION PERIMETRES
IRRIGUES VILLAGEOIS DANS LE DEPARTEMENT DE MATAM
République Francaise, Ministère de la Coopération
CAISSE CENTRALE DE COOPERATION ECONOMIQUE.
8.
BATHILY (A) - 1972 -
LA CONQUETE FRANCAISE DU HAUT FLEUVE SENEGAL
1818 - 1887, IFAN DAKAR.
9.
BATHILY (A) et MEILLASSOUX - 1975 -
LEXIQUE SONINKE - FRANCAIS, CLAD IFAN DAKAR.

- 243 -
10.
BOISSEAU (p) - 1982 - SOURCE DE L'INNOVATION DANS LES EXPLOITATIONS
AGRICOLES
Publié sous le titre "La Modernisation des
exploitations agricoles vue par un sociologue
rural ". INSTITUT D1ECONOMIE RURALE - ZURICH.
11.
BONNEFOND (Ph), CANEIL (M.J), FUNEL (J.M), M'BAYE (A), RAYMOND (M.C)
- 1982 -
EVALUATION ECONOMIQUE DE L'AMENAGEMENT DE LA
RIVE GAUCHE DU FLEUVE SENEGAL - Rapport général -
Etude dirigée par BAILHACHE (M.R) et FUNEL,
participation de M~ JAMIN (I.S.R.A.) et M.ORMANCEY.
République Française - Ministère de la Coopération
Caisse centrale de coopération économique.
12.
BOUTILLIER (J.L) et CANTRELLE (p) - 1962 -
LA MOYENNE VALLEE DU SENEGAL
PARIS, Presses universitaires de France.
13.
CEPEDE (M) et LENGUELLE (M) - 1954 -
L'ECONOMIE DE L'ALIMENTATION
Collection Que sais-je?
Presses universitaires de France.
14.
DELAUNAY (D) - 1976 -
MIGRATIONS ET PENETRATIONS DE L'ECONOMIE MARCHANDE
ORSTOM, DAKAR.
15.
DE LAUWE (C) - 1963 -
NOUVELLE GESTION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES
DUNOD.
16.
DUPRIEZ (H)
- 1982 -
PAYSANS D'AFRIQUE NOIRE
ENDA, DAKAR SENEGAL, Editions Terres et Vie.
17.
FORSE (M) et MENDRAS (F) - 1983 -
LE CHANGEMENT SOCIAL
Collection A. COLIN.

- 244 -
18. GODELIER (M) - 1983 -
RATIONALITE ET IRRATIONALITE EN ECONOMIE l
Paris, MASPERO.
19. KANE (F) et LERICOLAIS (A) - 1975 -
L'EMIGRATION EN PAYS SONINKE
Cahier ORSTOM, ser. sc. hum. Vol XII n° 2.
20. KELLER (J), MEYER (R. E.); PETERSEN (F. J.), WEAVER (T. F.), et
WHEELOCK (G. C.) - 1982 -
RAPPORT D'ETUDE SUR LES PETITS PERIMETRES IRRIGUES
DE BAKEL
Projet USAID/SENEGAL n° 685-208, Université d'Etat
du UTAH, faculté de génie rural.
21. MALASSIS (L)
-1979 -
ECONOMIE AGRO-ALIMENTAIRE
Tome l, Paris, CUJAS.
22. MINISTERE DU DEVELOPPEMENT RURAL - 1984 -
LA NOUVELLE POLITIQUE AGRICOLE
Dakar, République du SENEGAL.
23. MINVIELLE (J. P.) - 1976 -
MIGRATIONS ET ECONOMIES VILLAGEOISES DANS LA
VALLEE DU SENEGAL
ORSTOM, Dakar.
24. MORGAN (C), O'SULLIVAN (J) - 1981 -
LES PETITS PERIMETRES IRRIGUES DE BAKEL
ETUDE DE PRODUCTION ECONOMIQUE
TUSKEGEE INSTITUTE, Center for rural development
International rural development.
25. O.M.V.S. - 1980 -
PRESENTATION GENERALE DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL
Etude socio-économique, Parie A - Direction de la
planification et de la coordination.

- 245 -
26. O.M.V.S. - 1980 -
LE MILIEU RURAL TRADITIONNEL
Etude socio-économique, Partie B - Direction de la
planification et de la c-ordination:
27. O.M.V.S. - 1980 -
RAPPORT FINAL DE SYNTHESE
Il
EVALUATION DES EFFETS SUR L'ENVIRONNEMENT
D1AMENAGEMENTS PRECUS DANS LE BASSIN DU FLEUVE
SENEGAL Il (Garnett, Fleming, Coroldy,et Carpentier,
Harrisburg PensylvaniajUSA avec ORGATEC, société
africaine d1études des techniques - Dakar ).
28. O.M.V.S. - 1980 -
L1INTRODUCTION DE LA CULTURE IRRIGUEE
Etude socio-économique, Partie C, Direction de la
planification et de. la coordination.
29. PAPY (L) - 1951 -
LA VALLEE DU FLEUVE SENEGAL, AGRICULTURE TRADITION-
NELLE ET RIZICULTURE MECANISEE
St. LOUIS, centre IFAN.
30. POLLET et WIMTER (G) - 1971 -
LA SOCIETE SONINKE (Dyahunu, Mali)
Etudes ethnologiques, université libre de Bruxelles.
31. TRAORE (S) - 1985 - CORPUS SONINKE - PARENTE ET MARIAGE
Laboratoire d'Antropologie juridique de Paris _
Université de Paris l, Panthéon Sorbonne.
32. WEIGEL (J. V.) - 1978 -
ECONOMIES RURALES ET MIGRATIONS DE LA REGION DE
WAOUNDE (vallée du SENEGAL)
ORSTOM, Dakar.
33. WEIGEL (J. V.) - 1982 -
MIGRATION ET PRODUCTION DOMESTIQUE DES SONINKES DU
SENEGAL
ORSTOM, Pa ri s .

- 246 -
TABLE DES CARTES
-=-=-=-=-=-=-=-=-=
1.
Carte de local isation
.
2.
Carte des centres de dispersion des Soninkés ••.••..•••..•••.....
6
3.
Carte de la zone étudiée et des villages enquêtés ..••..•..•....•
9
4.
Ca rte gêomorp ho l ogi que
11
5.
Carte des périmètres.irrigués villageois •••.•••••..•.••••.••••••
146

- 247 -
TABLE DES SCHEMAS ET FIGURES
-=-=-=-=-=--=-=-=-=-=-=-=-=-=-
Schéma n°
phénomène de segmentation du KA..........................
84
Schéma n° 2
phénomène de fragmentation et dynamique spatiale du KA...
84
Figure

1
répartition éthnique et pourcentage des migrants dans la po-
pul ation active mascul ine .•...•...•.•..••............•.•••.
50
Figure

2
distribution annuelle des temps de travaux selon les types
de culture par KA ..............•...............•.........•
179

- 248 -
TABLE DES GRAPHIQUES
-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=
Graphique n° 1
pyramide des âges de GOUMAL ..•..•••.•...•.•.•..••.
21
Graphi qlJe n° 2
émigrations passées et présentes des hommes de
JAMAI~E ••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
23
Graphique n° 3
prélévement des migrations Soninké sur la population
acti ve par tranches dl âge •••..•••.•••••..••••..••.
53
Graphique n° 4
courbes d'évolution des envois de mandats en prove- 1
nance de l'extéri eur •••••••••••••.••••.•••.•••.•••
76
Graphique n° 5
courbes d'évolution du coéfficient de dépendance
vis-à-vis de l'extérieur...........................
79
Graphique n° 6
évolution des rendements par superficie (Fooncte et
Waalo) .•••..••.•••...•.....•....•..•.....•.•..•...
124
Graphi que nO 7
courbe d'élasticité par rapport à la dépense alimen-
taire totale mensuelle par unité de consommation...
138
Graphique nO 8
courbes d'évolution de la moyenne des fréquences
des envois et calendrier cultural en cultures
i rri guées (DEMBANKANE ZONEDE MATAM1 ••••••••.••••••
214

- 249 -
TABLE DES TABLEAUX
-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=
1
LES SAISONS..................................................
14
2.
MIGRATIONS MASCULINES URBAINES .... ~ . . • . . . • . . . . . .. . . . . . . . . . . ..
57
3.
MIGRATIONS FEMININES
URBAINES.................................
58
4.
Pourcentage des migrations urbaines par rapport à la population
totale. ~.......................................................
59
5.
Migrations à destination de l'Afrique de l'Ouest...............
61
6.
Migrations à destination de l'Afrique centrale.................
62
7.
Distribution des migrants à leur premier départ par groupe
d'âge ...•.........•••.....•••.•........••......•.•••....•......
65
8.
Migrations masculines vers la France .........•..••••••.•...•.•
66
9.
Répartition des migrants par village d1origine.................
68
10.
Mobiles de l'émigration vers la France.........................
69
11.
Répartition des migrants par type ou statut d'emploi .••......~.
70
12.
Montant d'argent envoyé par migrant selon le statut de l'emploi
72
13.
Pourcentage respe~tif des mandats en provenance d'Afrique
Occidentale et de France.......................................
73
14.
Envois de mandats (en millions de francs CFA)..................
75
15.
Coefficient de dépendance vis~à-vis de l'extérieur.............
78
16.
Nombre moye n de mi grants pa r Ka................................
82
17.
Organisation foncière à WERMA..................................
93
18.
Répartition des types de champs par exploitation...............
98
19.
Distribution de la superficie des "TEKHORP.. .••. .•• ... •••....•
99
20.
Age moyen des cultivateurs selon la taille des IISALOUMA".......
100
21.
Distribution de la superficie des champs de femmes cultivés
en r1z
-e .. e·_.............................
101
22.
Distribution des parcelles d~.Waalo par superficie.............
102
23.
Distribution des exploitations selon le nombre de parcelles
cultivées
102
l
24.
Organi sati on du trava il dans 1e Faonde.........................
106
25.
Organisation du travail dans le Waalo..........................
108
26.
Journées de travail par opération culturale pour un hectare
(Foonde).
..•...
110
27.
Jours de sarclage pour un hectare par catégorie de champs
(Foonde). ....•..•...•
..•.•. ...• ...•.•..••...• ..••...•.
110

- 250 -
28.
Journées de travail par hectare et par opération culturale
de Waal 0 • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
"111
29.
Distribution de l'ensernble du travail fourni (sarclage)
sur les SALOUMA selon le rang d'aînesse......................
113
30.
Utilisation du matériel agricole et opérations culturales....
117
31.
La composition du matériel agricole..........................
118
32.
Cultures sous pluies et localisation des espèces et variétés.
120
33.
Cultures de décrue et localisation des espèces et variétés...
122
34.
Destination alimentaire de l'épargne envoyée selon le
statut d'emploi des migrants.................................
134
35.
Dépenses alimentaires mensuelles par unité de consommation...
136
36.
Coûts monétaires d'exploitation
en culture irriguée......
158
37.
Dépenses de fonctionnement....... ..•.•..................•.•.•
159
38.
Dépenses de l'exploitation familiale
.. ....•....•.. .•.•..•
161
39.
Statut social et maîtrise foncière à DEMBANKANE (HAIRE)......
167
40.
Taux d'accroissement des superficies cultivées irriguées
selon le statut foncier..........
169
41.
Calendrier agricole représentatif
.......•....•......•..•.
173
42.
Temps de travaux pour la construction d'un périmètre.........
177
43.
Temps de travaux moyens en culture irriguée..................
181
44.
Rendement à l 'hectare et productivité du travail
(MOUDERI-Zone de BAKEL 1978-1979)............................
183
45.
Distribution des rendements à l 'hectare des cultures
d'hivernage pour l'ensemble des KANE (MOUDERI-Zone de BAKEL).
184
46.
Distribution des rendements à l'hectare des cultures de maïs
de saison sèche pour l'ensemble des KANE (MOUDERI-zone de BAKEL)
185
47.
Distribution des rendements à 1 'hectare des cultures
d'hivernage pour l'ensemble des KANE (DEMBANKANE-zone de MATAM)
186
48.
Moyennes des quantités produites, données et vendues par Ka ..
(1)
(MOUDERI-zone de BAKEL 1978-79).........................
189
49.
Moyennes des quantités produites, données et vendues par Ka..
191
50.
Moyennes des quantités produites, données et vendues par Ka
(DEMBANKANE-zone de MATAM 1984-1985).........................
193

- 251 -
51.
Pourcentage des quantités moyennes consommées par produit.d~un
Ka en cultures irriguées (MOUDERI-zone de BAKEL)...............
197
52.
Dépenses alimentai res par unité de consommation (OEMBANKANE) •••
200
53.
Dépenses alimentaires par unité de consommationtGANDE) •..••...
202

- 252 -
TABLE DES MATIERES
=-=-=-=-=-=-=-=-=-
Pages
l NTRODUCTI ON GENERAL E.•••••.••.••••.•.••••.••.•••••••.••....
2
CHAPITRE PRELIMINAIRE: Le milieu physique et rural ..•......
10 - 48
Secti on l : Aspects géographi ques ••••.•.••••••••.•......
10 - 18
1° Présentation de la zone d'étude .•••••••..•.....•
10
Le cl imat
.
13
LIhydrologie
.
16
Section II : Aspects humains
.
18 - 28
1° Une population migrante •.••.••..••••...•.••.....
20
2° Une formation sociale hiérarchisée •••••..•••••..
24
3° L'organi sati on famil i ale .•••••.•••••.•.•.•••.•..
26
Section III: L'évolution économique locale ••..••.•••..•
29 - 40
1° L'économie de subsistance .•.•••.•••.•••••.•.....
29
2° L'économie semi-monétarisée et l'importance
du phénomène migratoire •••.•...••••..•..•.•..•..
33
3° L'introduction de la culture irriguée •...•••.•..
38
Section IV : Approche méthodologique et conceptuelle ....
41 - 48
1° Les enquêtes statistiques ..•....•.•••.•••••.•...
41
2° LI ana 1yse des concepts •••..•.•••.•.••.••.•......
45
1ère Part.i e
49 - 143
CHAPITRE l : Phénomène migratoire et organisation socio-
-
.
eCOnOITIl que •••••••••••••••••••••••••••••••••••••
51
90
Section l : Les migrations SONINKE ••.••.•••.•..•.•.•••..
51 - 80
1° Les migrations internes .....•...•..••.•.........
54
2° Les migrations internationales •.•.•••.•.•.......
60
a) Les migrations vers l'Afrique •.•........•..
60
b) Les migrations vers la France ..••.•.•••....
63

- 253 -
Pages
3° Les mobiles de l'émigration vers la France ...••••
68
40 L 1 ~
-
t '
epargne mlgra olre ..•............ ~ ...........•.
71
Section II : Migrations et structures socio~économiques••
80 - 88
1° Les rapports socio-économiques ••..••..•••••••.•..
80
2° La structure de l'unité de résidence •••••••••••••
82
3° Modes de production et de consommation ••••••••••.
85
a) Mode de production ••.••••••••••••.••••••••••
85
b) Mode de consommation ••.....•••••••••••.•••••
88
CHAPITRE -II
Unités de production agricole et consommation
al inlentaire
.
90 - 143
Section l : L'unité de production ••••••.••••••.••••••••••
90 - 126
1° Définition et identification ••••••••...•.••.•••••
90
2° Le système fon~ier .•..••••••••••••••••••.••••••••
92
3° Le système d~ production •••.•.•.••••••.••••.•••••
98
a) Les superficies cultivées ••••••••..•••••••••
98
b) L'emploi de la force de travail •••••••••••••
104
c) Instruments de production ••.•••••..••••••.••
117
4° Le système de culture .•.•••••••..••••••••.••.••••
119
a) La diversité du système de culture ••.••••..•
119
b) Rendements comparés .•.••.•••••.•......••••••
123
Section II : La consommation alimentairè •••.•.••.•.••••••
126 - 142
1° Définition et identification de l'unité de.
consommati on
..
126
2° L'évolution de la consommation •.•.••••..•.••••.••
127
a) Les modalités de la consommation •.•...•.••..
127
b) Produits auto-consommés et produits
i m,portés
..
131
3° Les dépenses alimentaires •.•••.•••••••..••.••••••
134
a) La destination alimentaire de l'épargne
.
.
en voyee
..
134
b) Les. budgets de consommation alimentaire •••••
135
4° Les dépenses non alimentaires ••.••••••...••.•..••
140
a) Les dépenses sociales
.
140
b) Les dépenses matérielles ••••..•••••..•••.•••
141
CONCLUSION
..
143 - 144

- 254 -
Pages
2ème Partie: IRRIGATION ET SECURITE ALIMENTAIRE.............
145 - 222
INTRODUCTION... •..
.••..•.........
..•..
....•
147 - 148
CHAPITRE l : Les périmètres irrigués villageois ......•.......
14g - 165
SectionlI : Approche historique..
149 - 151
Section II : Des divergences de conceptions à la
réalisation du projet "petits périmètres
irrigués villageois" .•............••........
152 - 154
Section III: L1analyse des contraintes ....•...•....... ~.
154 - 165
1° Les contraintes sociales... ..•.. •.... ........••..
154
2° Les contraintes économiques et financières.......
157
a) Les contraintes économiques.................
157
b) Les contraintes financières.................
160
c) Les contraintes techniques ..• ;.............
162
CHAPITRE II ~ L'impact des périmètres irrigués sur la
production et la consorrunation locale...........
165 - 205
Section l : L1évolution de la production ...........•.•...
165 - 194
1° La modification du procès de production
traditionnel.....................................
165
a) L'évollJtion de llorganisation foncière......
165
b) Organisation du travail et activités
culturales...........
171
2° L'amélioration de la production agricole..........
182
a) Rendements agricoles et productivité
du travai 1...................................
182
b) Les quantités produites......................
188
Section II ~ L'objectif~desécurité alimentaire .........•• 195 - 203
1° L1impact alimentaire des petits périmètres
irrigués villageois •....•.·...•..........•••.•....•
196
a) La production auto-consommée.................
196
b) Le niveau des dépenses alimentaires .••...••~.
198
Section III : Habitudes alimentaires et revenus
migratoirès •• ~ ••••...••••.••• .••.•...•.•••..• 203 - 206
1° La persistance des habitudes alimentaires.........
203
2° Le rôle stabilisateur des revenus migratoires.....
204

- 255 -
Pages
CHAPITRE III : Le passage d'un modèle d'auto-consommation à
un modèle de surplus .•.••••.....•....••..•••.•
206 - 222
Section l z L'ajustement entre la consommation et
la production agricole ...........•..•.....•..
208 - 210
Section II : Le choix d'un type d'exploitation et
la nature de llinllestissement agricole •.....
210 - 216
1° Intensification et type d'exptoitation agricole •.
210
2° L'investissement agricole ••..•••••••••••.•.•..•..
213
Section III : Une politique d'incitation à la
production agricole •.•.••••.•.• : .•.•.•....•
216 - 220
1° Un système de pri x effi cace •.••••..•••.•.•....•.•
. 217
2° La comercialisation des produits agricoles •.•...•
219
CONCLUSION .••••••••••••••••••••••.••••.••••••••••••••••••••••
221
CONCLUSION GENERALE : LE DECALAGE ENTRE LA PRODUCTION ET LA
CONSOMMATION...........................
223 - 227
1° Déficience de la production agricole et
mouvements migratoires.. ....•••. ••••.•••.. •.• .••.
224
2° Des adaptations différentes à l'introduction
de 1a culture i rri guée. . • • . • •. ••• •• • . . ••• . • . •• . • .
225
3° Intensification agricole et alternatives
migratoires......................................
226
ANNEXES.......................................................
227-241
BIBLIOGRAPHIE
242-245
TABLE DES CARTES •••••••••.••••.••••.••.•.•..•••.••••.••••••.
246
TABLE DES SCHEMAS ET FIGURES.................................
247
TABLE DES GRAPHIQUES
248
TABLE DES TABLEAUX .••.•.•••.••..••..•...••.•••.••.••.••••.••
249-251